Document fourni par la société Bibliopolis
http://www.bibliopolis.fr
[Le] chevalier de la charrette [Document électronique] : Lancelot / Chrétien de Troyes ; [texte établi, trad. par Alfred Foulet et Karl D. Uitti
 

ancien français

Des que ma dame de Chanpaigne

Vialt que romans a feire anpraigne,

Je l'anprendrai mout volentiers,

Come cil qui est suens antiers

De quanqu'il puet el monde feire,

Sanz rien de losange avant treire.

Mes tex s'an poïst antremetre

Qui i volsist losenge metre,

Si deïst, et jel tesmoignasse,

Que ce est la dame qui passe

Totes celes qui sont vivanz,

Tant con les funs passe li vanz

Qui vante en mai ou en avril.

Par foi, je ne sui mie cil

Qui vuelle losangier sa dame;

Dirai je: "Tant com une jame

Vaut de pelles et de sardines,

Vaut la Contesse de reïnes"?

Naie, je n'en dirai ja rien,

S'est il voirs maleoit gré mien;

Mes tant dirai je que mialz oevre

Ses comandemanz an cest oevre

Que sans ne painne que g'i mete.

Del CHEVALIER DE LA CHARRETE

Comance Crestïens son livre;

Matiere et san li done et livre

La Contesse, et il s'antremet

De panser, si que rien n'i met

Fors sa painne et s'antancion.

Des or comance sa reison.

A un jor d'une Acenssion

Fu venuz de vers Carlion

Li rois Artus et tenu ot

Cort molt riche a Camaalot;

Si riche com au jor estut.

Aprés mangier ne se remut

Li rois d'antre ses conpaignons;

Molt ot en la sale barons,

Et s'i fu la reïne ensanble;

Si ot avoec li, ce me sanble,

Mainte bele dame cortoise,

Bien parlant an lengue françoise;

Et Kex qui ot servi as tables

Manjoit avoec les conestables.

La ou Kex seoit au mangier,

A tant ez vos un chevalier

Qui vint a cort molt acesmez,

De totes ses armes armez.

Li chevaliers a tel conroi

S'an vint jusque devant le roi

La ou antre ses barons sist,

Nel salua pas, einz li dist:

"Rois Artus, j'ai en ma prison

De ta terre et de ta maison

Chevaliers, dames et puceles,

Mes ne t'an di pas les noveles

Por ce que jes te vuelle randre;

Einçois te voel dire et aprandre

Que tu n'as force ne avoir

Par quoi tu les puisses ravoir;

Et saches bien qu'ainsi morras

Que ja aidier ne lor porras."

Li rois respont qu'il li estuet

Sofrir, s'amander ne le puet,

Mes molt l'an poise duremant.

Lors fet li chevaliers sanblant

Qu'aler s'an voelle, si s'an torne,

Devant le roi plus ne sojorne,

Et vient jusqu'a l'uis de la sale;

Mes les degrez mie n'avale,

Einçois s'areste et dit de la:

"Rois, s'a ta cort chevalier a

Nes un an cui tu te fiasses

Que la reïne li osasses

Baillier por mener an ce bois

Aprés moi, la ou je m'an vois,

Par un covant l'i atandrai

Que les prisons toz te randrai

Qui sont an essil an ma terre

Se il la puet vers moi conquerre

Et tant face qu'il l'an ramaint."

Ce oïrent el palés maint,

S'an fu la cort tote estormie.

La novele en a Kex oïe,

Qui avoec les sergenz manjoit;

Le mangier leit, si vient tot droit

Au roi, si li comance a dire

Tout autresi come par ire:

"Rois, servi t'ai molt longuemant

Par boene foi et lëaumant;

Or praing congié si m'an irai

Que ja mes ne te servirai;

Je n'ai volenté ne talant

De toi servir d'ore en avant."

Au roi poise de ce qu'il ot,

Mes, quant respondre mialz li pot,

Si li a dit eneslepas:

"Est ce a certes ou a gas?"

Et Kex respont: "Biax sire rois,

Je n'ai or cure de gabois,

Einz praing congié trestot a certes;

Je ne vos quier autres dessertes

N'autre loier de mon servise;

Ensi m'est or volantez prise

Que je m'an aille sanz respit.

- Est ce par ire ou par despit,

Fet li rois, qu'aler an volez?

Seneschax, si con vos solez,

Soiez a cort, et sachiez bien

Que je n'ai en cest monde rien

Que je por vostre remenance

Ne vos doigne sanz demorance

- Sire, fet Kex, ce n'a mestier;

Ne prandroie pas un sestier,

Chascun jor, d'or fin esmeré."

Ez vos le roi molt desperé;

Si est a la reïne alez.

"Dame, fet il, vos ne savez

Del seneschal que il me quiert?

Congié demande et dit qu'il n'iert

A ma cort plus, ne sai por coi

Ce qu'il ne vialt feire por moi

Fera tost por vostre proiere;

Alez a lui, ma dame chiere!

Quant por moi remenoir ne daigne;

Proiez li que por vos remaigne

Et einz l'an cheez vos as piez,

Que ja mes ne seroie liez

Se sa conpaignie perdoie."

Li rois la reïne i anvoie

Au seneschal, et ele i va;

Avoec les autres le trova,

Et quant ele vint devant lui,

Si li dit: "Kex, a grant enui

Me vient, ce sachiez a estros,

Ce qu'ai oï dire de vos.

L'an m'a conté, ce poise moi,

Que partir vos volez del roi;

Don vos vient, et de quel corage?

Ne vos an tieng or mie a sage

Ne por cortois, si con ge suel;

Del remenoir proier vos vuel:

Kex, remenez, je vos an pri.

- Dame, fet il, vostre merci,

Mes je ne remanroie mie."

Et la reïne encor l'an prie

Et tuit li chevalier a masse,

Et Kex li dit qu'ele se lasse

De chose qui rien ne li valt.

Et la reïne de si haut

Come ele estoit as piez li chiet.

Kex li prie qu'ele se liet,

Mes ele dit que nel fera:

Ja mes ne s'an relevera

Tant qu'il otroit sa volenté.

Lors li a Kex acreanté

Qu'il remandra, mes que li rois

Otroit ce qu'il voldra ainçois,

Et ele meïsmes l'otroit.

"Kex, fet ele, que que ce soit

Et je et il l'otroierons;

Or an venez si li dirons

Que vos estes einsi remés."

Avoec la reïne an va Kes,

Si sont devant le roi venu.

"Sire, je ai Keu retenu,

Fet la reïne, a grant travail;

Mes par un covant le vos bail

Que vos feroiz ce qu'il dira."

Li rois de joie an sopira

Et dit que son comandemant

Fera, que que il li demant.

"Sire, fet il, ce sachiez dons

Que je voel, et quex est li dons

Don vos m'avez asseüré;

Molt m'an tieng a boeneüré

Quant je l'avrai, vostre merci:

Sire, ma dame que voici

M'avez otroiee a baillier;

S'irons aprés le chevalier

Qui nos atant an la forest."

Au roi poise, et si l'an revest,

Car einz de rien ne se desdist,

Mes iriez et dolanz le fist,

Si que bien parut a son volt;

La reïne an repesa molt,

Et tuit dïent par la meison

Qu'orguel, outrage et desreison

Avoit Kex demandee et quise.

Et li rois a par la main prise

La reïne, et si li a dit:

"Dame, fet il, sanz contredit

Estuet qu'avoec Keu en ailliez."

Et cil dit: "Or la me bailliez,

Et si n'an dotez ja de rien,

Car je la remenrai molt bien

Tote heitiee et tote sainne."

Li rois li baille et cil l'an mainne.

Aprés ax deus s'an issent tuit;

N'i a un seul cui molt n'ennuit.

Et sachiez que li seneschax

Fu toz armez et ses chevax

Fu enmi la cort amenez;

Uns palefroiz estoit delez.

Tex com a reïne covient.

La reïne au palefroi vient,

Qui n'estoit braidis ne tiranz;

Mate et dolante et sopiranz,

Monte la reïne et si dist

An bas por ce qu'an ne l'oïst:

"Ha! ha! se vos ce seüssiez,

Ja, ce croi, ne me leissessiez

Sanz chalonge mener un pas!"

Molt le cuida avoir dit bas,

Mes li cuens Guinables l'oï,

Qui au monter fu pres de li.

Au departir si grant duel firent

Tuit cil et celes qui la virent,

Con s'ele geüst morte en biere.

Ne cuident qu'el reveigne arriere

Ja mes an trestot son aage.

Li seneschax par son outrage

L'an mainne la ou cil l'atant.

Mes a nelui n'an pese tant

Que del sivre s'antremeïst,

Tant que messire Gauvains dist

Au roi son oncle, en audïence:

"Sire, fet il, molt grant anfance

Avez feite, et molt m'an mervoil;

Mes se vos creez mon consoil,

Tant com il sont ancor si pres

Je et vos irïens aprés

Et cil qui i voldront venir.

Je ne m'an porroie tenir

Qu'aprés n'alasse maintenant.

Ce ne seroit pas avenant

Que nos aprés ax n'alessiens,

Au moins tant que nos seüssiens

Que la reïne devandra

Et comant Kex s'an contandra.

- Alons i, biax niés, fet li rois,

Molt avez or dit que cortois.

Et des qu'anpris avez l'afeire,

Comandez les chevax fors treire

Et metre frains et anseler,

Qu'il n'i ait mes que del monter."

Ja sont li cheval amené

Apareillié et anselé;

Li rois monte toz primerains;

Puis monta messire Gauvains

Et tuit li autre qui ainz ainz;

Chascuns an volt estre conpainz,

Si va chascuns si con lui plot:

Armé furent, de tex i ot,

S'an i ot sanz armes asez.

Messire Gauvains fu armez,

Et si fist a deus escüiers.

Mener an destre deus destriers.

Et einsi com il aprochoient

Vers la forest, issir an voient

Le cheval Keu, sel reconurent

Et virent que les regnes furent

Del frain ronpues anbedeus.

Li chevax venoit trestot seus,

S'ot de sanc tainte l'estriviere,

Et de la sele fu derriere

Li arçons frez et peçoiez.

N'i a nul qui n'an soit iriez,

Et li uns l'autre an cingne et bote.

Bien loing devant tote la rote

Messire Gauvains chevalchoit;

Ne tarda gaires quant il voit

Venir un chevalier le pas

Sor un cheval duillant et las

Et pantoisant et tressüé.

Li chevaliers a salüé

Monseignor Gauvain primerains,

Et puis lui messire Gauvains.

Et li chevaliers s'arestut,

Qui monseignor Gauvain conut,

Si dist: "Sire, don ne veez

Con mes chevax est tressüez

Et tex qu'il n'a mes nul mestier?

Et je cuit que cist dui destrier

Sont vostre, or si vos prieroie,

Par covant que je vos randroie

Le servise et le guerredon,

Que vos, ou a prest ou a don,

Le quel que soit me baillissiez."

Et cil li dit: "Or choississiez

Des deus le quel que il vos plest."

Mes cil cui grant besoigne en est

N'ala pas querant le meillor,

Ne le plus bel, ne le graignor;

Einz sailli molt tost sor celui

Que il trova plus pres de lui,

Si l'a maintenant eslessié;

Et cil chiet morz qu'il a lessié,

Car molt l'avoit le jor pené

Et traveillié et sormené.

Li chevaliers sanz nul arest

S'an vet poignant par la forest,

Et messire Gauvains aprés

Lo siut et chace com angrés,

Tant qu'il ot un tertre avalé.

Et quant il ot grant piece alé,

Si retrova mort le destrier

Qu'il ot doné au chevalier,

Et vit molt grant defoleïz

De chevax, et grant froisseïz

D'escuz et de lances antor;

Bien resanbla que grant estor

De plusors chevaliers i ot;

Se li pesa molt et desplot

Ce que il n'i avoit esté.

N'i a pas granmant aresté,

Einz passe outre grant aleüre

Tant qu'il revit par aventure

Le chevalier tot seul a pié,

Tot armé, le hiaume lacié,

L'escu au col, l'espee ceinte,

Si ot une charrete atainte.

(De ce servoit charrete lores

Don li pilori servent ores,

Et en chascune boene vile,

Ou or en a plus de trois mile,

N'en avoit a cel tans que une,

Et cele estoit a ces comune,

Ausi con li pilori sont,

Qui traïson ou murtre font,

Et a ces qui sont chanpcheü,

Et as larrons qui ont eü:

Autrui avoir par larrecin

Ou tolu par force an chemin:

Qui a forfet estoit repris

S'estoit sor la charrete mis

Et menez par totes les rues;

S'avoit puis totes lois perdues,

Ne puis n'estoit a cort oïz

Ne enorez ne conjoïz.

Por ce qu'a cel tens furent tex

Les charretes et si crüex,

Fu premiers dit: "Quant tu verras

Charrete et tu l'anconterras,

Fei croiz sor toi et te sovaigne

De Deu, que max ne t'an avaigne.")

Li chevaliers a pié, sanz lance,

Aprés la charrete s'avance

Et voit un nain sur les limons,

Qui tenoit come charretons

Une longue verge an sa main.

Et li chevaliers dit au nain:

"Nains, fet il, por Deu, car me di

Se tu as veü par ici

Passer ma dame la reïne."

Li nains cuiverz de pute orine

Ne l'an vost noveles conter,

Einz li dist: "Se tu viax monter

Sor la charrete que je main,

Savoir porras jusqu'a demain

Que la reïne est devenue."

Tantost a sa voie tenue,

Qu'il ne l'atant ne pas ne ore.

Tant solemant deus pas demore

Li chevaliers que il n'i monte.

Mar le fist et mar en ot honte

Que maintenant sus ne sailli,

Qu'ils s'an tendra por mal bailli!

Mes Reisons, qui d'Amors se part,

Li dit que del monter se gart,

Si le chastie et si l'anseigne

Que rien ne face ne n'anpreigne

Dont il ait honte ne reproche.

N'est pas el cuer, mes an la boche,

Reisons qui ce dire li ose;

Mes Amors est el cuer anclose

Qui li comandë et semont

Que tost an la charrete mont.

Amors le vialt et il i saut,

Que de la honte ne li chaut

Puis qu'Amors le comande et vialt.

Et messire Gauvains s'aquialt

Aprés la charrete poignant,

Et quant il i trueve seant

Le chevalier, si s'an mervoille;

Puis dit au nain: "Car me consoille

De la reïne, se tu sez."

Li nains dit: "Se tu tant te hez

Con cist chevaliers qui ci siet,

Monte avoec lui, se il te siet,

Et je te manrai avoec li."

Quant messire Gauvains l'oï,

Si le tint a molt grant folie

Et dit qu'il n'i montera mie,

Car trop vilain change feroit

Se charrete a cheval chanjoit.

"Mes va quel part que tu voldras

Et g'irai la ou tu iras."

A tant a la voie se metent.

Cil chevalche, cil dui charretent,

Et ansanble une voie tindrent.

De bas vespre a un chastel vindrent,

Et ce sachiez que li chatiax,

Estoit molt riches et molt biax.

Tuit troi antrent par une porte.

Del chevalier, que cil aporte

Sor la charrete, se mervoillent

Les genz, mes mie n'an cosoillent,

Einz le huient petit et grant,

Et li veillart et li anfant

Parmi le rues a grant hui;

S'ot molt li chevaliers de lui

Vilenies et despit dire.

Tuit demandent: "A quel martire

Sera cist chevaliers randuz?

Iert il escorchiez ou panduz,

Noiez ou ars an feu d'espines?

Di, nains, di, tu qui le traïnes,

A quel forfet fu il trovez?

Est il de larrecin provez?

Est il murtriers ou chanpcheüz?"

Et il nains s'est adés teüz,

Qu'il ne respont ne un ne el.

Le chevalier mainne a l'ostel,

Et Gauvains siut adés le nain

Vers une tor qui tot a plain

Par devers la vile seoit.

D'autre part praerie avoit,

Et par delez estoit assise

La torz sor une roche bise,

Haute et tranchiee contre val.

Aprés la charrete a cheval

Entre Gauvains dedanz la tor.

An la sale ont de bel ator

Une dameisele ancontree,

N'avoit si bele an la contree;

Et voient venir deus puceles

Avoeques li, gentes et beles.

Tot maintenant que eles virent

Monseignor Gauvain, si li firent

Grant joie, et si le salüerent;

Et del chevalier demanderent:

"Nains, qu'a cist chevaliers mesfet

Que tu mainnes come contret?"

Cil ne lor an vialt reison rendre,

Einz fet le chevalier descendre

De la charrete, si s'an va;

Ne sorent ou il s'an ala.

Et messire Gauvains descent;

A tant vienent vaslet avant

Qui anbedeus les desarmerent.

Deus mantiax veirs, qu'il afublerent,

Fist la dameisele aporter.

Quant il fu ore de soper,

Li mangiers fu bien atornez.

La dameisele sist delez

Monseignor Gauvain au mangier.

Por neant volsissent changier

Lor ostel por querre meillor,

Car molt lor i fist grant enor

Et conpeignie boene et bele

Tote la nuit la dameisele.

Qant il orent assez veillié,

Dui lit furent apareillié

Anmi la sale haut et lonc;

Et s'en ot un autre selonc,

Plus bel des autres et plus riche,

Car, si con li contes afiche,

Il i avoit tot le delit

Qu'an seüst deviser an lit.

Quant del couchier fu tans et leus,

La dameisele prist andeus

Ses ostes qu'ele ot ostelez;

Deus liz molt biax et lons et lez

Lor mostre et dit: "A oés vos cors

Sont fet cist dui lit ça defors;

Mes an celui qui est dela

Ne gist qui desservi ne l'a;

Ne fu pas fez cist a vostre ués."

Li chevaliers li respont lués,

Cil qui sor la charrete vint,

Qu'a desdaing et a despit tint

La desfanse a la dameisele

"Dites moi, fet il, la querele

Por coi cist liz est an desfanse."

Cele respondi, pas ne panse,

Qui en ere apansee bien:

"A vos, fet ele, ne taint rien

Del demander ne de l'anquerre!

Honiz est chevaliers an terre

Puis qu'il a esté an charrete,

Si n'est pas droiz qu'il s'antremete

De ce don vos m'avez requise,

Entesmes ce que il i gise:

Qu'il le porroit tost conparer.

L'an ne l'a mie fet parer

Si richemant por vos colchier.

Vos le conparrïez molt chier

Se il vos venoit nes an pans.

- Ce verroiz vos, fet il, par tans.

- Jel verrai? - Voire. - Or i parra.

- Je ne sai qui le conparra,

Fet li chevaliers, par mon chief.

Cui qu'il enuit ne cui soit grief,

An cestui lit voel ge jesir

Et reposer tot a leisir."

Maintenant qu'il fu deschauciez,

El lit qui fu lons et hauciez

Plus des autres deus demie aune

Se couche soz un samit jaune,

Un covertor d'or estelé.

N'estoit mie de veir pelé

La forreüre, ainz ert de sables;

Bien fust a oés un roi metables

Li covertors qu'il ot sor lui;

Li liz ne fu mie de glui,

Ne de paille ne de viez nates.

A mie nuit, de vers les lates

Vint une lance come foudre,

Le fer desoz, et cuida coudre

Le chevalier parmi les flans

Au covertor et as dras blans

Et au lit, la ou il gisoit.

En la lance un panon avoit

Qui estoit toz de feu espris;

El covertor est li feus pris.

Et es dras et el lit a masse.

Et li fers de la lance passe

Au chevalier lez le costé

Si qu'il li a del cuir osté

Un po, mes n'est mie bleciez.

Et li chevaliers s'est dreciez,

S'estaint le feu et prant la lance,

Enmi la sale la balance.

Ne por ce son lit ne guerpi,

Einz se recoucha et dormi

Tot autresi seüremant

Com il ot fet premieremant.

L'andemain par matin, au jor,

La dameisele de la tor

Lor ot fet messe apareillier,

Ses fist lever et esveillier.

Quant an lor ot messe chantee,

As fenestres devers la pree

S'an vint li chevaliers pansis,

Cil qui sor la charrete ot sis,

Et esgardoit aval les prez.

A l'autre fenestre delez.

Estoit la pucele venue,

Si l'i ot a consoil tenue

Messire Gauvain an requoi

Une piece, ne sai de quoi;

Ne sai don les paroles furent.

Mes tant sor la fenestre jurent

Qu'aval les prez, lez la riviere,

An virent porter une biere;

S'avoit dedanz un chevalier,

Et delez ot duel grant et fier

Que trois dameiseles feisoient.

Aprés la biere venir voient

Une rote, et devant venoit

Uns granz chevaliers qui menoit

Une bele dame a senestre.

Li chevaliers de la fenestre

Conut que c'estoit la reïne;

De l'esgarder onques ne fine,

Molt antentis, et molt li plot,

Au plus longuemant que il pot.

Et quant plus ne la pot veoir,

Si se vost jus lessier cheoir

Et trebuchier aval son cors;

Et ja estoit demis defors

Quant messire Gauvains le vit;

Sel trait arrieres, se li dit:

"Merci, sire, soiez an pes!

Por Deu nel vos pansez ja mes

Que vos faciez tel desverie!

A grant tort haez vostre vie.

- Mes a droit, fet la dameisele;

Don n'iert seüe la novele

Par tot de sa maleürté?

Des qu'il a en charrete esté,

Bien doit voloir qu'il fust ocis,

Que mialz valdroit il morz que vis:

Sa vie est desormés honteuse

Et despite et maleüreuse."

A tant lor armes demanderent

Li chevalier et si s'armerent.

Et lors corteisie et pröesce

Fist la dameisele et largesce,

Que quant ele ot asez gabé

Le chevalier et ranponé,

Si li dona cheval et lance

Par amor et par acordance.

Li chevalier congié ont pris

Come cortois et bien apris

A la dameisele et si l'ont

Salüee, puis si s'an vont

Si con la route aler an virent;

Mes si fors del chastel issirent

C'onques nus nes i aparla.

Isnelemant s'an vont par la

Ou la reïne orent veüe.

N'ont pas la rote aconseüe,

Qu'il s'an aloient eslessié.

Des prez antrent an un plessié

Et truevent un chemin ferré;

S'ont tant par la forest erré

Qu'il pot estre prime de jor,

Et lors ont en un quarrefor

Une dameisele trovee,

Si l'ont anbedui salüee;

Et chascuns li requiert et prie,

S'ele le set, qu'ele lor die

Ou la reïne an est menee.

Cele respont come senee

Et dit: "Bien vos savroie metre,

Tant me porrïez vos prometre,

El droit chemin et an la voie,

Et la terre vos nomeroie

Et le chevalier qui l'en mainne;

Mes molt i covendroit grant painne,

Qui an la terre antrer voldroit!

Einz qu'il i fust molt se doldroit."

Et messire Gauvains li dist:

"Dameisele, si Dex m'aïst,

Je vos an promet a devise

Que je mete an vostre servise,

Quant vos pleira, tot mon pooir,

Mes que vos m'an dites le voir."

Et cil qui fu sor la charrete

Ne dit pas que il l'an promete

Tot son pooir, einçois afiche,

Come cil cui Amors fet riche

Et puissant et hardi par tot,

Que sanz arest et sanz redot,

Quanqu'ele voldra li promet

Et tot an son voloir se met.

"Donc le vos dirai ge," fet ele.

Lors lot conte la dameisele:

"Par foi, seignor, Meleaganz,

Uns chevaliers molt forz et granz,

Filz le roi de Gotte, l'a prise,

Et si l'a el rëaume mise

Don nus estranges ne retorne,

Mes par force el païs sejorne

An servitume et an essil."

Et lors li redemandent cil:

"Dameisele, ou est cele terre?

Ou porrons nos la voie querre?"

Cele respont: "Bien le savroiz,

Mes, ce sachiez, molt i avroiz

Anconbriers et felons trespas,

Que de legier n'i antre an pas,

Se par le congié le roi non:

Li rois Bademagus a non.

Si puet l'en antrer totevoies

Par deus molt perilleuses voies

Et par deus molt felons passages.

Li uns a non LI PONZ EVAGES,

Por ce que soz eve est li ponz

Et s'a de l'eve jusqu'au fonz

Autant desoz come desus,

Ne deça moins ne dela plus,

Einz est li ponz tot droit en mi;

Et si n'a que pié et demi

De lé et autretant d'espés.

Bien fet a refuser cist mes,

Et s'est ce li moins perilleus,

Mes il a assez antre deus

Avantures don je me tes.

Li autres ponz est plus malvés

Et est plus perilleus assez

Qu'ainz par home ne fu passez,

Qu'il est com espee tranchanz;

Et por ce trestotes les genz

L'apelent LE PONT DE L'ESPEE:

La vérité vos ai contee

De tant con dire vos an puis."

Et cil li redemandent puis:

"Dameisele, se vos daigniez,

Ces deus voies nos anseigniez."

Et la dameisele respont:

"Vez ci la droite voie au Pont

Desoz Eve, et cele dela

Droit au Pont de l'Espee an va."

Et lors a dit li chevaliers,

Cil qui ot esté charretiers:

"Sire, je vos part sanz rancune:

Prenez de ces deus voies l'une

Et l'autre quite me clamez;

Prenez celi que mialz amez.

- Par foi, fet messire Gauvains,

Molt est perilleus et grevains

Li uns et li autres passages;

Del prandre ne puis estre sages,

Je ne sai preu le quel je praigne;

Mes n'est pas droiz qu'an moi remaingne

Quant parti m'an avez le geu:

Au Pont desoz Eve me veu.

- Donc est il droiz que je m'an voise

Au Pont de l'Espee, sanz noise,

Fet l'autres, et je m'i otroi."

A tant se departent tuit troi,

S'a li uns l'autre comandé

Molt deboneiremant a Dé.

Et, quant ele aler les an voit,

Si dit: "Chascuns de vos me doit

Un guerredon a mon gré randre,

Quele ore que jel voldrai prandre;

Gardez, ne l'oblïez vos mie.

- Nel ferons nos, voir, dolce amie,"

Font li chevalier anbedui.

A tant s'an va chascuns par lui;

Et cil de la charrete panse

Con cil qui force ne desfanse

N'a vers Amors qui le justise;

Et ses pansers est de tel guise

Que lui meïsmes en oblie,

Ne set s'il est, ou s'il n'est mie,

Ne ne li manbre de son non,

Ne set s'il est armez ou non,

Ne set ou va, ne set don vient;

De rien nule ne li sovient

Fors d'une seule, et por celi

A mis les autres en obli;

A cele seule panse tant

Qu'il n'ot, ne voit, ne rien n'antant.

