Document fourni par la société Bibliopolis
http://www.bibliopolis.fr
Oeuvres complètes [Document électronique]. Tome 2 / Rutebeuf ; [texte établi et trad. par Michel Zink,...]
 

Tome 2 (Ancien français)

 

Ci commence le miracle de Théophile

[Theophiles]

Ahi! Ahi! Diex, rois de gloire,

Tant vous ai eü en memoire

Tout ai doné et despendu

Et tout ai aus povres tendu:

Ne m'est remez vaillant un sac.

Bien m'a dit li evesque "Eschac"!

Et m'a rendu maté en l'angle.

Sanz avoir m'a lessié tout sangle.

Or m'estuet il morir de fain,

Se je n'envoi ma robe au pain.

Et ma mesnie que fera?

Ne sai se Diex les pestera...

Diex? Oïl! qu'en a il a fere?

En autre lieu les covient trere,

Ou il me fet l'oreille sorde,

Qu'il n'a cure de ma falorde.

Et je li referai la moe:

Honiz soit qui de lui se loe!

N'est riens c'on por avoir ne face:

Ne pris riens Dieu ne sa manace.

Irai je me noier ou pendre?

Je ne m'en puis pas a Dieu prendre,

C'on ne puet a lui avenir.

Ha! qui or le porroit tenir

Et bien batre a la retornee,

Molt avroit fet bone jornee!

Mes il s'est en si haut leu mis

Por eschiver ses anemis

C'on n'i puet trere ne lancier.

Se or pooie a lui tancier,

Et combatrë et escremir,

La char li feroie fremir.

Or est lasus en son solaz;

Laz, chetis! et je sui es laz

De Povreté et de Soufrete.

Or est bien ma vïele frete,

Or dira l'en que je rasote:

De ce sera mes la riote.

Je n'oserai nului veoir,

Entre gent ne devrai seoir,

Que l'en m'i mousterroit au doi.

Or ne sai je que fere doi:

Or m'a bien Diex servi de guile!

Ici vient Theophiles a Salatin qui parloit au deable quant il voloit.

[Salatins]

Qu'est ce? qu'avez vous, Theophile?

Por le grant Dé, quel mautalent

Vous a fet estre si dolent?

Vous soliiez si joiant estre!

Theophiles parole

C'on m'apeloit seignor et mestre

De cest païs, ce sez tu bien:

Or ne me lesse on nule rien.

S'en sui plus dolenz, Salatin,

Quar en françois ne en latin

Ne finai onques de proier

Celui c'or me veut asproier,

Et qui me fet lessier si monde

Qu'il ne m'est remez riens el monde.

Or n'est nule chose si fiere

Ne de si diverse maniere

Que volentiers ne la feïsse,

Par tel qu'a m'onor revenisse:

Li perdres m'est honte et domages.

Ici parole Salatins

Biaus sire, vous dites que sages;

Quar qui a apris la richece,

Molt i a dolor et destrece

Quant l'en chiet en autrui dangier

Por son boivre et por son mengier:

Trop i covient gros mos oïr!

Theophiles

C'est ce qui me fet esbahir,

Salatin, biau tres douz amis.

Quant en autrui dangier sui mis,

Par pou que li cuers ne m'en crieve.

Salatins

Je sai or bien que molt vous grieve

Et molt en estes entrepris,

Com hom qui est de si grant pris.

Molt en estes mas et penssis.

Theophiles

Salatin frere, or est ensis:

Se tu riens pooies savoir

Par quoi je peüsse ravoir

M'onor, ma baillie et ma grace,

Il n'est chose que je n'en face.

Salatins

Voudriiez vous Dieu renoier,

Celui que tant solez proier,

Toz ses sainz et toutes ses saintes,

Et si devenissiez, mains jointes,

Hom a celui qui ce feroit,

Qui vostre honor vous renderoit,

Et plus honorez seriiez,

S'a lui servir demoriiez,

C'onques jor ne peüstes estre.

Creez moi, lessiez vostre mestre.

Qu'en avez vous entalenté?

Theophiles

J'en ai trop vone volenté.

Tout ton plesir ferai briefment.

Salatins

Alez vous en seürement:

Maugrez qu'il en puissent avoir,

Vous ferai vostre honor ravoir.

Revenez demain au matin.

Theophiles

Volentiers, frere Salatin.

Cil Diex que tu croiz et aeures

Te gart, s'en ce propos demeures!

Or se depart Theophiles de Salatin

et si pensse que trop a grant chose en Dieu renoter et dist:

Ha! laz, que porrai devenir?

Bien me doit li cors dessenir

Quant il m'estuet a ce venir.

Que ferai, las?

Se je reni saint Nicholas

Et saint Jehan et saint Thomas

Et Nostre Dame,

Que fera ma chetive d'ame?

Ele sera arse en la flame

D'enfer le noir.

La la covendra remanoir:

Ci avra trop hideus manoir,

Ce n'est pas fable.

En cele flambe pardurable

N'i a nule gent amiable,

Ainçois sont mal, qu'il sont deable:

C'est lor nature.

Et lor mesons rest si obscure

C'on ni verra ja soleil luire;

Ainz est un puis toz plains d'ordure.

La irai gié!

Bien me seront li dé changié

Quant, por ce que j'avrai mengié,

M'avra Diez issi estrangié

De sa meson,

Et ci avra bone reson.

Si esbahiz ne fu mes hom

Com je sui, voir.

Or dit qu'il me fera ravoir

Et ma richesse et mon avoir.

Ja nus n'en porra riens savoir:

Je le ferai!

Diex m'a grevé: jel greverai,

Ja més jor ne le servirai!

Je li ennui.

Riches serai, se povres sui!

Se il me het, je harrai lui:

Preingne ses erres,

Ou il face movoir ses guerres!

Tout a en main et ciel et terres:

Je li claim cuite,

Se Salatins tout ce m'acuite

Qu'il m'a pramis.

Ici parole Salatins au deable et dist:

Uns crestiens s'est sor moi mis,

Et je m'en sui molt antremis,

Quar tu n'es pas mes anemis.

Os tu, Sathanz?

Demain vendra, se tu l'atans.

Je li ai promis quatre tans:

Aten le don,

Qu'il a esté molt grant preudon;

Por ce si a plus riche don.

Met li ta richece a bandon...

Ne m'os tu pas?

Je te ferai plus que le pas

Venir, je cuit!

Et si vendras encore anuit,

Quar ta demoree me nuit,

Si ai beé.

Ci conjure Salatins le deable.

Bagahi laca bachaé

Lamac cahi achabahé

Karrelyos

Lamac lamec bachalyos

Cabahagi sabalyos

Baryolas

Lagozatha cabyolas

Samahac et famyolas

Harrahya.

Or vient li deables qui est conjuré et dist:

Tu as bien dit ce qu'il i a:

Cil qui t'aprist riens n'oublia.

Molt me travailles!

Salatins

Qu'il n'est pas droiz que tu me failles

Ne que tu encontre moi ailles

Quant je t'apel.

Je te faz bien suer ta pel!

Veus tu oïr un geu novel?

Un clerc avons

De tel gaaing com nous savons:

Souventes foiz nous en grevons

Por nosre afere.

Que loez vous du clerc a fere

Qui se voudra ja vers ça trere?

Li deables

Comment a non?

Salatins

Theophiles par son droit non.

Molt a esté de grant renon

En ceste terre.

Li deables

J'ai toz jors eü a lui guerre

C'onques jor ne le poi conquerre.

Puis qu'il se veut a nous offerre,

Viengne en cel val,

Sanz compaignie et sanz cheval.

N'i avra gueres de travail:

C'est prés de ci.

Molt avra bien de lui merci

Sathan et li autre nerci.

Mes n'apiaut mie

Jhesu, le fil sainte Marie:

Ne li ferïons point d'aïe.

De ci m'en vois.

Or soiez vers moi plus cortois:

Ne me traveillier més des mois,

Va, Salatin,

Ne en ebrieu ne en latin.

Or revient Theophiles a Salatin.

Or sui je venuz trop matin?

As tu rien fet?

Salatins

Je t'ai basti si bien ton plet,

Quanques tes sires t'a mesfet

T'amendera,

Et plus forment t'onorera

Et plus grant seignor te fera

C'onques ne fus.

Tu n'es or pas si du refus

Com tu seras encor du plus.

Ne t'esmaier:

Va la aval sanz delaier.

Ne t'i covient pas Dieu proier

Ne reclamer

Se tu veus ta besoingne amer.

Tu l'as trop trové a amer,

Qu'il t'a failli.

Mauvesement as or sailli;

Bien t'eüst ore mal bailli

Se ne t'aidaisse.

Va t'en, que il t'atendent; passe

Grant aleüre.

De Dieu reclamer n'aies cure.

Theophiles

Je m'en vois. Diex ne m'i puet nuire

Ne riens aidier,

Ne je ne puis a lui plaidier.

Ici va Theophiles au deable, si a trop grant paor; et li déables li dist:

Venez avant, passez grant pas.

Gardez que ne resamblez pas

Vilain qui va a offerande.

Que vous veut ne que vous demande

Vostre sires? Il est molt fiers!

Theophile

Voire, sire. Il fu chanceliers

Si me cuide chacier pain querre.

Or vous vieng proier et requerre

Que vous m'aidiez a cest besoing.

Li Deables

Requiers m'en tu?

Theophiles

Oïl.

Li Deables

Or joing

Tes mains, et si devien mes hon.

Je t'aiderai outre reson.

Theophiles

Vez ci que je vous faz hommage,

Més que je raie mon domage,

Biaus sire, dés or en avant.

Li Deables

Et je te refaz un couvant

Que te ferai si grant seignor

C'on ne te vit onques greignor.

Et qui que ainsinques avient,

Saches de voir qu'il te covient

De toi aie lettres pendanz

Bien dites et bien entendanz;

Quar maintes genz m'en ont sorpris

Por ce que lor lettres n'en pris.

Por ce les vueil avoir bien dites.

Theophiles

Vez le ci: je les ai escrites.

Or baille Theophiles les lettres au deable et li deables li commande a ouvrer ainsi:

Theophile, biaus douz amis,

Puis que tu t'es en mes mains mis,

Je te dirai que tu feras.

Ja més povre homme n'ameras.

Se povres hom sorpris te proie,

Torne l'oreille, va ta voie.

S'aucuns envers toi s'umelie,

Respon orgueil et felonie.

Se povres demande a ta porte,

Si garde qu'aumosne n'en porte.

Douçor, humilitez, pitiez

Et charitez et amistiez,

Jeüne fere, penitance,

Me metent grant duel en la pance.

Aumosne fere et Dieu proier,

Ce me repuet trop anoier.

Dieu amer et chastement vivre,

Lors me samble serpent et guivre

Me menjue le cuer el ventre.

Quant l'en en la meson Dieu entre

Por regarder aucun malade,

Lors ai le cuer si mort et fade

Qu'il m'est avis que point n'en sente,

Cil qui fet bien si me tormente.

Va t'en, tu seras seneschaus.

Lai les biens et si fai les maus.

Ne jugier ja bien en ta vie,

Que tu feroies grant folie

Et si feroies contre moi.

Theophiles

Je ferai ce que fere doi.

Bien est droit vostre plesir face,

Puis que j'en doi ravoir ma grace.

Or envoie l'evesque querre Theophile.

Or tost! lieve sus, Pinceguerre,

Si me va Theophile querre,

Se li renderai sa baillie.

J'avoie fet molt grant folie

Quant je tolue li avoie,

Que c'est li mieudres que je voie:

Ice puis je bien por voir dire.

Or respont Pinceguerre:

Vous dites voir, biaus trés douz sire.

Or parole Pinceguerre a Theophile et Theophiles respont:

Qui est ceenz?

- Et vous qui estes?

- Je sui uns clers.

- Et je sui prestres.

- Theophiles, biaus sire chiers,

Or ne soiez vers moi si fiers.

Mes sires un pou vous demande,

Si ravrez ja vostre provande,

Vostre baillie toute entiere.

Soiez liez, fetes bele chiere,

Si ferez et sens et savoir.

Theophiles

Deable i puissent part avoir!

J'eüsse eüe l'eveschié,

Et je l'i mis, si fis pechié.

Quant il i fu, s'oi a lui guerre

Si me cuida chacier pain querre.

Tripot lirot por sa haïne

Et por sa tençon qui ne fine!

G'i irai, s'orrai qu'il dira.

Pinceguerre

Quant il vous verra, si rira

Et dira por vous essaier

Le fist. Or vous reveut paier

Et serez ami com devant.

Theophiles

Or disoient assez souvant

Li chanoine de moi granz fables:

Je les rent a toz les deables!

Or se lieve l'evesque contre Theophile et li rent sa dignité, et dist:

Sire, bien puissiez vous venir!

Theophiles

Si sui je! Bien me soi tenir,

Je ne sui pas cheüs par voie!

Li evesques

Biaus sire, de ce que j'avoie

Vers vous mespris, jel vous ament

Et si vous rent molt bonement

Vostre baillie. Or la prenez,

Quar preudom estes et senez,

Et quanques j'ai si sera vostre.

Theophiles

Ci a molt bone patrenostre,

Mieudre assez c'onques més ne dis!

Dés or més vendront dis et dis

Li vilain por moi aorer,

Et je les ferai laborer.

Il ne vaut rien que l'en ne doute.

Cuident il je n'i voie goute?

Je lor serai fel et irous.

Li Evesques

Theophile, ou entendez vous?

Biaus amis, penssez de bien fere.

Vez vous ceenz vostre repere;

Vez ci vostre ostel et le mien.

Nos richeces et nostre bien

Si seront dés or més ensamble.

Bon ami serons, ce me samble;

Tout sera vostre et tout ert mien.

Theophiles

Par foi, sire, je le vueil bien.

Ici va Theophiles a ses compaignons tencier, premierement a un qui avoit non Pierres:

Pierres, veus tu oïr novele?

Or est tornee ta rouele,

Or t'est il cheü ambes as.

Or te tien a ce que tu as,

Qu'a ma baillie as tu failli.

L'evesque m'en a fet bailli,

Si ne t'en sai ne gré ne graces.

Pierre respont:

Theophiles, sont ce manaces?

Dés ier priai je mon seignor

Que il vous rendist vostre honor,

Et bien estoit droiz et resons.

Theophiles

Ci avoit dures faoisons

Quant vous m'aviiez forjugié.

Maugré vostres, or le rai gié.

Oublié aviiez le duel!

Pierres

Certes, biaus chiers sire, a mon vuel

Fussiez vous evesques eüs

Quant nostre evesques fu feüs.

Més vous ne le vousistes estre

Tant doutiiez le roi celestre.

Or tence Theophiles a un autre:

Thomas, Thomas, or te chiet mal

Quant l'en me ra fet seneschal.

Or leras tu le regiber

Et le combatre et le riber.

N'avras pior voisin de moi.

Thomas

Theophile, foi que vous doi,

Il samble que vous soiez yvres.

Theophiles

Or en serai demain delivres,

Maugrez en ait vostre visages.

Thomas

Par Dieu! Vous n'estes pas bien sages:

Je vous aim tant et tant vous pris!

Theophiles

Thomas, Thomas, ne sui pas pris:

Encor pourrai nuire et aidier!

Thomas

Il samble vous volez plaidier.

Theophile, lessiez me en pais!

Theophiles

Thomas, Thomas, je que vous fais?

Encor vous plaindrez bien a tens

Si com je cuit et com je pens.

Ici se repent Theophiles et vient a une chapele de Nostre Dame et dist:

Hé! laz, chetis, dolenz, que porrai devenir?

Terre, comment me pués porter ne soustenir

Quant j'ai Dieu renoié et celui voil tenir

A seignor et a mestre qui toz mauz fet venir?

Or ai Dieu renoié, ne puet estre teü.

Si ai lessié le basme, pris me sui au seü.

De moi a pris la chartre et le brief receü

Maufez, se li rendrai de m'ame le treü.

Hé! Diex, que feras tu de cest chetif dolent

De qui l'ame en ira en enfer le boillant

Et li maufez l'iront a leur piez defoulant?

Ahi! terre, quar oevre, si me va engloutant!

Sire Diex, que fera cist dolenz esbahis

Qui de Dieu et du monde est hüez et haïs

Et des maufez d'enfer engingniez et trahis?

Dont sui je de trestoz chaciez et envaïs?

Hé! las, com j'ai esté plains de grant nonsavoir

Quant j'ai Dieu renoié por un petit d'avoir!

Les richeces du monde que je voloie avoir

M'ont geté en tel leu dont ne me puis ravoir.

Sathan, plus de set anz ai tenu ton sentier.

Maus chans m'ont fet chanter li vin de mon chantier.

Molt felonesse rente m'en rendront mi rentier.

Ma char charpenteront li felon charpentier.

Ame doit l'en amer: m'ame n'ert pas amee,

N'os demander la Dame qu'ele ne soit dampnee.

Trop a male semence en semoisons semee

De qui l'ame sera en enfer sorsemee.

Ha! las, com fol bailli et com fole baillie!

Or sui je mal baillis et m'ame mal baillie.

S'or m'osoie baillier a la douce baillie,

G'i seroie bailliez et m'ame ja baillie.

Ors sui, et ordoiez doit aler en ordure.

Ordement ai ouvré, ce set Cil qui or dure

Et qui toz jours durra, s'en avrai la mort dure.

Maufez, com m'avez mors de mauvese morsure!

Or n'ai je remanance ne en ciel ne en terre.

Ha! las, ou est li lieux qui me puisse soufferre?

Enfers ne me plest pas ou je me voil offerre;

Paradis n'est pas miens, que j'ai au Seignor guerre.

Je n'os Dieu reclamer ne ses sainz ne ses saintes,

Las, que j'ai fet hommage au deable mains jointes.

Li Maufez en a lettres de mon anel empraintes.

Richece, mar te vi! J'en avrai dolors maintes.

Je n'os Dieu ne ses saintes ne ses sainz reclamer,

Ne la tres douce Dame que chascuns doit amer.

Més por ce qu'en li n'a felonie n'amer,

Se je li cri merci nus ne m'en doit blasmer.

C'est la proiere que Theophiles dist devant Nostre Dame

Sainte roïne bele,

Glorieuse pucele,

Dame de grace plaine

Par qui toz biens revele,

Qu'au besoing vous apele

Delivres est de paine;

Qu'a vous son cuer amaine

Ou pardurable raine

Avra joie novele.

Arousable fontaine

Et delitable et saine,

A ton Filz me rapele!

En vostre douz servise

Fu ja m'entente mise,

Mes trop tost fui temptez.

Par celui qui atise

Le mal, et le bien brise,

Sui trop fort enchantez.

Car me desenchantez,

Que vostre volentez

Est plaine de franchise,

Ou de granz orfentez

Sera mes cors rentez

Devant la fort justice.

Dame sainte Marie,

Mon corage varie

Ainsi que il te serve,

Ou ja mes n'ert tarie

Ma dolors ne garie,

Ains sera m'ame serve.

Ci avra dure verve

S'ainz que la mors m'enerve

En vous ne se marie

M'ame qui vous enterve.

Souffrez li cors deserve

L'ame ne soit perie.

Dame de charité

Qui par humilité

Portas nostre salu,

Qui toz nous a geté

De duel et de vilté

Et d'enferne palu,

Dame, je te salu!

Ton salu m'a valu,

Jel sai de verité.

Gar qu'avoec Tentalu

En enfer le jalu

Ne praingne m'erité.

En enfer ert offerte,

Dont la porte est ouverte,

M'ame par mon outrage.

Ci avra dure perte

Et grant folie aperte,

Se la praing herbregage.

Dame, or te faz hommage:

Torne ton douz visage.

Por ma dure deserte,

El non ton Filz le sage,

Ne soffrir que mi gage

Voisent a tel poverte!

Si comme en la verriere

Entre et reva arriere

Li solaus que n'entame,

Ainsinc fus virge entiere

Quant Diex, qui es ciex iere,

Fist de toi mere et dame.

Ha! resplendissant jame,

Tendre et piteuse fame,

Car entent ma proiere,

Que mon vil cors et m'ame

De pardurable flame

Rapelaisses arriere.

Roïne debonaire,

Les iex du cuer m'esclaire

Et l'obscurté m'esface,

Si qu'a toi puisse plaire

Et ta volenté faire:

Car m'en done la grace.

Trop ai eü espace

D'estre en obscure trace;

Encor m'i cuident traire

Li serf de pute estrace.

Dame, ja toi ne place

Qu'il facent tel contraire!

En vilté, en ordure,

En vie trop obscure

Ai esté lonc termine:

Roïne nete et pure,

Quar me pren en ta cure

Et si me medecine.

Par ta vertu devine

Qu'adés est enterine,

Fai dedenz mon cuer luire

La clarté pure et fine,

Et les iex m'enlumine,

Que ne m'en voi conduire.

Li proieres qui proie

M'a ja mis en sa proie:

Pris serai et preez,

Trop asprement m'asproie.

Dame, ton chier Filz proie

Que soie despreez.

Dame, car leur veez,

Qui mes mesfez veez,

Que n'avoie a leur voie.

Vous qui lasus seez,

M'ame leur deveez,

Que nus d'aus ne la voie.

Ici parole Nostre Dame a Theophile et dist:

Qui es tu, va, qui vas par ci?

[Theophiles]

Ha! Dame, aiez de moi merci!

C'est li chetis

Theophiles, li entrepris,

Que maufé ont loié et pris.

Or vieng proier

A vous, Dame, et merci crier,

Que ne gart l'eure qu'asproier

Me viengne cil

Qui m'a mis a si grant escil.

Tu me tenis ja por ton fil,

Roïne bele.

Nostre Dame parole:

Je n'ai cure de ta favele.

Va t'en, is fors de ma chapele.

Theophiles parole:

Dame, je n'ose.

Flors d'aiglentier et lis et rose,

En qui li Filz Dieu se repose,

Que ferai gié?

Malement me sent engagié

Envers le Maufé enragié.

Ne sai que faire:

Ja més ne finirai de brere.

Virge, pucele debonere,

Dame honoree,

Bien sera m'ame devoree,

Qu'en enfer fera demoree

Avoec Cahu.

Nostre Dame

Theophiles, je t'ai seü

Ca en arriere a moi eü.

Saches de voir,

Ta chartre te ferai ravoir

Que tu baillas par nonsavoir.

Je la vois querre.

Ici va Nostre Dame por la chartre Theophile.

Sathan! Sathan! es tu en serre?

S'es or venuz en ceste terre

Por commencier a mon clerc guerre,

Mar le penssas.

Rent la chartre que du clerc as,

Quar tu as fet trop vilain cas.

Sathan parole:

Je vous la rande!

J'aim miex assez que l'en me pende!

Ja li rendi je sa provande,

Et il me fist de lui offrande

Sanz demorance,

De cors et d'ame et de sustance.

Nostre Dame

Et je te foulerai la pance!

Ici aporte Nostre Dame la chartre a Theophile.

Amis, ta chartre te raport.

Arivez fusses a mal port

Ou il n'a solaz ne deport.

A moi entent:

Va a l'evesque et plus n'atent;

De la chartre li fait present

Et qu'il la lise

Devant le pueple en sainte yglise,

Que bone gent n'en soit sorprise

Par tel barate.

Trop aime avoir qui si l'achate:

L'ame en est et honteuse et mate.

Theophile

Volentiers, Dame!

Bien fusse mors de cors et d'ame.

Sa paine pert qui ainsi same,

Ce voi je bien.

Ici vient Theophiles a l'evesque et li baille sa chartre et dist:

Sire, oiez moi, por Dieu merci!

Quoi que j'aie fet, or sui ci.

Par tens savroiz

De qoi j'ai molt esté destroiz.

Povres et nus, maigres et froiz

Fui par defaute.

Anemis, qui les bons assaute,

Ot fet a m'ame geter faute

Dont mors estoie.

La Dame qui les siens avoie

M'a desvoié de male voie

Ou avoiez

Estoie, et si forvoiez

Qu'en enfer fusse convoiez

Par le deable,

Que Dieu, le pere esperitable,

En toute ouvraingne charitable,

Lessier me fist.

Ma chartre en ot de quanqu'il dist;

Seelé fu quanqu'il requist.

Molt me greva,

Por poi li cuers ne me creva.

La Virge la me raporta,

Qu'a Dieu est mere,

La qui bonté est pure et clere.

Si vous vueil prier, com mon pere,

Qu'el soit leüe,

Qu'autre gent n'en soit deceüe

Qui n'ont encore aperceüe

Tel tricherie.

Ici list l'evesque la chartre et dist:

Oiez, por Dieu le Filz Marie,

Bone gent, si orrez la vie

De Theophile

Qui Anemis servi de guile.

Ausi voir comme est Evangile

Est ceste chose;

Si vous doit bien estre desclose.

Or escoutez que vous propose.

"A toz cels qui verront ceste lettre commune

Fet Sathan a savoir que ja torna fortune,

Que Theophiles ot a l'evesque rancune,

Ne li lessa l'evesque seignorie nesune.

Il fu desesperez quant l'en li fist l'outrage;

A Salatin s'en vient qui ot el cors la rage,

Et dist qu'il li feroit molt volentiers hommage,

Se rendre li pooit s'onor et son domage.

Je le guerroiai tant com mena sainte vie,

C'onques ne poi avoir desor lui seignorie.

Quant il me vint requerre, j'oi de lui grant envie.

Et lors me fist hommage, si rot sa seignorie.

De l'anel de son doit seela ceste letre,

De son sanc les escrist, autre enque n'i fist metre,

Ains que je me vousisse de lui point entremetre

Ne que je le feïsse en dignité remetre."

Issi ouvra icil preudom.

Delivré l'a tout a bandon

La Dieu ancele.

Marie, la virge pucele,

Delivré l'a de tel querelle.

Chantons tuit por ceste novele.

Or levez sus,

Disons: "Te Deum laudamus".

Explicit le miracle de Theophile.

 

Ci encoumence li miracles que Nostre Dame fist dou soucretain et d'une dame

Ce soit en la beneoite heure

Que Beneoiz, qui Dieu aheure,

Me fait faire beneoite oevre!

Por Beneoit .I. pou m'aoevre:

Benoiz soit qui escoutera

Ce que por Beneoit fera

Rutebuez, que Dieuz beneïsse!

Diex doint que s'uevre espeneïsse

En teil maniere que il face

Choze dont il ait grei et grace!

Cil qui bien fait bien doit avoir,

Et cil qui n'a sens ne savoir

Par quoi il puisse bien ouvreir,

Si ne doit mie recovreir

A avoir gairison ne rente.

Hon dit: "De teil marchié, teil vente."

Ciz siecles n'est mais que marchiez.

Et vos qui au marchié marchiez,

S'au marchié estes mescheant,

Vos n'estes pas bon marcheant.

Li marcheanz, la marcheande

Qui sagement ne marcheande

Pert ses pas et quanqu'ele marche.

Puis que nos sons en bone marche,

Pensons de si marcheandeir

C'om ne nos puisse demandeir

Nule riens au jor dou Juïse,

Quant Diex panra de toz justise

Qui auront ensi bargignié

Qu'au marchié seront engignié.

Or gardeiz que ne vos engigne

Li Maufeiz, qu'adés vos bargigne.

N'aiez envie seur nule ame:

C'est la choze qui destruit l'arme.

Envie semble herison:

De toutes pars sunt li poinson.

[Envie point de toutes pars,

Pis vaut que guivre ne liepars.]

Li cors ou Envie s'embat

Ne se solace ne esbat.

Toz jors est ces viaires pales,

Toz jors sunt ces paroles males.

Lors rit il quant ces voizins pleure,

Et lors li recort li duelz seure

Quant ces voizins a bien asseiz.

De mesdire n'iert ja lasseiz.

Or poeiz vos savoir la vie

Que cil mainne qui a envie.

Envie fait homes tueir

Et si fait bones remueir;

Envie fait rooignier terre,

Envie met el siecle guerre,

Envie fait mari et fame

Haïr, Envie destruit arme,

Envie met haïne en freres,

Envie fait haïr les meires,

Envie destruist Gentillesce,

Envie grieve, Envie blesce,

Envie confont Charitei

Et si destruit Humilitei.

Ne sai que plus briement vos die:

Tui li mal viennent par Envie.

Et por l'envie dou Mauffei,

Dont mainte gent sunt eschaufei,

Vos wel raconteir de .II. gent

Dont li miracles est moult granz.

Granment n'a mie que la fame

A un chevalier, gentiz dame,

Estoit en cest païs en vie.

Sens orguel iere et sanz envie,

Simple, cortoize, preux et sage;

N'estoit ireuze ne sauvage,

Mais sa bonteiz, sa loiauteiz

Passoit cortoizie et biautei.

Dieu amoit et sa douce meire.

N'estoit pas au[s] povres ameire

Ne marastre au[s] desconceilhez;

N'estoit pas ces huis verruilhés

Le soir quant hon doit habergier

La povre gent: nes .I. bergier

Faisoit ele si tres biau lit

C'uns rois i geüst a delit.

Plus avoit en li charitei,

Ce vos di ge de veritei,

Qu'il n'a en demi seuz dou monde;

N'est pas orendroit la seconde.

De tout ce me doi ge bien taire

Envers le tres biau luminaire

Qu'ele moutroit a samedi.

Et bien sachiez, seur m'arme di,

Que matines voloit oïr:

Ja ne l'en veïssiez foïr

Tant c'on avoit fait le servise.

Ce ne vous sai je en queil guise

Fasoit les festes Notre Dame:

Ce ne porroit dire nule ame.

Se g'estoie boens escrivains,

Ainz seroie d'escrire vainz

Que j'eüsse dit la moitié

De l'amour et de l'amitié

Qu'a Dieu moutroit et jor et nuit.

Ancor dout je ne vos anuit

Ce que j'ai .I. petit contei

De son sanz et de sa bontei.

Ses sires l'avoit forment chiere

Et moult li faisoit bele chiere

De ce qu'en veritei savoit

Que si grant preude fame avoit.

Moult l'amoit et moult li plaisoit

Trestoz li bien qu'ele faisoit.

En la vile ot une abaïe

Qui n'estoit pas moult esbahie

De servir Dieu l'esperitable;

Et si estoit mout charitable

La gent qui estoit en ce leu.

Bien seüst veoir cleir de l'eul

Qui i veïst .I. mauvais quas.

Or ont tot atornei a gas.

Chenoine reguleir estoient:

Lor regle honestement gardoient.

Laanz avoit .I. soucretain;

Orendroit nul home ne taing

A si preudome com il iere.

La glorieuze Dame chiere

Servoit de boen cuer et de fin,

Si com il parut en la fin.

Et si vos di qu'en trois parties

Estoient ces heures parties:

Dormir ou mangier ou oreir

Voloit. Ne savoit laboreir.

Toz jors vos fust devant l'auteil.

Vos ne verroiz jamais auteil

Com il estoit ne si preudome.

Ne prisoit avoir une poume

Ne n'avoit cure ne corage

De ce qui est choze volage,

C'om voit bien avenir souvent

Qu'avoirs s'envole avec le vent.

Por ce n'en avoit couvoitise.

Quant la chandoile estoit emprise

Devant la Vierge debonaire,

De l'osteir n'avoit il que faire:

Tout ardoit, n'i remanoit point;

Je ne di pas, c'il fust a point

Que plainz li chandelabres fust

Ou li granz chandeliers de fust,

Il en otast juqu'a raison

Qui feïst bien a la maison.

Par maintes fois si avenoit

Que la bone dame venoit

A l'eglize por Dieu proier.

Celui trouvoit cui otroier

Doit Notre Dame son douz reigne:

Jamais n'aura si boen chenoingne.

Ces gens moult saintement vivoient.

Li felon envieuz qui voient

Ceulz qui vivent d'oneste vie

D'eulz desvoier orent envie.

De lor enviaus envoierent,

Par maintes fois i avoierent,

Tant qu'il les firent desvoier

De lor voie et avoier

A une perilleuze voie.

Or est mestiers que Dieux les voie!

Tost va, ce poeiz vos veoir,

Choze qui prent a decheoir.

Tost fu lor penitance fraite

Qui n'estoit pas demie faite.

Anemis si les entama

Que li amis l'amie ama

Et l'amie l'ami amot.

Li uns ne ceit de l'autre mot;

De plus en plus les enchanta.

Quant cil chantoit Salve sancta,

Li parens estoit oblieiz,

Tant estoit fort desavoieiz.

Et quant il voloit graces rendre,

VII. fois li couvenoit reprendre

Ainz que la moitié dite eüst.

Or est mestiers Dieux li aüst!

Dou tout en tout a getei fuer

L'abit Saint Augustin dou cuer.

N'i a mais se folie non,

Fors tant que chenoignë at non.

[De l'ordre Augustin n'i a goute,

Fors que l'abit, ce n'est pas doute.]

Or est vai[n]cuz, or est conclus

Notre religieuz rencluz.

N'a plus fol en la region

Que cil de la region.

Et la dame religieuze

Rest d'ameir si fort curieuze

Qu'ele n'a d'autre choze cure.

Or est la dame moult oscure,

Car li oscurs l'a oscurcie

De s'oscurtei et endurcie.

De male cure l'a curee.

Ci a moult oscure curee

Qui n'est pas entre char et cuir,

Ainz est dedenz le cuer oscur

Qui estoit clers et curieuz

De servir Dieu le glorieuz.

Cureir la puisse li curerres

Qui des oscurs est escurerres!

Car si forment est tormentee

Et si vaincue et enchantee,

Quant ele est assise au mangier,

Il li couvient avant changier

Couleur .V. foies ou sis,

Por son cuer qui est si pencis,

Que li premiers mes soit mangiez.

Or est ces afaires changiez.

Voirement dit hon, ce me cemble:

"Dieux done bleif, deables l'emble."

Et li deable ont bien emblei

Ce que Diex amoit miex que blei.

Or face Diex novele amie,

Qu'il samble ceste nou soit mie.

Tost est alei, preneiz i garde,

Ce que notres Sires ne garde.

Dit la dame: "Dolante, lasse,

Ceste doleur toute autre passe.

Lasse! que porrai devenir?

Commant me porrai contenir

En teil maniere qu'il parsoive

Que la soie amors me desoive?

Dirai li ge? Nenil sanz doute:

Or ai ge dit que fole gloute,

Que fame ne doit pas proier.

Or me puet s'amor asproier,

Que par moi n'en saura mais riens.

Or sui ainsiz com li marriens

Qui porrit desouz la goutiere;

Or amerai en teil maniere."

Ainsi la dame se demoinne.

Or vos rewel meneir au moinne.

Li bons moinnes aime la dame,

Qui acroit sus sa lasse d'arme,

Mais la dame n'en ceit noiant.

Moult vat entor li tornoiant

Quant ele est au moustier venue;

Et s'il seüst la couvenue

Que la dame l'amast si fort,

Confortez fust de grant confort.

Il n'est en chemin ne en voie

Que li deables ne le voie:

Tout adés le tient par l'oreille;

D'eures en autres li conceille:

["Va, fols chanoines, por qoi tardes

Que ceste dame ne regardes?]

Va, a li cour et si la proie!"

Tant li semont et tant l'asproie

Que li chenoines a li vient:

Par force venir li couvient.

Quant la dame le vit venir,

De rire ne se pot tenir.

Ces cuers li semont bien a dire:

"Embraciez moi, biau tres douz sire!"

Mais Nature la tient sarree.

Nulle des dens n'a desserree

Fors que por rire; et quant ris ot,

Les dens reserre et ne dit mot.

Li preudons la prit par la main:

"Dame, vos aleiz chacun main

Mout matinet a sainte eglize.

Est ce por oïr le servize?

Ne puis plus ma doleur covrir,

Ainz me covient ma bouche ovrir;

Les dens me couvient dessereir.

Vos me faites sovent serreir

Le cuer el ventre sanz demour:

Dame, je vos aim par amour."

Dit la dame: "Vos estes nices!

Plus a en vos asseiz de vices

Que ne cudoie qu'il eüst,

Se sainte Charité m'aiüst!

Moult saveiz bien servir de guile.

Estes vos por ce en la vile

Por la bone gent engignier?

Haï! com saveiz bargignier!

Viez dou papelart, dou beguin!

Des or ne pris .I. angevin

Son bienfait ne sa penitance,

Si m'aïst Diex et sa poissance!

Je cuidai qu'il fust .I. hermites,

Et il est .I. faux ypocrites.

Haï! Haï! queil norrison!

Il est de piau de herison

Entorteilliez dedenz la robe

Et defors sert la gent de lobe,

Et s'a la traïson el cors

Et fait biau semblant par defors.

- Dame, dame, ne vos anuit!

Avant sofferrai jor et nuit

Des or mais mon mal et ma painne

Que vos die choze grevainne.

Taire m'estuet, je me tairai.

Laissier m'estuet, je le lairai:

Vos a prier n'en puis plus faire.

- Biaux sire chiers, ne me puis taire:

Tant vos aing, nuns nou pourroit dire.

Or n'i at plus, biaux tres doulz sire,

Mais que le meilleur regardeiz

Et dou descouvrir vos gardeiz;

Car se la choze est descouverte,

Hom nos tanrra a gent cuverte,

Sachiez, et si n'en douteiz pas.

Alons nos an plus que le pas

A tout quanque porrons avoir.

Prenons deniers et autre avoir

Si que nos vivons a honour

La ou nos serons a sejour,

Car la gent qui va desgarnie

En estrange leu est honie."

Dit li chenoignes: "Douce amie,

Sachiez, ce ne renfus je mie,

Car c'est li mieudres que g'i voie.

Or nos meterons a la voie.

Anquenuit; de nuit mouverons

A tout quanque nos porterons."

Or est la choze porparlee

Et de la meute et de l'alee.

La dame vint en son hostei.

Contre la nuit en a ostei

Robes et deniers et joiaux

Les plus cointes et les plus biaus.

C'ele em peüst porter la cendre,

Ele l'alast volentiers prendre,

Car la gent qui a ce labeure

Tient a perdu ce que demeure.

Li chenoignes est d'autres part

Qui el tresor fait grant essart;

Le tresor tresanoiantist

Aussi bien con c'il le nantist.

Tout prent, tout robe, tot pelice,

N'i laisse ne croix ne calice.

Un troussiau fait: troussiau, mais trousse.

Le troussiau prent, au col le trousse.

Or a il le troussiau troussei,

Mais s'on le trueve, a estrouz seit

Qu'il sera pris et retenuz.

Il est a la dame venuz

Qui l'atendoit; illec a coup

Chacuns met le troussel au coul:

Or semble qu'il vont au marchié.

Tant ont alei, tant ont marchié

Qu'esloignié ont li fol naïs

.XV. granz lieues le païs.

En la vile ont un hosteil pris.

Ancor n'ont de noiant mespris

Ne fait pechié ne autre choze

Dont Diex ne sa Mere les choze,

Ainz sunt ausi com suer et frere:

La douce Dame lor soit meire!

Venir me covient au couvent

Ou il n'avoit pas ce couvent.

Li couvenz dort ne se remue;

Li couvenz la descouvenue

Ne seit pas: savoir le couvient,

Car un convers au couvent vient

Et dit: "Seigneur, suz vos leveiz

S'anuit mais lever vos deveiz,

Qu'il est biauz jors et cleirs et granz!"

Chacuns est de leveir engranz.

Quant il ont le convers oï,

Durement furent esbahi

Qu'il n'orent oï soner cloche

Ne campenele ne reloge.

Or dient bien tot a delivre

Que ce soir avoit estei yvre

Li soucretainz: tant ot beü

Que li vins l'avoit deceü.

Mais je cuit qu'autre choze i a,

Foi que doi Ave Maria.

Tui sunt a l'eglize venu,

Petit et grant, jone et chenu.

Le socretain ont apelei

Qui le trezor ot trapelei.

Cil ne respont nes qu'amuiz.

Por quoi? Qu'il s'en estoit fuiz.

Quant il furent entrei en cuer,

Chacun vosist bien estre fuer,

Car trestuit si grant paor orent

(Li un des autres rien ne sorent)

Que la chars lor fremist et tremble.

L'abés parole a touz encemble:

"Seigneur, dit il, nos sont lobei:

Li soucretainz no a robei.

Frere, dit il au tresorier,

Laissates vos le trezor ier

Bien fermei? Car i preneiz garde."

Et li trezoriers i regarde:

Onques ne trova en tresor

Caalice ne croiz ne or.

Au couvent dit et a l'abei:

"Seigneur, dit il, nos sons gabei:

N'avons ne calice ne croix

Ne tresor qui vaille .II. noix."

Dit li abés: "Ne vos en chaille!

Va s'en il? Oïl! bien s'en aille!

C'il est de droit, ancor saurons

La ou il est, si le raurons."

Papelars fait bien ce qu'il doit,

Qui si forment papelardoit.

De l'engin servent et de l'art

Li ypocrite papelart.

De la loenge dou pueple ardent:

Por ce papelart papelardent.

Ne vaut rien papelarderie

Puis qu'el a papé larderie.

Jamais n'apapelardirai,

Ansois des papelars dirai:

"Pour choze que papelars die,

Ne croirai mais papelardie."

La Renomee qui tost court

Est venue droit a la court

Au chevalier cui sa fame ot

Desrobei, mais il n'en sot mot,

Qu'il n'avoit pas laianz geü.

Quant il a son hosteil veü

Si robei et si desgarni:

"Hé! Diex, com m'aveiz escharni,

Dit li chevaliers, biauz doulz Sire!

Or ne cuidai qu'en nul empire

Eüst teil fame com la moie:

De grant noiant m'esjoïssoie.

Or voi ge bien et croi et cuit

N'est pas tot ors quanque reluit."

Or seit il et seivent li moinne

Li soucretainz sa fame enmoinne.

Aprés s'en vont grant alleüre;

Ne chevauchent pas l'ambleüre

Mais tant com chevaul pueent corre,

Qu'il cuident lor proie rescorre.

Ce jor les mena bien Fortune:

Voie nes destorna nes une,

Ainz ont la droite voie alee

La ou cil firent lor alee.

Tant ont le jor esperonnei

Qu'avant que ho eüst sonei

Nonne vindrent au leu, je cuit,

Qui plus lor grieve et plus lor cuit.

Auz rues forainnes se metent

Et dou demandeir s'entremetent

Se hon avoir teil gent veüe

Qui ont teil vis et teil veüe:

Toute devisent lor fason.

"Por Dieu! savoir le nos face hon

C'il demeurent en ceste vile,

Car mout nos ont servi de guile."

Li chevaliers lor redescuevre

De chief en chief le fait et l'uevre.

La Renomee qui tost vole

A tant portee la parole

Qu'ele est a leur voizins venue

En une mout forainne rue,

Car la gent qui a ce s'atorne

En destornei leu se destorne.

Eulz encuza une beguine;

Sa langue ot non "Male voizine".

Or ont beguin chïé el fautre;

Beguin encuzent li un l'autre,

Beguin font volentiers damage,

Car c'est li droiz de beguinage.

Mais que loz em puissent avoir,

Beguin ne quierent autre avoir.

Cil s'en revont a la justise.

Li chevaliers lor redevise

Si com ces genz ont meserré

Et tot l'erre qu'il ont errei.

Et l'avoir qu'aportei en orent

Devizerent au mieuz qu'il porent.

Por ce c'om les trouva en voir,

Si recovint par estovoir

Que cil fussent lié et pris

Qui si durement ont mespris.

Pris furent et mis en prison

Por teil fait, por teil mesprison.

Et cil s'en vont lor garant querre

Qui ne sont pas loi[n]g de lor terre.

Or furent cil pris et loié

Que li Maufeiz ot desvoié.

Par maintes fois m'a hon contei

C'om doit reproveir sa bontei:

Li preudons sa bontei reprueve;

La glorieuze Dame rueve

Que de ce peril les delivre,

Qu'il cuident avoir estei yvre.

Dit li preudons: "Vierge pucele

Qui de Dieu fuz mere et ancele,

Qu'en toi eüz la deïté

Qui en toi prist humanitei,

Se ta porteüre ne fust

Qui fu mise en la croiz de fust,

En enfer fussiens sanz retour:

Ci eüst perilleuze tour.

Dame qui par ton doulz salu

Nos as getei de la palu

D'enfer, qui est vilz et oscure,

Vierge pucele nete et pure,

Dame servie et reclamee,

Par toi est toute fame amee.

Si com la roze ist de l'espine,

Issiz, glorieuze roïne,

De juerie qu'est poignanz,

Et tu iez soeiz et oignanz.

Dame, je vos ai tant servi,

Ce se pers que j'ai deservi,

Ci aura trop grant cruautei.

Vierge plainne de loiautei,

Par ta pitié de ci nos oste:

Ci a mal hosteil et mal hoste."

Dit la dame: "Vierge honoree

Que j'ai tantes foiz aoree

Et servie si volentiers,

Secour nos, qu'il en est mestiers!

Vierge pucele, Vierge dame,

Qui iez saluz de cors et d'arme,

Sequour ton serf, secour ta serve,

Ou ci at perilleuze verve.

Pors de salut, voie de meir,

Cui toz li siecles doit ameir,

Car regarde ceste forfaite

Qui de t'aïde a grant soufraite.

Dame cui la grace est donee

D'estre des anges coronee.

Et d'aidier toute creature,

De ceste grant prison oscure

Nos gete par ta volentei,

Qu'Anemis nos a enchantei,

Et ce par toi ne sons delivre,

A grant doleur nos couvient vivre."

Bien a oïe la complainte

La Mere Dieu de la gent sainte,

Si com il i a bien paru:

En la chartre a eulz aparu.

De la grant clartei souverainne

Fu si toute la chartre plainne

Que la gent qui furent humain

Ne porent movoir pié ne main.

Cele clartei qui si resclaire

Avec tot ce si soeif flaire.

Devant eulz vint la glorieuze

Qu'a nul besoing n'est oblieuze.

Les maufeiz tint enchaeneiz

Qui ces genz ont si maumeneiz.

Tant d'oneur lor commande a faire

Com il lor ont fait de contraire.

Cil ne l'ozerent refuzeir

Ne ne s'en porent escuzeir.

Chacuns de ces .II. anemis

A l'un de ceux sor son col mis.

D'iluec s'en tornerent grant oire.

Lor petit pas semblent tounoire.

Inelement vindrent a porte

A tout ce que chacuns enporte.

Li uns met celui en sa couche

Et li autres la dame couche

Leiz son seigneur si doucement

Que cil, qui dormoit durement,

Ne s'esveilla ne ne dist mot

Ne ne sot quant il sa fame ot.

Et l'avoir ront si ordenei

Qu'il ont aus moinnes or donei

Et argent que cil orent pris

Qui si durement ont mespris.

Li chevaliers rot son avoir,

C'onques ne pot aparsouvoir

C'on i eüst onques touchié.

Eiz vos l'afaire si couchié

C'or n'i pert nez que coz en eve.

Dés que Diex fist Adam ne Eve

Ne fu afaires si desfaiz

Ne esfaciez si grant mesfaiz.

Cil qui savoit de la nuit l'eure

Vest sa robe et se lieve seure

Et va ces matines sonneir.

Qui oïst moinnes tansonneir!

Si fist: "Ha! ha! hé! hé! sus! sus!"

Dit li abés: "Rois de lasus,

Biauz douz Peres, ce que puet estre?

Ce soit de par le roi celestre!"

Tuit se lievent inelepas

(Apris l'ont, ne lor grieve pas),

Si s'en sunt venu a l'eglize

Por commancier le Dieu servise.

Quant le soucretain ont veü,

Durement furent esmeü.

Dit li abés: "Biauz doulz amis,

Qui vos a ci ilec tramis?

Aleiz en autre leu entendre,

Qu'il n'a mais el tresor que prendre."

Dit li soucretain: "Biau doulz sire,

Qu'est or ce que vos voleiz dire?

Preneiz vos garde que vos dites!

- Je cuidai vos fussiez hermites,

Dist li abés, danz glouz lechierres,

Et vos estes .I. mauvais lerres

Qui nos aveiz emblé le nostre!

- Foi que je doi saint Poul l'apostre,

Dit li soucretains, sire chiers,

De parler estes trop legiers.

Se je vos ai fait vilonie,

Ne sui je en votre baillie?

Si me poeiz en prison metre.

Ne vos deveiz pas entremettre

De dire choze ce n'est voire,

Ne ne me deveiz pas mescroire.

Aleiz veoir a vostre perte:

Se vos la troveiz descouverte,

Se j'ai de riens vers vos mespris,

Je lo bien que je soie pris."

Au trezor aleir les rova:

Chacuns i va, ainz n'i trova

C'on i eüst mesfait noiant.

["Fantosme nous va faunoiant,

Dist li abés, seignor, sanz faille.

N'avoit ier ci vaillant maaille,

Et or n'i pert ne que devant."]

Eiz vos esbahi le couvent.

La dame, qui aleir voloit

Au moutier, si com el soloit,

Geta en son doz sa chemise.

Aprés si a sa robe prise.

Atant li chevaliers s'esvoille,

Car mout li vint a grant mervoille

Quant il senti leiz lui la dame.

"Qui est ce ci? - C'est vostre fame.

- Ma fame ne fustes vos onques!"

Li chevaliers se seigne adonques,

Saut sus, si a .I. tortiz pris.

Au lit s'en vient d'ireur empris.

Plus de .C. croix a fait sor lui.

"Ne cuidai qu'il eüst nelui,

Dit li chevaliers, avec moi;

Et orendroit gesir i voi

La rienz que je plus doi haïr.

Or me doi ge bien esbahir,

C'or aurai a non sire Hernous:

Ce seurenon ai ge par vos."

Dit la dame: "Bien porriez

Mieuz dire, ce vos voliez.

Aleiz veoir a votre choze:

Pechié fait qui de noiant choze."

Tant le mena sa va, la va,

Li chevaliers veoir i va.

Ne trueve qu'il ait rienz perdu:

Eiz le vos si fort esperdu

C'om le peüst penre a la main.

"C'il ne me couvenist demain

A mon jour aleir, sach[iez, dame,]

Ne vos mescreüsse, [par m'ame,]

Car j'ai quanque [perdu avoie:]

C'est fantome [qui me desvoie!"]

Au point d[u jor tantost se lieve,]

Au couvent vient et ne li grieve:

"Seigneur, dist il, ma fame taing;

Raveiz vos votre soucretain?

- Oïl, oïl, dient li moinne.

C'est fantosme qui nos demoinne.

- Biau seigneur, dit il au couvent,

Nos avons a annuit couvent

Que nos irons a nostre jour,

Et nos soumes ci a sejour!"

Por ce chacuns s'apareilla;

Montent, chevauchent, viennent la

Et truevent les .II. anemis

Qui enz semblances se sunt mis

De ceux qu'il en orent gitié

Quant Notre Dame en out pitié.

Eiz vos la gent toute esbahie

Et dou siegle et de l'abaïe:

Onques mais si fort ne le furent.

Por ce c'onques ne s'aparsurent

D'avoir perdu or ne argent

Et si orent arier lor gent

Qu'il avoient devant perdue,

Eiz vos la gent toute esperdue.

Consous lor donent qu'il alassent

A l'evesque et li demandassent

Queil choze il loeroit a faire

D'un teil quas et d'un teil afaire.

Tuit ont pié en estrier remis

Et se sunt a la voie mis.

[Mais n'orent] pas alei granment,

[Se li escripture] ne ment,

[Que de l'evesque] oient parleir:

[Cele part prenent] a aleir.

[Vienent la, li uns] li raconte

[La chose, et li evesque] monte,

Qu'il wet savoir que ce puet estre.

Mout se seingne de la main destre.

Tant ont chevauchié que la viennent.

Et li deable que se tiennent

En leu ce ceuz que il avoient

Delivreiz, quant il venir voient

Le prelat, moult grant paor orent,

Por ce que en veritei sorent

Que li prelas moult preudons iere:

Chacuns en enclina la chiere.

Li prelaz entre en la prison

Et regarda chacun prison.

Et quant il les ot regardeiz,

Si lor a dit: "Or vos gardeiz

Que vos me dites de ce voir:

Est ce por la gent desouvoir

Que pris en prison vos teneiz?

Or me dites dont vos veneiz."

Cil, qui n'ozerent au preudome

Mentir, li conterent la soume

De lor afaire et de lor voie.

Dit li uns: "Guerroié avoie

Une dame et .I. soucretain,

Por quoi pris en prison me taing,

Car honte lor cudoie faire.

Onques ne les pou a moi traire

Ne atorneir a mon servise,

Si m'en sui miz en mainte guise

Par quoi sor eulz pooir eüsse

Et que desouvoir les peüsse.

Moult cuidai bien avoir gabei

Chevalier, covent et abei,

Quant juque ci les fis venir:

Lors les cuidai moult bien tenir.

Onques nes poi a ce meneir,

Tant fort m'en seüsse peneir,

Que pechier les peüsse faire.

Or ai perdu tot mon afaire,

Si m'en irai lai dont je vaing,

Car bien ai travillié en vain.

Or aint li chevaliers sa fame,

C'onques ne vi si preude fame;

Cil tiengnent lor chenoine chier,

C'onques nes pou faire pechier."

Quant ces genz la parole oïrent,

Mout durement s'en esjoïrent.

Li chevaliers a moult grant joie.

Tart li est que sa fame voie,

Si l'embracera doucement,

Car or seit il bien vraiement

Qu'il a preude fame sanz doute.

La gent de l'abaïe toute

Refont grant joie d'autre part.

D'ilec cele gent ce depart.

Moult fu bien la poinne seüe

Que ces genz avoient eüe;

Cel sout mes sires Beneoiz,

Qui de Dieu soit toz beneoiz.

A Rutebuef le raconta

Et Rutebuez en .I. conte a

Mise la choze et la rima.

Or dit il que c'en la rime a

Chozë ou il ait se bien non,

Que vos regardeiz a son non.

Rudes est et rudement huevre:

Li rudes hom fait la rude huevre.

Se rudes est, rudes est bués;

Rudes est, s'a non Rutebuez.

Rutebuez huevre rudement,

Souvent en sa rudesce ment.

Or prions au definement

Jhesucrit le Roi bonement

Qui nos doint joie pardurable

Et paradis l'esperitable.

Dites Amen trestuit encemble,

Ci faut li diz, si com mei cemble.

Explicit.

 

Ci encoumence la vie de Sainte Elyzabel, fille au roi de Hongrie

Cil Sires dit, que hon aeure:

"Ne doit mangier qui ne labeure";

Mais qui bien porroit laborer

Et en laborant aoreir

Jhesu, le Pere esperitable,

La cui loange est parmenable,

Le preu feroit de cors et d'arme.

Or pri la glorieuze Dame,

La Vierge pucele Marie,

Par cui toute fame est garie

Qui la wet prier et ameir,

Que je puisse en teil leu semeir

Ma parole et mon dit retraire

(Car autre labour ne sai faire)

Et que cele en bon grei le preingne

Por cui j'enpraing ceste besoigne,

Ysabiaus, fame au roi Thiebaut,

Que Dieux face hatié et baut

En son roiaume o ces amis

Lai ou ces deciples a mis.

Por li me wel je entremetre

De ceste estoire en rime metre

Qui est venue de Hongrie,

Si est li Procés et la Vie

D'une dame que Jhezu Criz

Ama tant, ce dit li escriz,

Qu'il l'apela a son servize.

De lei list on en sainte Eglize.

Si com hon tient le lis a bel,

Doit hon tenir sainte Ysabel

A sainte, a sage et a senee.

Vers Dieu ce fu si asenee

Que toz i fu ces cuers entiers

Et s'atendue et ces mestiers.

Ysabiaus fu moult gentiz fame

De grant linage et bone dame,

De rois, d'empereours, de contes,

Si com nos raconte li contes.

La renomee de s'estoire

Alat a la pape Gregoire.

VIII apostoles ot a Roume

Devant cestui, ce est la soume,

Qui furent nomei par cest non.

Preudons fu et de grant renon,

Et droiz peires en veritei

Et au pueple et a la citei.

Chacun de la dame parla

Et des miracles que par la

Faisoit de contraiz redrecier,

De sours oïr, foulz radrecier,

De malades doneir santei,

D'autres miracles a plantei.

Quant notre peres l'apostoles

Ot entendues les paroles

Et la sainte vie a celi,

Moult li plut et li abeli.

Par sairemens le fist enquerre

Au granz preudomes de la terre,

C'om li mandast par letres clozes

Le procés et toutes les chozes

Que hon en la dame savoit

Qui si grant renomee avoit.

Li grant preudome net et pur

S'en alerent droit a Mapur,

La ou ceste dame repoze,

Por mieuz enquerre ceste choze.

Si assemblerent, ce me cemble,

Evesque et arcevesque encemble

Et preudomes religieuz

Qui n'estoient pas envieuz

De dire fable en leu de voir.

Quanque on puet aparsovoir

De ces miracles et troveir,

Quanqu'om pooit par droit proveir,

Enquistrent bien icil preudome

Dont je pas les nons ne vos nome.

Et nonporquant inelement

Ce il ne fussent alemant

Les nomasse, mais ce seroit

Tenz perduz qui les nomeroit.

Plus tost les nomasse et ansois

Ce ce fust langages fransois.

Mais n'ai mestier de dire fable:

Preudome furent et creable.

Ces preude genz firent escrire

En perchemin et clore en cyre

Quanqu'il porent aparsouvoir,

Sens assembleir mensonge a voir.

Li messagier furent mandei,

Onques n'i ot contremandei.

Assemblent soi, assemblei furent,

Encemble, ce me cemble, murent.

Lor besoignes bien atornees,

Tant alerent par lor jornees

La voie plainne et la perrouze,

Le pape truevent a Perrouze.

Tost fu la novele seüe;

La pietaille c'est esmeüe:

Chacuns vient, chacuns i acourt.

Li mesagier vindrent a court,

L'apostole baillent l'escrit

La ou li fait furent escrit

De la dame vaillant et sage.

Mout furent joï li message.

L'apostoles les lettres euvre

La ou li procés et li euvre

De cele dame fu descrite

Qui si fu de tres grant merite.

Cil sainz preudons la letre lit:

Li lires mout li abelit.

Moult prise la dame et honeure,

Por la dame de pitié pleure

Et de grant joie ausiment.

Que vos iroie plus rimant?

Saintefiee fu et sainte.

Puis fist ele miracle mainte

Que vos m'orroiz retraire et dire.

Dés or coumance la matire.

Ce fu donei a la Perrouze

Por la dame religiouze

De bone conversacion,

En l'an de l'incarnacion

Mil et .II. cens et quatre et trente,

Si com l'escriture le chante.

Por noiant vit qui ne s'avoie.

Qui ne wet tenir bone voie

Tost est de voie desvoiez.

Por ce vos pri que vos voiez

La vanité de ceste vie

Ou tant a rancune et envie.

Cil qui tout voit nos ravoia,

Qui de paradix la voie a

Batue por nos avoier.

Veeiz prevost, veeiz voier,

Voie chacuns, voie chacune:

Or n'i a il voie que une.

Qui l'autre voie avoiera,

Foulz iert qui le convoiera.

N'i fu pas la dame avoïe

Qui des anges fu convoïe

Lasus en paradix celestre

Quant dou siecle deguerpi l'estre,

Car sainte vie et nete et monde

Out menei la dame en cest monde.

Au roi de Hongrie fu fille.

Sa Vie, qui pas ne l'aville,

Dit que dame fut de Turinge.

Asseiz souvent laissa le linge

Et si frota le doz au lange.

Asseiz ce fist dou siecle estrange.

A Dieu servir vout son cuer mettre

Car, si com tesmoigne la lettre,

Vertuz planta dedens son cuer:

Auz euvres parut par defuer.

Touz vices de sa vie osta:

De Dieu s'oste qui teil oste a,

Ne puet ameir Dieu par amors.

Escole fu de bones mors,

Essamples fu de penitance

Et droiz miraours d'ynnocence,

Si com briement l'orroiz retraire,

Mais qu'il ne vos doie desplaire.

Si honeste vie mena

Tant com en cest siecle regna,

Dés qu'ele n'avoit que .V. anz

Juqu'ele en ot je ne sai quanz,

C'est a dire toute sa vie,

Que d'autre vie n'ot envie,

Si com li preudome l'enquistrent

Qui a l'apostole le distrent.

N'osta donc bien vices de li

Cele qu'a Dieu tant abeli,

Quant ele, qui si gentiz dame

Estoit come plus puet estre fame,

Fuioit les vaniteiz dou siecle

Et encignoit la droite riegle

D'avoir le regne pardurable

Avec le Peire esperitable

A ceux qui avec li estoient,

Qui de teil vie la savoient?

