TABLE
DES MATIÈRES.
A
ABSOLU. Mots employés d'une manière absolue, 47; cas absolus, 108, verbes absolus, 154.
Adjectif. Ce que c'est, 34; l'adjectif doit toujours être joint à un nom, 35; l'adjectif se joint quelquefois aux noms propres, 38; on supprime quelquefois le nom auquel se rapporte l'adjectif, 40; adjectifs possessifs ordinairement nommés pronoms possessifs, 73; adjectifs conjonctifs nommés ordinairement pronoms relatifs, 79; les adjectifs peuvent avoir différens nombres, 91; les adjectifs sont susceptibles de la différence des genres; 133; degrés de comparaison des adjectifs; 110, le participe est un adjectif conjonctif, 143.
Adverbe. Ce que c'est, 55; tout adverbe est équivalent à une préposition suivie de son complément, 56. En arabe, il n'est aucun nom, aucun verbe, aucun adjectif qui ne puisse devenir adverbe, 58; en grec, les noms propres de lieu deviennent adverbes. 58, le mot affirmatif oui, et les mots négatifs non, ne, peuvent être regardés comme des adverbes, 84.
Affirmatif. Le mot affirmatif oui peut être regardé comme un adverbe, 84.
Ampliatif, 112.
Articles. Ce que c'est, 30; article démonstratif, 32. Dans quelques langues, les articles servent subsidiairement à distinguer les nombres, 90; et les genres, 101.
Attribut. Ce que c'est, 3; point de proposition sans un attribut, 6; attribut simple, 18; attribut composé, 18; l'attribut simple peut être complexe ou incomplexe, 18; manière de reconnoître si l'attribut est composé, 21; l'attribut contenu dans un verbe attributif, est actif, ou passif ou neutre, 145.
C
CAS. Les cas sont les exposans des rapports, 54 et 108; leur nombre n'est pas détérminé, 108; ils ne sont pas absolument nécessaires, 108; distingués en absolus et relatifs, 108. Note.
Comparatifs, 112.
Complément. On nomme ainsi le terme conséquent d'un rapport, 54.
Concordance. Partie de la syntaxe, 166; objets des règles de concordance, 167.
Conjonctif. Adjectif conjonctif, 791 au lieu de l'adjectif conjonctif, on peut employer une simple conjonction, 791. Noms, adverbes et adjectifs conjonctifs, 82.
Conjonctions. Leur usage est de lier plusieurs propositions, 64; elles déterminent aussi la nature du rapport qui est entre ces propositions, 64; les conjonctions et et ni servent aussi à lier les diverses parties d'un sujet ou d'un attribut simple complexe, 64. Note. Les conjonctions sont les exposans des rapports qui existent entre diverses propositions, 65. le mot prohibitif ne peut être regardé comme une conjonction négative, 83.
Conjugaison, 154; ce que c'est que conjuguer un verbe, 154.
Construction. Signification de ce mot, 166; distinction entre la syntaxe et la construction, 166; les règles de la construction sont étrangères à la Grammaire générale, 169; construction conforme à la marche que suit notre esprit dans ses opérations, 169.
D
DECLINAISON, 109; ce que c'est que décliner, 109.
Degrés de comparaison, 110; positif, comparatif, superlatif et ampliatif, 112; degrés de comparaison en moins, 112.
Dépendance. Partie de la syntaxe, 166; objets des règles de dépendance, 167.
E
ELLIPSE, 172.
Exposant d'un rapport. Ce que c'est, 51; les cas des noms servent d'exposans, 53; les conjonctions sont les exposans des rapports qui existent entre diverses propositions, 65.
F
FORMES dérivées des verbes, 159; elles ajoutent à la signification principale du verbe des significations accessoires, 159; forme impersonnelle, 164.
G
GENRES. Ce que c'est, 95, genres masculin et féminin, 95; genre neutre, sa destination, 95 et 96; genre commun, sa destination, 96; les quatre genres ont lieu en grec et en latin, 97; en françois, les pronoms de la première et de la seconde personne sont du genre commun, 97, abus dans l'usage de genres, 97; la distinction des genres, indiquée subsidiairement par les articles et par les mots qui caractérisent le nombre, 101; les pronoms sont susceptibles de la distinction des genres, 101; il en est de même des adjectifs et des verbes, 102.
Gérondifs. Ce sont les cas de l'infinitif, 141; gérondifs françois, 141.
I
IMPERSONNEL. Forme des verbes nommés ordinairement impersonnels, 164; cette dénomination est fausse et inadmissible, 164.
Infinitif. Ce mode lie l'idée de l'existence avec un attribut, sans déterminer le sujet, 139; les gérondifs sont les cas de l'infinitif, 141; l'infinitif peut se joindre aux articles, 141; il peut servir de sujet à une proposition, et de complément à un verbe et à une préposition, 141; le supin est l'infinitif faisant les fonctions d'adverbe, 142.
Interjection. Ce que c'est, 68.
M
MODES des verbes. Ils sont destinés à indiquer la nature du rapport qui existe entre deux propositions, 66 et 134; le nombre des modes n'est pas le même dans toutes les langues, 136; les modes ne sont pas, d'une nécessité absolue, 137; diverses manières d'exprimer les modes, 137, mode impératif employé en françois comme concessif, 137. Note. Modes impersonnels, 138, mode infinitif, 139.
N
NÉGATIF. Les mots négatifs non, ne, peuvent être regardés comme des adverbes, 84.
Nom. Ce que c'est, 25; noms propres, 26; noms appellatifs, 27; noms abstraits, 28.
Nombres. Ce que c'est, 88; nombres pluriel, singulier et duel, 88; les pronoms ont différens nombres, comme les noms, 91; les adjectifs et les verbes peuvent aussi avoir différens nombres, 91 et 92.