Et ses chevax molt tost l'en porte,

Ne ne vet mie voie torte,

Mes la meillor et la plus droite;

Et tant par avanture esploite

Qu'an une lande l'a porté.

An cele lande avoit un gué

Et d'autre part armez estoit

Uns chevalier qui le gardoit;

S'ert une dameisele o soi

Venue sur un palefroi.

Ja estoit pres de none basse,

N'ancor ne se remuet ne lasse

Li chevaliers de son panser.

Li chevax voit et bel et cler

Le gué, qui molt grant soif avoit;

Vers l'eve cort quant il la voit.

Et cil qui fu de l'autre part

S'escrie: "Chevaliers, ge gart

Le gué, si le vos contredi."

Cil ne l'antant ne ne l'oï,

Car ses pansers ne li leissa,

Et totes voies s'esleissa

Li chevax vers l'eve molt tost.

Cil li escrie que il l'ost

Loing del gué, si fera que sages,

Que la n'est mie li passages.

Et jure le cuer de son vantre

Qu'il le ferra, se il i antre.

Mes li chevaliers ne l'ot mie,

Et cil tierce foiz li escrie:

"Chevaliers! n'antrez mie el gué

Sor ma desfanse et sor mon gré,

Que par mon chief je vos ferrai

Si tost come el gué vos verrai."

Cil panse tant qu'il ne l'ot pas;

Et li chevax eneslepas

Saut an l'eve et del chanp se soivre,

Par grant talant comance a boivre.

Et cil dit qu'il le conparra:

Ja li escuz ne l'an garra

Ne li haubers qu'il a el' dos.

Lors met le cheval es galos,

Et des galoz el cors l'anbat

Et fiert celui si qu'il l'abat

Enmi le gué tot estandu,

Que il li avoit desfandu;

Si li cheï tot a un vol

La lance et li escuz del col.

Quant cil sant l'eve, si tressaut;

Toz estormiz en estant saut,

Ausi come cil qui s'esvoille,

S'ot, et si voit, et se mervoille

Qui puet estre qui l'a feru.

Lors a le chevalier veü;

Si li cria: "Vasax, por coi

M'avez feru, dites le moi,

Quant devant moi ne vos savoie,

Ne rien mesfet ne vos avoie?

- Par foi, si avïez, fet cil;

Don ne m'eüstes vos molt vil,

Quant je le gué vos contredis

Trois foiees, et si vos dis

Au plus haut que je poi crïer?

Bien vos oïstes desfïer

Au moins, fet cil, deus foiz ou trois,

Et si antrastes sor mon pois,

Et bien dis que je vos ferroie

Tantost qu'an l'eve vos verroie."

Li chevaliers respont adonques:

"Dahez ait qui vos oï onques,

Ne vit onques mes, que je soie!

Bien puet estre, mes je pansoie,

Que le gué me contredeïstes;

Bien sachiez que mar le feïstes,

Se au frain a une des mains

Vos pooie tenir au mains."

Et cil respont: "Qu'an avandroit?

Tenir me porras or androit

Au frain, se tu m'i oses prandre.

Je ne pris pas plain poing de cendre

Ta menace ne ton orguel."

Et cil respont: "Je mialz ne veul:

Que qu'il an deüst avenir,

Je t'i voldroie ja tenir."

Lors vient li chevaliers avant

Enmi le gué, et cil le prant

Par la resne a la main senestre,

Et par la cuisse a la main destre;

Sel sache et tire et si l'estraint

Si duremant que cil se plaint

Qu'il li sanble que tote fors

Li traie la cuisse del cors;

Se li prie que il le lest

Et dit: "Chevaliers, se toi plest

A moi conbatre par igal,

Pran ton escu et ton cheval

Et ta lance, si joste a moi."

Cil respont: "Nel ferai, par foi,

Que je cuit que tu t'an fuiroies

Tantost qu'eschapez me seroies."

Quant cil l'oï, s'en ot grant honte;

Si li ra dit: "Chevaliers, monte

Sor ton cheval seüremant,

Et je te creant lëaumant

Que je ne ganchisse ne fuie.

Honte m'as dite, si m'enuie."

Et cil li respont autre foiz:

"Einz m'an iert plevie la foiz:

Si vuel que tu le me plevisses,

Que tu ne fuies ne ganchisses,

Et que tu ne me tocheras

Ne vers moi ne t'aprocheras

Tant que tu me voies monté;

Si t'avrai fet molt grant bonté,

Quant je te tieng, se ge te les."

Cil li plevist, qu'il n'an puet mes;

Et quant il an ot la fiance,

Si prant son escu et sa lance

Qui par le gué flotant aloient

Et totes voies s'avaloient,

S'estoient ja molt loing aval;

Puis revet prendre son cheval.

Quant il l'ot pris et montez fu,

Par les enarmes prant l'escu

Et met la lance sor lo fautre,

Puis point li uns ancontre l'autre

Tant con cheval lor porent randre.

Et cil qui le gué dut desfandre

L'autre premieremant requiert

Et si tres duremant le fiert

Que sa lance a estros peçoie.

Et cil fiert lui si qu'il l'envoie

El gué tot plat desoz le flot,

Si que l'eve sor lui reclot.

Puis se trest arriers et descent,

Car il an cuidoit bien tex cent

Devant lui mener et chacier.

Del fuerre treit le brant d'acier

Et cil saut sus, si treit le suen

Qu'il avoit flanbeant et buen;

Si s'antrevienent cors a cors;

Les escuz ou reluist li ors

Traient avant, et si s'an cuevrent;

Les espees bien i aoevrent,

Qu'eles ne finent ne reposent;

Molt granz cos antredoner s'osent

Tant que la bataille a ce monte

Qu'an son cuer en a molt grant honte

Li chevaliers de la charrete,

Et dit que mal randra la dete

De la voie qu'il a enprise,

Quant il si longue piece a mise

A conquerre un seul chevalier.

S'il an trovast en un val hier

Tex cent, ne croit il pas ne panse

Qu'il eüssent vers lui desfanse,

S'an est molt dolanz et iriez

Qant il est ja si anpiriez

Qu'il pert ses cos et le jor gaste.

Lors li cort sore et si le haste

Tant que cil li ganchist et fuit;

Le gué, mes que bien li enuit,

Et le passage li otroie.

Et cil le chace tote voie

Tant que il chiet a paumetons;

Lors li vient sus li charretons,

Si jure quanqu'il puet veoir

Que mar le fist el gué cheoir

Et son panser mar li toli.

La dameisele que o li

Li chevaliers amenee ot

Les menaces antant et ot;

S'a grant peor et se li prie

Que por li lest qu'il ne l'ocie;

Et il dit que si fera voir,

Ne puet por li merci avoir

Que trop li a grant honte feite.

Lors li vient sus, l'espee treite;

Et cil dit, qui fu esmaiez:

"Por Deu et por moi l'en aiez

La merci que je vos demant."

Et cil respont: "Se Dex m'amant,

Onques nus tant ne me mesfist

Se por Deu merci me requist,

Que por Deu, si com il est droiz,

Merci n'an eüsse une foiz.

Et ausi avrai ge de toi,

Car refuser ne la te doi

Des que demandee la m'as;

Mes ençois me fianceras

A tenir, la ou ge voldrai,

Prison quant je t'an semondrai."

Cil li plevi, cui molt est grief.

La dameisele de rechief

Dit: "Chevaliers, par ta franchise,

Des que il t'a merci requise

Et tu otroiee li as,

Se onques prison deslias,

Deslie moi cestui prison;

Claimme moi quite sa prison

Par covant que quant leus sera

Tel guerredon con toi pleira

T'an randrai selonc ma puissance."

Et lors i ot cil conuissance

Par la parole qu'ele ot dite;

Si li rant le prison tot quite.

Et cele en a honte et angoisse

Qu'ele cuida qu'il la conoisse;

Car ele ne le volsist pas.

Et cil s'an part eneslepas;

Et cil et cele le comandent

A Deu et congié li demandent.

Il lor done, puis si s'an va

Tant que de bas vespre trova

Une dameisele venant,

Molt tres bele et molt avenant,

Bien acesmee et bien vestue.

La dameisele le salue

Come sage et bien afeitiee,

Et cil respont: "Sainne et heitiee,

Dameisele, vos face Dex!"

Puis li dit: "Sire, mes ostex

Vos est ci pres apareilliez

Se del prandre estes conseilliez;

Mes par itel herbergeroiz

Que avoec moi vos coucheroiz,

Einsi le vos ofre et presant."

Plusor sont qui de ce presant

Li randissent .v.c. merciz,

Et il en fu trestoz nerciz,

Et li a respondu tot el:

"Dameisele, de vostre ostel

Vos merci ge, si l'ai molt chier,

Mes, se vos pleisoit, del couchier

Me soferroie je molt bien.

- Je n'an feroie autremant rien,

Fet la pucele, par mes ialz."

Et cil, des que il ne puet mialz,

L'otroie si com ele vialt;

De l'otroier li cuers li dialt,

Quant itant seulemant le blesce,

Molt avra au couchier destresce;

Molt i avra travail et painne

La dameisele qui l'an mainne:

Espoir tant le puet ele amer,

Ne l'en voldra quite clamer.

Puis qu'il li ot acreanté

Son pleisir et sa volenté,

Si l'en mainne jusqu'an un baile,

N'avoit plus bel jusqu'an Thessaile,

Qu'il estoit clos a la reonde

De haut mur et d'eve parfonde;

Et la dedanz home n'avoit

Fors celui qu'ele i amenoit.

Cele i ot fet por son repeire

Asez de beles chanbres feire,

Et sale molt grant et pleniere.

Chevauchant lez une riviere

S'an vindrent jusqu'au herberjage,

Et an lor or por le passage

Un pont torneïz avalé:

Par sor le pont sont anz alé.

S'ont trovee la sale overte

Qui de tiules estoit coverte:

Par l'uis qu'il ont trové overt

Antrent anz, et voient covert

Un dois d'un tablier grant et lé;

Et sus estoient aporté

Li mes, et les chandoiles mises

Es chandeliers totes esprises,

Et li henap d'argent doré,

Et dui pot, l'uns plains de moré,

Et li autres de fort vin blanc.

Delez le dois, au chief d'un banc

Troverent deus bacins toz plains

D'eve chaude a laver lor mains;

Et de l'autre part ont trovee

Une toaille bien ovree,

Bele et blanche, as mains essüier.

Vaslet, ne sergent, n'escüier

N'ont trové leanz ne veü.

De son col oste son escu

Li chevaliers, et si le pant

A un croc, et sa lance prant

Et met sor un hantier an haut.

Tantost de son cheval jus saut,

Et la dameisele del suen.

Au chevalier fu bel et buen,

Quant ele tant nel vost atendre

Que il li eidast a descendre.

Tantost qu'ele fu descendue

Sanz demore et sanz atandue

Tresqu'a une chanbre s'an cort;

Un mantel d'escarlate cort

Li aporte, si l'an afuble.

La sale ne fu mie enuble,

Si luisoient ja les estoiles;

Mes tant avoit leanz chandoiles

Tortices, grosses et ardanz,

Que la clartez estoit molt granz.

Quant cele li ot au col mis

Le mantel, si li dit: "Amis,

Veez ci l'aigue et la toaille,

Nus ne la vos ofre ne baille,

Car ceanz fors moi ne veez;

Lavez vos mains, si asseez

Quant vos pleira et boen vos iert;

L'ore et li mangiers le requiert,

Si con vos le pöez veoir."

Cil leve, si se va seoir

Molt volantiers, et si li siet;

Et cele delez lui s'asiet,

Et mangierent ansanble et burent

Tant que del mangier lever durent.

Qant levé furent del mangier,

Dist la pucele au chevalier:

"Sire, alez vos la fors deduire,

Mes que il ne vos doie nuire,

Et seulemant tant i seroiz,

Se vos plest, que vos panseroiz

Que je porrai estre couchiee.

Ne vos enuit ne ne dessiee,

Que lors porroiz a tans venir,

Se covant me volez tenir."

Et cil respont: "Je vos tendrai

Vostre covant, si revandrai

Quant je cuiderai qu'il soit ore."

Lors s'an ist fors, et si demore

Une grant piece enmi la cort,

Tant qu'il estuet qu'il s'an retort,

Car covant tenir li covient.

Arriere an la sale revient,

Mes cele qui se fet s'amie

Ne trueve, qu'el ni estoit mie.

Quant il ne la trueve ne voit,

Si dit: "An quel leu qu'ele soit

Je la querrai tant que je l'aie."

Del querre plus ne se delaie

Por le covant que il li ot.

En une chanbre antre, si ot

An haut crïer une pucele,

Et ce estoit meïsmes cele

Avoec cui couchier se devoit.

A tant d'une autre chanbre voit

L'uis overt, et vient cele part

Et voit tot enmi son esgart

C'uns chevaliers l'ot anversee,

Si la tenoit antraversee

Sor le lit, tote descoverte;

Cele, qui cuidoit estre certe

Que il li venist en aïe,

Crioit en haut: "Aïe! aïe!

Chevaliers, tu qui es mes ostes,

Se de sor moi cestui ne m'ostes,

Ne troverai qui le m'an ost;

Et se tu ne me secors tost,

Il me honira, veant toi;

Ja te doiz tu couchier o moi,

Si con tu m'as acreanté.

Fera donc cist sa volanté

De moi, veant tes ialz, a force?

Gentix chevaliers, car t'esforce,

Si me secor isnelemant!"

Cil voit que molt vileinnemant

Tenoit la dameisele cil

Descoverte jusqu'au nonbril;

S'en a grant honte et molt l'en poise

Quant nu a nu a li adoise;

Si n'en ert il mie jalos

Ne ja de lui ne sera cos.

Mes a l'entree avoit portiers

Trestoz armez, deus chevaliers

Qui espees nues tenoient;

Aprés quatre sergent estoient,

Si tenoit chascuns une hache

Tel don l'en poïst une vache

Tranchier outre parmi l'eschine,

Tot autresi con la racine

D'un genoivre ou d'une geneste.

Li chevaliers a l'uis s'areste

Et dit: "Dex, que porrai ge feire?

Meüz sui por si grant afeire

Con por la reïne Guenievre.

Ne doi mie avoir cuer de lievre

Quant por li sui an cest queste;

Se Malvestiez son cuer me preste

Et je son comandemant faz,

N'ateindrai pas ce que je chaz;

Honiz sui se je ci remaing.

Molt me vient or a grant desdaing,

Quant j'ai parlé del remenoir;

Molt en ai le cuer triste et noir;

Or an ai honte, or an ai duel

Tel que je morroie mon vuel,

Quant je ai tant demoré ci.

Ne ja Dex n'ait de moi merci,

Se jel di mie por orguel,

Et s'asez mialz morir ne vuel

A enor que a honte vivre.

Se la voie m'estoit delivre,

Quele enor i avroie gié,

Se cil me donoient congié

De passer oltre sanz chalonge?

Donc i passeroit, sanz mançonge,

Ausi li pires hom qui vive;

Et je oi que cest chestive

Me prie merci molt sovant

Et si m'apele de covant

Et molt vilmant le me reproche."

Maintenant jusqu'a l'uis s'aproche

Et bote anz le col et la teste

Et esgarde amont vers le feste:

Si voit deux espees venir;

Arriers se tret et retenir

Li chevalier lor cos ne porent.

De tel aïr meüz les orent

Qu'an terre les espees fierent

Si qu'anbedeus les peçoierent.

Quant cil voit qu'eles sont brisiees

Moins en a les haches prisiees

Et moins les an crient et redote;

Entr'ax se lance et fiert del cote

Un sergent et un autre aprés;

Les deus que il trova plus prés

Hurte des codes et des braz

Si qu'andeus les abat toz plaz;

Et li tierz a a lui failli,

Et li quarz qui l'a asailli

Fiert si que lo mantel li tranche,

Et la chemise et la char blanche

Li ront anprés l'espaule tote,

Si que li sans jus an degote,

Et cil qui rien ne se delaie

Ne se plaint mie de sa plaie,

Einz vet et fet ses pas plus emples,

Tant qu'il aert parmi les temples

Celui qui esforçoit s'ostesse.

Randre li voldra sa promesse

Et son covant einz qu'il s'an aut.

Volsist ou non, le dresce an haut,

Et cil qui a lui failli ot

Vient aprés lui plus tost qu'il pot

Et lieve son cop de rechief;

Sel cuide bien parmi le chief

Jusqu'as danz de la hache fandre:

Et cil qui bien s'an sot desfandre

Li tant le chevalier ancontre,

Et cil de la hache l'ancontre

La ou l'espaule au col se joint

Si que l'un de l'autre desjoint.

Et li chevaliers prant la hache,

Des poinz isnelemant li sache,

Et leisse cel que il tenoit,

Car desfandre le covenoit,

Que li chevalier sus li vienent

Et cil qui les trois haches tienent,

Si l'asaillent molt crüelmant;

Et cil saut molt delivremant

Antre le lit et la paroi

Et dit: "Or ça, trestuit a moi!

Que s'or estïez vint et set,

Des que ge ai tant de recet,

Si avroiz vos bataille assez,

Ja n'en serai par vos lassez."

Et la pucele qui l'esgarde

Dit: "Par mes ialz, vos n'avrez garde

D'or en avant la ou ge soie."

Tot maintenant arriere anvoie

Les chevaliers et les sergenz;

Lors s'an vont cil hors de laienz

Sanz arest et sanz contredit;

Et la dameisele redit:

"Sire, bien m'avez desresniee

Ancontre tote ma mesniee.

Or an venez, je vos an main."

An la sale an vont main a main,

Mes celui mie n'abeli,

Qu'il se soffrist molt bien de li.

Un lit ot fet enmi la sale,

Don li drap n'erent mie sale,

Mes blanc et lé et delïé.

N'estoit pas de fuerre esmïé

La couche ne de coutes aspres.

Un covertor de deus diaspres

Ot estandu desor la couche;

Et la dameisele s'i couche,

Mes n'oste mie sa chemise.

Et cil a molt grant poinne mise

Au deschaucier et desnüer:

D'angoisse le covint süer;

Totevoies parmi l'angoisse

Covanz le vaint et si le froisse.

Donc est ce force? Autant se vaut;

Par force covient que il s'aut

Couchier avoec la dameisele:

Covanz l'en semont et apele.

Et il se couche tot a tret,

Mes sa chemise pas ne tret,

Ne plus qu'ele ot la soe treite.

De tochier a li molt se gueite,

Einz s'an esloigne et gist anvers,

Ne ne dit mot ne c'uns convers

Cui li parlers est desfanduz,

Quant an son lit gist estanduz;

N'onques ne torne son esgart

Ne devers li ne d'autre part.

Bel sanblant feire ne li puet.

Por coi? Car del cuer ne li muet;

S'estoit ele molt bele et gente,

Mes ne li pleist ne atalante

Quanqu'est bel et gent a chascun.

Li chevaliers n'a cuer que un

Et cil n'est mie ancor a lui,

Einz est comandez a autrui

Si qu'il nel puet aillors prester.

Tot le fet an un leu ester

Amors, qui toz les cuers justise.

Toz? Nel fet, fors cez qu'ele prise.

Et cil s'an redoit plus prisier

Cui ele daigne justisier.

Amors le cuer celui prisoit

Si que sor toz le justisoit

Et li donoit si grant orguel

Que de rien blasmer ne le vuel

S'il lait ce qu'Amors li desfant

Et la ou ele vialt antant.

La pucele voit bien et set

Que cil sa conpaignie het

Et volentiers s'an sofferroit,

Ne ja plus ne li requerroit,

Qu'il ne quiert a li adeser,

Et dit: "S'il ne vos doit peser,

Sire, de ci me partirai.

En ma chanbre couchier m'irai

Et vos an seroiz plus a eise:

Ne cuit mie que molt vos pleise

Mes solaz ne ma conpaignie.

Nel tenez pas a vilenie,

Se je vos di ce que je cuit.

Or vos reposez mes enuit,

Que vos m'avez randu si bien

Mon covant que nes une rien

Par droit ne vos puis demander.

Si vos voel a Deu comander;

Si m'an irai." Lors si se lieve;

Au chevalier mie ne grieve,

Einz l'an leisse aler volentiers

Con cil qui est amis antiers

Autrui que li; bien l'aparçoit

La dameisele et bien le voit;

Si est an sa chanbre venue

Et si se couche tote nue,

Et lors a dit a li meïsmes:

"Des lores que je conui primes

Chevaliers, un seul n'an conui

Que je prisasse, anvers cestui,

La tierce part d'un angevin;

Car si con ge pans et devin,

Il vialt a si grant chose antendre

Qu'ainz chevaliers n'osa enprendre

Si perilleuse ne si grief;

Et Dex doint qu'il an veigne a chief!"

A tant s'andormi et si jut

Tant que li jorz clers aparut.

Tot maintenant que l'aube crieve,

Isnelemant et tost se lieve.

Et li chevaliers se resvoille,

Si s'atorne et si s'aparoille

Et s'arme, que nelui n'atant.

La dameisele vient a tant,

Si voit qu'il est ja atornez,

"Boens jorz vos soit hui ajornez,"

Fet ele, quant ele le voit.

"Et vos, dameisele, si soit."

Fet li chevaliers d'autre part;

Et cil dit que molt li est tart

Qu'an li ait son cheval fors tret.

La pucele amener li fet

Et dit: "Sire, je m'an iroie

O vos grant piece an ceste voie,

Se vos mener m'an osïez

Et se vos me conduisïez

Par les us et par les costumes

Qui furent ainz que nos ne fumes

El rëaume de Logres mises."

(Les costumes et les franchises

Estoient tex, a cel termine

Que dameisele ne meschine,

Se chevaliers la trovast sole,

Ne plus qu'il se tranchast la gole

Ne feïst se tote enor non,

S'estre volsist de boen renon;

Et, s'il l'esforçast, a toz jorz

An fust honiz an totes corz.

Mes, se ele conduit eüst,

Uns autres, se tant li pleüst

Qu'a celui bataille an feïst

Et par armes la conqueïst,

Sa volenté an poïst faire

Sanz honte et sanz blasme retraire.)

Por ce la pucele li dist

Que, se il l'osast ne volsist

Par ceste costume conduire

Que autres ne li poïst nuire,

Qu'ele s'an alast avoec lui.

Et cil li dit: "Ja nus enui

Ne vos fera, ce vos otroi,

Que premiers ne le face moi.

- Dons i voel ge, fet ele, aler."

Son palefroi fet anseler:

Tost fu ses comandemanz fez,

Li palefroiz li fu fors trez

Et li chevax au chevalier.

Andui montent sanz escüier,

Si s'an vont molt grant aleüre,

Cele l'aresne, et il n'a cure

De quanquë ele l'aparole,

Einçois refuse sa parole:

Pansers li plest, parlers li grieve.

Amors molt sovant li escrieve

La plaie que feite li a;

Onques anplastre n'i lia

Por garison ne por santé.

Qu'il n'a talant ne volanté

D'emplastre querre ne de mire,

Se sa plaie ne li anpire;

Mes celi querroit volantiers.

Tant tindrent voies et santiers,

Si con li droiz chemins les mainne,

Qu'il vienent pres d'une fontainne.

La fontainne est enmi uns prez

Et s'avoit un perron delez.

Sor le perron que ert iqui

Avoit oblïé ne sai qui

Un peigne d'ivoire doré.

Onques, des le tens Ysoré,

Ne vit si bel sages ne fos.

Es danz del peigne ot des chevos

Celi qui s'an estoit paigniee

Remés bien demie poigniee.

Qant la dameisele parçoit

La fontainne et le perron voit,

Si ne volt pas que cil la voie,

Einz se mist en une autre voie.

Et cil qui se delite et pest

De son panser qui molt li plest

Ne s'aperçoit mie si tost

Qu'ele fors de sa voie l'ost;

Mes quant il s'est aparceüz,

Si crient qu'il ne soit deceüz,

Qu'il cuide que ele ganchisse

Et que fors de son chemin isse

Por eschiver aucun peril.

"Ostez, dameisele, fet il;

N'alez pas bien, venez deça;

Onques, ce cuit, ne s'adreça

Qui fors de cest chemin issi.

- Sire, nos irons mialz par ci,

Fet la pucele, bien le sai."

Et cil li respont: "Je ne sai,

Dameisele, que vos pansez,

Mes ce pöez veoir asez

Que c'est li droiz chemins batuz;

Des que ge m'i sui anbatuz,

Je ne tornerai autre san;

Mes, s'il vos plest, venez vos an,

Que g'irai ceste voie adés."

Lors s'an vont tant qu'il vienent pres

Del perron et voient le peigne.

"Onques certes, don me soveigne,

Fet li chevaliers, mes ne vi

Tant bel peigne con je voi ci.

- Donez le moi, fet la pucele

- Volentiers, dit il, dameisele."

Et lors s'abeisse et si le prant.

Quant il le tint, molt longuemant

L'esgarde et les chevox remire,

Et cele an comança a rire.

Et quant il la voit, se li prie

Por qu'ele a ris qu'ele li die;

Et cele dit: "Teisiez vos an,

Ne vos an dirai rien oan.

- Por coi? fet il. - Car je n'ai cure."

Et quant cil l'ot, si li conjure

Come cil qui ne cuidoit mie

Qu'amie ami, n'amis amie

Doient parjurer a nul fuer

"Se vos rien nule amez de cuer,

Dameisele, de par celi

Vos conjur et requier et pri

Que vos plus ne le me celez.

- Trop a certes m'an apelez,

Fet ele, si le vos dirai,

De rien nule n'an mantirai:

Cist peignes, se j'onques soi rien,

Fu la reïne, jel sai bien;

Et d'une chose me creez,

Que li chevol que vos veez

Si biax, si clers et si luisanz,

Qui sont remés antre les danz,

Que del chief la reïne furent:

Onques en autre pré ne crurent."

Et li chevaliers dit: "Par foi,

Assez sont reïnes et roi;

Mes de la quel volez vos dire?"

Et cele dit: "Par ma foi, sire,

De la fame le roi Artu."

Quant cil l'ot, n'a tant de vertu

Que tot nel coveigne ploier;

Par force l'estut apoier

Devant a l'arçon de la sele

Et quant ce vit la dameisele,

Si s'an mervoille et esbaïst

Qu'ele cuida que il cheïst;

S'ele ot peor, ne l'en blasmez,

Qu'ele cuida qu'il fust pasmez.

Si ert il, autant se valoit,

Molt po de chose s'an failloit,

Qu'il avoit au cuer tel dolor

Que la parole et la color

Ot une grant piece perdue.