Orgueil, ireur et gloutenie

Et vices dont l'arme est honie,

Luxure, accide et avarice,

Et puis aprés le vilain vice

Qui a non envie la male,

Qui l'envieuz fait morne et pale,

Osta si et mit a senestre

Que Diex en ama miex son estre.

Por ce que sarmoneir me grieve,

Le prologue briement achieve,

Que ma matiere ne destruie:

Hon dit que biaux chanters anuie.

Or m'estuet brief voie tenir,

A mon propoz m'estuet venir.

Escouteiz donc, ne faites noize,

Si orroiz ja, c'il ne vos poize,

Les miracles apers et biauz

Que ma dame sainte Ysabiaus

Fist a sa vie et a sa mort.

Ainz puis meilleur dame ne mort

La mors qu'ele vint cele mordre

Qu'a Dieu servir se vout amordre.

Ne tint mie trop le cors chier:

Avant se laissast escorchier

Qu'au cors feïst sa volentei,

Tant ot le cuer a Dieu plantei.

En quatre pars est devisee

Sa Vie qui tant est loee.

La premiere partie dist

Les euvres qu'en sa vie fist:

Coument a Dieu servir aprist,

Juques lors qu'ele mari prist

Coument ce tint et nete et monde.

Or dit la partie seconde

Coument ele fut preuz et sage

Puis qu'ele entra en mariage.

La tierce partie devise

En queil maniere et en queil guise

Vesqui puis la mort son seigneur

Qui tant la tin a grant honeur,

Tant que par grant devocion

Prit l'abit de religion.

Ne vos wel pas faire lonc conte:

La quarte partie raconte

Coument cele qui teil fin a

Sa vie en l'Ordre defina.

Puis orroiz en la fin dou livre,

Se Jhesucriz santei me livre,

Miracles une finitei

Que cil de sa voizinetei,

Qui furent creable et preudome,

Proverent a la cort de Rome.

Moult est muzars qui Dieu ne croit,

Et cil mauvais qui ce recroit

De celui Seigneur criembre et croire

Qui nule fois ne seit recroire

D'acroitre seux qui en lui croient.

Donc sont cil fol qui ce recroient

Qu'au Criatour merci ne crient.

Cil qui de cuer ver li s'escrient,

C'il ont el Creator creance,

Endroit de moi je croi en ce

Que lor larmes, lor pleurs, lor criz

(Ou David ment en ces escriz)

Seront en joie converti.

Et cil seront acuverti

Qu'adés acroient seur lor piaux,

Car li paiers n'iert mie biaux.

Ceste dame qui en Dieu crut,

Qui seur ces piaux petit acrut,

Se dut bien vers Dieu apaier,

Car de legier le pot paier.

Or dit l'estoire ci endroit

.V. anz avoit d'aage droit

Sainte Ysabiaux, la Dieu amie,

La fille le roi de Hongrie,

Quant a bien faire conmensa.

Dés les .V. ans et puis ensa

Ot avec lui une pucele

Qui avoit auteil non com ele

Et vierge estoit er monde et nete,

Pucele non, mais pucelete.

Avec li fu por li esbatre:

L'une ot .V. anz et l'autre quatre.

A cele vierge fu requis

Et bien encerchié et enquis,

Qu'avec la dame avoit estei

Et maint yver et maint estei,

Qu'ele deïst tot le covainne

Coument la dame se demainne.

Cele jura et dit aprés:

"Or escouteiz, traeiz vos prés,

S'orroiz, dit ele, de celi

Qu'a Dieu et au siecle abeli.

Je vos di, et seur ma creance,

Que ceste dame dés c'enfance.

Si mit toute s'entencion

En Dieu et en religion:

Ce fut ces droiz entendementz,

Ces geuz et ces esbatemenz.

Car dés lors que .V. anz n'avoit,

Ja soit ce lettres ne savoit,

Portoit .I. sautier a l'eglize

Si com por dire son servize.

Leiz l'auteil voloit demoreir

Si com c'ele seüst oreir.

Afflictions faisoit el toutes.

A nuz genoulz et a nuz coutes,

Au pavement joignoit sa bouche:

N'i savoit nul vilain reprouche.

Li enfant qu'avec li estoient

Un geu souventes fois faisoient

Si com de sallir a un pié;

Et cele par grant amistié

Si c'en fuioit vers la chapele

Et laissoit chacune pucele

Si com s'adés deüst saillir.

Quant a l'entreir douvoit faillir,

Tant avoit cuer fin et entier

Que por Dieu baisoit le sentier.

Sachiez, ja ne fust en ce leu,

C'ele joast a queilque geu,

Que s'esperance et sa memoire

Ne fust a Dieu, le Roi de gloire.

Car se li cors jooit la fuer,

A Dieu avoit fichié le cuer.

Ainsi jooit sanz cuer li cors,

Li uns a Dieu, l'autre la fors.

A aucune des puceletes

Dizoit: "Je wel leiz moi te metes

Si te wel prier et requerre

Que nos mesurons a la terre,

Car de savoir sui mout engranz

La queiz de nos .II. est plus granz."

Si n'avoit de mesurer cure:

Por li couvrir par la mesure

Voloit que plus de bien feïst

Et plus de proieres deïst.

Ancor vos di ge derechief

Porce que saint Jehan en chief

Est garde de toute chastee,

Que la soie ne fust gastee,

Por ce i avoit s'amor mise

Et son cuer mis en son servize.

Celui ewangelistre amoit,

Aprés Dieu seigneur le clamoit.

S'om li demandoit por celui,

Ele n'escondizoit nelui.

Celui servi, celui ama,

Aprés Dieu son cuer et s'arme a

Mis a celui dou tout en garde.

Ne fist pas que fole musarde.

Se hom li eüst choze faite

Dont ele fust en iror traite,

Por saint Jehan l'Ewangelistre,

Son droit maitre et son droit menistre,

Li estoit dou tout pardonei,

Que ja puis n'en fust mot sonei.

Ancor vos di, c'il avenist

Qu'aleir gezir la couvenist,

C'ele n'eüst asseiz prié

Dieu et de cuer regracié,

Ele prioit dans son lit tant

Que mout c'i aloit delitant.

Aprés vos di a briez paroles:

En geuz, en festes, en quaroles

Et a quanque enfant doit plaire,

Si com c'el n'en eüst que faire,

Laissoit ele, saichiez sanz doute,

Car ne prisoit gaires teil route

Envers l'ami c'om doit ameir,

En cui amors n'a point d'ameir.

Ensi vesqui en sa jonesce.

Asseiz ot anui et destresse

Ansois qu'ele fust mariee,

Car a norrir estoit livree

Au plus granz seigneurs de l'empire.

De toute gent estoit la pire

Qui fust en la maison son peire.

Dure gent i out et ameire

Envers li plus qu'il ne dovoient.

Par envie moult la grevoient,

Tant i avoit venin et fiel.

"Ceste pantra la grue au ciel",

Fasoient il par ataïne,

Tant avoient en li haÿne

Por ce qu'onestement vivoit,

Et li faus envieuz qui voit

Honeste gent d'oneste vie

A toz jors d'eulz greveir envie.

Avant que son seigneur eüst

Ne que de l'avoir riens seüst

Fors ensi com la gent devine,

Cil qui savoient la couvine

Son seigneur li blament souvent

Et li aloient reprouvent

Ce que il la voloit ja prendre.

Ce il li peüssent deffendre,

Il li eüssent deffendu

Que ja n'i eüst entendu.

Et disoient sui concillier:

"Nos nos poons moult mervillier

Que beguins voleiz devenir.

Ne vos en poeiz plus tenir:

S'est folie qui vos enheite!"

Vollentiers l'eüssent soutraite

Et menee a aucun manoir,

Quant il virent que remanoir

Ne porroit mais, c'est la parcloze,

Et li eüssent fait teil choze

Dont ele perdist son doaire

Et s'en repairast au repaire

Son pere dont ele iere issue.

Mais Dieux l'en a bien deffendue,

Car celui qui Diex prent en cure,

Nuns ne li puet greveir ne nuire.

Or aveiz oïe s'enfance

Toute, fait cele, sanz doutance.

- Bele suer, com bien puet avoir

Que vos puissiez aparsavoir

Qu'avec li conversei aveiz?

Dites le nos, se vos saveiz",

Distrent cil qui firent l'essai.

"Sire, dist ele, je ne sai.

Je di por voir, non pas devin,

Dès lors qu'avec ma dame ving,

Quatre anz avoie et ele cinc.

Dès lors i ai estei ainsinc

Tant qu'ele vesti robe grise

(Tant vos en di, plus n'en devise)

C'est a dire l'abit de l'Ordre,

Qu'a teil amors ce vout amordre."

Piez poudreiz et pencee vole

Et cil qui par cignier parole

Sont troiz chozes, tot sanz doutance,

Dont je n'ai pas bone esperance

Ne nuns preudons ne doit avoir.

Car par ces trois puet hon savoir,

Qui a droit senz, le remenant.

Qui lors va celui reprenant

Et qui a bien faire l'enseigne,

Si vaut autant com batre Seinne.

Tout est perdu quanc'om li monstre:

Dites li bien, il fera contre,

Car il cuderoit estre pris

C'il avoit a bien faire apris.

Ne vaut noiant; li cuers aprent,

Li cuers enseigne et si reprent;

Au cuer va tout: qui a boen cuer

Les oeuvres moutre par defuer.

Li mauvais cuers fait mauvais home;

La preude fame et le preudome

Fait li boenz cuers, n'en douteiz mie.

Ceste qui a Dieu fu amie

Et qui a Dieu ce vout doneir

Ne s'en fist gaires sermoneir:

Sa serve fu, bien le servi,

Par bien faire l'a deservi.

Li boens sergens qui de cuer sert

En bien servir l'amor desert

De son seigneur par bien servir.

Qui ne se voudra aservir,

Je loz l'amou[r] de Dieu deserve

Qui que il soit, ou sers ou serve.

Car qui de cuer le servira,

Bien sachiez qu'il deservira

Par quoi l'arme de lui iert franche:

Ci n'a mestier fuie ne guanche.

Sainte Ysabiaux ot droit aage

D'avoir ordre de mariage.

Mari li donent; mari a,

Car cil qui bien la maria

N'en douta gaires chevaliers

Ne senechauz ne concilliers:

Ce fu li rois qui tot aroie,

Jhesucriz, qui les siens avoie.

Or dit la seconde partie

Que l'enfance est lors departie

Que fame pert non de pucele.

De ceste, qui dame novele

Est orendroit, vos wel retraire:

Or entendeiz de son afaire.

Li preudome orent moult grant cure

De savoir la veritei pure

De la sainte vie de ceste.

Mout en furent en grant enqueste.

Yzentruz, qui fu veve fame

Religioeuze et bone dame,

Fu avec li .V. anz, se croi,

De son conseil, de son secroi,

Au vivant Loÿs Landegrave.

Aprés i fu la dame vave

Puis que Loÿs fu trespasseiz

Un an entier et plus asseiz,

Tant qu'el ce fu a l'Ordre mise.

Des enquereours fu requise

Yzentruz de dire le voir.

Jureir l'estut par estovoir.

Yzentruz fist son sairement

Et puis si dist apertement

A son pooir la veritei:

"Humble, plainne d'umilitei

Est moult sainte Ysabiaus, fait ele.

Ja ne queroit de la chapele

Issir, ja ne querroit qu'oreir

Et en orisons demoreir.

Mout murmurent ces chamberieres

Que jamais ne queroit arieres

Venir dou moutier, ce lor cemble,

Mais coiement d'entr'eles s'emble

Et va Dieu prier en emblant:

Jamais ne verroiz sa semblant.

Quant plus iere en grant seignerie

Et plus iere amee et chierie,

Lors avoit ele un mandiant,

Qu'ele n'alast Dieu obliant,

Qui n'avoit pas la teste sainne;

Ainz vos di qu'il l'avoit si plainne

D'une diverse maladie

Que n'est pas droiz que je vos die

(Senz nomeir la poeiz entendre),

Que nuns n'i ozast la main tendre.

Celui netioit et mundoit,

Celui lavoit, celui tondoit:

Plus li faisoit, que vos diroie,

Que dire ne vos ozeroie.

En son vergier menoit celui,

Por ce que ne veïst nelui

Et que nuns hons ne la veïst.

Et s'aucune la repreïst

Et ele ne savoit que dire,

Si prenoit par amours a rire.

Entour li avoit .I. preudome

Que chacuns maitre Corraz nome

De Mapur, qui obediance

Li fist faire par l'otroiance

De son seigneur. Or soit seü

De quoi l'obediance fu;

Qui le vodra savoir, sel sache:

En l'abaïe de Senache,

Qui est de sainte Katerine,

Voa de pencee enterine

A entreir, se trovons el livre,

Se son seigneur pooit sorvivre.

Puis aprés li fist estrangier

Toute la viande a mangier

Dont ele pence ne devine

Qui soit venue de rapine.

Et de ce ce garda si bien

Que onques n'i mesprist de rien;

Car, quant la viande venoit

De leu qu'ele soupesenoit,

Et leiz son seigneur assise iere,

Si deïssiez a sa meniere

Qu'ele manjast, ce n'est pas fable,

Plus que nuns qui fust a la table:

Ce de mangier l'escondissoit

Que sa et la le pain brisoit.

Or savoient iteiz noveles

Trois senz plus de ces damoizele[s];

Son seigneur dient en apert

Que il s'arme traït et pert

Et que jamais n'iert asolue

De mangier viande tolue.

Il lor repont: "Forment me grieve,

Mais ne sai coument j'en achieve,

Et sachiez je n'en mangeroie

Ce les paroles n'en doutoie:

Se g'en faz ce que faire doi,

Ma gent me monterront au doi.

Mais bien vos di certainnement,

Se je puis vivre longuement,

Seur toute riens que je propoze

Moi amendeir de ceste choze."

Quant de droite rente venoit

La viande, si la prenoit,

Ou des biens de son droit doaire;

D'autre n'avoit ele que faire.

De ceulz manjue, de ceulz use,

Et ce cil faillent, si muze

Et ele et toute sa maignie:

Eiz vos sa vie desraignie.

Mais a pluseurs seigneurs mandoit

Et en present lor demandoit

Qu'il li donassent de lor biens

S'om ne trovast a vendre riens,

Car de droite rente estoit cort

Li biens qui venoit a la cort,

Et ele avoit bien entendu

Que li maitres or deffendu.

Asseiz souvent manjassent bien

Moult volentiers, ele et li sien,

Dou pain, se assez en eüssent

Que sanz doute mangier peüssent.

Et a la table endroit de soi

Avoit souvent et fain et soi.

Asseiz parlerent maintes bouches

Et distrent moult de teiz reprouches

Qui ne furent ne bel ne gent;

Cil n'ierent pas estrange gent,

Mais de la gent de lor hosteil,

Et dient c'onques mais n'ot teil

Mari dame com ceste la.

Chacuns le dit, nuns nel cela.

Jamais ne li fust nuns anuiz

A releveir chacune nuit

Por aleir a l'eglize oreir,

Et tant i voloit demoreir

Que nuns penceir ne l'ozeroit:

Dou dire, folie seroit.

Moult souvent li dizoit ses sires:

"Dame, vaurroit i riens li dires?

Je dout mout que mal ne vos face

Que n'aveiz de repoz espace.

Cui adés covient endureir,

Je vos di qu'il ne puet dureir."

Moult prioit a ces damoizeles

A toutes encemble que eles

L'esveillassent chacun matin;

Ne lor parloit autre latin.

Par le pié se faisoit tireir,

Car moult doutoit de faire ireir

Son seigneur et de l'esveillier.

Et il faisoit de soumeillier

Teil foiz semblant que il veilloit

Que que hon la dame esveilloit."

Dit Yzentruz: "Quant je voloie

Lei esvillier et je venoie

A son lit li par le pié prendre

Et je voloie la main tendre

Au pié ma dame et j'esveilloie

Mon seigneur, que son pié tenoie,

Il retreoit a li son pié

Et le soffroit par amitié.

Sor .I. tapiz devant son lit

Dormoit souvent a grant delit,

Par la grant plantei de prieres

Que Deux amoit et avoit chieres.

Quant dou dormir estoit reprise

Devant son lit en iteil guise,

Si respondoit com dame sage:

"Je wel que la char ait damage

En ce qu'ele soffrir ne puet

A faire ce que l'arme estuet."

Quant son seigneur laissoit dormant,

En une chambre coiement

Se faisoit batre a ces baasses,

Tant que de batre estoient lasses.

Quant avoit fait par grant loizir,

Plus liement venoit gesir.

Chacun jor en la quarentainne

Et une fois en la semainne

La batoient, ce vos redi,

En charnage le venredi.

Einsinc soffroit ceste moleste,

Devant gent fasoit joie et feite.

Quant ces sires n'i estoit pas,

Lo[r]s n'estoit pas la choze a gas:

En jeüneir et en veillier,

En oreir el cors travillier

Estoit ele si ententive

Qu'a grant merveilles estoit vive.

Ainsi vivoit et nuit et jor

Com dame qui est sanz seignor.

Si estoit debonaire et simple.

Bele robe ne bele guimple

Ne vestoit pas, mais la plus sale,

Tant que hon manjoit en la sale.

Et si estoit la haire mise

Emprés sa char souz sa chemise,

Et de robe estoit par defors

Moult richement vestuz li cors.

Lors peüst hon dire, ce cuit:

"N'est pas tot ors quanque reluit."

Lors estoit paree et vestue

Quant ele savoit la venue

Que ces sires dovoit venir,

Non mie por plus chier tenir

Le cors, se sachiés vos de voir;

Ainz poeiz bien aparsouvoir

Que ce pour son seigneur faisoit

Et que por ce mieulz li plaisoit.

A ces seculeres voizines,

Par jeünes, par deceplines

Enseignoit a fuir le siecle

Qui ne va pas a droite riegle

Et que chacuns devroit haïr,

Qui ne vodroit s'arme trahir.

Les quaroles lor deffendoit

Et toz les geus qu'ele veoit

Qui l'arme pooient correcieir.

Moult les amast a adrecieir

A honeste vie meneir

Par les bons essamples doneir.

Quant les borjoises dou chastel,

Affublees de lor mantel,

Aloient d'un enfant a messe,

Chacune aloit comme contesse,

[Moult] bien paree, a grant devise.

Ainsinc aloient a l'eglize,

Mais ele i aloit autrement,

Car ele i aloit povrement

Vestue et toute deschaucie.

Par les boes de la chaucie

Descendoit dou chatel aval,

Sens demandeir char ne cheval.

Son enfant en son braz venoit

Et sa chandoile ardant tenoit.

Tout ce metoit desus l'auteil,

Et un aignel, trestout auteil

Com Notre Dame fist au temple:

De ce prist ele a li essample.

En l'oneur Dieu et Notre Dame

Donoit a une povre fame

La robe qu'ele avoit vestue,

Quant de messe estoit revenue.

Moult ert la dame en orisons

Tant com duroient Rovisons,

Qu'entre les fames de la vile

(Ne cuidiez pas que se soit guile)

Se mussoit por aleir aviau.

Lors avoit ele son aviau!

Quant teile ovreigne pooit faire,

Jamais ne li peüst desplaire.

Filleir faisoit por faire toile;

N'est pas raisons que [je] vos soile

Qu'ele en faisoit quant faite estoit:

Freres Meneurs en revestoit

Et les autres qui de Poverte

Trouvoient trop la porte overte.

Toz biens a faire li plaizoit.

Les mors ensevelir faisoit.

S'aucun povre oïst esmaier

Qui deïst:"Je ne puis paier,

Laz! ne sai queil conseil g'i mete",

Ele paioit por li la dete.

Si ne li pooit abelir,

S'on faisoit riche ensevelir,

Qu'il enportast nueve chemise.

La viez li estoit en dos mise

Et la nueve por Dieu donee:

Si estoit la choze ordenee.

Ancor vos di, seigneur, aprés,

Ou que ce fust, ou loing ou prés,

Aloit les malades veoir

Et deleiz lor lit aseoir.

Ja si ne fust la maison orde,

Tant ot en li misericorde

Qu'el ne redoutoit nule ordure,

Car d'eulz aidier avoit grant cure.

Miresse lor estoit et meire,

Car n'estoit pas miresse ameire

Qui prent l'argent et si s'en torne,

Que que li malades sejorne;

Ansois ovroit de son mestier

Et i metoit le cuer entier.

Se li cors iere en guerre, dont

L'arme en atendoit guerredon.

Maitre Corraz por sermoneir

Et por boens examples doneir

Voloit aleir parmi la terre;

S'envoia cele dame querre.

Cele, c'une dame atendoit,

De la aleir se deffendoit,

Car c'estoit une grant marchise,

Si ne voussist en nule guise

Qu'ele ne trovast en maison,

C'on n'en deïst fole raison.

Por ce li fust de l'aleir grief.

Et cil la manda de rechief

Que seur son obediance veigne,

Que nule rient ne la deteigne.

Quant d'obediance parla,

[Et] la dame cele part la

C'en ala cens sa compeignie,

C'ele en deüst estre honie.

Merci cria de son mesfait

Et de l'irour qu'el li ot fait.

Ces compeignes furent battues,

Sens plus de chemises vestues,

Por le demoreir qu'eles firent

Puis que son messagier oïrent.

Or fu jadiz en un termine

Que il estoit moult grant famine,

Landegrave, qui preudons iere

Et qui l'amor Dieu avoit chiere,

Envoia com preudons loiaux

De ces granges especiaux

Tout le gaaingnage a Cremone,

Sanz ce que nuns ne l'en sermone,

Por departir au povre gens.

Moult iere li dons biauz et genz,

Car povres qui iere a sejour

De s'aumoenne passoit le jour.

A Watebort demoroit lors,

Un chatel de la vile fors.

Laianz a une grant maison

Qui lors estoit de la saison

Plainne d'enfermes et d'enfers:

Asseiz estoit griez ciz enfers.

Cil ne pooient pas atendre

Cele heure a quoi hon soloit tendre

Au povres l'aumoenne conmune;

Mais ja n'i eüst un ne une

Que ne veïst chacun par soi:

Cil n'avoient ne fain ne soi.

Ceux sermonoit sainte Ysabiauz,

Les moz lor dizoit doulz et biaux

De pacience et de salu,

Qui lor a auz armes valu.

Moult issoit souvent grant puour

De lor robes por la suour,

Si que soffrir ne la pooient

Celes qui avec li estoient.

Mais ele le soffroit si bien

Que jamais ne li grevast rien,

Ainz les couchoit et les levoit,

Que nule riens ne li grevoit,

Et les netioit neiz et bouche,

S'on l'en deüst faire reprouche.

La furent de par lei venu

Petit enfant et povre et nu

Qu'ele meïmes fist venir.

Qui les li veïst chiers tenir,

Leveir, coucheir, baignier et paistre,

Il la tenist a bone maistre.

Ne lor estoit dure n'ameire:

Li enfant l'apeloient meire.

A ceux aloit ele environ,

Ceux metoit ele en son giron.

A ce tens et a celui terme,

Trois manieres de gent enferme

Ot ele lors a gouverneir,

Que touz li couvint yverneir

(Et cil qui plus estoit haitiez

Ne ce soustenoit seur ces piez):

Mauvais i ot et si ot pires

Et trés mauvais; c'est granz martires.

Des .II. ai dit qu'ele en faisoit,

Coument ele les aaisoit;

Des autres vos dirai aprés.

Ceulz voloit avoir de li prés,

Devant le chatel leiz la porte,

La ou ele meïmes porte

Ce qu'a la table lor remaint.

Si lor espargnoit ele maint

Boen morcel qu'ele manjast bien:

Ce faisoit et ele et li sien.

A la table lor fut remeis

Uns poz qui n'estoit pas demeiz

De vin, si lor porta a boivre.

Si pou i ot, ne l'oz mentoivre.

Mais Dieux a cui rienz n'est celei,

Cui tuit secreit sunt revelei,

A cui nul cuer ne sunt covert,

I ouvra si, a descovert,

Que chacuns but tant com il pot

Et s'en remaint autant ou pot,

Quant chacuns ot asseiz beü,

Come au coumancier ot eü.

Je di por voir, non pas devine,

Moisson de semence devine

Moissonna en iteil meniere

Tant com meissons entra pleniere.

Touz ceulz qui se porrent leveir

Cenz eulz trop durement greveir

Revesti de lange et de linge

La bone dame de Turinge.

A chacun dona sa faucille

Por ce que hon les bleiz faucille:

Povres qui ne va faucillier

Ne ce porroit plus avillier

C'il est teiz que faucillier puisse,

Car il n'est nuns qui oizeul truisse

Lors clerc ne lai ne escuier,

Que il ne le doie huier.

Ainz que ces sires rendist arme,

Qu'ele estoit de Turinge dame,

Faisoit merveilles a oïr:

Lors la veïssiez esjoïr

Et de feste faire araignie

Qu'ele ert a privee maignie,

Senz compeigne d'estrange gent.

Ne demandoit pas le plus gent

Mantel qui fust dedenz sa chambre,

Si com l'estoire me remembre,

Mais le plus vil et le plus sale.

Ainsinc aloit parmi sa sale

Et bien disoit a bouche overte:

"Quant je serai en grant poverte,

Ainsinc serai je mais senz doute."

Puis ot ele povretei toute

Et bien prophetia, se cuis,

La povretei ou cheï puis,

Si com vo orroiz aprés dire

Se vos entendeiz la matire.

Touz jors à la Caine par rente,

Ne cuidiez pas que je vos mente,

Faisoit la dame .I. grant mandei

Ou li povre erent tuit mandei

Que la dame entour lei savoit.

A trestoz ceulz les piez lavoit

Et baisoit aprés essuier,

Ja ne li peüst anuier.

Et puis faisoit meziaus venir:

Qui lors l'en veïst couvenir,

Laveir les piez, baizier les mains!

Et trestot ce estoit dou mains,

Qu'avec aux se voloit seoir

Et les voloit de prés veoir.

Lors sermonoit en teil meniere:

"Moult deveiz bien a bone chiere,

Biau seigneur, soffrir cet martire.

N'en deveiz duel avoir ne ire,

Qu'endroit de moi j'ai la creance,

Se vos preneiz en paciance

Cest enfer qu'en cest siecle aveiz

Ne ce Dieu mercier saveiz,

De l'autre enfer seroiz tuit quite:

Or sachiez ci a grant merite."

Einsinc la dame sermonoit

Et puis aprés si lor donoit

A boivre et a mangier et robe,

Que ne les servoit d'autre lobe.

Se j'estoie boens escrivains,

Ainz seroie d'escrire vains

Que j'eüsse dit la moitié

De l'amour et de l'amistié

Qu'a Dieu moustroit et jor et nuit,

Mais je dout qu'il ne vos anuit.

Or a la dame ainsinc vescu

Et de sa vie a fet escu

Por s'arme deffendre et couvrir

Et por saint Paradix ouvrir

Envers li aprés son deceiz.

Pou en verreiz jamais de teiz

Qui fassent autant por lor ame.

Ainsi vesqui la bone dame

Tant com ces sires fu en vie.

Or orroiz la tierce partie

Qui parole de sa vevee,

Ou ele fu forment grevee.

Ces .II. fames qui jurei orent,

Qui la vie a la dame sorent,

S'acorderent si bien encemble

Que l'une raison l'autre cemble,

Par quoi cil qui l'enqueste firent

Moult durement s'en esjoïrent.

Et ces .II. avoient veüe

La bone vie et conneüe

Que ceste dame avoit menee

Qui tant fu et sage et senee.

Bons ovriers est qui ne se lasse:

Iteiz ovriers toz autres passe.

Qui porroit troveir teil ovrier,

Moult i auroit bon recouvrier;

Et moult est bons a mettre en huevre

Bons ovriers qui sanz lasseir huevre.

Cest ovrier vos wel descouvrir,

Por l'ovrier wel la bouche ovrir.

Li boens cuers qui Dieu doute et ainme,

Et la bouche qui le reclainme,

Li cors qui les euvres en fait

Et en paroles et en fait:

Ces .III. chozes mizes encemble,

C'est li ovriers, si con moi cemble;

C'est cil qui Dieu sert et aore,

C'est li labors que il labore.

Ceste dame teil oevre ouvra,

Boens ovriers fu, bien s'aovra,

Car senz lasseir le Roi de gloire

Servi, ce tesmoingne l'estoire.

La mors, qui fait a son passage

Passeir chacun, et fol et sage,

I fait ci passeir Landegrave.

La dame remaint dame vave;

Dame non pas, mais povre fame,

Car petit douterent lor ame

Li chevalier d'illec entour.

Fors dou chatel et de la tour

La getent et de son doaire;

Ne li laissent en nul repaire

A qu'ele se puisse assoupeir

Ne panre repast ne soupeir.

Li freres son seigneur vivoit

Qui jones hons ert et si voit

L'outrage que hon sa suer fait,

C'onques n'amenda le mesfait.

Or a quanque demandé a,

Or a ce a qu'ele bea,

Or est ele a sa volentei

Puis qu'ele chiet en povretei:

C'est ce qu'ele onques plus prisa,

C'est ce qu'a Dieu plus requis a.

Et por ce dist ci Rutebuez:

Qui a buez bee, ci a buez.

La dame est dou chatel issue,

Si est en la ville venue

Chiez un tavernier enz ou borc.

Et la taverniere l'acort

Et li dist: "Dame, bien veigniez!"

Li taverniers bien enseigniez

Li dit: "Dame, veneiz seoir:

Piesa mais ne vos pou veoir.

- Or ai mestier que hon me voie:

Hom m'a tolu quanque j'avoie,

Dit la bone dame en plorant,

De ce vois ge Dieu aorant."

Ensi jut la dame en l'osteil,

C'onques mais dame ne l'ot teil,

Mais li gezirs petit li grieve:

Endroit la mienuit se lieve,

Si ala oïr les matines

Auz Cordelés, mais ces voizines

N'i aloient pas a cele hore.

Moult mercie Dieu et aore

De ceste tribulation,

Et par mout grant devotion

Pria touz les Freres Meneurs

Graces rendissent des honeurs

A Dieu que il li avoit faites

Et de ce qu'il li a soutraites.

De grant charge l'a deschargie,

Car, qui richesse a enchargie,

L'arme est chargie d'une charge

Dont trop a envis se descharge,

Car moult s'i delite la chars.

Teiz charge fait le large eschars.

Qui de teil charge est deschargiez,

Si ne met pas en sa char giez

Li Maufeiz por l'arme enchargier.

Ne ce vout pas cele chargier

De teil charge, ainz s'en descharja;

Mise jus toute la charge a.

Or la repreigne qui la vaut:

Chargiez ne puet voleir en haut.

A l'endemain, sachiez de voir

Que nuns ne l'oza resouvoir

En son hosteil por habergier,

Ainz mena chiez un sien bergier

Ces enfans et ces damoizeles.

Or i a plus froides noveles,

Qu'il fist si froit que la dedens

Firent tuit martiax de lor dens.

La froidure lor fu destroite,

Et la maisons lor fu estroite.

Li bachelers, il et sa fame,

S'en issirent fors por la dame.

Dit la dame: "Se je veïse

Nostre hoste, graces li rendisse

De ce qu'il nos a hosteleiz.

Mais li hosteiz n'est gaires leiz."

A l'endemain est revenue

A l'osteil dont ele iere issue,

Mais nuns des homes son seigneur

Ne li porte foi ne honeur.

Chacuns dou pis qu'il puet li fait

Cens ce que riens n'i a meffait.

Chiez les parens de par le peire,

Ne sai chiez oncle ou chiez freire,

Ces enfans norrir envoia.

Cele remainc qui Dieu proia.

Une fois aloit a l'eglize

Por escouteir le Dieu servise,

Si passoit une estroite rue.

Contre li ce rest embatue

Une viellete qui venoit,

Cui ele s'aumoenne donoit.

Moult avoit en la rue fange,

Si fu la rue moult estrange;

De pierres i ot un passage.

La viellete, qui pou fu sage,

Geta la dame toute enverse

En cele grant boe diverse.

La dame d'ilec se leva,

Devesti soi, si se lava

Et rist asseiz de l'aventure

Et de la vielle et de l'ordure.

[Petit menja et petit but,

Que la maladie li nut

Ou ele ot grant piece geü.

Sus se leva si a veü

Lez li une fenestre grant.

Cele qui d'orer fu en grant

Mist son chief fors par la fenestre

Por gracier le Roi celestre.

Quant les iex clot, longuement pleure,

Longuement en ce pleur demeure,

Et quant les iex vers le ciel oevre,

Le plorer pert, joie recuevre;

Et mena ainsi tele vie

Jusqu'endroit l'eure de complie:

A iex clos plaine de tristesce,

A l'ouvrir recuevre leece.

Puis dist la dame: "Ha! Rois de gloire,

Puis qu'avoir me veus en memoire,

Ensamble o toi sanz departir

Estre vueil et tu repartir

Me vueilles, sire, de ton regne

Et de t'amor qui partout regne." ]

Ysantruz, qui plus fu s'amie

Que nule de sa compaignie,

Li dit: "Dame, a cui aveiz tant

Dit ces paroles que j'entant?"

Et sainte Ysabiaux li respont

Et les paroles li despont.

Son secreit li a descouvert

Et dit: "Je vi le ciel ouvert

Et vis Dieu vers moi enclignier,

Qui nelui ne wet engignier.

Conforteir me vint dou torment

Et de l'angoisse qui forment

M'ot tenue juqu'orendroit.

En ce point et en cel endroit

Que le ciel vi, si sui en joie;

Quant les yeux d'autre part tornoie,

Lors si me couvenoit ploreir,

Et la grant joie demoreir."

Or avint a celui termine,

De la dame de bone orine,

C'une sienne tante abaesse

De ce païs fu mout engresse

C'uns siens freres cui ele ert niece

La meïst chiez li une piece,

Si com teil dame, a grant honeur,

Tant qu'ele eüst autre seigneur.

Evesques estoit dou païs

Vers cele Hongrie laÿs.

Celes qui avec li estoient,

Qui chastée voei avoient,

Orent grant paor de s'aler

Et qu'ele ne fust mariee.

Mais la dame les reconforte

Et dit: "Mieulz vorroie estre morte

Qu'avoir ma foi vers Dieu mentie,

A cui je me sui consentie

A estre sa fame espouzee.

Teiz raisons ne sunt que rouzee,

Ne vous en deveiz desconfire:

Toutes raisons se laissent dire.

Sachiez, ce mes oncles m'esforce

Que je preigne mari a force,

Je m'enfuirai en aucun leu

Ou ge me ferai .I. teil geu

Que je me coperai le neis:

Si ert li mariage remeis,

Qu'il n'iert lors nuns hons qui ait cure

De si desfaite creature."

Cil siens oncles la fist meneir

A un chatel, tant qu'aseneir

La peüst a aucun preudoume;

Et vos savez, se est la soume,

D'ameir Dieu fist semblant et chiere,

Si n'en fut fauce ne doubliere.

Dementieres qu'en ce torment

Estoit dementans si forment,

Vint uns messagiers a la porte,

Qui unes noveles aporte

Qu'en son païs l'estuet erreir

Les oz son seigneur enterreir

C'on aporte d'outre la meir.

Cele qui tant le pot ameir

Rendi graces a Dieu lou peire

Et a la soie douce Meire

De ce qu'ainsi l'a conseillie.

De l'erreir c'est aparillie,

Vint la ou li vasseur l'atendent

Qui les oz enterreir conmandent

En un cloitre d'une abaïe.

Or ait Diex l'arme en sa baillie!

Landegrave fu mis en terre.

La dame prirent a requerre

Que ele a Turinge s'en veingne:

Il atorneront sa besoingne

De son doaire en iteil guise

Com la droiture le devise.

Dit l'evesques: "Ele i ira,

Mais que chacuns m'afiera

Que son doaire li rendroiz

Tantost qu'a Turinge vanroiz."

Mais pou prisa doaire et don,

Si qu'ariers s'en vint a bandon

Ou leu dont ele estoit issue.

Mais pou c'i est aresteüe

Quant ces maitres par estovoir,

Maitre Corraz, l'en fist mouvoir.

De son doaire estoit la vile

Et li chatiauz, ce n'est pas guile;

Mais avoir n'i pot remenance,

Qu'ele i iere sor la pesance

De ceulz qui aidier li devoient

Et il a force li grevoient.

Issi s'en, qu'issir l'en couvint.

A une vilete s'en vint,

Si entra en une maison

Qui n'estoit pas mout de saison:

Par les paroiz estoit overte

Et par deseure descoverte.

Fox est qui por teil leu s'orgueille!

Asseiz i pleüst se la fueille

Des aubres n'en otast la pluie:

S'a pluie mueille, a chaut essuie.

Dou pain manjue volentiers,

Non pas tant com li est mestiers:

Ne li chalut dou seureplus.

Ausi fu com en un renclus

Et sa gent conme gent rencluze:

N'est pas drois que Diex les refuze.

Li chauz, li venz et la fumee

I estoit bien acoutumee,

Se les grevoit auz ieuz souvent

Et les metoit en grief torment.

Nequedent ses mains en tendoit

Vers Dieu et graces l'en rendoit.

D'ilec s'en ala a Mapur.

Une maison faite de mur

De boe et de mauvais marrien,

Si viez qu'el ne valoit mais rien,

Ot ilec. Moult i demora,

Dieu i servi et aora.

A la bone dame donerent

.II. mile mars, a tant finerent,

De son doaire sui ami.

Ainz n'en retint marc ne demi:

Tout departi auz povre gens.

Ansi s'en ala li argens.

Or li furent remeis ancor

Robes, vaissiaux d'argent et d'or

Et drap de soie a or batuz:

Si fu li orgueulz abatuz,

C'onques nuns n'en vot retenir.

A Dieu en laissa couvenir.

El non dou Pere esperital

Fonda illec .I. hospital.

Illec couchoit a grant honeur

Moult des povres Nostre Seigneur;

A boivre, a mangier lor donoit,

Tot le sien i abandonoit.

De ces amis en fu blamee,

Laidengië et mesamee

Et clamee fole musarde,

Por ce que les povres regarde.

Quant tiez chozes pooit oïr,

Riens nel pooit plus esjoïr.

En poinne, en tribulacion

La conforta, ce dit l'estoire,

Aprés Dieu le pape Gregoire

Qui par letres la saluoit

Et mout d'escriz li envioit

Ou mout avoit enseignement

Par qu'ele vesqui chastement,

Examples de sains et de saintes

Et de douces paroles maintes.

Et li prometoit a avoir

Avec tout ce .I. doulz avoir,

C'est la joie de paradix

Que li saint conquirent jadiz.

C'ele vousist greigneur avoir,

Grant seignerie et grant avoir

Eüst eü plus que devant:

Tout ne prise un trespas de vent.

Maistre Corraz bien li sermone

Temporeiz choze ne foisone:

Tost est passei dou soir au main

Tiez richesce c'on a en main;

Ainsinc s'en vont com eles viennent

Que hom ne seit qu'eles deviennent.

L'amour de Dieu ot si ou cuer,

Toutes teiz chozes geta fuer.

Dou dit au maitre li souvint

Si que par force li couvint

Enfanz et richesce oblieir

Et seignorie et marieir.

Lors dist ele a ces chamberieres:

"Dieux a oïes mes proieres.

Seignorie que j'ai eüe

Ne pris pas un rain de secüe.

Mes enfans aim pou plus d'ainsinc

Que les enfanz a mes voizins.

A Dieu les doing, a Dieu les lais:

Faisse en son plaisir desormais!

Je n'aing fors Dieu tant soulement,

Mon creatour, mon sauvement."

Maitre Corraz mout la tentoit.

Por ce que plus la tormentoit,

Li ostoit d'entour li la gent

Dont plus li estoit bel et gent.

Si fist por li plus tormenteir

Et por li faire gaimenteir.

Dit Yzentrus: "Por ce que plus

M'amoit que tot le seureplus,

Me mit il fors de la maison;

Et si n'i sot autre raison

Fors li greveir et anuier,

Et por croitre le Dieu mestier

Par ceste tribulacion:

Ez vos toute s'entencion.

Sa compaingne qui dés s'enfance

Ot fait avec li penitance

Li osta, si que de nos deuz

Li engrignoit toz jors li deulz.

Por nos .II. mout sovent ploroit,

Por ce que cens nos .II. estoit.

Que vous feroie longue rime?

La gent felonesse et encrime

Mist entor li, la bone osta.

Si crueiz vielles a hoste a,

C'ele mesprent, eles l'ancusent;

A li greveir mout souvent musent.

Ne l'estuet pas panceir a truffes:

Batre la font et doneir buffes

Quant maistre Corraz a li vient.

Puis que des buffes li sovient

Que Diex resut, si les resoit:

Ainsinc la char vaint et desoit.

Toz jors a bien faire s'amort

De s'enfance jusqu'a la mort.

Por haïne ne por envie,

Tant com au siecle fu en vie,

Ne por mal c'om li feïst traire,

Ne laissa onques bien a faire."

Ainsi dit Ysentruz et Gronde,

Les .II. meilleurs dames dou monde;

Lor parole si bien s'acorde,

Se c'une dit l'autre recorde.

Esperance d'avoir pardon

Ou par penitance ou par don

Fait endureir mainte mesaise.

Li endureiz fait moult grant aise,

Car moult legierement endure

Qui eschive poinne plus dure.

Ceste dame, qui pou dura,

Penitance dure endura

Por avoir vie pardurable

Avec le Pere esperitable.

Ici dit la quarte partie,

Lai ou la fins est de sa vie,

Qu'ele avoit une damoizele

Qui avoit auteil non com ele.

Anbedeuz Ysabiaus ont non.

Preude fame et de grant renon

Fu mout ceste, ce dit l'estoire.

Por ce c'om le peüst mieux croire,

Jura qu'ele diroit le voir

De quanqu'ele porroit savoir

De toute la vie sa dame.

Ainsi le jura deseur s'arme.

"Seigneur, dit ele, bien sachiez:

Cenz mauvais vices, sanz pechiez

Est moult ma dame, et de vertuz

Est li sienz cors toz revestuz.

Oÿ aveiz en queil meniere

Au povres fasoit bele chiere.

Au povres fist plus biau servise

Puis qu'ele fut en l'Ordre mise

Que onques n'avoit fait devant.

Aucunes fois et moult souvent

Lor donoit, ce dit Ysabiaux,

Le més qui plus lor estoit biaux."

Et dit ancor que une dame,

Gertruz, qui estoit gentiz fame,

Vint veoir ceste dame sainte

Dont hom disoit parole mainte.

Bertoulz, un enfes, vint o soi.

De Dieu servir avoit grant soi,

Si li pria moult doucement

Qu'a Dieu priast devotement

Que Dieux l'empreïst de sa flame

Si que sauveir en peüst s'arme.

Sainte Ysabiaux Dieu reclama,

Que de cuer finement ama,

Qu'a l'enfant otroiast sa grace.

Ne demora gaires d'espace,

Quant il et la dame prioit,

Que li enfes haut s'escrioit:

"Dame, laissiez votre raison,

Car Dieux m'a mis hors de prison

Et m'a de s'amour eschauffei

Et mis hors des mains au Maufei!"

A chacun ainsinc avenoit

Qui por teil quas a li venoit.

Ce li avint que je recort

Un an tout droit devant sa mort.

Or avint, si com d'aventure,

C'une trop bele creature

Vint a li, s'ot non Heluÿs.

Li corages li fut fuÿz

De Dieu ameir parfaitement,

Ainz ot mis son entendement

A ces beles treces pignier.

N'i vint pas por li encignier

Conment hom devoit Dieu servir

Por saint Paradix deservir:

Une soie suer vint veoir,

Conforteir et leiz li seoir,

Qui chiez cele dame gisoit.

Or n'est nuns hom, c'il devisoit

Conment ele avoit biaux chevoux,

Qui ne fust a deviseir foux;

Car qui daleiz li s'acoutast,

Il deïst qu'ors en degoutast,

Tant estoient et crespe et blonde:

Tant de si biaux n'avoit ou monde.

Ces chevoux si blondes et biaus

Fist copeir sainte Elisabiaux;

Et cele pleure et brait et crie

Si que hautement fu oïe.

Les genz qui cest afaire virent

A ceste bone dame dirrent

Por qu'ele avoit le chief tondu.

La dame lor a respondu:

"Seigneur, fait ele a briez paroles,

N'ira ele pas au queroles.

Bien cuideroit estre honie

A tout sa teste desgarnie."

Lors conmanda c'om li apele

A li venir ceste pucele.

Cele y vint. Adonc li demande

De ces cheveux raison li rande

Qu'il li ont au siecle valu,

Puis que l'arme en pert son salu.

"Dame, ja en orroiz la voire:

[Ou] nonnain blanche ou nonnain noire

Eüst estei, ce mi chevou

N'eüssent fait mon cuer si fou.

- Dont ainz je mieulz tondue soies,

Tout por toi metre en bones voies,

Que li miens filz fust empereres,

Si m'aïst mes sires sainz Peires."

Ainsi la prist et la desut,

En l'Ordre avec li la resut.

En ce meïsme jour avint,

Que Heluÿs en l'Ordre vint,

Cinquante mars dona d'argent

Et departi a povre gent.

Mais ne pot pas cele pecune

Departir de jor sens la lune.

Li povre c'en vont, li plus fort.

Cil qui plus orent de confort

Mestier demorerent o soi;

Mais cil n'orent ne faim ne soi,

Ansois furent a grant delit

Bien peü, et s'orent boen lit,

Bien aaisié trestout a point,

Lor piez laveiz et furent oint,

Que creveiz orent de mesaise.

Je vos di que tant orent aise

Qu'il oblierent la destresse

Et chanta chacuns de leesse,

Car povres qui a bien senz faille

Met tot le mal a la viez taille.

Alee estoit esbatre .I. jour

Si com ele estoit a sejour.

Loing de son hospitaul trouva

Une fame qui travilla.

La bone dame fist la couche,

Dedens une grange l'acouche.

L'enfant resut et en fu baille,

La premiere fu qui le baille.

Leveir le fist et baptizier:

Son non, qui tant fist a prizier,

Mist a l'enfant, s'en fu mairrainne.

Teil marrainne n'a mais el rainne!

Chacun jor le mois tout entier

Sot bien laianz le droit sentier:

Bien la porvit en sa gesine

De pain, de vin et de cuzine.

Quant li termines fu passeiz

Lai ou ele ot eü asseiz

Quanque droiz a teil fame fu,

Le pain, le vin, la char, le fu

Et le baing, quant il fu a point,

Que de mesaise n'i ot point,

Et dou moustier fut revenue,

Et la dame c'est devestue

De son mantel grant aleüre

Et de sa propre chauseüre,

Avec tout .XII. colonnois

Dont li uns vaut .IIII. tornois,

Tot li done, lors s'en parti

Quant tot ce li ot departi.

Et cele et ces maris encemble

C'en foïrent, si com moi cemble.

L'enfant laisserent en l'ostei,

Tot l'autre avoir en ont ostei.

Devant c'om conmensast matines,

Ces .II. qu'a Deu sont enterines

Ysabiaus oïr le servise

Et sa dame sont a l'eglize

Venues. Quant la dame i vint,

De sa fillole li souvint:

Ysabel savoir i envoie.

Cele vint la. Que vos diroie?

Ne trouva que l'enfant dormant.

Eiz vos celi en grant tormant!

A la dame en est revenue

Et li dist la descouvenue.

"Va donc, fait ele, l'enfant querre,

Puis qu'alei sunt fors de la terre!"

Por norrir l'envoia la dame

Tout maintenant enchiez la fame

D'un chevalier, qui sa voizine

Estoit et de mout franche orine.

Lors envoia querre le juge

Qui les droiz de la citei juge,

Si coumanda c'om les querist

Lai ou li querres s'aferist.

Demandei furent et rouvei

Et quis, ainz ne furent trovei.

Dit Ysabiaux: "Ma dame chiere,

Hom ne puet en nule meniere

Troveir. Priez a Dieu le Peire

Que il rende a l'enfant sa meire."

Cele dit qu'ele n'ozeroit,

Maitre Corraz le saveroit,

Mais fasse en Diex sa volentei.

Ainz n'i ot plus dit ne chantei.

Ne demora mie granment,

Se li escriture ne ment,

Li mariz et la fame vindrent:

A genoillons leiz li se tindrent

Et regehirent lor pechiez

Dont Mauffeiz les ot entechiez.

Devant li distrent par couvant

Qu'aleir ne pooient avant;

Remede quistrent dou meffait

Que cens raison avoient fait.

Lors distrent les genz dou chastel

Que des solers et dou mantel

N'aura point, ainz iert departi,

Por ce que vilment s'en parti.

La dame lor dit: "Bien me plest,

Faites en tout quanque droiz est."

A une pucele donerent

Le mantel qu'a celi osterent:

Cele voa religion

Tantost de bone entencion.

Une vesve rot en ces piez

Les solers qu'ele avoit chauciez,

Et cele reprist son enfant

Qu'ele ot laissié mauvaisement.

La vile laisse, si s'en ist:

Tant grate chievre que mau gist.

Ermenjars, qui religieuze

Estoit forment et curieuze

De Dieu servir parfaitement,

Refist ainsi son sairement.

Ainz fu de gris abit vestue

Que la dame ce fust rendue,

Et bien dit qu'ele acoustuma

La dame qui teil coutume a,

A menistreir au povres seule.

Jusque lors ne manjoit lor gueule

Qu'ele meïmes les paissoit,

Qui pou ou niant les laissoit.

Tant estoit la dame humble et simple,

Anniaux d'or et joiaux et guimple

Vendoit et en prenoit l'argent

Por doneir a la povre gent.

Ci n'avoit mie grant orgueil,

C'un enfant qui n'avoit c'un ueil

Et s'iert tigneuz, si com moi membre,

Porta la nuit seix foix en chambre.

Si grant pitié de lui avoit,

Ces drapiax ordoiez lavoit

Et l'areignoit si doucement

Com s'eüst grant entendement.

Puis qu'ele fu en l'Ordre entree,

Teil coutume a acoustumee:

Les malades baignoit ces cors

Et les traisoit de lor liz fors,

Les baigniez reportoit ariere

Et les couchoit a bele chiere.

Et fist copeir une cortine

Qui la maison toute encortine

Por les baigniez envelopeir:

Por ce sanz plus la fist copeir.

Une mezele si poacre

Qu'il n'avoit si de ci en Acre

Couchoit la dame et la levoit,

Que nule riens ne li grevoit.

Les piez et les mains li lavoit

Et les plaies qu'ele i savoit,

Qu'ele gizoit en l'opital:

Onques li cuers ne l'en fist mal.

Ces compeignes ne la pooient

Regardeir, ansois s'en fuioient.

Moult aleja sa maladie:

Au chief de la habergerie

La coucha por mieux aaisier

Et por ces plaies apaisier.

Mout doucement a li aloit,

A li mout doucement parloit.

Ses peires noveles oÿ

Teles que pas ne c'esjoï,

Que hom li dist sa fille estoit

Si povre que ele vestoit

Roube de lainne sanz couleur.

S'en ot li preudons grant douleur

Dont l'estoire ci endroit conte.

Li rois i envoia .I. conte:

Preudome [ert] et bon crestïen,

Si ot non li cuens Pavien;

Et li dit: "Quant vos revanrroiz,

Ma fille avec vos amanrroiz."

Li quens se parti de Hongrie

A moult tres bele compaignie,

De chevauchier bien s'entremist;

Se ne sai ge combien il mist

Au venir juqu'a Mapur droit.

Si la trouva en teil endroit

Qu'il ne la cuida pas troveir,

Et lors pot il bien esproveir.

Les paroles de la poverte

C'on avoit au roi descoverte,

Car il la trova el chatel

Affumblee d'un viez mantel

Don la panne le drap passoit;

Li porters toute la lassoit.

Si la trouva lainne fillant,

Et si ne filloit pas si lant

Com les autres, mais a granz traiz.

Quant il la vit si povrement,

Si s'em merveilla durement

Et dit: "Je voi ci grant desroi!

Ainz mais ne vi fille de roi

Lainne fileir n'avoir teil robe.

Ceste ne fait pas trop le gobe:

La ou sa manche se depiece,

D'autre drap i met une piece."

Volentiers l'en eüst menee

Et l'eüst moult mieulz asenee

De sa vië et chiez son peire,

Car vie menoit trop ameire.

Il c'en ala, n'en mena point,

Et cele remaist en teil point.

En yver par la grant froidure

Se gisoit seur la chaume dure:

Deuz coutes metoit desus soi.

C'ele avoit asseiz fain et soi,

Si se pence qu'il ne l'en chaut,

Puis qu'ele avoit au costeiz chaut.

Ses baasses, ces damoizeles,

Ne pooit pas soffrir que eles

L'apelassent "dame" a nul fuer,

Fors que tant "Ysabel" ou "suer".

A la table deleiz sa coste

Les fait seoir, d'autre les oste

S'a autre welent aseoir,

Ainz les wet deleiz li veoir.

Mangier les fait en s'escuele:

S'or fut dame, or est damoizele.

Dit Armenjars, qui moult fu sage:

"Vos quereiz le nostre damage

De ce que nos orgueillissons

Quant leiz vos a la table sons,

Et aquireiz en cestui leu

Vostre merite et vostre preu."

La dame respondi adonques:

"En mon giron ne seeiz onques,

Mais or vos i couvient seoir,

Si vos porrai de prés veoir."

Poz et escueles lavoit

Lai ou ordoiez les savoit,

Con se de l'osteil fust baiasse:

Ensi s'use et einsi se lasse.

Auz povres sa robe donoit

Si que petit l'en remenoit.

Por chaufeir et por le pot cuire,

Por eschueir la grant froidure,

Aloit seoir en la cuzine,

Et ne pence ne ne devine

Fors a regardeir vers le ciel.

Pou doutoit lors froidure et giel.

Maitre Corraz forment cremoit

Por l'amor Dieu que tant amoit,

Et disoit une teil raison:

"Doit estre si uns morteiz hom

Douteiz? Nenil, mais Diex li Peires,

Les cui amors ne sont ameires."

En une abie fut entree

Ou maitre Corraz l'ot mandee

Por prendre la conseil le plus

Ce il la mettroit en reclus.

Et lors prierent les nonnains

Maitre Corrat a jointes mains

Que laianz entreir la feïst,

Si que chacune la veïst.

"Je wel bien, dit il, qu'ele i aille."

Nequedent il cudoit sanz faille

Qu'el n'i entrast por nule choze.

Atant si l'ont laianz encloze:

Chacune d'eles l'a veüe.

Et quant de laians fu issue,

Maitre Corraz li vint devant

Qui li ala ramentovant:

"Vostre voie est mal emploiee:

Vos estes esconmeniee."

Ne li pot mieulz la jangle abatre.

A un frere les a fait batre

Qui avoit non frere Gautier.

Maitre Corraz dit ou sautier

La Miserele toute entiere,

Et cil batoit endementiere.

Ermenjars n'i ot riens meffait,

Cui maitre Corraz batre fait.

Mais li maitres ice retient:

Bien escorche qui le pié tient.

Lors dit la dame: "Ermenjart, suer,

N'aions pas les coz contre cuer.

L'erbe qui croit en la riviere

Se plaissse, puis revient ariere;

Joiousement se lieve et plaisse.

Ausi te di, qui le col baisse

Por resovoir la decepline

De componcion enterine,

Que Diex le meffait li pardone

Puis que il au coz s'abandone."

Ne li chaloit c'ele trembloit:

De ce saint Martin resembloit

Qui vers le ciel regarda tant

Diex qui les siens toz jors atant.

Aucune fois sa robe ardoit,

Que que vers le ciel regardoit:

Les baasses covenoit corre

Por sa robe dou feu rescorre.

La ou li draz estoit useiz,

Ja autres n'i fust refuzeiz:

Ne li chaloit fust viez ou nuez,

Volentiers le metoit en oeuz.

Les povres aloit reverchant

Et lor afaires encerchant,

Si lor portoit pain et farine

Ceste dame de bone orine.

Puis revenoit a l'orison:

Lors deïssiez qu'est en prison.

Reliques de sainz et de saintes

A nuz genoulz et a mains jointes

Aoroit volentiers sanz doute:

Bien aloit aprés Dieu lor route.

Une fois aloit un hermite

Visiteir, mais voie petite

Ot alei quant li maitres mande

Qu'ele retort, que plus n'atende.

La dame respont au message:

"Amis, bien pert que nos sons sage:

S'or ne resamblons la limace,

Ja aurons perdu notre grace.

La limace gete son cors

De l'escalope toute fors

Par le biau tenz, mais par la pluie

Rentre enz quant ele li anuie.

Ausi covient il or nos faire:

Repairons a notre repaire."

Un enfant ot petit et tendre,

De ces enfans trestot le mendre,

Qu'ensus de li fist esloignier,

Qu'ele dotoit a porloignier

Ces prieres por cel enfant:

Por ce li venir li deffent.

La dame avoit une coutume

Qu'autre gent gaires n'acoutume

(Ne cuit que nuns jamais teile oie),

Que lors qu'ele avoit plus grant joie

Ploroit ele plus tanrrement,

Et veïssiez apertement

Qu'il ne paroit dedens son vis

Corroz ne fronce, c'ert avis,

Ansois cheoit la larme plainne

Com li ruisseaux de la fontaine.

Les larmes viennent, c'est la fin,

Dou cuer loiaul et pur et fin.

Une foiz entra en un cloistre

De povre gent qui pas acroitre

Ne se pooient de lor biens:

Fors d'aumoennes n'avoient riens.

Ymages li moustrent bien faites,

Bien entaillies et portraites;

Mout orent costei, ce li semble,

Ansois qu'eles fussent encemble.

Moult l'en pesa et bien lor monstre,

Et bien lor en va a l'encontre

Et dist: "Je croi, mieulz vos en fust

Ce ce c'on a mis en cet fust

Por faire entaillier ces ymages

Fust mis en preu, qu'or est damages.

Qui a l'amour de Dieu el cuer,

Les ymages qu'il voit defuer

Si ne li font ne froit ne chaut.

Endroit de moi il ne m'en chaut,

Et bien sachiez, ce me conforte

Que chacuns crestiens les porte,

Les ymages, el cuer dedens.

Les levres muevre ne les dens

Ne font pas la religion,

Mais la bone compunction."

Ne pooit oïr les paroles

Qui viennent de pencees voles,

Ainz disoit de cuer gracieuz:

"Ou est ore Dieux li glorieux?",

C'est a dire qui a savoir

Que de Dieu doit paor avoir,

Qu'il ne mespreigne en son servise.

Or aveiz oï en quel guise

Vesqui. Ancor i a asseiz,

Mais je sui d'escrire lasseiz.

Ysabiaus, dont je di devant,

Fut avec li a son vivant,

Qui tout ainsi le tesmoigna.

Mais a ce plus de tesmoing a,

Qu'autres i furent, ce me cemble,

Qui bien s'acorderent encemble.

Moult est fox qu'en son cors se fie,

Car la mors, qui le cors deffie,

Ne dort mie quant li cors veille,

Ainz li est toz jors a l'oreille.

N'est fors que prez li grans avoirs;

Tost va et biauteiz et savoirs.

Por ce est fox qui c'en orgueille,

Car il les pert, weille ou ne weille.

Folie et orgueil sunt parent,

Sovent i est bien aparent.

Tout va, ce trovons en escrit,

Fors que l'amour de Jhesucrit.

Li foulz, li mauvais, li cuvers,

Qui adés a les ieux ouvers

A regardeir la mauvaise huevre,

Qui nule fois sa bouche n'uevre

Por bien parleir ne por bien dire,

Doit bien avoir le cuer plain d'ire

Quant dou siecle se doit partir.

De duel li doit li cuers partir

Quant il voit bien sanz sejorneir

Que il n'en puet plus retorneir.

Perdre li estuer cors et arme,

Et perdre en pardurable flame.

Mais li boens qui a Dieu servi

Et qui a le cors aservi

Au siecle por l'arme franchir,

Cil ne peut cheoir ne guanchir

Que s'arme n'ait inelepas

Paradix aprés le trespas.

Liement le passage passe

Qui toz maux en passant trespasse.

En la mort a felon passage,

Passeir i estuet fol et sage.

Qui teil pas cuide trespasseir

En foul cuidier se doit lasseir:

Tout li estuet laissier, tot laisse.

