La table des matières est en cours de préparation.
Ouvrir la division TABLE DES MATIÈRES.Fermer la division TABLE DES MATIÈRES.
Liste des Souscripteurs.
VII
Dédicace.
IX
Préface.
IX
Précis historique sur l'architecture moderne de la Sicile et sur l'origine de l'arc aigu, comme principe de l'architecture ogivale.1
§ I. Introduction.
§ II. Le commencement de l'histoire de l'architecture moderne doit être fixé à la fin du Ve siècle.
§ III. Description d'une église élevée à Palerme vers le milieu du VIe siècle, comme monument le plus ancien de l'architecture moderne sicilienne.
§ IV. Remarques sur la précédente description.
§ V. Exemples de l'existence du système de l'arc aigu chez les peuples de l'antiquité.
§ VI. Cause de l'emploi du système de l'arc aigu avant celui de l'arc à plein-cintre.
§ VII. Les anciens employèrent le système de l'arc aigu pour sa solidité, et à des époques même où le système des arcs à plein-cintre était généralement adopté.
§ VIII. Quoique le système de l'arc aigu fût connu des Grecs, leur prédilection pour la pureté des formes leur fit préférer l'adoption de l'arc à plein-cintre.
§ IX. Chez les modernes, les monumens les plus anciens sur lesquels l'emploi de l'arc aigu ait été constaté jusqu'à présent, sont ceux qui furent élevés en Sicile par les Sarrasins, du IXe au XIe siècle.
§ X. Les constructions sarrasines siciliennes présentent tous les éléments qui constituent plus particulièrement l'architecture dite gothique.
§ XI. L'arc aigu ayant été adopté en Sicile par les Sarrasins avant l'arrivée des Normands dans cette île, ce ne sont pas ces derniers qui y ont importé ce type de l'architecture dite gothique.
§ XII. La certitude que les Normands imitèrent dans la construction de leurs édifices l'architecture qu'ils trouvèrent en Sicile, est prouvée par d'autres emprunts que celui de l'arc aigu.
§ XIII. Monuments à l'appui des faits précités.
§ XIV. Les précédens monumens furent élevés par des artistes indigènes, et n'offrent aucune trace de l'influence d'artistes venus en Sicile avec les Normands.
§ XV. Après un intervalle de cent années, ce n'est qu'au commencement du XIVe siècle, que la Sicile voit s'élever de nouveaux édifices qui continuent à offrir, avec l'arc aigu, toutes les autres traces de l'influence de l'architecture arabe.
§ XVI. Série de monumens élevés au commencement du XIVe siècle et pendant toute sa durée.
§ XVII. A la fin du XIVe siècle et pendant le cours du XVe une des parties les plus caractéristiques de l'architecture arabe en Sicile, l'arc aigu, disparaît par l'emploi de l'arc à plein-cintre, qui lui est substitué.
§ XVIII. L'existence constatée de l'arc aigu dans les premières constructions siciliennes sarrasines, qui peuvent remonter au Xe siècle, jointe au fait de la disparition de cet arc vers le commencement du XVe et à celui de sa première application systématique aux constructions élevées à Palerme par les Normands, prouve incontestablement son origine orientale.
§ XIX. L'architecture arabe, sarrasine ou moresque, étant elle-même un composé d'architectures différentes, l'arc aigu qu'on y voit adopté peut avoir été imité d'après les monumens antiques, auquels on avait déjà appliqué la forme de cet arc, comme il peut avoir été le résultat d'une déviation progressive du plein-cintre ; dans tous les cas, cet arc fut importé par les Arabes dans l'Europe occidentale.
§ XX. L'influence de l'architecture orientale sur celle dite gothique résulte d'autres analogies que celle de l'arc aigu.
§ XXI. Les Normands ayant employé l'arc aigu en Sicile, avant l'invasion de l'Orient par les populations européennes, les rapports qu'ils conservèrent avec leur pays natal ont dû amener l'introduction de l'arc aigu en Normandie, avant l'introduction générale de l'architecture ogivale dans le reste de l'Europe, qui eut lieu à la suite des croisades.
§ XXII. Nonobstant l'influence certaine de l'architecture orientale sur l'architecture à ogive, c'est surtout aux artistes européens des XIIIe, XIVe et XVe siècles qu'il faut attribuer le mérite des monumens les plus parfaits de l'architecture dite gothique.
§ XXIII. L'influence de l'architecture sarrasine-normande ayant disparu des monumens élevés en Sicile depuis le XVIe jusqu'au XIXe siècle, l'architecture sicilienne, tout en se modelant sur l'architecture italienne, conserva partiellement un caractère traditionnel local.
§ XXIV. Résumé comparatif de l'architecture moderne de la Sicile avec l'architecture moderne de l'Italie et des autres pays.
Ouvrir la division APPENDICE.Fermer la division APPENDICE.
Sur les mosaïques de la Sicile, envisagées sous le rapport de leur emploi comme décoration inhérente aux monumens d'architecture, et sous celui de leur intérêt relativement à l'histoire de la peinture.22
Ouvrir la division DESCRIPTION DES PLANCHES.Fermer la division DESCRIPTION DES PLANCHES.
Frontispice25
Ouvrir la division MESSINE.Fermer la division MESSINE.
Ouvrir la division CATANE.Fermer la division CATANE.
Ouvrir la division SYRACUSE.Fermer la division SYRACUSE.
Ouvrir la division CASTEL-VETRANO.Fermer la division CASTEL-VETRANO.
Ouvrir la division ROUTE DE PALERME. Fermer la division ROUTE DE PALERME.
Ouvrir la division PALERME.Fermer la division PALERME.
Ouvrir la division PLANCHEFermer la division PLANCHE
Ouvrir la division ENVIRONS DE PALERME.Fermer la division ENVIRONS DE PALERME.