Et la pucele est descendue,

Et si cort quanqu'ele pot corre

Por lui retenir et secorre,

Qu'ele ne le volsist veoir,

Por rien nule, a terre cheoir.

Quant il la vit, s'en ot vergoigne,

Si li a dit: "Por quel besoigne

Venistes vos ci devant moi?"

Ne cuidiez pas que le porcoi

La dameisele l'an conoisse,

Qu'il an eüst honte et angoisse,

Et si li grevast et neüst,

Se le voir l'en reconeüst;

Si s'est de voir dire gueitiee,

Einz dit come bien afeitiee:

"Sire, je ving cest peigne querre,

Por ce sui descendue a terre;

Que de l'avoir oi tel espans

Ja nel cuidai tenir a tans."

Et cil, qui vialt que le peigne ait,

Li done, et les chevox an trait

Si söef que nul n'an deront.

Ja mes oel d'ome ne verront

Nule chose tant enorer,

Qu'il les comance a aorer,

Et bien .c.m. foiz les toche,

Et a ses ialz et a sa boche,

Et a son front et a sa face;

N'est joie nule qu'il n'an face:

Molt s'an fet lié, molt s'an fet riche;

An son saing, pres del cuer, les fiche

Entre sa chemise et sa char.

N'en preïst pas chargié un char

D'esmeraudes ne d'escharboncles;

Ne cuidoit mie que reoncles

Ne autre max ja mes le praigne;

Diamargareton desdaigne

Et pleüriche et tiriasque,

Neïs saint Martin et saint Jasque;

Car an ces chevox tant se fie

Qu'il n'a mestier de lor aïe,

Mes quel estoient li chevol?

Et por mançongier et por fol

M'an tanra l'en, se voir an di:

Quant la foire iert plainne au Lendi

Et il i avra plus avoir,

Nel volsist mie tot avoir

Li chevaliers, c'est voirs provez,

S'il n'eüst ces chevox trovez

Et se le voir m'an requerez,

Ors .c.m. foiz esmerez

Et puis autantes foiz recuiz

Fust plus oscurs que n'est la nuiz

Contre le plus bel jor d'esté

Qui ait an tot cest an esté,

Qui l'or et les chevols veïst,

Si que l'un lez l'autre meïst.

Mes por coi feroie lonc conte?

La pucele molt tost remonte,

A tot le peigne qu'ele an porte;

Et cil se delite et deporte

Es chevox qu'il a en son saing.

Une forest aprés le plaing

Truevent et vont par une adresce

Tant que la voie lor estresce,

S'estut l'un aprés l'autre aler,

Qu'an n'i poïst mie mener

Deus chevax por rien coste a coste;

La pucele devant son oste

S'an vet molt tost la voie droite.

La ou la voie ert plus estroite,

Voient un chevalier venant.

La dameisele maintenant,

De si loing com ele le vit,

L'a coneü et si a dit:

"Sire chevaliers, veez vos

Celui qui vient ancontre nos

Toz armez et prez de bataille?

Il m'an cuide mener sanz faille

Avoec lui sanz nule desfanse;

Ce sai ge bien que il le panse,

Qu'il m'ainme, et ne fet pas que sages:

Et par lui et par ses messages

M'a proiee, molt a lonc tans;

Mes m'amors li est an desfans,

Que por rien amer nel porroie;

Si m'aïst Dex, ainz me morroie

Que je l'amasse an nul androit.

Je sai bien qu'il a or androit

Si grant joie et tant se delite

Con s'il m'avoit ja tote quite;

Mes or verrai que vos feroiz;

Or i parra se preuz seroiz,

Or le verrai, or i parra

Se vostre conduiz me garra.

Se vos me pöez garantir,

Donques dirai ge sanz mantir

Que preuz estes et molt valez."

Et il li dit: "Alez, alez!"

Et ceste parole autant vaut

Con se il deïst: "Po m'an chaut,

Que por neant vos esmaiez

De chose que dite m'aiez."

Que que il vont ensi parlant,

Ne vint mie cele part lant

Li chevaliers qui venoit seus,

Le grant cors vint ancontre aus deus;

Et por ce li plest a haster

Que ses pas ne cuide gaster,

Et por boen eüré se clainme,

Quant la rien voit que il plus ainme.

Tot maintenant que il l'aproche,

De cuer la salue et de boche

Et dit: "La riens que je plus vuel,

Don moins ai joie, et plus me duel,

Soit bien veignanz, don qu'ele veingne!"

N'est mie droiz que cele teingne

Vers lui sa parole si chiere

Que ele ne li rande arriere,

Au moins de boche, son salu.

Molt a au chevalier valu,

Quant la pucele le salue,

Qui sa boche pas n'en palue

Ne ne li a neant costé.

Et s'il eüst tot fors josté

A cele ore un tornoiemant,

Ne s'an prisast il mie tant,

Ne ne cuidast avoir conquis

Ne tant d'enor, ne tant de pris.

Por ce que mialz s'an ainme et prise

L'a par la resne del frain prise

Et dit:"Or vos an manrai gié;

Molt ai hui bien et droit nagié,

Qu'a molt boen port sui arivez.

Or sui ge toz descheitivez:

De peril sui venuz a port,

De grant enui a grant deport,

De grant dolor a grant santé;

Or ai tote ma volanté,

Qant an tel meniere vos truis

Qu'avoec moi mener vos an puis

Or androit, que n'i avrai honte."

Et cele dit: "Rien ne vos monte,

Que cist chevaliers me conduit.

- Certes, si a malvés conduit,

Fet il, qu'adés vos en maing gié.

Un mui de sel avroit mangié

Cist chevaliers, si con je croi,

Einçois qu'il vos desraist vers moi;

Ne cuit c'onques home veïsse

Vers cui je ne vos conqueïsse;

Et quant je vos truis ci an eise,

Mes que bien li poist et despleise,

Vos an manrai, veant ses ialz

Et s'an face trestot son mialz."

Li autres de rien ne s'aïre

De tot l'orguel qu'il li ot dire,

Mes sanz ranpone et sanz vantance

A chalongier la li comance;

Et dist: "Sire, ne vos hastez,

Ne vos paroles ne gastez,

Mes parlez un po par mesure

Ja ne vos iert vostre droiture

Tolue, quant vos l'i avroiz.

Par mon conduit, bien le savroiz,

Est ci la pucele venue;

Lessiez la, trop l'avez tenue,

Qu'ancor n'a ele de vos garde."

Et cil otroie que an l'arde,

S'il ne l'an mainne mau gré suen.

Cil dit: "Ce ne seroit pas buen,

Se mener la vos an lessoie;

Sachiez, einçois m'en combatroie.

Mes, se nos bien nos volïens

Conbatre, nos ne porrïens

An cest chemin por nule painne;

Mes alons desqu'a voie plainne,

Ou jusqu'a pree ou jusqu'a lande."

Cil dit que ja mialz ne demande

Et dit: "Certes bien m'i acort:

De ce n'avez vos mie tort

Que cist chemins est trop estroiz;

Ja iert mes chevax si destroiz,

Einçois que ge torner le puisse,

Que je crien qu'il se brit la cuisse."

Lors se torne a molt grant destresce,

Mes son cheval mie ne blesce,

Ne de rien n'i est anpiriez,

Et dit: "Certes molt sui iriez,

Quant antre ancontré ne nos somes

An place lee et devant homes,

Que bel me fust que l'en veïst

Li quex de nos mialz le feïst;

Mes or venez, se l'irons querre:

Nos troverons pres de ci terre

Tote delivre et grant et lee."

Lors s'an vont jusqu'a une pree:

An cele pree avoit puceles

Et chevaliers et dameiseles,

Qui jooient a plusors jeus,

Por ce que biax estoit li leus.

Ne jooient pas tuit a gas,

Mes as tables et as eschas,

Li un as dez, li autre au san,

A la mine i rejooit l'an;

A ces jeus li plusor jooient.

Li autre, qui iluec estoient,

Redemenoient lor anfances,

Baules et queroles et dance;

Et chantent et tunbent et saillent,

Et au luitier se retravaillent.

Uns chevaliers auques d'ahé

Estoit de l'autre part del pré

Sor un cheval d'Espaigne sor;

S'avoit lorain et sele d'or

Et s'estoit de chienes meslez.

Une main a l'un de ses lez

Avoit par contenance mise;

Por le bel tans ert an chemise,

S'esgardoit les geus et les baules;

Un mantel ot par ses espaules

D'escarlate et de veir antier.

De l'autre part, lez un santier,

En avoit jusqu'a vint et trois

Armez, sor boens chevax irois.

Tantost con li troi lor sorvienent,

Tuit de joie feire se tienent

Et crïent tuit parmi les prez:

"Veez le chevalier, veez,

Qui fu menez sor la charrete!

N'i ait mes nul qui s'antremete

De jöer, tant com il i ert;

Dahez ait qui jöer i quiert

Et dahez ait qui daingnera

Jöer, tant com il i sera."

Et autretant ez vos venu

Le fil au chevalier chenu,

Celui qui la pucele amoit

Et por soe ja la tenoit,

Si dist:"Sire, molt ai grant joie,

Et qui la vialt oïr si l'oie,

Que Dex m'a la chose donee

Que j'ai toz jorz plus desirree;

N'il ne m'aüst pas tant doné

S'il m'eüst fet roi coroné,

Ne si boen gré ne l'en seüsse

Ne tant gahaignié n'i eüsse;

Car cist gaainz est biax et buens.

- Ne sai encor se il est tuens,"

Fet li chevaliers a son fil.

Tot maintenant li respont cil:

"Nel savez? Nel veez vos donques?

Por Deu, sire, n'an dotez onques,

Quant vos veez que je la tieng:

An cele forest don je vieng

L'ancontrai ore ou el venoit.

Je cuit que Dex la m'amenoit,

Si l'ai prise come la moie.

- Ne sai ancor se cil l'otroie

Que je voi venir aprés toi;

Chalongier la te vient, ce croi."

Antre ces diz et ces paroles

Furent remeses les queroles

Por le chevalier que il virent,

Ne jeu ne joie plus ne firent,

Por mal de lui et por despit.

Et li chevaliers sanz respit

Vint molt tost aprés la pucele.

"Lessiez, fet il, la dameisele,

Chevaliers, que n'i avez droit.

Se vos osez, tot or androit

La desfandrai vers vostre cors."

Et li chevaliers vialz dist lors:

"Don ne le savoie je bien?

Biax filz, ja plus ne la retien,

La pucele, mes leisse l'i."

A celui mie n'abeli,

Qu'il jure qu'il n'en randra point,

Et dit:"Je Dex puis ne me doint

Joie, que je la li randrai!

Je la tieng et si la tendrai

Come la moie chose lige.

Einz iert de mon escu la guige

Ronpue et totes les enarmes,

Ne an mon cors ne an mes armes

N'avrai je puis nule fiance,

Ne an m'espee n'en ma lance,

Quant je li lesserai m'amie."

Et cil dit: "Ne te leirai mie

Conbatre, por rien que tu dies.

An ta pröesce trop te fies;

Mes fai ce que je te comant."

Cil par orguel respont: "Comant!

Sui j'anfes a espoanter?

De ce me puis je bien vanter

Qu'il n'a, tant con la mers aceint,

Chevalier, ou il an a meint,

Nul si boen cui je la leissasse,

Et cui ge feire n'an cuidasse

An molt po d'ore recreant."

Li peres dit: "Je te creant,

Biax filz, ensi le cuides tu,

Tant te fies an ta vertu,

Mes ne voel ne ne voldrai hui

Que tu t'essaies a cestui."

Et cil respont: "Honiz seroie

Se je vostre consoil creoie.

Maudahez ait qui le cresra

Et qui por vos se recresra,

Que fieremant ne me conbate.

Voirs est que privez mal achate

Mialz poïsse aillors barguignier,

Que vos me volez anguignier.

Bien sai qu'an un estrange leu

Poïsse mialz feire mon preu.

Ja nus qui ne me coneüst

De mon voloir ne me neüst,

Et vos m'an grevez et nuisiez.

Tant an sui je plus angoissiez

Por ce que blasmé m'an avez,

Car qui blasme, bien le savez,

Son voloir a home n'a fame,

Plus en art et plus en anflame.

Mes se je rien por vos an les,

Ja Dex joie ne me doint mes,

Einz me conbatrai, mau gré vostre.

- Foi que doi saint Pere l'apostre,

Fet li peres, or voi ge bien

Que proiere n'i valdroit rien:

Tot pert quanque je te chasti.

Mes je t'avrai molt tost basti

Tel plet que, maleoit gré tuen,

T'estovra feire tot mon buen,

Car tu an seras au desoz."

Tot maintenant apele toz

Les chevaliers, que a lui veignent,

Si lor comande qu'il li tiegnent

Son fil, qu'il ne puet chastïer,

Et dit: "Jel feroie lïer

Einz que conbatre le lessasse.

Vos estes tuit mi home a masse,

Si me devez amor et foi;

Sor quanque vos tenez de moi

Le vos comant et pri ansanble.

Grant folie fet, ce me sanble,

Et molt li vient de grant orguel,

Quant il desdit ce que je vuel."

Et cil dïent qu'il le panront,

Ne ja puis que il le tanront

De conbatre ne li prendra

Talanz, et si li covendra

Mau gré suen, la pucele randre.

Lors le vont tuit seisir et prandre

Et par les braz et par le col.

"Dons ne te tiens tu or por fol?

Fet li peres, or conois voir:

Or n'as tu force ne pooir

De conbatre ne de joster

Que que il te doie coster,

Que qu'il t'enuit ne qu'il te griet.

Ce qui me plest et qui me siet

Otroie, si feras que sages.

Et sez tu quiex est mes corages?

Por ce que mandres soit tes diax,

Siudrons moi et toi, se tu viax,

Le chevalier, hui et demain.

Et par le bois et par le plain.

Chascuns sor son cheval anblant.

De tel estre et de tel sanblant

Le porrïens nos tost trover

Que je t'i leiroie esprover

Et conbatre a ta volanté."

Lors li a cil acreanté

Mau gré suen, quant feire l'estuet.

Con cil qui amander nel puet

Dist qu'il s'an sofferroit por lui.

Mes qu'il le siudront amedui.

Et quant ceste avanture voient

Les genz qui par le pré estoient,

Si dïent tuit: "Avez veü?

Cil qui sor la charrete fu

A hui conquise tel enor

Que l'amie au fil mon seignor

En mainne, sel suefre mes sire.

Por verité, poomes dire

Que aucun bien cuide qu'il ait

An lui, quant il mener li lait.

Et cent dahez ait qui meshui

Lessera a jöer por lui!

Ralons jöer." Lors recomancent

Lor jeus, si querolent et dancent.

Tantost li chevaliers s'an torne,

En la pree plus ne sejorne,

Mes aprés lui pas ne remaint

La pucele qu'il ne l'en maint.

Andui s'an vont a grant besoing.

Li filz et li peres de loing

Les sivent; par un pré fauchié

S'ont jusqu'à none chevalchié,

Et truevent en un leu molt bel,

Un mostier et lez le chancel

Un cemetire de mur clos.

Ne fist que vilains ne que fos

Li chevaliers qui el mostier

Entra a pié por Deu proier.

Et la dameisele li tint

Son cheval tant que il revint.

Quant il ot feite sa proiere

Et il s'an revenoit arriere

Si li vient uns moinnes molt vialz

A l'encontre, devant ses ialz.

Quant il l'encontre, se li prie

Molt dolcement que il li die

Que ce estoit qu'il ne savoit.

Et cil respont qu'il i avoit

Un cemetire; et cil li dist:

"Menez m'i, se Dex vos aïst.

- Volentiers, sire." Lors l'i moinne.

Li chevaliers aprés le moinne

Antre et voit les plus beles tonbes

Qu'an poïst trover jusqu'a Donbes,

Ne de la jusqu'a Panpelune;

Et s'avoit letres sor chascune

Qui les nons de ces devisoient

Qui dedanz les tonbes girroient.

Et il meïsmes tot a tire

Comança lors les nons a lire

Et trova: "Ci girra Gauvains,

Ci Looÿs, et ci Yvains."

Aprés ces trois i a mainz liz

Des nons as chevaliers esliz,

Des plus prisiez et des meillors

Et de cele terre et d'aillors.

Antre les autres une an trueve

De marbre, si sanble estre nueve,

Sor totes autres riche et bele.

Li chevaliers le moinne apele

Et dit: "Ces tonbes qui ci sont,

De coi servent?" Et cil respont:

"Vos avez les letres veües;

Se vos les avez antendues,

Don savez vos bien qu'ele dïent

Et que les tonbes senefïent.

- Et de cele plus grant me dites

De qu'ele sert." Et le hermites

Respont: "Jel vos dirai assez:

C'est uns veissiax qui a passez

Toz ces qui onques furent fet;

Si riche ne si bien portret

Ne vit onques ne ge ne nus,

Biax est defors et dedanz plus.

Mes ce metez en nonchaloir,

Que rien ne vos porroit valoir,

Que ja ne la verroiz dedanz,

Car set homes molt forz et granz

I covandroit au descovrir,

Qui la tonbe voldroit ovrir,

Qu'ele est d'une lame coverte,

Et sachiez que c'est chose certe

Qu'au lever covandroit set homes

Plus forz que moi et vos ne somes.

Et letres escrites i a

Qui dïent: "Gil qui levera

cele lamme seus par son cors

gitera ces et celes fors

qui sont an la terre an prison,

Don n'ist ne sers ne gentix hon

Qui ne soit de la antor nez

N'ancor n'en est nus retornez;

Les estranges prisons retienent,

Et cil del païs vont et vienent

Et anz et fors a lor pleisir."

Tantost vet la lame seisir

Li chevaliers et si la lieve,

Si que de neant ne s'i grieve,

Mialz que dis home ne feïssent

Se tot lor pooir i meïssent.

Et li moinnes s'an esbahi

Si qu'a bien pres qu'il ne chaï,

Quant veü ot ceste mervoille;

Car il ne cuidoit la paroille

Veoir an trestote sa vie.

Si dit: "Sire, or ai grant envie

Que je seüsse vostre non;

Direiez le me vos? - Je non,

Fet li chevaliers, par ma foi.

- Certes, fet il, ce poise moi.

Mes se vos le me diseiez,

Grant corteisie fereiez,

Si porreiez avoir grant preu.

Qui estes vos et de quel leu?

- Uns chevaliers sui, ce veez,

Del rëaume de Logres nez:

A tant an voldroie estre quites;

Et vos, s'il vos plest, me redites

An cele tonbe qui girra?

- Sire, cil qui deliverra

Toz ces qui sont pris a la trape

El rëaume don nus n'eschape."

Et quant il li ot tot conté,

Li chevaliers l'a comandé

A Deu et a trestoz ses sainz;

Et lors est, c'onques ne pot ainz,

A la dameisele venuz,

Et li vialz moinnes, li chenuz,

Fors de l'eglise le convoie.

A tant vienent enmi la voie,

Et que que la pucele monte,

Li moinnes trestot li raconte

Quanque cil leanz fet avoit

Et son non, s'ele le savoit.

Li pria qu'ele li deïst,

Tant que cele li regeïst

Qu'ele nel set, mes une chose

Seüremant dire li ose,

Qu'il n'a tel chevalier vivant

Tant con vantent li quatre vant

Tantost la pucele le leisse,

Aprés le chevalier s'esleisse.

Maintenant cil qui les sivoient

Vienent, et si truevent et voient

Le moinne seul devant l'eglise.

Li vialz chevaliers an chemise

Li dist: "Sire, veïstes vos

Un chevalier, dites le nos

Qui une dameisele mainne?"

Et cil respont: "Ja ne m'iert painne

Que tot le voir ne vos an cont,

Car or androit de ci s'an vont.

Et li chevaliers fu leanz,

Si a fet mervoilles si granz

Que toz seus la lame leva

C'onques de rien ne s'i greva,

De sor la grant tonbe marbrine.

Il vet rescorre la reïne,

Et il la rescorra sanz dote,

Et avoec li l'autre gent tote.

Vos meïsmes bien le savez,

Qui sovant leües avez

Les letres qui sont sor la lame.

Onques voir d'ome ne de fame

Ne nasquié, n'en sele ne sist

Chevaliers qui cestui vausist."

Et lors dit li pere a son fil:

"Filz, que te sanble? Don n'est il

Molt preuz qui a fet tel esforz?

Or sez tu bien cui fu li torz:

Bien sez se il fu tuens ou miens.

Ja ne voldroies por Amiens

Qu'a lui te fusses conbatuz.

Si t'an iés tu molt debatuz

Einçois qu'an t'an poïst torner.

Or nos an poons retorner,

Car grant folie ferïens

S'avant de ci les suïens."

Et cil respont: "Je l'otroie bien:

Li siudres ne nos valdroit rien.

Des qu'il vos plest, ralons nos an!"

Del retorner a fet grant san.

Et la pucele tote voie

Le chevalier de pres costoie,

Si le vialt feire a li antendre

Et son non vialt de lui aprendre;

Ele li requiert qu'il li die,

Une foiz et autre li prie,

Tant que il li dit par enui:

"Ne vos ai ge dit que je sui

Del rëaume le roi Artu?

Foi que doi Deu et sa vertu,

De mon non ne savroiz vos point!"

Lors li dit cele qu'il li doint

Congié, si s'an ira arriere;

Et il li done a bele chiere.

A tant la pucele s'an part,

Et cil, tant que il fu molt tart,

A chevalchié sanz conpaignie.

Aprés vespres, androit conplie,

Si com il son chemin tenoit,

Vit un chevalier qui venoit

Del bois ou il avoit chacié.

Cil venoit le hiaume lacié

Et a sa venison trossee,

Tel con Dex li avoit donee,

Sor un grant chaceor ferrant.

Li vavasors molt tost errant

Vient ancontre le chevalier,

Si le prie de herbergier:

"Sire, fet il, nuiz iert par tans;

De herbergier est huimés tans,

Sel devez feire par reison;

Et j'ai une moie meison

Ci pres, ou ge vos manrai ja.

Einz nus mialz ne vos herberja

Lonc mon pooir que je ferai,

S'il vos plest et liez an serai.

- Et g'en resui molt liez," fet cil.

Avant en anvoie son fil

Li vavasors tot maintenant,

Por feire l'ostel avenant

Et por la cuisine haster.

Et li vaslez sans arester

Fist tantost son comandemant

Molt volantiers et lieemant,

Et s'an vet molt grant aleüre.

Et cil qui del haster n'ont cure

Ont aprés lor chemin tenu

Tant qu'il sont a l'ostel venu.

Li vavasors avoit a fame

Une bien afeitiee dame,

Et cinq filz qu'il avoit molt chiers,

Troiz vaslez et deus chevaliers,

Et deus filles gentes et beles

Qui encore estoient puceles.

N'estoient pas del païs né,

Mes il estoient anserré,

Et prison tenu i avoient

Molt longuemant, et si estoient

Del rëaume de Logres né.

Li vavasors a amené

Le chevalier dedanz sa cort,

Et la dame a l'encontre cort,

Et si fil et ses filles saillent;

Por lui servir trestuit se baillent,

Si le salüent et descendent.

A lor seignor gaires n'antendent

Ne les serors ne li cinc frere,

Car bien savoient que lor pere

Voloit que ensi le feïssent.

Molt l'enorent et conjoïssent;

Et quant il l'orent desarmé,

Son mantel li a afublé

L'une des deus filles son oste,

Au col li met et del suen l'oste.

S'il fu bien serviz au soper,

De ce ne quier je ja parler;

Mes quant ce vint aprés mangier,

Onques n'i ot puis fet dangier,

De parler d'afeires plusors.

Premieremant li vavasors

Comança son oste a enquerre

Qui il estoit, et de quel terre,

Mes son non ne li anquist pas.

Et il respont eneslepas:

"Del rëaume de Logres sui,

Einz mes an cest païs ne fui."

Et quant li vavasors l'entant,

Si s'an mervoille duremant

Et sa fame et si anfant tuit,

N'i a un seul cui molt n'enuit;

Si li ancomancent a dire:

"Tant mar i fustes, biax dolz sire,

Tant est granz domages de vos!

C'or seroiz ausi come nos

Et an servage et an essil.

- Et dom estes vos donc? fet il.

- Sire, de vostre terre somes.

An cest païs a mainz prodomes

De vostre terre an servitume.

Maleoite soit tex costume

Et cil avoec, qui la maintienent!

Que nul estrange ça ne vienent

Qu'a remenoir ne lor covaingne

Et que la terre nes detaigne;

Car qui se vialt antrer i puet,

Mes a remenoir li estuet.

De vos meïsmes est or pes:

Vos n'en istroiz, ce cuit, ja mes.

- Si ferai, fet il, se je puis."

Li vavasors li redit puis:

"Comant? Cuidiez an vos issir?

- Oïl, se Deu vient a pleisir;

Et g'en ferai mon pooir tot.

- Donc an istroient sanz redot

Trestuit li autre quitemant,

Car puis que li uns lëaumant

Istra fors de ceste prison,

Tuit li autre sanz mesprison

An porront issir sanz desfanse."

A tant li vavasors s'apanse

Qu'an li avoit dit et conté

C'uns chevaliers de grant bonté

El païs a force venoit

Por la reïne que tenoit

Meleaganz, li filz le roi;

Et dit: "Certes, je pans et croi

Que ce soit il, dirai li donques."

Lors li dist: "Ne me celez onques,

Sire, rien de vostre besoigne

Par un covant que je vos doigne

Consoil au mialz que je savrai.

Je meïsmes preu i avrai

Se vos bien feire le pöez.

La verité m'an desnöez.

Por vostre preu et por le mien.

An cest païs, ce cuit je bien,

Estes venuz por la reïne,

Antre ceste gent sarradine

Qui peior que Sarrazin sont."

Et li chevaliers li respont:

"Onques n'i ving por autre chose.

Ne sai ou ma dame est anclose,

Mes a li rescorre tesoil,

Et s'ai grant mestier de consoil.

Conseilliez moi, se vos savez."

Et cil dit: "Sire, vos avez

Anprise voie molt grevainne.

La voie ou vos estes vos mainne

Au Pont de l'Espee tot droit.

Consoil croire vos covendroit:

Se vos croire me volïez,

Au Pont de l'Espee irïez

Par une plus seüre voie,

Et je mener vos i feroie."

Et cil qui la menor covoite

Li demande: "Est ele ausi droite

Come ceste voie de ça?