La mors ne fait plus longue laisse

A ceste dame ci endroit.

Por ce vos wel dire orendroit

De sa Vie ce que j'en truis.

Ne dites pas que je contruis,

Ainz sachiez bien en veritei,

C'est droiz escriz d'autoritei.

Ysabiaux dit: "Seigneur, g'estoie

Leiz ma dame ou je me seoie

Quant ele ert au point de la mort.

Et lors oï, non gaires fort,

Une douce vois et serie:

De son cors me vint cele oïe.

Tornee ert devers la paroi,

Et lors se torna devers moi;

Si li dis lors tout erranment:

"Chantei aveiz trop doucement,

Madamë. - As le tu oï?

- Oïl, il m'a tout resjoï"

Lors dit: "Uns oizelés chantoit

Leiz moi, si qu'il m'atalentoit

De chanteir, si que je chantai.

Grant confort de son dolz chant ai."

Et quant nos vit deleiz son lit,

Si vos di, mout li abelit

Et dit: "Dites, que ferïez

Se ci l'Anemi veïez?"

Mout petit demorei i a

Qu'a haute vois fort s'escria:

"Fui de ci, fui! Fui de ci, fui!"

Se oï je et a ce fui.

Puis dist aprés: "Or s'en va cil.

Parlons de Dieu et de son Fil:

Li parlers pas ne vos anuit,

Car il est prés de mienuit

Et a teile hore fu il neiz,

Li purs, li fins, li afineiz."

Au parleir de Dieu deïssiez,

Se vos el vis la veïssiez,

Qu'ele n'avoit mal ne dolour,

Qu'ele n'en perdi point colour.

Dire li oï de sa bouche

Ermenjart que li jors aprouche

Que Diex apelera les siens,

Dont fu lie seur toute riens.

En cele houre qu'ele fina,

Cele qui si douce fin a

Fu tout ausi com endormie,

Qu'au trespasseir n'est point fenie.

Quatre jors fu li cors sor terre

C'om ne le muet ne ne l'enterre:

Une odour si douce en issoit

Qui de grant dousor ramplissoit

Touz ceulz qui entor li venoient,

Qui envis la biere laissoient.

Au cors covrir n'ot pas riote:

Covers fu d'une grize cote;

Li vis, d'un drap, c'om ne la voie:

N'i ot autre or ne autre soie.

Asseiz i vint grant aleüre

De gent copeir sa vesteüre;

Des cheveux et dou mameron

Li copa hon lou soumeron;

Doiz de piez et ongles de mains

Li copa hon; ce fu dou mainz:

Toute l'eüssent derompue

Qui ne lor eüst deffendue.

Povre gent et malade et sain

Vindrent laianz trestout a plain.

Chacuns la pleure et la gaimente

Com c'ele lor fust mere ou tente.

Anuiz cembleroit a retraire,

Qui vos conteroit tot l'afaire.

Par tout est bien choze seüe,

Ce seit la gent grant et menue,

Et par les tesmoins par couvent,

Que Diex la reveilloit souvent

De ces secreiz, et nés li ange

N'estoient pas de li estrange.

Lui meïmes vit face a face

Et mout d'anges .I. grant espace.

Et lors que ele estoit ravie,

C'om deïst qu'ele ert endormie,

Avoit mout trés clere la chiere:

C'estoit avis qu'en boins leux iere.

De ce se tut, bien le cela,

Fors a gent ne le revela

D'Ordre, sage et religieuze,

Qui n'estoit fole n'envieuze,

Car mout doutoit en son memoire

Qu'el ne cheïst en vainne gloire;

Car el ne l'avoit pas apris,

Ansois avoit le boen mors pris

D'estre piteuze dés s'anfance

A faire grief penitance.

Asseiz vos puis ci raconteir

Choze qu'a anui puet monteir,

Car je n'ai pas dit la moitié

De l'amor et de l'amistié

Que Dieu montroit et jor et nuit,

Car je dout qu'il ne vos anuit.

Et nequedent, c'il vos grevoit

Et c'il anuier vos devoit,

Vos di lai ou ele habita

.XVI. mors i resuscita.

Un aveugle raluma la

Qui devotement i ala,

Qui onques eul n'ot en la teste

Ne cemblant ou il deüst estre,

Dont chacuns qui voit s'en merveille.

Mais Diex fait bien si grant merveille.

Puis qu'ele fu misse en la chasse

De plon, vos di une granz masse

D'oile decouru goute a goute

Qui petit a petit degoute.

Et c'est bien a savoir certain,

C'om le puet bien veoir a plain.

Goutes de rouzee resemble

Quant l'une goute a l'autre assemble,

Si com dou cors saint Nicholaz,

Qu'ainz nuns d'auz deulz n'ot le col las

De faire euvre de charitei:

Ce seit chacuns de veritei.

Ceste dame saintime et sainte,

Qu'ainz de Deu servir ne fu fainte,

Apertement et main a main

Trespassa tout droit l'andemain

Des octaves la saint Martin,

En yver, si com je retin.

En l'opytal, en sa chapele

Fu enterree coume cele

Qui de saint Nicholaiz la fist,

Vers qui onques riens ne mefist.

Par la volentei Jhesucrit,

Si com nos trovons en escrit,

Vindrent abei et autre gent

Qu'a l'enterreir furent sergent

Et li firent trés biau servise,

Teil com hon doit faire en eglize.

Teiz dame fu de touz endroiz,

Qu'ele faisoit les contraiz droit,

Les xours oïr, foux ravoier.

Onques ne la sot deproier

Qui de son mal n'eüst santei:

Ne vos avroie hui tout contei.

Asseiz fist de miracles biaus

Ceste dame sainte Ysabiaus.

Bien la doivent enfant ameir,

Qu'en li ne troverent ameir;

Ne lor fu dure ne ameire,

Ansois lor fu sanz ameir meire,

Car de la mort esperiteil

En gari maint; et tout iteil

Fist ele de temporeil mort,

Qu'ele resuscita le mort.

Ameir la doivent povre et riche,

C'onques au povre ne fu chiche,

Ainz lor donoit sanz retenir

Quanqu'a ces mains pooit tenir.

Ainsi fist la bien eüree

(Bien dut s'arme estre asseüree)

Dont Rutebuez a fait la rime.

Se Rutebuez rudement rime

Et se rudesse en sa rime a,

Preneiz garde qui la rima.

Rutebuez, qui rudement euvre,

Qui rudement fait la rude euvre,

Qu'asseiz en sa rudesse ment,

Rima la rime rudement.

Car por nule riens ne creroie

Que bués ne feïst rude roie,

Tant i meïst hon grant estude.

Se Rutebuez fait rime rude,

Je n'i part plus, mais Rutebués

Est ausi rudes coume bués.

Mais une riens me reconforte:

Que cil por cui la fis l'aporte

A la roÿnë Ysabel

De Navarre, cui mout ert bel

Que hon li lize et qu'ele l'oie,

Et moult en avra el grant joie.

Messire Erars la me fist faire,

De Lezignes, et toute traire

De latin en rime fransoise,

Car l'estoire est bele et cortoize.

L'estoire de la dame a fin,

Qu'a Dieu ot cuer loiaul et fin.

De fin cuer, loiaul finement:

Ce l'estoire en la fin ne ment,

Bien dut sa vie defineir,

Car bien vot son tenz afineir

En servir de pencee fine

Celui Seigneur qui sanz fin fine.

Or prions donques a celi

A cui tant bien faire abeli,

Que pour nos deprist a celui

Dieu qui ne refuse nelui,

Et par sa priere en proit cele

Qui fu et sa meire et s'ancele,

Que il nos otroit cele joie

Que il a ceste dame otroie.

Explicit. Diex en soit loeiz!

Dites Amen vos qui l'oeiz.

 

Ci encoumance de la dame qui ala .III. fois entor le moutier

Qui fame vorroit desovoir,

Je li fais bien apersovoir

Qu'avant decevroit l'anemis,

Le dyable, a champ arami.

Cil qui fame wet justicier

Chacun jor la puet combrizier,

Et l'andemain rest toute sainne

Por resouvoir autreteil painne.

Mais quant fame a fol debonaire

Et ele a riens de li afaire,

Ele li dist tant de bellues,

De truffes et de fanfellues,

Qu'ele li fait a force entendre

Que li cielz sera demain cendre.

Ainsi gaaigne la querele.

Jel dit por une damoizele

Qui ert fame a .I. escuier,

Ne sai chartain ou berruier.

La damoizele, c'est la voire,

Estoit amie a .I. provoire.

Mult l'amoit cil et ele lui,

Et si ne laissast por nelui

Qu'ele ne feïst son voloir,

Cui qu'en deüst li cuers doloir.

Un jor, au partir de l'eglize,

Out li prestres fait son servize.

Ces vestimenz lait a pliier

Et si va la dame proier

Que le soir en .I. boscher veigne:

Parler li wet d'une bezoigne

Dont je cuit que pou conquerroie

Se la bezoigne vos nomoie.

La dame respondi au prestre:

"Sire, veiz [me] ci toute preste,

Car il est et poinz et saisons:

Ausi n'est pas cil en maison."

Or avoit en ceste aventure

Cens plus itant de mespresure

Que les maisons n'estoient pas

L'une leiz l'autre a quatre pas:

Bien i avoit, dont moult lor poize,

Le tiers d'une leue fransoize.

Chacune ert en un espinois,

Com ces maizons de Gastinois.

Mais li boschés que je vos nome

Estoit a ce vaillant preudome

Qui saint Arnoul doit la chandoile.

Le soir, qu'il ot ja mainte estoile

Parant el ciel, si com moi cemble,

Li prestres de sa maison s'amble

Et s'en vint au boschet seoir,

Que nuns ne le puisse veoir.

Mais a la dame mesavint,

Que sire Arnoulz ses mariz vint,

Touz moilliez et touz engeleiz,

Ne sai dont ou il ert aleiz.

Por ce remanoir la couvint.

De son provoire li souvint,

Si se haste d'apareillier:

Ne le vout pas faire veillier.

Por ce n'i ot .III. més ne quatre.

Aprés mangier, petit esbatre

Le laissa, bien le vos puis dire.

Souvent li a dit: "Biau dolz sire,

Alez gezir, si fereiz bien:

Veilliers grieve sor toute rien

A home quant il est lasseiz.

Vos aveiz chevauchié asseiz."

L'aleir gezir tant li reprouche,

Par pou le morcel en la bouche

Ne fait celui aleir gesir,

Tant a d'eschapeir grant desir.

Li boens escuiers i ala

Qui sa damoizele apela,

Por ce que mult la prize et aime.

"Sire, fait ele, il me faut traime

A une toile que je fais,

Et si m'en faut ancor granz fais,

Dont je ne me soi garde prendre,

Et je n'en truis nes point a vendre,

Par Dieu, si ne sai que j'en faisse.

- Au deable soit teiz fillace,

Dit li escuiers, con la vostre!

Foi que je doi saint Poul l'apostre,

Je vorroie qu'el fust en Seinne!"

Atant se couche, si se seigne,

Et cele se part de la chambre.

Petit sejornerent si membre

Tant qu'el vint la ou cil l'atant.

Li uns les bras a l'autre tent:

Illuec furent a grant deduit

Tant qu'il fut prés de mienuit.

Du premier somme cil s'esvoille,

mais mout li vint a grant mervoille

Quant il ne sent leiz li sa fame.

"Chamberiere, ou est ta dame?

- Ele est la fors en cele vile,

Chiez sa coumeire, ou ele file."

Quant il oï que la fors iere,

Voirs est qu'il fist moult laide chiere.

Son seurquot vest, si se leva,

Sa damoizele querre va.

Chiez sa commeire la demande:

Ne trueve qui raison l'en rende,

Qu'ele n'i avoit esté mie.

Eiz vos celui en frenesie.

Par deleiz ceux qu'el boschet furent

Ala et vint. Cil ne se murent.

Et quant il fu outre passeiz:

"Sire, fait ele, or est asseiz,

Or covient il que je m'en aille.

- Vos orroiz ja noize et bataille,

Fait li prestres. Ice me tue

Que vos sereiz ja trop batue.

- Onques de moi ne vos soveingne,

Dan prestres, de vos vos couveingne",

Dit la damoizele en riant.

Que vos iroie controuvant?

Chacuns s'en vint a son repaire.

Cil qui se jut ne se pout taire:

"Dame, orde vilz putainz provee,

Vos soiez or la mal trovee,

Dist li escuiers. Dont veneiz?

Bien pert que por fol me teneiz."

Cele se tut et cil s'esfroie:

"Voiz, por le sanc et por le foie,

Por la froissure et por la teste,

Ele vient d'enchiez notre prestre!"

Ensi dit voir, et si nel sot.

Cele se tut, si ne dit mot.

Quant cil oit qu'el ne ce deffent,

Par .I. petit d'ireur ne fent,

Qu'il cuide bien en aventure

Avoir dit la veritei pure.

Mautalenz l'argüe et atize.

Sa fame a par les treces prize,

Por le trenchier son coutel trait.

"Sire, fait el, por Dieu atrait,

Or covient il que je vos die:"

- (Or orreiz ja trop grant voidie!) -

"J'amasse miex estre en la fosse.

Voirs est que je suis de vos grosse,

Si m'enseigna on a aleir

Entor le moutier sanz parleir

Trois tours, dire .III. pater notres

En l'onor Dieu et ces apostres;

Une fosse au talon feïsse

Et par trois jors i revenisse.

S'au tiers jor overt le trovoie,

S'estoit .I. filz qu'avoir dovoie,

Et c'il estoit cloz, c'estoit fille.

Or ne revaut tot une bille,

Dit la dame, quanque j'ai fait,

Mais, par saint Jaque, il iert refait,

Se vos tueir m'en deviiez."

Atant c'est cil desavoiez

De la voie ou avoiez iere,

Si parla en autre meniere:

"Dame, dist-il, je que savoie

Du voiage ne de la voie?

Se je seüsse ceste choze

Dont je a tort vos blame et choze,

Je sui cil qui mot n'en deïsse,

Se je annuit de cet soir isse."

Atant se turent, si font pais

Que cil n'en doit parleir jamais.

De choze que sa fame face,

N'en orrat noize ne menace.

Rutebués dist en cest flabel:

Quant fame at fol, s'a son avel.

Explicit.

 

Ci coumence li diz de l'erberie

Seigneur qui ci este venu,

Petit et grant, jone et chenu,

Il vos est trop bien avenu,

Sachiez de voir.

Je ne vos wel pas desovoir:

Bien le porreiz aparsouvoir

Ainz que m'en voize.

Aseeiz vos, ne faites noise,

Si escouteiz, c'il ne noz poize:

Je sui uns mires,

Si ai estei en mainz empires.

Dou Caire m'a tenu li sires

Plus d'un estei;

Lonc tanz ai avec li estei,

Grant avoir i ai conquestei.

Meir ai passee,

Si m'en reving par la Moree,

Ou j'ai fait mout grant demoree,

Et par Salerne,

Par Burienne et par Byterne.

En Puille, en Calabre, [en] Palerne

Ai herbes prises

Qui de granz vertuz sunt emprises:

Sus quel que mal qu'el soient mises,

Li maux c'en fuit.

Jusqu'a la riviere qui bruit

Dou flun des pierres jor et nuit

Fui pierres querre.

Prestres Jehans i a fait guerre;

Je n'ozai entreir en la terre:

Je fui au port.

Mout riches pierres en aport

Qui font resusciteir le mort:

Ce sunt ferrites,

Et dyamans et cresperites,

Rubiz, jagonces, marguarites,

Grenaz, stopaces,

Et tellagons et galofaces

(De mort ne doutera menaces

Cil qui les porte.

Foux est ce il ce desconforte:

N'a garde que lievres l'en porte

C'il ce tient bien;

Si n'a garde d'aba de chien

Ne de reching d'azne anciien

C'il n'est coars;

Il n'a garde de toutes pars),

Carbonculus et garcelars,

Qui sunt tuit ynde,

Herbes aport des dezers d'Ynde

Et de la Terre Lincorinde,

Qui siet seur l'onde

Elz quatre parties dou monde

Si com il tient à la raonde,

Or m'en creeiz.

Vos ne saveiz cui vos veeiz;

Taiziez vos et si vos seeiz:

Veiz m'erberie.

Je vos di par sainte Marie

Que ce n'est mie freperie

Mais granz noblesce.

J'ai l'erbe qui les veiz redresce

Et cele qui les cons estresce

A pou de painne.

De toute fievre sanz quartainne

Gariz en mainz d'une semainne,

Ce n'est pas faute;

Et si gariz de goute flautre,

Ja tant n'en iert basse ne haute,

Toute l'abar.

Ce la vainne dou cul vos bat,

Je vos en garrai sanz debat,

Et de la dent

Gariz je trop apertement

Par .I. petitet d'oignement

Que vos dirai:

Oeiz coument jou confirai;

Dou confire ne mentirai,

C'est cens riote.

Preneiz dou saÿn de marmote,

De la merde de la linote

Au mardi main,

Et de la fuelle dou plantain,

Et de l'estront de la putain

Qui soit bien ville,

Et de la pourre de l'estrille,

Et dou ruÿl de la faucille,

Et de la lainne

Et de l'escorce de l'avainne

Pilei premier jor de semainne,

Si en fereiz

Un amplastre. Dou jus laveiz

La dent; l'amplastre metereiz

Desus la joe;

Dormeiz un pou, je le vos loe:

S'au leveir n'i a merde ou boe,

Diex vos destruie!

Escouteiz, c'il ne vos anuie:

Ce n'est pas jornee de truie

Cui poeiz faire.

Et vos cui la pierre fait braire,

Je vos en garrai sanz contraire

Ce g'i met cure.

De foie eschauffei, de routure

Gariz je tout a desmesure

A quel que tort.

Et ce vos saveiz home xort,

Faites le venir a ma cort;

Ja iert touz sainz:

Onques mais nul jor n'oÿ mains,

Ce Diex me gari ces .II. mains,

Qu'il orra ja.

Or oeiz ce que m'encharja

Ma dame qui m'envoia sa.

Bele gent, je ne sui pas de ces povres prescheurs, ne de ces povres herbiers qui vont par devant ces mostiers a ces povres chapes maucozues, qui portent boites et sachez, et si estendent un tapiz: car teiz vent poivre et coumin qui n'a pas autant de sachez com il ont. Sachiez que de ceulz ne sui je pas, ainz suis a une dame qui a non ma dame Trote de Salerne, qui fait cuevrechié de ces oreilles, et li sorciz li pendent a chaainnes d'argent par desus les espaules. Et sachiez que c'est la plus sage dame qui soit enz quatre parties dou monde. Ma dame si nos envoie en diverses terres et en divers païs: en Puille, en Calabre, en Tosquanne, en terre de Labour, en Alemaingne, en Soissonie, en Gascoingne, en Espaigne, en Brie, en Champaingne, en Borgoigne, en la forest d'Ardanne, por ocirte les bestes sauvages et por traire les oignemenz, por doneir medecines a ceux qui ont les maladies es cors. Ma dame si me dist et me commande que en queil que leu que je venisse, que je deïsse aucune choze, si que cil qui fussent entour moi i preïssent boen essample. Et por ce que le me fist jureir seur sainz quant je me departi de li, je vos apanrai a garir dou mal des vers, se vos le voleiz oïr. Voleiz l'oïr?

Aucune genz i a qui me demandent dont les vers viennent. Je vos fais a savoir qu'il viennent de diverses viandes reschauffees et de ces vins enfuteiz et boteiz, si se congrient es cors par chaleur et par humeur: car si con dient li philosophe, toutes chozes en sunt criees. Et por ce si viennent li ver es cors, qui montent juqu'au cuer et font morir d'une maladie c'on apele mort sobitainne. Seigniez vos: Diex vos en gart touz et toutes!

Por la maladie des vers garir - a vos iex la veeiz, a vos piez la marchiez - la meilleur herbe qui soit elz quatre parties dou monde ce est l'ermoize. Ces fames c'en ceignent le soir de la saint Jehan et en font chapiaux seur lor chiez, et dient que goute ne avertinz ne les puet panre n'en chief, n'en braz, n'en pié, n'en main. Mais je me merveil quant les testes ne lor brisent et que li cors ne rompent par mi, tant a l'erbe de vertu en soi. En cele Champeigne ou je fui neiz, l'apele hon marreborc, qui vaut autant com "la meire des herbes". De cele herbe panrroiz troiz racines, .V. fuelles de sauge, .IX. fuelles de plantaing. Bateiz ces chozes en .I. mortier de cuyvre a un peteil de fer. Desguneiz vos dou jus par .III. matins. Gariz sereiz de la maladie des vers.

Osteiz vos chaperons, tendeiz les oreilles, regardeiz mes herbes, que ma dame envoie en cest païs. Et por ce qu'ele wet que li povres i puist ausi bien avenir coume li riches, ele me dist que j'en feïsse danrree: car teiz a .I. denier en sa bor/ce qui n'a pas .V. sols. Et me dist et me conmanda que je preïsse un denier de la monoie qui corroit el païs et en la contree ou je vanroie: a Paris un parisis, a Orliens un orlenois, au Mans un mansois, a Chartres un chartain; a Londres en Aingleterre un esterlin, por dou pain, por dou vin a moi, por dou fain, por de l'avainne a mon roncin: car ceil qui auteil sert d'auteil doit vivre.

Et je di que c'il estoit si povres, ou hom ou fame, qu'il n'eüst que doner, venist avant: je li presteroie l'une de mes mains por Dieu et l'autre por sa Meire, ne mais que d'ui en un an feïst chanteir une messe de Saint Esperit, je di noumeement por l'arme de ma dame qui cest mestier m'aprist, que je ne fasse ja trois pez que li quars ne soit por l'arme de son pere et de sa mere en remission de leur pechiez.

Ces herbes, vos ne les mangereiz pas: car il n'a si fort buef en cest païs ne si fort destrier que, c'il en avoit ausi groz com un pois sor la langue, qu'il ne morust de male mort, tant sont fors et ameires; et ce qui est ameir a la bouche, si est boen au cuer. Vos les me metreiz .III. jors dormir en boen vin blanc. Se vos n'aveiz blanc, si preneiz vermeil; se vos n'aveiz vermeil, preneiz de la bele yaue clere: car teiz a un puis devant son huix qui n'a pas .I. tonel de vin en son celier. Si vos en desgeunereiz par .XIII. matins. Ce vos failleiz a un, preneiz autre: car ce ne sont pas charaies. Et je vos di par la paission dont Diex maudist Corbitaz (f° 82 r° 1) le juif qui forja les .XXX. pieces d'argent en la tour d'Abilent, a .III. liues de Jherusalem, dont Diex fu venduz, que vos sereiz gariz de diverses maladies et de divers mahainz, de toutes fievres sanz quartainne, de toutes goutes sanz palazine, de l'enfleüre dou cors, de la vainne dou cul c'ele vos debat. Car ce mes peres et ma mere estoient ou peril de la mort et il me demandoient la meilleur herbe que lor peüsse doneir, je lor donroie ceste.

En teil meniere venz je mes herbes et mes oignemens. Qui vodra, si en preigne; qui ne vodra, si les laist!

 

Ci encoumence la desputisons de Charlot et dou Barbier de Meleun

I

L'autrier .I. jor joeir m'aloie

Devers l'Ausuerrois saint Germain

Plus marin que je ne soloie,

Qui ne lief pas volentiers main.

Si vis Charlot enmi ma voie

Qui le Barbier tint par la main,

Et bien monstroient toute voie

Qu'il n'ierent pas couzin germain.

II

Il se disoient vilonie

Et se getoient gas de voir:

"Charlot, tu vas en compaignie

Por crestientei desouvoir.

C'est traÿsons et felonie,

Ce puet chacuns aparsouvoir.

La toie lois soit la honie!

Tu n'en as point, au dire voir."

III

- Barbier, foi que doi la banlive

Ou vos aveiz votre repaire,

Vous aveiz une goute vive:

Jamais n'iert jors qu'il ne vous paire.

Sains Ladres at rompu la trive,

Si vos at feru ou viaire.

Pour ce que ciz maux vous eschive,

Ne requireiz mais saintuaire."

IV

- Challot, foi que doi sainte Jame,

Vos aveiz oan fame prise:

Est ce celonc la loi esclame

Que Caÿphas vos at aprise?

Vos creez autant Notre Dame,

Ou virginitez n'est maumise,

Com je croi c'uns asnes ait arme.

Vous n'amez Dieu ne sainte Eglise."

V

- Barbier sens rasoir, cens cizailles,

Or ne seiz raoignier ne reire.

Tu n'as ne bacins ne toailles

Ne de quoi chauffeir yaue cleire.

Il n'est riens nee que tu vailles

Fors a dire parole ameire.

S'outre meir fuz, ancor i ailles,

Et fai proesce qu'il i peire."

VI

- Charlot, tu as toutes tes lois:

Tu iez et juis et crestïens,

Tu iez chevaliers et borjois,

Et, quant tu veus, clers arciens.

Tu iez maqueriax chacun moi[s].

Ce dient bien li ancien,

Tu faiz sovent en ton gabois

Joindre .II. cus a .I. lien."

VII

- Barbier, or est li tanz venuz

De mauparleir et de maudire,

Et vo seroiz ansois chenuz

Que vos laissiez ceste matire.

Mais vos morreiz povres et nuz,

Quar vous devenez de l'empire.

Se sui por maqueriaux tenus,

L'en vous retient a va-li-dire."

VIII

- Charlot, Charlot, biaux dox amis,

Tu te faiz aux enfans le roi.

Se tu i iez, qui t'i a mis?

Tu i iez autant comme a moi.

De sembler fol t'iez entremis,

Mais, par les iex dont je te voi,

Teiz t'a argent en paume mis

Qui est asseiz plus fox de toi."

IX

- Barbier, or vienent les grozeles:

Li grozelier sunt borjonei.

Et je vos raport les noveles

Qu'el front vos sunt li borjon nei.

Ne sai se se seront ceneles

Qui ce vis ont environnei.

El seront vermeilles et beles

Avant que on ait messonei."

X

- Ce n'est mie mezelerie,

Charlot, anseis est goute roze.

Foi que je doi sainte Marie,

Que vos n'ameiz de nule choze,

Vos creez miex en juierie,

Qui la verité dire en oze,

Qu'en Celui qui par seignorie

A la porte d'enfer descloze.

XI

Et nequedant, ce Rutebués,

Qui nos connoit passei .X. ans,

Voloit dire .II. motez nuez,

Meis qu'au dire fust voirs disans,

Ne contre toi ne a mon oez,

Mais par le voir ce fust mis ans,

Je le wel bien, ce tu le wes,

Que le milleur soit eslisans."

XII

- Seigneur, par la foi que vos doi,

Je ne sai le meillor eslire.

Le mains piour, si com je croi,

Vos eslirai je bien dou pire.

Charlot ne vaut ne ce ne quoi,

Qui la veritei en wet dire.

Il n'a ne creance ne foi

Nes c'uns chiens qui charoigne tire.

XIII

Li Barbiers connoit bone gent,

Et si les sert et les honeure

Et met en euz cors et argent,

Poinne de servir d'eure en heure.

Si seit son mestier bel et gent,

Se besoing li recorroit seure.

Et s'at en lui si bel sergent,

Que com plus vit et plus coleure."

Explicit

 

Ci encoumence de Charlot le juif qui chia en la pel dou lievre

Qui menestreil wet engignier

Mout en porroit mieulz bargignier;

Car mout soventes fois avient

Que cil por engignié se tient

Qui menestreil engignier cuide,

Et s'en trueve sa bource vuide.

Ne voi nelui cui bien en chiee.

Por ce devroit estre estanchiee

La vilonie c'om lor fait

Garson et escuier sorfait

Et teil qui ne valent deus ciennes.

Por ce le di qu'a Aviceinnes

Avint, n'a pas un an entier,

A Guillaumes le penetier.

Cil Guillaumes dont je vos conte,

Qui est a mon seigneur le conte

De Poitiers, chassoit l'autre jour

Un lievres qu'il ert a sejour.

Li lievres, qui les chiens douta,

Molt durement se desrouta,

Asseiz foï et longuement,

Et cil le chassa durement;

Asseiz corrut, asseiz ala,

Asseiz guenchi et sa et la,

Mais en la fin vos di ge bien

Qu'a force le prirent li chien.

Pris fu sire Coars li lievres.

Mais li roncins en or les fievres,

Et sachiez que mais ne les tremble:

Escorchiez en fu, ce me cemble.

Or pot cil son roncin ploreir

Et metre la pel essoreir.

La pel, se Diex me doint salu,

Couta plus qu'ele ne valu.

Or laisserons esteir la pel,

Qu'il la garda et bien et bel

Jusqu'a ce tens que vos orroiz,

Dont de l'oïr vos esjorroiz.

Par tout est bien choze commune,

Ce seit chacuns, ce seit chacune,

Quant un hom fait noces ou feste

Ou il a genz de bone geste,

Li menestreil, quant il l'entendent,

Qui autre choze ne demandent,

Vont la, soit amont soit aval,

L'un a pié, l'autres a cheval.

Li couzins Guillaume en fit unes

Des noces, qui furent commmunes,

Ou asseiz ot de bele gent,

Dont mout li fu et bel et gent:

Se ne sai ge combien i furent.

Asseiz mangerent, asseiz burent,

Asseiz firent et feste et joie.

Je meïmes, qui i estoie,

Ne vi piesa si bele faire

Ne qui autant me peüst plaire,

Se Diex de ces biens me reparte.

N'est si grans cors qui ne departe:

La bone gent c'est departie.

Chacuns s'en va vers sa partie.

Li menestreil, trestuit huezei,

S'en vindrent droit a l'espouzei;

Nuns n'i fut de parleir laniers:

"Doneiz nos maitres ou deniers,

Font il, qu'il est droiz et raisons,

S'ira chacuns en sa maison."

Que vos iroie je dizant

Ne mes paroles esloignant?

Chacun ot maitre, nes Challoz,

Qui n'estoit pas moult biauz valloz.

Challoz ot a maitre celui

Qui li lievres fist teil anui.

Ces lettres li furent escrites,

Bien saellees et bien dites;

Ne cuidiez pas que je vos boiz.

Challoz en est venuz au bois:

A Guillaume ces lettres baille.

Guillaumes les resut cens faille,

Guillaumes les commance a lire,

Guillaumes li a pris a dire:

"Challot, Challot, biauz dolz amis,

Vos estes ci a moi tramis

Des noces mon couzin germain;

Mais je croi bien par saint Germain

Que vos cuit teil choze doneir,

Que que en doie gronsonneir,

Qui m'a coutei plus de cent souz,

Se je soie de Dieu assouz!"

Lors a apelei sa maignie

Qui fu sage et bien enseignie:

La pel dou lievre rova querre

Por cui il fist maint pas de terre.

Cil l'aportent grant aleüre,

Et Guillaumes de rechief jure:

"Charlot, se Diex me doint sa grace

Ne se Diex plus grant bien me face,

Tant me cousta com je te di."

- Hom n'en avroit pas samedi,

Fait Charlos, autant au marchié,

Et s'en aveiz mainz pas marchié:

Or voi ge bien que marcheant

Ne sont pas toz jors bien cheant."

La pel prent que cil li tendi.

Onques graces ne l'en rendi,

Car bien saveiz n'i ot de quoi.

Pencis le veïssiez et quoi;

Pencis s'en est issus la fuer,

Et si pence dedens son cuer,

Se il puet, qu'il li vodra vendre.

Et il li vendi bien au rendre!

Porpenceiz c'est que il fera

Et comment il li rendera.

Por li rendre la felonie

Fist en la pel la vilonie,

(Vos saveiz bien ce que vuet dire).

Arier vint et li dist: "Biau sire,

Se ci a riens, si le preneiz.

- Or as tu dit que bien seneiz?

- Oïl, foi que doi Notre Dame.

- Je cui c'est la coiffe ma fame

Ou sa toaille ou son chapel:

Je ne t'ai donei que la pel."

Lors a boutei sa main dedens.

Eiz vos l'escuier qui ot gans

Qui furent punais et puerri

Et de l'ouvrage maitre Horri.

Ensi fu deus fois conchïez:

Dou menestreil fu espïez,

Et dou lievres fu mal bailliz,

Que ces chevauz l'en fu failliz.

Rutebuez dit, bien m'en sovient:

Qui barat quiert, baraz li vient.

Explicit.

 

Un dist de Nostre Dame

De la tres glorieuse Dame

Qui est salus de cors et d'ame

Dirai, que tere ne m'en puis.

Més l'en porroit avant un puis

Espuisier c'on poïst retrere

Combien la Dame est debonaire.

Por ce si la devons requerre

Qu'avant qu'elle chaïst sor terre

Mist Diex en li humilité,

Pitié, dousor et charité,

Tant que ne sai ou je commance:

Besoignex sui par abondance.

L'abondance de sa loange

Remue mon corage et change

Si qu'esprover ne me porroie,

Tant parlasse que je voudroie.

Tant a en li de bien a dire

Que trop est belle la matiere.

Se j'estoie bons escrivens,

Ains seroie d'escrire vains

Que je vous eüsse conté

La tierce part de sa bonté

Ne la quarte ne redeïsme:

Se set chacuns par lui meïsme.

Qui orroit comment elle proie

Celui qui de son cors fist proie

Por nous toz d'enfer despraer

C'onc ne vost le cors despraer,

Ainz fu por nos praez et pris,

Dou feu de charité espris!

Et tot ce li ramentoit elle

...

...

La douce Vierge debonaire:

"Biaus filz, tu sivis fame et home,

Quant il orent mors en la pome,

Il furent mort par le pechié

Don Maufez est toz entachiez,

En enfer il dui descendirent

Et tuir cil qui d'enfer yssirent.

Biax chiers fis, il t'en prist pitiez

Et tant lor montras d'amistiez

Que pour aus decendis des ciaus.

Li dessandres fu bons et biax:

De ta fille feïs ta mere,

Tiex fu la volanté dou Pere.

De la creche te fit on co[u]che:

Sans orguel est qui la se couche.

Porter te covint en Egypte.

La demorance i fu petite,

Car aprés toi ne vesqui gaires

Tes anemis, li deputaires

Herodes, qui fist decoler

Les inocens et afoler

Et desmenbrer par chacun menbre,

Si com l'Escriture remenbre.

Aprés ce revenis arriere;

Juï te firent belle chiere,

Car tu lor montroies ou Temple

Maint bel mot et maint bel example.

Mout lot plot canques tu deïs

Juqu'a ce tens que tu feïs

Ladre venir de mort a vie.

Lors orent il sor toi envie,

Lors fu d'aus huiez et haïz,

Lors fu enginiez et traïz

Par les tiens et a aus bailliez,

Lors fus penez et travillez

Et lors fus lïez a l'estache:

N'est nus qui ne le croie et sache.

La fus batuz et deplaiez,

La fus de la mort esmaiez,

La te covint porter la croiz

Ou tu crias a haute voiz

Au Juïs que tu soif avoies.

La soif estoit que tu savoies

Tes amis mors et a malaise

En la dolor d'enfer punaise.

L'ame dou cors fu en enfer

Et brisa la porte d'enfer.

Tes amis tressis de leans,

Ainc ne remest clerc ne lai anz.

Li cors remest en la croiz mis;

Joseph, qui tant fu tes amis,

A Pilate te demanda:

Li demanders mout l'amanda.

Lors fu[s] ou sepucre posez;

De ce fu hardiz et osez

Pilate qu'a toi garde mist,

Car de folie s'entremist.

Au tiers jor fu resucitez:

Lors fus et cors et deïtez

Ensamble sans corricion,

Lors montas a l'Ascension.

Au jor de Pentecouste droit,

Droit a celle hore et cel androit

Que li apostre erent assis

A la table, chacun pencis,

Lors envoias tu a la table

La toe grace esperitable

Dou saint Esperit enflamee,

Que tant fu joïe et amee.

Lors fu chacuns d'aus ci hardiz,

Et par paroles et par diz,

C'autant prisa mort comme vie:

N'orent fors de t'amor envie.

Biax chiers filz, por l'umain lignage

Jeter de honte et de domage

Feïs tote ceste bonté

Et plus assez que n'ai conté.

S'or laissoies si esgaré

Ce que si chier as comparé,

Ci avroit trop grant mesprison,

S'or les lessoies en prison

Entrer, don tu les as osté,

Car ci avroit trop mal hosté,

Trop grant duel et trop grant martire,

Biau filz, biau pere, biau doz sire."

Ainsi recorde tote jor

La doce Dame, sans sejor.

Ja ne fine de recorder

Car bien nous voudroit racorder

A li, don nos nos descordons

De sa corde et de ses cordons.

Or nous acordons a l'acorde

La Dame de misericorde

Et li prions que nos acort

Par sa pitié au dine acort

Son chier Fil, le dine Cor Dé:

Lors si serons bien racordé.

Explicit de Notre Dame.

 

L'Ave Maria [Rustebuef]

A toutes genz qui ont savoir

Fet Rustebués bien a savoir

Et les semont:

Cels qui ont les cuers purs et mont

Doivent tuit deguerpir le mont

Et debouter,

Quar trop covient a redouter

Les ordures a raconter

Que chascuns conte;

C'est verité que je vous conte.

Chanoine, clerc et roi et conte

Sont trop aver;

N'ont cure des ames sauver,

Més les cors baignier et laver

Et bien norrir;

Quar il ne cuident par morir

Ne dedenz la terre porrir,

Més si feront,

Que ja garde ne s'i prendront

Que tel morsel engloutiront

Qui leur nuira,

Que la lasse d'ame cuira

En enfer, ou ja nel lera

Estez n'yvers.

Trop par sont les morsiaus divers

Dont la char menjuent les vers

Et en pert l'ame.

Un salu de la douce Dame,

Por ce qu'ele nous gart de blasme,

Vueil commencier,

Quar en digne lieu et en chier

Doit chascuns metre sanz tencier

Cuer et penssee.

Ave, roïne coronee!

Com de bone eure tu fus nee,

Qui Dieu porras!

Theophilus reconfortas

Quant sa chartre li raportas

Que l'Anemis,

Qui de mal fere est entremis,

Cuida avoir lacié et mis

En sa prison.

Maria, si com nous lison,

Tu li envoias garison

De son malage,

Qui deguerpi Dieu et s'ymage

Et si fist au deable hommage

Par sa folor;

Et puis li fist, a sa dolor,

Du vermeil sanc de sa color

Tel chartre escrire

Qui devisa tout son martire;

Et puis aprés li estuet dire

Par estavoir:

"Par cet escrit fet a savoir

Theophilus ot por avoir

Dieu renoié."

Tant l'ot deables desvoié

Que il estoit toz marvoié

Par desperance;

Et quant li vint en remembrance

De vous, Dame plesant et franche,

Sanz demorer

Devant vous s'en ala orer;

Del cuer commença a plorer

Et larmoier;

Vous l'en rendistes tel loier,

Quant de cuer l'oïstes proier,

Que vous alastes,

D'enfer sa chartre raportastes,

De l'Anemi le delivrastes

Et de sa route.

Gracia plena estes toute:

Qui ce ne croit, il ne voit goute

Et le compere.

Dominus li sauveres Pere

Fist de vous sa fille et sa mere,

Tant vous ama;

Dame des angles vous clama;

En vous s'enclost, ainz n'entama

Vo dignité,

N'en perdistes virginité.

Tecum par sa digne pité

Vout toz jors estre

Lasus en la gloire celestre;

Donez le nous ainsinques estre

Lez son costé.

Benedicta tu qui osté

Nous as del dolereus osté

Qui tant est ors

Qu'il n'est en cest siecle tresors

Qui nous peüst fere restors

De la grant perte

Par quoi Adam fist la deserte.

Prie a ton fil qu'i nous en terde

Et nous esleve

De l'ordure qu'aporta Eve

Quant de la pomme osta la seve,

Par quoi tes fis,

Si com je sui certains et fis,

Souffri mort et fu crucefis

Au vendredi

(C'est veritez que je vous di)

Et au tierz jor, plus n'atendi,

Resuscita

La Magdelene visita,

De toz ses pechiez la cuita

Et la fist saine.

De paradis es la fontaine,

In mulieribus et plaine

De seignorie.

Fols est qui en toi ne se fie.

Tu hez orgueil et felonie

Seur toute chose;

Tu es li lis ou Diex repose;

Tu es rosiers qui porte rose

Blanche et vermeille;

Tu as en ton saint chief l'oreille

Qui les desconseilliez conseille

Et met a voie;

Tu as de solaz et de joie

Tant que raconter n'en porroie

La tierce part.

Fols est cil qui pensse autre part

Et plus est fols qui se depart

De votre acorde,

Quar honesté, misericorde

Et pacience a vous s'acorde

Et abandone.

Hé! benoite soit la corone

De Jhesucrist, qui environe

Le vostre chief;

Et benedictus de rechief

Fructus qui soufri grant meschief

Et grant mesaise

Por nous geter de la fornaise

D'enfer, qui tant par est pusnaise,

Laide et obscure.

Hé! douce Virge nete et pure,

Toutes fames por ta figure

Doit l'en amer.

Douce te doit l'en bien clamer,

Quar en toi si n'a point d'amer

N'autre durté:

Chacié en as toute obscurté.

Par la grace, par la purté

Ventris tui,

Tuit s'en sont deable fuï;

N'osent parler, car amuï

Sont leur solas.

Quant tu tenis et acolas

Ton chier filz, tu les afolas

Et maumeïs.

Si com c'est voirs que tu deïs:

"Hé! biaus Pere qui me feïs,

Je sui t'ancele",

Toi depri je, Vierge pucele,

Prie a ton Fil qu'il nous apele

Au Jugement,

Quant il fera si aigrement

Tout le monde communement

Trambler come fueille,

Qu'a sa partie nous acueille!

Disons Amen, qu'ainsi le vueille!

Explicit l'Ave Maria Rustebuef.

 

C'est de Notre Dame

I

Chanson m'estuet chantier de la meilleur

Qui onques fust ne qui jamais sera.

Li siens douz chans garit toute douleur:

Bien iert gariz cui ele garira.

Mainte arme a garie;

Huimais ne dot mie

Que n'aie boen jour,

Car sa grant dosour

N'est nuns qui vous die.

II

Mout a en li cortoizie et valour;

Bien et bontei et charitei i a.

Con folz li cri merci de ma folour:

Foloié ai, s'onques nuns foloia.

Si pleur ma folie

Et ma fole vie;

Et mon fol senz plour

Et ma fole errour

Ou trop m'entroblie.

III

Quant son doulz non reclainment picheour

Et il dient son Ave Maria,

N'ont puis doute dou Maufei tricheour

Qui mout doute le bien qu'en Marie a,

Car qui se marie

En teile Marie,

Boen mariage a:

Marions nos la,

Si avrons s'aïe.

IV

Mout l'ama cil qui, de si haute tour

Com li ciel sunt, descendi juque sa.

Mere et fille porta son creatour

Qui de noiant li et autres cria.

Qui de cuer s'escrie

Et merci li crie

Merci trovera:

Jamais n'i faudra

Qui de cuer la prie.

V

Si com hon voit le soloil toute jor

Qu'en la verrière entre et ist et s'en va,

Ne l'enpire tant i fiere a sejour,

Ausi vos di que onques n'empira

La Vierge Marie:

Vierge fu norrie,

Vierge Dieu porta,

Vierge l'aleta,

Vierge fu sa vie.

Explicit.

 

Ci encoumence la chanson de Puille

I

Qu'a l'arme vuet doner santei

Oie de Puille l'errement!

Diex a son regne abandonei:

Li sien le nos vont presentant

Qui de la Terre ont sarmonei.

Quanque nos avons meserrei

Nos iert a la croix pardonei:

Ne refusons pas teil present.

II

Jone gent, qu'aveiz enpencei?

De quoi vos iroiz vos vantant

Quant vos sereiz en viel aei?

Qu'ireiz vos a Dieu reprouvant

De ce que il vos a donei

Cuer et force et vie et santei?

Vos li aveiz le cuer ostei:

C'est ce qu'il vuet, tant seulement.

III

Au siecle ne sons que prestei

Por veoir nostre efforcement.

Nos n'avons yver ne estei

Dont aions asseürement;

Si avons jai grant piece estei,

Et qu'i avons [nos] conquestei

Dont l'arme ait nule seürtei?

Je n'i voi fors desperement.

IV

Or ne soions desesperei,

Crions merci hardiement,

Car Dieux est plains de charitei

Et piteuz juqu'au Jugement.

Mais lors avra il tost contei

Un conte plain de grant durtei:

"Veneiz, li boen, a ma citei!

Aleiz, li mal, a dampnement!"

V

Lors seront li fauz cuer dampnei

Qui en cest siecle font semblant

Qu'il soient plain d'umilitei

Et si boen qu'il n'i faut noiant,

Et il sont plain d'iniquitei;

Mais le siecle ont si enchantei

C'om n'oze dire veritei

Ce c'on i voit apertement.

VI

Clerc et prelat qui aünei

Ont l'avoir et l'or et l'argent

L'ont il de lor loiaul chatei?

Lor peres en ot il avant?

Et lors que il sont trespassei,

L'avoir que il ont amassei

Et li ombres d'un viez fossei,

Ces deus chozes ont un semblant.

VII

Vasseur qui estes a l'ostei,

Et vos, li bacheleir errant,

N'aiez pas tant le siecle amei,

Ne soiez pas si nonsachant

Que vos perdeiz la grant clartei

Des cielz, qui est sans oscurtei.

Or varra hon vostre bontei:

Preneiz la croix, Diex vos atant!

VIII

Cuens de Blois, bien aveiz errei

Par desai au tornoiement.

Dieux vos a le pooir prestei,

Ne saveiz combien longuement.

Montreiz li se l'en saveiz grei,

Car trop est plainz de nicetei

Qui pour un pou de vanitei

Lairat la joie qui ne ment.

Explicit.

 

Ci encoumence li diz de Puille

I

Cil Damediex qui fist air, feu et terre et meir,

Et qui por notre mort senti le mors ameir,

Il doint saint paradix, qui tant fait a ameir,

A touz ceulz qui orront mon dit sans diffameir!

II

De Puille est la matyre que je wel coumancier

Et dou roi de Cezile, que Dieux puisse avancier!

Qui vodrat elz sainz cielz semance semancier

Voisse aidier au bon roi qui tant fait a prisier.

III

Li boens rois estoit cuens d'Anjou et de Provance,

Et c'estoit filz de roi, freres au roi de France.

Bien pert qu'il ne vuet pas faire Dieu de sa pance

Quant por l'arme sauveir met le cors en balance.

IV

Or preneiz a ce garde, li groz et li menu,

Que, puis que nos sons nei et au siecle venu,

S'avons nos pou a vivre, s'ai je bien retenu.

Bien avons mains a vivre quant nos sommes chenu.

V

Conquerons paradix quant le poons conquerre;

N'atendons mie tant meslee soit la serre.

L'arme at tantost son droit que li cors est en terre;

Quant sentance est donee, noians est de plus querre.

VI

Dieux done paradix a touz ces bienvoillans:

Qui aidier ne li wet bien doit estre dolans.

Trop at contre le roi d'Yaumons et d'Agoulans;

Il at non li rois Charles, or li faut des Rollans.

VII

Saint Andreuz savoit bien que paradix valoit

Quant por crucefier a son martyre aloit.

N'atendons mie tant que la mors nos aloit,

Car bien serions mort se teiz dons nos failloit.

VIII

Cilz siecles n'est pas siecles, ainz est chans de bataille,

Et nos nos combatons a vins et a vitaille;

Ausi prenons le tens com par ci le me taille,

S'acreons seur noz armes et metons a la taille.

IX

Quant vanra au paier, coument paiera l'arme,

Quant li cors selon Dieu ne moissone ne same?

Se garans ne li est Dieux et la douce Dame,

Gezir l'escovanra en parmenable flame.

X

Picheour vont a Roume querre confession

Et laissent tout encemble avoir et mansion,

Si n'ont fors penitance. Ci at confusion:

Voisent un pou avant, s'avront remission.

XI

Bien est foulz et mauvais qui teil voie n'emprent

Por eschueir le feu qui tout adés emprant;

Povie est sa conciance quant de [rien] nou reprent;

Pou prise paradix quant a ce ne se prent.

XII

Gentilz cuens de Poitiers, Dieux et sa douce Meire

Vous doint saint paradyx et la grant joie cleire!

Bien li aveiz montrei loiaul amour de frere;

Ne vos a pas tenu Couvoitize l'aveire.

XIII

Bien li meteiz le votre, bien l'i aveiz ja mis;

Bien moustreiz au besoing que vos iestes amis.

Se chacuns endroit soi c'en fust si entremis,

Ancor oan eüst Charles mains d'anemis.

XIV

Prions por le roi Charle: c'est por nos maintenir;

Por Dieu et sainte Eglize c'est mis au couvenir.

Or prions Jhesucrit que il puist avenir

A ce qu'il a empris et son ost maintenir.

XV

Prelat, ne grouciez mie dou dizeime paier,

Mais priez Jhesucrit qu'il pance d'apaier;

Car se ce n'a mestier, sachiez sanz delaier

Hom panrra a meïmes, si porroiz abaier.

Explicit.

 

C'est la complainte d'outremer.

Empereour et roi et conte

Et duc et prince, a cui hom conte

Romans divers por vous esbatre

De cex qui se suelent combatre

Sa en arrier por sainte Eglise,

Car me dites par queil servise

Vos cuidiez avoir paradix.

Cil le gaaignerent jadiz

Dont vos oeiz ces romans lire

Par la poinne, par le martyre

Que li cors soffrirent sus terre.

Veiz ci le tens, Diex vos vient querre,

Braz estanduz, de son sanc tainz,

Par quoi li fex vos iert estainc

Et d'enfer et de purgatoire.

Reconmenciez novele estoire,

Serveiz Deu de fin cuer entier,

Car Dieux vous moustre le sentier

De son pays et de sa marche,

Que hom cens raison le sormarche.

Por ce si devriiez entendre

A revangier et a deffendre

La Terre de Promission

Qui est en tribulacion

Et perdue, ce Diex n'em pence,

Se prochainnement n'a deffence.

Soveigne vos de Dieu le Peire,

Qui por soffrir la mort ameire

Envoia en terre son fil.

Or est la terre en grant peril

Lai ou il fut et mort et vis.

Je ne sai plus que vos devis.

Qui n'aidera a ceste empointe,

Qui si fera le mesacointe,

Pou priserai tout l'autre afaire,

Tant sache lou papelart faire,

Ains dirai mais et jor et nuit:

"N'est pas tout ors quanque reluit."

Ha! rois de France, rois de France,

La loiz, la foiz et la creance

Vat presque toute chancelant.

Que vos iroie plus celant?

Secorez la, qu'or est mestiers,

Et vos et li cuens de Poitiers,

Et li autre baron encemble.

N'atendeiz pas tant que vos emble

La mort l'arme, por Deu, seigneur!

Mais qui vorra avoir honeur

En paradix, si la deserve,

Car je n'i voi nule autre verve.

Jhesucriz dist en l'Ewangile,

Qui n'est de truffe ne de guile:

"Ne doit pas paradix avoir

Qui fame et enfans et avoir

Ne lait por l'amour de celui

Qu'en la fin iert juges de lui."

Asseiz de gens sunt mout dolant

De ce que hom trahi Rollant

Et pleurent de fauce pitié,

Et voi[en]t ax [i]eux l'amistié

Que Deux nos fist, qui nos cria,

Qui en la sainte Croix cria

Au[s] Juÿs que il moroit de soi.

Ce n'ert pas por boivre a guersoi,

Ainz avoit soi de nos raiembre.

Celui doit hon douteir et criembre,

Por teil seigneur doit hom ploreir

Qu'ensi se laissat devoreir,

Qu'il ce fist percier le costei

Por nos osteir de mal hosteil.

Dou costei issi sancz et eigue,

Qui ces amis netoie et leive.

Rois de France, qui aveiz mis.

Et vostre avoir et voz amis

Et le cors por Dieu en prison,

Ci aurat trop grant mesprison

Ce la sainte Terre failhez.

Or covient que vos i ailliez

Ou vos i envoiez des gent,

Cens apairgnier or et argent,

Dont li droiz Dieu soit chalangiez.

Diex ne wet faire plus lons giez

A ces amis ne longue longe,

Ansois i wet metre chalonge

Et wet cil le voisent veoir

Qu'a sa destre vauront seoir.

Haÿ! prelat de saint Eglise,

Qui por gardeir les cors de byse

Ne voleiz leveir aux matines,

Messires Joffrois de Sergines

Vos demande dela la mer.

Mais je di: cil fait a blameir

Qui nule riens plus vos demande

Fors boens vins et boenne viande

Et que li poivres soit bien fors.

C'est votre guerre et votre effors,

C'est vostre Diex, c'est votre biens.

Votre Peires i trait le fiens.

Rutebués dit, qui riens ne soile,

Qu'assez aureiz d'un poi de toile,

Se les pances ne sont trop graces.

Et que feront les armes lasses?

Elz iront la ou dire n'oze.

Diex iert juge de ceste choze.

[Quar envoiez le redeïsme

A Jhesucrist du sien meïsme,

Se li fetes tant de bonté,

Puisqu'il vous a si haut monté!]

Haï! grant clerc, grant provendier,

Qui tant estes grant vivendier,

Qui faites Dieu de votre pance,

Dites moi par queil acointance

Vos partireiz au Dieu roiaume,

Qui ne voleiz pas dire .I. siaume

Dou sautier, tant estes divers,

Fors celui ou n'a que .II. vers:

Celui dites aprés mangier.

Diex wet que vos l'aleiz vengier

Sanz controuver nule autre essoinne,

Ou vos laissiez le patrimoinne

Qui est dou sanc au Crecefi.

Mal le teneiz, jou vos afi.

Se vos serveiz Dieu a l'eglise,

Dieux vos resert en autre guise,

Qu'il vos paist en votre maison.

C'est quite a quite par raison.

Mais ce vos ameiz le repaire

Qui sanz fin est por joie faire,

Achateiz le, car Diex le vent.

Car il at mestier par couvent

D'acheteours, et cil s'engignent

Qui orendroit ne le bargignent,

Car teil fois le vorront avoir

C'om ne l'aurat pas por avoir.

Tornoieur, et vos que dirois

Qui au jor dou Juïse irois?

Devant Dieu que porroiz respondre?

Car lors ne se porront repondre

Ne genz clergies ne gens laies,

Et Dieux vous monterra ces plaies.

Ce il vos demande la terre

Ou por vos vout la mort soffere,

Que direiz vos? Je ne sai quoi.

Li plus hardi seront si quoi

C'om les porroit panrre a la main.

Et nos n'avons point de demain,

Car li termes vient et aprouche

Que la mort nos clourat la bouche.

Ha! Antioche, Terre sainte,

Con ci at delireuze plainte

Quant tu n'as mais nuns Godefrois!

Li feux de charitei est frois

En chacun cuer de crestiien,

Ne jone home ne ancien

N'ont por Dieu cure de combatre.

Asseiz se porroit ja debatre

Et Jacobins et Cordeliers

Qu'il trovassent nuns Angeliers,

Nuns Tangreiz ne nuns Bauduÿns.

Ansois lairont aux Beduÿns

Maintenir la Terre absolue

Qui par defaut nos est tolue,

Et Dieux l'at ja d'une part arse.

D'autre part vienent cil de Tarse,

Et Coramin et Chenillier

Revanrront por tot escillier.

Ja ne serat qui la deffande.

Ce mes sires Joffrois demande

Secours, si quiere qui li fasse,

Car je n'i voi nulle autre trasce.

Car com plus en sarmoneroie,

Et plus l'afaire empireroie.

Cils siecles faut: qui bien fera,

Aprés la mort le trovera.

Explicit.

 

Ci encoumence la complainte [d]ou conte huede de nevers

I

La mors, qui toz jors ceulz aproie

Qui plus sont de bien faire en voie,

Me fait descovrir mon corage

Por l'un de ceulz que plus amoie

Et que mieux recembleir vodroie

C'oume qui soit de nul langage.

Huedes ot non, preudome et sage,

Cuens de Nevers au fier corage,

Que la mors a pris en sa proie.

C'estoit la fleurs de son lignage;

De sa mort est plus granz damage

Que je dire ne vos porroie.

II

Mors est li cuens, Diex en ait l'ame!

Sainz Jorges et la douce Dame

Vuellent prier le sovrain maitre

Qu'en cele joie qui n'entame,

Senz redouteir l'infernal flame,

Mete le boen conte a sa destre!

Et il i doit par raison estre,

Qu'il laissa son leu et son estre

Por cele glorieuze jame

Qui a non la joie celestre.

Mieudres de li ne porra nestre,

Mien esciant, de cors de fame.

III

Li cuens fu tantost chevaliers

Com il en fu poinz et mestiers,

Qu'il pot les armes endureir;

Puis ne fu voie ne sentiers

Ou il n'alast mout volentiers

Se on s'i pot aventureir,

Si vos puis bien dire et jureir,

C'il peüst son droit tenz dureir,

C'onques ne fu mieudres terriers,

Tant se seüst amesureir

Au boenz, et les fauz forjureir:

Auz unz dolz et auz autres fiers.

IV

Ce pou qu'auz armes fu en vie,

Tuit li boen avoient envie

De lui resambleir de meniere.

Se Diex n'amast sa compaignie,

N'eüst pas Acre desgarnie

De si redoutee baniere

La mors a mis l'afaire ariere

D'Acre, dont nuns mestiers n'en iere;

La Terre en remaint esbahie.

Ci a mort delireuze et fiere

Que nuns hom n'en fait bele chiere,

Fors cele pute gent haïe.

V

Ha! Terre plainne de noblesce,

De charitei et de largesce,

Tant aveiz fait vilainne perde!

Ce morte ne fust Gentilesce

Et Vaselages et Proesce,

Vos ne fussiez pas si deserte.

Haï! haï! genz mal aperte,

La porte des cielz est overte:

Ne reculeiz pas por peresce.

En brief tanz l'a or Diex offerte

Au boen conte par sa deserte,

Qu'il l'a conquise en sa jonesce.

VI

Ne fist mie de sa croix pile,

Si com font souvent teil dis mile

Qui la prennent par grant faintize;

Ainz a fait selonc l'Ewangile,

Qu'il a maint borc et mainte vile

Laissié, por morir au servize

Celui Seigneur qui tot justize.

Et Diex li rent en bele guize

(Ne cuidiez pas que se soit guile),

Qu'il fait granz vertuz a devize:

Bien pert que Diex a s'arme prise

Por metre en son roial concile.

VII

Encor fist li cuens a sa mort

Qu'avec les plus povres s'amort:

Des plus povres vot estre el conte.

Quant la mors un teil home mort,

Que doit qu'ele ne ce remort

De mordre si tost un teil conte?

Car, qui la veritei nos conte,

Je ne cuit pas que jamais monte

Sor nul cheval, feble ne fort,

Nuns hom qui tant ai doutei honte

Ne mieulz seüst que honeurs monte:

N'a ci doleur et desconfort?

VIII

Li cuers le conte est a Citiaux,

Et l'arme la sus en sains ciaux,

Et li cors en gist outre meir.

Cist departirs est boens et biaux:

Ci a trois precieulz joiaux

Que tuit li boen doivent ameir.

La sus elz cielz fait boen semeir:

N'estuet pas la terre femeir

Ne ne c'i puet repaitre oiziaux.

Quant por Dieu se fist entameir,

Que porra Diex sor li clameir

Quant il jugera boens et maux?

IX

Ha! cuens Jehan, biau tres dolz sire,

De vos puisse hon tant de bien dire

Com hon puet dou conte Huede faire!

Qu'en lui a si bele matyre

Que Diex c'en puet joer et rire

Et sainz paradix s'en resclaire.

A iteil fin fait il bon traire,

Que hon n'en puet nul mal retraire;

Teil vie fait boen eslire.

Doulz et pitouz et debonaire

Le trovoit hon en tot afaire:

Sages est qu'en ses faiz ce mire.

X

Messire Erart, Diex vos maintiegne

Et en bone vie vos tiegne,

Qu'il est bien mestiers en la Terre:

Que, c'il avient que tost vos preigne,

Je dout li païs ne remeigne

En grant doleur et en grant guerre.

Com li cuers el ventre vos serre

Quant Diex a mis si tost en serre

Lou conte a la doutee enseigne!

Ou porroiz teil compaignon querre?

En France ne en Aingleterre

Ne cuit pas c'om le vos enseingne.