Numératifs, ou mots qui servent à la numération, 69; en françois, ce sont des adjectifs, 70.
P
PARTICIPE. C'est un adjectif conjonctif, 143; il exprime l'existence avec relation à un attribut, et contient en outre l'ellipse du conjonctif qui, 143,; il peut avoir des genres, des nombres, des cas et des tems, 144.
Pesonne. Ce que l'on entend par pronoms de la première, de la seconde et de la troisième personne, 45; personnes des verbes, 129; elles ne sont pas d'une nécessité absolue, 130; la troisième personne sert souvent à exprimer le sujet d'une manière vague, lorsqu'il est inconnu, 163.
Positif, 112.
Préposition. Ce que c'est, 49; les prépositions servent d'exposans dans les rapports, 51; une préposition suivie de son complément peut être rendue d'une manière équivalente par un adverbe, 56.
Prohibitif. Le mot prohibitif ne peut être regardé comme une conjonction négative, 83.
Pronoms. Ce que c'est, 44; pronoms de la première, de la seconde et de la troisième personne, 45; les mots nommés ordinairement pronoms possessifs, sont des adjectifs possessifs, 73, les mots nommés ordinairement pronoms relatifs, font la fonction d'une conjonction, 75; ils peuvent être nommés adjectifs conjonctifs, 79; les pronoms ont différens nombres, comme les noms, 91; les pronoms peuvent avoir différens genres, 101, le pluriel du pronom de la troisième personne, est souvent employé pour exprimer le sujet d'une manière vague et indéterminée, 153.
Proposition. Elle contient essentiellement un sujet et un attribut liés ensemble par le verbe, 6; proposition incidente, 73; différentes sortes de propositions, 132; propositions indicatives, 132; interrogatives, 133; impératives, 133.; optatives, 133; conditionnelles, 133; suppositives, 134; principales et incidentes, 134; la proposition incidente peut être indicative ou subordonnée, 134; manières de distinguer les différentes sortes de propositions, 134.
Q
QUE et qui. Ce sont des adjectifs conjonctifs, 79; l'adjectif et le participe contiennent toujours l'ellipse du conjonctif qui, 143.
R
RAPPORT. Diverses manières d'exprimer les rapports qui se trouvent entre plusieurs mots, 49; les prépositions servent à indiquer les rapports, 49.; tout rapport a deux termes; le premier se nomme antécédent, et le second conséquent, 51; exposant d'un rapport, 51; le terme conséquent nommé aussi complément, 54.
Relatif. Mots employés d'une manière relative, 48; cas relatifs, 108. Note. Verbes relatifs, 155; verbes doublement relatifs, 156.
S
SUJET. Ce que c'est, 3; point de proposition sans un sujet, 6; sujet simple, 16; sujet composé, 16; le sujet simple est complexe ou incomplexe, 16; manière de reconnoître si le sujet est composé, 19; le sujet peut être éxprimé par un pronom, 43; l'infinitif peut servir de sujet à une proposition, 141; on peut exprimer le sujet d'une manière vague et indéterminée, 153; ce sujet est ordinairement le pluriel du pronom de la troisième personne, 153; on emploie au même usage en françois le mot on, 154, lorsque le verbe est réfléchi, le sujet du verbe est en même tems son complément, 158; manière d'exprimer le sujet d'une proposition, lorsqu'il est inconnu, 160.
Superlatif, 112.
Súpin. C'est l'infinitif faisant la fonction d'adverbe, 142; il équivaut à une préposition et à l'infinitif servant de complément à cette préposition, 142.
Syntaxe, Signification de ce mot, 166; distinction entre la syntaxe et la construction, 166; les règles de la syntaxe ont pour objet la concordance et la dépendance, 166; les règles de la syntaxe n'appartiennent pas à la Grammaire générale, 168.
T
TEMS. Les circonstances de tems sont indiquées par des modifications dans la forme du verbe, 115; ces modifications ne sont pas d'une nécessité absolue, 115; tems indéfinis et définis, 117; tems passés et futurs distingués en prochains et éloignés, 120; présent antérieur, 122; présent postérieur, 122; passé absolu indéfini et passés absolus définis prochains ou éloignés, 122; passés relatifs antérieurs et postérieurs, 123; futur absolu indéfini et futurs absolus définis prochains ou éloignés, 123; futurs relatifs antérieurs et postérieurs, 123; le nombre des tems n'est pas le même dans toutes les langues, 126; diverses manières de former les tems, 127.
U
UN. Ce mot n'est point un article, 30; Note.
V
VERBE. Il exprime l'existence du sujet et sa liaison avec l'attribut, 5; point de proposition qui ne contienne le verbe explicitement ou implicitement, 6; verbes attributifs ou concrets, 9; verbe substantif ou abstrait, 9; le verbe être est souvent employé comme verbe attributif, 9; verbe attributif actif, 10; verbe attributif passif, 11; verbe attributif neutre, 13; les verbes peuvent avoir différens nombres, 92; et différens genres, 102; les circonstances de tems sont indiquées par des modifications dans la forme du verbe, 115; personnes des verbes, 129; modes des verbes, 134; voix des verbes, 146; verbes absolus et relatifs, 154; verbes doublement relatifs, 156; verbes transitifs et intransitifs, 156; verbe réfléchi, 158; le verbe est susceptible de prendre différentes formes pour ajouter à sa signification principale des significations accessoires, 158.
Voix des verbes, 146; il faut bien distinguer la voix d'un verbe, de sa signification, 148; voix active et voix passive mieux nommées voix subjective et voix objective, 149; voix neutre, 149; voix neutre, 149; différentes manières de former les voix, 150; usages auxquels on emploie la voix passive, 150.
Fin de la table des matières.