- Nenil, fet il, einçois i a

Plus longue voie et plus seüre."

Et cil dit: "De ce n'ai ge cure;

Mes an cesti me conseilliez,

Car je i sui apareilliez.

- Sire, voir ja n'i avroiz preu:

Se vos alez par autre leu,

Demain venroiz a un passage

Ou tost porroiz avoir domage,

S'a non: li Passages des Pierres.

Volez que je vos die gierres

Del passage com il est max?

N'i puet passer c'uns seus chevax;

Lez a lez n'i iroient pas

Dui home, et si est li trespas

Bien gardez et bien desfanduz.

Ne vos sera mie randuz

Maintenant que vos i vandroiz:

D'espee et de lance i prandroiz

Maint cop et s'an randroiz assez

Einz que soiez outre passez."

Et quant il li ot tot retret,

Uns chevaliers avant se tret,

Qui estoit filz au vavasor,

Et dit: "Sire, avoec cest seignor

M'an irai, se il ne vos grieve."

A tant uns des vaslez se lieve

Et dit: "Ausins i irai gié."

Et li pere an done congié

Molt volentiers a enbedeus.

Or ne s'an ira mie seus

Li chevaliers, ses an mercie,

Que molt aime lor conpaignie.

A tant les paroles remainnent,

Le chevalier couchier an mainnent;

Si dormi, se talant en ot.

Tantost con le jor veoir pot,

Se lieve sus, et cil le voient

Qui avoec lui aler devoient;

Si sont tot maintenant levé.

Li chevalier se sont armé,

Si s'an vont et ont congié pris;

Et li vaslez s'est devant mis,

Et tant lor voie ansanble tienent

Qu'an Passage des Pierres vienent,

A ore de prime tot droit.

Une bretesche en mi avoit,

Ou il avoit un home adés.

Einçois que il venissent pres,

Cil qui sor la bretesche fu

Les voit et crie a grant vertu:

"Cist vient por mal! Cist vient por mal!"

A tant ez vos sor un cheval

Un chevalier soz la bretesche,

Armé d'une armeüre fresche,

Et de chascune part sergenz

Qui tenoient haches tranchanz.

Et quant il au passage aproche,

Cil qui le garde li reproche

La charrete molt laidemant,

Et dit: "Vassax, grant hardemant

As fet, et molt es fos naïs,

Quant antrez iés an cest païs.

Ja hom ça venir ne deüst

Qui sot charrete esté eüst,

Et ja Dex joïr ne t'an doint!"

A tant li uns vers l'autre point

Quanque cheval porent aler;

Et cil qui doit les pas garder

Peçoie sa lance a estros

Et lesse andeus cheoir les tros;

Et cil an la gorge l'asanne

Trestot droit par desus la panne

De l'escu, si le giete anvers

Desus les pierres an travers;

Et li sergent as haches saillent;

Mes a esciant a lui faillent,

Qu'il n'ont talant de feire mal

Ne a lui ne a son cheval.

Et li chevaliers parçoit bien

Qu'il nel voelent grever de rien

Ne n'ont talant de lui mal feire,

Si n'a soing de s'espee treire,

Einz s'an passe oltre sanz tançon

Et aprés lui si conpaignon.

Et li uns d'ax a l'autre dit

C'onques tel chevalier ne vit,

Ne nus a lui ne s'aparoille.

"Dont n'a il feite grant mervoille

Qui par ci est passez a force?

- Biax frere, por Deu, car t'esforce,

Fet li chevaliers a son frere,

Tant que tu vaignes a mon pere;

Si li conte ceste avanture."

Et li vaslez afiche et jure

Que ja dire ne li ira,

Ne ja mes ne s'an partira

De ce chevalier, tant qu'il l'ait

Adobé et chevalier fait;

Mes il aut feire le message,

Se il en a si grant corage.

A tant s'an vont tuit troi a masse,

Tant qu'il pot estre none basse.

Vers none un home trové ont,

Qui lor demande qui il sont,

Et il dïent: "Chevalier somes,

Qui an noz afeires alomes."

Et li hom dit au chevalier:

"Sire, or voldroie herbergier

Vos et voz conpaignons ansanble."

A celui le dit, qui li sanble

Que des autres soit sire et mestre.

Et il li dit: "Ne porroit estre

Que je herberjasse a ceste ore,

Car malvés est qui se demore

Ne qui a eise se repose

Puis qu'il a enprise grant chose.

Et je ai tel afeire anpris

Qu'a piece n'iert mes ostex pris."

Et li hom li redit aprés:

"Mes ostex n'est mie ci pres,

Einz est grant piece ça avant.

Venir i pöez par covant

Que a droite ore ostel prendroiz,

Que tart iert quant vos i vendroiz.

- Et je, fet il, i irai donques."

A la voie se met adonques

Li hom devant, qui les an mainne,

Et cil aprés la voie plainne.

Et quant il ont grant piece alé,

S'ont un escüier ancontré,

Qui venoit trestot le chemin

Les granz galoz sor un roncin

Gras et reont com une pome.

Et li escüiers dit a l'ome:

"Sire, sire, venez plus tost,

Car cil de Logres sont a ost

Venu sor ces de ceste terre,

S'ont ja comanciee la guerre

Et la tançon et la meslee;

Et dïent qu'an ceste contree

S'est uns chevaliers anbatuz

Qui an mainz leus s'est conbatuz,

N'en ne li puet contretenir

Passage, ou il vuelle venir,

Que il n'i past, cui qu'il enuit.

Ce dïent an cest païs tuit

Que il les deliverra toz

Et metra les noz au desoz.

Or si vos hastez, par mon los!"

Lors se met li hom es galos,

Et cil an sont molt esjoï,

Qui autresi l'orent oï,

Car il voldront eidier as lor.

Et dit li filz au vavasor:

"Sire, öez que dit cist sergenz.

Alons, si eidons a nos genz

Qui sont meslé a ces de la!"

Et li hom tot adés s'an va,

Qu'il nes atant, ençois s'adrece

Molt tost vers une forterece

Qui sor un tertre estoit fermee,

Et cort tant qu'il vient a l'entree,

Et cil aprés a esperon.

Li bailes estoit anviron

Clos de haut mur et de fossé.

Tantost qu'il furent anz antré,

Si lor lessierent avaler,

Qu'il ne s'an poïssent raler,

Une porte aprés les talons.

Et cil dïent: "Alons, alons!

Que ci n'aresterons nos pas."

Aprés l'ome plus que le pas

Vont tant qu'il vienent a l'issue,

Qui ne lor fu pas desfandue;

Mes maintenant que cil fu fors

Li lessierent aprés le cors

Cheoir une porte colant.

Et cil an furent molt dolant

Quant dedanz anfermé se voient,

Car il cuident qu'anchanté soient;

Mes cil don plus dire vos doi

Avoit un anel an son doi

Don la pierre tel force avoit

Qu'anchantemanz ne le pooit

Tenir, puis qu'il l'avoit veüe.

L'anel met devant sa veüe,

S'esgarde la pierre, et si dit:

"Dame, dame se Dex m'aït,

Or avroie je grant mestier

Que vos me poïssiez eidier."

Cele dame une fee estoit

Qui l'anel doné li avoit,

Et si le norri an s'anfance;

S'avoit an li molt grant fiance

Que ele, an quel leu que il fust,

Secorre et eidier li deüst;

Mes il voit bien a son apel

Et a la pierre de l'anel

Qu'il n'i a point d'anchantemant,

Et set trestot certainnemant

Qu'il sont anclos et anserré.

Lors vienent a un huis barré

D'une postorne estroite et basse.

Les espees traient a masse;

Si fiert tant chascuns de s'espee

Qu'il orent la barre colpee.

Quant il furent fors de la tor,

Et comancié voient l'estor,

Aval les prez, molt grant et fier,

Et furent bien mil chevalier

Que d'une part que d'autre au mains

Estre la jaude des vilains.

Quant il vindrent aval les prez,

Come sages et atremprez

Li filz au vavasor parla:

"Sire, einz que nos vaigniemes la,

Ferïemes, ce cuit, savoir,

Qui iroit anquerre et savoir

De quel part les noz genz se tienent.

Je ne sai de quel part il vienent,

Mes g'i irai, se vos volez.

- Jel voel, fet il, tost i alez,

Et tost revenir vos covient."

Cil i va tost et tost revient,

Et dit: "Molt nos est bien cheü,

Que j'ai certainnemant veü

Que ce sont li nostre de ça."

Et li chevaliers s'adreça

Vers la meslee maintenant;

S'ancontre un chevalier venant

Et joste a lui, sel fiert si fort

Parmi l'uel que il l'abat mort.

Et li vaslez a pié descent,

Le cheval au chevalier prent

Et les armes que il avoit

Si s'an arme bel et adroit.

Quant armez fu, sanz demorance,

Monte et prant l'escu et la lance

Qui estoit grosse et roide et peinte;

Au costé ot l'espee ceinte

Tranchant et flanbeant et clere.

An l'estor est aprés son frere

Et aprés son seignor venuz,

Qui molt bien s'i est maintenuz

An la meslee une grant piece,

Que il ront et fant et depiece

Escuz et hiaumes et haubers.

Nes garantist ne fuz ne fers

Cui il ataint, qu'il ne l'afolt

Ou morz jus del cheval ne volt.

Il seus si tres bien le feisoit

Que trestoz les desconfisoit,

Et cil molt bien le refeisoient

Qui avoec lui venu estoient.

Mes cil de Logres s'en mervoillent,

Qu'il nel conuissent, et consoillent

De lui as filz au vavasor.

Tant an demandent li plusor

Qu'an lor dist: "Seignor, ce est cil

Qui nos gitera toz d'essil

Et de la grant maleürté

Ou nos avons lonc tans esté;

Se li devons grant enor feire

Qant, por nos fors de prison treire,

A tant perilleus leus passez

Et passera ancor assez;

Molt a a feire et molt a fait."

N'i a celui joie n'en ait:

Quant ceste novele ont oïe,

Molt an est lor genz esjoïe.

Quant la novele est tant alee

Que ele fu a toz contee,

Tuit l'oïrent et tuit le sorent.

De la joie que il en orent

Lors croist force et s'an esvertüent

Tant que mainz des autres an tüent,

Et plus les mainnent leidemant

Por le bien feire seulemant

D'un seul chevalier, ce me sanble,

Que por toz les autres ansanble.

Et s'il ne fust si pres de nuit,

Desconfit s'an alassent tuit;

Mes la nuiz si oscure vint

Que departir les an covint.

Au departir tuit li cheitif,

Autresi come par estrif,

Environ le chevalier vindrent,

De totes parz au frain le prindrent,

Si li ancomancent a dire:

"Bien veignanz soiez vos, biax sire."

Et dit chascuns: "Sire, par foi,

Vos vos herbergeroiz o moi;

Sire por Deu et por son non,

Ne herbergiez se o moi non."

Tuit dïent ce que dit li uns,

Que herbergier le vialt chascuns,

Ausi li juenes con li vialz,

Et dit chascuns: "Vos seroiz mialz

El mien ostel que an l'autrui."

Ce dit chascuns androit de lui;

Et li uns a l'autre le tost

Si con chascuns avoir le vost,

Et par po qu'il ne s'an conbatent.

Et il lor dit qu'il se debatent

De grant oiseuse et de folie.

"Lessiez, fet il, ceste anreidie,

Qu'il n'a mestier n'a moi n'a vos.

Noise n'est pas boene antre nos,

Einz devroit li uns l'autre eidier.

Ne vos covient mie pleidier

De moi herbergier par tançon.

Einz devez estre an cusançon

De moi herbergier an tel leu,

Por ce que tuit i aiez preu,

Que je soie an ma droite voie."

Ancor dit chascuns tote voie:

"C'est a mon ostel. - Mes au mien.

- Ne dites mie ancore bien,

Fet li chevaliers; a mon los,

Li plus sages de vos est fos

De ce don ge vos oi tancier.

Vos me devrïez avancier,

Et vos me volez feire tordre.

Se vos m'avïez tuit en ordre

Li uns aprés l'autre a devise

Fet tant d'enor et de servise

Com an porroit feire a un home,

Par toz les sainz qu'an prie a Rome,

Ja plus boen gré ne l'an savroie,

Quant la bonté prise en avroie,

Que je faz de la volanté.

Se Dex me doint joie et santé,

La volantez autant me haite

Con se chascuns m'avoit ja faite

Molt grant enor et grant bonté;

Si soit an leu de fet conté."

Ensi les vaint toz et apeise.

Chiés un chevalier molt a eise

El chemin a ostel l'en mainnent,

Et de lui servir tuit se painnent.

Trestuit l'enorent et servirent

Et molt tres grant joie li firent

Tote la nuit jusqu'au couchier,

Car il l'avoient tuit molt chier.

Le main, quant vint au dessevrer

Vost chascuns avoec lui aler,

Chascuns se poroffre et presante;

Mes lui ne plest ne n'atalante

Que nus hom s'an voist avoec lui,

Fors que tant solemant li dui

Que il avoit la amenez:

Ces, sanz plus, en avoit menez.

Cel jor ont des la matinee

Chevalchié tresqu'a la vespree,

Qu'il ne troverent aventure.

Chevalchant molt grant aleüre,

D'une forest molt tart issirent;

A l'issir une meison virent

A un chevalier, et sa fame,

Qui sanbloit estre boene dame,

Virent a la porte seoir.

Tantost qu'ele les pot veoir

S'est contre aus an estant dreciee;

A chiere molt joiant et liee

Les salue et dit: "Bien vaingniez!

Mon ostel voel que vos praigniez;

Herbergiez estes, descendez!

- Dame, quant vos le comandez,

Vostre merci, nos descendrons;

Vostre ostel enuit mes prendrons."

Il descendent, et au descendre

La dame fet les chevax prendre,

Qu'ele avoit mesniee molt bele.

Ses filz et ses filles apele

Et il vindrent tot maintenant:

Vaslet cortois et avenant

Et chevalier et filles beles:

As uns comande oster les seles

Des chevax, et bien conreer.

N'i a celui qui l'ost veher,

Einz le firent molt volentiers.

Desarmer fet les chevaliers,

Au desarmer les filles saillent;

Desarmé sont, puis si lor baillent

A afubler trois corz mantiax.

A l'ostel, qui molt estoit biax,

Les an mainnent eneslepas.

Mes li sires n'i estoit pas,

Einz ert en bois, et avoec lui

Estoient de ses filz li dui;

Mes il vint lués, et sa mesniee

Qui molt estoit bien anresniee

Saut contre lui defors la porte.

La veneison que il aporte

Destrossent molt tost et deslïent

Et si li recontent et dïent:

"Sire, sire, vos ne savez,

Trois ostes chevaliers avez.

- Dex an soit aorez," fet il.

Li chevaliers et si dui fil

Font de lor ostes molt grant joie;

Et la mesniee n'est pas coie

Que toz li mandre s'aprestoit

De feire ce qu'a feire estoit:

Cil corent le mangier haster

Et cil les chandoiles gaster,

Si les alument et espranent;

La toaille et les bacins pranent

Si donent l'eve as mains laver:

De ce ne sont il mie aver;

Tuit levent, si vont asseoir,

Riens qu'an poïst leanz veoir

N'estoit charjable ne pesanz.

Au premier mes vint uns presanz

D'un chevalier a l'uis defors,

Plus orguelleus que n'est uns tors,

Que c'est molt orguilleuse beste.

Cil des les piez jusqu'a la teste

Sist toz armez sor son destrier.

De l'une janbe an son estrier

Fu afichiez, et l'autre ot mise

Par contenance et par cointise

Sor le col del destrier crenu.

Estes le vos ensi venu

C'onques nus garde ne s'an prist

Tant qu'il vint devant aus et dist;

"Li quex est ce, savoir le vuel,

Qui tant a folie et orguel,

Et de cervel la teste vuide

Qu'an cest païs vient, et si cuide

Au Pont de l'Espee passer?

Por neant s'est venuz lasser,

Por neant a ses pas perduz."

Et cil, qui ne fu esperduz,

Molt seüremant li respont:

"Je sui qui vuel passer au Pont.

- Tu? Tu? Comant l'osas panser?

Einz te deüsses apanser

Que tu anpreïsses tel chose

A quel fin et a quel parclose

Tu an porroies parvenir,

Si te deüst resovenir

De la charrete ou tu montas.

Ce ne sai ge se tu honte as

De ce que tu i fus menez,

Mes ja nus qui fust bien senez

N'eüst si grant afaire anpris

S'il de cest blasme fust repris."

A ce que cil dire li ot

Ne li daigne respondre un mot;

Mes li sires de la meison

Et tuit li autre par reison

S'an mervoillent a desmesure.

"Ha, Dex! Con grant mesaventure!

Fet chascuns d'ax a lui meïsmes,

L'ore que charrete fu primes

Pansee et feite soit maudite,

Car molt est vix chose et despite.

Ha, Dex! De coi fu il retez?

Et por coi fu il charretez?

Por quel pechié? Por quel forfet?

Ce li ert mes toz jorz retret.

S'il fust de cest reproche mondes,

An tant con dure toz li mondes,

Ne fust uns chevaliers trovez,

Tant soit de pröesce esprovez,

Qui cestui valoir resanblast,

Et qui trestoz les assanblast

Si bel ne si gent n'i veïst,

Por ce que le voir an deïst."

Ce disoient comunemant.

Et cil molt orguilleusemant

Sa parole recomança

Et dist: "Chevaliers, antant ça,

Qui au Pont de l'Espee an vas:

Se tu viax, l'eve passeras

Molt legieremant et söef,

Je te ferai an une nef

Molt tost oltre l'eve nagier.

Mes se je te vuel paagier,

Quant de l'autre part te tandrai,

Se je vuel, la teste an prandrai,

Ou se non, an ma merci iert."

Et cil respont que il ne quiert

Avoir mie desaventure:

Ja sa teste an ceste avanture

N'iert mise por nes un meschief.

Et cil li respont de rechief:

"Des que tu ce feire ne viax,

Cui qu'an soit la honte et li diax,

Venir te covendra ça fors

A moi conbatre cors a cors."

Et cil dit por lui amuser:

"Se jel pooie refuser,

Molt volantiers m'an sosferroie;

Mes ainçois voir me conbatroie

Que noauz feire m'esteüst."

Einçois que il se remeüst

De la table ou il se seoient,

Dist as valez qui le servoient,

Que sa sele tost li meïssent

Sor son cheval, et si preïssent

Ses armes, se li aportassent.

Et cil del tost feire se lassent;

Li un de lui armer se painnent,

Li autre son cheval amainnent;

Et sachiez, ne resanbloit pas,

Si com il s'an aloit le pas,

Armez de trestotes ses armes,

Et tint l'escu par les enarmes

Et fu sor son cheval montez,

Qu'il deüst estre mescontez

N'antre les biax n'antre les buens.

Bien sanble qu'il doie estre suens

Li chevax, tant li avenoit,

Et li escuz que il tenoit

Par les enarmes anbracié;

Si ot un hiaume el chief lacié

Qui tant i estoit bien assis

Que il ne vos fust mie avis

Qu'anprunté n'acreü l'eüst;

Einz deïssiez, tant vos pleüst,

Qu'il fu ensi nez et creüz;

De ce voldroie estre creüz.

Fors de la porte, an une lande,

Est cil qui la joste demande,

Ou la bataille estre devoit.

Tantost con li uns l'autre voit

Point li uns vers l'autre a bandon,

Si s'antrevienent de randon,

Et des lances tex cos se donent

Que eles ploient et arçonent

Et anbedeus an pieces volent;

As espees les escuz dolent

Et les hiaumes et les haubers;

Tranchent les fuz, ronpent les fers

Si que an plusors leus se plaient;

Par ire tex cos s'antrepaient

Con s'il fussent fet a covant;

Mes les espees molt sovant

Jusqu'as cropes des chevax colent;

Del sanc s'aboivrent et saolent

Que jusques es flans les anbatent.

Si que andeus morz les abatent.

Et quant il sont cheü a terre,

Li uns vet l'autre a pié requerre;

Et s'il de mort s'antrehaïssent,

Ja por voir ne s'antranvaïssent

As espees plus crüelmant.

Plus se fierent menüemant

Que cil qui met deniers an mine,

Qui de jöer onques ne fine

A totes failles deus et deus;

Mes molt estoit autres cist jeus,

Que il n'i avoit nule faille,

Mes cos et molt fiere bataille,

Molt felenesse et molt crüel.

Tuit furent issu de l'ostel:

Sires, dame, filles et fil,

Qu'il n'i remest cele ne cil,

Ne li privé ne li estrange,

Ainçois estoient tuit an range

Venu por veoir la meslee

An la lande qui molt fu lee.

Li chevaliers de la charrete

De malvestié se blasme et rete

Quant son oste voit qui l'esgarde;

Et des autres se reprant garde

Qui l'esgardoient tuit ansanble.

D'ire trestoz li cors li tranble,

Qu'il deüst, ce li est avis,

Avoir molt grant pieç'a conquis

Celui qui a lui se conbat.

Lors le fiert si qu'il li anbat

L'espee molt pres de la teste

Si l'anvaïst come tanpeste,

Car il l'anchauce et si l'argüe

Tant que place li a tolue;

Si li tost terre et si le mainne

Tant que bien pres li faut l'alainne,

S'a an lui molt po de desfanse.

Et lors li chevaliers s'apanse

Que il li avoit molt vilmant

La charrete mise devant.

Si li passe et tel le conroie

Qu'il n'i remaint laz ne corroie

Qu'il ne ronpe antor le coler;

Si li fet le hiaume voler

Del chief et cheoir la vantaille.

Tant le painne et tant le travaille

Que a merci venir l'estuet,

Come l'aloe qui ne puet

Devant l'esmerillon durer,

Ne ne s'a ou aseürer

Puis que il la passe et sormonte;

Ausi cil a tote sa honte

Li vet requerre et demander

Merci, qu'il nel puet amander.

Et quant il ot que cil requiert

Merci, si nel toche ne fiert,

Einz dit: "Viax tu merci avoir?

- Molt avez or dit grant savoir,

Fet cil, ce devroit dire fos;

Onques rien nule tant ne vos

Con je faz merci or androit."

Et cil dit: "Il te covandroit

Sor une charrete monter;

A neant porroies conter

Quanque tu dire me savroies,

S'an la charrete ne montoies

Por ce que tant folle boche as

Que vilmant la me reprochas."

Et li chevaliers li respont:

"Ja Deu ne place que g'i mont.

- Non? fet cil, et vos i morroiz.

- Sire, bien feire le porroiz,

Mes, por Deu, vos quier et demant

Merci, fors que tant seulemant

Qu'an charrete monter ne doive.

Nus plez n'est que je n'an reçoive

Fors cestui, tant soit griés ne forz.

Mialz voldroie estre cent foiz morz

Que fet eüsse tel meschief.

Ja nul autre chose si grief

Ne me diroiz que je ne face

Por merci et por vostre grace."

Que que cil merci li demande,

A tant ez vos parmi la lande

Une pucele l'anbleüre

Venir sor une fauve mure,

Desafublee et deslïee;

Et si tenoit une corgiee

Don la mule feroit granz cos,

Et nus chevax les granz galos

Por verité si tost n'alast

Que la mule plus tost n'anblast.

Au chevalier de la charrete

Dist la pucele: "Dex te mete,

Chevaliers, joie et cuer parfite

De la rien qui plus te delite!"

Cil qui volantiers l'ot oïe

Li respont: "Dex vos beneïe,

Pucele, et doint joie et santé!"

Lors dist cele sa volanté:

"Chevaliers, fet ele, de loing

Sui ça venue a grant besoing

A toi, por demander un don

En merite et an guerredon

Si grant con ge te porrai feire;

Et tu avras encor afeire

De m'aïde, si con je croi."

Et cil li respont: "Dites moi

Que vos volez, et se je l'ai

Avoir le porroiz sanz delai,

Mes que ne soit chose trop griés."

Et cele dit: "Ce est li chiés

De cest chevalier que tu as

Conquis; et, voir, einz ne trovas

Si felon ne si desleal.

Ja ne feras pechié ne mal,

Einçois sera aumosne et biens,

Que c'est la plus deslëax riens

Qui onques fust ne ja mes soit."

Et quant cil qui vaincuz estoit

Ot qu'ele vialt que il l'ocie,

Si li dist: "Ne la creez mie,

Qu'ele me het; mes je vos pri

Que vos aiez de moi merci

Por ce Deu qui est Filz et Pere

Et qui de celi fist Sa mere

Qui estoit Sa fille et S'ancele!

- Ha! Chevaliers, fet la pucele,

Ne croire pas ce traïtor.

Que Dex te doint joie et enor

Si grant con tu puez covoitier,

Et si te doint bien esploitier

De ce que tu as entrepris!"

Or est li chevaliers si pris

Qu'el panser demore et areste,

Savoir s'il an donra la teste

Celi qui la rueve tranchier,

Ou s'il avra celui tant chier

Qu'il li praigne pitiez de lui.

Et a cesti et a celui...

Viaut feire ce qu'il li demandent:

Largece et pitiez li comandent

Que lor boen face a enbedeus,

Qu'il estoit larges et piteus.

Mes se cele la teste an porte,

Donc iert pitiez vaincue et morte;

Et s'ele ne l'an porte quite,

Don iert largece desconfite.

An tel prison, an tel destrece

Le tienent pitiez et largece

Que chascune l'angoisse et point.

La teste vialt que il li doint

La pucele qui li demande;

Et d'autre part li recomande...

Sor pitié et sor sa franchise

Et des que il li a requise

Merci, ne l'avra il adonques?

Oïl, ce ne li avint onques

Que nus, tant fust ses anemis,

Des que il l'ot au desoz mis

Et merci crïer li covint,

Onques ancor ne li avint

C'une foiz merci li veast,

Mes au sorplus ja ne beast.

Donc ne la vehera il mie

Cestui qui li requiert et prie

Des que ensi feire le sialt.

Et cele qui la teste vialt

Avra la ele? Oïl, s'il puet.

"Chevaliers, fet il, il t'estuet

Conbatre de rechief a moi,

Et tel merci avrai de toi,

Se tu viax ta teste desfandre,

Que je te lesserai reprendre

Ton hiaume et armer de rechief

A leisir ton cors et ton chief

A tot le mialz que tu porras.

Mes saches que tu i morras

Se je autre foiz te conquier."

Et cil respont: "Ja mialz ne quier,

N'autre merci ne te demant.

- Et ancor assez t'i amant,

Fet cil, que je me conbatrai

A toi que ja ne me movrai

D'ensi con ge sui ci elués."