XI

Ha! rois de France, rois de France,

Acre est toute jor en balance:

Secoreiz la, qu'il est mestiers.

Serveiz Dieu de vostre sustance,

Ne faites plus ci remenance,

Ne vos ne li cuens de Poitiers.

Diex vos i verra volentiers,

Car toz est herbuz li santiers

C'on suet batre por penitance.

Qu'a Dieu sera amis entiers

Voit destorbeir ces charpentiers

Qui destorbent notre creance!

XII

Chevalier, que faites vos ci?

Cuens de Blois, sire de Couci,

Cuens de Saint Pol, fils au boen Hue,

Bien aveiz avant les cors ci;

Coument querreiz a Dieu merci

Se la mors en voz liz vos tue?

Vos veeiz la Terre absolue

Qui a voz tenz nos ert tolue,

Dont j'ai le cuer triste et marri.

La mors ne fait nule atendue,

Ainz fiert a massue estandue.

Tost fait nuit de jor esclarci.

XIII

Tornoiëur, vos qu'attendeiz,

Qui la Terre ne deffendeiz

Qui est a votre Creatour?

Vos aveiz bien les yex bandeiz

Quant ver Dieu ne vos desfendeiz

N'en vos ne meteiz nul atour.

Pou douteiz la parfonde tour

Dont li prison n'ont nul retour,

Ou par peresce descendeiz.

Ci n'a plus ne guanche ne tour

Quant la mors vos va si entour:

A Dieu cors et arme rendeiz.

XIV

Quant la teste est bien avinee,

Au feu, deleiz la cheminee,

Si nos croizonz de plain eslaiz.

Et quant vient a la matinee,

Si est ceste voie finee:

Teil coutume a et clers et lais;

Si lait sales, maisons, palais,

A doleur, a fort destinee;

Lai s'en va ou n'a nul relais.

De l'avoir rest il bone pais

Quant gist mors desus l'echinee!

XV

Or prions au Roi glorieux,

Qui par son sanc esprecieulz f.43 r°2

Nos ota de destrucion,

Qu'en son regne delicieuz,

Qui tant est doulz et gracieuz,

Faciens la nostre mansion

Et que par grant devocion

Ailliens en cele region

Ou Diex soffri la mort crueulz.

Qui lait en teil confusion

La Terre de promission

Pou est de s'arme curieulz.

Explicit.

 

Ci encoumence li diz de la voie de tunes

I

De corrouz et d'anui, de pleur et de pitié

Est toute la matiere dont je tras mon ditié.

Qui n'a pitié en soi bien at Dieu fors getié:

Ver Dieu ne doit trouveir amour ne amistié.

II

Ewangelistre, apostre,/ martyr et confesseur

Por Jhesucrit soffrirent de la mort le presseur;

Or vos i gardeiz bien, qui estes successeur,

C'on n'at pas paradyx cens martyre pluseur.

III

Onques en paradix n'entra nuns fors par poinne;

Por c'est il foulz cheitis qui por l'arme ne poinne.

Cuidiez que Jhesucris en paradyx nos mainne

Por norrir en delices la char qui n'est pas sainne?

IV

Sainne n'est ele pas, de ce ne dout je point:

Or est chaude, or est froide; or est soeiz, or point;

Ja n'iert en un estat ne en un certain point.

Qui sert Dieu de teil char mainne il bien s'arme a point?

V

A point la moinne il bien a cele grant fornaize

Qui est dou puis d'enfer, ou ja nuns n'avra aise.

Bien se gart qui i vat, bien se gart qui i plaise,

Que Dieux ne morra plus por nule arme mauvaise.

VI

Dieux dist en l'Ewangile: "Se li preudons seüst

A queil heure li lerres son suel chaveir deüst,

Il veillast por la criente / que dou larron eüst,

Si bien qu'a son pooir de rien ne li neüst."

VII

Ausi ne savons nos quant Dieuz dira: "Veneiz!"

Qui lors ert mal garniz moult iert mal aseneiz,

Car Dieux li sera lors com lions forseneiz.

Vos ne vos preneiz garde, qui les respis preneiz.

VIII

Li rois ne les prent pas, cui douce France est toute,

Qui tant par ainme l'arme que la mort n'en redoute,

Ainz va par meir requerre cele chiennalle gloute.

Jhesucriz, par sa grace, si gart lui et sa route!

IX

Prince, prelat, baron, por Dieu preneiz ci garde.

France est si grace terre, n'estuet pas c'om la larde:

Or la wet cil laissier qui la maintient et garde,

Por l'amor de Celui qui tout a en sa garde.

X

Des or mais se deüst li preudons sejourneir

Et toute s'atendue a sejour atourneir:

Or wet de douce France et partir et torneir.

Dieux le doint / a Paris a joie retorneir.

XI

Et li cuens de Poitiers, qui un pueple souztient,

Et qui en douce France si bien le sien leu tient

Que quinze jors vaut miex li leux par ou il vient,

Il s'en va outre meir, que riens ne le detient.

XII

Plus ainme Dieu que home qui emprent teil voiage

Qui est li souverains de tout pelerinage:

Le cors mettre a essil et meir passeir a nage

Por amor de Celui qui le fist a s'ymage.

XIII

Et messires Phelipes et li boens cuens d'Artois

Et li cuens de Nevers, qui sunt preu et cortois,

Refont en lor venue a Dieu biau serventois;

Chevalier qui ne[s] suit ne pris pas un nantois.

XIV

Li boens rois de Navarre, qui lait si bele terre

Que ne sai ou plus bele puisse on troveir ne querre

(Mais hon doit tout laissier por l'amor Dieu conquerre:

Ciz voiages est cleis qui paradix desserre),

XV

Ne prent pas garde a choze qu'il ait eü a faire;

S'a il asseiz eü et anui et contraire,

Mais si con Dieux trouva saint Andreu debonaire,

Trueve il le roi Thiebaut doulz et de boen afaire.

XVI

Et li dui fil le roi et lor couzins germains,

Ce est li cuens d'Artois, qui n'est mie dou mains,

Revont bien enz dezers laboreir de lor mains

Quant par meir vont requerre Sarrazins et Coumains.

XVII

Tot soit qu'a moi bien faire soient tardif et lant,

Si ai je de pitié por eulz le cueur dolant:

Mais ce me reconforte (qu'iroie je celant?)

Qu'en lor venues vont en paradix volant.

XVIII

Saint Jehans eschuia compaignie de gent,

En sa venue fist de sa char son serjant,

Plus ama les desers que or fin ne argent,

Qu'Orgueulz ne li alast sa vie damagent.

XIX

Bien doit ameir le cors qui en puet Dieu servir,

Qu'il en puet paradix et honeur deservir:

Trop par ainme son aise/qui lait l'arme aservir,

Qu'en enfer sera serve par son fol messervir.

XX

Veiz ci moult biau sarmon: li rois va outre meir

Pour celui Roi servir ou il n'a point d'ameir.

Qui ces deus rois vodra et servir et ameir

Croize soi, voit aprés: mieulz ne peut il semeir.

XXI

Ce dit cil qui por nos out asseiz honte et lait:

"N'est pas dignes de moi qui por moi tot ne lait;

Qu'après moi vuer venir croize soi, ne delait!"

Qui aprés Dieu n'ira mal fu norriz de lait.

XXII

Vauvaseur, bacheleir plain de grant nonsavoir,

Cuidiez vos par desa pris ne honeur avoir?

Vous vous laireiz morir, et porrir votre avoir;

Et ce vos vos moreiz, Diex nou quiert ja savoir.

XXIII

Dites, aveiz vos pleges de vivre longuement?

Je voi aucun riche home faire maisonnement:

Quant il a assouvi trestout entierement,

Se li fait hon un autre, de petit coustement.

XXIV

Ja coars n'enterra en paradyx celestre,

Si n'est nuns si coars qui bien n'i vouxist estre;

Mais tant doutent mesaize et a guerpir lor estre

Qu'il en adossent Dieu et metent a senestre.

XXV

Dés lors que li hons nait, a il petit a vivre;

Quant il a quarante ans, or en a mains ou livre.

Quant il doit servir Dieu, si s'aboivre et enyvre;

Ja ne se prendra garde tant que mors le delivre.

XXVI

Or est mors: qu'a il fait,qu'au siecle a tant estei?

Il a destruiz les biens que Dieux li a prestei;

De Dieu ne li souvint ne yver ne estei.

Il avra paradix ce il l'a conquestei!

XXVII

Foulz est qui contre mort cuide troveir deffence:

Des biaux, des fors, des sages fait la mort sa despance;

La mors mort Absalon et Salemon et Sance;

De legier despit tout qu'adés a morir pance.

XXVIII

Et vos, a quoi penceiz, qui n'aveiz nul demain

Et qui a nul bien faire/ne voleiz metre main?

Se hom va au moustier, vos dites: "Je remain";

A Dieu servir dou votre iestes vos droit Romain.

XXIX

Se hom va au moustier, la n'aveiz vos que faire:

N'est pas touz d'une piece, tost vos porroit maufaire.

A ceux qui y vont dites qu'ailleurs aveiz afaire:

"Sans oïr messe sunt maint biau serf en Biaire."

XXX

Vous vous moqueiz de Dieu tant que vient a la mort,

Si li crieiz mercei lors que li mors vos mort

Et une consciance vos reprent et remort;

Si n'en souvient nelui tant que la mors le mort.

XXXI

Gardeiz dont vos venistes et ou vous revandroiz.

Diex ne fait nelui tort, n'est nuns juges si droiz;

Il est sires de loiz et c'est maitres de droiz:

Touz jors le trovereiz droit juge en toz endroiz.

XXXII

Li besoins est venuz qu'il a mestiers d'amis;

Il ne quiert que le cuer, de quanque en vos a mis.

Qui le cuer li aura et donei et promis

De resouvoir son reigne c'iert moult bien entremis.

XXXIII

Li mauvais demorront, nes couvient pas eslire;

Et c'il sunt hui mauvais, il seront demain pire;

De jor en jor iront de roiaume en empire:

Se nos nes retrouvons, si n'en ferons que rire.

XXXIV

Li Rois qui les trois rois en Belleem conduit

Conduie touz croiziez qui a mouvoir sunt duit,

Qu'osteir au soudant puissent et joië et deduit,

Si que bonnes en soient et notes et conduit!

Explicit.

 

Ci encoumence la desputizons dou croisie et dou descroisie.

I

L'autrier entour la Saint Remei

Chevauchoie por mon afaire,

Pencix, car trop sunt agrami

La gent dont Diex at plus a faire,

Cil d'Acre, qui n'ont nul ami

(Ce puet on bien por voir retraire),

Et sont si prés lor anemi

Qu'a eux pueent lancier et traire.

II

Tant fui pancis a ceste choze

Que je desvoiai de ma voie,

Com cil qu'a li meïsmes choze,

Por le penceir que g'i avoie.

Une maison fort et bien cloze

Trouvai, dont je riens ne savoie,

Et c'estoit la dedens encloze

Une gent que je demandoie.

III

Chevaliers i avoit teiz quatre

Qui bien seivent parleir fransois.

Soupei orent, si vont esbatre

En un vergier deleiz le bois.

Ge ne me voulz sor eux embatre,

Que ce me dist uns hom cortois:

"Teiz cuide compaignie esbatre

Qui la toust", c'est or sans gabois.

IV

Li dui laissent parleir les deux,

Et je les pris a escouteir,

Qui leiz la haie fui touz seux.

Si descent por moi acouteir.

Si distrent, entre gas et geux,

Teiz moz con vos m'orreiz conter.

Siecles i fut nomeiz et Deus.

De ce pristrent a desputeir.

V

Li uns deux avoit la croix prise,

Li autres ne la voloit prendre.

Or estoit de ce lor emprise,

Que li croiziez voloit aprendre

A celui qui pas ne desprise

La croix ne la main n'i vuet tendre

Qu'il la preïst par sa maitrize,

Ce ces sans ce puet tant estendre.

VI

Dit li croisiez premierement:

"Enten a moi, biaux dolz amis.

Tu seiz moult bien entierement

Que Diex en toi le san a mis

Dont tu connois apertement

Bien de mal, amis d'anemis.

Se tu en euvres sagement,

Tes loiers t'en est [ja] promis.

VII

Tu voiz et parsois et entens

Le meschief de la Sainte Terre.

Por qu'est de proesse vantans

Qui le leu Dieu lait en teil guerre?

S'uns hom pooit vivre cent ans,

Ne puet il tant d'oneur conquerre

Com, se il est bien repentans,

D'aleir le Sepulchre requerre."

VIII

Dit li autres: "J'entens moult bien

Por quoi vos dites tel parole.

Vos me sermoneiz que le mien

Doingne au coc et puis si m'en vole.

Mes enfans garderont li chien,

Qui demorront en la pailliole.

Hon dit: "Ce que tu tiens, si tien!"

Ci at boen mot de bone escole.

IX

Cuidiez vos or que la croix preingne

Et que je m'en voize outre meir,

Et que les .C. soudees deingne

Por .XL. sols reclameir?

Je ne cuit pas que Deux enseingne

Que hom le doie ainsi semeir.

Qui ainsi senme, pou i veigne,

Car hom le devroit asomeir.

X

- Tu naquiz de ta mere nuz,

Dit li croisiez, c'est choze aperte.

Or iez juqu'a cet tens venuz

Que ta chars est bien recoverte.

Qu'est Dieus ne qu'est lors devenuz

Qu'a cent dobles rent la deserte?

Bien iert por mescheanz tenuz

Qui ferat si vilainne perte.

XI

Hom puet or paradix avoir

Ligierement, Diex en ait loux!

Asseiz plus, ce poeiz savoir,

L'acheta sainz Piere et sainz Poulz,

Qui de si precieux avoir

Com furent la teste et li coux

L'aquistrent, ce teneiz a voir.

Icist dui firent deus biaux coux."

XII

Dit cil qui de croizier n'a cure:

"Je voi merveilles d'une gent

Qui asseiz sueffrent poinne dure

En amasseir un pou d'argent,

Puis vont a Roume ou en Esture,

Ou vont autre voie enchergent.

Tant vont cerchant bone aventure

Qu'il n'ont baesse ne sergent.

XIII

Hom puet moult bien en cet paÿx

Gaiaignier Dieu cens grant damage.

Vos ireiz outre mer laÿs,

Qu'a folie aveiz fait homage.

Je di que il est foux naÿx

Qui se mest en autrui servage,

Quant Dieu puet gaaignier saÿx

Et vivre de son heritage.

XIV

- Tu dis si grant abusion

Que nus ne la porroit descrire,

Qui wés sans tribulacion

Gaaignier Dieu por ton biau rire.

Dont orent fole entencion

Li saint qui soffrirent martyre

Por venir a redempcion?

Tu diz ce que nuns ne doit dire.

XV

Ancor n'est pas digne la poinne

Que nuns hom puisse soutenir

A ce qu'a la joie sovrainne

Puisse ne ne doie venir.

Por ce se rendent tuit cil moinne

Qu'a teil joie puissent venir.

Hom ne doit pas douteir essoinne

C'on ait pour Dieu juqu'au fenir.

XVI

- Sire, qui des croix sermoneiz,

Resoffreiz moi que je deslas.

Sermoneiz ces hauz coroneiz,

Ces grans doiens et ces prelaz

Cui Diex est toz abandoneiz

Et dou siecle toz li solaz.

Ciz geux est trop mal ordeneiz,

Que toz jors nos meteiz es laz.

XVII

Clerc et prelat doivent vengier

La honte Dieu, qu'il ont ces rentes.

Il ont a boivre et a mangier,

Si ne lor chaut c'il pluet ou vente.

Siecles est touz en lor dangier.

C'il vont a Dieu par teile sente,

Fol sunt c'il la welent changier,

Car c'est de toutes la plus gente.

XVIII

- Laisse clers et prelaz esteir

Et te pren garde au roi de France,

Qui por paradix conquesteir

Vuet metre le cors en balance

Et ces enfans a Dieu presteir:

Li prés n'est pas en aesmance!

Tu voiz qu'il se vuet apresteir

Et faire ce dont a toi tance.

XIX

Moult a or meillor demoreir

Li rois el roiaume que nos,

Qui de son cors wet honoreir

Celui que por seignor tenons,

Qu'en crois se laissa devoreir.

Ce de lui servir ne penons,

Helas! trop avrons a ploreir,

Que trop fole vie menons.

XX

- Je wel entre mes voisins estre

Et moi deduire et solacier.

Vos ireiz outre la meir peistre,

Qui poeiz grant fais embracier.

Dites le soudant vostre meistre

Que je pri pou son menacier.

C'il vient desa, mal me vit neistre,

Mais lai ne l'irai pas chacier.

XXI

Je ne faz nul tort a nul home,

Nuns hom ne fait de moi clamour.

Je couche tost, si dor grant soume,

Et tieng mes voisins a amour.

Si croi, par saint Pierre de Roume,

Qu'il me vaut miex que je demour

Que de l'autrui porter grant soume,

Dont je seroie en grant cremour.

XXII

- Desai bees a aise vivre:

Seiz tu se tu vivras asseiz?

Di moi ce tu ceiz en queil livre

Certains vivres soit compasseiz.

Manjue et boif, et si t'enyvre,

Que mauvais est de pou lasseiz.

Tuit sont un, saches a delivre,

Et vie d'oume et oez quasseiz.

XXIII

Laz! ti dolant, la mors te chace,

Qui tost t'avra lassei et pris.

Desus ta teste tient sa mace.

Viex et jones prent a un pris.

Tantost a fait de pié eschace,

Et tu as tant vers Dieu mespris!

Au moins enxui un pou la trace

Par quoi li boen ont loz et pris.

XXIV

- Sire croiziez, merveilles voi:

Moult vont outre meir gent menue,

Sage, large, de grant aroi,

De bien metable convenue,

Et bien i font, si com je croi,

Dont l'arme est por meilleur tenue.

Si ne valent ne ce ne quoi

Quant ce vient a la revenue.

XXV

Se Diex est nule part el monde,

Il est en France, c'e[s]t sens doute.

Ne cuidiez pas qu'il se reponde

Entre gent qui ne l'ainment goute,

J'aing mieux fontainne qui soronde

Que cele qu'en estei s'esgoute,

Et vostre meir est si parfonde

Qu'il est bien droiz que la redoute.

XXVI

- Tu ne redoutes pas la mort,

Si seiz que morir te couvient,

Et tu diz que la mers t'amort!

Si faire folie dont vient?

La mauvaistiez qu'en toi s'amort

Te tient a l'ostel, se devient.

Que feras se la mors te mort,

Que ne ceiz que li tenz devient?

XXVII

Li mauvais desa demorront,

Que ja nuns boens n'i demorra.

Com vaches en lor liz morront:

Buer iert neiz qui delai morra.

Jamais recovreir ne porront,

Fasse chacuns mieux qu'il porrat.

Lor peresce en la fin plorront

Et s'il muerent, nuns nes plorra.

XXVIII

Ausi com par ce le me taille

Cuides foïr d'enfer la flame,

Et acroire et metre a la taille,

Et faire de la char ta dame.

A moi ne chaut, coument qu'il aille,

Mais que li cors puist sauver l'ame,

Ne de prison, ne de bataille,

Ne de laissier enfans ne fame.

XXIX

- Biaux sire chiers, que que dit aie,

Vos m'aveiz vaincu et matei.

A vos m'acort, a vos m'apaie,

Que vos ne m'aveiz pas flatei.

La croix preing sans nule delaie,

Si doing a Dieu cors et chatei,

Car qui faudra a cele paie,

Mauvaisement avra gratei.

XXX

En non dou haut Roi glorieux

Qui de sa fille fist sa meire,

Qui par son sanc esprecieux

Nos osta de la mort ameire,

Sui de moi croizier curieux

Por venir a la joie cleire.

Car qui a s'ame est oblieux,

Bien est raisons qu'il le compeire."

Explicit.

 

Ci encoumence li diz de l'Universitei de Paris

Rimeir me couvient d'un contens

Ou l'on a mainz deniers contens

Despendu et despendera:

Ja siecles n'en amendera.

Li clerc de Paris la citei

(Je di de l'Universitei,

Noumeement li Arcien,

Non pas li preudome ancien)

On empris .I. contans encemble:

Ja biens n'en vanrra, ce me cemble,

Ainz en vanrra mauz et anuiz,

Et vient ja de jors et de nuiz.

Est or ce bien choze faisant?

Li filz d'un povre païsant

Vanrra a Paris por apanre;

Quanque ces peres porra panrre

En un arpant ou .II. de terre

Por pris et por honeur conquerre

Baillera trestout a son fil,

Et il en remaint a escil.

Quant il est a Paris venuz

Por faire a quoi il est tenuz

Et por mener honeste vie,

Si bestorne la prophecie:

Gaaig de soc et d'areüre

Nos convertit en armeüre.

Par chacune rue regarde

Ou voie la bele musarde;

Partout regarde, partout muze;

Ces argenz faut, sa robe uze:

Or est tout au recoumancier.

Ne fait or boen ci semancier.

En Quaresme, que hon doit faire

Choze qui a Dieu doie plaire,

En leu de haires haubers vestent

Et boivent tant que il s'entestent;

Si font bien li troi ou li quatre

Quatre cens escoliers combatre

Et cesseir l'Universitei:

N'a ci trop grant aversitei?

Diex! ja n'est il si bone vie,

Qui de bien faire auroit envie,

Com ele est de droit escolier!

Il ont plus poinne que colier

Por que il wellent bien aprendre;

Il ne puent pas bien entendre

A seoir aseiz a la table:

Lor vie est ausi bien metable

Com de nule religion.

Por quoi lait hon sa region

Et va en estrange païs,

Et puis si devient foulz naïz

Quant il i doit aprendre sens,

Si pert son avoir et son tens

Et c'en fait a ces amis honte?

Mais il ne seivent qu'oneurs monte.

Explicit.

 

C'est la complainte dou roi de Navarre

Pitiez a compleindre m'enseigne

D'un home qui avoit seur Seinne

Et sor Marne maintes maisons;

Mais a teil bien ne vint mais hons

Com il venist, ne fust la mors

Qui en sa venue l'a mors:

C'est li rois Thiebauz de Navarre.

Bien a sa mort mis en auvarre

Tout son roiaume et sa contei

Por les biens c'on en a contei.

Quant li rois Thiebaus vint a terre,

Il fut asseiz qui li mut guerre

Et qui mout li livra entente,

Si que il n'ot oncle ne tente

Qui le cuer n'en eüst plain d'ire.

Mais je vos puis jureir et dire

Que, c'il fust son eage en vie,

De li cembleir eüst envie

Li mieudres qui orendroit vive,

Que vie si nete et si vive

Ne mena nuns qui soit ou monde.

Large, cortois et net et monde

Et boens au chans et a l'ostei:

Teil le nos a la mors ostei.

Ne croi que mieudres crestiens,

Ne jones hom ne anciens,

Remansist la jornee en l'ost;

Si ne croi mie que Dieux l'ost

D'avec les sainz, ainz l'i a mis,

Qu'il at toz jors esté amis

A sainte Eglize et a gent d'Ordre.

Mout en fait la mors a remordre

Qui si gentil morsel a mors:

Piesa ne mordi plus haut mors.

Jamais n'iert jors que ne s'en plaigne

Navarre et Brië et Champaingne.

Troie; Provins et li dui Bar,

Perdu aveiz votre tabar,

C'est a dire votre secours.

Bien fustes fondei en decours

Quant teil seigneur aveiz perdu.

Bien en deveiz estre esperdu.

Mors desloauz, qui rien n'entanz,

Se le laissasses soissante anz

Ancor vivre par droit aage,

Lors s'en preïsses le paage,

Si n'en peüst pas tant chaloir.

Or estoit venuz a valoir:

N'as tu fait grant descouvenue

Quant tu l'as mort en sa venue?

Mors desloiax, mors deputaire,

De toi blameir ne me puis taire

Quant il me sovient des bienz faiz

Que il a devant Tunes faiz,

Ou il a mis avoir et cors.

Li premiers issuz estoit fors

Et retornoit li darreniers.

Ne prenoit pas garde au deniers

N'auz garnizons qu'il despandoit;

Mais saveiz a qu'il entendoit?

A viseteir les bones genz.

Au mangier estoit droiz serjens;

Aprés mangier estoit compains

De toutes bones teches plains,

Pers auz barons, auz povres peires,

Et auz moiens compains et freres,

Boens en consoil et bien meürs,

Auz armes vistes et seürs

Si qu'en tout l'ost n'avoit son peir.

Douz fois le jor faisoit trampeir

Por repaistre les familleuz.

Qui deïst qu'il fust orguilleuz

Et il le veïst au mangier,

Il se tenist por mensongier.

Sa bataille estoit bone et fors,

Car ces semblanz et ces effors

Donoit aux autres hardiesse.

Onques home de sa jonesse

Ne vit nuns contenir si bel

En guait, en estour, en cembel.

Qui l'ot en Champaigne veü

En Tunes l'ot desconneü,

Qu'au besoig connoit hon preudome;

Et vos saveiz, ce est la soume,

Qui en pais est en son païs

Tenuz seroit por foux naÿx

C'il s'aloit auz paroiz combatre.

Par ceste raison vuel abatre

Vilonie, s'on l'en a dite,

Que sa vaillance l'en aquite.

Quant l'aguait faisoit a son tour,

Tout ausi com en une tour

Estoit chacuns asseüreiz,

Car touz li oz estoir mureiz.

Lors estoit chacuns a seür,

Car li siens gaiz valoit un mur.

Quant il estoient retornei,

Si trovoit hon tot atornei:

Tables et blanches napes mises.

Tant avoit laians de reprises

Donees si cortoisement,

Et roi de teil contenement,

Qu'a aise sui quant le recorde,

Por ce que [nuns ne] c'en descorde

Et que chacuns le me tesmoingne

De ceulz qui virent la besoigne,

Que n'en truis contraire nelui

Que tout ce ne soit voïrs de lui.

Rois Hanrris, freres au bon roi,

Dieux mete en vos si bon aroi

Com en roi Thiebaut votre frere:

Ja fustes vos de si boen peire.

Que vos iroie delaiant

Ne mes paroles porloignant?

A Dieu et au siecle plaisoit

Quanque li rois Thiebauz faisoit.

Fontainne estoit de cortoisie;

Toz biens i ert sanz vilonie.

Si com j'ai oï et apris:

De maitre Jehan de Paris,

Qui l'amoit de si bone amour

Com preudoms puet ameir seignor,

Vos ai la matiere descrite

Qu'em troiz jors ne seroit pas dite.

Messire Erars de Valeri,

A cui onques ne s'aferi

Nuns chevaliers de loiautei,

Diex par vos si l'avoit fait teil,

Et mieudres n'i est demoreiz

Qui au loig fust tant honoreiz.

Prions au Peire glorieuz

Et a son chier Fil precieus

Et le saint Esperit encemble,

En cui tout bonteiz s'asemble,

Et la douce Vierge pucele,

Qui de Dieu fu mere et ancele,

Qu'avec les sainz martirs li face

En paradix et lou et place.

Explicit.

 

Ci encoumence la complainte dou conte de Poitiers.

Qui ainme Dieu et sert et doute

Volentiers sa parole escoute.

Ne crient maladie ne mort

Qu'a lui de cuer ameir s'amort.

Temptacions li cemble vent,

Qu'il a boen escu par devant:

C'est le costei son Criatour,

Qui por nos entra en l'estour

De toute tribulation

Sans douteir persecution.

De son costei fait il son hiaume,

Qu'il desirre lou Dieu roiaume,

Et c'en fait escut et ventaille

Et blanc haubert a double maille,

Et si met le cors en present

Por Celui qui le fais pesent

Vout soffrir de la mort ameire.

De legier laisse peire et meire

Et fame et enfans et sa terre,

Et met por Dieu le cors en guerre

Tant que Dieux de cest siecle l'oste.

Lors puet savoir qu'il a boen hoste

Et lors resoit il son merite,

Que Dieux et il sont quite et quite.

Ainsi fut li cuens de Poitiers

Qui toz jors fu boens et entiers,

Chevaucha cest siecle terrestre

Et mena Paradix en destre.

Veü aveiz com longuement

At tenu bel et noblement

Li cuens la contei de Tholeuze,

Que chacuns resembleir goleuze,

Par son sanz et par sa largesse,

Par sa vigueur, par sa proesse,

C'onques n'i ot contens ne guerre,

Ainz a tenu en pais sa terre.

Por ce qu'il me fist tant de biens,

Vo wel retraire .I. pou des siens.

Vos saveiz et deveiz savoir:

Li commencemens de savoir

Si est c'om doit avoir paour

De correcier son Saveour

Et li de tout son cuer ameir,

Qu'en s'amitié n'a point d'ameir,

En s'amitié n'a fin ne fons.

Tant l'ama li boens cuens Aufons

Que ne croi c'onques en sa vie

Pensast un rain de vilonie.

Se por ameir Dieu de cuer fin

Dou bersuel jusques en la fin,

Et por sainte Eglize enoreir,

Et por Jhesucrist aoureir

En toutes les temptacions,

Et por ameir religions

Et chevaliers et povre gent,

Ou il a mis or et argent

C'onques ne fina en sa vie,

Ce por c'est arme en cielz ravie,

Dont i est ja l'arme le conte

Ou plus ot bien que ne vos conte.

Se que je vi puis je bien dire:

Onques ne le vi si plain d'ire

C'onques li issist de sa bouche

Choze qui tornast a reprouche,

Mais biaux moz, boenz enseignemens.

Li plus grans de ces sairemens

Si estoit: "Par sainte Garie!"

Miraours de chevalerie

Fu il tant com il a vescu.

Moult orent en li boen escu

Li povre preudome de pris.

Sire Dieux, ou estoit ce pris

Qu'il lor donoit sens demandeir?

N'escouvenoit pas truandeir

Ne faire parleir a nelui:

Ce qu'il faisoit faisoit de lui,

Et donoit si cortoisement

Selonc chacun contenement

Que nuns ne l'en pooit reprandre.

Hom nos at parlei d'Alixandre,

De sa largesce, de son sans

Et de se qu'il fist a son tans:

S'en pot chacuns, c'il vot, mentir,

Ne nos ne l'osons desmentir

Car nos n'estions pas adonc.

Mais ce por bontei ne por don

A preudons le regne celestre,

Li cuens Aufons i doit bien estre.

Tant ot en son cuer de pitié,

De charitei et d'amistié,

Que nuns nel vos porroit retraire.

Qui porroit toutes ces mours traire

El cuer a .I. riche jone home,

Hon en feroit bien .I. preudome.

Boens fu au boens et boens confors,

Maus au mauvais et terriés fors,

Qu'il lor rendoit cens demorance

Lonc le pechié la penitance.

Et il le connurent si bien

C'onques ne li meffirent rien.

Dieux le tanta par maintes fois

Por connoistre queiz est sa foi,

Si connoist il et cuer et cors.

Et par dedens et par defors:

Job le trouva en paciance.

Et saint Abraham en fiance.

Ainz n'ot fors maladie ou painne,

S'en dut estre s'arme plus sainne.

Outre meir fu en sa venue,

Ou moult fist bien sa convenue

Avoec son boen frere le roi.

Plus bel hosteil, plus bel aroi

Ne tint princes emprés son frere.

Ne fist pas honte a son boen pere,

Ainz montra bien que preudons iere

De foi, de semblant, de meniere.

Or l'a pris Diex en son voiage,

Ou plus haut point de son aage,

Que, s'on en ceste region

Feïst roi par election

Et roi orendroit i fausist,

Ne sai prince qui le vausist.

Li vilains dist: "Tost vont noveles."

Voire, les bones et les beles.

Mais qui male novele porte

Tout a tantz vient il a la porte,

Et si i vient il toute voie.

Tost fu seü que en la voie

De Tunes, en son revenir,

Vout Dieux le conte detenir.

Tost fu seü et sa et la,

Par tout la renomee ala,

Par tout en fu faiz li servizes

En chapeles et en eglizes.

Partiz est li cuens de cest siecle,

Qui tant maintint des boens la riegle.

Je di por voir, non pas devin,

Que Tolozain et Poitevin

N'avront jamais meilleur seigneur:

Aussi boen l'ont il et greigneur.

Tant fist li cuens en cestui monde

Qu'avec li l'a Diex net et monde.

Ne croi que priier en conveigne:

Prions li de nos li soveigne!

Explicit.

 

C'est de Brichemeir

I

Rimer m'estuet de Brichemer

Qui de moi se joe a la briche.

Endroit de moi jou doi ameir,

Je nou truis a eschars ne chiche;

N'a si large jusqu'outre mer,

Car de promesses m'a fait riche:

Au fromant qu'il fera semeir

Me fera ancouan flamiche.

II

Brichemers est de bel afaire,

N'est pas .I. hom plainz de desroi:

Douz et cortois et debonaire

Le trueve hon, et de grant aroi.

Je n'en puis fors promesse traire,

Je n'i voi mais autre conroi:

Auteil atente m'estuet faire

Com li Breton font de lor roi.

III

Ha! Brichemers, biau tres dolz sire,

Paié m'aveiz cortoizement,

Que votre borce n'en empire,

Ce voit chacuns apertement.

Un pou de choze vos wel dire

Qui n'est pas de grant coustement:

Ma promesse faites escrire,

Si soit en vostre testament.

Explicit.

 

C'est le dit d'Aristotle

Aristotles a Alixandre

Enseigne et si li fait entendre

En son livre versefié,

Enz el premier quaier lié,

Conment il doit el siecle vivre.

Et Rutebués l'a trait dou livre.

"De tes barons croi le consoil,

Ce te loz je bien et consoil.

Ja serf de deus langues n'ameir,

Qu'il porte le miel et l'ameir.

N'essaucier home que ne doies,

Et par cest example le voies

C'uns ruissiaux acreüz de pluie

Sort plus de roit et torne en fuie

Que ne fait l'iaue qui decourt:

Ausi fel essauciez en court

Est plus crueuz et plus vilains

Que n'est ne cuens ne chatelains

Qui sont riche d'ancesserie.

Si te prie por sainte Marie,

Se tu voiz home qui le vaille,

Garde qu'a ton bienfait ne faille.

N'i prent ja garde a parentei,

C'om voit de teux a grant plantei

Qui sont de bone gent estrait

Dont on asseiz de mal retrait.

Jadiz ot en Egypte un roi

Sage, large, de grant arroi,

Liez et joians, haitiez et baux,

Et ces fils fu povres ribaux;

Et conquist asseiz anemis.

Puis que Nature en l'ome a mis

Sens et valour et cortoisie,

Il est quites de vilonie.

Tex est li hons com il se fait.

Uns homs son lignage refait,

Et uns autres lou sien depiece.

Ja ne porroie croire a piece

Que cil ne fust droiz gentiz hom

Qui fausetei et traïson

Heit et eschue, et honeur ainme,

Ou je ne sai pas qui s'en clainme

Jentil ne vilain autrement.

Or n'i a plus, je te demant

En don que tu ainmes preudoume,

Car de tout bien est ce la some.

Hon puet bien regneir une piece

Par faucetei avant c'om chiece,

Et plus qui plus seit de barat.

Mais il covient qu'il se barat

Li meïsmes, que qu'il i mete,

Ne jamais nuns ne s'entremete

De bareteir, que il ne sache

Que baraz li rendra la vache.

Se tu iez de querele juges,

Garde que tu si a droit juges

Que tu n'en faces a reprandre.

Juge le droit sans l'autrui prandre:

Juges qui prent n'est pas jugerres,

Ainz est jugiez a estre lerres.

Et se il te covient doneir,

Je ne t'i vuel plus sarmoneir:

Au doneir done en teil meniere

Que miex vaille la bele chiere

Que feras, au doneir le don,

Que li dons, car ce fait preudom.

Qui at les bones mours el cuer,

Les euvres moustrent par defuer.

Seule noblesce franche et sage

Emplit de tout bien le corage

Dou preudoume loiaul et fin.

Ses biens le moinne a boenne fin.

Au mauvais pert sa mauvistiez:

Tout adés fait le deshaitiez

Quant il voit preudoume venir.

Et ce si nos fait retenir

C'on doit connoistre boens et maus

Et desevrer les boens des faus.

Murs ne arme ne puet deffendre

Rois qu'a doneir ne vuet entendre.

Rois n'a mestier de forteresce

Qui a le cuer plain de largesse.

Hauz hom ne puet avoir nul vice

Qui tant li griet conme avarice.

A Dieu te coumant qui te gart.

Prent bien a ces choses regart..."

Explicit.

 

C'est la paiz de Rutebuef

I

Mon boen ami, Dieus le mainteingne!

Mais raisons me montre et enseingne

Qu'a Dieu fasse une teil priere:

C'il est moiens, que Dieus l'i tiengne!

Que, puis qu'en seignorie veingne,

G'i per honeur et biele chiere.

Moiens est de bele meniere

Et s'amors est ferme et entiere,

Et ceit bon grei qui le compeingne;

Car com plus basse est la lumiere,

Mieus voit hon avant et arriere,

Et com plus hauce, plus esloigne.

II

Quant li moiens devient granz sires,

Lors vient flaters et nait mesdires:

Qui plus en seit, plus a sa grace.

Lors est perduz joers et rires,

Ces roiaumes devient empires

Et tuient ensuient une trace.

Li povre ami est en espace;

C'il vient a cort, chacuns l'en chace

Par groz moz ou par vitupires.

Li flateres de pute estrace

Fait cui il vuet vuidier la place:

C'il vuet, li mieudres est li pires.

III

Riches hom qui flateour croit

Fait de legier plus tort que droit,

Et de legier faut a droiture

Quant de legier croit et mescroit:

Fos est qui sor s'amour acroit,

Et sages qui entour li dure.

Jamais jor ne metrai ma cure

En faire raison ne mesure,

Ce n'est por Celui qui tot voit,

Car s'amours est ferme et seüre;

Sages est qu'en li s'aseüre:

Tui li autre sunt d'un endroit.

IV

J'avoie un boen ami en France,

Or l'ai perdu par mescheance.

De totes pars Dieus me guerroie,

De totes pars pers je chevance:

Dieus le m'atort a penitance

Que par tanz cuit que pou i voie!

De sa veüe rait il joie

Ausi grant com je de la moie

Qui m'a meü teil mesestance!

Mais bien le sache et si le croie:

J'avrai asseiz ou que je soie,

Qui qu'en ait anui et pezance.

Explicit.

 

C'est de la povretei Rutebuef

I

Je ne sai par ou je coumance,

Tant ai de matyere abondance

Por parleir de ma povretei.

Por Dieu vos pri, frans rois de France,

Que me doneiz queilque chevance,

Si fereiz trop grant charitei.

J'ai vescu de l'autrui chatei

Que hon m'a creü et prestei:

Or me faut chacuns de creance,

C'om me seit povre et endetei.

Vos raveiz hors dou reigne estei,

Ou toute avoie m'atendance.

II

Entre chier tens et ma mainie,

Qui n'est malade ne fainie,

Ne m'ont laissié deniers ne gages.

Gent truis d'escondire arainie

Et de doneir mal enseignie:

Dou sien gardeir est chacuns sages.

Mors me ra fait de granz damages;

Et vos, boens rois, en deus voiages

M'aveiz bone gent esloignie,

Et li lontainz pelerinages

De Tunes, qui est leuz sauvages,

Et la male gent renoïe.

III

Granz rois, c'il avient qu'a vos faille,

A touz ai ge failli sans faille.

Vivres me faut et est failliz;

Nuns ne me tent, nuns ne me baille.

Je touz de froit, de fain baaille,

Dont je suis mors et maubailliz.

Je suis sanz coutes et sanz liz,

N'a si povre juqu'a Sanliz.

Sire, si ne sai quel part aille.

Mes costeiz connoit le pailliz,

Et liz de paille n'est pas liz,

Et en mon lit n'a fors la paille.

IV

Sire, je vos fais a savoir,

Je n'ai de quoi do pain avoir.

A Paris sui entre touz biens,

Et si n'i a nul qui soit miens.

Pou i voi et si i preig pou;

Il m'i souvient plus de saint Pou

Qu'il ne fait de nul autre apotre.

Bien sai Pater, ne sai qu'est notre,

Que li chiers tenz m'a tot ostei,

Qu'il m'a si vuidié mon hostei

Que li credo m'est deveeiz,

Et je n'ai plus que vos veeiz.

Explicit.

 

Ci encoumence la nouvele complainte d'outremer

Pour l'anui et por le damage

Que je voi en l'umain linage

M'estuet mon pencei descovrir.

En sospirant m'estuet ovrir

La bouche por mon vouloir dire,

Com hom corrouciez et plains d'ire.

Quant je pens a la sainte Terre

Que picheour doivent requerre

Ainz qu'il aient pascei jonesce,

Et jes voi entreir en viellesce

Et puis aleir de vie a mort,

Et pou en voi qui s'en amort

A empanrre la sainte voie

Ne faire par quoi Diex les voie,

S'en sui iriez par charitei;

Car sains Poulz dist par veritei:

"Tuit sons uns cors en Jhesucrit",

Dont je vos monstre par l'Escrit

Que li uns est membres de l'autre;

Et nos sons ausi com li viautre

Qui se combatent por un os!

Plus en deïsse, mais je n'oz.

Vos qui aveiz sans et savoir,

Entendre vos fais et savoir

Que de Dieu sunt bien averies

Les paroles des prophecies:

En crois morut por noz meffais

Que nos et autres avons fais;

Ne morra plus, ce est la voire:

Or poons sor noz piauz acroire.

Voirs est que David nos recorde:

Diex est plains de misericorde,

Mais veiz ci trop grant restrainture:

Il est juges plains de droiture.

Il est juges fors et poissans

Et sages et bien connoissans:

Juges que on ne puet plaissier

Ne hom ne puet sa cort laissier;

Fors, si fors fox est qui c'esforce

A ce que il vainque sa force;

Poissans, que riens ne li eschape:

Por quoi? Qu'il at tot soz sa chape;

Sages, c'on nou puet desovoir,

Se puet chacuns aparsovoir;

Connoissans, qu'il connoist la choze

Avant que li hons la propoze.

Qui doit aleir devant teil juge

Sens troveir recet ne refuge,

C'il at tort, paour doit avoir

C'il a en lui sans ne savoir.

Prince, baron, tournoi[e]our

Et vos autre sejorneour

Qui teneiz a aise le cors,

Quant l'arme sera mise fors

Queil [part] porra ele osteil prendre?

Savriiez le me vos aprendre?

Je ne le sai pas; Diex le sache!

Mais trop me plaing de votre outrage

Quant vos ne penceiz a la fin

Et au pelerinage fin

Qui l'arme pecherresse afine

Si qu'a Dieu la rent pure et fine.

[P]rince, premier, qui ne saveiz

Combien de terme vos aveiz

A vivre en ceste morteil vie,

Que n'aveiz vos de l'autre envie,

Qui cens fin est por joie faire?

Que n'entendeiz a votre afaire

Tant com de vie aveiz espace?

N'atendeiz pas que la mors face

De l'arme et dou cors desevrance;

Ci avroit trop dure atendance,

Car li termes vient durement

Que Dieux tanrra son jugement.

Quant li plus juste d'Adam nei

Avront paour d'estre dampnei,

Ange et archange trembleront,

Les laces armes que feront?

Queil part ce porront elz repondre

Qu'a Dieu nes estuisse respondre,

Quant il at le monde en sa main

Et nos n'avons point de demain?

Rois de France, rois d'Aingleterre,

Qu'en jonesce deveiz conquerre

L'oneur dou cors, le preu de l'ame

Ains que li cors soit soz la lame,

Sans espairgnier cors et avoir,

S'or voleiz paradix avoir,

Si secoreiz la Terre sainte

Qui est perdue a seste empainte,

Qui n'a pas un an de recours

S'en l'an meïmes n'a secours

Et c'ele est a voz tens perdue,

A cui tens ert ele rendue?

Rois de Sezile, par la grace

De Dieu qui nos dona espace

De conquerre Puille et Cezille,

Remembre vos de l'Ewangile

Qui dist qui ne lait peire et meire,

Fame et enfans et suer et freire,

Possessions et manandie,

Qu'il n'a pas avec li partie.

Baron, qu'aveiz vos enpancei?

Seront ja mais par vos tensei

Cil d'Acre qui sunt en balance

Et de secorre en esperance?

Cuens de Flandres, dus de Bergoingne,

Cuens de Nevers, con grant vergoingne

De perdre la Terre absolue

Qui a voz tens nos iert tolue!

Et vos autre baron encemble,

Qu'en dites vos que il vos cemble.

Saveiz vos honte si aperte

Com de soffrir si laide perde?

Tournoiëur, vos qui aleiz

En yver, et vos enjaleiz,

Querre places a tournoier,

Vos ne poeiz mieux foloier.

Vos despandeiz, et sens raison,

Votre tens et votre saison

Et le votre et l'autrui en tasche.

Le noiel laissiez por l'escrache,

Et paradix por vainne gloire.

Avoir deüssiez en memoire

Monseigneur Joffroi de Sergines,

Qui fu tant boens et fu tant dignes

Qu'en paradix est coroneiz

Com sages et bien ordeneiz,

Et le conte Huede de Nevers,

Dont hom ne puet chanson ne vers

Dire se boen non, et loiaul

Et bien loei en court roiaul.

A ceux deüssiez panrre essample

Et Acres secorre et le Temple.

Jone escuier au poil volage,

Trop me plaing de votre folage,

Qu'a nul bien faire n'entendeiz

Ne de rien ne vous amendeiz;

Si fustes filz a mains preudoume

(Teiz com jes vi je les vos nome)

Et vos estes muzart et nice,

Que n'entendeiz a votre office.

De veoir preudoume aveiz honte.

Vostre esprevier sunt trop plus donte

Que vos n'iestes, c'est veriteiz;

Car teil i a, quant le geteiz,

Seur le poing aporte l'aloe.

Honiz soit qui de vos de loe:

Se n'est Diex ne vostre paÿs.

Li plus sages est foux naÿx.

Quant vos deveiz aucun bien faire

Qu'a aucun bien vos doie traire,

Si le faites tout autrement,

Car vos toleiz vilainnement

Povres puceles lor honeurs.

Quant ne pueent avoir seigneurs,

Lors si deviennent dou grant nombre:

C'est uns pechiez qui vos encombre.

Voz povres voizins sozmarchiez:

Ausi bien aleiz as marchiez

Vendre voz bleiz et votre aumaille

Com cele autre povre pietaille.

Toute gentilesce effaciez.

Il ne vous chaut que vous faciez

Tant que viellesce vos efface,

Que ridee vos est la face,

Que vos iestes viel et chenu.

Por ce que vos serié tenu

A Gilemeir dou parentei,

Non pas par vostre volentei,

S'estes chevalier leiz la couche

Que vous douteiz un poi reproche.

Mais se vous amissiez honeur

Et doutissiez la deshonneur

Et amissiez votre lignage,

Vous fussiez et proudome et sage.

Quant vostre tenz aveiz vescu

Qu'ainz paiens ne vit votre escu,

Que deveiz demandeir Celui

Qui sacrefice fist de lui?

Je ne sais quoi, se Diex me voie,

Quant vos ne teneiz droite voie.

Prelat, clerc, chevalier, borjois,

Qui trois semainnes por un mois

Laissiez aleir a votre guise

Sens servir Dieu et sainte Eglise,

Dites, saveiz vos en queil livre

Hom trueve combien hon doit vivre?

Je ne sai, je nou puis troveir.

Mais je vos puis par droit proveir

Que, quant li hons commence a nestre,

En cest siecle a il pou a estre

Ne ne seit quant partir en doit.

La riens qui plus certainne soit

Si est que mors nos corra seure.

La mains certainne si est l'eure.

Prelat auz palefrois norrois,

Qui bien saveiz ke li vos Rois,

Li Filz Dieu, fu en la crois mis

Por confondre ces anemis,

Vos sermoneiz aus gens menues

Et aus povres vielles chenues

Qu'elz soient plainnes d'astinence:

Maugrei eulz font eles penance,

Qu'eles ont sanz pain assé painne

Et si n'ont pas la pance plainne.

N'aiez paour: je ne di pas

Que vous meveiz ineslepas

Por la Sainte Terre deffendre;

Mais vos poeiz entor vos prendre

Asseiz de povres gentilz homes

Qui ne mainnent soumiers ne soumes,

Qui doient et n'ont de qu'il paient

Et lor enfant de fain s'esmaient:

A cex doneiz de votre avoir,

Dont par tenz porreiz pou avoir,

Ces envoiez outre la meir

Et vos faites a Dieu ameir.

Montreiz par bouche et par example

Que vous ameiz Dieu et le Temple.

Clerc aaise et bien sejournei,

Bien vestu et bien conraei

Dou patrimoinne au Crucefi,

Je vos promet et vos afi,

Se voz failliez Dieu orendroit,

Qu'il vos faudra au fort endroit.

Vos sereiz forjugié en court,

Ou la riegle faut qui or court:

"Por ce te fais que tu me faces,

Non pas por ce que tu me haces".

Diex vos fait bien; faites li dont

De cors, de cuer et d'arme don,

Si fereiz que preu et que sage.

Or me dites queil aventage

Vos puet faire votres trezors

Quant l'arme iert partie dou cors?

Li executeur le retiennent

Juqu'a tant qu'a lor fin reviennent,

Chacuns son eage a son tour:

C'est maniere d'executour.

Ou il avient par macheance

Qu'il en donent por reparlance

Vint paire de solers ou trente:

Or est sauve l'arme dolante!

Chevaliers de plaiz et d'axises

Qui par vos faites vos justices,

Sens jugement aucunes fois,

Tot i soit sairemens ou foiz,

Cuidiez vos toz jors einsi faire?

A un chief vos covient il traire.

Quant la teste est bien avinee,

Au feu deleiz la cheminee,

Si vos croiziez sens sermoneir;

Donc verriez granz coulz doneir

Seur le sozdant et seur sa gent:

Forment les aleiz damagent.

Quant vos vos leveiz au matin

S'aveiz changié votre latin,

Que gari sunt tuit li blecié

Et li abatu redrecié.

Li un vont au lievre chacier,

Et li autre vont porchacier

C'il panront un mallart ou deux,

Car de combatre n'est pas geux.

Par vos faites voz jugemens,

Qui sera votres dampnemens

Se li jugemens n'est loiaus,

Boens et honestes et feaus.

Qui plus vos done, si at droit.

Ce faites que Diex ne voudroit.

Ainsi defineiz votre vie,

Et lors que li cors se devie,

Si trueve l'arme tant a faire

Que je ne porroie retraire.

Car Diex vos rent la faucetei

Par jugement; car achatei

Aveiz enfer et vos l'aveiz.

Car ceste choze bien saveiz:

Diex rent de tout le guerredon,

Soit biens, soit maux: il en a don.

Riche borjois d'autrui sustance,

Qui faites Dieu de votre pance,

Li povre Dieu chiez vos s'aünent,

Qui de fain muerent et geünent,

Por atendre votre gragan

Dont il n'ont pas a grant lagan;

Et vos entendeiz au mestier

Qui aux armes n'eüst mestier.

Vos saveiz que morir couvient,

Mais je ne sai c'il vos souvient

Que l'uevre ensuit l'ome et la fame.

C'il at bien fait, bien en a l'arme,

Et nos trovons bien en Escrit:

"Tout va, fors l'amour Jhesucrit".

Mais de ce n'aveiz vos que faire;

Vos entendeiz a autre afaire:

Je sai toute votre atendue.

Dou bleif ameiz la grant vendue,

Et chier vendre de si au tans

Seur lettre ou seur plege ou seur nans,

Vil acheteir et vendre chier

Et uzereir et gent trichier

Et faire d'un deable deus,

Por ce que enfers est trop seux.

Juqu'a la mort ne faut la guerre.

Et quant li cors est mis en terre

Et hon est a l'osteil venuz,

Ja puis n'en iert contes tenuz.

Quant li enfant sunt lor seigneur,

Veiz ci conquest a grant honeur:

Au bordel ou en la taverne

Qui plus tost puet plus c'i governe.

Cil qui lor doit si lor demande;

Paier covient ce c'om commande.

Teiz marchiez font com vous eüstes

Quant en votre autoritei fustes.

Chacuns en prent, chacuns en oste;

En osteiz pluet, s'en vont li oste;

Les terres demeurent en friche,

S'en sunt li home estrange riche.

Cil qui lor doit paier nes daingne,

Ansois couvient que hon en daingne

L'une moitié por l'autre avoir.

Veiz ci la fin de votre avoir.

La fin de l'arme est tote aperte:

Bien est qui li rant sa deserte.

Maistre d'outre meir et de France

Dou Temple par la Dieu poissance,

Frere Guillaume de Biaugeu,

Or poeiz veioir le biau geu

De quoi li siecles seit servir.

Il n'ont cure de Dieu servir

Por conquerre saint paradis,

Com li preudome de jadiz,

Godefroiz Buemos et Tancreiz.

Ja n'iert lor ancres aencreiz

En meir por lor neis rafreschir:

De ce ce welent il franchir.

Ha! bone gent, Diex vos sequeure,

Que de la mort ne saveiz l'eure!

Recoumanciez novele estoire,

Car Jhesucrit, li Rois de gloire,

Vos wet avoir, et maugré votre.

Sovaingne vos que li apostre

N'orent pas paradix por pou.

Or vos remembre de saint Pou

Qui por Deu ot copei la teste:

Por noiant n'en fait hon pas feste.

Et si saveiz bien que sainz Peires

Et sainz Andreuz, qui fu ces freres,

Furent por Dieu en la croix mis.

Por ce fu Dieux lor boens amis,

Et li autre saint ausiment.

Que vos iroie je plus rimant?

Nuns n'a en paradix c'il n'a painne:

Por c'est cil sages qui s'an painne.

Or prions au Roi glorieux

Et a son chier Fil precieux

Et au saint Esperit ensemble,

En cui toute bonteiz s'asemble,

Et a la precieuze Dame

Qui est saluz de cors et d'arme,

A touz sainz et a toutes saintes

Qui por Dieu orent painnes maintes,

Qu'il nos otroit sa joie fine!

Rutebués son sarmon define.

Explicit.

 

Tome 2 (Français moderne)

 

Le miracle de Théophile

[Théophile]

Hélas! Hélas! Dieu, roi de gloire,

je vous ai tant gardé en mémoire

que j'ai tout donné, dépensé,

tout distribué aux pauvres:

je n'ai même plus de quoi me vêtir d'un sac.

L'évêque a bien su me dire "Echec!"

et me faire mat dans un angle.

Il m'a laissé tout seul, sans avoir.

Je n'ai plus maintenant qu'à mourir de faim

si je n'engage mes vêtements pour avoir du pain.

Et mes gens, que feront-ils?

Je ne sais si Dieu les nourrira...

Dieu? Oui vraiment, qu'en a-t-il à faire?

Ses affaires l'appellent ailleurs,

ou alors il me fait la sourde oreille:

il se soucie peu de mes chansons.

Eh bien! moi, je m'en vais lui faire la nique.

Honte à qui se loue de lui!

On ferait n'importe quoi pour de l'argent:

je me moque de Dieu et de ses menaces.

Irai-je me noyer ou me pendre?

Je ne peux pas m'en prendre à Dieu,

car il est hors d'atteinte.

Ah! celui qui pourrait le tenir

et le rouer de coups, en retour de ce qu'il nous fait,

n'aurait pas perdu sa journée!

Mais il s'est installé si haut,

pour échapper à ses ennemis,

que ni flèches ni pierres ne peuvent l'atteindre.

Si je pouvais aller lui chercher querelle,

me battre, m'escrimer contre lui,

je ferais trembler sa carcasse.

Mais il est là-haut, bien à l'aise,

et moi, misérable, je suis pris au piège

de Pauvreté et de Besoin.

Désormais, pour moi, fini de chanter.

Désormais on dira que je radote:

on en fera des gorges chaudes.

Je n'oserai plus voir personne,

je ne pourrai plus m'asseoir parmi les gens:

on me montrerait du doigt.

Je ne sais plus que faire:

Dieu s'est bien moqué de moi!

Ici Théophile va trouver Salatin, qui parlait au diable quand il voulait.

[Salatin]

Qu'y a-t-il? Qu'avez-vous, Théophile?

Par le Dieu puissant, quel chagrin

vous attriste tellement,

vous d'habitude si joyeux?

Théophile parle

C'est qu'on m'appelait seigneur et maître

de ce pays, tu le sais bien:

à présent on ne me laisse plus rien.

J'en suis d'autant plus triste, Salatin,

qu'en français comme en latin

j'ai toujours prié sans relache

Celui qui ne veut maintenant que me tourmenter,

et qui me dépouille et m'émonde

au point qu'il ne me reste plus rien au monde.

Désormais il n'est rien de si terrible

ni de si mauvais

que je ne fasse volontiers

pourvu que je retrouve mon rang:

sa perte me cause de la honte et du tort.

Ici parle Salatin

Cher seigneur, vous parlez en sage.

Car quand on a pris l'habitude de la richesse,

c'est une grande douleur et une grande détresse

de tomber sous la dépendance d'autrui

pour le boire et le manger:

il faut entendre alors des propos si désobligeants!

Théophile

C'est bien ce qui me fait peur,

Salatin, mon très cher ami.

Etre sous la dépendance d'autrui,

il s'en faut de peu que cela me brise le coeur.

Salatin

Je comprends à présent quels sont votre souffrance

et votre embarras.

Un homme de votre mérite!

Vous en êtes tout abattu et mélancolique.

Théophile

Salatin, mon frère, les choses en sont au point

que si tu connaissais un moyen

pour me permettre de retrouver

mon rang, ma charge, mon crédit,

je ferais n'importe quoi.

Salatin

Si vous acceptiez de renier Dieu,

celui que vous avez coutume de tant prier,

et tous ses saints, toutes ses saintes,

et si vous deveniez, mains jointes,

le vassal de celui qui ferait tant

qu'il vous rendrait votre rang,

alors vous seriez plus honoré

en restant à son service

que vous ne l'avez jamais été.

Croyez-moi, quittez votre maître.

Qu'avez-vous décidé?

Théophile

J'y suis entièrement disposé:

je ferai sur le champ tout ce que tu voudras.

Salatin

Allez-vous en sans inquiétude:

en dépit de ceux à qui cela déplaît,

je vous ferai retrouver votre rang.

Revenez demain matin.

Théophile

Volontiers, Salatin, mon frère.

Que le Dieu en qui tu crois et que tu adores

te garde, si tu restes dans les mêmes intentions!

Théophile quitte alors Salatin.

Il réfléchit que c'est une chose bien grave que de renier Dieu et il dit:

Hélas! malheureux, que vais-je devenir?

J'ai bien sujet de devenir fou

puisque je suis conduit à cette extrémité.

Malheureux, que ferai-je?

Si je renie saint Nicolas,

saint Jean, saint Thomas,

et Notre Dame,

que deviendra mon âme misérable?

Elle brûlera dans les flammes

du noir enfer.

C'est là qu'il lui faudra rester:

elle aura là un hideux séjour,

ce n'est pas une invention.

Dans ce brasier éternel,

personne que l'on puisse aimer,

tous sont méchants, car ce sont des diables:

c'est leur nature.

Et leur maison est si obscure

qu'on n'y verra jamais le soleil luire:

c'est un puits rempli d'ordure.

C'est là que j'irai!

Je n'aurai plus guère d'atout dans mon jeu

quand, pour avoir voulu manger,

Dieu m'aura ainsi exilé

de sa maison,

et il aura là un bon motif.

Nul n'a jamais été dans un tel désarroi

que moi, en vérité...

Il dit qu'il me fera récupérer

ma richesse et mes biens.

Jamais personne n'en pourra rien savoir:

je le ferai!

Dieu m'a fait du mal: je lui ferai du mal,

jamais plus je ne le servirai!

Je m'en moque:

je serai riche, tout pauvre que je sois!

S'il me hait, je le haïrai:

qu'il prenne pour sa sûreté des gages,

qu'il entre en campagne!

Il a tout dans sa main, le ciel et la terre:

je les lui laisse,

si Salatin s'acquitte

de tout ce qu'il m'a promis.

Ici Salatin parle au diable et lui dit:

Un chrétien s'en est remis à moi,

et je me suis bien occupé de son affaire,

car tu n'es pas mon ennemi.

Entends-tu, Satan?

Il viendra demain, si tu l'attends.

Je lui ai promis quatre fois ce qu'il avait:

confirme ce don,

car il a été un homme très vertueux:

cela vaut un don d'autant plus généreux.

