TABLE
DES MATIÈRES.
TREIZIÈME LEÇON.
Page 1.
État et caractères divers de la royauté à l'avénement de Philippe-Auguste. - État du royaume sous le rapport territorial. - Des possessions des rois d'Angleterre en France. - Relations de Philippe-Auguste avec Henri II, Richard Coeur-de-Lion et Jean-sans-Terre. - Acquisitions territoriales de Philippe-Auguste. - Prévôtés du roi. - Progrès du pouvoir monarchique. - Efforts de Philippe-Auguste pour rallier autour de lui les grands vassaux et s'en faire un moyen de gouvernement. - Il s'applique en même temps à placer la royauté en dehors de la féodalité. - La couronne s'affranchit de l'empire du clergé. - Travaux législatifs de Philippe-Auguste. - Ses soins en faveur de la civilisation matérielle et morale. - Effet de son règne sur l'esprit des peuples. - La royauté devient nationale. - Manifestation de ce résultat, après la bataille de Bovines et au sacre de Louis VIII.
QUATORZIÈME LEÇON.
Page 37.
De la royauté sous le règne de saint Lonis. - Influence du caractère personnel de saint Louis. - Sa conduite quant à l'étendue territoriale du royaume. - Ses acquisitions. - Sa conduite envers la société féodale. - Son respect pour les droits des seigneurs. - Vrai caractère de ses travaux contre la féodalité. - Extension du pouvoir judiciaire du roi. - Progrès des légistes et du Parlement. - Extension du pouvoir législatif du roi. - Progrès de l'indépendance de la royauté en matière ecclésiastique. - Administration de saint Louis dans l'intérieur de ses domaines. - Résumé.
QUINZIÈME LEÇON.
Page 75.
État de la royauté après le règne de saint Louis. - En droit, elle n'était ni absolue ni limitée. - En fait, elle était sans cesse combattue, et pourtant très supérieure à tout autre pouvoir. - Sa tendance au pouvoir absolu. - Cette tendance éclate sous Philippe-le-Bel. - Influence du caractère personnel de Philippe-le-Bel. - Diverses sortes de despotisme. - Progrès du pouvoir absolu dans la législation. - Examen des ordonnances de Philippe-le-Bel. - Vrai caractère de la composition et de l'influence des assemblées nationales sous son règne. - Progrès du pouvoir absolu en matière judiciaire. - Lutte des légistes et de l'aristocratie féodale. - Commissions extraordinaires. - Progrès du pouvoir absolu en matière d'impôts. - Réaction de l'aristocratie féodale contre le pouvoir absolu sous les trois fils de Philippe-le-Bel. - Associations de résistance. - Embarras dans l'ordre de successibilité au trône. - Affaiblissement de la royauté à la fin de l'époque féodale.
SEIZIÈME LEÇON.
Page 121.
Du Tiers-État en France. - Importance de son histoire. - Il a été l'élément le plus actif et le plus décisif de notre civilisation. - Nouveauté de ce fait; rien de semblable ne se rencontre jusque là dans l'histoire du monde. - Sa nationalité; c'est en France que le Tiers-État a pris tout son développement. - Distinction importante entre le Tiers-État et les communes. - De la formation des communes aux XIe et XIIe siècles. - Étendue et puissance de ce mouvement. - Divers systèmes pour l'expliquer. - Ils sont étroits et incomplets. - Variété des origines de la bourgeoisie à cette époque. - 1° Des villes où avait survécu le régime municipal romain. - 2° Des villes et bourgs en progrès, quoique non érigés en communes. - 3° Des communes proprement dites. - Combinaison de ces divers élémens pour la formation du Tiers-État.
DIX-SEPTIÈME LEÇON.
Page 149.
Pourquoi il importe de ne jamais perdre de vue la diversité des origines du Tiers-État. - 1° Des villes où s'est perpétué le régime municipal romain. - Pourquoi les documens qui s'y rapportent sont rares et incomplets. - Périgueux. - Bourges. - 2° Des villes qui, sans avoir été érigées en communes proprement dites, ont reçu de leurs seigneurs divers priviléges. - Orléans. - Coutumes de Lorris en Gâtinais. - 3° Des communes proprement dites. - Charte de Laon. - Véritable sens de cette charte et de la révolution communale du XIIe siècle. - Naissance de la législation moderne.
DIX-HUITIÈME LEÇON.
Page 187.
Objet de la leçon. - De la différence entre le régime municipal romain et celui du moyen âge. - Danger de l'immobilité des noms. - 1° Origine diverse de la cité romaine et de la commune moderne. - 2° Diversité de leur constitution. - 3° Diversité de leur histoire. - Résultat: le principe aristocratique domine dans la cité romaine; le principe démocratique, dans la commune moderne. - Nouvelles preuves de ce fait.
DIX-NEUVIÈME LEÇON.
Page 209.
Histoire du Tiers-État du XIe au XIVe siècle. - Vicissitudes de sa situation. - Décadence rapide des communes proprement dites. - Par quelles causes. - 1° Par la centralisation des pouvoirs féodaux. - 2° Par le patronage des rois et des grands suzerains. - 3° Par les désordres intérieurs des villes. - Décadence de la commune de Laon. - Le Tiers-État ne déchoit pas en même temps que les communes; il se développe au contraire et se fortifie. - Histoire des villes administrées par les officiers du roi. - Influence des juges et des administrateurs royaux sur la formation et les progrès du Tiers-État. - Que faut-il penser des libertés communales et de leurs résultats? - Comparaison de la France et de la Hollande. - Conclusion du cours.
PREUVES ET DÉVELOPPEMENS
HISTORIQUES.
Page 249.
AVERTISSEMENT.
Page 251.
I. Tableau des ordonnances, lettres et autres actes des rois sur les villes et communes, de Henri Ier à Philippe de Valois.
Page 272.
II. Chartes et pièces relatives à l'histoire d'ORLÉANS.
Page 285.
III. - à l'histoire d'ÉTAMPES.
Page 312.
IV. - à l'histoire de BEAUVAIS.