Cil s'atorne et revienent lués

A la bataille com angrés;

Mes plus le reconquist aprés

Li chevaliers delivremant

Qu'il n'avoit fet premieremant.

Et la pucele eneslepas.

Crie: "Ne l'espargnier tu pas,

Chevaliers, por rien qu'il te die!

Certes qu'il ne t'espargnast mie

S'il t'eüst conquis une foiz.

Bien saches tu, se tu le croiz,

Il t'angignera de rechief.

Tranche au plus desleal le chief

De l'empire et de la corone,

Frans chevaliers, si le me done!

Por ce le me doiz bien doner

Que jel te cuit guerredoner

Molt bien, ancor tex jorz sera.

S'il puet, il te rangignera

De sa parole autre foiee."

Cil qui voit sa mort aprochiee

Li crie merci molt an haut,

Mes ses crïers rien ne li vaut,

Ne chose que dire li sache,

Que cil par le hiaume le sache

Si que trestoz les laz an tranche;

La vantaille et la coiffe blanche

Li abat de la teste jus.

Et cil li crie, et plus et plus:

"Merci, por Deu! Merci, vassax!"

Cil respont: "Se je soie sax,

Ja mes de toi n'avrai pitié,

Puis c'une foiz t'ai respitié.

- Ha! fet il, pechié ferïez

Se m'anemie creïez

De moi an tel meniere ocirre."

Et cele qui sa mort desirre

De l'autre part li amoneste

Qu'isnelemant li trant la teste,

Ne plus ne croie sa parole.

Cil fiert et la teste li vole

Enmi la lande et li cors chiet;

A la pucele plaist et siet.

Li chevaliers la teste prant

Par les chevox et si la tant

A celi qui grant joie an fait

Et dit: "Tes cuers si grant joie ait

De la rien que il plus voldroit,

Con li miens cuers a or androit

De la rien que je plus voloie.

De nule rien ne me doloie

Fors de ce que il vivoit tant.

Uns guerredons de moi t'atant

Qui molt te vanra an boen leu.

An cest servise avras grant preu,

Que tu m'as fet, ce t'acreant.

Or m'an irai, si te comant

A Deu, qui d'anconbrier te gart."

Tantost la pucele s'an part,

Et li uns l'autre a Deu comande.

Mes a toz ces qui an la lande

Orent la bataille veüe

An est molt grant joie creüe,

Si desarment tot maintenant

Le chevalier, joie menant,

Si l'enorent de quanqu'il sevent.

Tot maintenant lor mains relevent,

Qu'al mangier rasseoir voloient;

Or sont plus lié qu'il ne soloient,

Si manjüent molt lieemant.

Quant mangié orent longuemant,

Li vavasors dist a son oste

Qui delez lui seoit ancoste:

"Sire, nos venimes pieç'a

Del rëaume de Logres ça.

Né an somes, si voudrïens

Q'annors vos venist et granz biens

Et joie en cest païs, que nos

I avrïens preu avoec vos,

Et a maint autre preuz seroit

S'enors et biens vos avenoit

An ceste oevre et an ceste voie."

Et cil respont: "Bien le savoie."

Quant li vavasors ot lessiee

Sa parole et sa voiz bessiee,

Si l'a uns de ses filz reprise

Et dist: "Sire, an vostre servise

Devrïens toz noz pooirs metre

Et doner einçois que prometre;

Se mestier avïez del prendre,

Nos ne devrïens mie atendre

Tant que vos demandé l'aiez.

Sire, ja ne vos esmaiez

De vostre cheval s'il est morz,

Car ceanz a chevax bien forz;

Tant voel que vos aiez del nostre:

Tot le meillor an leu del vostre

En manroiz, qu'il vos est mestiers."

Et cil respont: "Molt volantiers."

A tant font les liz atorner,

Si se couchent. A l'ajorner

Lievent matin et si s'atornent.

Atorné sont, puis si s'an tornent.

Au departir rien ne mesprant:

A la dame et au seignor prant,

Et a toz les autres, congié.

Mes une chose vos cont gié

Por ce que rien ne vos trespas,

Que li chevaliers ne volt pas

Monter sor le cheval presté

Qu'an li ot a l'uis presanté;

Einz i fist, ce vos voel conter,

Un des deus chevaliers monter

Qui venu erent avoec lui.

Et il sor le cheval celui

Monte, qu'ainsi li plot et sist.

Quant chascuns sor son cheval sist,

Si s'acheminerent tuit troi

Par le congié et par l'otroi

Lor oste, qui serviz les ot

Et enorez de quanqu'il pot.

Le droit chemin vont cheminant

Tantque li jorz vet declinant,

Et vienent au Pont de l'Espee

Après none vers la vespree.

Au pié del pont, qui molt est max,

Sont descendu de lor chevax,

Et voient l'eve felenesse,

Noire et bruiant, roide et espesse,

Tant leide et tant espoantable

Con se fust li fluns au deable,

Et tant perilleuse et parfonde

Qu'il n'est riens nule an tot le monde,

S'ele i cheoit, ne fust alee

Ausi com an la mer salee.

Et li ponz qui est an travers

Estoit de toz autres divers,

Qu'ainz tex ne fu ne ja mes n'iert.

Einz ne fu, qui voir m'an requiert,

Si max ponz ne si male planche:

D'une espee forbie et blanche

Estoit li ponz sor l'eve froide,

Mes l'espee estoit forz et roide

Et avoit deus lances de lonc.

De chasque part ot un grant tronc,

Ou l'espee estoit closfichiee.

Ja nus ne dot que il i chiee

Por ce que ele brist ne ploit,

Que tant i avoit il d'esploit

Qu'ele pooit grant fes porter

Ce feisoit molt desconforter

Les deus chevaliers qui estoient

Avoec le tierz, que il cuidoient

Que dui lÿon ou dui liepart

Au chief del pont de l'autre part

Fussent lïé a un perron.

L'eve et li ponz et li lÿon

Les metent an itel freor

Qu'il tranblent andui de peor

Et dïent: "Sire, car creez

Consoil de ce que vos veez,

Qu'il vos est mestiers et besoinz.

Malveisemant est fez et joinz

Cist pons, et mal fu charpantez.

Se a tans ne vos repantez,

Au repantir vanroiz a tart.

Il convient feire par esgart

De tex choses i a assez.

Or soit c'outre soiez passez

Ne por rien ne puet avenir,

Ne que les vanz pöez tenir

Ne desfandre qu'il ne vantassent,

Et as oisiax qu'il ne chantassent

Ne qu'il n'osassent mes chanter,

Ne que li hom porroit antrer

El vantre sa mere et renestre,

Mes ce seroit qui ne peut estre,

Ne qu'an porroit la mer vuidier

Pöez vos savoir et cuidier

Que cil dui lÿon forsené,

Qui de la sont anchaené,

Que il ne vos tüent et sucent

Le sanc des voinnes et manjucent

La char et puis rungent les os?

Molt sui hardiz quant je les os

Veoit et quant je les esgart.

Se de vos ne prenez regart,

Il vos ocirront, ce sachiez;

Molt tost ronpuz et arachiez

Les manbres del cors vos avront,

Que merci avoir n'an savront.

Mes or aiez pitié de vos

Si remenez ansanble nos!

De vos meïsmes avroiz tort

S'an si certain peril de mort

Vos meteiz a esciant."

Et cil lor respont an riant:

"Seignor, fet il, granz grez aiez

Quant por moi si vos esmaiez;

D'amor vos vient et de franchise.

Bien sai que vos an nule guise

Ne voldrïez ma mescheance;

Mes j'ai tel foi et tel creance

An Deu qu'il me garra par tot:

Cest pont ne ceste eve ne dot

Ne plus que ceste terre dure,

Einz me voel metre en aventure

De passer outre et atorner.

Mialz voel morir que retorner."

Cil ne li sevent plus que dire,

Mes de pitié plore et sopire

Li uns et li autres molt fort.

Et cil de trespasser le gort

Au mialz que il set s'aparoille

Et fet molt estrange mervoille,

Que ses piez desarme et ses mains.

N'iert mie toz antiers ne sains,

Quant de l'autre part iert venuz.

Bien s'iert sor l'espee tenuz,

Qui plus estoit tranchanz que fauz,

As mains nues et si deschauz

Que il ne s'est lessiez an pié

Souler ne chauce n'avanpié.

De ce gueres ne s'esmaioit

S'es mains et es piez se plaioit:

Mialz se voloit il mahaignier

Que cheoir del pont et baignier

An l'eve don ja mes n'issist.

A grant dolor si con li sist

S'an passe outre et a grant destrece:

Mains et genolz et piez se blece,

Mes tot le rasoage et sainne

Amors qui le conduist et mainne,

Si li estoit a sofrir dolz.

A mains, a piez et a genolz

Fet tant que de l'autre part vient.

Lors li remanbre et resovient

Des deus lÿons qu'il i cuidoit

Avoir veüz quant il estoit

De l'autre part; lors si esgarde:

N'i avoit nes une leisarde,

Ne rien nule qui mal li face.

Il met sa main devant sa face,

S'esgarde son anel et prueve,

Quant nul des deus lÿons n'i trueve

Qu'il i cuidoit avoir veüz,

Qu'anchantez fu et deceüz,

Car il n'i avoit rien qui vive.

Et cil qui sont a l'autre rive

De ce qu'ainsi passé le voient

Font tel joie com il devoient,

Mes ne sevent pas son mehaing.

Et cil le tint a grant guehaing

Quant il n'i a plus mal soffert,

Le sanc jus de ses plaies tert

A sa chemise tot antor.

Et voit devant lui une tor

Si fort c'onques de sa veüe

N'avoit nule si fort veüe;

La torz miaudre ne pooit estre.

Apoiez a une fenestre

S'estoit li rois Bademaguz,

Qui molt ert soutix et aguz

A tote enor et a tot bien,

Et lëauté sor tote rien

Voloit par tot garder et faire.

Et ses filz, qui tot le contraire

A son pooir toz jorz feisoit,

Car deslëautez li pleisoit,

N'onques de feire vilenie

Et traïson et felenie

Ne fu lassez ne enuiez,

S'estoit delez lui apoiez.

S'orent veü de la amont

Le chevalier passer le pont

A grant poinne et a grant dolor.

D'ire et de mautalant color

En a Meleaganz changiee;

Bien set c'or li ert chalangiee.

La reïne; mes il estoit

Tex chevaliers qu'il ne dotoit

Nul home, tan fust forz ne fiers.

Nus ne fust miaudres chevaliers,

Se fel et deslëaus ne fust,

Mes il avoit un cuer de fust

Tot sanz dolçor et sanz pitié.

Ce fet le roi joiant et lié,

Don ses filz molt grant duel avoit.

Li rois certeinnemant savoit

Que cil qui ert au pont passez

Estoit miaudres que nus assez;

Que ja nus passer n'i osast

An cui dormist et reposast

Malvestiez, qui fet honte as suens

Plus que Pröesce enor as buens.

Donc ne puet mie tant Pröesce

Con fet Malvestiez et Peresce,

Car voirs est, n'an dotez de rien,

Qu'an puet plus feire mal que bien.

De ces deus choses vos deïsse

Molt, se demore n'i feïsse;

Mes a autre chose m'ator,

Qu'a ma matiere m'an retor,

S'orroiz comant tient a escole

Li rois son fil qu'il aparole:

"Filz, fet il, avanture fu

Quant ci venimes, gié et tu,

A ceste fenestre apoier,

S'an avons eü tel loier

Que nos avons apertemant

Veü le plus grant hardemant

Qui onques fust mes nes pansez.

Or me di se boen gré ne sez

Celui qui tel mervoille a feite?

Car t'acorde a lui et afeite,

Si li rant quite la reïne!

Ja n'avras preu an l'ateïne,

Einz i puez avoir grant domage.

Car te fai or tenir por sage

Et por cortois, si li anvoie

La reïne einçois qu'il te voie.

Fei li tel enor an ta terre

Que ce que il est venuz querre

Li dones ainz qu'il le demant.

Car tu sez bien certainnemant

Qu'il quiert la reïne Ganievre.

Ne te fai tenir por anrievre,

Ne por fol ne por orguilleus!

Se cist est an ta terre seus,

Se li doiz conpaignie feire,

Que prodom doit prodome atteire

Et enorer et losangier,

Nel doit pas de lui estrangier.

Qui fet enor, l'anors est soe:

Bien saches que l'enors iert toe

Se tu fez enor et servise

A cestui qui est a devise

Li miaudres chevaliers del monde."

Cil respont: "Que Dex me confonde,

S'ausins boen ou meillor n'i a!"

Mal fist quant lui i oblia,

Qu'il ne se prise mie mains.

Et dit: "Joinz piez et jointes mains,

Volez espoir que je devaigne

Ses hom et de lui terre taigne?

Si m'aïst Dex, ainz devandroie

Ses hom que je ne li randroie

La reïne! Dex m'an desfande

Qu'en tel guise je la li rande!

Ja certe n'iert par moi randue,

Mes contredite et desfandue

Vers toz ces qui si fol seront

Que venir querre l'oseront."

Lors de rechief li dit li rois:

"Filz, molt feroies que cortois

Se ceste anreidie lessoies.

Je te lo et pri qu'an pes soies.

Ce sez tu bien que enors iert

Au chevalier se il conquiert

Vers toi la reïne an bataille.

Il la doit mialz avoir sanz faille

Par bataille que par bonté

Por ce qu'a pris li ert conté.

Mien esciant il n'an quiert point

Por ce que l'an an pes la doint,

Einz la vialt par bataille avoir.

Por ce feroies tu savoir

Se la bataille li toloies.

Molt me poise quant tu foloies,

Mes se tu mon consoil despis,

Moins m'an sera s'il t'an est pis;

Et grant max avenir t'an puet,

Que rien au chevalier n'estuet

Doter fors que seulemant toi.

De toz mes homes et de moi

Li doing trives et seürté;

Onques ne fis deslëauté

Ne traïson ne felenie,

Ne je nel comancerai mie

Por toi ne que por un estrange.

Ja ne t'an quier dire losange,

Einz promet bien au chevalier

Qu'il n'avra ja de rien mestier,

D'armes ne de cheval, qu'il n'ait,

Des qu'il tel hardemant a fait

Que il est jusque ci venuz.

Bien iert gardez et maintenuz

Vers trestoz homes sauvemant

Fors que vers toi tot seulemant.

Et ce te voel je bien aprandre,

Que s'il vers toi se puet desfandre,

Il nel convient d'autrui doter.

- Assez me loist ore escoter,

Fet Meleaganz, et teisir,

Et vos diroiz vostre pleisir,

Mes po m'est de quanque vos dites;

Je ne sui mie si hermites

Si piteus ne si charitables,

Ne tant ne voel estre enorables

Que la rien que plus aim li doingne.

N'iert mie feite sa besoigne

Si tost ne si delivremant,

Einçois ira tot autremant

Qu'antre vos et lui ne cuidiez.

Ja se contre moi li aidiez,

Por ce ne nos correceromes;

Se de vos et de toz voz homes

A pes et trives, moi que chaut?

Onques por ce cuers ne me faut;

Einz me plest molt, se Dex me gart,

Que il n'ait fors de moi regart,

Ne je ne vos quier por moi feire

Rien nule ou l'an puise retreire

Deslëauté ne traïson.

Tant con vos plest soiez boens hon

Et moi lessiez estre crüel.

- Comant? N'an feroies tu el?

- Nenil, fet cil. - Et je m'an tes.

Or fei ton mialz, que je te les,

S'irai au chevalier parler:

Offrir li voel et presanter

M'aïde et mon consoil del tot,

Car je me tieng a lui de bot."

Lors descendi li rois aval

Et fet anseler son cheval.

L'an li amainne un grant destrier

Et il i monte par l'estrier,

Et mainne avoec lui de ses genz:

Trois chevaliers et deus sergenz

Sanz plus fet avoec lui aler.

Einz ne finerent d'avaler

Tant que il vindrent vers la planche,

Et voient celui qui estanche

Ses plaies et le sanc en oste.

Lonc tans le cuide avoir a oste

Li rois por ses plaies garir,

Mes a la mer feire tarir

Porroit autresi bien antendre.

Li rois se haste del descendre,

Et cil qui molt estoit bleciez

S'est lors ancontre lui dreciez,

Non pas por ce qu'il le conoisse,

Ne ne fet sanblant de l'angoisse

Qu'il avoit es piez et es mains

Ne plus que se il fust toz sains.

Li rois le vit esvertüer,

Si le cort molt tost salüer

Et dit: "Sire, molt m'esbaïs

De ce que vos an cest païs

Vos estes anbatuz sor nos.

Mes bien veignanz i soiez vos,

Que ja mes nus ce n'anprendra,

Ne mes n'avint ne n'avandra

Que nus tel hardemant feïst

Que an tel peril se meïst.

Et sachiez, molt vos en aim plus

Quant vos avez ce fet que nus

N'osast panser antemes feire.

Molt me troveroiz deboneire

Vers vos et leal et cortois.

Je sui de ceste terre rois,

Si vos offre tot a devise

Tot mon consoil et mon servise;

Et je vois molt bien esperant

Quel chose vos alez querant:

La reïne, ce croi querez.

- Sire, fet il, bien esperez;

Autres besoinz ça ne m'amainne.

- Amis, il i covendroit painne,

Fet li rois, ainz que vos l'aiez.

Et vos estes formant plaiez:

Je voi les plaies et le sanc.

Ne troveroiz mie si franc

Celui qui ça l'a amenee,

Qu'il la vos rande sanz meslee;

Mes il vos covient sejorner

Et vos plaies feire atorner

Tant qu'eles soient bien garies.

De l'oignemant as trois Maries

Et de meillor, s'an le trovoit,

Vos donrai ge, car molt covoit

Vostre aise et vostre garison.

La reïne a boene prison

Que nus de char a li n'adoise,

Neïs mes filz cui molt an poise,

Qui avoec lui ça l'amena:

Onques hom si ne forssena

Com il s'an forssene et anrage.

Et j'ai vers vos molt boen corage,

Si vos donrai, se Dex me saut,

Molt volantiers quanqu'il vos faut.

Ja si boenes armes n'avra

Mes filz, qui mal gré m'an savra,

Qu'altresi boenes ne vos doigne,

Et cheval tel con vos besoigne.

Et si vos praing, cui qu'il enuit,

Vers trestoz homes an conduit.

Ja mar doteroiz de nelui,

Fors que seulemant de celui

Qui la reïne amena ça.

Onques hom si ne menaça

Autre con ge l'ai menacié,

Et par po je ne l'ai chacié

De ma terre par mautalant

Por ce que il ne la vos rant;

S'est il mes filz; mes ne vos chaille,

Se il ne vos vaint an bataille,

Ja ne vos porra sor mon pois

D'enui faire vaillant un pois.

- Sire, fet il, vostre merci!

Mes je gast le tans et pert ci,

Que perdre ne gaster ne vuel.

De nule chose ne me duel,

Ne ja n'ai plaie qui me nuise.

Menez moi tant que je le truise,

Car a tex armes con je port

Sui prez c'or androit me deport

A cos doner et a reprandre.

- Amis, mialz vos valdroit atandre

Ou .xv. jors ou trois semainnes,

Tant que vos plaies fussent sainnes;

Car boens vos seroit li sejorz

Tot au moins jusqu'a .xv. jorz,

Que je por rien ne sosferroie,

Ne esgarder ne le porroie,

Qu'a tez armes n'a tel conroi

Vos combatessiez devant moi."

Et cil respont: "S'il vos pleüst,

Ja autres armes n'i eüst,

Que volantiers a ces feïsse

La bataille, ne ne queïsse

Qu'il i eüst, ne pas ore,

Respit ne terme ne demore.

Mes por vos ore tant ferai

Que jusqu'a demain atendrai;

Et ja mar an parleroit nus,

Que je ne l'atandroie plus."

Lors a li rois acreanté

Qu'il iert tot a sa volanté,

Puis le fet a ostel mener

Et prie et comande pener

De lui servir ces qui l'en mainnent,

Et il del tot an tot s'an painnent.

Et li rois, qui la pes queïst

Molt volantiers se il poïst,

S'an vint de rechief a son fil,

Si l'aparole come cil

Qui volsist la pes et l'acorde,

Si li dit: "Biax filz, car t'acorde

A cest chevalier sanz combatre!

N'est pas ça venuz por esbatre,

Ne por berser ne por chacier,

Einz vient por enor porchacier

Et son pris croistre et aloser,

S'eüst mestier de reposer

Molt grant, si con je l'ai veü.

Se mon consoil eüst creü,

De cest mois ne de l'autre aprés

Ne fust de la bataille angrés

Dom il est ja molt desirranz.

Se tu la reïne li ranz,

Criens an tu avoir desenor?

De ce n'aies tu ja peor,

Qu'il ne t'an puet blasmes venir;

Einz est pechiez del retenir

Chose ou an n'a reison ne droit.

La bataille tot or androit

Eüst feite molt volantiers,

Si n'a il mains ne piez antiers,

Einz les a fanduz et plaiez.

- De folie vos esmaiez,

Fet Meleaganz a son pere;

Ja par la foi que doi saint Pere

Ne vos cresrai de cest afeire.

Certes, l'an me devroit detreire

A chevax se je vos creoie.

S'il quiert s'anor, et je la moie,

S'il quiert son pris, et je le mien,

Et s'il vialt la bataille bien,

Ancor la voel je plus cent tanz.

- Bien voi qu'a la folie antanz,

Fet li rois, si la troveras.

Demain ta force esproveras

Au chevalier, quant tu le viax.

- Ja ne me vaigne plus grans diax,

Fet Meleaganz, de cestui!

Mialz volsisse qu'ele fust hui

Assez que je ne faz demain.

Veez or con ge m'an demain

Plus matemant que ge ne suel.

Molt m'an sont or troblé li oel,

Et molt en ai la chiere mate.

Ja mes tant que ge me conbate

N'avrai joie ne bien ne eise,

Ne m'avendra rien qui me pleise."

Li rois ot qu'an nule meniere

N'i valt rien consauz ne proiere,

Si l'a lessié tot mau gré suen,

Et prant cheval molt fort et buen

Et beles armes, ses anvoie

Celui an cui bien les anploie.

Iluec fu uns cirugïens

Qui molt estoit boens crestïens;

El monde plus leal n'avoit,

Et de plaies garir savoit

Plus que tuit cil de Monpellier

Cil fist la nuit au chevalier

Tant de bien con feire li sot,

Car li rois comandé li ot.

Et ja savoient les noveles

Li chevalier et les puceles

Et les dames et li baron

De tot le païs anviron;

Si vindrent d'une grant jornee

Tot anviron de la contree

Et li estrange et li privé;

Tuit chevalchoient abrivé

Tote la nuit anjusqu'au jor.

D'uns et d'autres devant la tor

Ot si grant presse a l'enjorner

Qu'an n'i poïst son pié torner.

Et li rois par matin se lieve,

Cui de la bataille molt grieve,

Si vient a son fil de rechief,

Qui ja avoit le hiaume el chief

Lacié, qui fu fez a Peitiers.

N'i puet estre li respitiers,

Ne n'i puet estre la pes mise;

Si l'a li rois molt bien requise,

Mes ne puet estre qu'il la face.

Devant la tor, enmi la place

Ou tote la genz se fu treite,

La sera la bataille feite,

Que li rois le vialt et comande.

Le chevalier estrange mande

Li rois molt tost, et l'an li mainne

An la place qui estoit plainne

Des genz del rëaume de Logres;

Ausi con por oïr les ogres

Vont au mostier a feste anel,

A Pantecoste ou a Nöel,

Les genz acostumeemant,

Tot autresi comunemant

Estoient la tuit aüné.

Trois jorz avoient geüné

Et alé nuz piez et an lenges

Totes les puceles estrenges

Del rëaume le roi Artu,

Por ce que Dex force et vertu

Donast contre son aversaire

Au chevalier qui devoit faire

La bataille por les cheitis.

Et autresi cil del païs

Reprioient por lor seignor

Que Dex la victoire et l'enor

De la bataille li donast.

Bien main ainz que prime sonast

Les ot an endeus amenez

Enmi la place toz armez

Sor deus chevax de fer coverz.

Molt estoit genz et bien aperz

Meliaganz et bien tailliez,

Et li haubers menu mailliez,

Et li hiaumes et li escuz

Qui li estoit au col panduz

Trop bien et bel li avenoient.

Mes a l'autre tuit se tenoient,

Nes cil qui volsissent sa honte,

Et dïent tuit que rien ne monte

De Meliagant avers lui.

Maintenant qu'il furent andui

Enmi la place, et li rois vient,

Qui tant com il puet les detient,

Si se painne de la peis feire,

Mes il n'i puet son fil atreire;

Et il lor dit: "Tenez vos frains

Et vos chevax a tot le mains

Tant qu'an la tor soie montez.

Ce n'iert mie trop granz bontez

Se por moi tant vos delaiez."

Lors se part d'ax molt esmaiez

Et vient droit la ou il savoit

La reïne qui li avoit

La nuit proié qu'il la meïst

An tel leu que ele veïst

La bataille tot a bandon;

Et il l'en otrea le don,

Si l'ala querre et amener;

Car il se voloit molt pener

De s'anor et de son servise.

A une fenestre l'a mise,

Et il fu delez li a destre

Couchiez sor une autre fenestre,

Si ot avoec aus deus assez

Et d'uns et d'autres amassez

Chevaliers et dames senees

Et puceles del païs nees;

Et molt i avoit des cheitives

Qui molt estoient antantives

En orisons et an proieres.

Li prison et les prisonieres

Trestuit por lor seignor prioient,

Qu'an Deu et an lui se fioient

De secors et de delivrance.

Et cil font lors sanz demorance

Arriere treire les genz totes,

Et hurtent les escuz des cotes,

S'ont les enarmes anbraciees

Et poignent si que deus braciees

Parmi les escuz s'antranbatent

Des lances, si qu'eles esclatent

Et esmïent come brandon:

Et li cheval tot de randon

S'antrevienent que front a front

Et piz a piz hurté se sont,

Et li escu hurtent ansanble

Et li hiaume, si qu'il resanble

De l'escrois que il ont doné

Que il eüst molt fort toné,

Qu'il n'i remest peitrax ne cengle,

Estriés ne resne ne sorcengle

A ronpre, et des seles peçoient

Li arçon, qui molt fort estoient;

Ne n'i ont pas grant honte eü

Se il sont a terre cheü

Des que trestot ce lor failli;

Tost refurent an piez sailli,

Si s'antrevienent sanz jengler

Plus fieremant que dui sengler,

Et se fierent sanz menacier

Granz cos des espees d'acier

Come cil qui molt s'antreheent.