Abandonne-lui tes richesses...

Ne m'entends-tu pas?

Je vais te faire venir au galop,

à mon idée!

Et tu viendras dès ce soir,

car ton retard m'irrite

à force d'attendre.

Ici Salatin conjure le diable

Bagahi laca bachahé

Lamac cahi achabahé

Karrelyos

Lamac lamec bachalyos

Cabahagi sabalyos

Baryolas

Legozatha cabyolas

Samahac et famyolas

Harrahya.

Alors arrive le diable qui a été conjuré, et il dit:

Tu as bien dit ce qu'il faut:

celui qui t'a instruit n'a rien oublié.

Comme tu me tourmentes!

Salatin

C'est qu'il n'est pas juste que tu me fasses défaut

ni que tu me résistes

quand je t'appelle.

Je te donne une bone suée!

Veux-tu apprendre un nouveau tour?

Nous avons un clerc

pour le genre de profit que nous savons:

nous nous donnons souvent du mal

pour notre cause.

Que conseillez-vous de faire du clerc

qui va bientôt vouloir venir par ici?

Le Diable

Quel est son nom?

Salatin

Théophile: c'est son vrai nom.

Il jouissait d'un grand renom

dans ce pays.

Le Diable

J'ai toujours été en guerre contre lui

sans jamais pouvoir l'emporter sur lui.

Puisqu'il veut se liver à nous,

qu'il vienne dans cette vallée,

sans personne d'autre et sans cheval.

Cela ne le fatiguera guère:

c'est près d'ici.

Satan et les autres, les barbouillés de noir,

auront grand pitié de lui.

Mais qu'il n'invoque pas

Jésus, le fils de sainte Marie:

nous ne lui viendrions pas en aide.

Je m'en vais d'ici.

Soyez donc plus courtois avec moi:

ne me tourmentez plus pendant des mois,

n'est-ce pas, Salatin,

ni en hébreu ni en latin.

Théophile vient alors de nouveau trouver Salatin

Suis-je venu trop matin?

As-tu fait quelque chose?

Salatin

J'ai si bien plaidé ta cause

que tout ce que ton maître t'a fait de mal,

on t'en dédommagera:

on te couvrira d'honneurs,

on te fera plus grand seigneur

que tu ne fus jamais.

Ce qui t'es refusé actuellement n'est rien

à côté de ce que tu obtiendras.

N'aie pas peur:

Descends là-bas sans tarder.

Il ne faut pas que tu y pries Dieu

ni que tu l'invoques

si ton affaire te tient à coeur.

Tu l'a trouvé trop dur,

puisqu'il t'a abandonné.

Tu es tombé dans un mauvais pas;

il t'aurait mis en piteux état

si je ne t'avais aidé.

Va-t-en: ils t'attendent;

pars vite.

Et ne te soucie pas d'invoquer Dieu.

Théophile

Je m'en vais. Dieu ne peut me nuire

ni en rien m'aider,

et moi je ne peux discuter avec lui.

Ici Théophile va trouver le diable. Il a très peur.

Le diable lui dit:

Approchez, dépêchez-vous.

Gardez-vous de ressembler

au vilain qui va à l'offrande.

Que vous veut et que vous demande

votre maître? Il est terrible!

Théophile

C'est vrai, seigneur. Il était chancelier

et prétend me chasser, me faire mendier mon pain.

Je viens donc vous prier en requête

de m'aider dans le besoin où je suis.

Le diable

Tu m'en fais la requête?

Théophile

Oui.

Le diable

Joins donc

tes mains et deviens mon vassal.

Je t'aiderai au-delà de toute raison.

Théophile

Voici, je vous fais hommage,

à condition d'obtenir réparation,

cher seigneur, dorénavant.

Le diable

De mon côté je te promets

de te faire plus grand seigneur

qu'on ne t'avait jamais vu.

Et puisque les choses se passent ainsi,

sache en vérité qu'il faut

que j'aie de toi une lettre scellée

claire et explicite;

car beaucoup m'ont trompé

parce que je n'avais pas demandé de lettre.

C'est pourquoi j'en veux une bien claire.

Théophile

La voici: je l'ai écrite.

Théophile donne alors la lettre au diable et le diable lui ordonne d'agir ainsi:

Théophile, très cher ami,

puisque tu t'es placé entre mes mains,

je vais te dire ce que tu feras.

Jamais le pauvre tu n'aimeras.

Si un pauvre dans sa détresse te prie,

détourne l'oreille, passe ton chemin.

Si quelqu'un s'humilie devant toi,

réponds-lui avec orgueil et cruauté.

Si un pauvre frappe à ta porte,

veille à ce qu'il n'emporte pas d'aumône.

Douceur, humilité, pitié,

charité, amour,

jeûner, faire pénitence:

tout cela me fait grand mal à la panse.

Faire l'aumône et prier Dieu,

cela aussi peut profondément m'irriter.

Aimer Dieu et vivre chastement

me donnent l'impression qu'un serpent, une vipère,

me dévore le coeur dans la poitrine.

Lorsqu'on entre à l'Hôtel-Dieu

pour visiter quelque malade,

j'ai alors le coeur si mourant, si faible,

que j'ai l'impression de ne plus le sentir battre.

Celui qui fait le bien me met à la torture.

Va: tu seras sénéchal.

Laisse le bien et fais le mal;

ne juge jamais selon l'équité,

tu commettrais une grande folie

et tu t'opposerais à moi.

Théophile

Je ferai ce que je dois faire.

Il est bien juste que j'agisse selon votre plaisir,

puisque en contrepartie je rentrerai en grâce.

L'évêque envoie alors chercher Théophile.

Allons vite! debout, Pinceguerre,

va me chercher Théophile,

je lui rendrai sa charge.

J'avais commis une grande folie

en la lui retirant,

car c'est le meilleur que je puisse voir:

je peux bien le dire en toute vérité.

Pinceguerre répond alors:

Vous dites vrai, très cher seigneur.

Pinceguerre parle alors à Théophile, et Théophile répond:

Y a-t-il quelqu'un?

- Et vous, qui êtes-vous?

- Je suis un clerc.

- Et moi, un prêtre.

- Théophile, mon cher seigneur,

ne soyez donc pas si dur envers moi.

Monseigneur veut vous voir un instant,

et vous retrouverez votre prébende,

votre charge dans sa totalité.

Réjouissez-vous, faites bon visage,

vous montrerez ainsi bon sens et sagesse.

Théophile

Que les diables puissent y avoir leur part!

J'aurais pu avoir l'évêché

et je l'y ai mis: quelle faute!

Une fois qu'il y fut, il me fit la guerre

et pensa me chasser, me faire mendier mon pain.

Qu'il aille se faire voir avec sa haine

et ses querelles interminables!

J'irai, et j'entendrai ce qu'il a à dire.

Pinceguerre

Quand il vous verra, il prendra l'air souriant

et dira que c'était pour vous mettre à l'épreuve

qu'il a fait cela. A présent il veut vous dédommager

et vous serez amis comme auparavant.

Théophile

Les chanoines ne cessaient de raconter

toutes sortes d'histoires sur mon compte:

je les envoie à tous les diables!

L'évêque se lève alors à la rencontre de Théophile et lui rend sa dignité en disant:

Seigneur, soyez le bienvenu!

Théophile

Je suis bien venu, en effet. J'ai su me tenir,

je ne suis pas tombé en route.

L'évêque

Cher seigneur, je vous fais réparation

du tort que je vous avais fait

et je vous rends de bon coeur

votre charge. Prenez-la donc,

car vous êtes un homme vertueux et sage:

tout ce que je possède sera à vous.

Théophile

Voilà une excellent oraison,

bien meilleure que celles que j'ai jamais dites!

Désormais les rustres, par dizaines,

viendront me rendre un culte,

et je leur en ferai voir!

Il ne vaut rien, celui qui n'est pas craint.

Croient-ils que je n'y vois goutte?

Je serai pour eux féroce et irascible.

L'Evêque

Théophile, où voulez-vous en venir?

Cher ami, pensez à faire le bien.

Vous êtes ici chez vous:

voici votre maison et la mienne.

Nos richesses et nos biens

seront désormais confondus.

Nous seront bon amis, je pense;

tout sera vôtre et tout sera mien.

Théophile

Ma foi, seigneur, je le veux bien.

Ici Théophile va quereller ses compagnons, et d'abord l'un d'eux qui s'appelait Pierre:

Pierre, veux-tu apprendre une nouvelle?

Voilà que la roue a tourné pour toi,

voilà que tu viens de sortir les deux as,

voilà que tu n'as plus qu'à te contenter de ce que tu as,

car ma charge, tu ne l'auras pas.

L'évêque m'en a chargé,

et je ne t'en sais pas le moindre gré.

Pierre répond:

Théophile, est-ce une menace?

dès hier j'ai prié Monseigneur

de vous rendre votre dignité:

ce n'était que juste et raisonnable.

Théophile

C'était un coup dur

d'être destitué par vos soins.

Malgré vous, j'ai de nouveau ma charge.

Vous aviez oublié de me plaindre!

Pierre

Vraiment, cher seigneur, s'il n'avait tenu qu'à moi,

vous seriez devenu évêque

quand le nôtre est mort.

Mais vous ne vouliez pas l'être,

tant vous redoutiez le Roi du ciel.

Théophile en querelle alors un autre:

Thomas, Thomas, ça va mal pour toi:

on m'a de nouveau nommé sénéchal.

Plus question de regimber,

de te battre, de chicaner:

tu n'auras pas de pire voisin que moi.

Thomas

Théophile, par la foi que je vous dois,

on dirait que vous êtes ivre.

Théophile

Je serai demain débarrassé de tout cela,

malgré vos grimaces.

Thomas

Par Dieu, vous n'êtes guère raisonnable:

je vous aime tant, je vous tiens en si haut estime!

Théophile

Thomas, Thomas, vous ne me tenez pas du tout:

je suis encore capable de nuire ou de prêter main forte.

Thomas

On dirait que vous chercher la dispute.

Théophile, laissez-moi en paix.

Théophile

Thomas, Thomas, qu'est-ce que je vous fais?

Vous aurez bientôt de quoi vous plaindre:

j'en ai comme l'impression.

Ici Théophile se repent.

Il entre dans une chapelle de Notre Dame et dit:

Misérable, affligé, que vais-je devenir?

Terre, comment peux-tu me porter, me soutenir,

puisque j'ai renié Dieu et que je veux tenir

pour maître et seigneur l'autre, la source de tout mal?

Voilà, j'ai renié Dieu, ce ne peut être tu.

J'ai renoncé au baume, sucé le sur sureau.

De mes mains il a pris le contrat et la lettre,

le Malin, je lui dois le tribut de mon âme.

Que feras-tu, mon Dieu, du triste misérable

dont l'âme s'en ira dans l'enfer tout bouillant

où les diables iront la foulant de leurs pieds?

Ah! terre, ouvre-toi donc, avale-moi dans ta gueule.

Que fera-t-il, Seigneur Dieu, ce triste insensé

qui de Dieu et du monde est hué et haï,

qui des démons d'enfer est trompé et trahi?

Suis-je donc par tous chassé et assailli?

Hélas! que j'étais plein du néant d'ignorance

quand j'ai renié Dieu pour un petit peu d'argent!

Les trésors de ce monde que je voulais acheter

m'ont jeté dans un lieu dont je ne puis me racheter.

Satan, plus de sept ans j'ai suivi ton sentier.

Ils m'ont fait chanter de mauvais chants, mes vins, sur leur chantier.

Ils me payeront un cruel payement, mes débiteurs.

Ma chair, ils la charpenteront, les cruels charpentiers.

C'est l'âme qu'on doit aimer: je n'aimais pas mon âme,

je n'ose prier Notre Dame qu'elle ne soit pas damnée.

Il sema aux semailles une mauvaise semence,

celui dont en enfer l'âme sera pourrie.

Hélas! fou, je me suis follement gouverné!

Me voici en mauvais point et mon âme aussi.

Si j'osais me livrer à la douce gouverne,

elle gouvernerait et et moi-même et mon âme.

Ordure je suis. L'ordure doit finir en ordure.

Ordures, mes actions: il le sait, l'Etre qui dure

et toujours durera. Ma mort en sera dure.

Vous m'avez mordu, Maudits, de quelle maudite morsure!

Pas de séjour pour moi au ciel ni sur la terre.

Hélas! où est le lieu qui pourrait me souffrir?

L'enfer ne me plaît pas, et je m'y suis voué;

le Paradis n'es pas pour moi: contre le Seigneur je suis en guerre.

Je n'ose invoquer Dieu, ni ses saints, ni ses saintes,

hélas! car j'ai rendu hommage au diable mains jointes.

Le Maudit a la lettre scellée de mon anneau.

Richesse, ta vue m'a perdu! J'en aurai maintes souffrances.

Dieu, ses saints et ses saintes, je n'ose les invoquer,

ni la très douce Dame que chacun doit aimer.

Mais puisque en elle rien n'est cruel ni amer,

si je lui crie merci, nul ne m'en doit blâmer.

Voici la prière que Théophile dit devant Notre Dame:

Reine sainte et belle,

Vierge glorieuse,

Dame pleine de grâce

par qui tout bien se manifeste,

celui qui dans le besoin vous invoque

est délivré de sa peine;

qui vous confie son coeur,

au Royaume éternel

verra naître sa joie.

Fontaine jaillissante,

délicieuse et pure,

auprès de ton Fils intercède pour moi!

A votre doux service

je mis jadis tout mon zèle,

mais bien vite je fus tenté.

Par celui qui attise

le mal et brise le bien

je suis ensorcelé.

Désensorcelez-moi,

car votre volonté

est toute généreuse,

sinon le pire des abandons

sera mon salaire

devant la terrible Justice.

Sainte Marie, Notre Dame,

change mon coeur,

afin qu'il te serve,

sinon jamais ma douleur

ne sera tarie ni guérie,

et mon âme sera serve.

Quel sujet de lamentations

si, avant que la mort me fige,

mon âme ne s'unit à vous,

vers qui elle aspire!

Souffrez que le corps mérite

que l'âme ne périsse pas.

Dame, toi qui es toute charité,

qui par humilité

portas notre salut,

qui nous a tous tirés

de la douleur, de l'abjection,

de la fange de l'enfer,

Dame, je te salue!

Ton Je vous salue m'a aidé,

je le sais en vérité.

Empêche qu'avec Tantale,

dans l'avide enfer,

soit mon héritage.

A l'enfer est vouée mon âme;

sa porte m'est ouverte

à cause de mon orgueil.

Quelle terrible perte,

quelle folie manifeste,

si j'en fais ma demeure!

Dame, je te rends hommage:

tourne vers moi ton doux visage.

Même si je l'ai mérité,

les gages que j'ai donnés,

ne permets pas, au nom de ton sage Fils,

qu'ils entraînent une telle ruine!

Comme en une verrière

entre et sort la lumière

du soleil sans la briser,

ainsi tu restas vierge

quand Dieu qui est aux cieux

te rendit mère et dame.

Ah! gemme resplendissante,

femme tendre et compatissante,

entends ma prière:

puisses-tu arracher

à l'éternelle flamme

mon corps vil et mon âme!

Reine généreuse,

éclaire les yeux de mon coeur,

dissipe pour moi les ténèbres

pour que je puisse te plaire

et faire ta volonté:

donne-m'en la grâce.

Cela fait si longtemps

que je suis des chemins obscurs;

Ils pensent encore m'y attirer,

les serfs de race ignoble.

Dame, ne permets pas

qu'ils commettent ce méfait.

Dans l'ignominie, dans l'ordure

d'une vie ténébreuse

je suis longtemps resté:

Reine pure et sans tache,

soigne-moi,

guéris moi.

Par la puissance divine,

en toi toujours entière,

fais luire dans mon coeur

la clarté pure et parfaite

et rends à mes yeux la vue:

aveugles, il ne peuvent me conduire.

Du prédateur cherchant sa proie

je suis déjà la proie:

je suis sa proie, je serai pris,

il me tourmente si férocement!

Dame, priez votre cher Fils

que je soie délivré.

Dame, empêchez-les,

vous qui voyez mes fautes,

de m'entraîner sur leur voie.

Vous qui êtes assise là-haut,

refusez-leur mon âme,

qu'aucun d'eux ne la voie.

Ici Notre Dame parle à Théophile et lui dit

Hé! qui es-tu, toi qui passes par ici?

[Théophile]

Ah! Dame, ayez pitié de moi!

C'est le malheureux,

le misérable Théophile,

que les démons ont pris et enchaîné.

Je viens à vous, Dame,

vous prier et vous crier merci,

car j'attends à chaque instant

que vienne me harceler

celui qui m'a plongé dans une telle détresse.

Tu me tenais autrefois pour ton fils,

belle reine.

Notre Dame parle:

Je me moque de tes discours.

Va-t-en, sors de ma chapelle.

Théophile

Dame, je n'ose pas.

Fleur d'églantier, lis, rose,

en qui le Fils de Dieu repose,

que ferai-je?

Je sens que je me suis, malheur!, donné en gage

au Malin plein de rage.

Je ne sais que faire:

mes cris ne prendront jamais fin.

Vierge pure et généreuse,

Dame honorée,

mon âme sera dévorée

quand son séjour sera l'enfer

avec Cahu.

Notre Dame

Théophile, je t'ai connu

autrefois comme étant mien.

Sache-le en vérité,

je te ferai récupérer ta charte,

que tu as livrée par ignorance.

Je vais la chercher.

Ici Notre Dame va chercher la charte de Théophile.

Satan, Satan, où te caches-tu?

Si tu es venu dans ce pays

pour faire à la guerre à ce clerc qui est mien,

Tu as eu une mauvaise idée!

Rends la charte que tu tiens du clerc,

car tu t'es conduit de façon ignoble.

Satan parle:

Moi, vous la rendre?

Plutôt être pendu!

Je lui ai rendu sa prébende,

et il s'est donné à moi

sans attendre

de corps et d'âme, de tout son être.

Notre Dame

Et moi je vais te piétiner la panse!

Ici Notre Dame apporte la charte à Théophile.

Ami, je te rapporte ta charte.

Tu serais arrivé dans un port de malheur

où il n'y a ni joie ni plaisir.

Ecoute-moi:

Va voir l'évêque sans plus attendre;

fais-lui présent de la charte,

Et qu'il la lise

devant le peuple dans la sainte église,

pour que les fidèles ne soient plus abusés

par des ruses de cette sorte.

Il aime trop l'argent qui l'achète si cher:

c'est la honte et la mort de l'âme.

Théophile

Dame, volontiers!

J'allais mourir corps et âme.

On perd sa peine à faire de telles semailles,

je le vois bien.

Ici Théophile vient trouver l'évêque, lui remet sa charte et dit:

Seigneur, écoutez-moi, pour l'amour de Dieu!

Quoi que j'aie fait, me voici devant vous.

Vous saurez bientôt

ce qui m'a plongé dans une telle détresse.

J'étais pauvre et nu, maigre et transi

par manque de ressources.

L'Ennemi, qui attaque les justes,

a poussé mon âme à jeter un coup perdant

qui était ma mort.

La Dame qui conduit les siens

m'a fait sortir du mauvais chemin

où je m'étais

engagé et si fourvoyé

qu'en enfer j'aurais été convoyé

par le Diable,

car à Dieu, notre Père du ciel,

et à toute oeuvre de charité

il me fit renoncer.

Il eut dans ma charte tout ce qu'il dicta;

tout ce qu'il exigea fut scellé de mon sceau.

J'en eus une telle douleur

que mon coeur faillit éclater.

La Vierge me l'a rapportée,

la mère de Dieu,

dont la bonté est éclatante et pure.

Je viens donc vous prier, comme mon père,

d'en faire lecture,

pour ne pas que d'autres soient abusés,

qui n'ont pas encore appris à reconnaître

une telle tromperie.

Ici l'évêque lit la charte et dit:

Ecoutez, par Dieu le Fils de Marie,

bonnes gens, vous allez entendre

la vie de Théophile

à qui l'Ennemi a joué un tour.

Cette histoire est aussi vraie

que l'Evangile;

il est donc bien juste qu'elle vous soit révélée.

Ecoutez ce que je vais vous dire.

"A tous ceux qui verront cette lettre publique

Satan fait savoir que, la fortune ayant jadis tourné,

Théophile se querella avec l'évêque,

qui ne lui laissa pas une seule de ses charges.

Il fut désespéré qu'on lui fît cet outrage

et vint trouver Salatin, plein de rage,

disant qu'il lui ferait très volontiers hommage

s'il pouvait lui rendre son rang et réparer son dommage.

Je lui fis la guerre tant qu'il mena sainte vie,

sans jamais pouvoir le soumettre:

quand il vint me prier, j'eus de lui grande envie.

Il me rendit l'hommage et retrouva sa charge.

De l'anneau de son doigt il scella cette lettre,

l'écrivit de son sang, sans user d'une autre encre,

avant que je voulusse m'occuper de lui

et lui faire retrouver toutes ses dignités."

Telle fut la conduite de cet homme de bien.

Elle l'a généreusement délivré,

la servante de Dieu.

La Vierge Marie

l'a délivré de cette affaire.

Chantons tous en l'honneur de cette nouvelle.

Levez-vous donc

et disons: "Te Deum laudamus".

Fin du miracle de Théophile.

 

Le miracle du Sacristain et d'une dame accompli par notre Dame

Bénie soit l'heure

où Benoît, qui adore Dieu,

me fait faire une oeuvre bénie!

Pour Benoît je me mets un peu à l'oeuvre:

béni soit celui qui écoutera

ce que fera pour Benoît

Rutebeuf (que Dieu le bénisse!).

Que Dieu lui donne d'amender ses oeuvres

de manière à faire quelque chose

dont on lui sache gré, par quoi il trouve grâce!

Celui qui fait bien doit avoir du bien,

et celui qui n'a ni l'intelligence ni les connaissances

nécessaires pour bien oeuvrer,

il ne doit réussir

à avoir ni ressources ni rente.

On dit: "On a le prix qu'on a su marchander."

Ce monde n'est plus qu'un marché.

Et vous qui marchez vers le marché,

si au marché vous êtes malchanceux,

vous n'êtes pas un bon marchand.

Le marchand, la marchande

qui ne marchande pas sagement

a fait des pas pour rien et pour rien a marché.

Nous qui sommes du bon pays, de la bonne marche,

pensons à si bien marchander

qu'on ne puisse rien nous demander

au jour du Jugement,

quand Dieu exercera sa justice

sur tous ceux qui auront fait des affaires telles

qu'au marché ils auront été dupés.

Gardez-vous donc d'être dupés

par le Malin: on ne fait avec lui que de mauvaises affaires.

Ne portez envie à personne:

c'est la mort de l'âme.

Envie ressemble au hérisson:

de toute part elle a des piquants.

Envie pique de toute part,

elle est pire qu'une vipère ou un léopard.

Celui sur qui Envie s'abat

ignore le plaisir et les ébats.

Toujours pâle est son visage,

toujours méchantes ses paroles.

Il rit quand son voisin pleure,

et la douleur s'empare de lui

quand tout va bien pour le voisin.

Jamais de médire il ne sera lassé.

Maintenant vous connaissez la vie

que mène l'homme en proie à l'envie.

Envie fait tuer les hommes,

elle fait déplacer les bornes,

Envie fait amputer les terres,

Envie met dans le monde la guerre,

Envie fait que mari et femme

se haïssent, Envie détruit l'âme,

Envie met la haine entre les frères,

Envie fait que l'on hait sa mère,

Envie tue Noblesse-d'âme,

Envie fait mal, Envie blesse,

Envie met en déroute Charité

et tue Humilité.

Je ne sais comment le dire plus brièvement:

tous les maux viennent d'Envie.

Et à cause de l'envie diabolique

qui brûle bien des gens,

je veux vous raconter l'histoire de deux personne

qui firent l'objet d'un très grand miracle.

Il n'y a pas bien longtemps, la femme

d'un chevalier, une noble dame,

vivait dans ce pays.

Elle était sans orgueil et sans envie,

simple, de bonnes manières, vertueuse et sage;

elle n'était ni grondeuse ni revêche,

mais sa valeur et sa droiture

passaient ses bonnes manières et sa beauté.

Elle aimait Dieu et sa douce mère.

Aux pauvres elle n'était pas amère

ni marâtre à ceux qui étaient désemparés;

sa porte n'était pas verrouillée

le soir, à l'heure où l'on doit héberger

le pauvre: même à un berger

elle préparait un si beau lit

qu'un roi avec plaisir y eût dormi.

Il y avait en elle plus de charité,

je vous le dis en vérité,

qu'il n'y en a en tout dans la moitié de l'humanité;

à l'heure actuelle personne ne l'a dépassée.

Mais tout cela ne vaut pas d'être mentionné

à côté du très beau cierge

qu'elle présentait le samedi.

Et sachez-le bien, je le dis sur mon âme,

elle voulait entendre matines:

jamais vous ne l'auriez vu s'éclipser

avant la fin de l'office.

Je ne sais vous dire de quelle façon

elle célébrait les fêtes de Notre Dame:

personne ne pourrait le décrire.

Même si j'étais bon copiste,

je serais fatigué d'écrire

avant d'avoir dit la moitié

de l'amour et de l'attachement

qu'elle montrait à Dieu jour et nuit.

J'ai déjà peur de vous ennuyer

avec le peu que j'ai raconté

de sa sagesse et de sa valeur.

Son mari lui était très attaché

et lui manifestait de grands égards

car il savait en vérité

combien sa femme était vertueuse.

Il l'aimait beaucoup et était ravi

de tout le bien qu'elle faisait.

Il y avait dans la ville une abbaye

où on ne restait guère perplexe

pour savoir comment servir le Dieu spirituel;

et les religieux qui étaient là

étaient très charitables.

Il aurait fallu de bons yeux

pour y trouver quelque chose à reprendre.

Maintenant ils ont tout tourné à la farce.

C'étaient des chanoines réguliers:

ils observaient scrupuleusement leur règle.

Il y avait là un sacristain:

je ne tiens à l'heure actuelle personne

pour aussi vertueux qu'il l'était.

Il servait de tout son coeur

Notre Dame, glorieuse et aimable,

comme la fin l'a bien montré.

Et ses heures, je vous le dis,

étaient divisées en trois parties:

dormir, manger, prier,

voilà ce qu'il voulait. Il ne savait pas travailler.

Il serait resté toujours devant l'autel.

Vous n'en verriez jamais un autre

comme lui, aussi vertueux.

Il faisait cas de l'argent comme d'une guigne

et n'avait ni le souci ni le désir

de ce qui est chose légère,

car on voit bien souvent

l'argent s'envoler avec le vent.

C'est pourquoi il n'en avait nulle convoitise.

Quand la chandelle était allumée

devant la Vierge généreuse,

il ne se souciait pas de l'ôter:

tout brûlait, il n'en restait rien;

je ne dis pas que, s'il arrivait

que le candélabre

ou le grand chandelier de bois fussent tout garnis,

il ne prît pas un nombre raisonnable de cierges

qui pouvaient lui rendre service chez lui.

Il arrivait souvent

que la dame vertueuse vînt

à l'église prier Dieu.

Elle y trouvait celui

à qui Notre Dame doit octroyer son doux royaume:

jamais il n'y aura de si bon chanoine.

Ces gens vivaient très saintement.

Les méchants envieux qui voient

ceux qui mènent une vie intègre

eurent envie de les dévoyer.

Ils leur lancèrent un défi,

bien des fois ils les poussèrent dans ce sens,

si bien qu'ils les détournèrent

du droit chemin et les engagèrent

dans une voie très périlleuse.

A présent ils ont besoin que Dieu les guide!

Quand une chose a commencé à se dégrader,

cela va vite, vous pouvez le voir.

Bien vite la pénitence fut interrompue

alors qu'elle n'était pas à moitié faite.

Le diable les corrompit tant

que l'ami aima son amie,

que l'amie aima son ami.

Chacun ignorait tout des sentiments de l'autre;

de plus en plus le diable les ensorcelait.

Quand le chanoine chantait Salve sancta,

il oubliait complètement le parens,

tant il était égaré.

Et quand il voulait dire ses grâces,

il devait s'y reprendre à sept fois

avant d'en avoir dit la moitié.

Il a besoin que Dieu lui vienne en aide!

De son coeur il a complètement rejeté

l'habit de saint Augustin.

Dans son coeur il n'y a plus que sa folle passion,

il n'est plus chanoine que de nom.

[De l'ordre d'Augustin, il n'y a plus en lui

que l'habit, cela ne fait pas de doute.]

Le voilà vaincu, réduit à merci,

notre religieux cloîtré.

Il n'y a pas plus fou dans toute la région

que cet homme de religion.

Et la dame religieuse

de son côté est d'aimer si curieuse

que de nulle autre chose elle n'a cure.

La voilà plongée dans l'obscurité,

car le démon obscur l'a obscurcie

de son obscurité et endurcie.

Il lui a fait suivre une mauvaise cure.

C'est un mal horrible et obscur

que celui qui ne touche pas la chair et la peau,

mais les profondeurs du coeur obscur,

autrefois clair et désireux

de servir la gloire de Dieu.

Qu'il puisse la guérir par sa cure, le médecin

qui soigne ceux qu'a gagnés l'obscurité!

Car elle est si violemment tourmentée,

si vaincue, si ensorcelée,

que quand elle est assise à table,

elle ne peut s'empêcher de changer

de couleur cinq ou six fois,

tant son coeur est mélancolique,

avant la fin du premier service.

Voilà ses dispositions bien changées!

On a raison de dire, il me semble:

"Dieu donne le blé, le diable le prend."

Et les diables ont bel et bien pris

ce que Dieu aimait plus que le blé.

Que Dieu se trouve maintenant une nouvelle amie,

car il semble que celle-ci ne soit plus la sienne!

Ce que Notre Seigneur ne garde pas

a tôt fait de s'en aller, prenez-y garde.

La dame dit: "Malheureuse que je suis,

cette douleur dépasse toutes les autres.

Malheureuse! que pourrai-je devenir?

Comment me comporter

de telle façon qu'il se rende compte

du mal que me fait mon amour pour lui?

Le lui dirai-je? Non, bien sûr:

j'ai parlé comme une folle, une dévergondée,

car une femme ne doit pas faire des avances.

L'amour que j'ai pour lui peut bien me tourmenter:

il n'en saura jamais rien par ma bouche.

Me voici comme le bout de bois

qui pourrit sous la gouttière;

c'est comme cela que j'aimerai."

Voici comment se comporte la dame.

A présent je veux revenir au moine.

L'excellent moine aime la dame:

il vit à crédit en engageant sa pauvre âme;

mais la dame n'en sait rien.

Il lui tourne beaucoup autour

quand elle vient à l'église;

et s'il connaissait la situation,

s'il savait que la dame l'aime si fort,

cela lui serait un grand réconfort.

Il est sur un chemin, sur une voie

où c'est le diable qui le conduit,

le tenant sans cesse par l'oreille;

à toute heure il lui donne ses conseils:

["Va donc, fou que tu es, chanoine, pourquoi tarder

à t'occuper de cette dame?]

Va, cours la trouver, déclare-toi!"

Il l'exhorte et le tourmente tant

que le chanoine va la trouver:

il ne peut faire autrement.

Quand la dame le vit venir,

elle ne put empêcher son visage de s'éclairer.

Son coeur l'exhorte à dire:

"Embrassez-moi, très cher seigneur!"

Mais Nature la tient très court.

Elle n'a pas desserré les dents

sinon pour sourire, et quand elle eut souri,

elle resserra les dents et ne dit mot.

L'homme de bien la prit par la main:

"Madame, vous allez tous les matins

de très bonne heure à l'église de Dieu.

Est-ce pour entendre l'office?

Je ne puis plus cacher mes souffrances,

il me faut ouvrir la bouche,

il me faut desserrer les dents.

A cause de vous j'ai toujours

le coeur serré dans la poitrine:

Madame, je vous aime d'amour."

La dame dit: "Sot que vous êtes!

Il y a en vous beaucoup plus de vice

que je ne pensais

(que la divine charité m'assiste!).

Vous êtes un rusé.

Est-ce pour cela que vous êtes dans cette ville,

pour duper les braves gens?

Ah! comme vous savez faire vos affaires!

Voyez le papelard, le béguin!

Désormais je n'estime pas un sou

ses bonnes oeuvres et ses mortifications

(que la puissance de Dieu me vienne en aide!).

Je croyais que c'était un ascète,

et c'est un hypocrite, un menteur.

Vraiment, belle éducation!

Il est tout entortillé sous son froc

dans la peau d'un hérisson,

et au dehors il sert aux gens son boniment;

il a la trahison dans le sang

et au dehors il se donne belle apparence.

- Madame, Madame, ne vous fâchez pas!

Dorénavant je supporterai jour et nuit

mon mal et et ma souffrance

plutôt que de vous dire quelque chose qui vous blesse.

Il me faut me taire, je me tairai.

Il me faut renoncer, je renoncerai:

vous prier, je ne puis le faire davantage."

- Très cher seigneur, je ne puis me taire:

je vous aime tant que nul ne pourrait le dire.

Tout ce qu'il faut, très cher seigneur,

c'est que vous considériez ce qu'il y a de mieux à faire

et que vous veilliez à ce que la chose ne s'ébruite pas.

Car si elle s'ébruite,

on nous tiendra pour des misérables,

sachez-le et n'en doutez pas.

Allons-nous en au galop

en emportant tout ce que nous pourrons.

Prenons de l'argent et d'autre bien

de façon à vivre honorablement

là où nous nous installerons,

car les gens qui voyagent sans rien

sont mal considérés lorsqu'ils sont loin de chez eux."

Le chanoine dit: "Chère amie,

je ne dis pas non, sachez-le,

car c'est ce que je vois de mieux à faire.

Nous nous mettrons donc en chemin

cette nuit; nous voyagerons de nuit

avec tout ce que nous emporterons."

Voilà donc les choses réglées

touchant leur départ et leur voyage.

La dame rentra chez elle.

Le soir venu, elle y a pris

vêtements, argent, bijoux,

tout ce qu'il y avait de plus beau.

Si elle avait pu emporter les cendres du foyer,

elle serait volontiers allée les prendre,

car les gens qui font ce genre de travail

considèrent que ce qui reste derrière eux est perdu.

De son côté le chanoine

fait des coupes claires dans le trésor de son abbaye;

il le réduit à néant

comme s'il se payait sur lui d'une créance.

Il prend tout, vole tout, rafle tout,

il n'y laisse ni croix ni calice.

Il en fait un chargement - une belle charge!

Il prend le chargement, le charge sur son cou.

Le voilà qui a chargé le chargement,

mais si on le trouve, il sait très bien

qu'il sera mis en prison.

Il est allé trouver la dame

qui l'attendait; là, d'un même mouvement,

chacun prend son chargement sur son cou:

on dirait qu'ils vont au marché.

Ils ont tant cheminé, tant marché,

ces fous complets, qu'ils se sont éloignés

de quinze grandes lieues de leur pays.

A la ville ils ont pris un logement.

Jusque là ils n'ont rien fait de mal;

ils n'ont pas péché ni rien fait d'autre

que Dieu et sa Mère leur reprochent,

mais ils sont comme frère et soeur:

que la douce Dame soit leur mère!

Il me faut revenir au couvent

où l'on ne s'attendait pas à cela.

Le couvent dort et ne bouge pas;

le couvent ignore

la mésaventure: il la lui faut apprendre,

car un convers arrive au couvent

et dit: "Seigneurs, levez-vous,

si vous devez vraiment vous lever cette nuit,

car il fait grand jour et clair!"

Chacun se dépêche de se lever.

En entendant le convers

ils furent bien étonnés,

car ils n'avaient entendu sonner ni cloche

ni sonnette ni horloge.

Ils disent alors sans se gêner

que cette nuit-là le sacristain

était ivre: il avait tant bu

que le vin l'avait induit en erreur.

Mais je crois qu'il y a autre chose,

par la foi que je dois à l'Ave Maria.

Ils sont tous venus à l'église,

petits et grands, jeunes et vieux.

Ils ont appelé le sacristain

qui avait cambriolé le trésor.

Il ne répond pas plus que s'il était muet.

Pourquoi? C'est qu'il s'était enfui.

Quand ils furent entrés dans le choeur,

chacun aurait bien voulu être dehors,

car tous eurent si peur

(chacun ignorait ce que l'autre avait pu faire)

qu'ils en étaient tout tremblants.

L'abbé s'adressa à tous ensemble:

"Seigneurs, dit-il, on s'est moqué de nous:

le sacristain nous a volés.

Frère, dit-il au trésorier,

Avez-vous laissé hier le trésor

bien fermé? Réfléchissez bien."

Le trésorier regarda:

il ne trouva dans le trésor

ni calice ni croix ni or.

Il dit au couvent et à l'abbé:

"Seigneurs, on nous a eus:

nous n'avons plus ni calice ni croix

ni trésor qui vaille une guigne."

L'abbé dit: "Ne vous faites pas de souci!

Il s'en va? Très bien! qu'il s'en aille!

Si tout se passe bien, nous saurons

où il est, et nous le rattraperons."

Un papelard fait bien ce qu'il doit

en papelardant à ce point.

Ils ont recours à l'astuce et à l'artifice,

les hypocrites papelards.

Ils brûlent d'être loués par tout le peuple:

c'est pourquoi les papelards papelardent.

La papelardise ne vaut rien

dès lors qu'elle a goûté au lard.

Jamais je ne papelarderai,

mais des papelards je dirai:

"Quoi qu'un papelard dise,

je ne croirai jamais la papelardise."

La Renommée à la course rapide

est venue tout droit au logis

du chevalier que sa femme avait

cambriolé sans qu'il en sût rien,

car il n'avait pas couché chez lui.

Quand il vit sa maison

ainsi cambriolée et vidée de tout:

"Hélas! mon Dieu, comme vous vous êtes moqué de moi,

doux Seigneur! dit le chevalier.

Je croyais que nulle part au monde

il n'y avait de femme pareille à la mienne:

je me réjouissais vraiment pour rien.

Je le vois bien à présent, je le crois, je le pense:

tout ce qui brille n'est pas or."

Il sait à présent et les moines savent

que le sacristain emmène sa femme.

Ils se lancent à leur suite à toute allure:

ils ne chevauchent pas l'amble,

mais aussi vite que les chevaux peuvent galoper,

car ils espèrent atteindre leur proie.

Ce jour-là Fortune les a bien guidés:

jamais elle ne leur fit quitter le bon chemin,

mais ils sont allés tout droit

là où les autres avaient dirigé leurs pas.

Ils ont si bien éperonné tout le jour

qu'avant qu'on eût sonné

none ils arrivèrent au lieu qui, je crois,

leur est le plus pénible et le plus cuisant.

Ils se placent dans les rues écartées

et se mettent à demander

si on avait vu des gens

ayant tel visage et telle apparence:

ils les décrivent en détail.

"Pour l'amour de Dieu! qu'on nous fasse savoir

s'ils demeurent dans cette ville,

car ils se sont bien moqués de nous."

Et le chevalier leur raconte

d'un bout à l'autre ce qu'ils ont fait.

La Renommée au vol rapide

a si bien répandu ces paroles

qu'elles sont venues jusqu'à leurs voisins

dans une rue très écartée,

car les gens qui se conduisent ainsi

vont s'installer dans des lieux reculés.

Une béguine les dénonça;

sa langue s'appelait: "Méchante voisine".

A présent les béguins se vautrent dans leur merde;

les béguins se dénoncent mutuellement,

les béguins font volontiers du mal:

c'est la loi du béguinage.

Pourvu qu'ils puissent récolter des louanges,

les béguins ne cherchent rien d'autre.

Les poursuivants, eux, s'adressent à la justice.

Le chevalier raconte à nouveau

la mauvaise conduite de ces gens

et comment ils se sont comportés.

Et l'avoir qu'ils avaient emporté,

ils en parlèrent aussi du mieux qu'ils purent.

Comme on les trouva véridiques,

il fallut bien

arrêter et mettre dans les liens

ceux qui s'étaient si mal conduits.

Ils furent arrêtés et mis en prison

pour ces faits et pour ces fautes.

Et les plaignants, qui ne sont pas loin de chez eux,

vont chercher des garants.

Les voilà donc arrêtés, enchaînés,

ceux que le Malin avait dévoyés.

On m'a dit bien souvent

qu'on doit faire valoir le bien qu'on a fait.

Le bon chanoine fait valoir le bien qu'il a fait;

il implore la glorieuse Dame

de les délivrer de ce péril,

car ils ont l'impression d'avoir été ivres.

Il dit, cet homme de bien: "Vierge,

toi qui fus la mère et la servante de Dieu,

puisque tu reçus en toi la divinité

qui en toi prit la condition humaine,

sans ta progéniture

qui fut mise en la croix de bois,

nous irions en enfer sans retour,

captifs d'une tour bien périlleuse.

Dame, qui par ton Fils, notre salut,

nous a tirés du marais

de l'enfer, ignoble et obscur,

Vierge éclatante et pure,

Dame qu'on sert et qu'on invoque,

à travers toi toute femme est aimée.

Comme la rose naît de l'épine,

tu naquis, reine glorieuse,

du peuple juif qui blesse et point,

et toi, tu es douce et tu oins.

Dame, je vous ai tant servie:

si je perds ce que j'ai mérité,

ce sera vraiment cruel.

Vierge pleine de loyauté,

dans ta pitié fais nous sortir d'ici:

nous y avons un mauvais logis et un mauvais hôte."

La dame dit: "Vierge honorée

que j'ai tant de fois adorée

et servie de si bon coeur,

viens à notre secours, nous en avons besoin!

Vierge jeune et souveraine,

qui es le salut du corps et de l'âme,

secours ton serviteur, secours ta servante

dans le danger où ils sont.

Port du salut, route de la mer

que le monde tout entier doit aimer,

jette les yeux sur cette coupable

qui a grand besoin de ton aide.

Dame qui as reçu la grâce

d'être couronnée par les anges

et de venir en aide à toute créature,

veuille nous tirer

de cette grande prison obscure,

car le Malin nous a ensorcelés:

si tu ne nous délivres pas,

il nous faudra vivre dans de grandes douleurs."

Elle a bien entendu les plaintes

de ces saintes gens, la Mère de Dieu,

la suite l'a bien fait voir:

elle leur est apparue dans leur prison.

Sa grande et souveraine clarté

remplit si complètement la prison

que les simples humains

ne pouvaient remuer ni pied ni main.

Cette clarté qui illumine tout

a en outre un parfum délicieux.

Elle s'est présentée devant eux, la glorieuse,

qui n'oublie les besoins de personne.

Elle tenait enchaînés les diables

qui avaient tant maltraité ces gens.

Elle leur ordonna de les honorer autant

qu'ils leur avaient fait de mal.

Ils n'osèrent pas refuser

et ne purent se dérober.

Chacun de ces deux diables

a chargé l'un d'eux sur son cou.

Ils sont partis de là à grande allure.

Quand ils marchent à petits pas, on dirait le tonnerre.

Bien vite ils arrivèrent à la porte

de chacun avec ce qu'il avait emporté.

L'un met le chanoine dans son lit,

l'autre couche la dame

près de son mari si doucement

que lui, qui dormait profondément,

ne s'éveilla pas, ne dit rien

et ne sut pas que sa femme était près de lui.

Et ils se sont aussi occupés de l'argent:

ils ont donné aux moines l'or

et l'argent que leur avaient pris

ceux qui avaient commis une si lourde faute.

Le chevalier aussi retrouva son argent

de façon à ne pouvoir s'apercevoir

qu'on y eût jamais touché.

Voilà l'affaire si bien réglée

qu'il n'y paraît pas plus qu'un coup dans l'eau.

Depuis qu'Adam créa Adam et Eve

jamais une affaire ne fut ainsi défaite

ni effacé un si grand méfait.

Le sacristain qui savait quelle heure de la nuit il était

revêt son froc, se lève

et va sonner les matines.

Il aurait fallu entendre les moines bougonner!

Lui criait: "Hé là! Hé là! Debout! debout!"

L'abbé dit: "Roi d'en haut,

Père, qu'est-ce que cela peut être?

Pourvu que cela vienne du Roi du ciel!"

Tous se lèvent aussitôt

(ils en ont l'habitude, cela ne leur pèse pas),

et ils sont allés à l'église

pour commencer le service divin.

Quand ils virent le sacristain,

ils furent très troublés.

L'abbé lui dit: "Mon cher ami,

qui vous a amené ici?

Allez vous occuper ailleurs,

car il n'y a plus rien à prendre dans le trésor."

Le sacristain dit: "Cher seigneur,

que voulez-vous donc dire?

Prenez garde à ce que vous dites!

- Je croyais que vous étiez un ascète,

dit l'abbé, Monsieur le débauché,

et vous êtes un méchant voleur

qui nous avez pris notre avoir!

- Par la foi que je dois à l'apôtre saint Paul,

dit le sacristain, cher seigneur,

vous parlez bien à la légère.

Si je vous ai fait quelque chose d'indigne,

ne suis-je pas en votre pouvoir?

Vous pouvez me mettre en prison.

Vous ne devez pas vous mêler

de dire une chose qui n'est pas vraie.

Vous devez me croire.

Allez vérifier votre perte:

si vous la trouvez avérée,

si je me suis mal conduit envers vous en quoi que ce soit,

je suis bien d'avis que l'on m'emprisonne."

Il leur demanda d'aller au trésor:

chacun y alla, mais ne trouva pas

qu'on y eût rien fait de mal.

["Un fantôme nous égare

à n'en pas douter, seigneurs, dit l'abbé.

Ici, hier, il n'y avait pas un sou vaillant,

et à présent il n'y paraît plus: tout est comme avant."]

Voilà le couvent ébahi.

La dame, qui voulait aller

à l'église, comme à son habitude,

enfila sa chemise.

Ensuite elle a pris sa robe.

A ce moment le chevalier s'éveilla,

rempli d'étonnement

de sentir la dame à côté de lui.

"Qui est là? - C'est votre femme.

- Vous n'avez jamais été ma femme!"

Le chevalier se signe,

se lève d'un bond et prend une torche.

Plein de colère il s'approche du lit.

Plus de cent fois il a fait sur lui le signe de croix.

"Je ne pensais pas qu'il y eût personne

avec moi, dit le chevalier;

et voilà que j'y vois couchée

la créature que je dois le plus haïr.

J'ai bien de quoi être hors de moi,

car on m'appellera désormais seigneur Ernoul:

c'est à vous que je dois ce surnom."

La dame dit: "S'il vous plait,

surveillez votre langage.

Allez voir là où est votre bien:

il commet un péché, celui qui accuse à tort."

Elle le fit si bien tourner en tous sens

que le chevalier alla y voir.

Il ne trouva pas qu'il eût perdu quoi que ce fût:

le voilà si éperdu

qu'on aurait pu l'attraper à la main.

"Si je ne devais pas me rendre demain

à la convocation du juge, sachez, Madame,

que je vous croirais, sur mon âme,

car j'ai là tout ce que j'avais perdu:

c'est un fantôme qui m'égare!"

Il se lève dès le point du jour

et va au couvent de bon coeur:

"Seigneurs, dit-il, ma femme est entre mes mains.

Et vous, avez-vous votre sacristain?

- Oui, oui, disent les moines.

Nous sommes les jouets d'un fantôme.

- Chers seigneurs, dit-il aux moines du couvent,

nous avons convenu hier soir

de nous rendre à notre convocation,

et nous restons plantés là!"

Du coup, chacun se prépara.

Ils montent à cheval, chevauchent, arrivent sur les lieux

et trouvent les deux diables

qui avaient pris l'apparence

de ceux qu'ils avaient tirés de là

quand Notre Dame en avait eu pitié.

Voilà nos gens tout ébahis,

aussi bien les laïcs que ceux de l'abbaye:

ils ne l'avaient jamais été autant.

Comme ils constataient

n'avoir perdu ni or ni argent

et comme ils avaient laissé derrière eux

les personnes qu'ils avaient perdues auparavant,

voilà ces gens tout éperdus.

On leur conseilla d'aller trouver

l'évêque et de lui demander

ce qu'il serait d'avis de faire

dans une tel cas et une telle affaire.

Tous ont remis le pied à l'étrier

et se sont mis en chemin.

Ils n'étaient pas allés bien loin,

si le texte ne ment pas,

quand ils apprirent où était l'évêque:

ils se dirigèrent de ce côté.

Ils arrivent, l'un d'eux raconte à l'évêque

la chose, et l'évêque monte à cheval,

car il veut savoir ce que ce peut être.

Il ne cesse de se signer de la main droite.

Ils ont tant chevauché qu'ils arrivent sur les lieux.

Et les diables qui occupaient

la place de ceux qu'ils avaient

délivrés, en voyant venir le prélat

eurent très grand peur,

parce qu'ils savaient en vérité

que le prélat était un homme très vertueux:

tous deux baissèrent la tête.

Le prélat entra dans la prison

et regarda chacun des prisonniers.

Quand il les eut regardés,

il leur a dit: "Prenez garde

de me dire la vérité:

est-ce pour tromper les gens

que vous restez en prison?

Dites-moi donc d'où vous venez."

Eux, qui n'osèrent pas mentir

à l'homme de bien, lui racontèrent l'essentiel

de leur affaire et de leur conduite.

L'un d'eux dit: "J'avais fait la guerre

à une dame et à un sacristain,

et c'est pourquoi je reste en prison,

car je pensais les couvrir de honte.

Jamais je n'ai pu les attirer à moi

ni les faire entrer à mon service,

et pourtant j'ai essayé par bien des moyens

d'avoir pouvoir sur eux

et de les tromper.

Je pensais bien avoir dupé

chevalier, couvent et abbé

quand je les ai fait venir jusqu'ici:

je pensais alors bien les tenir.

Jamais je n'ai pu les mener,

quelque mal que je me sois donné,

jusqu'à commettre le péché.

A présent j'ai complètement perdu la partie

et je m'en irai là d'où je viens,

car je me suis donné beaucoup de mal en vain.

Que le chevalier aime sa femme,

car je n'ai jamais vu femme aussi vertueuse;

quant à eux, que leur chanoine leur soit cher,

car jamais je n'ai pu les faire pécher."

Quand ces gens entendirent ces mots,

ils s'en réjouirent beaucoup.

Le chevalier est dans la joie.

Il lui tarde de voir sa femme:

il l'embrassera doucement,

car il sait maintenant en toute vérité

qu'il a sans aucun doute une femme vertueuse.

Et tous les gens de l'abbaye

de leur côté se réjouissent beaucoup.

Les voilà qui s'en vont.

Le tourment que ces gens avait eu

a été connu partout;

monseigneur Benoît l'apprit

(que Dieu le bénisse!).

Il le raconta à Rutebeuf,

et Rutebeuf a fait un conte

de la chose et l'a mise en rimes.

Il dit maintenant que s'il y a dans la rime

quelque chose à reprendre,

vous devez prendre garde à son nom.

Il est rude et oeuvre avec rudesse:

l'homme rude fait une oeuvre rude.

S'il est rude, le boeuf est rude aussi;

il est rude et a nom Rutebeuf.

Rutebeuf oeuvre rudement,

souvent dans sa rudesse il ment.

Prions pour finir

Jésus Christ, le Roi, avec ferveur

qu'il nous donne la joie éternelle

et le paradis spirituel.

Dites Amen tous ensemble,

ici prend fin l'histoire, à ce qu'il me semble.

 

La vie de Sainte Elysabel, fille du Roi de Hongrie

Il dit, le Seigneur qu'on adore:

"Qui ne travaille pas ne doit pas manger non plus";

mais qui pourrait bien travailler

et en travaillant adorer

Jésus, le Père spirituel,

dont la louange n'a pas de fin,

il rendrait service à son corps et à son âme.

Voici donc ma prière à la glorieuse dame,

la Vierge Marie,

salut de toute femme

qui la prie et qui l'aime:

que je puisse en un lieu aussi propice semer

ma parole et dire mon poème

(je ne sais faire aucun autre travail)

et qu'elle le prenne en gré,

celle pour qui j'entreprends cette tâche,

Ysabeau, femme du roi Thibaud,

auquel Dieu donne la joie

avec ses amis, dans son Royaume

où il accueille ses disciples.

C'est pour elle que je veux entreprendre

de mettre en vers cette histoire

qui est venue de Hongrie:

le Procès de canonisation et la Vie

d'une dame que Jésus-Christ

aimait tant, trouvons-nous écrit,

qu'il l'appela à son service.

L'Eglise lui consacre un office.

De même qu'on tient le lis pour beau,

on doit tenir sainte Ysabeau

pour sainte et pleine de sagesse.

Elle s'était tellement tournée vers Dieu

qu'en lui étaient tout son coeur,

toute sa pensée, tous ses besoins.

Ysabeau était de grande noblesse,

de haut lignage: une dame de qualité,

d'une famille de rois, d'empereurs et de comtes,

à ce que nous dit le conte.

La renommée de son histoire

parvint jusqu'au pape Grégoire.

Il y avait eu en tout à Rome

huit papes avant celui-ci

à porter ce nom.

C'était un homme de bien, de grand renom,

vrai père

du peuple et de la cité.

Chacun parla de la dame

et des miracles que là-bas

elle accomplissait, redressant les contrefaits,

faisant entendre les sourds, ramenant les fous à la raison,

guérissant les malades,

et faisant bien d'autres miracles.

Quand notre Père le pape

eut entendu le récit

de ses saintes paroles et de sa sainte vie,

cela lui plut beaucoup.

Il demanda une enquête sous serment

aux principaux hommes de bien de son pays:

on devait l'informer par lettres scellées

du procès de canonisation et de tout

ce qu'on savait de cette dame

qui avait une si grande renommée.

Ces hommes de bien importants et irréprochables

s'en allèrent tout droit à Marburg,

où cette dame repose,

pour mieux enquêter sur cette affaire.

Ils réunirent, je crois,

des évêques, des archevêques,

de bons moines

qui n'avaient nulle envie

de dire des mensonges au lieu de la vérité.

Tout ce qu'on pouvait savoir

ou découvrir sur ses miracles,

tout ce qui pouvait être prouvé dans les règles,

ces hommes de bien le recherchèrent.

Je ne vous dis pas leurs noms:

pourtant,

s'ils n'étaient pas allemands,

je les nommerais bien vite, mais ce serait

du temps perdu que de le faire.

Je les nommerais sans tarder

si c'était du français,

mais je ne me soucie pas d'affabuler:

c'étaient des hommes de bien, dignes de foi.

Ces gens de bien firent écrire

sur le parchemin et sceller de cire

tout ce qu'ils purent découvrir,

sans mêler le mensonge à la vérité.

On fit venir les messagers:

aucun ne se déroba.

Ils vinrent; les voilà rassemblés;

ils partirent, je crois, ensemble.

Quand ils furent bien prêts,

ils voyagèrens si bien par étapes,

par les chemins unis, par les chemins pierreux,

qu'ils trouvèrent le pape à Pérouse.

La nouvelle s'est vite sue;

les petites gens s'ébranlent:

chacun y vient, chacun y accourt.

Les messagers arrivèrent à la cour

et donnèrent au pape le texte

où étaient consignées les actions

de cette dame pleine de valeur et de sagesse.

Les messagers furent très fêtés.

Le pape ouvre la lettre

où étaient décrits le cours de la vie

et les oeuvres de cette dame

dont les mérites étaient si grands.

Le saint homme lit la lettre:

cette lecture lui plaît beaucoup.

Il estime et honore beaucoup cette dame,

pour elle il pleure de pitié

et aussi de joie.

A quoi bon rimer davantage?

Elle fut canonisée et proclamée sainte.

Depuis elle a fait de nombreux miracles

que vous m'entendrez raconter.

A présent j'entame mon sujet.

L'acte fut authentifié à Pérouse

en faveur de la pieuse dame

de bonnes moeurs

en l'an 1234

de l'Incarnation,

comme on le chante en l'Ecriture.

Rien ne sert de vivre à qui ne prend la bonne voie.

Celui qui ne veut pas la suivre,

il est bien vite dévoyé.

Considérez donc, je vous prie,

la vanité de cette vie

pleine de rancune et d'envie.

Celui qui voit tout nous a remis sur la bonne voie,

lui qui a aplani la voie

du paradis pour bien nous diriger.

Voyez, prévôts, voyez, voyers,

et que chacun, que chacune le voie:

il n'y a qu'une seule voie.

Fou qui accompagnera

celui qui prendra l'autre voie.

Ce n'est pas celle que prit la dame

que les anges accompagnèrent

là-haut, au paradis céleste,

quand elle quitta ce monde,

car elle y avait mené

une vie sainte, pure et nullement immonde.

Elle était fille du roi de Hongrie.

Sa Vie, qui ne lui fait pas honte,

dit qu'elle fut comtesse de Thuringe.

Souvent elle renonça à porter du linge

et laissa la laine lui écorcher le dos.

Elle prit ses distances avec ce monde

et voulut mettre son coeur au service de Dieu,

car, comme le texte en témoigne,

elle enracina la vertu dans son coeur:

ses oeuvres le manifestèrent.

De sa vie elle ôta tout vice:

un tel hôte vous ôte Dieu

et vous empêche de l'aimer vraiment.

Elle était une école de bonnes moeurs,

un exemple de pénitence,

un vrai miroir d'innocence,

comme vous l'entendrez raconter brièvement,

si cela ne vous ennuie pas.

Elle mena une vie si vertueuse

pendant tout le temps qu'elle passa en ce monde,

depuis l'époque où elle n'avait que cinq ans

jusqu'à je ne sais quel âge,

autrement dit toute sa vie,

qu'elle ne désira jamais un autre genre de vie,

comme le découvrirent les hommes de bien

qui le dirent au pape.

N'a-t-elle donc pas bien ôté d'elle les vices,

elle qui plut tant à Dieu:

alors qu'elle était d'aussi haute noblesse

que peut l'être une femme,

elle fuyait les vanités du monde

et elle enseignait ce qu'il faut faire

pour obtenir le royaume éternel

avec le Père du ciel

à ceux qui étaient avec elle

et qui connaissaient sa sainte vie.

Orgueil, colère, gourmandise,

tous les vices dont l'âme est souillée,

luxure, accidie, avarice,

et ce vice ignoble

qui s'appelle l'envie, l'affreuse envie

qui rend l'envieux morne et pâle:

tous elle les arracha, les mit si bien de côté

que Dieu l'en aima davantage.

Sermonner me pèse;

j'achève donc rapidement ce prologue

pour ne pas gâcher mon sujet:

on dit qu'on se lasse même de la belle musique.

A présent il me faut aller au plus court,

il me faut en venir à mon propos.

Ecoutez donc, ne faites pas de bruit,

vous allez entendre, si cela ne vous ennuie pas,

les beaux et indiscutables miracles

que sainte Ysabeau

fit dans sa vie et après sa mort.

Nulle dame meilleure qu'elle,

qui voulut s'appliquer à servir Dieu,

n'a depuis sa mort senti la morsure de la mort.

Elle ne faisait pas trop grand cas de son corps:

elle se serait laissé écorcher vive

plutôt que de céder aux désirs du corps,

tant son coeur était ferme en Dieu.

Sa Vie, dont on fait tant d'éloge,

se divise en quatre parties.

La première partie relate

les oeuvres qu'elle a accomplies dans sa vie:

comment elle apprit à servir Dieu,

comment jusqu'à son mariage

elle conserva sa pureté.

La seconde partie dit

sa sagesse et sa vertu

après son mariage.

La troisième partie explique

de quelle façon

elle vécut après la mort de son mari

qui lui manifestait le plus grand respect:

sa grande dévotion la poussa

à prendre l'habit religieux.

Je ne veux pas m'étendre longuement:

la quatrième partie raconte

comment celle qui a fait une telle fin

termina sa vie en religion.

Ensuite vous entendrez à la fin du livre,

si Jésus-Christ me garde en santé,

une infinité de miracles

dont ceux de son entourage,

qui étaient des gens de bien dignes de foi,

prouvèrent la réalité à la cour de Rome.

Insensé qui ne croit en Dieu,

méchant, celui qui renonce

à craindre le Seigneur, à croire en Lui

qui ne renonce jamais

à exalter ceux qui croient en Lui.

Ils sont donc fous ceux qui renoncent

à crier merci au Créateur.

Ceux qui crient vers Lui de tout leur coeur,

s'ils ont foi dans le Créateur,

je crois pour ma part

que leurs larmes, leurs pleurs, leurs cris

seront changés en joie

(ou alors David ment dans ses écrits).

Et ils seront réduits en servitude,

ceux qui vivent à crédit sur Dieu avec leur corps pour garantie,

car le remboursement sera douloureux.

Cette dame qui croyait en Dieu,

qui emprunta bien peu avec son corps pour garantie,

a certainement su apaiser Dieu,

car elle pouvait le payer sans peine.

L'histoire dit en cet endroit

que sainte Ysabeau, l'amie de Dieu,

la fille du roi de Hongrie,

avait tout juste cinq ans

quand elle commença à faire le bien.

Dès qu'elle eut cinq ans et par la suite

elle eut avec elle une jeune fille

qui portait le même nom qu'elle

et était vierge et pure,

non pas une jeune fille, mais une petite fille.

Elle était avec elle pour la distraire:

l'une avait cinq ans, l'autre quatre.

A cette vierge,

qui avait été avec elle

bien des hivers et bien des étés,

on demanda, en s'enquérant avec soin,

de dire tout ce qui touchait

le comportement de cette dame.

Elle prêta serment, puis déclara:

"Ecoutez, approchez-vous,

vous allez entendre parler de celle

qui a plu à Dieu et au monde.

Je vous déclare, sur ma foi,

que cette dame dès son enfance

mit toutes ses pensées

en Dieu et dans la religion:

c'était son souci,

ses jeux, son plaisir.

Alors qu'elle n'avait que cinq ans

et qu'elle ne savait pas encore lire,

elle emportait un psautier à l'église

comme pour lire l'office.

Elle voulait rester près de l'autel

comme si elle savait prier.

Elle se mortifiait de toutes les façons,

les genoux et les coudes nus,

elle baisait le pavement:

elle n'y avait aucune fausse honte.

Les enfants qui étaient avec elle

jouaient souvent

à sauter à cloche-pied:

elle, remplie d'amour,

s'enfuyait vers la chapelle,

laissant derrière elle toutes les petites filles,

en faisant mine de continuer à sauter.

Quand elle ne pouvait pas y entrer,

son coeur était si ardent

que pour l'amour de Dieu elle baisait le seuil qui y menait.

Sachez-le, si elle jouait à quelque jeu,

jamais elle ne serait passée par là

sans tourner son espoir et ses pensées

vers Dieu, le Roi de gloire.

Car si son corps au dehors jouait,

son coeur était tout entier en Dieu.

Ainsi le corps jouait sans le coeur,

l'un tout à Dieu, l'autre tourné vers le dehors.

A l'une des petites filles

elle disait: "Je veux que tu te mettes à côté de moi:

je t'en prie, mesurons-nous

en nous étendant contre terre,

car j'ai très envie de savoir

laquelle de nous deux est la plus grande."

Mais comparer leurs tailles lui importait peu:

sous ce prétexte elle ne cherchait

qu'à accomplir plus d'oeuvres méritoires

et à dire plus de prières.

Je vous dis encore ceci:

comme saint Jean plus que tout autre

est le gardien de toute chasteté,

pour éviter toute souillure à la sienne,

elle avait placé son amour en lui

et mis son coeur à son service.

C'est cet évangéliste qu'elle aimait,

qu'elle appelait seigneur après Dieu.

Si on lui demandait quelque chose en son nom,

elle n'éconduisait personne.

C'est lui qu'elle servait, c'est lui qu'elle aimait;

après Dieu, c'est en sa garde qu'elle a mis

son coeur et son âme tout entiers:

elle n'a pas agi comme une folle!

Si quelqu'un lui avait fait quelque chose

qui l'avait mise en colère,

pour l'amour de saint Jean l'Evangéliste,

vrai maître pour elle, vrai serviteur de Dieu,

elle lui pardonnait entièrement:

il n'en était plus question ensuite.

J'ajoute que, s'il lui arrivait

de devoir aller se coucher

sans avoir assez prié Dieu,

sans lui avoir assez rendu grâce,

elle priait tant dans son lit

qu'elle y avait un grand plaisir.

Je vous dis aussi brièvement ceci:

les jeux, les fêtes, les danses,

tout ce qui plaît aux enfants,

elle les délaissait, sachez-le vraiment,

comme si elle n'en avait eu que faire,

car elle faisait peu de cas de tout cela

au regard de l'ami qu'on doit aimer,

et dans l'amour duquel il n'y a rien d'amer.

C'est ainsi qu'elle vivait dans sa jeunesse.

Elle connut bien des souffrances

avant son mariage,

car son éducation fut confiée

aux plus grands seigneurs de l'Empire.

C'étaient les pires de tous ceux

qui étaient dans la maison de son père,

des gens durs et désagréables

avec elle plus qu'ils ne le devaient.

Par envie ils la faisaient souffrir,

tant ils étaient venimeux.

"En voilà une qui décrochera le gros lot!",

disaient-ils méchamment,

tant ils la détestaient

à cause de sa vie vertueuse:

l'hypocrite envieux qui voit

des gens vertueux mener une vie vertueuse

a toujours envie de leur faire du mal.

Avant son mariage,

et avant qu'elle fût informée du projet

autrement que par la rumeur,

ceux qui connaissaient les intentions

de son futur mari ne cessaient de l'en blâmer

et de lui reprocher

de vouloir la prendre pour femme.

S'ils avaient pu le lui défendre,

ils le lui auraient défendu

et l'auraient empêché d'y songer plus longtemps.

Ses conseillers lui disaient:

"Nous avons de quoi de nous étonner

que vous vouliez vous faire béguin.

Vous n'y tenez plus:

c'est la folie qui vous inspire!"

Pour finir, ils l'auraient volontiers enlevée

et conduite dans quelque retraite,

quand ils virent qu'il était désormais impossible

que le mariage ne se fît pas,

et ils auraient manoeuvré de façon

à ce qu'elle perdît son douaire

et retournât chez son père,

d'où elle était venue.

Mais Dieu l'en a bien protégé,

car celui dont Dieu prend soin,

nul ne peut lui faire de mal.

Voilà, dit-elle: vous avez entendu

le récit de toute son enfance, n'en doutez pas."

- Chère amie, combien de temps,

à votre connaissance,

l'avez-vous fréquentée?

Dites-le nous, si vous le savez",

lui demandèrent ceux qui menaient l'enquête.

- Seigneur, dit-elle, je ne sais pas.

Je vous dis en vérité, non par conjecture,

que quand j'ai été placée près de ma maîtresse,

j'avais quatre ans et elle cinq.

Je suis restée près d'elle

jusqu'à ce qu'elle revête la robe grise

(c'est tout ce que je peux vous dire, pas plus),

c'est-à-dire l'habit religieux,

puisqu'elle a voulu se laisser prendre à cet amour."

Pieds poussiéreux, pensée frivole,

et s'exprimer par des clins d'oeil

sont trois choses, certainement,

dont je n'attends rien de bon,

pas plus que tout homme de bien.

Car par ces trois choses on peut,

si on a du bon sens, connaître le reste.

Reprendre celui qui est ainsi,

lui enseigner à faire le bien:

autant battre la Seine!

Tout ce qu'on lui explique est perdu:

prêchez-lui le bien, il fera le contraire,

car il croirait s'être fait avoir

en apprenant à faire le bien.

Rien n'y vaut: c'est le coeur qui apprend,

c'est le coeur qui enseigne et qui corrige;

tout passe par le coeur: qui a un coeur vertueux,

il le montre à l'extérieur par ses oeuvres.

Le coeur mauvais fait le mauvais homme;

la femme de bien, l'homme de bien,

c'est le coeur vertueux qui les fait, n'en doutez pas.

Cette femme qui était l'amie de Dieu

et qui a voulu se donner à Lui

n'a guère eu besoin de sermons:

elle fut sa servante, elle l'a bien servi,

elle l'a mérité en le servant bien.

Le bon serviteur qui sert de tout son coeur,

en servant bien, mérite l'amour

de son maître par son bon service.

Celui qui ne veut pas s'asservir,

je lui conseille de mériter l'amour de Dieu,

quel qu'il soit, serf ou serve.

Car qui le servira de tout son coeur,

sachez bien qu'il méritera

de voir son âme libérée:

fuite ou dérobade ne servent ici de rien.

Sainte Ysabeau a l'âge convenable

pour recevoir l'ordre de mariage.

On lui donne un mari; mais elle en a déjà un,

car celui qui l'a épousée

l'a fait sans avoir à craindre chevaliers,

sénéchaux ni conseillers:

c'est le roi qui gouverne tout,

Jésus-Christ, qui guide les siens.

La seconde partie dit à présent

que l'enfance est finie dès lors

que la femme perd le nom de jeune fille.

D'elle, qui vient tout juste de devenir une dame,

je veux vous parler:

écoutez ce qui la concerne.

Les hommes de bien mirent tous leurs soins

à connaître la pure vérité

touchant sa sainte vie.

Ils s'enquérirent autant qu'ils purent.

Ysentrude, qui était une veuve

pieuse et vertueuse,

vécut dans son intimité et jouit de sa confiance

pendant cinq ans, je crois,

du vivant du landgrave Louis.

Et après la mort de Louis

cette veuve y resta

plus d'un an encore,

jusqu'à son entrée en religion.

Les enquêteurs demandèrent à Ysentrude

de dire la vérité:

elle dut le jurer.

Ysentrude prêta serment,

puis dit clairement

la vérité, selon son pouvoir:

"Humble, pleine d'humilité:

telle est sainte Ysabeau, fait-elle.

Elle ne voulait jamais quitter la chapelle,

elle ne cherchait qu'à prier

et à rester en oraison.

Ses chambrières se plaignent beaucoup

de ce qu'elle ne veut jamais, leur semble-t-il,

revenir de l'église;

au contraire elle les quitte discrètement

et va prier Dieu en secret:

on ne verra plus jamais sa semblable.

Alors qu'elle était au faîte de son pouvoir

et qu'elle était le plus entourée et aimée,

pour ne pas oublier Dieu,

elle avait près d'elle un mendiant

dont la tête n'était pas en bonne santé:

elle était si atteinte

par une maladie cruelle

dont il vaut mieux que je taise le nom

(vous pouvez la reconnaître sans que je la nomme),

que nul n'aurait osé y porter la main.

Elle le nettoyait, le débarbouillait,

le lavait, lui coupait les cheveux:

elle s'occupait de lui plus que je ne pourrais,

que je n'oserais vous dire.

Elle l'emmenait dans son verger

pour qu'il ne vît personne

et que personne ne la vît.

Et si quelqu'une la reprenait

et qu'elle ne savait que dire,

elle souriait gentiment.

Elle avait auprès d'elle un homme de bien,

nommé par chacun maître Conrad

de Marburg, qui la soumit à un voeu

avec l'autorisation

de son mari. Sachez donc

en quoi consistait ce voeu;

que celui qui voudra le savoir le sache:

à l'abbaye d'Eisenach,

consacrée à sainte Catherine,

elle fit le voeu, sans restriction,

d'entrer - nous le trouvons dans le livre -

si elle survivait à son mari.

Puis il la fit renoncer

à toute nourriture

dont elle pensait ou devinait

qu'elle était le produit de rapines.

Elle s'en garda si bien

que jamais elle ne viola cette règle;

car quand la nourriture

avait une origine qu'elle soupçonnait,

et qu'elle était assise à côté de son mari,

vous auriez dit à la voir

qu'elle mangeait - je ne mens pas -

plus que personne d'autre à la table:

elle rompait de temps en temps du pain,

subterfuge pour se dispenser de manger.

Ce secret,

trois de ses suivantes le connaissaient, pas plus;

elles vont dire ouvertement à son mari

qu'il trahit et perd son âme,

qu'il la prive à tout jamais de l'absolution,

en mangeant de la nourriture volée.

Il leur répond: "Cela me fait beaucoup souffrir,

mais je ne sais comment y mettre un terme;

je m'en garderais, sachez-le,

si je ne craignais le qu'en dira-t-on:

si j'agis sur ce point comme je le dois,

mes gens me montreront du doigt.

Mais, je vous le dis de façon certaine,

s'il m'est donné de vivre longtemps,

je me propose par dessus tout

de me corriger sur ce point."

Quand la nourriture provenait

d'une rente légitime, elle la prenait,

que ce fût de ses biens ou de son douaire légal;

elle ne se souciait pas d'en accepter d'autre.

C'est celle-là qu'elle mangeait, de celle-là qu'elle usait:

si elle faisait défaut, elle prenait patience,

et toute sa maison avec elle:

voilà comment était réglée sa vie.

Pourtant elle faisait dire à de nombreux seigneurs

et leur demandait en grâce

de lui donner de leurs propres ressources

si on ne trouvait rien à vendre,

car la cour manquait de ressources

fournies par des revenus légitimes,

et elle avait bien compris

l'interdiction formulée par son maître.

Très souvent elle et les siens

auraient bien volontiers mangé

du pain, s'ils en avaient eu

qu'ils pussent manger sans inquiétude.

A table, en secret,

elle avait souvent faim et soif.

Bien des langues allèrent leur train

et formulèrent contre elle des reproches

qui n'avaient rien d'aimable;

et ce n'étaient pas des étrangers,

mais des gens de la cour

qui disaient que jamais une femme comme elle

n'avait eu un mari de si haut rang.

Chacun le disait et nul ne le cachait.

Jamais il ne lui pesa

de se relever chaque nuit

pour aller prier à l'église,

et elle voulait y rester plus longtemps

que nul n'oserait l'imaginer:

rien que le dire semblerait fou.

Bien souvent son mari lui disait:

"Madame, pourriez-vous entendre raison?

Je crains que vous vous fassiez du mal

par manque de repos.

A endurer sans cesse

on ne peut durer longtemps, je vous le dis."

Elle demandait instamment

à toutes ses suivantes ensemble

de l'éveiller tous les matins;

elle ne leur tenait aucun autre langage.

Elle se faisait tirer par le pied,

car elle craignait beaucoup d'irriter

son mari et de l'éveiller.

Et quelquefois il faisait semblant de dormir

alors qu'il était éveillé

pendant qu'on réveillait la dame."

Ysentrude poursuivit: "Quand je voulais

l'éveiller et que je m'approchais

de son lit pour la prendre par le pied,

si en voulant toucher le pied

de ma dame j'éveillais

mon seigneur, car c'est son pied que je tenais,

il retirait son pied

et supportait cela avec bienveillance.

Elle dormait souvent avec grand plaisir

sur un tapis au pied de son lit

à cause de l'abondance de ses prières

qui plaisaient à Dieu.

Quand on lui reprochait de dormir

au pied de son lit de cette façon,

elle répondait avec sagesse:

"Je veux que la chair pâtisse

de n'être pas capable

de ce que l'âme doit faire."

Quand elle laissait son mari endormi,

elle se faisait battre en secret

dans une chambre par ses servantes

jusqu'à ce qu'elles soient fatiguées de frapper.

Quand cela avait duré bien longtemps,

elle allait se coucher plus joyeuse.

Tous les jours pendant le Carême

elles la battaient, je vous le répète,

et une fois par semaine,

le vendredi, pendant les jours gras.

Elle s'imposait ainsi ces souffrances,

mais se montrait en public pleine de gaîté.

Quand son mari n'était pas là,

alors ce n'était pas une plaisanterie:

elle mettait un tel zèle

à jeûner, à veiller,

à prier, à mortifier son corps,

qu'il était étonnant qu'elle survécût.

Elle vivait ainsi nuit et jour

comme si elle n'avait pas de mari.

Elle était simple et bonne.

Elle ne revêtait ni belle robe ni belle guimpe,

mais ce qu'elle avait de plus sale,

pour manger dans la grande salle.

Elle portait la haire

à même la peau sous sa chemise,

tandis qu'au dehors

elle était richement vêtue.

C'est alors qu'on aurait pu dire, je crois:

"Tout ce qui brille n'est pas or."

Elle s'habillait et se parait ainsi

quand elle savait

que son mari devait venir,

et nullement par égard

pour sa propre personne, sachez-le bien;

au contraire, vous pouvez bien remarquer

qu'elle faisait cela pour son mari,

parce qu'elle lui plaisait mieux ainsi.

A ses voisines qui vivaient dans le siècle,

par ses jeûnes et ses mortifications

elle enseignait à fuir le monde

qui ne suit pas une bonne règle de vie

et que chacun devrait haïr

s'il ne voulait trahir son âme.

Elle leur interdisait la danse

et tous les jeux dont elle voyait

qu'ils pouvaient irriter l'âme.

Elle aurait bien aimé les inciter

à mener une vie honnête

en leur donnant le bon exemple.

Quand les bourgeoises du château,

revêtues de leur manteau,

allaient à la messe pour leurs relevailles,

chacune y allait comme une comtesse,

dans une toilette somptueuse.

C'est ainsi qu'elles allaient à l'église.

Mais elle y allait autrement,

car elle y allait pauvrement

vêtue et toute déchaussée.

Dans la boue du chemin

elle descendait du château,

sans demander voiture ni cheval.

Elle avait son enfant dans ses bras

et tenait sa chandelle allumée.

Elle mettrait le tout sur l'autel

avec un agneau, exactement comme

Notre Dame l'avait fait au temple:

C'est sur elle qu'elle prenait exemple.

En l'honneur de Dieu et de Notre Dame

elle donnait à une pauvre femme

la robe qu'elle avait revêtue,

une fois revenue de la messe.

La dame restait en prières

aussi longtemps que duraient les Rogations:

parmi les femmes de la ville

(ce n'est pas une plaisanterie)

elle se cachait pour y aller.

C'est alors qu'elle avait son plaisir!

Quand elle pouvait se livrer à cette occupation,

cela ne pouvait jamais lui déplaire.

Elle faisait filer pour faire de la toile;

il n'est pas juste que je vous cache

ce qu'elle en faisait quand elle était tissée:

elle en vêtait les Frères Mineurs

et tous les autres à qui la porte

de Pauvreté n'était que trop ouverte.

Elle se plaisait à faire le bien sous toutes ses formes.

Elle faisait ensevelir les morts.

Si elle entendait un pauvre se désoler

en disant: "Je ne puis payer,

hélas! je ne sais que faire",

elle payait ses dettes pour lui.

Il lui déplaisait,

quand on ensevelissait un riche,

qu'il emportât une chemise neuve

On lui en mettait une vieille sur le dos

et on donnait la neuve pour l'amour de Dieu:

les choses étaient organisées ainsi.

J'ajoute, seigneurs,

qu'elle allait visiter les malades

où que ce fût, loin ou près,

et s'asseoir à côté de leur lit.

La maison n'était jamais trop sale:

il y avait en elle tant de compassion

qu'elle ne redoutait aucune saleté,

car tout son souci était de les aider.

Elle était pour eux un médecin et une mère,

non pas un médecin à la médecine amère

qui prend l'argent et s'en va,

quoi qu'il advienne du malade;

au contraire, elle se mettait à la tâche

de tout son coeur.

Le corps souffrait des assauts? Alors

l'âme en attendait sa récompense.

Maître Conrad voulait aller par le pays

pour prêcher

et montrer de bons exemples;

il envoya donc chercher cette dame.

Elle, qui attendait une dame,

se refusait à y aller,

car c'était une grande marquise

et elle n'aurait voulu à aucun prix

qu'elle ne la trouvât pas à la maison:

cela aurait fait sottement jaser.

C'est pourquoi cela l'ennuyait d'y aller.

Il lui fit dire à nouveau

de venir, au nom de l'obéissance,

sans se laisser retenir par rien.

Quand il parla d'obéissance,

la dame y alla

sans sa suite:

elle y serait allée même au prix de sa honte.

Elle lui demanda pardon de sa faute

et de l'irritation qu'elle lui avait causée.

Ses suivantes furent battues,

vêtues seulement de leur chemise,

pour avoir tardé

après avoir entendu son message.

Il y eut, il y a longtemps, une période

de grande famine.

Le landgrave, qui était un homme de bien

soucieux de l'amour de Dieu,

envoya, en parfait homme de bien,

tout le produit de ses fermes particulières

à Crémone,

sans y avoir été invité par personne,

pour qu'il fût partagé entre les pauvres gens.

C'était un don magnifique,

car un pauvre qui vivait là

pouvait subsister chaque jour de ses aumônes.

Elle résidait alors à la Wartburg,

un château hors de la ville.

Il y a là une maison

qui était en cette saison d'été

remplie de malades:

un véritable enfer.

Ils ne pouvaient pas

être là aux moment où pour les pauvres

on faisait une distribution générale d'aumônes.

Mais il n'y avait pas un, pas une

qu'elle ne visitât en particulier:

ceux-là n'avaient ni faim ni soif.

Sainte Ysabeau les prêchait,

elle leur disait de douces et belles paroles

sur la patience et le salut,

très profitables à leurs âmes.

Une grande puanteur se dégageait souvent

de leurs vêtements à cause de leur sueur,

au point que celles qui l'accompagnaient

ne pouvaient la supporter.

Mais elle la supportait si bien

qu'elle n'en aurait jamais été incommodée.

Au contraire elle les couchait, les levait

- rien ne l'incommodait -

et elle leur nettoyait le nez et la bouche:

nul reproche ne l'en aurait détournée.

Elle fit venir là

de petits enfants pauvres et nus,

qu'elle fit venir elle-même.

Qui l'aurait vue les cajoler,

les lever, les coucher, les baigner, les nourrir,

l'aurait tenue pour une bonne nourrice.

Elle n'était pour eux ni dure ni amère:

les enfants l'appelaient leur mère.

C'est eux qu'elle fréquentait,

c'est eux qu'elle serrait sur son sein.

A cette époque,

elle avait à s'occuper

de trois sortes de malades

qu'elle devait tous abriter pour l'hiver

(et le plus sain d'entre eux

ne tenait pas sur ses pieds):

ceux qui étaient en mauvais état, ceux dont l'état était pire

et ceux dont il était pire encore: quel martyre!

Pour les deux premières catégories, je vous ai dit

ce qu'elle en faisait, comment elle les soulageait;

je vais vous parler à présent des autres.

Ceux-ci, elle voulait les avoir près d'elle,

devant le château, près de la porte,

là où elle-même leur portait

les restes de sa table.

Elle mettait de côté pour eux maint

bon morceau qu'elle aurait bien mangé.

Voilà ce qu'elle faisait, et sa suite aussi.

Un jour à table il leur resta

un pot même pas à moitié rempli

de vin: on le leur porta à boire.

Il en restait si peu que je n'ose même pas le dire.

Mais Dieu, à qui rien n'est caché,

à qui tous les secrets sont révélés,

à qui nul coeur n'est dissimulé,

y mit ouvertement la main,

si bien que chacun but tant qu'il put

et qu'il restait dans le pot,

quand chacun eut bient bu,

autant que ce qu'il y avait au début.

Je dis en vérité, et non par conjecture,

qu'elle moissona de cette manière

une moisson de la semence divine

au point d'en faire ample moisson.

Tous ceux qui pouvaient se lever

sans trop souffrir,

la bonne dame de Thuringe

les vêtit et leur donna du linge.

Elle donna à chacun une faucille

pour moissoner les blés:

un pauvre qui ne va pas moissoner

ne pourrait s'avilir d'avantage

s'il est capable de moissoner,

car il n'est personne qui trouvant oisif

alors un clerc, un laïc, un écuyer,

ne doive le conspuer.

Avant la mort de son mari,

alors qu'elle était maîtresse de la Thuringe,

que de choses étonnantes on racontait sur elle!

Vous l'auriez vue alors pleine de gaîté,

toute disposée aux réjouissances

quand elle était dans l'intimité,

hors de la compagnie d'étrangers.

Elle ne demandait pas le plus beau

manteau qui fût dans sa chambre,

à ce que raconte l'histoire,

mais le plus humble et le plus sale.

C'est ainsi qu'elle circulait à travers la salle,

et elle disait haut et fort:

"Quand je serai dans la misère,

je serai dans cette tenue, c'est certain."

Plus tard elle fut dans la misère,

et elle prophétisait bien, je crois,

la pauvreté où elle tomba depuis,

comme vous l'entendrez plus loin

si vous suivez ce récit.

Tous les Jeudis Saints, de fondation,

ne croyez pas que je vous mente,

elle organisait une grande réunion

où étaient convoqués tous les pauvres

qu'elle connaissait autour d'elle.

A tous elle lavait les pieds

et les leur baisait après les avoir essuyés:

cela ne lui pesait nullement.

Elle faisait ensuite venir des lépreux:

il aurait fallu alors la voir s'en occuper,

leur laver les pieds, leur baiser les mains!

Et tout cela n'était encore rien:

elle voulait s'asseoir près d'eux,

elle voulait les voir de près.

Elle les prêchait alors en ces termes:

"Vous devez, chers seigneurs,

souffrir votre martyre en faisant bon visage.

Vous ne devez en avoir ni souffrance ni colère,

car je crois fermement pour ma part

que si vous prenez en patience

l'enfer qui est le vôtre en ce monde

et si vous savez en remercier Dieu,

vous serez quittes de l'autre enfer:

sachez-le, c'est une grande grâce."

La dame les prêchait ainsi,

puis ensuite elle leur donnait

à boire, à manger et des vêtements:

elle ne se moquait pas d'eux!

Même si j'étais bon copiste,

je serais fatigué d'écrire

avant d'avoir dit la moitié

de l'amour et de l'attachement

qu'elle montrait à Dieu jour et nuit.

Mais j'ai peur que cela vous pèse.

Cette dame a donc ainsi vécu

et fait de sa vie un écu

pour protéger et couvrir son âme

et pour lui ouvrir le saint Paradis

après sa mort.

Vous n'en verrez plus beaucoup comme elle,

qui fassent autant pour leur âme.

Cette dame vertueuse mena cette vie

tant que son mari vécut.

Vous allez entendre maintenant la troisième partie

qui parle de son veuvage,

pendant lequel elle souffrit beaucoup.

Ces deux femmes qui avaient prêté serment

et connaissaient la vie de la dame

donnèrent des témoignages si concordants

que les propos de l'une semblaient être ceux de l'autre,

ce dont les enquêteurs

se réjouirent beaucoup.

Toutes deux avaient vu

et connu la vie vertueuse

qu'avait menée cette dame

si remplie de sagesse.

C'est un bon ouvrier, celui qui ne se lasse pas:

un tel ouvrier dépasse tous les autres.

Qui pourrait trouver un tel ouvrier

aurait en lui une aide bien efficace;

et il fait bon mettre au travail

un bon ouvrier qui sans se lasser travaille.

Cet ouvrier, je veux vous le faire connaître,

pour lui je veux ouvrir la bouche.

Le coeur vertueux qui craint Dieu et qui l'aime,

la bouche qui l'invoque

et le corps qui accomplit ses oeuvres

en parole et en action:

ces trois choses réunies,

voilà l'ouvrier, à ce qu'il me semble;

voilà celui qui sert Dieu et qui l'aime,

voilà le travail qu'il produit.

Cette dame qui oeuvra de la sorte

fut un bon ouvrier plein de zèle,

car sans se lasser elle servit

le Roi de gloire, comme en témoigne l'histoire.

La mort, passage où doit passer chacun,

sage ou fou, (elle l'y contraint),

y a fait passer le landgrave.

La dame reste veuve.

Dame? Non, mais pauvre femme,

car ils craignirent peu pour le salut de leur âme,

les chevaliers de par là-bas.

Ils la chassent du château et de la tour,

ils la dépouillent de son douaire;

ils ne lui laissent nulle retraite

où elle puisse dormir

et prendre ses repas.

Le frère de son mari vivait,

un jeune homme, qui voyait

l'outrage qu'on faisait à sa belle-soeur:

jamais il ne lui en fit réparation.

A présent elle a tout ce qu'elle a demandé,

à présent elle a ce qu'elle a désiré,

à présent elle a ce qu'elle voulait,

puisqu'elle est tombée dans la pauvreté:

c'est ce dont elle faisait le plus de cas,

c'est ce qu'elle avait le plus demandé à Dieu.

C'est l'occasion pour Rutebeuf de dire:

Qui désire un boeuf obtient un boeuf.

La dame est sortie du château,

elle est venue à la ville

chez un tavernier du bourg.

L'hôtesse court à sa rencontre

et lui dit: "Madame, soyez la bienvenue!"

Le tavernier bien élevé

lui dit: "Madame, venez vous asseoir:

il y a longtemps que je n'ai pu vous voir.

- J'ai bien besoin à présent qu'on me voie:

on m'a pris tout ce que j'avais,

dit la dame vertueuse en pleurant,

j'adore et je remercie Dieu de cela."

C'est ainsi que la dame coucha dans cette maison,

dans des conditions que ne connut jamais aucune dame

mais qui ne lui pèsent guère:

à minuit elle se lève

et va entendre les matines

chez les Cordeliers - ses voisines

n'y allaient pas à cette heure-là!

Elle remercie Dieu et l'adore

pour cette tribulation,

et dans sa grande dévotion

elle prie tous les Frères Mineurs

de rendre grâce à Dieu pour les honneurs

qu'il lui avait donnés

et de ce qu'il les lui a enlevés.

Il l'a déchargée d'une grande charge

car, celui qui s'est chargé de richesse,

son âme est chargée d'une charge

dont il se décharge de bien mauvais gré

tant la chair y trouve de plaisir.

Une telle charge rend avare l'homme généreux.

Celui qui est déchargé d'une telle charge,

le Malin ne ligote pas sa chair

pour charger son âme.

Pour elle, elle ne voulut pas se charger

d'une telle charge, mais elle s'en déchargea;

elle a mis à terre toute la charge.

Que la reprenne maintenant qui la veut:

Qui est chargé ne peut voler bien haut.

Le lendemain, sachez en vérité

que nul n'osa la recevoir

chez lui pour la loger;

elle mena donc chez un de ses bergers

ses enfants et ses suivantes.

Voilà de froides nouvelles:

il faisait si froid que là-dedans

leurs dents claquaient comme des marteaux.

Le froid les pressait

et la maison leur était étroite.

L'homme et sa femme

en étaient sortis pour faire place à la dame.

Celle-ci dit: "Si je voyais

notre hôte, je lui rendrais grâce

de nous avoir hébergés.

Mais la maison n'est pas bien grande."

Le lendemain elle est revenue

à la maison d'où elle était partie,

mais aucun vassal de son mari

ne lui est fidèle ni ne l'honore.

Chacun se conduit aussi mal que possible envers elle

sans qu'elle lui ait rien fait de mal.

Chez des parents du côté paternel

- un oncle ou un frère, je ne sais -

elle envoya ses enfants pour qu'ils y fussent élevés.

Elle resta seule, à prier Dieu.

Une fois elle allait à l'église

pour écouter le service divin,

et elle passait par une rue étroite.

Venant à sa rencontre, lui est tombée dessus

une petite vieille

à qui elle avait souvent fait l'aumône.

La rue était très boueuse

et très malcommode;

des pierres y faisaient comme un gué.

La petite vieille, qui manquait de sagesse,

renversa la dame

dans cette horrible boue.

La dame se releva,

se dévêtit et se lava;

elle rit beaucoup de cette aventure,

de la petite vieille et de la fange.

[Elle mangeait peu et buvait peu,

car elle souffrait de la maladie

qui la tenait depuis longtemps.

Se levant, elle vit

près d'elle une grande fenêtre.

Désireuse de prier,

elle mit la tête à la fenêtre

pour remercier le Roi du ciel.

Quand elle ferme les yeux, elle pleure longuement,

s'attardant longuement dans ses larmes,

et quand elle ouvre les yeux vers le ciel,

elle cesse de pleurer et retrouve la joie;

elle continue de la sorte

jusqu'à l'heure de complies:

pleine de tristesse les yeux clos,

retrouvant la joie en les ouvrant.

Elle dit alors: "Ah! Roi de gloire,

puisque tu daignes te souvenir de moi,

je veux être avec toi sans te quitter,

et toi veuille de ton côté

me faire participer, Seigneur, à ton royaume

et à ton amour qui règne partout."

Ysentrude, qui lui était une amie plus chère

qu'aucune autre de ses compagnes,

lui dit: "Madame, à qui avez-vous dit

les paroles que j'entends?"

Et sainte Ysabeau lui répond

et lui explique ses paroles.

Elle lui découvrit son secret

et dit: "J'ai vu le ciel ouvert,

j'ai vu Dieu se pencher vers moi,

lui qui ne veut tromper personne.

Il est venu me réconforter

dans le tourment et l'angoisse

qui m'ont tenue si fort jusqu'à maintenant.

Au moment précis

où je voyais le ciel, j'étais dans la joie;

quand je tournais les yeux d'un autre côté,

je ne pouvais m'empêcher de pleurer

et la grande joie me quittait."

Vers cette époque il arriva

à cette dame de noble naissance

qu'une de ses tantes, abesse

dans cette région, désira vivement

qu'un de ses frères (la dame était sa nièce)

la gardât chez lui quelque temps,

avec les honneurs convenables à son rang,

jusqu'à ce qu'elle trouvât un autre mari.

Il était évêque d'un diocèse

du côté de la Hongrie.

Celles qui étaient avec elle

et avaient fait voeu de chasteté

eurent grand peur qu'elle y allât

et qu'on la mariât.

Mais la dame les réconforta

et leur dit: "J'aimerais mieux être morte

que de manquer à ma parole envers Dieu

dont j'ai accepté

d'être l'épouse.

Tous ces propos ne sont que du vent,

ils ne doivent pas vous décontenancer:

on peut bien dire tout ce qu'on veut.

Sachez-le, si mon oncle m'oblige

à prendre un mari de force,

je m'enfuirai quelque part

ou je me traiterai si bien

que je me couperai le nez:

plus de mariage alors,

car aucun homme ne se souciera d'épouser

une créature ainsi défigurée."

Son oncle la fit mener

dans un château, jusqu'au moment

où il pourrait la donner à quelque homme de bien;

et pour tout dire, vous savez,

elle manifesta son amour de Dieu

sans fausseté ni duplicité.

Pendant qu'elle était dans ce tourment

à se lamenter si fort,

un messager se présenta à la porte,

apportant la nouvelle

qu'il lui fallait rentrer d'urgence dans son pays

pour l'enterrement des ossements de son mari

que l'on apportait d'outre-mer.

Celle qui était capable pour lui d'un tel amour

rendit grâce à Dieu le Père

et à sa douce mère

de l'avoir ainsi guidée.

Elle s'est préparée pour le voyage

et est venue là où l'attendent les vavasseurs

qui font enterrer les ossements

dans le cloître d'une abbaye.

Que Dieu ait à présent l'âme en sa garde!

Voilà le landgrave enterré.

Ils commencent à demander à la dame

de venir en Thuringe:

ils règleront la question

de son douaire

selon la justice.

L'évêque dit: "Elle ira,

si chacun me garantit

que vous lui rendrez son douaire

dès que vous arriverez en Thuringe."

Mais elle fit peu de cas de douaire et de donation:

elle revint bien vite

là d'où elle était partie.

Mais elle y est peu restée:

maître Conrad, son maître,

l'obligea à en partir.

La ville et le château

faisaient, sans mentir, partie de son douaire;

mais elle ne put y rester,

car elle y était contre le gré

de ceux qui auraient dû l'aider

et qui, en usant de la force, lui faisaient du tort.

Elle partit, car elle y fut contrainte.

Elle gagna un village

et entra dans une maison

qui n'était guère appropriée:

les murs étaient crevés

et il n'y avait plus de toit.

Bien fou qui tire orgueil d'un tel endroit!

Il aurait beaucoup plu dedans si les feuilles

des arbres n'avaient protégé de la pluie:

s'il pleut, elle se mouille; s'il fait chaud, elle s'éponge.

Du pain, elle en mange volontiers,

moins pourtant qu'elle en aurait eu besoin.

Elle ne se souciait pas du reste.

Elle était là comme dans un ermitage

et ses gens comme des ermites:

il n'est pas juste que Dieu les repousse.

La chaleur, le vent, la fumée

étaient là chez eux,

leur faisaient souvent mal aux yeux

et les faisaient beaucoup souffrir.

Pourtant elle tendait les mains

vers Dieu et lui rendait grâce.

De là elle alla à Marburg.

Une maison aux murs

de torchis et de mauvais bois,

si vieille qu'elle ne valait plus rien,

voilà ce qu'elle eut là-bas. Elle y resta longtemps,

elle y servit Dieu et l'y adora.

Ses amis donnèrent à cette dame vertueuse

deux mille marcs provenant de son douaire,

et s'en tinrent là.

Mais elle ne garda pas un marc ni même la moitié d'un:

elle distribua tout au pauvres.

L'argent partit ainsi.

Il lui restait encore

des vêtements, de la vaisselle d'argent et d'or,

des étoffes de soie brochées d'or:

l'orgueil fut terrassé,

car elle ne voulut rien garder.

Elle s'en remit à Dieu.

Au nom du Père du ciel

elle fonda en ce lieu un hospice.

Là elle logeait avec des égards

bien des pauvres de Notre Seigneur;

elle leur donnait à boire, à manger,

elle leur abandonnait tous ses biens.

A cause de cela ses amis la blâmèrent,

l'injurièrent, cessèrent de l'aimer,

la traitèrent de folle,

parce qu'elle prenait soin des pauvres.

Quand elle entendait ce genre de choses,

rien ne pouvait la réjouir davantage.

Dans la peine et les tribulations,

c'est, après Dieu, le pape Grégoire

qui, dit l'histoire, la réconforta:

il la saluait par lettres

et lui envoyait beaucoup d'écrits

riches d'enseignements,

qui l'aidaient à vivre chastement,

d'exemples de saints et de saintes

et de douces paroles en abondance.

Il lui promettait

avec tout cela un bien très doux:

la joie du Paradis

que les saints conquirent jadis.

Si elle avait voulu s'enrichir,

avoir une grande seigneurie et de grands biens,

elle l'aurait pu plus qu'auparavant:

tout cela, elle n'en fait pas plus cas que d'un souffle de vent.

Maître Conrad lui prêche bien

que les choses temporelles ne fructifient pas:

elles sont vite passées du soir au matin,

les richesses qu'on a dans les mains;

elles s'en vont comme elles sont venues,

on ne sait ce qu'elles deviennent.

Son coeur était si plein de l'amour de Dieu

qu'elle rejeta toutes ces choses.

Elle se souvint si bien des paroles de son maître

qu'il lui fallut

oublier enfants et richesses,

pouvoir et mariage.

Elle dit alors à ses chambrières:

"Dieu a entendu mes prières.

Le pouvoir que j'ai eu,

je n'en fais pas plus cas que d'un brin de ciguë.

Je n'aime guère plus mes enfants

que les enfants de mes voisins.

A Dieu je les donne, à Dieu je les laisse:

qu'il les traite à son plaisir désormais!

Je n'aime que Dieu seul,

mon créateur, mon sauveur."

Maître Conrad la soumettait à de nombreuses tentations.

Pour l'affliger davantage

il enlevait d'auprès d'elle

les gens qui lui plaisaient le plus.

Il le faisait pour l'affliger davantage

et la faire se lamenter.

Ysentrude dit: "Parce qu'elle m'aimait

plus que tous les autres,

il me chassa de la maison,

sans autre raison

que de lui faire de la peine et de la tourmenter,

et pour la faire encore plus servir Dieu

par cette tribulation:

c'était-là toute son intention.

Sa compagne, qui depuis son enfance

faisait pénitence avec elle,

il la lui ôta, si bien que son regret

de nous deux augmentait chaque jour.

A cause de nous deux elle pleurait très souvent,

parce qu'elle était privée de nous deux.

Que vous ferais-je un long discours?

Il mit autour d'elle de mauvaises, de méchantes gens

et lui ôta les gens de bien.

Elle eut pour hôtesses des vieilles si cruelles

qu'elles dénonçaient ses fautes;

bien souvent elles s'amusaient à lui faire du mal.

Il ne faut pas qu'elle pense à des bêtises:

elle la font battre et recevoir des soufflets

quand maître Conrad vient la voir.

Comme elle se souvient des soufflets

que Dieu reçut, elle les reçoit:

ainsi elle triomphe de la chair et la trompe.

Toujours elle s'acharna à faire le bien

de son enfance jusqu'à sa mort.

Aussi longtemps qu'elle vécut dans ce monde,

ni haine ni envie

ni aucun mal qu'on pût lui infliger

ne la firent renoncer à faire le bien."

Ainsi parlèrent Ysentrude et Gronde,

les deux meilleures dames du monde;

leurs propos concordent si bien

que ce que l'une dit, l'autre le confirme.

L'espérance d'obtenir le pardon

soit par la pénitence soit par des dons

fait endurer bien des souffrances.

Les endurer est un grand plaisir,

car bien facilement il endure,

celui qui évite ainsi une peine plus dure.

Cette dame, dont la vie dura peu,

endura une pénitence dure

pour avoir la vie qui éternellement dure

avec le Père du ciel.

Ici commence la quatrième partie

qui parle de la fin de sa vie,

et dit qu'elle avait une suivante

qui portait le même nom qu'elle.

Toutes deux s'appelaient Ysabeau.

C'était une femme de bien et d'excellent renom,

à ce que dit l'histoire.

Afin qu'on pût mieux la croire,

elle jura de dire la vérité

sur tout ce qu'elle pourrait savoir

touchant la vie de sa maîtresse.

C'est ce qu'elle jura sur son âme.

"Seigneurs, dit-elle, sachez-le bien:

ma maîtresse n'avait ni mauvais vices ni péchés

et toute sa personne

était pleine de vertus.

Vous avez entendu de quelle manière

elle faisait bon accueil aux pauvres.

Elle les servit encore mieux

après son entrée dans les Ordres

qu'elle ne l'avait fait avant.

Bien des fois

elle leur donnait, dit Ysabeau,

le mets qui leur plaisait le plus."

Elle dit encore qu'une dame noble

nommée Gertrude

vint voir cette dame sainte

dont on parlait beaucoup.

Un enfant nommé Bertold l'accompagnait.

Il avait grand soif de servir Dieu

et la pria très doucement

de prier Dieu avec ferveur

qu'il l'embrasât de sa flamme

afin qu'il pût sauver son âme.

Sainte Ysabeau invoqua Dieu,

qu'elle aimait de tout son coeur et parfaitement,

d'octroyer sa grâce à l'enfant.

Au bout de peu de temps

que la dame et lui priaient,

l'enfant s'écria à voix haute:

"Madame, cessez vos invocations,

car Dieu m'a libéré de prison,

enflammé de son amour

et tiré des mains du Malin!"

La même chose arrivait à tous ceux

qui venaient la trouver pour la même raison.

Ce que je raconte lui est arrivé

juste un an avant sa mort.

Le hasard fit

qu'une très belle créature.

nommée Heluys vint la voir.

Elle avait perdu tout désir

d'aimer Dieu parfaitement

et mis toutes ses pensées

à peigner ses belles tresses.

Elle n'était pas venue pour apprendre

comment on doit servir Dieu

pour mériter le saint Paradis:

elle venait voir une de ses soeurs,

malade dans l'hôpital de cette dame,

la réconforter, s'asseoir à son chevet.

Il n'est aucun homme,

décrivant ses beaux cheveux,

qui n'en serait devenu fou;

quiconque aurait été placé à côté d'elle

aurait dit que de l'or en coulait

tant ils étaient bouclés et blonds:

il n'en était pas de si beaux dans le monde entier.

Ces cheveux si blonds et si beaux,

sainte Elisabeth les fit couper;

l'autre pleure, hurle et crie

si bien qu'on l'entendait de partout.

Les gens qui virent cela

demandèrent à cette dame vertueuse

pourquoi elle l'avait tondue.

La dame leur a répondu:

"Seigneurs, leur dit elle brièvement,

ainsi elle n'ira pas danser.

Elle penserait être déshonorée

avec sa tête dégarnie."

Elle ordonne alors

qu'on fasse venir près d'elle cette jeune fille.

Elle vint. Elle lui demande alors

de lui expliquer

ce que ses cheveux lui ont gagné en ce monde,

puisque d'autre part l'âme en perd son salut.

"Madame, voici la vérité:

j'aurais été nonne blanche ou nonne noire

si mes cheveux

n'avaient rendu mon coeur si fou.

- J'aime donc mieux que tu soies tondue

et remise ainsi dans la bonne voie

plutôt que de voir mon fils empereur

(que saint Pierre me vienne en aide!)."

Ainsi elle l'attira, la retint

et l'accueillit avec elle dans son Ordre.

Le jour même

où Heluys entra dans l'Ordre,

elle donna cinquante marcs d'argent

et les distribua aux pauvres.

Mais le jour fut trop court pour donner cet argent:

il fallut continuer sous la lune.

Les plus valides des pauvres s'en vont.

Ceux qui avaient le plus besoin de réconfort

restèrent avec elle;

ceux-là n'eurent ni faim ni soif,

mais pour leur plus grand plaisir ils furent

bien nourris et eurent un bon lit,

furent bien traités;

leurs pieds tout crevassés

furent lavés et oints.

Je vous assure qu'ils furent si bien traités

qu'ils oublièrent leur détresse

et que chacun d'eux chantait de joie,

car un pauvre à qui l'on fait du bien

oublie tous ses maux.

Elle était allée se promener un jour

alors qu'elle séjournait dans son hôpital.

Assez loin de là elle trouva

une femme dans les douleurs de l'enfantement.

Cette dame vertueuse prépara la couche

et l'accoucha dans une grange.

Elle reçut l'enfant et en fut la sage-femme,

elle fut la première à le recevoir.

Elle le porta sur les fonts et le fit baptiser:

son nom si digne d'estime,

elle le donna à l'enfant et en fut la marraine.

Une marraine comme cela, il n'y en a plus dans le monde!

Chaque jour pendant tout un mois

elle sut bien le chemin pour aller là-bas:

elle la fournit bien pendant ses couches

de pain, de vin et de mets préparés.

Quand fut passé le temps

pendant lequel cette femme eut en abondance

tout ce qui convenait à quelqu'un comme elle,

le pain, le vin, la viande, le feu,

et le bain, [à la fin des couches] au moment opportun

si bien que toute misère avait disparu;

quand cette femme fut revenue de l'église [après ses relevailles]

et que la dame se fut dévêtue

bien vite de son manteau

et de ses propres chaussures

et, avec douze pièces de la monnaie de Cologne,

dont chacune vaut quatre livres tournois,

lui eut donné le tout: alors, cette femme partit

après avoir reçu tout cela.

Elle et son mari

s'enfuirent, à ce qu'il me semble.

Ils laissèrent l'enfant dans la maison,

tout le reste ils l'ont emporté.

Avant le début des matines,

ces deux femmes qui appartiennent tout entières à Dieu,

Ysabeau et sa maîtresse,

sont allées à l'église

entendre l'office. Arrivée là,

la dame se souvint de sa filleule:

elle envoie Ysabeau aux nouvelles.

Celle-ci s'y rendit. Que vous dirais-je?

Elle ne trouva que l'enfant endormie.

La voilà en grand souci!

Elle est revenue auprès de sa maîtresse

et lui a raconté cette mésaventure.

"Va donc, dit la dame, chercher l'enfant,

puisqu'ils ont quitté le pays!"

Pour la faire élever la dame l'envoya

aussitôt chez la femme

d'un chevalier, qui était sa voisine

et de très noble naissance.

Elle envoya alors chercher le juge

qui rendait la justice selon les lois de la cité,

et ordonna qu'on fît rechercher les parents

là où il convenait de le faire.

On les demanda, on s'enquit d'eux,

on les chercha, mais sans les trouver.

Ysabeau dit: "Ma chère maîtresse,

on ne peut en aucune façon

les trouver. Priez Dieu le Père

qu'il rende l'enfant à sa mère."

Elle répond qu'elle ne l'oserait,

que maître Conrad le saurait,

mais que la volonté de Dieu se fasse.

Et l'on n'en parla plus.

Peu de temps après,

si le texte ne ment pas,

le mari et la femme revinrent:

ils se présentèrent à genoux devant elle

et avouèrent leurs péchés,

que le Malin leur avait inspirés.

Ils déclarèrent devant elle

qu'ils ne pouvaient continuer;

ils demandèrent à réparer le mal

qu'ils avaient commis sans raison.

Les gens du château dirent alors

que la femme serait privée des souliers et du manteau

et qu'ils seraient donnés ailleurs,

puisqu'elle était partie de façon infâme.

La dame leur dit: "Cela me convient.

Agissez sur ce point selon la justice."

Ils donnèrent à une jeune fille

le manteau qu'ils ôtèrent à cette femme;

cette jeune fille fit voeu d'entrer en religion

aussitôt, d'un coeur sincère.

De son côté, une veuve eut aux pieds

les souliers que cette femme avait chaussés.

Quant à elle, elle reprit son enfant

qu'elle avait méchamment abandonnée.

Elle quitta la ville et s'en alla:

à trop en vouloir, on perd tout.

Ermengarde, personne très religieuse

et très désireuse

de servir Dieu parfaitement,

prêta serment à son tour.

Elle avait revêtu le gris habit religieux

avant que la dame fût entrée en religion,

et elle dit bien que cette dame avait l'habitude

(telle était sa coutume)

de s'occuper seule des pauvres.

Leur gosier n'avalait rien

tant qu'elle ne les avait pas nourris elle-même:

elle ne les quittait que peu ou pas du tout.

Cette dame était si humble et simple

qu'elle vendait anneaux d'or, joyaux, guimpes,

et en recueillait l'argent

pour le donner aux pauvres gens.

Il y avait en elle peu d'orgueil:

un enfant qui n'avait qu'un oeil

et était teigneux, à ce que je me rappelle,

elle le porta une nuit six fois aux toilettes.

Elle avait si grand pitié de lui

qu'elle lavait son linge souillé

et lui parlait aussi doucement

que s'il avait pu tout comprendre.

Dès son entrée dans l'Ordre

elle prit cette habitude:

elle baignait les malades,

les portait hors de leur lit,

rapportait ceux qui étaient baignés

et les recouchait avec le sourire.

Elle fit découper une tenture

qui tapissait toute la maison

pour envelopper ceux qui sortaient du bain:

elle la fit découper uniquement pour cela.

Une lépreuse si couverte d'ulcères

qu'elle n'avait pas sa pareille jusqu'à Acre,

cette dame la couchait et la levait

sans que cela lui répugnât.

Elle lui lavait les pieds et les mains,

et les plaies qu'elle lui connaissait,

car elle était à l'hôpital:

jamais cela ne lui fit mal au coeur.

Ses compagnes ne pouvaient

la regarder et s'enfuyaient.

Elle allégea beaucoup sa maladie:

elle la faisait coucher au fond de la salle

pour qu'elle fût plus à l'aise

et pour apaiser la souffrance de ses plaies.

Très doucement elle s'approchait d'elle,

elle lui parlait très doucement.

Son père en entendit des nouvelles

qui ne lui firent pas plaisir:

on lui dit que sa fille était

si pauvre qu'elle était vêtue

d'une robe de laine écrue.

Cet homme de bien en eut une grande douleur

dont l'histoire parle en cet endroit.

Le roi envoya auprès d'elle un comte:

c'était un homme de bien et un bon chrétien

qui s'appelait le comte Pavien;

il lui dit: "Quand vous reviendrez,

vous ramènerez ma fille avec vous."

Le comte partit de Hongrie

avec une suite imposante

et chevaucha sans faiblir;

je ne sais combien de temps il mit

pour venir tout droit jusqu'à Marburg.

Il la trouva en un lieu

où il ne pensait pas la trouver,

et il put alors vérifier d'expérience

les propos sur sa pauvreté

qu'on avait révélée au roi,

car il la trouva au château

revêtue d'un vieux manteau

dont la doublure transparaissait à travers le drap;

le porter la fatiguait.

Il la trouva ainsi filant la laine,

et elle ne filait pas aussi lentement

que les autres, mais par grandes longueurs.

Quand il la vit en si pauvre appareil,

il en fut extrêmement étonné

et dit: "Je vois ici un grand sacandale!

Jamais je n'ai vu fille de roi

filer la laine ni porter une telle robe.

Celle-ci ne fait pas sa vaniteuse:

là où sa manche se déchire,

elle met une pièce d'une autre étoffe."

Il l'aurait volontiers emmenée

et aurait beaucoup mieux organisé sa vie,

et cela chez son père,

car elle menait une vie très pénible.

Il s'en alla, il ne l'emmena point,

et elle resta dans le même état qu'avant.

En hiver par les grands froids

elle couchait sur la paille dure:

elle mettait sur elle deux couvertures.

Si elle avait bien faim, bien soif,

elle se disait que cela ne lui faisait rien,

dès lors qu'elle avait chaud.

Elle ne pouvait souffrir

que ses servantes et ses suivantes

l'appelassent en aucun cas "Madame",

mais seulement "Isabelle" ou "ma soeur".

A table elle les faisait asseoir à côté d'elle,

elle les faisait lever d'une autre place

si elles voulaient s'asseoir ailleurs:

elle voulait les voir à côté d'elle.

Elle les faisait manger dans son écuelle:

si jadis elle était maîtresse, maintenant elle est servante.

Ermengarde, qui était très sage, lui dit:

"Vous voulez notre malheur

en nous faisant tirer de l'orgueil

d'être à côté de vous à table,

et c'est vous qui acquérez à la place

du mérite, pour votre bien."

La dame lui répondit:

"Vous n'avez jamais été assises dans mon giron,

mais à présent il faut vous y asseoir,

ainsi je pourrai vous voir de près."

Elle lavait les pots et les écuelles

quand elle savait qu'ils étaient sales

comme si elle avait été la servante de la maison:

elle se fatigue, elle s'épuise ainsi.

Elle donnait ses vêtements aux pauvres

si bien qu'il ne lui en restait pas beaucoup.

Pour se chauffer et pour faire cuire la marmite,

pour éviter le grand froid,

elle allait s'asseoir à la cuisine,

et sans laisser vagabonder son esprit, elle ne pensait à rien

sinon à regarder le ciel.

Alors elle craignait peu le froid et le gel.

Elle craignait beaucoup maître Conrad

pour l'amour de Dieu qu'elle aimait tant,

et elle disait ceci:

"Un homme mortel doit il être

si redouté? Non, mais seulement Dieu le Père,

dont l'amour n'est pas amer."

Elle était entrée dans une abbaye

où maître Conrad l'avait fait venir

pour décider

s'il l'y ferait cloîtrer.

Les nonnes prièrent alors

maître Conrad, les mains jointes,

de la faire entrer dans cette maison

afin que chacune pût la voir.

"Je veux bien, dit-il, qu'elle y aille."

Cependant il était bien certain

qu'elle n'y serait entrée pour rien au monde.

On l'a alors enfermée en ce lieu:

chacune d'elles l'a vue.

Et quand elle en fut repartie,

maître Conrad vint à sa rencontre

en lui rappelant:

"Vous avez mal employé votre voyage:

vous êtes excommuniée."

Il ne pouvait mieux lui rabattre le caquet.

Il les a fait battre par un frère

qui s'appelait frère Gautier.

Maître Conrad récita dans le psautier

le Miserere tout entier,

et pendant ce temps l'autre les battait.

Ermengarde, que maître Conrad faisait battre,

n'avait pourtant rien fait de mal.

Mais le maître retenait ceci:

quand on a le pied bien en main, on peut écorcher la bête.

La dame dit alors: "Ermengarde, ma soeur,

ne prenons pas les coups de mauvais coeur.

L'herbe qui pousse dans la rivière

se courbe, puis se redresse.

Joyeusement elle se dresse et se courbe.

Je te dis de même que qui baisse le cou

pour recevoir la discipline

avec une componction entière,

Dieu lui pardonne le mal qu'il a fait

dès lors qu'il s'abandonne aux coups."

Elle se souciait peu de trembler de froid:

elle ressemblait en cela à saint Martin

qui, les yeux au ciel, regarda tellement

Dieu, qui ne cesse d'attendre ceux qui sont à lui.

Quelquefois elle brûlait sa robe;

tandis qu'elle regardait vers le ciel:

les servantes devaient accourir

pour sauver sa robe du feu.

Là où l'étoffe était usée,

tout était bon pour la remplacer:

il lui était égal que la pièce fût vieille ou neuve,

elle l'utilisait volontiers.

Elle était toujours à la recherche des pauvres,

à s'enquérir de leur situation,

et cette noble dame

leur portait du pain et de la farine.

Puis elle se remettait en prière:

vous auriez dit alors qu'elle était en prison.

Elle adorait volontiers,

agenouillé les genoux nus et les mains jointes,

les reliques des saints et des saintes:

elle plaçait leur troupe tout de suite après Dieu.

Elle allait un jour visiter un ermite,

mais elle n'avait pas fait beaucoup de chemin

quand son maître [Conrad] lui fit dire

de revenir sans plus attendre.

La dame répondit au messager:

"Mon ami, nous montrons bien notre sagesse:

si nous ne ressemblons pas à l'escargot,

nous perdrons la grâce.

L'escargot sort

de sa coquille

quand il fait beau, mais quand il pleut,

il y rentre, car la pluie lui est pénible.

Il nous faut à présent faire de même:

regagnons donc notre logis."

Elle avait un petit enfant d'âge tendre,

le plus jeune de tous ses enfants;

il le fit éloigner d'elle

parce qu'elle hésitait à prolonger ses prières

à cause de cet enfant:

pour cette raison il lui interdit de l'approcher.

Cette dame avait une habitude

que les autres gens n'ont guère

(je ne crois pas que nul ait jamais entendu la pareille):

plus elle était dans la joie,

plus elle pleurait tendrement,

et vous auriez pu voir clairement

que son visage ne manifestait

ni contrariété ni crispation,

mais que ses larmes coulaient aussi librement

que le ruisseau de la source.

Le fin mot, c'est que ses larmes venaient

d'un coeur loyal, pur et parfait.

Elle alla une fois dans un couvent

de pauvres religieux qui ne pouvaient

faire prospérer leurs biens propres:

en dehors des aumônes, ils n'avaient rien.

Ils lui montrent des statues bien faites,

bien sculptées et bien représentées;

cela avait coûté cher, lui sembla-t-il,

de toutes les réunir.

Cela la contraria et elle le leur montra

en s'opposant à eux

et en leur disant: "Je crois qu'il serait mieux pour vous

que l'argent mis dans tout ce bois

pour faire sculpter ces statues

eût été dépensé utilement: c'est dommage.

Celui qui a l'amour de Dieu dans son coeur,

les images qu'il voit à l'extérieur

ne lui font ni chaud ni froid.

Pour ce qui me touche, elles me sont indifférentes,

et sachez-le bien, ce qui me réconforte,

c'est que chaque chrétien les porte,

ces images, au fond de son coeur.

Ce n'est pas de remuer les lèvres et les dents

qui fait la religion,

mais la vraie componction."

Elles ne pouvaient écouter les paroles

qui viennent des pensées frivoles,

mais elle disait d'un coeur ouvert à la grâce:

"Où sont ici Dieu et sa gloire?"

c'est-à-dire que celui qui est sage

doit craindre

de manquer au service de Dieu.

Vous avez entendu de quelle façon

elle a vécu. Il y a encore beaucoup à dire,

mais je suis fatigué d'écrire.

Ysabeau, dont j'ai parlé plus haut,

qui témoigna ainsi sur tous ces points,

était à ses côtés de son vivant.

Mais il y a plus de témoins,

car d'autres étaient là, à ce qu'il me semble,

dont les témoignages concordent parfaitement.

Il est bien fou, celui qui se fie en son corps,

car la mort, qui défie le corps,

ne dort pas quand le corps veille,

mais est toujours sur ses talons.

La richesse n'est qu'un prêt;

tout passe, savoir et beauté.

C'est pourquoi il est fou, celui qui en tire orgueil,

car il les perd, qu'il le veuille ou non.

Folie et orgueil sont parents,

c'est bien souvent manifeste.

Tout passe, nous dit l'Ecriture,

sauf l'amour de Jésus-Christ.

Le fou, le méchant, l'homme vil,

qui a toujours les yeux ouverts

à regarder le mal,

qui n'ouvre jamais la bouche

pour parler selon le bien,

a bien sujet d'avoir le coeur chagrin

quand il doit quitter ce monde.

Son coeur doit se briser de douleur

quand il voit bien qu'à bref délai

il ne peut plus y échapper.

Il lui faut perdre le corps et l'âme,

et les perdre dans les flammes éternelles.

Mais l'homme vertueux qui a servi Dieu

et qui a asservi son corps

en ce monde pour affranchir son âme,

celui-là ne peut trébucher ni dévier:

son âme va au Paradis

aussitôt après son trépas.

Il passe ce passage joyeusement,

celui qui laisse derrière lui en trépassant tous les maux.

La mort est un passage cruel,

fous et sages doivent y passer.