Sovant si aspremant se reent

Les hiaumes et les haubers blans

Qu'aprés le fer an saut li sans.

La bataille molt bien fornissent,

Qu'il s'estoutoient et leidissent

Des pesanz cos et des felons.

Mainz estors fiers et durs et lons

S'antredonerent par igal,

C'onques ne del bien ne del mal

Ne s'an sorent au quel tenir,

Mes ne pooit pas avenir

Que cil qui ert au pont passez

Ne fust afebloiez assez

Des mains, que il avoit plaiees.

Molt an sont les genz esmaiees,

Celes qui a lui se tenoient,

Car ses cos afebloier voient,

Si criement qu'il ne l'an soit pis;

Et il lor estoit ja a vis

Que il en avoit le peior

Et Meliaganz le meillor,

S'an murmuroient tot antor.

Mes as fenestres de la tor

Ot une pucele molt sage,

Qui panse et dit an son corage

Que li chevaliers n'avoit mie

Por li la bataille arramie,

Ne por cele autre gent menue

Qui an la place estoit venue,

Ne ja enprise ne l'eüst

Se por la reïne ne fust;

Et panse, se il la savoit

A la fenestre ou ele estoit,

Qu'ele l'esgardast ne veïst,

Force et hardemant an preïst.

Et s'ele son non bien seüst

Molt volantiers dit li eüst

Qu'il se regardast un petit.

Lors vint a la reïne et dit:

"Dame, por Deu et por le vostre

Preu, vos requier, et por le nostre,

Que le non a ce chevalier,

Por ce que il li doie eidier,

Me dites, se vos le savez.

- Tel chose requise m'avez,

Dameisele, fet la reïne,

Ou ge n'antant nule haïne

Ne felenie, se bien non:

Lanceloz del Lac a a non

Li chevaliers, mien esciant.

- Dex! Com en ai lié et riant

Le cuer, et sain!" fet la pucele.

Lors saut avant et si l'apele,

Si haut que toz li pueples l'ot,

A molt haute voiz: "Lancelot!

Trestorne toi et si esgarde

Qui est qui de toi se prant garde!"

Qant Lanceloz s'oï nomer,

Ne mist gaires a lui torner:

Trestorne soi et voit amont

La chose de trestot le mont

Que plus desirroit a veoir,

As loges de la tor seoir.

Ne puis l'ore qu'il l'aparçut

Ne se torna ne ne se mut

De vers li ses ialz ne sa chiere,

Einz se desfandoit par derriere;

Et Meleaganz l'enchauçoit

Totes voies plus qu'il pooit,

Si est molt liez con cil qui panse.

C'or n'ait ja mes vers lui desfanse;

S'an sont cil del païs molt lié,

Et li estrange si irié

Qu'il ne se pueent sostenir,

Einz an i estut mainz venir

Jusqu'a terre toz esperduz

Ou as genolz ou estanduz;

Ensi molt joie et duel i a.

Et lors de rechief s'escria

La pucele des la fenestre;

"Ha! Lancelot! Ce que puet estre

Que si folemant te contiens?

Ja soloit estre toz li biens

Et tote la pröesce an toi,

Ne je ne pans mie ne croi

C'onques Dex feïst chevalier

Qui se poïst apareillier

A ta valor ne a ton pris.

Or te veons si antrepris

Qu'arriere main gietes tes cos,

Si te conbaz derrier ton dos.

Torne toi si que de ça soies

Et que adés ceste tor voies,

Que boen veoir et bel la fet."

Ce tient a honte et a grant let

Lanceloz, tant que il s'an het,

C'une grant piece a, bien le set,

Le pis de la bataille eü,

Si l'ont tuit et totes seü.

Lors saut arriere et fet son tor,

Et met antre lui et la tor

Meleagant trestot a force.

Et Meleaganz molt s'esforce

Que de l'autre part se retort;

Et Lanceloz sore li cort,

Sel hurte de si grant vertu

De tot le cors a tot l'escu,

Quant d'autre part se vialt torner,

Que il le fet tot trestorner

Deus foiz ou plus, mes bien li poist;

Et force et hardemanz li croist,

Qu'Amors li fet molt grant aïe

Et ce que il n'avoit haïe

Rien nule tant come celui

Qui se conbat ancontre lui.

Amors et haïne mortex,

Si granz qu'ainz ne fu encor tex,

Le font si fier et corageus

Que de neant nel tient a geus

Meleaganz, ainz le crient molt,

C'onques chevalier si estolt

N'acointa mes ne ne conut,

Ne tant ne li greva ne nut

Nus chevaliers mes con cil fet.

Volantiers loing de lui se tret,

Se li ganchist et se reüse,

Que ses cos het et ses refuse.

Et Lanceloz pas nel menace,

Mes ferant vers la tor le chace,

Ou la reïne ert apoiee.

Sovant l'a servie et loiee

De tant que si pres l'i menoit

Qu'a remenoir li covenoit

Por ce qu'il ne la veïst pas

Se il alast avant un pas.

Ensi Lanceloz molt sovant

Le menoit arriers et avant

Par tot la ou boen li estoit,

Et totevoies s'arestoit:

Devant la reïne sa dame

Qui li a mis el cors la flame,

Por qu'il la va si regardant;

Et cele flame si ardant

Vers Meleagant le feisoit,

Que par tot la ou li pleisoit

Le pooit mener et chacier!

Come avugle et come eschacier

Le mainne, mau gré en ait il

Li rois voit si ataint son fil

Qu'il ne s'aïde ne desfant;

Si l'an poise et pitiez l'en prant;

S'i metra consoil se il puet.

Mes la reïne l'an estuet

Proier se il el vialt bien feire.

Lors li comança a retreire:

"Dame, je vos ai molt amee

Et molt servie et enoree

Puis qu'an ma baillie vos oi;

Onques chose feire ne soi

Que volantiers ne la feïsse,

Mes que vostre enor i veïsse;

Or m'an randez le guerredon.

Mes demander vos voel un don

Que doner ne me devrïez

Se par amor nel feisïez.

Bien voi que de ceste bataille

A mes filz le poior sanz faille,

Ne por ce ne vos an pri mie

Qu'il m'an poist, mes que ne l'ocie

Lanceloz, qui en a pooir.

Ne vos nel devez pas voloir,

Non pas por ce que il ne l'ait

Bien vers vos et vers lui mesfait,

Mes por moi qui molt vos an pri

Li dites, la vostre merci,

Qu'il se taigne de lui ferir.

Ensi me porrïez merir

Mon servise se boen vos iere.

- Biax sire, por vostre proiere,

Le voel ge bien, fet la reïne;

Se j'avoie mortel haïne

Vers vostre fil, cui ge n'aim mie,

Si m'avez vos si bien servie,

Que por ce que a gré vos vaigne

Voel ge molt bien que il se taigne:"

Ceste parole ne fu mie

Dite a consoil, ainz l'ont oïe

Lanceloz et Meleaganz.

Molt est qui aimme obeïssanz,

Et molt fet tost et volentiers,

La ou il est amis antiers,

Ce qu'a s'amie doie plaire.

Donc le dut bien Lanceloz faire,

Qui plus ama que Piramus,

S'onques nus hom pot amer plus.

La parole oï Lanceloz,

Ne puis que li darriens moz

De la boche li fu colez,

Puis qu'ele ot dit: "Quant vos volez

Que il se taigne, jel voel bien,"

Puis Lanceloz por nule rien

Nel tochast ne ne se meüst,

Se il ocirre le deüst.

Il nel toche ne ne se muet;

Et cil fiert lui tant com il puet,

D'ire et de honte forssenez,

Quant ot qu'il est a ce menez

Que il covient por lui proier.

Et li rois por lui chastïer

Est jus de la tor avalez;

An la bataille an est alez

Et dist a son fil maintenant:

"Comant! Est or ce avenant,

Qu'il ne te toche et tu le fiers?

Trop par es or crüex et fiers,

Trop es or preuz a mal eür!

Et nos savons tot de seür

Qu'il est au desore de toi."

Lors dit Meliaganz au roi,

Qui de honte fu desjuglez:

"Espoir, vos estes avuglez!

Mien esciant n'i veez gote.

Avuglez est qui de ce dote

Que au desor de lui ne soie.

- Or quier, fet li rois, qui te croie!

Que bien sevent totes ces genz

Se tu diz voir ou se tu manz.

La verité bien an savons."

Lors dit li rois a ses barons

Que son fil arriere li traient.

Et cil de rien ne se delaient,

Tost ont son comandemant fet:

Meliagant ont arriers tret.

Mes a Lancelot arriers treire

N'estut il par grant force feire

Car molt li poïst grant enui

Cil feire ainz qu'il tochast a lui.

Et lors dist li rois a son fil:

"Si m'aïst Dex, or t'estuet il

Pes feire et randre la reïne.

Tote la querele anterine

T'estuet lessier et clamer quite.

- Molt grant oiseuse avez or dite!

Molt vos oi de neant debatre!

Fuiez! Si nos lessiez conbatre,

Et si ne vos an merlez ja!"

Et li rois dit que si fera,

"Que bien sai que cist t'ocirroit,

Qui conbatre vos lesseroit.

- Il m'ocirroit? Einz ocirroie

Je lui molt tost et conquerroie

Se vos ne nos destorbeiez

Et conbatre nos lesseiez."

Lors dit li rois: "Se Dex me saut,

Quanque tu diz rien ne te vaut.

- Por coi? fet il - Car je ne vuel.

Ta folie ne ton orguel

Ne cresrai pas por toi ocirre.

Molt est fos qui sa mort desirre,

Si con tu fez, et tu nel sez.

Et je sai bien que tu m'an hez

Por ce que je t'an voel garder.

Ta mort veoir ne esgarder

Ne me laira ja Dex, mon vuel,

Car trop en avroie grant duel."

Tant li dit et tant le chastie

Que pes et acorde ont bastie.

La pes est tex que cil li rant

La reïne par tel covant

Que Lanceloz sanz nule aloigne,

Quele ore que cil l'an semoigne,

Des le jor que semons l'avra,

Au chief de l'an se conbatra

A Meliagant de rechief;

Ce n'est mie Lancelot grief.

A la pes toz li pueples cort

Et devisent que a la cort

Le roi Artu iert la bataille,

Qui tient Bretaigne et Cornoaille:

La devisent que ele soit,

S'estuet que la reïne otroit

Et que Lanceloz acreant

Que, se cil le fet recreant,

Qu'ele avoec lui s'an revanra,

Ne ja nus ne la detanra.

La reïne ensi le creante,

Et Lancelot vient a creante,

Si les ont ensi acordez

Et departiz et desarmez.

Tel costume el païs avoit

Que, puis que li uns s'an issoit,

Que tuit li autre s'an issoient.

Lancelot tuit beneïssoient:

Et ce pöez vos bien savoir

Que lors i dut grant joie avoir,

Et si ot il sanz nule dote.

La genz estrange asanble tote,

Que de Lancelot font grant joie,

Et dïent tuit por ce qu'il l'oie:

"Sire, voir, molt nos esjoïsmes

Tantost con nomer vos oïsmes,

Que seür fumes a delivre

C'or serions nos tuit delivre."

A cele joie ot molt grant presse

Que chascuns se painne et angresse

Comant il puisse a lui tochier.

Cil qui plus s'an puet aprochier

An fu plus liez que ne pot dire.

Assez ot la et joie et ire,

Que cil qui sont desprisoné

Sont tuit a joie abandoné;

Mes Meliaganz et li suen

N'ont nule chose de lor buen,

Einz sont pansif et mat et morne.

Li rois de la place s'an torne

Ne Lancelot n'i lesse mie,

Einçois l'an mainne; et cil li prie

Que a la reïne le maint.

"En moi, fet li rois, ne remaint,

Que bien a feire me resanble,

Et Queu le seneschal ansanble

Vos mosterrai ge, s'il vos siet."

A po que as piez ne l'an chiet

Lanceloz, si grant joie en a.

Li rois maintenant l'an mena

En la sale, ou venue estoit

La reïne qui l'atandoit.

Quant la reïne voit le roi,

Qui tient Lancelot par le doi,

Si s'est contre le roi dreciee

Et fet sanblant de correciee,

Si s'anbruncha et ne dist mot.

"Dame, veez ci Lancelot,

Fet li rois, qui vos vient veoir;

Ce vos doit molt pleire et seoir.

- Moi? Sire, moi ne puet il plaire;

De son veoir n'ai ge que faire.

- Avoi! Dame, ce dit li rois

Qui molt estoit frans et cortois,

Ou avez vos or cest cuer pris?

Certes vos avez trop mespris

D'ome qui tant vos a servie

Qu'an ceste oirre a sovant sa vie

Por vos mise an mortel peril,

Et de Meliagant mon fil

Vos a resqueusse et desfandue,

Qui molt iriez vos a randue.

- Sire, voir, mal l'a enploié;

Ja par moi ne sera noié

Que je ne l'an sai point de gré."

Ez vos Lancelot trespansé,

Se li respont mout humblemant

A meniere de fin amant:

"Dame, certes, ce poise moi,

Ne je n'os demander por coi."

Lanceloz molt se demantast

Se la reïne l'escoutast;

Mes por lui grever et confondre

Ne li vialt un seul mot respondre,

Einz est an une chanbre antree.

Et Lanceloz jusqu'a l'antree

Des ialz et del cuer la convoie,

Mes as ialz fu corte la voie

Que trop estoit la chanbre pres;

Et il fussent antré aprés

Molt volantiers s'il poïst estre.

Li cuers qui plus est sire et mestre

Et de plus grant pooir assez

S'an est oltre aprés li passez,

Et li oil sont remés defors,

Plain de lermes, avoec le cors.

Et li rois a privé consoil

Dist: "Lancelot, molt me mervoil

Que ce puet estre et don ce muet

Que la reïne ne vos puet

Veoir n'aresnier ne vos vialt.

S'ele onques a vos parler sialt,

N'an deüst or feire dangier,

Ne vos paroles estrangier

A ce que por li fet avez.

Or me dites se vos savez

Por quel chose, por quel mesfet

Ele vos a tel sanblant fet.

- Sire, or androit ne m'an gardoie;

Mes ne li plest qu'ele me voie

Ne qu'ele ma parole escolt;

Il m'an enuie et poise molt.

- Certes, fet li rois, ele a tort,

Que vos vos estes jusqu'a mort

Por li en avanture mis.

Or an venez, biax dolz amis,

S'iroiz au seneschal parler.

- La voel je molt, fet il, aler."

Au seneschal an vont andui.

Quant Lanceloz vint devant lui,

Se li dist au premerain mot

Li seneschax a Lancelot:

"Con m'as honi! - Et je de quoi?

Fet Lanceloz, dites le moi;

Quel honte vos ai ge donc feite?

- Molt grant, que tu as a chief treite

La chose que ge n'i poi treire,

S'as fet ce que ge ne poi feire."

A tant li rois les lesse andeus,

De la chambre s'an ist toz seus;

Et Lanceloz au seneschal

Anquierts s'il a eü grant mal.

"Oïl, fet il, et ai encore:

Onques n'oi plus mal que j'ai or;

Et je fusse morz grant piece a,

Ne fust li rois qui de ci va,

Qui m'a mostré par sa pitié

Tant de dolçor et d'amistié

C'onques la ou il le seüst

Riens nule qui mestier m'eüst

Ne me failli nule foiee,

Qui ne me fust apareilliee

Maintenant que il le savoit.

Ancontre un bien qu'il me feisoit,

Et Meliaganz d'autre part,

Ses filz, qui plains est de mal art,

Par traïson a lui mandoit

Les mires, si lor comandoit

Que sor mes plaies me meïssent

Tex oignemanz qui m'oceïssent.

Ensi pere avoie et parrastre,

Que quant li rois un boen anplastre

Me fesoit sor mes plaies metre,

Qui molt se volsist antremetre

Que j'eüsse tost garison,

Et ses filz par sa traïson,

Por ce qu'il me voloit tüer,

Le m'an feisoit tost remüer

Et metre un malvés oignemant

Mes je sai bien certainement

Que li rois ne le savoit mie:

Tel murtre ne tel felenie

Ne sofrist il an nule guise.

Mes ne savez pas la franchise

Que il a a ma dame faite:

Onques ne fu par nule gaite

Si bien gardee torz an marche

Des le tans que Nöex fist l'arche,

Que il mialz gardee ne l'ait,

Que neïs veoir ne la lait

Son fil, qui molt an est dolanz,

Fors devant le comun des genz

Ou devant le suen cors demainne.

A si grant enor la demainne

Et a demené jusque ci

Li frans rois la soe merci,

Com ele deviser le sot.

Onques deviseor n'i ot

Fors li, qu'ainsi le devisa;

Et li rois molt plus l'an prisa,

Por la lëauté qu'an li vit.

Mes est ce voirs que l'an m'a dit,

Qu'ele a vers vos si grant corroz

Qu'ele sa parole, oiant toz,

Vos a vehee et escondite?

- Vérité vos en a l'an dite,

Fet Lanceloz tot a estros.

Mes por Deu, savrïez me vos

Dire por coi ele me het?"

Cil respont que il ne le set,

Einz s'an mervoille estrangemant.

"Or soit a son comandemant,"

Fet Lanceloz qui mialz ne puet,

Et dit: "Congié prandre m'estuet,

S'irai monseignor Gauvain querre,

Qui est antrez an ceste terre,

Et covant m'ot que il vandroit

Au Pont Desoz Eve tot droit."

A tant est de la chambre issuz;

Devant le roi an est venuz

Et prant congié de cele voie.

Li rois volantiers li ottoie;

Mes cil qu'il avoit delivrez

Et de prison desprisonez

Li demandent que il feront.

Et il dit: "Avoec moi vandront

Tuit cil qui i voldront venir;

Et cil qui se voldront tenir

Lez la reïne, si s'i taignent:

N'est pas droiz que avoec moi vaingnent."

Avoec lui vont tuit cil qui voelent,

Lié et joiant plus qu'il ne suelent.

Avoec la reïne remainnent

Puceles qui joie demainnent

Et dames et chevalier maint;

Mes uns toz seus n'en i remaint

Qui mialz n'amast a retorner

An son païs que sejorner.

Mes la reïne les retient

Por monseignor Gauvain qui vient,

Et dit qu'ele ne se movra

Tant que noveles an savra.

Par tot est la novele dite

Que tote est la reïne quite

Et delivré tuit li prison,

Si s'an iront sanz mesprison

Quant ax pleira et boen lor iert.

Li uns l'autre le voir an quiert,

Onques parole autre ne tindrent

Les genz quant tuit ansanble vindrent.

Et de ce sont molt correcié

Que li mal pas sont depecié,

Si va et vient qui onques vialt:

N'est pas ensi com estre sialt!

Quant les genz del païs le sorent

Qui a la bataille esté n'orent

Comant Lanceloz l'avoit fet,

Si se sont tuit cele part tret

Ou il sorent que il aloit

Car il cuident qu'au roi bel soit

Se pris et mené li avoient

Lancelot. Et li suen estoient

Tuit de lor armes desgarni

Et por ce furent escherni,

Que cil del païs armé vindrent.

Ne fu pas mervoille s'il prindrent

Lancelot, qui desarmez iere.

Tot pris le remainnent arriere,

Les piez lïez soz son cheval.

Et cil dïent: "Vos feites mal,

Seignor, car li rois nos conduit.

Nos somes an sa garde tuit."

Et cil dïent: "Nos nel savons,

Mes ensi con pris vos avons

Vos covandra venir a cort."

Novele qui tost vole et cort

Vient au roi que ses genz ont pris

Lancelot et si l'ont ocis.

Quant li rois l'ot, molt l'an est grief,

Et jure assez plus que son chief

Que cil qui l'ont mort an morront;

Ja desfandre ne s'an porront

Et, s'il les puet tenir ou prandre,

Ja n'i avra mes que del pandre

Ou de l'ardoir ou del noier.

Et se il le voelent noier

Ja nes an cresra a nul fuer,

Que trop li ont mis an son cuer

Grant duel, et si grant honte faite

Que li devroit estre retraite

S'il n'an estoit prise vangence;

Mes il l'an panra sanz dotance!

Ceste novele par tot va

Tant que la reïne trova,

Qui au mangier estoit assise.

A po qu'ele ne s'est ocise

Maintenant que de Lancelot

La mançonge et la novele ot;

Mes ele la cuide veraie

Et tant duremant s'an esmaie

Qu'a po la parole n'an pert;

Mes por les genz dit en apert:

"Molt me poise, voir, de sa mort,

Et s'il m'an poise n'ai pas tort,

Qu'il vint an cest païs por moi:

Por ce pesance avoir an doi."

Puis dit a li meïsme an bas,

Por ce que l'en ne l'oïst pas,

Que de boivre ne de mangier

Ne la covient ja mes proier

Se ce est voirs que cil morz soit

Por la cui vie ele vivoit.

Tantost se lieve molt dolante

De la table, si se demante

Si que nus ne l'ot ne escoute.

De li ocirre est si estoute

Que sovant se prant a la gole;

Mes ainz se confesse a li sole,

Si se repant et bat sa colpe

Et molt se blasme et molt s'ancolpe

Del pechié qu'ele fet avoit

Vers celui don ele savoit

Qu'il suens avoit esté toz dis

Et fust ancor se il fust vis.

Tel duel a de sa crualté

Que molt an pert de sa biauté.

Sa crualté, sa felenie

L'ont fet molt tainte et molt nercie,

Et ce qu'ele voille et geüne;

Toz ses mesfez ansanble aüne,

Et tuit li reviennent devant;

Toz les recorde et dit sovant:

"Ha! lasse! De coi me sovint,

Quant mes amis devant moi vint,

Que je nel deignai conjoïr

Ne ne le vos onques oïr?

Quant mon esgart et ma parole

Li veai, ne fis je que fole?

Que fole? Ainz fis, si m'aïst Dex,

Que felenesse et que crüex;

Et sel cuidai ge feire a gas,

Mes ensi nel cuida il pas,

Si nel m'a mie pardoné.

Nus fors moi ne li a doné

Le mortel cop, mien esciant.

Quant il vint devant moi riant

Et cuida que je li feïsse

Grant joie et que je le veïsse,

Et onques veoir ne le vos,

Ne li fu ce donc mortex cos?

Quant ma parole li veai,

Tantost, ce cuit, le dessevrai

Del cuer et de la vie ansanble.

Cil dui cop l'ont mort, ce me sanble;

Ne l'ont mort autre Breibançon.

Et Dex! Avrai ge reançon

De cest murtre, de cest pechié?

Nenil voir, ainz seront sechié

Tuit li flueve, et la mers tarie!

Ha! lasse! Con fusse garie

Et com me fust granz reconforz

Se une foiz ainz qu'il fust morz

L'eüsse antre mes braz tenu.

Comant? Certes, tot nu a nu,

Por ce que plus an fusse a eise.

Quant il est morz, molt sui malveise

Que je ne faz tant que je muire.

Por quoi? Doit don mon ami nuire

Se je sui vive aprés sa mort,

Quant je a rien ne me deport

S'es max non que je trai por lui?

Quant aprés sa mort m'i dedui,

Certes molt fust dolz a sa vie

Li max don j'ai or grant anvie.

Malveise est qui mialz vialt morir

Que mal por son ami sofrir.

Mes certes il m'est molt pleisant

Que j'en aille lonc duel feisant.

Mialz voel vivre et sofrir les cos

Que morir et estre an repos."

La reïne an tel duel estut

Deus jorz que ne manja ne but,

Tant qu'an cuida qu'ele fust morte.

Assez est qui noveles porte,

Einçois la leide que la bele.

A Lancelot vient la novele

Que morte est sa dame et s'amie.

Molt l'en pesa, n'en dotez mie;

Bien pueent savoir totes genz

Qu'il fu molt iriez et dolanz.

Por voir il fu si adolez,

S'oïr et savoir le volez,

Que sa vie en ot an despit:

Ocirre se volt sanz respit,

Mes ainçois fist une complainte:

D'une ceinture qu'il ot ceinte

Noe un des chiés au laz corrant,

Et dit a lui seul an plorant:

"Ha! Morz! Com m'as or agueitié

Que tot sain me fez desheitié!

Desheitiez sui, ne mal ne sant

Fors del duel qu'au cuer me descent.

Cist diax est max, voire mortex.

Ce voel je bien que il soit tex

Et, se Deu plest, je an morrai.

Comant? N'autremant ne porrai

Morir se Damedeu ne plest?

Si ferai, mes que il me lest

Cest laz antor ma gole estraindre,

Ensi cuit bien la Mort destraindre

Tant que mal gré suen m'ocirra.

Morz qui onques ne desirra

Se cez non qui de li n'ont cure

Ne vialt venir, mes ma centure

La m'amanra trestote prise,

Et des qu'ele iert an ma justise,

Donc fera ele mon talant.

Voire, mes trop vanra a lant,

Tant sui desirrans que je l'aie!"

Lors ne demore ne delaie,

Einz met le laz antor sa teste

Tant qu'antor le col li areste

Et por ce que il mal se face

Le chief de la ceinture lace

A l'arçon de sa sele estroit,

Ensi que nus ne l'aperçoit;

Puis se let vers terre cliner,

Si se vost feire traïner

A son cheval tant qu'il estaigne:

Une ore plus vivre ne daigne.

Quant a terre cheü le voient

Cil qui avoec lui chevalchoient,

Si cuident que pasmez se soit,

Que nus del laz ne s'aparçoit

Qu'antor son col avoit lacié.

Tot maintenant l'ont anbracié,

Sel relievent antre lor braz

Et si ont lors trové le laz,

Dont il estoit ses anemis,

Qu'anviron son col avoit mis;

Sel tranchent molt isnelemant:

Mes la gorge si duremant

Li laz justisiee li ot

Que de piece parler ne pot;

Qu'a po ne sont les voinnes rotes

Del col et de la gorge totes;

Ne puis, se il le volsist bien,

Ne se pot mal feire de rien.

Ce pesoit lui qu'an le gardoit,

A po que de duel n'en ardoit,

Que molt volantiers s'oceïst,

Se nus garde ne s'an preïst.

Et quant il mal ne se puet faire,

Si dit: "Ha! Vix Morz deputaire,

Morz, por Deu, don n'avoies tu

Tant de pooir et de vertu

Qu'ainz que ma dame m'oceïsses!

Espoir por ce que bien feïsses,

Ne volsis feire ne daignas!