Celui qui s'imagine dépasser ce passage

doit bien s'épuiser en folle imagination:

il lui faut tout laisser, il laisse tout.

Voici que la mort n'accorde plus de long délai

à cette dame.

C'est pourquoi je veux vous dire en cet endroit

ce que je trouve là-dessus dans sa Vie.

Ne dites pas que j'invente,

mais sachez bien en vérité

que c'est un texte véridique qui fait autorité.

Ysabeau dit: "Seigneurs, j'étais

assise au chevet de ma dame

quand elle était à l'article de la mort.

J'ai alors entendu, pas bien fort,

une voix très douce:

c'est d'elle que venait ce que j'entendais.

Elle était tournée vers la paroi,

et alors elle se tourna vers moi;

je lui dis aussitôt:

"Vous avez chanté bien doucement,

Madame. - As-tu entendu?

- Oui, cela m'a toute réjouie."

Elle dit alors: "Un petit oiseau chantait

près de moi, si bien que le désir m'a pris

de chanter, et que j'ai chanté.

Son doux chant m'est un grand réconfort."

Et quand elle nous vit près de son lit,

je vous le dis, elle en fut très heureuse

et dit: "Dites, que feriez-vous

si vous voyiez ici le Diable?"

Tout de suite après

elle s'est écriée d'une voix forte:

"Va-t-en d'ici, va-t-en! Va-t-en d'ici, va-t-en!"

Je l'ai entendu: j'y étais.

Ensuite elle a dit: "Maintenant il s'en va.

Parlons de Dieu et de son Fils:

que ce propos ne vous pèse pas,

car il est près de minuit,

et c'est l'heure à laquelle il naquit,

le pur, le tout parfait."

Quand elle parlait de Dieu, vous auriez dit,

à voir son visage,

qu'elle n'était en proie ni à la maladie ni à la souffrance,

car elle ne perdit aucunement ses couleurs.

Ermengarde l'a entendue dire de sa bouche

que le jour approche

où Dieu appellera les siens:

elle en était heureuse au plus haut point.

Au moment où elle mourut,

celle qui connut une fin si douce

était comme endormie:

en franchissant le pas elle n'est pas morte.

Le corps resta quatre jours hors de terre

avant qu'on le déplace et l'enterre:

pourtant une douce odeur en sortait

qui remplissait de sa grande douceur

tous ceux qui venaient et entouraient le corps,

au point qu'ils s'éloignaient de la bière à contrecoeur.

Pour vêtir le corps il n'y eut pas de querelle:

il fut vêtu d'une cote grise,

le visage recouvert d'une étoffe, pour qu'on ne le voie pas:

c'est là tout ce qu'il y avait comme or et comme soie!

Beaucoup de gens vinrent très vite

découper ses vêtements;

on lui coupa le bout

des cheveux et du sein;

on lui coupa les doigts de pieds et les ongles des mains;

c'était le minimum:

les gens l'auraient toute mise en pièces

si on ne les en avait empêchés.

Les pauvres gens, malades et en bonne santé,

accoururent aussitôt.

Chacun la pleure et gémit sur sa mort

comme si elle avait été leur mère ou leur tante.

Si l'on vous racontait tout,

cela vous semblerait ennuyeux à entendre.

La chose est bien connue partout.

Tout le monde sait, riches et pauvres,

et on sait par des témoignages sous serment,

que Dieu la réveillait souvent

pour lui révéler ses secrets, et que les anges même

ne lui étaient pas étrangers.

Elle vit Dieu lui-même face à face

et beaucoup d'anges, pendant un long moment.

Et lorsqu'elle était ravie en extase,

alors qu'on aurait dit qu'elle était endormie,

elle avait le visage très lumineux:

on avait l'impression qu'elle était en un lieu agréable.

Elle n'en parlait pas, elle l'a bien caché,

elle ne l'a révélé qu'à des religieux,

personnes sages et pieuses

qui n'étaient ni folles ni envieuses,

car elle redoutait beaucoup dans son esprit

de tomber dans la vaine gloire.

Elle n'avait pas été formée de la sorte,

mais elle avait pris le bon pli

d'être pieuse dès l'enfance

en faisant durement pénitence.

Je peux vous raconter ici beaucoup de choses

qui peuvent finir par ennuyer,

car je n'ai pas dit la moitié

de l'amour et de l'amitié

qu'elle montrait à Dieu jour et nuit:

j'ai peur que cela vous ennuie.

Et cependant, au risque que cela vous pèse

et doive vous ennuyer,

je vous dis que là où elle habitait

elle a ressuscité seize morts.

Elle rendit la vue à un aveugle

qui y était allé dévotement

et dont le visage n'avait jamais eu d'yeux

(rien ne montrait l'endroit où ils auraient dû être),

spectacle dont chacun s'étonnait.

Mais Dieu fait bien des choses aussi étonnantes.

Depuis le moment où elle fut mise dans la chasse

de plomb, je vous le dis, une grande quantité

d'huile en coula goutte à goutte,

suintant petit à petit.

On le sait de façon certaine:

on peut le voir clairement.

On dirait des gouttes de rosée

quand chaque goutte rejoint la précédente,

comme cela se produit pour le corps de saint Nicolas,

car ni l'un ni l'autre n'a eu le col bas

d'accomplir des oeuvres de charité:

chacun le sait en vérité.

Cette dame sainte entre les saintes,

qui n'a jamais fait semblant de servir Dieu,

au vu de tous trépassa

immédiatement au lendemain

de l'octave de la Saint-Martin

d'hiver, comme je l'ai retenu.

Elle fut enterrée dans l'hôpital,

dans sa chapelle, elle

qui l'avait consacrée à saint Nicolas,

envers qui elle ne s'était en rien mal conduite.

Par la volonté de Jésus-Christ,

comme nous le trouvons écrit,

des abbés et d'autres gens vinrent

faire le nécessaire pour son enterrement

et lui firent un très beau service

tel qu'on doit le célébrer à l'église.

Une telle dame était disponible à tous,

car elle redressait ceux qui étaient contrefaits,

faisait entendre les sourds, aux fous rendait la raison.

Personne ne l'a jamais priée

sans être guéri de son mal:

il me faudrait jusqu'à demain pour tout vous raconter.

Cette dame, sainte Ysabeau,

fit beaucoup de beaux miracles.

Les enfants ont bien sujet de l'aimer,

car ils ne trouvèrent en elle rien d'amer;

elle ne leur fut ni dure ni amère,

mais elle leur fut une mère sans rien d'amer,

car elle en guérit beaucoup

de la mort spirituelle; et elle fit de même

pour la mort temporelle,

car elle ressuscita les morts.

Pauvres et riches doivent l'aimer,

car elle ne fut jamais chiche envers les pauvres,

mais elle leur donnait sans rien garder

tout ce que ses mains pouvaient contenir.

C'est ainsi qu'a agi cette bienheureuse

(son âme n'a pas dû être en danger),

sur laquelle Rutebeuf a rimé.

Si Rutebeuf rime avec rudesse

et s'il y a de la rudesse dans sa rime,

prenez garde au nom de celui qui rima.

Rutebeuf, qui travaille avec rudesse,

qui fait avec rudesse une oeuvre rude

(dans sa rudesse il déçoit beaucoup),

rima la rime rudement.

Car rien ne me ferait croire

qu'un boeuf pût faire autre chose qu'un sillon rude,

quelque peine qu'on y mît.

Si Rutebeuf fait des rimes rudes,

je ne discute plus: Rutebeuf

est aussi rude qu'un boeuf.

Mais une chose me réconforte:

celui pour qui j'ai fait ce poème l'apporte

à la reine Isabelle

de Navarre, à qui il sera agréable

de l'entendre lire

et qui en aura une grande joie.

Monseigneur Erart de Lezinnes

me l'a fait faire et traduire tout entier

du latin en vers français,

car l'histoire est belle et courtoise.

Voici terminée l'histoire de la dame

qui voua à Dieu son coeur loyal et parfait.

A coeur parfait, fin parfaite:

si l'histoire à la fin ne ment pas,

elle dut bien finir sa vie

car elle voulait en rendre le temps parfait

en servant d'une pensée parfaite

le Seigneur qui récompense sans fin.

A présent prions donc celle

qui eut tant de joie à faire le bien

de prier pour nous

le Dieu qui ne repousse personne,

et par sa prière d'en prier aussi celle

qui fut Sa mère et Sa servante:

qu'Il nous accorde la même joie

qu'il accorde à cette dame.

Explicit. Dieu en soit loué!

Dites Amen vous qui écoutez.

 

La dame qui fit trois fois le tour de l'église

Celui qui voudrait berner une femme,

je vais lui faire bien voir

qu'il bernerait plutôt notre ennemi,

le diable, au cours d'un combat à outrance.

Si on veut régenter une femme,

on peut la mettre en pièces tous les jours:

le lendemain elle est en pleine forme

pour recevoir le même châtiment.

Mais quand une femme a pour mari un brave sot

et qu'elle veut tirer de lui quoi que ce soit,

elle lui dit tant de bourdes,

de blagues, de sottises

qu'elle finit par lui faire croire

que le ciel demain sera réduit en cendre.

Ainsi elle gagne la partie.

Je dis cela à cause d'une dame

qui était la femme d'un écuyer

vers Chartres ou Bourges, je ne sais.

Cette dame, c'est la pure vérité,

était la maîtresse d'un prêtre.

Il l'aimait beaucoup et elle le lui rendait,

personne ne l'aurait fait renoncer

à satisfaire ses désirs,

quel que soit celui qui pût en souffrir.

Un jour, à la sortie de l'église,

- le prêtre avait dit sa messe

et donné ses ornements à ranger -

il alla demander à la dame

de venir ce soir-là dans un bosquet:

il voulait lui parler d'une affaire;

je ne crois pas que je gagnerais beaucoup

à vous dire laquelle.

La dame répondit au prêtre:

"Seigneur, me voici toute prêtre,

car c'est vraiment le bon moment:

il n'est pas à la maison."

Il n'y avait qu'un seul inconvénient

dans cette aventure,

c'est que les maisons n'étaient pas

à deux pas l'une de l'autre:

il y avait bien (quel ennui pour eux!)

le tiers d'une lieue française.

Chacune était close d'une haie d'épine,

comme ces maisons du Gâtinais.

Quant au bosquet dont je vous parle,

il appartenait à cet excellent homme

qui devait un cierge à saint Arnoul.

Le soir, alors qu'on voyait déjà mainte étoile

dans le ciel, à ce qu'il me semble,

le prêtre sortit de chez lui

et vint s'asseoir dans le bosquet,

de façon que nul ne puisse le voir.

Mais pour la dame les choses se passèrent mal,

car sire Arnoul, son mari, arriva,

tout mouillé et tout gelé;

je ne sais où il était allé.

Cela l'obligea à rester chez elle.

Pensant à son prêtre,

elle prépara le repas en hâte:

elle ne voulait pas le faire veiller.

Il n'y eut donc pas trois ou quatre services!

Après dîner, elle ne le laissa pas longtemps

prendre ses aise, je peux vous le dire.

Elle ne cessait de lui dire: "Cher seigneur,

allez vous coucher, vous ferez bien:

veiller est on ne peut plus mauvais

quand on est fatigué:

vous avez beaucoup chevauché. "

Elle l'invite tant à aller se coucher

qu'il s'en faut de peu qu'elle l'envoie au lit

la bouche pleine,

si grand est son désir de s'échapper.

L'excellent écuyer va se coucher

et appelle sa femme,

parce qu'il l'aime beaucoup et en fait grand cas.

"Seigneur, dit-elle, je manque de fil

pour une toile que je tisse;

j'en ai encore besoin de beaucoup.

Je n'y ai pas pris garde,

et je n'en trouve pas un bout à acheter.

Par Dieu, je ne sais que faire.

- Au diable votre filasse,

dit l'écuyer.

Par la foi que je dois à l'apôtre saint Paul,

je voudrais qu'elle fût au fond de la Seine!"

Là-dessus il se couche, fait son signe de croix;

quant à elle, elle sort de la chambre.

Elle ne s'est guère accordée de repos

jusqu'à ce qu'elle arrive là où l'autre l'attend.

Ils se tendent les bras l'un à l'autre:

ils goûtèrent le plaisir en ce lieu

jusqu'à près de minuit.

Le mari s'éveille de son premier somme

et s'étonne beaucoup

de ne pas sentir sa femme près de lui.

"Chambrière, où est ta maîtresse?

- Elle est sortie pour aller à la ville

chez sa commère, où elle file."

En entendant qu'elle était sortie,

à la vérité, il a fait la tête.

Il passe un vêtement, se lève

et va chercher sa femme.

Il la demande chez sa commère

sans trouver personne qui lui en donne des nouvelles,

car elle n'y avait pas été.

Le voilà fou furieux.

Il passa près de ceux qui étaient dans le bosquet

à l'aller et au retour. Ils ne bougèrent pas.

Et quand il fut passé:

"Seigneur, dit-elle, cela suffit,

il faut maintenant que je m'en aille.

- Vous allez entendre tapage et querelle,

fait le prête. Elle me tue,

la pensée que vous serez tellement battue.

- Ne vous occupez pas de moi,

monsieur le prêtre, prenez soin de vous-même",

dit la dame en souriant.

Qu'irais-je inventer?

Chacun rentra chez soi.

Le mari qui était couché ne put se taire:

"Madame, sale putain, et convaincue du fait,

ne soyez pas la bienvenue!

dit l'écuyer. D'où venez-vous?

On voit bien que vous me prenez pour un idiot."

Comme elle se tait, sa colère redouble:

"Ca alors! par le sang et par le foie,

par les tripes et par la tête,

elle vient de chez notre curé!"

Il dit ainsi la vérité sans le savoir.

Elle se taisait, ne disait pas un mot.

En voyant qu'elle ne se défend pas,

il est prêt de crever de fureur,

car il croit bien, en parlant au hasard,

avoir dit la vérité pure.

La colère le taraude et le brûle.

Il prend sa femme par les tresses

et tire son couteau pour les lui couper.

"Seigneur, dit-elle, au nom de Dieu,

il faut bien à présent que je vous dise tout:"

- (Vous allez voir cette fourberie!) -

"j'aimerais mieux être dans la tombe.

La vérité est que je suis enceinte de vous;

on m'a dit d'aller faire le tour

de l'église trois fois

sans parler, de dire trois Pater

en l'honneur de Dieu et des apôtres,

de creuser un trou avec mon talon

et de revenir pendant trois jours:

si le troisième jour je le trouvais ouvert,

j'aurais un garçon,

s'il était refermé, ce serait une fille.

A présent tout ce que j'ai fait,

conclut la dame, ne vaut plus une guigne.

Mais, par saint Jacques, je recommencerai,

même si vous deviez me tuer."

Le mari alors, faisant volte face,

a quitté la voie où il s'était engagé

et a changé de discours:

"Madame, dit-il, qu'est-ce que je savais, moi,

de votre expédition?

Si j'avais su la vérité de l'affaire

que je vous reproche et dont je vous blâme à tort,

je n'en aurais pas dit un mot,

ou sinon que je meure avant ce soir!"

Ils se taisent alors et font la paix:

le mari n'en parlera plus jamais.

Quoi que sa femme fasse,

elle n'entendra plus ni cris ni menaces.

Rutebeuf dit dans ce fabliau:

la femme d'un sot a tout ce qu'il lui faut.

 

Le dit de l'Herberie

Seigneurs qui êtes venus ici,

petits et grands, jeunes et vieux,

vous avez de la chance,

sachez-le bien.

Je ne cherche pas à vous tromper:

vous vous en rendrez très bien compte

avant que je m'en aille.

Asseyez-vous, ne faites pas de bruit,

et écoutez, si cela ne vous ennuie pas:

je suis médecin,

j'ai été dans bien des pays.

Le seigneur du Caire m'a retenu

plus d'un été;

je suis resté longtemps avec lui,

j'y ai gagné beaucoup d'argent.

J'ai passé la mer

et je suis revenu par la Morée,

où j'ai fait un long séjour,

et par Salerne,

par Burienne et par Biterne.

En Pouille, en Calabre, à Palerme

j'ai recueilli des herbes

qui ont de grandes vertus:

quel que soit le mal sur lequel on les applique,

ce mal s'enfuit.

Je suis allé jusqu'à la rivière qui résonne

jour et nuit de la cascade des pierres

pour en chercher.

Le Prêtre Jean y faisait la guerre;

je n'osai pas entrer dans le pays:

je m'enfuis jusqu'au port.

J'en rapporte des pierres très précieuses

qui peuvent ressusciter un mort:

ce sont des ferrites,

des diamants, des cresperites,

des rubis, des hyacinthes, des perles,

des grenats, des topazes,

des tellagons, des galofaces

(il ne craindra pas les menaces de la mort,

celui qui les porte;

il serait fou d'être inquiet:

il n'a pas à craindre qu'un lièvre l'emporte,

s'il reste ferme,

pas plus qu'il n'a à craindre les aboiements d'un chien

ni les braiements d'un vieil âne,

s'il n'est pas un couard;

il n'a rien à craindre d'aucun côté),

et aussi des escarboucles et des garcelars

qui sont tout bleus.

J'apporte des herbes des déserts de l'Inde

et de la Terre Lincorinde,

qui flotte sur l'onde

dans les quatre parties du monde

aussi loin qu'il s'étend,

vous pouvez m'en croire.

Vous ne savez pas qui vous avez en face de vous;

taisez-vous et asseyez-vous:

voyez mon herberie.

Je vous le dis, par sainte Marie,

ce n'est pas le marché aux puces,

mais des produits de qualité.

J'ai l'herbe qui redresse les bittes

et celle qui rétrécit les cons

sans peine.

De toute fièvre, sauf la fièvre quarte,

je guéris en moins d'une semaine

à coup sûr;

je guéris aussi de la fistule;

si haute ou si basse qu'elle soit,

je la réduis complètement.

Si la veine du cul vous élance,

je vous en guérirai sans contestation,

et de la rage de dent

je guéris très habilement

avec un petit peu de l'onguent

que je vais vous dire:

écoutez comment je le préparerai;

je vais vous décrire sa préparation sans mentir,

je ne plaisante pas.

Prenez de la graisse de marmote,

de la merde de linote

le mardi matin,

de la feuille de plantain,

de l'étron de putain,

bien ignoble,

de la poussière d'étrille,

de la rouille de faucille,

de la laine,

de la balle d'avoine

pilée le premier jour de la semaine,

et vous en ferez

un emplâtre. Avec le jus, lavez

la dent; mettez l'emplâtre

sur la joue;

dormez un peu, je vous le conseille:

si au lever il n'y a pas de la merde et de la boue,

Dieu vous confonde!

Ecoutez, si vous voulez bien:

vous n'avez pas perdu votre journée

quand vous pouvez faire cela à quelqu'un.

Et vous, que la maladie de la pierre fait hurler,

je vous en guérirai sans obstacle

si j'y mets mes soins.

De l'inflammation du foie, de la hernie

je guéris de façon extraordinaire

quoi qu'il arrive.

Et si vous connaissez un sourd,

faites-le venir chez moi;

il repartira complètement guéri:

Dieu protège mes mains que voici,

il n'a jamais entendu moins

qu'il n'entendra alors.

Ecoutez maintenant ce dont m'a chargé

ma maîtresse qui m'a envoyé ici.

Bonnes gens, je ne suis pas de ces pauvres prêcheurs ni de ces pauvres marchands de simples qui vont devant les églises avec leurs pauvres capes décousues en portant des boites et des sachets et qui étalent un tapis: il y a des marchands de poivre et de cumin qui n'ont pas autant de sachets qu'eux. Sachez-le, je n'appartiens pas à cette catégorie, mais je suis au service d'une dame qui s'appelle Madame Trote de Salerne: elle se fait un couvrechef de ses oreilles et ses sourcils lui pendent en chaînes d'argent sur les épaules. Sachez que c'est la dame la plus sage qui soit dans les quatre parties du monde. Ma maîtresse nous envoie dans diverses régions et dans divers pays: en Pouille, en Calabre, en Toscane, en Campanie, en Allemagne, en Saxe, en Gascogne, en Espagne, en Brie, en Champagne, en Bourgogne, dans la forêt d'Ardenne, pour tuer les bêtes sauvages, pour extraire les onguents, pour donner des remèdes à ceux dont le corps est en proie à la maladie. Ma maîtresse m'a bien ordonné de prononcer, en quelque lieu que je vienne, quelques paroles instructives pour ceux qui seraient autour de moi. Et comme elle me l'a fait jurer sur les reliques quand je l'ai quittée, je vais vous apprendre à guérir de la maladie des vers, si vous voulez le savoir. Voulez-vous le savoir?

Il y a des gens qui me demandent d'où viennent les vers. Je vous informe qu'ils viennent de divers aliments réchauffés et des vins qui ont pris le goût de tonneau et qui ont la pousse, et ils se rassemblent dans le corps à cause de la chaleur et des humeurs: car, comme disent les philosophes, c'est à partir de là que sont créées toutes choses. Et c'est pourquoi les vers viennent dans le corps, montent jusqu'au coeur et font mourir d'une maladie qu'on appelle mort subite. Signez-vous: que Dieu vous en protège tous et toutes!

Pour guérir de la maladie des vers, la meilleure herbe qui soit dans les quatre parties du monde - vous la voyez de vos yeux, vous la foulez de vos pieds -, c'est l'armoise. Les femmes s'en ceignent la nuit de la Saint-Jean et s'en font des couronnes pour leur tête, et elles disent qu'ainsi ni la goutte ni les vertiges ne peuvent les prendre ni à la tête ni au bras ni au pied ni à la main. Mais je m'étonne que leur tête ne se brise pas et que leur corps ne se rompe pas par le milieu, tant cette herbe a en elle de puissance. En Champagne, où je suis né, on l'appelle marreborc, qui signifie "la mère des herbes". Vous prendrez trois racines de cette herbe, cinq feuilles de sauge, neuf feuilles de plantain. Pilez ces ingrédients dans un mortier de cuivre avec un pilon de fer. Buvez en le jus à jeun trois matins. Vous serez guéris de la maladie des vers.

Otez vos capuchons, tendez l'oreille, regardez mes herbes, que ma maîtresse envoie dans ce pays. Et comme elle veut que les pauvres y aient accès autant que les riches, elle m'a dit d'en faire des lots à un denier: car tel a un denier dans sa bourse qui n'a pas cinq sous. Et elle m'a dit et ordonné de prendre un denier de la monnaie qui aurait cours dans le pays et dans la contrée où je passerais: à Paris un parisis, à Orléans un orléanais, au Mans un manceau, à Chartres un chartrain, à Londres en Angleterre un sterling; ou bien de les donner contre du pain ou du vin pour moi, contre du foin ou de l'avoine pour mon cheval: car celui qui sert l'autel doit vivre de l'autel.

Et je le dis, s'il y avait ici quelqu'un, homme ou femme, de si pauvre qu'il n'ait rien à donner, qu'il approche: je lui prêterais l'une de mes mains pour l'amour de Dieu et l'autre pour l'amour de sa Mère, à condition que dans l'année qui vient il fasse chanter une messe du Saint Esprit, expressément, je le précise, pour ma maîtresse, qui m'a enseigné ce métier, car je ne fais pas trois pets sans que le quatrième soit pour l'âme de son père et de sa mère en rémission de leurs péchés.

Ces herbes, vous ne les mangerez pas: car il n'y a boeuf si robuste dans ce pays ni si robuste cheval qui, s'il en avait gros comme un pois sur la langue, n'en meure de male mort, tant elles sont fortes et amères; mais ce qui est amer pour la bouche est bon pour le coeur. Vous me les mettrez trois jours à macérer dans du bon vin blanc. Si vous n'avez pas de vin blanc, prenez du rouge; si vous n'avez pas de vin rouge, prenez de la belle eau claire: car tel a un puits devant sa porte qui n'a pas un tonneau de vin dans son cellier. Vous en prendrez à jeun pendant treize matins. Si vous oubliez un jour, prenez en le lendemain: ce n'est pas de la magie. Et je vous le dis par la Passion de Dieu qui maudit Corbitas le juif qui forgea les trente pièces d'argent contre lesquelles Dieu fut vendu dans la cour d'Abilent, à trois lieues de Jérusalem: vous serez guéris de toutes sortes de maladies et d'infirmités, de toutes les fièvres, sauf la fièvre quarte, de toutes les formes de goutte, sauf celle qui empêche de marcher, des ballonnements, de la veine du cul si elle vous élance. Car si mon père et ma mère étaient en danger de mort et s'ils me demandaient la meilleure herbe que je puisse leur donner, c'est celle-là que je leur donnerais.

C'est comme cela que je vends mes herbes et mes onguents. Celui qui en voudra, qu'il en prenne; celui qui n'en voudra pas, qu'il les laisse!

 

La dispute entre Charlot et le Barbier de Melun

I

L'autre jour j'allais me promener

vers Saint-Germain l'Auxerrois

plus matin qu'à mon habitude,

car je n'aime pas me lever tôt.

Je vis sur mon chemin Charlot:

il tenait la main du Barbier,

et pourtant on voyait bien

qu'ils n'étaient pas cousins germains.

II

Ils se disaient des horreurs

et s'envoyaient des piques, qui n'étaient pas pour rire:

"Charlot, tu vas dans le monde

pour tromper les chrétiens:

c'est de la fausseté et de la fourberie,

chacun peut s'en rendre compte.

Maudite la loi que tu suis!

Mais à vrai dire tu n'en suis aucune.

III

- Barbier, par la banlieue

où tu as ton repaire,

tu as une éruption:

elle se verra toujours.

Saint Lazare a rompu la trêve

et t'a frappé au visage.

Pour t'en débarrasser

rien ne sert désormais de courir les sanctuaires.

IV

- Charlot, par la perle des saintes,

tu as pris femme cette année:

est-ce selon la mauvaise loi

que Caïphe t'a enseignée?

Tu crois autant en Notre Dame,

dont la virginité est intacte,

que je crois qu'un âne a une âme.

Tu n'aimes ni Dieu ni la sainte Eglise.

V

- Barbier sans rasoir, sans ciseaux,

tu ne sais plus tailler la barbe ni raser.

Tu n'as ni cuvette ni serviette

ni rien pour faire chauffer l'eau claire.

Tu n'es bon à rien

qu'à tenir de méchants propos.

Si tu as été outre-mer, retournes-y

et distingue-toi par tes exploits.

VI

- Charlot, tu revêts toutes les conditions:

tu es juif et chrétien,

tu es chevalier et bourgeois

et, quand tu veux, étudiant.

Maquereau, tu l'es toujours:

comme disent les anciens,

tes beaux discours font souvent

assembler deux culs avec seul clou.

VII

- Barbier, voici le moment

de diffamer et de médire:

tu auras les cheveux blancs

avant d'y avoir renoncé.

Mais tu mourras pauvre et nu,

car tu deviens sujet à l'empire.

Si on me tient pour un maquereau,

toi, on te tient pour un Monsieur Bons-offices.

VIII

- Charlot, Charlot, très cher ami,

tu prétends être au service des enfants du roi.

Si tu y es, qui t'a placé là?

Tu n'es pas plus à leur service qu'au mien.

Tu te mêles de faire le fou,

mais, par mes yeux, ces yeux dont je te vois,

tel t'a mis de l'argent dans la main

qui est encore plus fou que toi.

IX

- Barbier, voici la saison des groseilles:

les groseilliers sont en boutons.

Et je t'annonce la nouvelle

que les boutons sont nés sur ton front.

Je ne sais s'ils donneront des baies,

ceux qui te couvrent le visage.

Elles seront vermeilles et belles

avant qu'on ait moissonné."

X

- Ce n'est pas la lèpre,

Charlot, mais la roséole.

Par la foi que je dois à la Vierge,

que vous n'aimez nullement,

vous croyez plus en votre juiverie,

à dire toute la vérité,

qu'en Celui qui par son pouvoir

ouvrit les portes de l'enfer.

XI

Pourtant, si Rutebeuf,

qui nous connaît depuis plus de dix ans,

voulait y aller de son couplet,

à condition qu'il dise la vérité,

sans être partial contre toi ou à mon profit,

et qu'il entre dans le débat loyalement,

je veux bien, si tu en es d'accord,

qu'il décide qui de nous deux est le meilleur."

XII

- Messieurs, par la foi que je vous dois,

je ne puis désigner le meilleur,

mais le moins mauvais à mes yeux:

je le distinguerai de celui qui est pire.

Charlot ne vaut rien du tout,

Il ne croit à rien,

pas plus qu'un chien qui tire sur une charogne.

XIII

Le Barbier connaît des gens bien,

il les sert, il les honore

et à tout instant se met au service

de leur personne et de leur argent.

D'autre part il sait très bien son métier,

s'il en avait à nouveau besoin.

Et il est très bel homme:

plus le temps passe, plus il prend des couleurs."

 

Charlot le juif qui chia dans la peau du lièvre

Celui qui veut duper un ménestrel

pourrait faire une meilleure affaire;

car il arrive bien souvent

qu'il se retrouve dupé,

celui qui croyait duper le ménestrel,

et que sa bourse s'en trouve vidée.

Je ne vois personne à qui cela ait réussi.

C'est pourquoi il faudrait mettre un terme

à la façon ignoble dont les traitent

la valetaille, les écuyers arrogants

et d'autres de la même sorte qui ne valent pas un clou.

Je le dis à cause de ce qui est arrivé

à Vincennes, il y a moins d'un an,

à Guillaume le Panetier.

Ce Guillaume dont je vous parle,

qui est au service de Monseigneur le comte

de Poitiers, chassait il y a quelque temps

un lièvre: il en avait le loisir.

Le lièvre, par peur des chiens,

fit de grands détours,

s'enfuit longuement,

et lui le chassait avec énergie;

il courut beaucoup, fit beaucoup de chemin,

fit beaucoup d'écarts d'un côté et de l'autre,

mais à la fin, je peux vous le dire,

les chiens le prirent de force.

Il fut pris, sire Couard le lièvre.

Mais le cheval y attrapa si bien la fièvre

qu'à présent il a pour jamais fini d'en frissonner,

sachez-le; on l'a écorché, à ce qu'il me semble.

Guillaume peut maintenant pleurer son cheval

et mettre la peau du lièvre à sécher.

Cette peau - Dieu me sauve! -

a coûté plus qu'elle ne valait.

A présent laissons la peau tranquille:

il la conserva soigneusement

jusqu'au moment dont vous allez entendre parler,

et cela vous amusera.

C'est partout une chose bien connue,

chacun et chacune le sait,

que quand quelqu'un célèbre des noces ou donne une fête

où il y a des gens de la bonne société,

les ménestrels en l'apprenant

(ils ne demandent rien d'autre)

s'y rendent de toutes les directions,

qui à pied, qui à cheval.

Le cousin de Guillaume célébra ses noces

qui furent très courues

et où il y eut beaucoup de beau monde,

pour son plus grand plaisir:

je ne sais combien ils étaient.

On mangea et on but beaucoup,

on fit de grandes réjouissances.

Moi-même, qui y étais,

il y a longtemps que je n'avais vu une fête si belle

ni qui me plaise autant

- que Dieu m'accorde d'avoir part à ses bienfaits!

Il n'est si grande assemblée qui ne se sépare:

ces honnêtes gens se sont séparés.

chacun s'en va de son côté.

Les ménestrels, déjà tout bottés,

s'en vinrent tout droit trouver le marié;

aucun n'avait peur de prendre la parole:

"Donnez-nous soit des patrons soit de l'argent,

disent-ils, car c'est justice,

et chacun rentrera chez lui."

Que vous dirais-je?

Pourquoi allonger mon récit?

Chacun eut un patron, même Charlot,

qui n'était pas bien beau garçon.

Charlot eut pour patron celui

à qui le lièvre avait causé tant d'ennuis.

On lui écrivit sa lettre,

bien tournée et bien scellée;

ne croyez pas que je vous trompe.

Charlot est allé au bois de Vincennes:

il remet sa lettre à Guillaume.

Guillaume la prend sans faire de difficulté,

Guillaume commence à la lire,

Guillaume se met à lui dire:

"Charlot, Charlot, mon cher ami,

vous m'êtes envoyé ici

à propos des noces de mon cousin germain;

et je crois bien, par saint Germain,

que j'ai idée de vous donner

(que cela fasse grogner qui voudra)

une chose qui m'a coûté plus de cent sous,

Dieu me pardonne!"

Il appela alors ses gens,

qui étaient sages et savaient les usages,

et leur ordonna d'aller chercher la peau du lièvre

qui l'avait fait tellement courir.

Ils l'apportent bien vite

et Guillaume jure à nouveau:

"Charlot, que Dieu me donne sa grâce

et me comble de ses bienfaits,

elle m'a coûté ce que je t'ai dit.

- On n'en tirerait pas autant au marché

samedi, fait Charlot,

et pourtant à cause d'elle vous avez beaucoup marché:

je vois donc que les marchands

ne sont pas toujours bien chanceux."

Il prend la peau que l'autre lui tend.

Il ne l'en remercia pas

car, vous le savez bien, il n'y avait pas de quoi.

Vous auriez pu le voir pensif et silencieux;

pensif il s'est retiré,

et il pense dans son coeur

que s'il le peut, il le lui fera payer.

Et il le lui fit bien payer en lui rendant son dû!

Il a réfléchi à ce qu'il fera

et à la façon dont il lui rendra son dû.

Pour lui rendre sa méchanceté,

il fit dans la peau la grosse saleté

(vous savez bien ce que cela veut dire).

Il revient sur ses pas et lui dit: "Cher seigneur,

s'il y a quelque chose dedans, prenez-le.

- Es-tu vraiment dans ton bon sens?

- Oui, par la foi que je dois à Notre Dame.

- Je suppose que c'est la coiffe de ma femme

ou son mouchoir ou sa guirlande:

je ne t'ai donné que la peau."

Et alors il a mis la main dedans.

Voilà l'écuyer avec ses gants

puants et pourris:

du travail de vidangeur!

Il fut ainsi emmerdé deux fois:

le ménestrel l'a attendu au tournant,

et le lièvre lui infligea du désagrément,

car à cause de lui il perdit son cheval.

Rutebeuf dit, il m'en souvient bien:

qui cherche à tromper récolte la tromperie.

 

Un dit de Notre Dame

Sur la très glorieuse Dame,

salut du corps de de l'âme,

je parlerai, car je ne puis me taire.

Mais on pourrait plus vite tarir

un puits que raconter

combien cette Dame est généreuse.

Nous devons l'implorer

car, avant même qu'elle naquît sur terre,

Dieu mit en elle humilité,

pitié, douceur et charité,

au point que je ne sais par où commencer:

je suis dans le besoin par excès de matière.

L'abondance de sa louange

émeut mon coeur et le change à tel point

que, j'aurais beau parler autant que je voudrais,

je ne saurais épuiser mes forces.

Il y a tant de bien à en dire

que c'est un sujet magnifique.

Même si j'étais bon copiste,

je serais fatigué d'écrire

avant de vous avoir raconté

le tiers de ses qualités,

et même le quart ou le centième:

chacun le sait bien par lui-même.

Il faudrait l'entendre prier

Celui qui a offert son corps comme une proie

pour nous sauver tous de l'enfer,

sans vouloir sauver sa vie,

mais en étant pour nous la proie de ses ennemis,

tout épris qu'Il était du feu de charité!

Et tout cela, elle le lui rappelait

...

...

la douce Vierge généreuse:

"Tu suivis la femme et l'homme,

quand ils eurent mordu la pomme,

qu'ils moururent à cause du péché,

dont le Malin est chargé,

et qu'ils furent tous deux descendus aux enfers,

ainsi que tous ceux qui sortirent des enfers.

Très cher fils, tu en eus si grand pitié

et tu leur montras un tel amour

que pour eux tu descendis des cieux.

Cette venue fut belle et bonne:

de ta fille tu as fait ta mère,

telle fut la volonté du Père.

De la crèche on te fit une couche:

il est sans orgueil, celui qui s'y couche.

Il fallut t'emmener en Egypte;

tu y es resté peu de temps,

car il ne survécut guère à ta naissance,

ton ennemi, l'ignoble

Hérode, qui fit décapiter

les innocents, qui les a fait périr

et dépecer membre après membre,

comme l'Ecriture le rappelle.

Ensuite, tu es revenu.

Les Juifs te faisaient bon visage,

car tu leur expliquais dans le Temple

mainte belle parole, maint bel exemple.

Tout ce que tu disais leur plaisait

Jusqu'au moment où

tu ramenas Lazare de la mort à la vie.

Alors ils éprouvèrent pour toi de l'envie,

alors ils te huèrent, te haïrent,

alors tu fus pris au piège et trahi

par les tiens, et livré à eux,

alors tu fus tourmenté, torturé,

alors tu fus lié au poteau:

il n'est personne qui ne le croie et ne le sache.

Là tu fus battu et blessé,

là tu connus le trouble de la mort,

là il te fallut porter la croix,

quand tu crias à voix haute

aux Juifs que tu avais soif.

Cette soif, c'était que tu savais

tes amis tués et torturés

dans la douleur puante de l'enfer.

Séparée du corps, ton âme est allée en enfer

et en brisa la porte.

Tu en fis sortit tes amis:

il n'y resta ni clerc ni laïc.

Ton corps était resté en croix;

Joseph, qui t'aimait tant,

t'a réclamé à Pilate:

il eut à cette demande un grand mérite.

Alors ton corps fut déposé au sépulcre;

Pilate fut téméraire

de placer des gardes autour de toi:

c'était une folie.

Tu es ressuscité le troisième jour:

alors tu fus chair et divinité

à la fois sans corruption,

alors tu es monté aux cieux à l'Ascension.

Au jour de la Pentecôte,

juste au moment

où les disciples étaient assis

à table, chacun pensif,

tu envoyas à leur table

ta grâce spirituelle

enflammée par le Saint Esprit,

qu'ils goûtèrent et aimèrent tant.

Alors chacun d'eux devint si hardi,

en paroles et en discours,

qu'il estima la mort autant que la vie:

ils n'eurent plus envie que de ton amour.

Très cher fils, pour tirer la race humaine

de la honte et du malheur,

tu lui as fait tout ce bien,

et plus encore que je n'ai dit.

Si maintenant tu laissais se perdre

ce que tu as acheté si cher,

ce serait une grave erreur;

c'en serait une de les laisser entrer

dans la prison dont tu les fis sortir,

car il y aurait là un logis trop cruel,

trop de douleur, trop de souffrance,

cher fils, cher père, cher seigneur."

Voilà ce que toujours rappelle

la douce Dame, sans prendre de repos;

elle ne cesse de le rappeler

car elle voudrait bien nous réconcilier

avec lui, alors que nous nous dégageons

de ses liens, cordes et cordons.

Acceptons à présent la réconciliation

de la Dame de miséricorde

et prions qu'elle nous concilie

par sa pitié une digne réconciliation

avec son cher Fils, le digne Corps de Dieu:

alors nous serons bien réconciliés.

 

L'Ave Maria de Rutebeuf

A tous ceux qui ont quelque sagesse

Rutebeuf fait bien savoir ceci,

il leur donne ce conseil:

ceux qui ont le coeur pur et net

doivent tous quitter le monde,

le repousser,

car il faut beaucoup redouter

les récits déshonnêtes

que chacun raconte;

c'est la vérité que je vous conte.

Chanoines, clercs, et rois, et comtes

sont très avares;

ils ne se soucient pas de sauver leur âme,

mais de baigner leur corps, de le laver,

de bien le nourrir,

car ils ne pensent pas mourir

ni pourrir dans la terre;

pourtant ils le feront,

car ils ne prendront pas garde

que telle bouchée qu'ils avaleront

leur nuira,

si bien que leur pauvre âme cuira

en enfer, sans arrêt,

été comme hiver.

Dangereux, les bons morceaux

à cause desquels la chair est mangée par les vers

et l'âme perdue!

Je veux commencer

une salutation à la douce Dame,

pour qu'elle nous garde de tout blâme,

car en un lieu digne et précieux

chacun doit mettre sans protester

son coeur et sa pensée.

Ave, reine couronnée!

Heureuse ta naissance,

à toi qui portas Dieu!

Tu réconfortas Théophile

quand tu lui rapportas sa charte

lui que le Malin,

qui se mêle toujours de faire le mal,

croyait avoir mis dans ses liens,

jeté dans sa prison.

Maria, ainsi que nous le lisons,

tu lui envoyas la guérison

de son mal:

il avait abandonné Dieu et son image

et fait hommage au diable

dans sa folie;

et le diable lui fit, pour sa douleur,

de son sang vermeil

écrire cette charte

qui précisait tout son martyre;

ensuite il lui fallut dire

sous la contrainte:

"Par cet écrit Théophile fait savoir

qu'il a, par intérêt,

renié Dieu."

Le diable l'avait si bien mis hors de son sens

qu'il était tout éperdu

de désespoir;

et quand il lui souvint

de vous, noble Dame charmante,

sans tarder

devant vous il s'en alla prier;

du fond du coeur il se mit à pleurer,

à verser des larmes;

et quand vous l'entendites pleurer du fond du coeur,

vous l'en avez récompensé au point

de vous mettre en chemin,

de rapporter sa charte de l'enfer,

de le délivrer du Malin

et de sa troupe.

Gratia plena vous êtes toute:

qui ne le croit pas, c'est qu'il n'y voit goutte,

et il le paie.

Dominus le Père sauveur

fit de vous sa fille et sa mère,

tant il vous aima;

il vous proclama Dame des Anges;

en vous il s'enferma, mais sans porter atteinte

à votre dignité

et sans vous faire perdre votre virginité.

Tecum, dans sa noble miséricorde,

il a voulu être toujours

là-haut dans la gloire céleste;

accordez-nous d'être nous aussi

à côté de lui.

Benedicta, toi qui nous a ôtés

du douloureux séjour

si repoussant

qu'il n'est trésor en ce monde

capable de nous dédommager

de la grande perte

que nous a méritée la faute d'Adam.

Prie ton fils de nous en purifier

et de nous tirer

de la boue qu'apporta Eve

en goûtant le jus de la pomme:

ce pourquoi ton fils,

comme j'en suis sûr et certain,

souffrit la mort et fut crucifié

le vendredi

(c'est la vérité que je vous dis),

et le troisième jour, sans plus attendre,

ressuscita.

Il visita la Madeleine,

de tous ses péchés il la délivra

et la guérit.

Du paradis tu es la fontaine,

in mulieribus tu es pleine

de noblesse.

Fou, celui qui ne met pas en toi sa confiance.

Tu hais l'orgueil et la cruauté

plus que tout;

tu es le lis où Dieu repose;

tu es le rosier qui porte la rose

blanche et vermeille;

ta sainte tête a l'oreille

qui écoute les égarés pour les conseiller

et les remettre dans le droit chemin;

il y a en toi tant de bonheur et de joie

que je ne pourrais en raconter

le tiers.

Fou, celui qui pense autrement,

et plus fou encore qui renonce

à votre amitié,

car l'honnêteté, la miséricorde

et la patience se donnent à vous

sans restriction.

Ah! bénie soit la couronne

de Jésus-Christ, qui ceint

votre tête;

et benedictus encore une fois

fructus qui subit de grands maux,

de grandes souffrances

pour nous arracher à la fournaise

de l'enfer, qui est si puante,

laide et obscure.

Ah! douce Vierge pure et immaculée,

à cause de toi toute femme

doit être aimée.

Il est bien juste de te proclamer douce,

car il n'est en toi rien d'amer,

rien de dur:

tu as chassé loin de toi toute obscurité.

Par la grâce, par la pureté

ventris tui,

tous les diables se sont enfuis;

ils n'osent parler, car leur joie

s'est évanouie.

Quand tu tenais et embrassais

ton cher fils, tu les blessais

et les mettais à mal.

De même que c'est vrai, ce que tu as dit:

"Ah! cher Père qui m'as créée,

je suis ta servante",

je t'implore, Vierge,

de prier ton Fils qu'il nous appelle

au jour du Jugement,

quand il fera si violemment

trembler tout le monde sans exception

comme une feuille,

et qu'il nous reçoive parmi les siens!

Disons Amen: qu'il le veuille ainsi!

Fin de l'Ave Maria de Rutebeuf.

 

Sur Notre Dame

I

Il me faut chanter une chanson sur la meilleure

femme qui fut jamais et qui jamais sera.

Son doux chant guérit toute douleur:

il sera bien guéri celui qu'elle guérira.

Elle a guéri mainte âme.

Aujourd'hui je ne crains plus

qu'il m'arrive malheur,

car sa douceur est telle

que nul ne peut la dire.

II

Elle n'est que délicatesse et valeur;

en elle le bien, la bonté, la charité.

Je lui crie, moi le fou, pitié pour ma folie:

si nul jamais agit en fou, ce fou, c'est moi.

Je pleure ma folie,

ma vie de folie;

je pleure ma raison tournée en folie

et ma folle conduite

où je m'égare trop.

III

Dès lors que les pécheurs invoquent son doux nom

et lui récitent son Ave Maria,

ils ne craignent plus le Malin trompeur

qui craint tant le bien qui est en Marie,

car qui se marie

avec cette Marie

fait un bon mariage:

marions-nous avec elle,

nous aurons son aide.

IV

Il l'aima beaucoup, celui qui d'une tour si haute

que sont les cieux, descendit jusqu'ici.

Mère et fille, elle porta son Créateur

qui la créa du néant, elle et les autres.

Qui du fond du coeur pousse un cri

vers elle et lui crie merci

trouvera la merci:

elle ne manquera jamais

à qui la prie du fond du coeur.

V

Comme on voit le soleil tout le jour

traverser la verrière, en sortir, s'en aller,

sans la corrompre, si longtemps qu'il la frappe,

de même, je vous le dis, jamais ne fut corrompue

la Vierge Marie:

vierge elle grandit,

vierge elle porta Dieu,

vierge elle l'allaita,

vierge elle fut toute sa vie.

 

La chanson de Pouille

I

Que celui qui désire la santé de son âme

écoute ce qui se passe en Pouille!

Dieu a fait don de son Royaume:

ses serviteurs ne cessent de nous l'offrir

en prêchant pour la Terre Sainte.

Tout ce que nous avons fait de mal

nous sera pardonné si nous prenons la croix:

ne refusons pas un tel présent.

II

Jeunes gens, à quoi pensez-vous?

De quoi irez-vous vous vanter

quand vous serez vieux?

Qu'irez-vous reprocher à Dieu,

lui qui vous a donné

le courage et la force, la vie et la santé?

Vous lui avez refusé votre coeur,

la seule chose qu'il demande.

III

Nous ne sommes que prêtés à ce monde,

afin que nos efforts puissent s'y manifester.

Pas un hiver, pas un été

que nous puissions être certains de voir;

voilà que nous avons déjà vécu longtemps,

et qu'y avons-nous gagné

qui apporte à l'âme quelque garantie?

Je n'y vois que motif à désespoir.

IV

Ne soyons pas, pourtant, désespérés,

implorons pitié sans crainte,

car Dieu est plein de charité

et miséricordieux jusqu'au jour du Jugement.

Mais alors il aura vite fait de prononcer

de très dures paroles:

"Venez, les bons, dans ma cité!

Allez, les méchants, à la damnation!"

V

Alors seront damnés les coeurs hypocrites

qui en ce monde affectent

d'être pleins d'humilité

et vertueux jusqu'à la perfection,

mais qui sont pleins d'iniquité.

Mais ils ont tant ensorcelé ce monde

qu'on n'ose appeler vérité

ce que l'on voit clairement.

VI

Clercs et prélats ont entassé

les richesses, l'or et l'argent;

mais tout cela est-il bien à eux?

Leur père le possédait-il avant eux?

Et une fois qu'ils sont morts,

l'avoir qu'ils ont amassé

et l'ombre d'un talus que le temps a usé,

ces deux choses paraissent tout un.

VII

Vavasseurs qui restez chez vous,

et vous, jeunes chevaliers errants,

n'ayez pas tant d'amour pour ce monde,

ne soyez pas insensés

au point de perdre la grande clarté

des cieux, où il n'y a aucune obscurité.

C'est maintenant que l'on verra votre valeur:

prenez la croix, Dieu vous attend.

VIII

Comte de Blois, vous avez bien couru

les tournois de ce côté de la mer.

Dieu vous a prêté le pouvoir,

vous ne savez pas pour combien de temps.

Montrez-lui que vous lui en savez gré,

car il est bien sot

celui qui pour un peu de vanité

renoncera à la joie qui ne déçoit pas.

 

Le dit de Pouille

I

Que le Dieu qui fit l'air, le feu, la terre, la mer,

et qui pour que nous vivions sentit de la mort la morsure amère,

donne le saint Paradis, si digne d'être aimé,

à tous ceux qui entendront mon poème sans en dire de mal!

II

Le sujet que je veux aborder, c'est la Pouille

et le roi de Sicile, Dieu le rende prospère!

Qui au ciel veut semer la semence du salut

aille aider ce vaillant roi si digne d'estime.

III

Le vaillant roi était comte d'Anjou et de Provence,

et il est fils de roi, frère du roi de France.

C'est clair, il ne veut pas faire un dieu de sa panse,

lui qui expose son corps pour sauver son âme.

IV

Prenez-y garde, grands et petits:

une fois que nous sommes nés et venus au monde,

nous avons peu à vivre, je l'ai bien retenu;

et encore bien moins quand nous avons blanchi.

V

Gagnons le Paradis quand nous pouvons le faire;

n'attendons pas que la serrure en soit bloquée.

L'âme a ce qu'elle mérite sitôt le corps en terre;

la sentence rendue, il n'y a plus rien à faire.

VI

Dieu donne la Paradis à tous ceux qui l'aiment:

qui ne veut pas l'aider a de quoi s'affliger.

Il y a contre le roi trop d'Aumont, d'Agolant;

le roi s'appelle Charles, mais lui manque un Roland.

VII

Saint André savait la valeur du Paradis

en marchant au martyre pour être crucifié.

N'attendons pas que la mort nous enchaîne:

nous serions vraiment morts si ce don nous manquait.

VIII

Ce monde n'est pas un monde, c'est un champ de bataille,

mais nous, avec des vins, des mets, nous nous battons;

nous laissons passer le temps sans mettre la main à la pâte,

nous hypothéquons nos âmes, nous faisons des dettes.

IX

Quand il faudra payer, comment l'âme payera-t-elle,

puisque le corps ne moissonne ni ne sème au gré de Dieu?

Si Dieu et la douce Dame ne sont pas ses garants,

il lui faudra rester dans les flammes éternelles.

X

Les pécheurs vont à Rome pour se confesser,

laissant tout à la fois leur avoir, leur maison,

et seulement pour une pénitence: mauvaise affaire!

Qu'ils aillent un peu plus loin, leurs péchés seront remis.

XI

Bien fou, bien mauvais qui n'entreprend ce voyage

pour échapper au feu qui brûle pour toujours;

misérable sa conscience, de ne pas le reprendre;

le Paradis lui est peu de chose, si cette affaire ne le touche pas.

XII

Noble comte de Poitiers, que Dieu et sa douce Mère

vous donnent le saint Paradis et la grande joie claire!

Vous avez montré à Charles un loyal amour fraternel;

vous n'êtes pas l'esclave de Convoitise l'avare.

XIII

Vous y dépensez votre argent, vous l'avez déjà fait;

vous montrez bien dans le besoin que vous êtes son ami.

Si chacun de son côté s'y était mis de la sorte,

Charles aurait aujourd'hui moins d'ennemis.

XIV

Prions pour le roi Charles: c'est pour notre salut;

pour Dieu et pour la sainte Eglise il s'est mis en situation hasardeuse.

Prions donc Jésus-Christ pour qu'il puisse réussir

ce qu'il a entrepris et entretenir son armée.

XV

Prélats, ne grognez pas pour payer le dixième,

mais priez Jésus-Christ qu'il pense à acquitter votre dette;

car si votre prière est sans effet, bientôt, sachez-le,

on puisera dans vos biens propres, et vous pourrez toujours aboyer.

Explicit.

 

La complainte d'outre-mer

Empereurs, rois et comtes,

ducs et princes, à qui l'on conte,

pour vous divertir, des romans variés

sur ceux qui combattaient

autrefois pour la sainte Eglise,

dites-moi donc pour quel service

vous pensez obtenir le Paradis.

Ils le gagnèrent jadis,

ceux dont parlent les romans qu'on vous lit,

par les souffrances, par le martyre

qu'ils ont endurés sur la terre.

Voici le temps où Dieu vient vous chercher,

les bras étendus, teint de son sang

qui éteindra pour vous le feu

de l'enfer et du purgatoire.

En route pour une nouvelle épopée!

Servez Dieu de tout votre coeur,

car Dieu vous montre le chemin

de son pays, de son domaine,

qu'on foule aux pieds injustement.

Voilà pourquoi vous devriez vous employer

à venger et à défendre

la Terre promise

qui est dans les tribulations,

et perdue, si Dieu n'y veille

et si elle ne reçoit pas bientôt du secours.

Souvenez-vous de Dieu le Père

qui envoya son fils sur terre

pour y souffrir une mort cruelle.

Voici en grand péril la terre

où il vécut et mourut.

Je ne sais que vous dire de plus.

Qui n'aidera dans cette épreuve,

qui fera l'indifférent,

j'en ferai peu de cas pour le reste,

aussi dévôt qu'il sache se feindre,

mais je répéterai jour et nuit:

"Tout ce qui brille n'est pas or."

Ah! roi de France, roi de France,

la religion, la foi, la dévotion

chancellent complètement ou presque.

Pourquoi vous le cacher davantage?

Secourez-les, car il en est besoin,

vous et le comte de Poitiers,

avec tous les autres barons.

N'attendez pas que la mort

prenne votre âme, par Dieu, seigneurs!

Mais celui qui voudra acquérir de l'honneur

en paradis, qu'il le mérite:

je ne vois rien à ajouter.

Jésus-Christ dit dans l'Evangile,

qui ne raconte pas d'histoires:

"Il ne doit pas obtenir le Paradis,

celui qui ne laisse pas femme, enfants et biens

pour l'amour de Celui

qui, à la fin, le jugera."

Bien des gens sont tout tristes

de ce que Roland fut trahi

et pleurent de pitié factice,

alors qu'ils voient de leurs yeux les marques d'amour

que Dieu nous a données, lui qui nous a créés,

lui qui sur la saint Croix cria

aux Juifs qu'il mourait de soif.

Ce n'était pas pour boire tout à son aise:

il avait soif de nous racheter.

Voilà Celui que l'on doit redouter et craindre,

c'est sur un tel seigneur que l'on doit pleurer,

qui s'abandonna aux tourments

jusqu'à se laisser percer le flanc

pour nous arracher à la demeure du mal.

De son flanc il sortit du sang et de l'eau

qui nettoient et lavent ses amis.

Roi de France, qui avez mis

vos biens, vos amis,

votre personne en prison pour l'amour de Dieu,

ce sera une faute bien grave

si vous manquez à la Terre Sainte.

Il vous faut y aller maintenant

ou y envoyer du monde,

sans épargner l'or et l'argent,

pour reconquérir les droits de Dieu.

Dieu ne veut pas faire plus longtemps crédit

à ses amis ni leur laisser la bride sur le cou,

mais il veut lancer un défi:

il veut que viennent le voir

ceux qui voudront être assis à sa droite.

Hélas! prélats de la sainte Eglise,

qui pour vous préserver de la bise

ne voulez vous lever pour aller à matines,

Monseigneur Geoffroy de Sergines

vous réclame de par-delà la mer.

Mais moi je dis: il est blâmable,

celui qui vous demande autre chose

que de veiller à avoir de bons vins, une bonne table,

et à ce que le poivre soit assez fort:

voilà votre combat, voilà votre ambition,

voilà votre Dieu, voilà votre bien.

Votre Père du Ciel? Il peut charrier le fumier!

Rutebeuf, qui ne cache rien, le dit:

vous n'aurez bientôt besoin que d'un peu de toile,

sauf si vos panses sont très grasses.

Et que feront vos pauvres âmes?

Elles iront là où je n'ose dire:

Dieu en sera juge.

Envoyez donc à Jésus-Christ

le centième de ce qui lui appartient;

faites-lui au moins cette faveur,

puisqu'il vous a élevés si haut.

Hélas! grands clercs, grands prébendiers,

qui êtes de si bons vivants,

qui faites votre Dieu de votre ventre,

dites-moi de quelle manière

vous aurez part au royaume de Dieu,

vous qui ne voulez pas dire un seul psaume

du psautier, tant vous êtes mauvais,

sauf celui qui n'a que deux versets:

celui-là vous le dites en sortant de table.

Dieu veut que vous alliez le venger,

sans plus vous inventer d'obstacles,

ou que vous renonciez au patrimoine

qui appartient au sang du Crucifié.

Vous le gardez mal, c'est moi qui vous le dis.

Si vous servez Dieu à l'église,

Dieu de son côté vous sert d'une autre manière,

puisqu'il vous nourrit dans votre maison:

vous êtes quittes, en toute logique.

Mais si vous aimez la demeure

où l'on trouve la joie sans fin,

achetez-la, car Dieu la vend.

Il a besoin de façon sûre

d'acheteurs, et ils vont contre leur intérêt,

ceux qui ne font pas affaire tout de suite,

car ils voudront l'avoir à un moment

où on ne l'obtiendra pas pour de l'argent.

Et vous, tournoyeurs, que direz-vous

quand vous vous présenterez au jour du Jugement?

Que pourrez-vous répondre devant Dieu?

Car alors ne pourront se cacher

ni clercs ni laïcs,

et Dieu vous montrera ses plaies.

S'il vous réclame le pays

où pour vous il voulut souffrir la mort,

que direz-vous? Je ne sais.

Les plus hardis resteront si cois

qu'on pourrait les attrapper à la main.

Et demain n'existe pas pour nous,

car le terme vient, il approche,

où la mort nous clouera la bouche.

Hélas! Antioche, Terre sainte,

comme ta plainte est douloureuse

de n'avoir désormais plus aucun Godefroy!

Le feu de la charité est froid

dans le coeur de tous les chrétiens:

ni jeunes ni vieux

ne se soucient de combattre pour Dieu.

Ils pourraient se donner bien du mal,

jacobin et cordelier,

pour trouver un Angelier,

un Tancrède, un Baudouin.

Ils laisseront plutôt les Bédouins

maîtres de la Terre Sainte

qui nous est enlevée par notre carence;

Dieu la voir déjà incendiée d'un côté.

De l'autre arrivent ceux de Tarse;

Charismiens et Chananéens

à leur tour viendront tout détruire.

Il n'y aura plus personne pour la défendre

Si Monseigneur Geoffroy demande

du secours, qu'il cherche qui peut lui en apporter:

pour moi, je ne vois pas d'autre solution.

Car plus je ferais de sermons,

plus les choses empireraient.

Ce monde va à sa fin: qui fera le bien,

après sa mort aura sa récompense.

 

La complainte du comte Eudes de Nevers

I

La mort, qui toujours s'acharne

sur ceux qui suivent le mieux le chemin de la vertu,

me pousse à découvrir mes sentiments

à l'égard d'un des hommes que j'aimais le plus

et à qui je voudrais ressembler

plus que personne au monde.

Il s'appelait Eudes - un homme de bien, un sage -,

comte de Nevers au coeur indomptable:

la mort en a fait sa proie.

C'était la fleur de son lignage;

Sa mort cause un plus grand dommage

que je ne saurais vous le dire.

II

Le comte est mort, Dieu ait son âme!

Que saint Georges et la douce Dame

daignent prier le souverain maître

de placer le vaillant comte à sa droite

dans la joie que rien de peut atteindre,

sans qu'il ait à craindre les flammes de l'enfer!

Il est bien juste qu'il y soit,

car il a laissé son pays, sa maison,

pour cette perle glorieuse

qui se nomme la joie céleste.

D'une femme jamais ne pourra naître,

à mon avis, homme meilleur que lui.

III

Le comte fut armé chevalier

le moment venu,

dès qu'il fut en état de porter les armes;

depuis lors il n'y eut ni chemin ni sentier

où il n'allât très volontiers

si l'on pouvait s'y aventurer.

Et je puis bien vous dire et vous jurer

que, s'il n'était pas mort prématurément,

nul mieux que lui n'eût rendu la justice,

tant il aurait su être modéré

pour les bons et impitoyable pour les méchants:

doux pour les uns, féroce pour les autres.

IV

Pendant le peu de temps qu'il vécut sous les armes,

tous les vaillants étaient envieux

de lui ressembler par leur conduite.