Par felenie m'espargnas

Que ja ne t'iert a el conté.

Ha! Quel servise et quel bonté!

Con l'as or an boen leu assise!

Dahez ait qui de cest servise

Te mercie ne gré t'an set.

Je ne sai li quex plus me het

Ou la vie qui me desirre,

Ou Morz qui ne me vialt ocirre.

Ensi l'une et l'autre m'ocit;

Mes c'est a droit, se Dex m'aït,

Que maleoit gré mien sui vis;

Que je me deüsse estre ocis

Des que ma dame la reïne

Me mostra sanblant de haïne.

Ne ne le fist pas sanz reison,

Einz i ot molt boene acheison,

Mes je ne sai quex ele fu.

Mes se ge l'eüsse seü,

Einz que s'ame alast devant Dé

Je le li eüsse amandé

Si richemant con li pleüst,

Mes que de moi merci eüst.

Dex! Cist forfez quex estre pot?

Bien cuit que espoir ele sot

Que je montai sor la charrete.

Ne sai quel blasme ele me mete

Se cestui non. Cist m'a traï.

S'ele por cestui m'a haï,

Dex! Cist forfez por coi me nut?

Onques Amors bien ne conut

Qui ce me torna a reproche;

Qu'an ne porroit dire de boche

Rien qui de par Amors venist,

Que a reproche apartenist;

Einz est amors et corteisie

Quanqu'an puet feire por s'amie.

Por m'amie nel fis je pas.

Ne sai comant je die, las!

Ne sai se die "amie" ou non,

Ne li os metre cest sornon.

Mes tant cuit je d'amor savoir

Que ne me deüst mie avoir

Por ce plus vil, s'ele m'amast,

Mes ami verai me clamast,

Quant por li me sanbloit enors

A feire quanque vialt Amors,

Neïs sor charrete monter.

Ce deüst ele amor conter;

Et c'est la provance veraie:

Amors ensi les suens essaie,

Ensi conoist ele les suens.

Mes ma dame ne fu pas buens

Cist servises; bien le provai

Au sanblant que an li trovai.

Et tote voie ses amis

Fist ce don maint li ont amis

Por li honte et reproche et blasme;

S'ai fet ce geu don an me blasme

Et de ma dolçor m'amertume,

Par foi, car tex est la costume

A cez qui d'amor rien ne sevent

Et qui enor an honte levent:

Mes qui enor an honte moille

Ne la leve pas, einz la soille.

Or sont cil d'Amors non sachant

Qui ensi les vont despisant,

Et molt an sus d'Amors se botent

Qui son comandemant ne dotent.

Car sanz faille molt en amande

Qui fet ce qu'Amors li comande,

Et tot est pardonable chose;

S'est failliz qui feire ne l'ose."

Ensi Lanceloz se demante,

Et sa genz est lez lui dolante

Qui le gardent et qui le tiennent.

Et antretant noveles vienent

Que la reïne n'est pas morte.

Tantost Lanceloz se conforte,

Et s'il avoit fet de sa mort,

Devant, grant duel et fier et fort,

Encor fu bien .c.m. tanz

La joie de sa vie granz.

Et quant il vindrent del recet

Pres a sis liues ou a set,

Ou li rois Bademaguz iere,

Novele que il ot molt chiere

Li fu de Lancelot contee,

Si l'a volantiers escotee,

Qu'il vit et vient sains et heitiez.

Molt an fist que bien afeitiez,

Que la reïne l'ala dire.

Et ele li respont: "Biax sire,

Quant vos le dites, bien le croi;

Mes s'il fust morz, bien vos otroi,

Que je ne fusse ja mes liee.

Trop me fust ma joie estrangiee

S'uns chevaliers an mon servise

Eüst mort receüe et prise."

A tant li rois de li se part;

Et molt est la reïne tart

Que sa joe et ses amis veigne.

N'a mes talant que ele teigne

Atahine de nule chose.

Mes novele qui ne repose,

Einz cort toz jors qu'ele ne fine,

De rechief vient a la reïne

Que Lancelot ocis se fust

Por li, se feire li leüst.

Ele en est liee et sel croit bien,

Mes nel volsist por nule rien,

Que trop li fust mesavenu.

Et antre tant ez vos venu

Lancelot qui molt se hastoit.

Maintenant que li rois le voit,

Sel cort beisier et acoler.

Vis li est qu'il doie voler

Tant le fet sa joie legier.

Mes la joie font abregier

Cil qui le lïerent et prindrent:

Li rois lor dist que mar i vindrent,

Que tuit sont mort et confondu.

Et il li ont tant respondu

Qu'il cuidoient qu'il le volsist.

"Moi desplest il, mes il vos sist,

Fet li rois, n'a lui rien ne monte.

Lui n'avez vos fet nule honte,

Se moi non, qui le conduisoie;

Comant qu'il soit, la honte est moie.

Mes ja ne vos an gaberoiz,

Quant vos de moi eschaperoiz!"

Qant Lanceloz l'ot correcier,

De la pes feire et adrecier

Au plus qu'il onques puet se painne

Tant qu'il l'a feite; lors l'en mainne

Li rois la reïne veoir.

Lors ne lessa mie cheoir

La reïne ses ialz vers terre;

Einz l'ala lieemant requerre,

Si l'enora de son pooir,

Et sel fist lez li aseoir.

Puis parlerent a grant leisir

De quanque lor vint a pleisir;

Ne matiere ne lor failloit,

Qu'Amors assez lor an bailloit.

Et quant Lanceloz voit son eise,

Qu'il ne dit rien que molt ne pleise

La reïne, lors a consoil

A dit: "Dame, molt me mervoil

Por coi tel sanblant me feïstes

Avant hier quant vos me veïstes,

N'onques un mot ne me sonastes:

A po la mort ne m'an donastes,

Ne je n'oi tant de hardemant

Que tant com or vos an demant

Vos en osasse demander.

Dame, or sui prez de l'amander,

Mes que le forfet dit m'aiez

Dom j'ai esté molt esmaiez."

Et la reïne li reconte:

"Comant? Don n'eüstes vos honte

De la charrete et si dotastes?

Molt a grant enviz i montastes

Quant vos demorastes deus pas.

Por ce, voir, ne vos vos je pas

Ne aresnier ne esgarder.

- Autre foiz me doint Dex garder,

Fet Lanceloz, de tel mesfet,

Et ja Dex de moi merci n'et

Se vos n'eüstes molt grant droit.

Dame, por Deu, tot or androit

De moi l'amande an recevez,

Et se vos ja le me devez

Pardoner, por Deu sel me dites!

- Amis, toz an soiez vos quites,

Fet la reïne, oltreemant:

Jel vos pardoing molt boenemant.

- Dame, fet il, vostre merci;

Mes je ne vos puis mie ci

Tot dire quanque ge voldroie;

Volantiers a vos parleroie

Plus a leisir, s'il pooit estre."

Et la reïne une fenestre

Li mostre a l'uel, non mie au doi,

Et dit: "Venez parler a moi

A cele fenestre anquenuit,

Quant par ceanz dormiront tuit,

Et si vanroiz par cel vergier.

Ceanz antrer ne herbergier

Ne porroiz mie voste cors;

Je serai anz et vos defors

Que ceanz ne porroiz venir.

Ne je ne porrai avenir

A vos fors de boche ou de main;

Mes s'il vos plest jusqu'a demain

I serai por amor de vos.

Asanbler ne porrïens nos,

Qu'an ma chanbre devant moi gist

Kex li seneschax, qui lenguist

Des plaies dom il est coverz.

Et li huis ne rest mie overz,

Einz est bien fers et bien gardez.

Quant vos vandroiz, si vos gardez

Que nule espie ne vos truisse.

- Dame, fet il, la ou je puisse

Ne me verra ja nule espie

Qui mal i pant ne mal an die."

Ensi ont pris lor parlemant,

Si departent molt lieemant.

Lanceloz ist fors de la chanbre

Si liez que il ne li remanbre

De nul de trestoz ses enuiz.

Mes trop li demore la nuiz,

Et li jorz li a plus duré,

A ce qu'il i a enduré,

Que cent autre ou c'uns anz entiers.

Au parlement molt volentiers

S'an alast s'il fust anuitié!

Tant a au jor vaintre luitié

Que la nuiz molt noire et oscure

L'ot mis desoz sa coverture

Et desoz sa chape afublé.

Quant il vit le jor enublé,

Si se fet las et traveillié,

Et dit que molt avoit veillié,

S'avoit mestier de reposer.

Bien pöez antendre et gloser,

Vos qui avez fet autretel,

Que por la gent de son ostel

Se fet las et se fet couchier;

Mes n'ot mie son lit molt chier,

Que por rien il n'i reposast,

N'il ne poïst ne il n'osast,

Ne il ne volsist pas avoir

Le hardemant ne le pooir.

Molt tost et söef s'an leva,

Ne ce mie ne li greva

Qu'il ne luisoit lune n'estoile,

N'an la meison n'avoit chandoile

Ne lanpe ne lanterne ardant.

Ensi s'an ala regardant

C'onques nus garde ne s'an prist,

Einz cuidoient qu'il se dormist

An son lit trestote la nuit.

Sanz conpaignie et sanz conduit

Molt tost vers le vergier s'an va,

Qu'onques nul home n'ancontra;

Et de ce li est bien cheü

C'une piece del mur cheü

Ot el vergier novelemant.

Par cele fraite isnelemant

S'an passe et vet tant que il vient

A la fenestre et la se tient

Si coiz qu'il n'i tost n'esternue,

Tant que la reïne est venue

En une molt blanche chemise;

N'ot sus blïaut ne cote mise,

Mes un cort mantel ot desus

D'escarlate et de cisemus.

Quant Lanceloz voit la reïne

Qui a la fenestre s'acline,

Qui de gros fers estoit ferree,

D'un dolz salu l'a enerree.

Et ele un autre tost li rant,

Que molt estoient desirrant

Il de li et ele de lui.

De vilenie ne d'enui

Ne tienent parlemant ne plet.

Li uns pres de l'autre se tret

Et andui main a main se tienent.

De ce que ansanble ne vienent

Lor poise molt a desmesure,

Qu'il an blasment la ferreüre.

Mes de ce Lanceloz se vante

Que, s'a la reïne atalante,

Avoec li leanz anterra:

Ja por les fers ne remanra.

Et la reïne li respont:

"Ne veez vos con cist fer sont

Roide a ploier et fort a fraindre?

Ja tant ne les porroiz destraindre

Ne tirer a vos ne sachier

Que les poïssiez arachier.

- Dame, fet il, or ne vos chaille!

Ja ne cuit que fers rien i vaille;

Rien fors vos ne me puet tenir

Que bien ne puisse a vos venir.

Se vostre congiez le m'otroie

Tote m'est delivre la voie;

Mes se il bien ne vos agree

Donc m'est ele si anconbree

Que n'i passeroie por rien.

- Certes, fet ele, jel voel bien,

Mes voloirs pas ne vos detient;

Mes tant atandre vos covient

Qu'an mon lit soie recouchiee,

Que de noise ne vos meschiee;

Qu'il n'i avroit geu ne deport

Se li seneschax qui ci dort

S'esveilloit ja por nostre noise.

Por c'est bien droiz que je m'an voise,

Qu'il n'i porroit nul bien noter

Se il me veoit ci ester.

- Dame, fet il, or alez donques

Mes de ce ne dotez vos onques

Que je i doie noise faire.

Si söef an cuit les fers traire

Que ja ne m'an traveillerai

Ne nelui n'an esveillerai."

A tant la reïne s'an torne

Et cil s'aparoille et atorne

De la fenestre desconfire.

As fers se prant et sache et tire

Si que trestoz ploier les fet

Et que fors de lor leus les tret.

Mes si estoit tranchanz li fers

Que del doi mame jusqu'as ners

La premiere once s'an creva,

Et de l'autre doi se trancha

La premerainne jointe tote;

Mes del sanc qui jus an degote

Ne des plaies nule ne sant

Cil qui a autre chose antant.

La fenestre n'est mie basse,

Neporquant Lanceloz i passe

Molt tost et molt delivremant.

An son lit trueve Keu dormant

Et puis vint au lit la reïne,

Si l'aore et se li ancline,

Car an nul cors saint ne croit tant.

Et la reïne li estant

Ses braz ancontre, si l'anbrace,

Estroit pres de son piz le lace,

Si l'a lez li an son lit tret

Et le plus bel sanblant li fet

Que ele onques feire li puet,

Que d'Amors et del cuer li muet.

D'Amors vient qu'ele le conjot;

Et s'ele a lui grant amor ot,

Et il .c. mile tanz a li,

Car a toz autres cuers failli

Amors avers qu'au suen ne fist;

Mes an son cuer tote reprist

Amors et fu si anterine

Qu'an toz autres cuers fu frarine.

Or a Lanceloz quanqu'il vialt

Qant la reïne an gré requialt

Sa conpagnie et son solaz,

Qant il la tient antre ses braz

Et ele lui antre les suens.

Tant li est ses jeus dolz et buens

Et del beisier et del santir

Que il lor avint sanz mantir

Une joie et une mervoille

Tel c'onques encore sa paroille

Ne fu oïe ne seüe;

Mes toz jorz iert par moi teüe,

Qu'an conte ne doit estre dite.

Des joies fu la plus eslite

Et la plus delitable cele

Que li contes nos test et cele.

Molt ot de joie et de deduit

Lanceloz tote cele nuit.

Mes li jorz vient qui molt li grieve,

Quant de lez s'amie se lieve.

Au lever fu il droiz martirs,

Tant li fu griés li departirs,

Car il i suefre grant martire.

Ses cuers adés cele part tire

Ou la reïne se remaint.

N'a pooir que il l'an remaint,

Que la reïne tant li plest

Qu'il n'a talant que il la lest:

Li cors s'an vet, li cuers sejorne.

Droit vers la fenestre s'an torne;

Mes de son cors tant i remaint

Que li drap sont tachié et taint

Del sanc qui cheï de ses doiz.

Molt s'an part Lanceloz destroiz,

Plains de sopirs et plains de lermes.

Del rasanbler n'est pas pris termes,

Ce poise lui, mes ne puet estre.

A enviz passe a la fenestre,

S'i antra il molt volantiers;

N'avoit mie les doiz antiers,

Que molt fort s'i estoit bleciez;

Et s'a il les fers redreciez

Et remis an lor leus arriere,

Si que ne devant ne derriere

N'an l'un ne an l'autre costé

Ne pert que l'an eüst osté

Nul des fers ne tret ne ploié.

Au departir a soploié

A la chanbre et fet tot autel

Con s'il fust devant un autel.

Puis s'an part a molt grant angoisse;

N'ancontre home qui le conoisse,

Tant qu'an son ostel est venuz.

An son lit se couche toz nuz,

Si c'onques nelui n'i esvoille.

Et lors a primes se mervoille

De ses doiz qu'il trueve plaiez;

Mes de rien n'an est esmaiez

Por ce qu'il set tot de seür

Que au traire les fers del mur

De la fenestre se bleça;

Por ce pas ne s'an correça,

Car il se volsist mialz del cors

Andeus les braz avoir traiz fors

Que il ne fust oltre passez;

Mes s'il se fust aillors quassez

Et si laidemant anpiriez,

Molt an fust dolanz et iriez.

La reïne la matinee,

Dedanz sa chanbre ancortinee,

Se fu molt söef andormie;

De ses dras ne se gardoit mie

Que il fussent tachié de sanc,

Einz cuidoit qu'il fussent molt blanc

Et molt bel et molt avenant.

Et Meliaganz, maintenant

Qu'il fut vestuz et atornez,

S'an est vers la chanbre tornez

Ou la reïne se gisoit.

Veillant la trueve et les dras voit

Del fres sanc tachiez et gotez;

S'en a ses conpaignons botez,

Et com aparcevanz de mal

Vers le lit Keu le seneschal

Esgarde, et voit les draz tachiez

De sanc, que la nuit, ce sachiez,

Furent ses plaies escrevees.

Et dit: "Dame, or ai ge trovees

Tex anseignes con je voloie!

Bien est voirs que molt se foloie

Qui de fame garder se painne,

Son travail i pert et sa painne;

Qu'ainz la pert cil qui plus la garde

Que cil qui ne s'an done garde.

Molt a or bele garde feite

Mes pere qui por moi vos gueite!

De moi vos a il bien gardee;

Mes enuit vos a regardee

Kex li seneschax mal gré suen,

S'a de vos eü tot son buen,

Et il sera molt bien prové.

- Comant? fet ele. - J'ai trové

Sanc an vos dras, qui le tesmoingne,

Puis qu'a dire le me besoigne.

Par ce le sai, par ce le pruis

Que an vos dras et es suens truis

Le sanc qui cheï de ses plaies:

Ce sont ansaignes bien veraies."

Lors primes la reïne vit

Et an l'un et an l'autre lit

Les dras sanglanz, si s'an mervoille;

Honte en ot, si devint vermoille

Et dist: "Se Damedex me gart,

Ce sanc que an mes dras regart

Onques ne l'i aporta Ques,

Einz m'a enuit senié li nes;

De mon nes fu au mien espoir."

Et ele cuide dire voir.

"Par mon chief, fet Meleaganz,

Quanque vos dites est neanz.

N'i a mestier parole fainte,

Que provee estes et atainte,

Et bien sera li voirs provez."

Lors dit: "Seignor, ne vos movez!"

As gardes qui iluec estoient,

"Et gardez que osté ne soient

Li drap del lit tant que je veigne.

Je voel que li rois droit me teigne

Qant la chose veuë avra."

Lors le quist tant qu'il le trova,

Si se lesse a ses piez cheoir

Et dit: "Sire, venez veoir

Ce don garde ne vos prenez.

La reïne veoir venez,

Si verroiz mervoilles provees

Que j'ai veües et trovees;

Mes ainçois que vos i ailliez

Vos pri que vos ne me failliez

De justise ne de droiture:

Bien savez an quel aventure

Por la reïne ai mon cors mis,

Dom vos estes mes anemis,

Que por moi la faites garder.

Hui matin l'alai regarder

An son lit, et si ai veü

Tant que j'ai bien aparceü

Qu'avoec li gist Kex chasque nuit.

Sire, por Deu, ne vos enuit

S'il m'an poise et se je m'an plaing,

Car molt me vient a grant desdaing

Qant ele me het et despist

Et Kex o li chasque nuit gist.

- Tes! fet li rois, je nel croi pas.

- Sire, or venez veoir les dras,

Comant Kex les a conreez.

Quant ma parole ne creez,

Ençois cuidiez que je vos mante,

Les dras et la coute sanglante

Des plaies Keu vos mosterrai.

- Or i alons, si le verrai,

Fet li rois, que veoir le voel:

Le voir m'an aprendront mi oel."

Li rois tot maintenant s'an va

Jusqu'an la chanbre ou il trova

La reïne qui se levoit.

Les draz sanglanz an son lit voit

Et el lit Keu autresimant,

Et dist: "Dame, or vet malemant

Se c'est voirs que mes filz m'a dit."

Ele respont: "Se Dex m'aït,

Onques ne fu neïs de songe

Contee si male mançonge.

Je cuit que Kex li seneschax

Est si cortois et si lëax

Que il n'an fet mie a mescroire;

Et je ne regiet mie an foire

Mon cors ne n'an faz livreison.

Certes, Kex n'est mie tex hom

Qu'il me requeïst tel outrage,

Ne je nen oi onques corage

Del faire ne ja ne l'avrai.

- Sire, molt bon gré vos savrai,

Fet Meleagant a son pere,

Se Kex son outrage conpere,

Si que la reïne i ait honte.

A vos tient la justise et monte,

Et je vos an requier et pri.

Le roi Artu a Kex traï,

Son seignor qui tant le creoit

Que comandee li avoit

La rien que plus ainme an cest monde.

- Sire, or sofrez que je responde,

Fet Kex, et si m'escondirai.

Ja Dex, quant de cest siegle irai,

Ne me face pardon a l'ame

Se onques jui avoec ma dame.

Certes, mialz voldroie estre morz

Que tex leidure ne tiex torz

Fust par moi quis vers mon seignor;

Et ja mes Dex santé graignor

Que j'ai or androit ne me doint,

Einz me praigne morz an cest point,

Se je onques le me pansai.

Mes itant de mes plaies sai

Qu'annuit m'ont seinnié a planté,

S'an sont mi drap ansanglanté.

Por ce vostre filz me mescroit,

Mes certes il n'i a nul droit."

Et Meleaganz li respont:

"Si m'aïst Dex, traï vos ont

Li deable et li vif maufé;

Trop fustes enuit eschaufé,

Et por ce que trop vos grevastes

Voz plaies sanz dote escrevastes.

Ne vos il valt neant contrueve:

Li sans d'anbedeus parz le prueve;

Bien le veons et bien i pert.

Droiz est que son forfet conpert

Qui si est provez et repris.

Einz chevaliers de vostre pris

Ne fist si grant descovenue,

Si vos an est honte avenue.

- Sire, sire, fet Kex au roi,

Je desfandrai ma dame et moi

De ce que vostre filz m'amet;

An poinne et an travail me met,

Mes certes a tort me travaille.

- Vos n'avez mestier de bataille,

Fet li rois, que trop vos dolez.

- Sire, se sofrir le volez,

Ensi malades con je sui

Me conbatrai ancontre lui

Et mosterrai que je n'ai colpe

An cest blasme don il m'ancolpe."

Et la reïne mandé ot

Tot celeemant Lancelot,

Et dit au roi que ele avra

Un chevalier qui desfandra

Le seneschal de ceste chose

Vers Meleagant, se il ose.

Et Meleaganz dist tantost:

"Nul chevalier ne vos en ost

Vers cui la bataille n'anpraigne

Tant que li uns vaincuz remaingne,

Nes se ce estoit uns jaianz."

A tant vint Lanceloz leanz;

Des chevaliers i ot tel rote

Que plainne an fu la sale tote.

Maintenant que il fu venuz,

Oiant toz, juenes et chenuz,

La reïne la chose conte

Et dit: "Lancelot, cest honte

M'a ci Meleaganz amise;

An mescreance m'an a mise

Vers trestoz ces qui l'öent dire

Se vos ne l'an feites desdire.

Enuit, ce dit, a Kex geü

O moi, por ce qu'il a veü

Mes dras et les suens de sanc tainz

Et dit que toz an iert atainz,

Se vers lui ne se puet desfandre

Ou se autres ne vialt anprandre

La bataille por lui aidier.

- Ja ne vos an covient pleidier,

Fet Lanceloz, la ou je soie.

Ja Deu ne place qu'an mescroie

Ne vos ne lui de tel afeire;

Prez sui de la bataille feire

Que onques ne le se pansa.

Se an moi point de desfanse a,

A mon pooir l'an desfandrai;

Por lui la bataille anprandrai."

Et Meleagant avant saut

Et dit: "Se Damedex me saut,

Ce voel je bien et molt me siet:

Ja ne pant nus que il me griet."

Et Lanceloz dist: "Sire rois,

Je sai de quauses et de lois

Et de plez et de jugemanz:

Ne doit estre sanz seiremanz

Bataille de tel mescreance."

Et Meleaganz sanz dotance

Li respont molt isnelemant:

"Bien i soient li seiremant

Et veignent li saint or androit,

Que je sai bien que je ai droit!"

Et Lanceloz ancontre dit:

"Onques, se Damedex m'aït,

Queu le seneschal ne conut

Qui de tel chose le mescrut."

Maintenant lor chevaus demandent,

Lor armes aporter comandent;

L'an lor aporte tost amont,

Vaslet les arment: armé sont;

Et je resont li saint fors tret.

Meleaganz avant se tret

Et Lanceloz dejoste lui,

Et s'agenouillent anbedui;

Et Meleaganz tant sa main

Aus sainz et jure tot de plain:

"Ensi m'aïst Dex et cist sainz,

Kex li seneschaus fu conpainz

Enuit la reïne an son lit

Et de li ot tot son delit.

- Et je t'an lief come parjur,

Fet Lanceloz, et si rejur

Qu'il n'i jut ne ne la santi.

Et de celui qui a manti

Praigne Dex, se lui plest, vangence

Et face voire demostrance.

Mes ancor un autre an ferai

Des seiremanz et jurerai,

Cui qu'il enuit ne cui qu'il poist,

Que se il hui venir me loist

De Meleagant au desus,

Tant m'aïst Dex et neant plus

Et ces reliques qui sont ci

Que ja de lui n'avrai merci."

Li rois de rien ne s'esjoï

Quant cestui sairemant oï.

Qant li seiremant furent fet,

Lor cheval lor furent fors tret,

Bel et boen de totes bontez;

Sor le suen est chascuns montez,

Et li uns contre l'autre muet

Tant con chevax porter le puet;

Et es plus granz cors des chevax

Fiert li uns l'autre des vasax

Si qu'il ne lor remaint nes poinz

Des deus lances tresqu'anz es poinz.

Et li uns l'autre a terre porte,

Mes ne font mie chiere morte

Que tot maintenant se relievent

Et tant com il pueent se grievent

Aus trancanz des espees nues.

Les estanceles vers les nues

Totes ardanz des hiaumes saillent.

Par si grant ire s'antr'asaillent

As espees que nues tienent

Que si com eles vont et vienent

S'antr'ancontrent et s'antrefierent,

Ne tant reposer ne se quierent

Qu'aleinne reprandre lor loise.

Li rois, cui molt an grieve et poise,

En a la reïne apelee,

Qui apoier s'estoit alee

Amont as loges de la tor:

Por Deu, li dist, le Criator,

Que ele departir les lest!

"Tot quanque vos an siet et plest,

Fet la reïne a buene foi,

Ja n'an feroiz rien contre moi."

Lanceloz a bien antandu

Que la reïne a respondu

A ce que li rois li requiert,

Ja puis conbatre ne se quiert,

Einz a tantost guerpi le chaple;

Et Meleaganz fiert et chaple

Sor lui, que reposer ne quiert;

Et li rois antre deus se fiert

Et tient son fil, qui dit et jure

Que il n'a de pes feire cure:

"Bataille voel, n'ai soing de peis."

Et li rois li dit: "Car te teis

Et me croi, si feras que sages;

Ja certes honte ne domages

Ne t'an vandra se tu me croiz;

Mes fei ice que fere doiz!

Don ne te sovient il que tu

As an la cort le roi Artu

Contre lui bataille arramie?

Et de ce ne dotes tu mie

Que il ne te soit granz enors,

Se la te vient biens, plus qu'aillors?"