Si Dieu n'avait pas aimé sa compagnie,

il n'aurait pas désarmé Acre en la privant

d'une bannière si redoutée.

La mort a retiré cette défense

d'Acre, qui n'avait pas besoin de cela.

La Terre Sainte en reste toute éperdue.

C'est là une mort douloureuse et cruelle

dont nul ne se réjouit,

sinon ce peuple ignoble et détestable.

V

Ah! Terre pleine de noblesse,

de charité et de largesse,

quelle affreuse perte pour vous!

Si n'étaient pas mortes Grandeur d'âme,

Vaillance et Prouesse,

vous ne seriez pas ainsi à l'abandon.

Hélas! hélas! gens malhabiles,

la porte des cieux est ouverte:

ne reculez pas par paresse.

Dieu n'a pas mis bien longtemps à l'offrir

au valeureux comte pour ses mérites,

car il l'a conquise encore en sa jeunesse.

VI

Il n'a pas tourné la face de sa croix côté pile,

comme ne cessent de le faire par milliers

ceux qui feignent seulement de la prendre;

mais il a agi selon l'Evangile

en laissant maints bourgs, maintes villes,

pour mourir au service

du Seigneur qui a tout en son pouvoir.

Et Dieu le lui rend magnifiquement

(ne croyez pas que je vous trompe),

car il fait en abondance de grands miracles:

il est évident que Dieu a pris son âme

pour la mettre parmi son assemblée royale.

VII

Bien plus, le comte, à sa mort, fit en sorte

d'être confondu avec les plus pauvres:

au nombre des plus pauvres il voulut être compté.

Quand la mort mord un tel homme,

comment peut-elle n'avoir pas de remords

de mordre si tôt un tel comte?

Car, s'il faut conter la vérité,

je ne crois pas que jamais plus

un cheval, faible ou fort, ne portera

d'homme craignant autant le déshonneur

et sachant mieux ce qu'est l'honneur:

n'y a-t-il pas là matière à chagrin et à peine?

VIII

Le coeur du comte est à Cîteaux,

son âme là-haut dans les cieux,

et son corps repose outre-mer.

Ce partage est bel et bon,

car ce sont trois précieux joyaux

que tous les hommes de bien doivent aimer.

Il fait bon semer là-haut dans les cieux:

on n'a pas besoin de fumer la terre

et les oiseaux ne peuvent y manger les graines.

Puisqu'il accepta pour Dieu que son corps fût abîmé,

que pourra lui reprocher Dieu

quand il jugera les bons et les mauvais?

IX

Ah! comte Jean, très cher seigneur,

puisse-t-on dire de vous autant de bien

qu'on le peut du comte Eudes!

Car il y fournit si bien matière

que Dieu y trouve son plaisir et sa joie

et que le saint paradis en est éclairé.

Il fait bon s'acheminer vers une telle fin,

car on ne peut en retirer aucun mal;

il fait bon choisir une telle vie.

Doux, compatissant, généreux:

tel le trouvait-on en toute chose.

Il est sage, celui qui le prend pour modèle.

X

Monseigneur Erard, Dieu vous garde

et vous maintienne bien en vie,

car la Terre Sainte en a grand besoin:

s'il vous rappelle bientôt à lui,

je crains que le pays ne soit en proie

à une grande douleur et à une grande guerre.

Comme votre coeur se serre

de voir que Dieu a si tôt mis près de lui

le comte à la bannière redoutée!

Où pourrez-vous chercher un tel compagnon?

Je ne crois pas qu'en France ni en Angleterre

on puisse vous en indiquer un.

XI

Ah! roi de France, roi de France,

Acre est chaque jour en danger:

secourez-la, il en est besoin.

Servez Dieu de toutes vos forces,

ne restez pas plus longtemps ici,

ni vous ni le comte de Poitiers.

Dieu vous y verra volontiers,

car l'herbe a envahi le sentier

qu'on foulait pour faire pénitence.

Celui qui sera le vrai ami de Dieu,

qu'il aille jeter le trouble chez ces bouchers

qui jettent le trouble sur notre foi!

XII

Chevaliers, que faites-vous ici?

Comte de Blois, seigneur de Coucy,

comte de Saint-Pol, fils du vaillant Hugues,

vous prolongez ici votre présence;

comment demanderez-vous grâce à Dieu,

si la mort vous tue dans vos lits?

Vous voyez que la Terre Sainte

va nous être prise de votre vivant,

ce dont mon coeur s'attriste et se désole.

La mort n'attend pas:

elle lève sa massue et frappe.

Elle a vite fait de changer le jour clair en nuit.

XIII

Tournoyeurs, qu'attendez-vous,

vous qui ne défendez pas la Terre

qui appartient à votre Créateur?

Il faut que vous ayez un bandeau sur les yeux

pour ne pas vous garder de la colère de Dieu

et pour ne chercher aucune protection.

Vous redoutez peu la tour profonde

d'où les prisonniers ne sortent jamais

et où vous descendez par paresse.

Plus d'échappatoire, plus de volte-face

quand la mort est sur vos talons:

vous rendez à Dieu corps et âme.

XIV

Quand le vin nous est bien monté à la tête,

au coin du feu, près de la cheminée,

nous prenons la croix avec enthousiasme.

Le lendemain matin,

le voyage est déjà terminé:

c'est ce que font clercs et laïcs.

Et quand on meurt, qu'on fait son testament,

on laisse chambres, maisons et palais

douloureusement, à contre-coeur.

On s'en va là où il n'est pas de rémission.

Les biens, on ne s'en soucie plus

quand on est étendu mort sur le dos!

XV

Prions donc le Roi glorieux,

qui par son sang précieux

nous arracha à l'anéantissement,

que nous puissions faire notre demeure

dans son royaume délicieux,

qui est si doux et plein de grâces,

et que très pieusement

nous puissions aller dans le pays

où Dieu souffrit la mort cruelle.

Celui qui laisse la Terre promise

dans un tel état

se soucie peu de son âme.

 

Le dit de la croisade de Tunis

I

Colère, tourments, pleurs et pitié:

voilà tout le sujet de mon poème.

Qui n'éprouve pas de pitié a bien rejeté Dieu:

il ne doit trouver en Dieu amour ni amitié.

II

Evangélistes, apôtres, martyrs et confesseurs

souffrirent pour Jésus-Christ le pressoir de la mort;

prenez donc bien garde, vous leurs successeurs,

qu'on n'obtient pas le paradis sans de nombreux tourments.

III

Nul n'entra jamais au paradis sinon par la souffrance;

c'est donc un pauvre fou que celui qui pour son âme ne souffre pas.

Pensez-vous que Jésus-Christ nous mènera en paradis

parce que nous aurons nourri dans les délices la chair malsaine?

IV

Malsaine, elle l'est, de cela je ne doute pas:

tantôt chaude, tantôt froide; tantôt plaisante, tantôt douloureuse;

jamais elle ne sera stable ni en repos.

Qui sert Dieu avec cette chair, guide-t-il bien son âme?

V

Il la guide tout droit dans la grande fournaise

du puits d'enfer, où nul n'aura jamais ses aises.

Qu'il prenne garde, celui qui y va ou s'y complait:

Dieu ne mourra plus pour aucune âme mauvaise.

VI

Dieu dit dans l'Evangile: "Si le maître avait su

à quelle heure le voleur devait creuser son seuil,

il aurait veillé par crainte du voleur,

qui n'aurait pu ainsi lui faire aucun dommage."

VII

De même nous ignorons quand Dieu dira: "Venez!".

Qui sera mal préparé sera mal loti,

car Dieu sera pour lui comme un lion furieux.

Vous n'êtes pas sur vos gardes, vous qui vous attardez.

VIII

Il ne s'attarde pas, le roi qui règne sur toute la douce France.

Il aime tant son âme qu'il ne craint pas la mort,

mais il passe la mer pour attaquer ces sales chiens.

Que Jésus-Christ, par sa grâce, le garde lui et ses troupes!

IX

Princes, prélats, barons, pour Dieu, prenez-y garde:

la France est une terre si grasse qu'il ne faut pas qu'on la larde.

Voici qu'il veut la laisser, celui qui la protège et la garde,

pour l'amour de Celui qui a tout sous sa garde.

X

Désormais ce bon roi devrait se reposer

et ne se soucier que de son repos:

et voici qu'il veut quitter la douce France.

Que Dieu lui accorde de revenir à Paris dans la joie!

XI

Quant au comte de Poitiers, qui veille sur tout un peuple,

et qui en douce France tient si bien sa place

que le lieu où il passe en vaut mieux pour quinze jours,

il s'en va outre-mer: rien ne peut le retenir.

XII

Il aime Dieu plus que les hommes, celui qui entreprend un tel voyage,

qui est le pélerinage suprême:

c'est exposer son corps, c'est naviguer sur la mer

pour l'amour de Celui qui nous fit à son image.

XIII

Monseigneur Philippe, le vaillant comte d'Artois

et le comte de Nevers, qui sont preux et courtois,

offrent eux aussi à Dieu leurs services comme un chant;

le chevalier qui ne les suit pas, je ne l'estime pas un sou.

XIV

Le vaillant roi de Navarre, qui laisse une si belle terre

que je ne sais où on pourrait en chercher une plus belle

(mais on doit tout laisser pour conquérir l'amour de Dieu:

ce voyage est la clé qui ouvre le paradis),

XV

ne se soucie pas de ce qu'il pouvait avoir à faire;

pourtant tourments et contrariétés ne lui ont pas manqué,

mais de même que Dieu trouva saint André généreux,

il trouve le roi Thibaud doux et excellent.

XVI

Et les deux fils de roi et leur cousin germain,

le comte d'Artois, qui n'est pas inférieur,

vont aussi dans les déserts payer de leur personne

puisqu'ils vont par la mer attaquer Sarrasins et Comans.

XVII

Bien qu'ils tardent et traînent à me faire du bien,

j'ai, de pitié pour eux, pourtant, le coeur dolent:

ce qui me réconforte (pourquoi le cacher?),

c'est que par ce voyage ils s'envolent vers le paradis.

XVIII

Saint Jean a fui la compagnie des hommes,

il a fait de sa chair son serviteur,

il a plus aimé les déserts que l'or fin et l'argent,

pour éviter qu'Orgueil s'en prenne à sa vie.

XIX

Il doit bien aimer son corps, celui qui peut avec lui servir Dieu,

de manière à mériter l'honneur et le paradis:

il aime trop ses aises, celui qui laisse asservir son âme,

car elle sera servie en enfer pour avoir, dans sa folie, mal servi.

XX

Voici un beau sermon: le roi va outre-mer

pour servir ce Roi en qui rien n'est amer;

qui voudra ces deux rois et servir et aimer,

qu'il se croise et les suive: il ne peut semer mieux.

XXI

Il dit, Celui qui pour nous subit honte et outrages:

"Il n'est pas digne de moi, celui qui ne laisse pas tout pour moi;

celui qui veut me suivre, qu'il se croise sans délai!"

Qui ne suivra pas Dieu a sucé le lait du malheur.

XXII

Vavasseurs, jeunes chevaliers, pleins d'ignorance,

pensez-vous acquérir estime et honneur de ce côté de la mer?

Vous vous laisserez mourir, et pourrir votre avoir;

si vous êtes cause de votre mort, Dieu n'en veut rien savoir.

XXIII

Dites, avez-vous l'assurance de vivre longtemps?

Je vois des hommes riches se bâtir des maisons:

quand tout est bien fini,

on leur en fait une autre qui ne coûte pas cher.

XXIV

Jamais couard n'entrera au paradis céleste,

pourtant nul n'est si couard qu'il ne voudrait bien y être;

mais ils craignent tant de souffrir et de sortir de chez eux

qu'ils tournent le dos à Dieu et le laissent de côté.

XXV

Dès sa naissance l'homme a peu de temps à vivre;

quand il a quarante ans, il lui en reste encore moins sur le livre.

Au lieu de servir Dieu, il s'abreuve et s'enivre

sans prendre garde à rien, jusqu'à ce que la mort le délivre.

XXVI

Le voilà mort: qu'a-t-il fait, lui qui a tant vécu?

Il a détruit les biens que Dieu lui avait prêtés;

il ne s'est souvenu de Dieu ni l'hiver ni l'été.

Il aura le paradis, s'il a su le conquérir!

XXVII

Fou qui contre la mort croit trouver une défense:

les beaux, les forts, les sages, la mort s'en nourrit;

la mort mord Absalon, Salomon et Samson;

Il n'a pas de peine à tout mépriser, celui qui sans cesse pense à la mort.

XXVIII

Et vous, à quoi pensez-vous, qui n'avez pas de lendemain

et qui ne voulez prendre peine à faire aucun bien?

Si on va à l'église, vous dites: "Je reste";

pour servir Dieu de votre écot, vous êtes Ecossais.

XXIX

Si on va à l'église, vous n'y avez que faire:

elle n'est pas solide, elle aurait tôt fait de vous tuer.

A ceux qui y vont vous dites que vous avez affaire ailleurs:

"Pourquoi suivre la messe? Il y a maint beau cerf en forêt de Fontainebleau."

XXX

Vous vous moquez de Dieu jusqu'à l'heure de la mort,

et vous lui criez grâce lorsque la mort vous mord,

que dans votre conscience sont reproches et remords;

Nul n'y pense jusqu'au moment où la mort le mord.

XXXI

Regardez d'où vous êtes venus et où vous retournerez.

Dieu ne fait tort à personne, nul juge n'est aussi juste;

il est maître des lois, il est maître du droit:

Toujours et partout vous le trouverez juge droit.

XXXII

Voici le moment où il a besoin d'amis;

de tout ce qu'il vous a donné, il ne demande que le coeur.

Qui lui aura promis et donné son coeur

aura fait ce qu'il faut pour recevoir son Royaume.

XXXIII

Les mauvais resteront, il ne faut pas les choisir;

et s'ils sont mauvais aujourd'hui, demain ils seront pires;

de jour en jour ils feront de royaume empire:

si nous ne les retrouvons pas, nous ne ferons qu'en rire.

XXXIV

Que le Roi qui conduisit les trois rois à Bethléem

conduise tous les croisés qui sont prêts au départ,

si bien qu'ils puissent ôter au sultan joie et plaisir,

et qu'ainsi leur succès soit matière à chansons!

 

Le débat du croisé et du décroisé

I

L'autre jour, vers la Saint-Rémi,

je chevauchais, allant à mes affaires,

préoccupé à cause de la détresse

de ceux dont Dieu a le plus besoin:

les défenseurs d'Acre, qui n'ont aucun ami

(on peut bien le dire en toute vérité),

et qui sont si près de leurs ennemis

que leurs traits peuvent les atteindre.

II

Cela me préoccupait tant

que je m'égarai,

plongé que j'étais dans mes pensées

en homme qui dispute avec lui-même.

Je trouvai une maison forte, bien fermée,

que je ne connaissais pas;

à l'intérieur se trouvaient

des gens tels que je désirais en voir.

III

Il y avait là quatre chevaliers

qui n'avaient pas la langue dans leur poche.

Ils avaient dîné, et allèrent se distraire

dans un verger près du bois.

Je ne voulus pas leur tomber dessus sans façon,

car un homme bien élevé m'a appris

que "tel fait fuir la compagnie

en croyant la divertir", et, sans rire, c'est vrai.

IV

Deux d'entre eux laissaient parler les deux autres,

et je me mis à les écouter,

tout seul près de la haie,

descendant de cheval pour me rapprocher.

Au milieu de propos légers, il dirent

ce que vous allez m'entendre vous rapporter.

Il y fut question du monde et de Dieu:

c'était là-dessus qu'ils discutaient.

V

L'un d'eux avait pris la croix,

l'autre ne voulait pas.

Voici l'objet de leur débat:

le croisé voulait persuader l'autre

- qui, sans mépriser la croix,

ne voulait pas la prendre -

de le faire sous son influence,

s'il était assez habile pour l'obtenir.

VI

Le croisé parla le premier:

"Ecoute-moi, très cher ami.

Tu sais parfaitement

que Dieu t'a doué de raison,

grâce à quoi tu peux distinguer

le bien du mal, les amis des ennemis.

Si tu en uses avec sagesse,

la récompense t'en est déjà promise.

VII

Tu vois, tu saisis, tu comprends

les malheurs de la Terre Sainte.

Comment peut-on se vanter de sa vaillance

et laisser le pays de Dieu subir telle guerre?

Même si un homme vivait cent ans,

il ne pourrait gagner autant de gloire

qu'en allant, plein de repentir,

reconquérir le Sépulcre."

VIII

L'autre répondit: "Je comprends très bien

pourquoi vous me dites cela.

Vous me faites la leçon pour que je donne

mon bien aux cochons et que je m'éclipse.

Les chiens garderont mes enfants,

qui resteront sur la paille.

On dit: "Ce que tu tiens, tiens-le bien!"

C'est une belle parole, qui est de bon conseil.

IX

Pensez-vous que je vais prendre la croix,

m'en aller outre-mer,

et demander quarante sous

d'une terre qui en rapporte cent?

Je ne crois pas que Dieu enseigne

qu'on doive faire de telles semailles.

Celui qui sème ainsi, qu'il aille se cacher:

il mériterait qu'on l'assomme.

X

- Tu es sorti nu du ventre de ta mère,

dit le croisé: c'est incontestable.

A présent tu en es au point

que ton corps est bien vêtu.

Que fais-tu donc de Dieu

qui rend les mérites au centuple?

Qui obtiendra moins (perte honteuse!),

on le tiendra pour un misérable.

XI

On peut actuellement gagner le paradis

facilement, grâce à Dieu!

Saint Pierre et saint Paul, sachez-le,

l'achetèrent beaucoup plus cher:

ils le payèrent, croyez-le,

d'un bien aussi précieux

que leur tête et leur cou.

Tous deux ont réussi un joli coup!"

XII

Celui qui n'entendait pas se croiser répond:

"Je m'étonne de voir des gens

se donner beaucoup de mal

pour amasser un peu d'argent,

puis s'en aller à Rome, dans les Asturies

ou sur d'autres routes encore.

Ils tentent si bien leur chance

qu'ils n'ont plus ni serviteur ni servante.

XIII

On peut très bien en restant ici

gagner le ciel sans grandes souffrances.

Si vous, vous allez là-bas, outre-mer,

c'est que vous avez prêté hommage à la folie.

Je dis que c'est un fou complet,

celui qui se fait l'esclave d'autrui,

quand il peut gagner le ciel sur place

en vivant de son héritage.

XIV

- Ce que tu dis est tellement faux

que c'est inqualifiable,

toi qui veux sans tribulations

gagner le ciel sur ta bonne mine.

Avaient-ils donc un projet fou,

les saints qui ont souffert le martyre pour obtenir la rédemption?

Tu dis ce que nul n'est en droit de dire.

XV

Les souffrances qu'un homme peut endurer

ne sont même pas suffisantes

pour lui mériter de parvenir

à la joie souveraine.

Si tous les moines entrent en religion,

c'est pour parvenir à cette joie.

On ne doit redouter aucune peine

que l'on ait à subir pour Dieu, jusqu'à la mort.

XVI

- Seigneur, qui prêchez la croisade,

souffrez que moi, je me récuse.

Prêchez les princes de l'Eglise,

les grands doyens, les prélats,

à qui Dieu n'a rien à refuser

et qui ont tous les plaisirs de ce monde.

Ce jeu est bien mal organisé:

c'est toujours nous qui sommes pris.

XVII

C'est aux clercs et aux prélats de venger

la honte de Dieu, puisqu'ils jouissent de ses rentes.

Ils ont à boire et à manger,

et peu leur chaut qu'il pleuve ou vente.

Le monde entier est à leur disposition.

Si cette route les conduit à Dieu,

ils sont fous s'ils veulent en changer,

car c'est la plus agréable de toutes.

XVIII

- Laisse les clercs et les prélats tranquilles

et regarde le roi de France

qui pour conquérir le Paradis

veut risquer sa vie

et confier ses enfants à Dieu:

un prêt inestimable!

Tu vois qu'il veut se préparer

et faire ce dont je discute avec toi.

XIX

Le roi a de bien meilleurs raisons

de rester dans le royaume que nous.

Pourtant il veut honorer de sa personne

celui que nous tenons pour notre Seigneur

et qui en croix se laissa mettre en pièces.

Si nous ne nous donnons pas de mal pour le servir,

hélas! nous aurons beaucoup à pleurer,

car la vie que nous menons est folle.

XX

- Je veux vivre au milieu de mes voisins,

me divertir, prendre du bon temps.

Vous irez brouter outre-mer,

vous qui ne craignez pas les lourds fardeaux.

Dites au sultan votre maître

qui je fais peu de cas de ses menaces.

S'il vient ici, il regrettera de m'avoir vu,

mais je n'irai pas le relancer là-bas.

XXI

Je ne fais de tort à personne,

personne ne se plaint de moi.

Je me couche tôt, je dors longtemps,

je suis en bons termes avec mes voisins.

Je crois, par saint Pierre de Rome,

qu'il vaut mieux que je reste

plutôt que de prendre gros à autrui

au prix de grandes craintes.

XXII

- Tu désires vivre ici à ton aise:

sais-tu si tu vivras longtemps?

Dis-moi si tu connais un livre qui mesure

la longueur d'une vie de façon certaine.

Mange, bois, enivre-toi:

le lâche en a vite plus que son compte.

Sache-le bien: pas de différence

entre la vie d'un homme et des oeufs cassés.

XXIII

Hélas! malheureux, la mort te poursuit,

elle t'aura bientôt pris dans ses filets.

Au-dessus de ta tête elle tient sa massue.

Elle prend également les vieux et les jeunes.

Elle a vite fait d'un pied une jambe de bois!

Et toi, tu as tant péché contre Dieu!

Suis au moins un peu la trace

de ce qui fait la gloire des meilleurs.

XXIV

- Seigneur croisé, ce que vois m'étonne:

de petites gens vont en nombre outre-mer,

sages, généreux, pleins de bonnes dispositions,

bien convenables;

là-bas, ils se conduisent bien, je crois,

pour le plus grand bien, pense-t-on, de leur âme.

Pourtant, ils ne valent plus rien du tout

au moment de leur retour.

XXV

Si Dieu est quelque part au monde,

il est en France, sans aucun doute.

Ne croyez pas qu'il se cache

parmi des gens qui ne l'aiment pas.

Je préfère une fontaine qui déborde

à une fontaine tarie en été,

et votre mer est si profonde

que je la redoute à bon droit.

XXVI

- Tu ne redoutes pas la mort,

tu sais qu'il te faut mourir,

et tu dis que la mer te retient et te mord!

D'où vient une telle folie?

La lâcheté qui t'agrippe et te mord

te fait peut-être rester à la maison.

Que feras-tu si la mort te mord,

puisque tu n'en connais pas le moment?

XXVII

Les lâches resteront de ce côté-ci:

aucun vaillant n'i restera.

Ils mourront dans leur lit comme des veaux:

heureux celui qui outre-mer mourra!

Ils auront beau faire chacun de son mieux,

ils ne s'en remettront jamais.

Ils finiront pas pleurer leur paresse:

s'ils meurent, nul ne les pleurera.

XXVIII

Sans mettre la main à la pâte

tu penses échapper aux flammes de l'enfer,

en empruntant, en vivant à crédit,

en faisant de la chair ta maîtresse.

Pour moi, pourvu que mon corps puisse sauver mon âme,

peu m'importe ce qui peut arriver,

prison, bataille,

ni de laisser femme et enfants.

XXIX

- Cher seigneur, quoi que j'aie pu dire,

vous m'avez vaincu et mis échec et mat.

Je me réconcilie et fais la paix avec vous,

car vous n'avez pas essayé de me flatter.

Je prends la croix sans nul délai,

je donne à Dieu ma personne et mes biens,

car qui se dérobera à ce tribut

aura épargné à mauvais escient.

XXX

Au nom du grand Roi glorieux

qui de sa fille fit sa mère,

qui par son sang précieux

nous arracha à la mort amère,

je désire vivement me croiser

pour parvenir à la joie lumineuse.

Car qui est oublieux de son âme,

il est bien juste qu'il le paye."

 

Le dit de l'Université de Paris

Il me faut rimer sur un conflit

qui a fait et qui fera

dépenser beaucoup d'argent:

les choses en ce monde n'en iront pas mieux.

Les clercs de Paris

(je parle de ceux de l'Université,

en particulier de la Faculté des Arts,

non pas des hommes d'âge pleins de vertu)

sont entrés en conflit les uns avec les autres:

rien de bon n'en sortira, je crois;

il n'en sortira que des maux et des tourments,

c'est ce qui arrive déjà jour et nuit.

Est-ce bien une chose à faire?

Le fils d'un pauvre paysan

viendra étudier à Paris;

tout ce que son père pourra gratter

sur un arpent ou deux de terre,

il le donnera tout entier à son fils,

pour qu'il se fasse honneur, qu'il se fasse estimer,

et lui, il en reste ruiné.

Une fois le jeune homme arrivé à Paris

pour faire ce à quoi il s'est obligé

et pour mener une vie honorable,

il inverse la prophétie d'Isaïe:

ce qui fut gagné par le soc et la charrue,

il le convertit en équipement militaire.

Il regarde dans toutes les rues

où il peut voir une jolie traînée;

il regarde partout, partout il traîne;

son argent fuit, ses habits s'usent:

tout est à recommencer.

De telles semailles ne sont guère fécondes.

En Carême, quand on doit agir

de façon à plaire à Dieu,

ils revêtent un haubert à la place d'une haire

et boivent jusqu'à en être assommés;

à trois ou quatre

ils font se battre quatre cents étudiants

et arrêter les cours de l'Université:

n'est-ce pas là un grand malheur?

Dieu! il n'est pas pourtant de vie si honorable,

pour qui aurait envie de bien se conduire,

que celle du véritable étudiant!

Ils endurent plus qu'un portefaix,

dès lors qu'ils veulent étudier sérieusement;

ils ne peuvent pas songer

à s'attarder longtemps à table:

leur vie est aussi méritoire

que celle de n'importe quel moine.

Pourquoi partir loin de chez soi,

s'en aller dans un pays étranger,

si c'est pour y devenir un fou parfait

alors qu'on doit apprendre la sagesse,

pour y perdre son argent et son temps

et pour faire honte à ses amis?

Mais le mauvais étudiant ne sait ce qu'est l'honneur.

 

Complainte du roi de Navarre

Pitié m'enseigne une complainte

sur un homme qui avait au bord de la Seine

et de la Marne maintes maisons.

Nul n'est jamais venu à la perfection

où il serait parvenu, sans la mort

qui, quand il est revenu, l'a mordu:

c'est le roi Thibaud de Navarre.

Sa mort a bien jeté le trouble

sur tout son royaume et tout son comté

à cause des vertus que de lui on contait.

Quand le roi Thibaud vint dans sa terre,

ils furent nombreux à lui faire la guerre

et à multiplier contre lui les attaques,

si bien qu'il n'avait pas de proche

qui n'en fût affligé.

Mais, je puis vous l'affirmer sous serment,

s'il n'était pas mort prématurément,

le meilleur de nos contemporains

aurait souhaité lui ressembler,

car personne au monde

ne mena une vie aussi pure et aussi remplie.

Généreux, distingué, sans nulle tache,

plein de valeur à la guerre comme au repos:

tel était celui que la mort nous a ôté.

Je ne crois pas qu'un meilleur chrétien,

jeune ou vieux,

soit resté après ce jour dans l'armée.

Et je crois que Dieu ne l'a pas exclu

d'entre les saints, mais qu'il l'y a mis au contraire,

car il a toujours été l'ami

de l'Eglise et des religieux.

Combien la mort mérite de reproches

pour avoir mordu un si noble morceau!

Depuis longtemps elle n'avait mordu homme si éminent.

Il ne se passera plus de jour que ne s'en plaignent

la Navarre, la Brie, la Champagne.

Troyes, Provins et les deux Bar,

vous avez perdu votre manteau,

c'est-à-dire votre protection.

Vous avez entamé votre déclin,

puisque vous avez perdu un tel seigneur.

vous avez bien sujet d'en être tout éperdus.

Mort déloyale, qui ne veux rien entendre,

si tu l'avais laissé vivre soixante ans

(la durée légitime de sa vie)

et qu'alors tu avais prélevé ton tribut,

l'effet aurait pu être moindre.

Mais sa valeur venait de se manifester:

n'as-tu pas causé un grand malheur

en le faisant mourir à son retour?

Mort déloyale, mort ignoble,

je ne puis m'empêcher de te blâmer

quand je me souviens de ses hauts faits

devant Tunis,

où il a exposé ses biens et sa personne.

Il était le premier à sortir pour l'attaque,

le dernier à rentrer.

Il ne prenait garde à ses dépenses

ni en argent ni en vivres et en équipements;

Savez-vous ce qui occupait sa pensée?

De rendre visite aux gens de mérite.

Il se comportait à table en vrai serviteur;

au sortir de table, c'était un compagnon

plein de toutes les qualités,

un égal pour les barons, un père pour les pauvres,

pour ceux de moyen état, un compagnon, un frère,

sagace et réfléchi au conseil,

rapide et sûr aux armes,

si bien que dans toute l'armée il n'avait son égal.

Deux fois par jour il faisait tremper la soupe

pour rassasier les affamés.

Celui qui l'aurait dit orgueilleux

et l'aurait vu ensuite à table

se serait tenu pour menteur.

Sa troupe était vaillante et forte

car son aspect et ses efforts

donnaient aux autres du courage.

Jamais on n'a vu un homme aussi jeune

se comporter si bien

au guet, dans une mêlée, dans une embuscade.

Celui qui l'avait vu en Champagne

ne le reconnaissait pas à Tunis,

car c'est dans le besoin qu'on connaît l'homme de valeur;

vous le savez, en fin de compte:

celui qui vit en paix chez lui,

on le tiendrait pour un fou complet

d'aller se battre contre les murs.

J'entends ainsi réduire à néant

les méchants propos, si on en a tenu,

car sa vaillance en fait justice.

Quand c'était son tour de faire le guet,

chacun était aussi en sécurité

que dans une tour,

car toute l'armée était comme ceinturée de murs.

Chacun était alors en sécurité,

car son guet valait une muraille.

Quand ses hommes rentraient,

ils trouvaient tout préparé:

tables dressées, nappes blanches mises.

Là, le bon exemple était donné

avec tant d'élégance,

le roi se comportait de telle façon,

que je suis heureux de le rappeler,

parce que nul ne le conteste

et que tous ceux qui le virent à l'oeuvre

m'en donnent le témoignage,

sans que j'en trouve un seul pour soutenir

que ce qu'on dit de lui n'est pas vrai.

Roi Henri, frère du vaillant roi,

que Dieu vous inspire des dispositions aussi bonnes

qu'au roi Thibaud votre frère:

vous êtes déjà le fils d'un si excellent père.

Pourquoi vous retarder

en prolongeant mes propos?

Tout ce que le roi Thibaud faisait

plaisait à Dieu et au monde.

Fontaine de courtoisie,

il avait toutes les vertus sans nulle faiblesse.

Ce que j'ai entendu et appris

de maître Jean de Paris,

qui l'aimait aussi profondément

qu'un homme de bien peut aimer son seigneur,

m'a permis de traiter mon sujet;

mais trois jours ne suffiraient pas à l'épuiser.

Messire Erart de Valéri,

à qui jamais chevalier

ne fut comparable en loyauté,

Dieu, grâce à vous, l'avait fait tel qu'il était:

il n'en est pas resté de meilleur que lui

ni qui puisse être si honoré au loin.

Prions le Père glorieux

et son cher et précieux Fils,

ainsi que le Saint Esprit,

source de toute qualité,

et la douce Vierge

qui fut la mère et la servante de Dieu,

de lui accorder une place

au Paradis avec les saints martyrs.

 

La complainte du comte de Poitiers

Qui aime Dieu, le sert et le redoute

écoute volontiers sa parole.

Il ne craint ni la maladie ni la mort,

celui qui s'attache à l'aimer de tout son coeur.

La tentation ne lui semble qu'un souffle,

car il a devant lui un bon bouclier:

c'est le flanc de son Créateur

qui pour nous engagea la bataille,

affrontant toutes les tribulations

sans redouter les persécutions.

De ce flanc il se fait un heaume,

car il désire le royaume de Dieu,

il s'en fait un bouclier, une visière,

un blanc haubert à double rang de mailles,

et il fait don de sa personne

pour Celui qui voulut subir

le fardeau pesant de la mort amère.

D'un coeur léger il laisse père et mère,

femme et enfants, sa terre,

et s'expose pour Dieu à la guerre

jusqu'à ce que Dieu l'enlève de ce monde.

Alors il peut savoir combien bon est son hôte,

alors il reçoit sa récompense:

Dieu et lui sont quittes.

Tel fut le comte de Poitiers,

qui a toujours été vaillant et loyal;

il chevaucha ce monde terrestre

en menant par la bride le destrier Paradis.

Vous l'avez vu, pendant longtemps

le comte a su gouverner noblement

le comté de Toulouse,

- ce comte auquel chacun aspire à ressembler;

grâce à sa sagesse, à sa générosité,

à sa vigueur, à son courage,

il n'y eut ni conflit ni guerre:

il a tenu sa terre en paix.

Il m'a comblé de tant de biens

que je veux dire un peu ceux qui étaient en lui.

Vous le savez, vous devez le savoir:

le commencement de la sagesse,

c'est d'avoir peur

de courroucer son Sauveur

et de l'aimer de tout son coeur,

car en son amour il n'y a rien d'amer,

son amour est sans fin et sans fond.

Le vaillant comte Alphonse l'aimait tant

que je ne crois pas qu'une seule fois en sa vie

il ait eu l'ombre d'une pensée basse.

Si en aimant Dieu parfaitement

du berceau à la tombe,

en honorant la sainte Eglise,

en adorant Jésus-Christ

dans toutes les tentations,

en aimant les Ordres religieux,

les chevaliers, les pauvres

(il dépensa pour eux de l'or et de l'argent

pendant toute sa vie),

si grâce à tout cela l'âme est ravie aux cieux,

alors elle y est déjà, l'âme du comte,

qui valait mieux encore que ce que je vous conte.

Je peux bien dire ce que j'ai vu:

je ne l'ai jamais vu en colère

au point que lui sortît de la bouche

des mots qu'on pût lui reprocher,

mais seulement de belles paroles édifiantes.

Son plus gros juron

était: "Par sainte Garie!"

Il fut, aussi longtemps qu'il vécut,

un miroir de chevalerie.

Les hommes de qualité, mais pauvres,

avaient en lui un bon bouclier.

Seigneur Dieu, d'où venait

qu'il leur donnait sans qu'ils aient à demander?

Inutile de quémander

ni de se faire recommander:

Ce qu'il faisait, il le faisait de lui-même,

et il donnait avec tant de délicatesse,

selon le comportement de chacun,

que nul ne pouvait lui faire de reproches.

On nous a parlé d'Alexandre,

de sa générosité, de sa sagesse,

de ce qu'il a fait en son temps:

chacun peut là-dessus, s'il veut, mentir

sans que nous osions le démentir,

car nous n'y étions pas.

Mais si ses qualités et ses largesses

valent à un homme de bien le royaume des cieux,

le comte Alphonse doit y être.

Il avait dans son coeur tant de pitié,

de charité et d'amour

que nul ne pourrait vous le dire.

Si l'on pouvait faire passer ses qualités

dans le coeur d'un jeune homme riche,

on en ferait vraiment un homme de bien.

Bon avec les bons, et leur bon réconfort,

méchant pour les méchants, et justicier sévère,

car il leur infligeait sans retard

une pénitence conforme à leur faute:

et ils le connaissaient si bien

que jamais ils ne s'en prirent à lui.

Dieu le tenta bien des fois

pour mesurer sa foi;

il connaît donc bien et son coeur et son corps,

l'intérieur et l'extérieur:

il l'a trouvé semblable à Job par la patience

et à saint Abraham par la foi.

Il n'eut que maladies et souffrances,

mais la santé de son âme en fut affermie.

Il alla outre-mer

où il fit très bien son devoir

avec son vaillant frère le roi.

Aucun prince ne tint auprès de son frère

plus grand train, plus bel équipage guerrier.

Il ne faisait pas honte à son noble père,

mais il faisait paraître qu'il était homme de bien

par sa foi, son allure, ses manières.

Voici que Dieu l'a pris pendant son voyage,

dans la force de l'âge,

en sorte que si dans cette région

on devenait roi par élection,

et que le roi vînt à manquer,

je ne connais pas de prince qui le vaudrait.

Comme dit le paysan: "Les nouvelles vont vite."

C'est vrai pour les bonnes, les belles nouvelles.

Mais qui en apporte une mauvaise,

il arrive bien assez vite à la porte,

et pourtant il finit toujours par arriver.

On sut bientôt que dans l'expédition

de Tunis, au retour,

Dieu avait voulu garder avec lui le comte.

Cela se sut bien vite ici et là,

la nouvelle circula partout,

partout on célébra des services

dans les chapelles, dans les églises.

Le comte a quitté ce monde,

lui qui suivit toujours la règle de la vertu.

Je dis en vérité, et non par conjecture,

que Toulousains et Poitevins

n'auront jamais de meilleur seigneur:

pourtant ils en ont un aussi bon et plus puissant.

Le comte a tant fait en ce monde

que Dieu l'a avec lui, pur et non pas immonde.

Je ne crois pas qu'il faille prier pour lui:

mais prions-le qu'il lui souvienne de nous.

 

Sur Brichemer

I

Il me faut rimer sur Brichemer

qui avec moi joue à cache-tampon.

Pour moi, j'ai bien sujet de l'aimer,

il n'est avec moi ni avare ni chiche;

pas de plus généreux d'ici aux antipodes,

car il m'a enrichi de promesses:

avec le blé qui est encore à semer

il me fera dès cette année une galette.

II

Brichemer est quelqu'un de très bien,

pas du genre à vous chercher noise:

doux, bien élevé, généreux,

tel il apparaît, et menant grand train.

Je ne puis en tirer que des promesses,

ni ne le vois disposé à faire plus:

il me faut attendre de la même manière

que les Bretons attendent le retour de leur roi.

III

Ah! Brichemer, très cher seigneur,

vous m'avez payé avec élégance,

car votre bourse ne s'en trouve pas plus mal,

chacun le voit clairement.

Je vais vous suggérer une petite chose

qui ne coûte pas bien cher:

faites écrire la promesse que vous m'avez faite

et placez-la dans votre testament.

 

Le dit d'Aristote

Aristote enseigne à Alexandre

et lui fait comprendre

dans le premier cahier

de son livre en vers

comment il doit se conduire dans ce monde.

Rutebeuf a extrait du livre ce passage.

"Suis les conseils de tes vassaux,

je t'y engage et je te le conseille.

Garde-toi d'aimer le serf à la langue fourchue,

car il apporte le miel et l'amer.

N'élève personne sans de bonnes raisons,

cet exemple te fait voir pourquoi:

un ruisseau gonflé par les pluies

déborde et se sauve avec plus de violence

que la rivière qui suit son cours;

de même un méchant devenu puissant à la cour

est plus cruel et plus vil

qu'un comte ou un châtelain

dont la puissance remonte à leurs ancêtres.

Mais je t'en prie, par sainte Marie,

si tu vois un homme qui le mérite,

n'épargne pas tes bienfaits envers lui,

sans tenir compte de sa famille,

car on en voit beaucoup

qui sont de bonne naissance

et dont on ne rapporte que du mal.

Il y avait jadis en Egypte un roi

sage, généreux, menant grand train,

plein de joie et de santé,

dont le fils fut un moins que rien;

pourtant il avait vaincu beaucoup d'ennemis.

Dè lors que Nature a mis en l'homme

intelligence, valeur et délicatesse,

le voilà quitte de toute bassesse.

L'homme est ce qu'il se fait.

L'un illustre son lignage,

l'autre ruine le renom du sein.

Je ne pourrai jamais croire

que ne soit pas vraiment noble

celui qui hait et fuit

mensonge et trahison, et qui aime l'honneur,

ou je ne vois pas qui autrement

peut se proclamer noble ou vilain.

Il n'y a rien à ajouter: je te demande

comme une faveur d'aimer l'homme de bien,

car il est la perfection de tout bien.

On peut régner quelque temps

grâce au mensonge, avant la chute,

et d'autant plus longtemps qu'on est meilleur trompeur.

Mais on finit, quoi qu'on fasse,

par se tromper soi-même:

que jamais nul ne se mêle

de tromper sans savoir

que la tromperie le lui revaudra.

Si tu juges un différend,

veille à le faire de façon si juste

qu'on ne puisse rien te reprocher.

Rends la justice sans prendre le bien d'autrui:

un juge qui prend n'est pas un juge

mais doit être jugé un voleur.

Si tu dois faire des largesses,

je ne te dis que ceci, sans plus:

quand tu donnes, fais-le de telle façon

que l'air aimable dont tu donnes

vaille mieux que le don:

c'est ainsi qu'agit l'homme de bien.

Les qualités du coeur,

les oeuvres les manifestent au-dehors.

A elle seule la noblesse, élevée et sage,

emplit de tout bien le coeur

de l'homme de bien loyal et parfait.

Sa vertu le conduit à une bonne fin.

Le méchant laisse paraître sa méchanceté:

toujours il fait grise mine

en voyant venir un homme de bien.

Cela nous rappelle

qu'on doit reconnaître les bons des méchants

et séparer les bons des hypocrites.

Ni armes ni remparts ne peuvent protéger

un roi qui se refuse à être généreux.

Mais il n'a pas besoin de forteresse,

le roi au coeur plein de largesse.

Un puissant ne peut avoir de vice

qui lui fasse plus de tort que l'avarice.

Je te recommande à Dieu: qu'il te garde!

Tiens bien compte de ces conseils."

 

La paix de Rutebeuf

I

Celui qui est mon ami, que Dieu le protège!

Mais la raison m'invite et m'apprend

à faire à Dieu cette prière:

s'il est de condition moyenne, que Dieu l'y laisse!

Car, s'il lui arrive de s'élever,

j'y perds l'honneur et le bon accueil qu'il me faisait.

L'homme de condition moyenne est agréable,

son amitié solide et sincère,

et il vous sait gré de le fréquenter;

car plus la lumière est basse,

mieux elle éclaire de tous côtés,

mais plus elle est haute, plus elle s'éloigne.

II

L'homme de moyen état devient-il grand seigneur?

Alors vient la flatterie et naît la médisance:

plus on s'y entend, plus on a sa faveur.

Finis les jeux et les rires:

son royaume... empire;

tous suivent le même chemin.

L'ami pauvre est tenu à l'écart;

s'il vient à la cour, chacun l'en chasse

par des paroles grossières et des injures.

Le flatteur ignoble

fait vider la place à qui il entend:

s'il le veut, le meilleur devient le pire.

III

Le puissant qui croit les flatteurs

est plus facilement injuste que juste

et manque facilement à la justice

puisque facilement il fait confiance ou non:

fou, qui lui fait crédit sur ses bons sentiments,

et sage, qui reste auprès de lui sans cesse.

Jamais je ne mettrai mes soins

à faire bon poids en servant qui que ce soit,

si ce n'est Celui qui voit tout,

car son amour est ferme et solide;

sage, celui qui se fonde sur lui:

les autres sont tous les mêmes.

IV

J'avais un bon ami en France,

le malheur me l'a fait perdre.

De toute part Dieu me fait la guerre,

de toute part je perds ma subsistance:

que Dieu me compte comme pénitence

le fait que bientôt, je crois, je serai presque aveugle!

Qu'avec sa vue il ait autant de joie

que moi avec la mienne,

celui qui m'a causé cette affliction!

Mais qu'il se persuade bien de ceci:

j'aurai toujours assez, où que je sois,

quelque dépit qu'on en éprouve.

 

La pauvreté de Rutebeuf

I

Je ne sais par où commencer,

tant la matière est abondante,

pour parler de ma pauvreté.

Pour Dieu, je vous prie, noble roi de France,

de me donner quelques subsides:

vous feriez un grand acte de charité.

J'ai vécu du bien d'autrui

que l'on me prêtait à crédit:

à présent personne ne me fait plus d'avance

car on me sait pauvre et endetté.

Quant à vous, vous étiez hors du royaume,

vous en qui j'avais toute mon espérance.

II

La vie chère et ma famille,

qui n'est pas à la diète et ne perd pas le nord,

ne m'ont laissé ni argent ni ressources.

Je rencontre des gens habiles à s'esquiver

et peu entraînés à donner:

chacun s'entend à garder ce qu'il a.

La mort de son côté m'a fait grand tort,

vous aussi, vaillant roi (en deux voyages

vous avez éloigné de moi les gens de bien),

et aussi le lointain pélerinage

de Tunis, qui est un lieu sauvage,

et la maudite race des infidèles.

III

Grand roi, si vous me faites défaut,

alors tous m'auront fait défaut, sans exception.

La subsistance me fait défaut;

nul ne m'offre rien, nul ne me donne rien.

Je tousse de froid, je baille de faim,

je suis dans la détresse, à la mort.

Je n'ai ni couverture ni lit,

il n'est plus pauvre que moi d'ici à Senlis.

Sire, je ne sais où aller.

Mes côtes se frottent au paillis,

et lit de paille n'est pas lit,

et mon lit n'est fait que de paille.

IV

Sire, je vous le dis,

je n'ai pas de quoi acheter du pain.

A Paris, je suis au milieu de toutes les richesses,

et il n'y a rien de tout cela qui soit à moi.

J'y vois peu et je reçois peu:

je me souviens plus de saint Paul

que d'aucun autre apôtre.

Je connais mon Pater, mais pas ce qu'est noster,

car la vie chère m'a tout ôté:

elle a si bien vidé ma maison

que le credo m'est refusé.

Je n'ai que ce que vous voyez sur moi.

 

La nouvelle complainte d'outremer

Les tourments et les maux

dont je vois souffrir la race humaine

me forcent à découvrir ma pensée.

En soupirant il me faut ouvrir

la bouche pour dire ce que j'ai à dire,

en homme courroucé et chagrin.

Quand je pense à la Terre Sainte

que les pécheurs doivent aller reprendre

tant qu'ils sont encore jeunes,

et que je les vois vieillir

et puis passer de la vie à la mort,

et que j'en vois peu se soucier

d'entreprendre le saint voyage

et d'attirer sur eux le regard de Dieu,

l'esprit de charité me remplit de colère;

car saint Paul dit en vérité:

"Nous sommes tous un seul corps dans le Christ";

je vous montre ainsi en me fondant sur l'Ecriture

que chacun pour sa part est un membre des autres.

Et nous, nous sommes comme les chiens

qui se battent pour un os!

J'en dirais plus, si je l'osais.

Vous qui avez la sagesse et la science,

je vous le fais comprendre et vous le fais savoir,

Dieu a bien réalisé

les paroles des prophètes:

Il est mort en croix pour nos méfaits,

les nôtres et ceux des autres;

la vérité est qu'Il ne mourra pas deux fois:

c'est notre peau maintenant que nous hypothéquons.

C'est vrai, ce que David nous rappelle:

Dieu est plein de miséricorde;

mais voici une importante restriction:

c'est un juge plein de droiture.

C'est un juge fort et puissant,

sage et à la connaissance profonde:

un juge qu'on ne peut circonvenir,

au tribunal duquel on ne peut se soustraire.

Il est fort: si fort qu'est fou celui qui s'efforce

de vaincre sa force.

Il est puissant, car rien ne lui échappe:

pourquoi? Parce qu'il tient tout sous son manteau.

Il est sage, car on ne peut le tromper,

chacun peut s'en rendre compte.

Sa connaissance est profonde, car il connaît le projet

de l'homme avant qu'il le conçoive.

Celui qui doit se présenter devant un tel juge

sans trouver de cachette ni de refuge,

s'il a tort, il a bien sujet d'avoir peur,

pour peu qu'il ait du bon sens.

Princes, barons, amateurs de tournois

et vous autres, les paresseux,

qui veillez au confort de votre corps,

quand votre âme en sera séparée,

où pourra-t-elle trouver une demeure?

Pourriez-vous me l'apprendre?

Je ne le sais pas: que Dieu le sache!

Mais je me plains de votre présomption,

à vous qui ne pensez pas à votre fin

ni au beau pèlerinage

qui embellit l'âme pécheresse

au point de la rendre à Dieu pure et belle.

Princes, d'abord, vous qui ne savez pas

combien de temps vous avez

à vivre de cette vie mortelle,

que n'avez-vous envie de l'autre,

dans la joie sans fin?

Que n'avez-vous soin de vous-même

tant que vous avez du temps à vivre?

N'attendez pas que la mort

sépare votre âme de votre corps;

attendre ainsi serait terrible,

car le moment vient, terrible,

où Dieu rendra son jugement.

Quand les plus justes des fils d'Adam

auront peur d'être damnés,

quand les anges et les archanges trembleront,

que feront-elles, ces malheureuses âmes?

Où pourront-elles se cacher

pour n'avoir pas à rendre compte à Dieu,

alors qu'il tient le monde en sa main

et que nous n'avons pas de lendemain?

Roi de France, roi d'Angleterre,

qui devez conquérir durant votre jeunesse

l'honneur de votre corps, le profit de votre âme,

avant que votre corps ne gise sous la lame,

sans épargner votre personne et votre avoir,

si vous voulez gagner le paradis,

secourez donc la Terre Sainte

qui est frappée à mort,

qui n'a plus un an devant elle

si cette année même elle n'est pas secourue.

Et si elle est perdue de votre temps,

quand viendra le temps où elle sera reprise?

Roi de Sicile, par la grâce de Dieu

qui vous donna loisir

de conquérir les Pouilles et la Sicile,

rappelez-vous l'Evangile

qui dit que celui qui ne laisse père et mère,

femme et enfants, et soeur, et frère,

possessions et domaines,

n'a pas sa place avec le Christ.

Barons, à quoi pensez-vous donc?

Irez-vous un jour défendre

ceux d'Acre, qui sont en danger

et espèrent du secours?

Comte de Flandres, duc de Bourgogne,

comte de Nevers, quelle honte

de perdre la Terre Sainte

qui nous sera prise de votre vivant!

Et vous, tous les autres barons,

qu'en dites-vous?

Connaissez-vous une honte aussi manifeste

que de souffrir une perte si horrible?

Amateurs de tournois, vous qui allez

l'hiver (et vous vous gelez!)

chercher des endroits où jouter,

vous ne pouvez commettre de plus grande folie.

Vous dépensez, et sans raison,

votre temps, votre vie,

votre argent et celui d'autrui tout ensemble.

Vous laissez l'amande pour la coquille

et le Paradis pour la vaine gloire.

Vous devriez vous souvenir

de Monseigneur Geoffroy de Sergines,

qui était si vaillant et si méritant

qu'il a reçu en Paradis la couronne

des sages et des hommes de devoir,

et du comte Eudes de Nevers,

dont on ne peut rien dire en chansons et en vers

sinon du bien: un homme loyal

et estimé à la cour royale.

Sur eux vous devriez prendre exemple

et secourir Acre et le Temple.

Jeunes écuyers au poil follet,

je me plains beaucoup de votre folie,

car vous ne vous souciez de faire aucun bien

et vous ne vous amendez en rien;

pourtant vous êtes les fils d'hommes de bien

(tels je les ai vus et tels je les nomme),

mais vous, vous êtes des étourdis et des sots,

car vous ne vous souciez pas de faire votre devoir.

Vous avez honte de voir un homme de bien.

Vos éperviers sont mieux dressés

que vous, c'est la vérité;

car il y en a qui, lorsque vous les lâchez,

vous rapportent l'alouette sur votre poing.

Honni soit celui qui se loue de vous:

ni Dieu ni votre pays ne le font!

Le plus sage de vous est un vrai fou.

Alors que vous devriez faire quelque bien

qui puisse vous être profitable,

vous faites tout le contraire,

car vous enlevez ignoblement

leur honneur à de pauvres jeunes fille.

Ne pouvant plus trouver de mari,

elles deviennent des filles perdues:

c'est un péché qui pèse sur vous.

Vous écrasez vos voisins pauvres:

vous allez au marché

vendre votre blé et votre bétail

comme ces pauvres hères.

Vous détruisez toute noblesse.

Vos actes vous importent peu

jusqu'au moment où la vieillesse vous détruit,

où votre visage est ridé

et où vous êtes vieux et chenus.

Parce que sinon on vous tiendrait

pour des menteurs touchant votre lignage,

mais nullement par un effet de votre bonne volonté,

vous êtes bien des chevaliers par la naissance

en ce que vous avez quelque crainte du blâme.

Mais si vous aimiez l'honneur,

si vous redoutiez le déshonneur

et si vous aimiez votre lignage,

vous seriez des hommes de bien pleins de sagesse.

Après avoir passé votre vie

sans que jamais un païen ait vu votre écu,

que pouvez-vous demander à Celui

qui s'est offert en sacrifice?

Je ne sais (Dieu veuille tourner vers moi les yeux!),

puisque vous ne suivez pas le droit chemin.

Prélats, clercs, chevaliers, bourgeois,

qui laissez passer trois semaines sur un mois

selon votre plaisir

sans servir Dieu ni la sainte Eglise,

dites, savez-vous dans quel livre

on peut trouver combien de temps on a à vivre?

Moi, je ne sais pas, et je ne peux le trouver.

Mais ce que je peux vous démontrer,

c'est que l'homme en naissant

a peu de temps à passer en ce monde

et qu'il ne sait pas quand il devra le quitter.

La chose la plus certaine

est que la mort nous prendra;

la plus incertaine est le moment.

Prélats aux palefrois norvégiens,

vous qui savez bien que votre Roi,

le Fils de Dieu, fut mis en croix

pour confondre ses ennemis,

vous prêchez aux petites gens

et aux pauvres vieilles décrépites

une abstinence complète:

ils font pourtant pénitence malgré eux,

car ils n'ont pas de pain, mais ils ont bien des peines

et ils n'ont pas la panse pleine.

N'ayez pas peur: je ne vous dis pas

de partir sur le champ

défendre la Terre Sainte;

mais vous pouvez trouvez autour de vous

beaucoup de pauvres gentilshommes

qui n'ont ni bêtes de charge ni de quoi les charger,

qui ont des dettes et n'ont pas de quoi les payer,

dont les enfants défaillent de faim:

à ceux-là, donnez de votre argent,

dont peut-être à la longue il vous restera peu,

et envoyez-les outre mer:

faites-vous ainsi aimer de Dieu;

montrez par la parole et par l'exemple

que vous aimez Dieu et le Temple.

Clercs vivant dans le confort et le repos,

bien vêtus et bien pourvus

par le patrimoine du Crucifié,

je vous le promets et je vous l'affirme,

si vous faites défaut à Dieu maintenant,

il vous fera défaut au moment suprême:

Vous serez condamnés devant son tribunal,

ou alors ne vaut plus la règle qui a cours:

"Je te fais du bien pour que tu me le rendes,

non pas pour que tu me haïsses".

Dieu vous fait du bien; faites-lui donc

de votre corps, de votre coeur, de votre âme le don,

vous agirez bien et sagement.

Dites-moi donc quel avantage

pourra vous procurer votre trésor

quand votre âme aura quitté votre corps.

Les exécuteurs testamentaires le gardent

chacun à son tour pendant toute sa vie,

jusqu'à ce qu'ils meurent eux-mêmes:

tels sont les procédés des exécuteurs testamentaires.

Ou alors il arrive par accident

qu'ils donnent sur l'héritage, pour qu'on en parle,

vingt ou trente paires de souliers:

avec cela, la pauvre âme est sauvée!

Chevaliers qui siégez aux tribunaux,

qui rendez la justice selon votre plaisir,

et parfois sans jugement,

sans tenir compte des serments et de la foi jurée,

croyez-vous toujours agir ainsi?

Il vous faudra finir comme tout le monde.

Quand le vin vous est monté à la tête,

au coin du feu, près de la cheminée,

vous prenez la croix sans qu'on ait à vous prêcher;

il faut vous voir alors donner de grands coups

sur le sultan et les siens:

vous leur infligez de lourdes pertes.

Mais quand vous vous levez le lendemain matin,

vous tenez un autre langage:

tous les blessés sont guéris

et les morts se sont relevés.

Les uns vont chasser le lièvre,

les autres vont essayer

de prendre un canard ou deux,

car combattre n'est pas un jeu.

Vous rendez selon votre plaisir

un jugement qui sera votre condamnation

s'il n'est pas loyal,

régulier, honnête, équitable.

Qui vous donne le plus, c'est lui qui a raison;

vous faites ce qui déplaît à Dieu.

C'est ainsi que vous terminez votre vie,

et lorsque le corps meurt,

l'âme a tant à faire

que je ne saurais le raconter.

Car Dieu vous paie de votre iniquité

par son jugement: vous avez acheté

l'enfer, vous l'avez.

Vous le savez bien:

tout reçoit de Dieu son salaire,

le bien comme le mal. Dieu en a le pouvoir.

Bourgeois riches du bien d'autrui,

qui faites un dieu de votre ventre,

les pauvres de Dieu s'assemblent chez vous,

mourant de faim et jeûnant,

dans l'attente de vos miettes

qui ne sont guère abondantes;

et vous vous souciez d'affaires

qui ne sont pas profitables aux âmes.

Vous savez qu'il vous faut mourir,

mais je ne sais s'il vous souvient

que les actions suivent l'homme et la femme.

Si l'on a bien agi, cela est bon pour l'âme,

et nous trouvons dans l'Ecriture:

"Tout passe, sauf l'amour de Jésus-Christ".

Mais de cela vous n'avez que faire;

vous vous souciez d'autres affaires:

je sais très bien quels sont vos soucis.

Vous aimez vendre beaucoup de blé,

et le vendre cher à terme

en vous protégeant par une lettre, une garantie, un nantissement,

acheter à bas prix et vendre cher,

pratiquer l'usure et tromper les gens,

et faire d'un diable deux

parce que l'enfer est trop dépeuplé.

C'est un combat qui dure jusqu'à la mort.

Et quand le corps est mis en terre

et qu'on est revenu à la maison,

il ne sera plus question du défunt.

Une fois que les enfants sont leurs propres maîtres,

l'argent gagné est à l'honneur:

c'est à qui ira le plus vite

au bordel ou à la taverne.

Ce sont leurs débiteurs qui leur réclament de l'argent;

il faut payer ce qu'on commande.

Ils vendent dans le conditions où vous avez acheté

quand vous exerciez votre autorité.

Chacun en prend, chacun en ôte un morceau;

il pleut dans la maison, les hôtes s'en vont;

les terres demeurent en friche,

l'héritage enrichit des étrangers.

Leur débiteur ne daigne pas les payer,

il faut renoncer à la moitié de la créance

pour avoir l'autre.

Telle est la fin de votre fortune.

Quant à la fin de votre âme, elle est manifeste:

il y a quelqu'un pour lui donner ce qu'elle mérite.

Maître d'Outre-mer et de France,

maître du Temple par la puissance de Dieu,

Frère Guillaume de Beaujeu,

vous pouvez voir le beau jeu

auquel s'adonne le monde.

Ils ne se soucient pas de servir Dieu

pour conquérir le saint paradis,

comme les hommes de bien de jadis,

Godefroy, Bohémond et Tancrède.

Jamais ils ne jetteront l'ancre

en mer pour ravitailler leur navire:

de cela ils veulent s'affranchir.

Ah! gens de bien, que Dieu vous vienne en aide,

car vous ne savez pas l'heure de votre mort!

En route pour une nouvelle épopée,

car Jésus-Christ, le Roi de gloire,

vous veut avec Lui, malgré vous.

Souvenez-vous que les apôtres

n'eurent pas le paradis pour rien.

Qu'il vous souvienne de saint Paul

qui, pour Dieu, eut la tête tranchée:

ce n'est pas sans raison qu'on le fête.

Et vous savez bien que saint Pierre

et saint André, son frère,

furent, pour Dieu, mis en croix.

Aussi Dieu fut leur vrai ami,

de même que celui des autres saints.

Qu'irais-je rimant davantage?

Nul n'a le paradis sans peine.

Il est donc sage, celui qui y prend peine.

Prions maintenant le Roi glorieux

et son cher et précieux Fils,

ainsi que le Saint Esprit,

source de toute qualité,

et la précieuse Dame,

salut du corps et de l'âme,

et tous les saints et les saintes

qui pour Dieu souffrirent maintes peines,

de nous octroyer sa joie parfaite!

Rutebeuf termine son sermon.