Ce dit li rois por essaier

Se il le porroit esmaier,

Tant qu'il l'apeise et ses depart.

Et Lanceloz, cui molt fu tart

De monseignor Gauvain trover,

An vient congié querre et rover

Au roi, et puis a la reïne.

Par le congié d'ax s'achemine

Vers le Pont soz Eve corrant;

Si ot aprés lui rote grant

Des chevaliers qui le suioient;

Mes assez de tex i aloient

Don bel li fust s'il remassissent.

Lor jornees molt bien fornissent,

Tant que le Pont soz Eve aprochent,

Mes d'une liue ancor n'i tochent.

Einçois que pres del pont venissent

Et que il veoir le poïssent,

Uns nains a l'encontre lor vint

Sor un grant chaceor, et tint

Une corgiee por chacier

Son chaceor et menacier.

Et maintenant a demandé

Si com il li fu comandé:

"Li quex de vos est Lanceloz?

Nel me celez, je sui des voz;

Mes dites le seüremant

Que por voz granz biens le demant."

Lanceloz li respont por lui

Et dit il meïsmes: "Je sui

Cil que tu demandes et quiers.

- Ha!, fet li nains, frans chevaliers,

Leisse cez gens et si me croi:

Vien t'an toz seus ansanble o moi

Qu'an molt boen leu mener te voel.

Ja nus ne t'an siue por l'uel,

Einz nos atandent ci androit

Que nos revandrons or androit."

Cil qui de nul mal ne se dote

A fet remenoir sa gent tote

Et siust le nain qui traï l'a;

Et sa gent qui l'atendent la

Le pueent longuemant atandre,

Que cil n'ont nul talant del randre

Qui l'ont pris et seisi an sont.

Et sa gent si grant duel an font

De ce qu'il ne vient ne repeire

Qu'il ne sevent qu'il puissent feire.

Tuit dïent que traïz les a

Li nains, et si lot an pesa,

Oiseuse seroit de l'anquerre.

Dolant le comancent a querre,

Mes ne sevent ou il le truissent,

Ne de quel part querre le puissent;

S'an prenent consoil tuit ansanble.

A ce s'acordent, ce me sanble,

Li plus resnable et li plus sage,

Qu'il an iront jusqu'au passage

Del Pont soz Eve, qui est pres,

Et querront Lancelot aprés

Par le los monseignor Gauvain,

S'il le truevent n'a bois n'a plain.

A cest consoil trestuit s'acordent

Si bien que de rien n'i descordent.

Vers le Pont soz Eve s'an vont

Et tantost qu'il vienent au pont

Ont monseignor Gauvain veü,

Del pont trabuchié et cheü

En l'eve, qui estoit parfonde.

Une ore essort et autre afonde,

Or le voient et or le perdent.

Tant tressaillent que il l'aerdent

A rains, a perches et a cros.

N'avoit que le hauberc el dos

Et sor le chief le hiaume assis,

Qui des autres valoit bien dis,

Et les chauces de fer chauciees

De sa suor anruïlliees,

Car molt avoit sofferz travauz,

Et mainz perils et mainz asauz

Avoit trespassez et vaincuz.

Sa lance estoit, et ses escuz

Et ses chevax, a l'autre rive.

Mes ne cuident pas que il vive

Cil qui l'ont tret de l'eve fors,

Car il en avoit molt el cors,

Ne desque tant qu'il l'ot randue

N'ont de lui parole antandue.

Mes quant sa parole et sa voiz

Et del cuer delivre ot la doiz,

Qu'an le pot oïr et antandre,

Au plus tost que il s'i pot prandre

A la parole, se s'i prist;

Lués de la reïne requist

A ces qui devant lui estoient

Se nule novele an savoient.

Et cil qui li ont respondu,

D'avoec le roi Bademagu

Dïent qu'ele ne part nule ore,

Qui molt la sert et molt l'enore.

"Vint la puis nus an ceste terre,

Fet messire Gauvains, requerre?"

Et il li respondent: "Oïl!

- Qui? - Lanceloz del Lac, font il,

Qui passa au Pont de l'Espee;

Si l'a resqueusse et delivree,

Et avoec li nos autres toz;

Mes traïz nos en a uns goz,

Uns nains boçuz et rechigniez:

Laidemant nos a engigniez,

Qui Lancelot nos a fortret;

Nos ne savons qu'il en a fet.

- Et quant? fet messire Gauvains.

- Sire, hui nos a ce fet li nains,

Molt pres de ci, quant il et nos

Venïemes ancontre vos.

- Et comant s'est il contenuz

Puis qu'an cest païs fu venuz?"

Et cil li comancent a dire,

Si li recontent tire a tire

Si c'un tot seul mot n'i oblïent,

Et de la reïne li dïent

Qu'ele l'atant, et dit por voir

Que riens ne la feroit movoir

Del païs, tant qu'ele le voie,

Por novele que ele en oie.

Messire Gauvains lor respont:

"Quant nos partirons de cest pont,

Irons nos querre Lancelot?"

N'i a un seul qui mialz ne lot

Qu'a la reïne aillent ençois:

Si le fera querre li rois;

Car il cuident qu'an traïson

L'ait fet ses filz metre an prison,

Meleaganz, qui molt le het.

Ja an leu, se li rois le set,

Ne sera qu'il nel face randre;

De seür s'i pueent atandre.

A cest consoil tuit s'acorderent

Et tot maintenant s'aroterent

Tant que vers la cort s'aprochierent

Ou la reïne et li rois ierent,

Et Kex avoec, li seneschax,

Et s'i estoit li deslëax

De traïson plains et conblez,

Qui molt laidemant a troblez

Por Lancelot toz ces qui vienent.

Por mort et por traï se tienent,

S'an font grant duel, que molt lor poise.

N'est pas la novele cortoïse

Qui la reïne cest duel porte;

Neporquant ele s'an deporte

Au plus belemant qu'ele puet.

Por monseignor Gauvain l'estuet

Auques esjoïr, si fet ele.

Et neporquant mie ne cele

Son duel que auques n'i apeire.

Et joie et duel li estuet feire:

Por Lancelot a le cuer vain

Et contre monseignor Gauvain

Mostre sanblant de passejoie.

N'i a nul qui la novele oie

De Lancelot qui est perduz

Ne soit dolanz et esperduz.

De monseignor Gauvain eüst

Li rois joie et molt li pleüst

Sa venue et sa conuissance,

Mes tel duel a et tel pesance

De Lancelot qui est traïz

Que maz an est et esbaïz.

Et la reïne le semont

Et prie qu'aval et amont

Par sa terre querre le face

Tot sans demore et sanz espace,

Et messire Gauvains et Ques:

Un trestot seul n'i a remés

Qui de ce nel prit et semoingne.

"Sor moi lessiez ceste besoigne,

Fet li rois, si n'an parlez ja!

Que ja en sui prez grant piece a.

Tot sanz proiere et sanz requeste

Ferai bien feire ceste anqueste."

Chascuns l'an ancline et soploie.

Li rois maintenant i envoie,

Par son rëaume, ses messages,

Sergenz bien coneüz et sages,

Qui ont par toute la contree

De lui novele demandee.

Par tot ont la novele anquise

Mes n'en ont nule voire aprise;

N'an troverent point, si s'an tornent

La ou li chevalier sejornent,

Gauvains et Kex et tuit li autre,

Qui dïent que lance sor fautre,

Trestuit armé, querre l'iront;

Ja autrui n'i anvoieront.

Un jor aprés mangier estoient

Tuit an la sale ou il s'armoient,

S'estoit venu a l'estovoir,

Qu'il n'i avoit que del movoir,

Quant uns vaslez leanz antra

Et parmi aus oltre passa

Tant qu'il vint devant la reïne,

Qui n'avoit pas color rosine,

Que por Lancelot duel avoit

Tel, don noveles ne savoit,

Que la color en a müee.

Et li vaslez l'a salüee,

Et le roi qui de li fu pres,

Et puis les autres toz aprés,

Et Queu et monseignor Gauvain.

Unes letres tint an sa main,

Ses tant le roi, et il les prant.

A tel qui de rien n'i mesprant

Les fist li rois oiant toz lire.

Cil qui les lut lor sot bien dire

Ce qu'il vit escrit an l'alue,

Et dit que Lanceloz salue

Le roi come son boen seignor,

Si le mercie de l'enor

Qu'il li a fet et del servise,

Come cil qui est a devise

Trestoz an son comandemant.

Et sachiez bien certainnemant

Qu'il est avoec le roi Artu,

Plains de santé et de vertu,

Et dit qu'a la reïne mande

C'or s'an vaigne, se le comande,

Et messire Gauvains et Ques.

Et si a entresaignes tes

Qu'il durent croire, et bien le crurent.

Molt lié et molt joiant an furent:

De joie bruit tote la corz,

Et l'andemain quant il ert jorz

Dïent qu'il s'an voldront torner.

Et quant ce vint a l'ajorner,

Si s'aparoillent et atornent:

Lievent et montent, si s'an tornent.

Et li rois les silt et conduit

A grant joie et a grant deduit

Une grant piece de la voie.

Fors de sa terre les convoie,

Et quant il les an ot fors mis,

A la reïne a congié pris,

Et puis a toz comunemant.

La reïne molt sagemant

Au congié prandre le mercie

De ce que il l'a tant servie;

Et ses deus braz au col li met,

Se li offre et si li promet

Son servise et le son seignor:

Ne li puet promette graignor.

Et messire Gauvains ausi

Com a seignor et a ami,

Et Kex ausi, tuit li prometent.

Tantost a la voie se metent:

Si les comande a Deu li rois;

Toz les autres aprés ces trois

Salue, et puis si s'an retorne.

Et la reïne ne sejorne

Nul jor de tote la semainne,

Ne la rote que ele an mainne,

Tant qu'a la cort vient la novele

Qui au roi Artu fut molt bele

De la reïne qui aproiche,

Et de son neveu li retoiche

Grant joie au cuer et grant leesce,

Qu'il cuidoit que par sa pröesce.

Soit la reïne revenue,

Et Kex et l'autre genz menue;

Mes autremant est qu'il ne cuident.

Por aus tote la vile vuident,

Si lor vont trestuit a l'encontre,

Et dit chascuns qui les ancontre,

Ou soit chevaliers ou vilains:

"Bien vaingne messire Gauvains,

Qui la reïne a ramenee,

Et mainte dame escheitivee,

Et main prison nos a randu!"

Et Gauvains lor a respondu:

"Seignor, de neant m'alosez;

Del dire huimés vos reposez,

Qu'a moi nule chose n'an monte.

Ceste enors me valt une honte,

Que je n'i ving n'a tans n'a ore;

Failli i ai par ma demore.

Mes Lanceloz a tans i vint,

Cui si granz enors i avint

Qu'ainz n'ot si grant nus chevaliers.

- Ou est il donc, biax sire chiers,

Quant nos nel veons ci elués?

- Ou? fet messire Gauvains lués,

A la cort mon seignor le roi.

Don n'i est il? - Nenil, par foi,

Ne an tote ceste contree.

Puis que ma dame an fu menee,

Nule novele n'an oïmes."

Et messire Gauvains lors primes

Sot que les letres fausses furent,

Qui les traïrent et deçurent;

Par les letres sont deceü.

Lors resont a duel esmeü:

A cort vienent lor duel menant;

Et li rois trestot maintenant

Anquiert noveles de l'afaire.

Assez fu qui li sot retraire

Comant Lanceloz a ovré,

Comant par lui sont recovré

La reïne et tuit li prison,

Comant et par quel traïson

Li nains lor anbla et fortrest.

Ceste chose le roi desplest

Et molt l'an poise et molt l'an grieve,

Mes joie le cuer li sozlieve

Qu'il a si grant de la reïne,

Que li diax por la joie fine;

Quant la rien a que il plus vialt,

Del remenant petit se dialt.

Demantres que fors del païs

Fu la reïne, ce m'est vis,

Pristrent un parlemant antr'eles

Les dames et les dameiseles,

Qui desconseilliees estoient,

Et distrent qu'eles se voldroient

Marïer molt prochienemant,

S'anpristrent a cel parlemant

Une ahatine et un tornoi.

Vers celi de Pomelegoi

L'anprist la dame de Noauz.

De cels qui le feront noauz

Ne tandront parole de rien,

Mes de ces qui le feront bien

Dïent que les voldront avoir;

Sel firent crïer et savoir

Par totes les terres prochienes

Et autresi par les loingtienes,

Et firent a molt lonc termine

Crïer le jor de l'ahatine

Por ce que plus i eüst genz.

Et la reïne vint dedenz

Le termine que mis i orent;

Et maintenant qu'eles le sorent

Que la reïne estoit venue,

La voie ont cele part tenue

Les plusors tant qu'a la cort vindrent

Devant le roi, et si le tindrent

Molt an grant c'un don lor donast

Et lor voloir lor otreast.

Et il lor a acreanté,

Ainz qu'il seüst lor volanté,

Qu'il feroit quanqu'eles voldroient.

Lors li distrent qu'eles voloient

Que il sofrist que la reïne

Venist veoir lor ahatine.

Et cil qui rien veher ne sialt

Dist que lui plest s'ele le vialt.

Celes qui molt liees an sont

Devant la reïne s'an vont,

Si li dïent eneslepas:

"Dame, ne nos retolez pas

Ce que li rois nos a doné."

Et ele lor a demandé:

"Quex chose est ce? Nel me celez!"

Lors li dïent: "Se vos volez

A nostre ahatine venir,

Ja ne vos an quiert retenir

Ne ja nel vos contredira."

Et ele dist qu'ele i ira,

Des que il le congié l'an done.

Tantost par tote la corone

Les dameiseles an envoient

Et mandent que eles devoient

Amener la reïne au jor

Qui estoit crïez de l'estor.

La novele par tot ala

Et loing et pres et ça et la;

S'est tant alee et estandue

Qu'el rëaume fu espandue

Don nus retorner ne soloit;

Mes ore quiconques voloit

Avoit et l'antree et l'issue,

Et ja ne li fust desfandue.

Tant est par le rëaume alee

La novele, dite et contee,

Qu'ele vint chiés un seneschal

Meleagant le desleal,

Le traïtor, que max feus arde!

Cil avoit Lancelot an garde:

Chiés lui l'avoit an prison mis

Meleaganz ses anemis,

Qui le haoit de grant haïne.

La novele de l'anhatine

Sot Lanceloz, l'ore et le terme,

Puis ne furent si oil sanz lerme

Ne ses cuers liez, que il le sot.

Dolant et pansif Lancelot

Vit la dame de la meison,

Sel mist a consoil a reison:

"Sire, por Deu et por vostre ame,

Voir me dites, fet li la dame,

Por coi vos estes si changiez.

Vos ne bevez ne ne mangiez,

Ne ne vos voi jöer ne rire;

Seüremant me pöez dire

Vostre panser et vostre enui.

- Ha! dame, se je dolanz sui,

Por Deu, ne vos an merveilliez.

Voir que trop sui desconseilliez,

Quant je ne porrai estre la

Ou toz li biens del mont sera:

A l'ahatine ou toz asanble

Li pueples, ensi con moi sanble.

Et neporquant, s'il vos pleisoit

Et Dex tant franche vos feisoit

Que vos aler m'i leissessiez,

Tot certeinnemant seüssiez

Que vers vos si me contanroie

Qu'an vostre prison revandroie.

- Certes, fet ele, jel feïsse

Molt volantiers se n'i veïsse

Ma destrucion et ma mort.

Mes je criem mon seignor si fort,

Meleagant le deputaire,

Que je ne l'oseroie faire,

Qu'il destruiroit mon seignor tot.

N'est mervoille se jel redot,

Qu'il est si fel con vos savez.

- Dame, se vos peor avez

Que je tantost aprés l'estor

An vostre prison ne retor,

Un seiremant vos an ferai

Dom ja ne me parjurerai,

Que ja n'iert riens qui me detaingne

Qu'an vostre prison ne revaigne

Maintenant aprés le tornoi.

- Par foi, fet ele, et je l'ottoi

Par un covant. - Dame, par quel?"

Ele repont: "Sire, par tel

Que le retor me jureroiz

Et avoec m'aseüreroiz

De vostre amor, que je l'avrai.

- Dame, tote celi que j'ai

Vos doing et jur le revenir.

- Or m'an puis a neant tenir,

Fet la dame tot an riant;

Autrui, par le mien esciant,

Avez bailliee et comandee

L'amor que vos ai demandee.

Et neporcant sanz nul desdaing,

Tant con g'en puis avoir s'an praing.

A ce que je puis m'an tandrai,

Et le sairemant an prandrai

Que vers moi si vos contendroiz

Que an ma prison revandroiz."

Lanceloz tot a sa devise

Le sairemant sor sainte Eglise

Li fet qu'il revandra sanz faille.

Et la dame tantost li baille

Les armes son seignor vermoilles

Et le cheval qui a mervoilles

Estoit biax et forz et hardiz.

Cil monte, si s'an est partiz,

Armez d'unes armes molt beles,

Trestotes fresches et noveles;

S'a tant erré qu'a Noauz vint.

De cele partie se tint

Et prist fors de la vile ostel.

Einz si prodom n'ot mes itel,

Car molt estoit petiz et bas;

Mes herbergier ne voloit pas

An leu ou il fust coneüz.

Chevaliers boens et esleüz

Ot molt el chastel amassez;

Mes plus en ot defors assez,

Que por la reïne en i ot

Tant venu que li quinz n'i pot

Ostel avoir dedanz recet;

Que por un seul en i ot set

Don ja un tot seul n'i eüst

Se por la reïne ne fust.

Bien cinc liues tot anviron.

Se furent logié li baron

Es trez, es loges et es tantes.

Dames et dameiseles gentes

I rot tant que mervoille fu.

Lanceloz ot mis son escu

A l'uis de son ostel defors,

Et il por aeisier son cors

Fu desarmez et se gisoit

En un lit qu'il molt po prisoit,

Qu'estroiz ert et la coute tanve

Coverte d'un gros drap de chanve.

Lanceloz trestoz desarmez

S'estoit sor ce lit acostez.

La ou il jut si povremant,

A tant ez vos un garnemant,

Un hiraut d'armes an chemise,

Qui an la taverne avoit mise

Sa cote avoec sa chauceüre,

Et vint nuz piez grant aleüre,

Desafublez contre le vant.

L'escu trova a l'uis devant,

Si l'esgarda, mes ne pot estre

Qu'il coneüst lui ne son mestre,

Ne set qui porter le devoit.

L'uis de la meison overt voit,

S'antre anz et vit gesir el lit

Lancelot, et puis qu'il le vit

Le conut, et si s'an seigna.

Et Lanceloz le regarda

Et desfandi qu'il ne parlast

De lui an leu ou il alast;

Que, s'il disoit qu'il le seüst

Mialz li vandroit que il s'eüst

Les ialz treiz ou le col brisié.

"Sire, je vos ai molt prisié,

Fet li hyraus, et toz jorz pris,

Ne ja tant con je soie vis

Ne ferai rien por nul avoir

Don mal gré me doiez savoir."

Tantost de la meison s'an saut,

Si s'an vet criant molt an haut:

"Or est venuz qui l'aunera!

Or est venuz qui l'aunera!"

Ice crioit par tot li garz,

Et genz saillent de totes parz,

Se li demandent que il crie.

Cil n'est tant hardiz que le die,

Einz s'an va criant ce meïsmes;

Et sachiez que dit fu lors primes

"Or est venuz qui l'aunera!"

Nostre mestre an fu li hyra

Qui a dire le nos aprist,

Car il premieremant le dist.

Ja sont assanblees les rotes,

La reïne et les dames totes

Et chevalier et autres genz,

Car molt i avoit des sergenz

De totes parz, destre et senestre.

La ou li tornoiz devoit estre

Ot unes granz loges de fust,

Por ce que la reïne i fust

Et les dames et les puceles:

Einz nus ne vit loges si beles,

Ne si longues ne si bien faites.

La si se sont l'andemain traites

Trestotes aprés la reïne,

Que veoir voldront l'ahatine

Et qui mialz le fera ou pis.

Chevalier vienent dis et dis,

Et vint et vint, et trante et trante,

Ca iiij. xx. et ça nonante,

Ca cent, ça plus et ça deus tanz;

Si est l'asanblee si granz

Devant les loges et antor

Que il ancomancent l'estor.

Armé et desarmé asanblent;

Les lances un grant bois resanblent,

Que tant en i font aporter

Cil qui s'an vuelent deporter

Qu'il n'i paroit se lances non

Et banieres et confanon.

Li josteor au joster muevent

Qui compaignons asez i truevent

Qui por joster venu estoient.

Et li autre se raprestoient

De faire autres chevaleries.

Si sont plainnes les praeries

Et les arees et li sonbre,

Que l'an n'en puet esmer le nonbre

Des chevaliers, tant en i ot.

Mes n'i ot point de Lancelot

A cele premiere asanblee;

Mes quant il vint parmi la pree,

Et li hirauz le voit venir,

De crïer ne se pot tenir:

"Veez celui qui l'aunera!

Veez celui qui l'aunera!"

Et l'an demande: "Qui est il?"

Ne lor an vialt rien dire cil.

Quant Lanceloz an l'estor vint,

Il seus valoit des meillors vint.

Sel comance si bien a feire

Que nus ne puet ses ialz retreire

De lui esgarder, ou qu'il soit.

Devers Pomelesglai estoit

Uns chevaliers preuz et vaillanz,

Et ses chevax estoit saillanz

Et corranz plus que cers de lande;

Cil estoit filz le roi d'Irlande

Qui molt bien et bel le feisoit;

Mes quatre tanz a toz pleisoit

Li chevaliers qu'il ne conoissent.

Trestuit de demander s'angoissent:

"Qui est cil qui si bien le fet?"

Et la reïne a consoil tret

Une pucele cointe et sage

Et dit: "Dameisele, un message

Vos estuet feire, et tost le feites

A paroles briémant retreites.

Jus de ces loges avalez,

A ce chevalier m'an alez

Qui porte cel escu vermoil

Et si li dites a consoil

Que au noauz que je lui mant."

Cele molt tost et saigemant

Fet ce que la reïne vialt.

Aprés le chevalier s'aquialt

Tant que molt prés de lui s'est jointe,

Si li dist come sage et cointe,

Que ne l'ot veisins ne veisine:

"Sire, ma dame la reïne

Par moi vos mande et jel vos di

Que au noauz." Quand cil l'oï,

Si li dist que molt volantiers,

Come cil qui est suens antiers.

Et lors contre un chevalier muet

Tant con chevax porter le puet,

Et faut quant il le dut ferir;

N'onques puis jusqu'a l'anserir

Ne fist s'au pis non que il pot

Por ce qu'a la reïne plot.

Et li autres qui le requiert

N'a pas failli, einçois le fiert

Grant cop, roidemant s'i apuie,

Et cil se met lors a la fuie;

Ne puis cel jor vers chevalier

Ne torna le col del destrier;

Por amorir rien ne feïst

Se sa grant honte n'i veïst

Et son leit et sa desenor,

Et fet sanblant qu'il ait peor

De toz ces qui vienent et vont.

Et li chevalier de lui font

Lor risees et lor gabois,

Qui molt le prisoient ainçois.

Et li hirauz qui soloit dire:

"Cil les vaintra trestoz a tire!"

Est molt maz et molt desconfiz;

Qu'il ot les gas et les afiz

De ces qui dïent: "Or te tes;

Amis, cist ne l'aunera mes.

Tant a auné c'or est brisiee

S'aune que tant nos as prisiee."

Li plusor dïent: "Ce que doit?

Il estoit si preus or endroit,

Or est si coarde chose

Que chevalier atandre n'ose.

Espoir por ce si bien le fist

Que mes d'armes ne s'antremist,

Si fu si forz a son venir

Qu'a lui ne se pooit tenir

Nus chevaliers, tant fust senez,

Qu'il feroit come forcenez.

Or a tant des armes apris

Que ja mes tat com il soit vis

N'avra talant d'armes porter.

Ses cuers nes puet plus andurer,

Qu'el monde n'a rien si coarde."

Et la reïne qui l'esgarde

An est molt liee et molt li plest,

Qu'ele set bien, et si s'an test,

Que ce est Lanceloz por voir.

Ensi tote jor jusqu'au soir

Se fist cil tenir por coart,

Mes li bas vespre les depart;

Au departir i ot grant plet

De ces qui mialz l'avoient fet.

Li filz le roi d'Irlande pansse

Sanz contredit et sanz desfansse

Qu'il ait tot le los et le pris;

Mes laidemant i a mespris

Qu'asez i ot de ses parauz.

Neïs li chevaliers vermauz

Plot as dames et as puceles,

Aus plus gentes et aus plus beles,

Tant qu'eles n'orent a nelui

Le jor bahé tant com a lui;

Que bien orent veü comant

Il l'avoit fet premieremant,

Com il estoit preuz et hardiz;

Puis restoit si acoardiz

Qu'il n'osoit chevalier atandre.

Einz le poïst abatre et prandre

Toz li pires se il volsist.

Mes a totes et a toz sist

Que l'andemain tuit revandront

A l'ahatine, et si prandront

Ces cui le jor seroit l'enors

Les dameiseles a seignors;

Ensi le dïent et atornent.

A tant vers les ostez s'an tornent,

Et quant il vindrent as ostex,

An plusors leus en ot de tex

Qui ancomancierent a dire:

"Ou est des chevaliers li pire

Et li noauz, et li despiz?

Ou est alez? Ou est tapiz?

Ou iert trovez? Ou le querrons?

Espoir ja mes ne le verrons,

Que Malvestiez l'en a chacié,

Dom il a tel fes anbracié

Qu'el monde n'a rien si malveise;

N'il n'a pas tort, car plus a eise

Est uns malvés .c.m. tanz

Que n'est uns preuz, uns conbatanz.

Malvestiez est molt aeisiee,

Por ce l'a il an pes beisiee,

S'a pris de li quanque il a.

Onques voir tant ne s'avilla

Pröesce qu'an lui se meïst

Ne que pres de lui s'aseïst;

Mes an lui s'est tote reposte

Malvestiez, s'a trové tel oste

Qui tant l'ainme et qui tant la sert

Que por s'enor la soe pert."

Ensi tote nuit se degenglent

Et cil de mal dire s'estrenglent.

Mes tex dit sovant mal d'autrui

Qui est molt pires de celui

Que il blasme et que il despit.

Chascuns ce que lui plest an dit.

Et quant ce vint a l'anjornee

Refu la genz tote atornee,

Si s'an vindrent a l'anhatine.

Es loges refu la reïne

Et les dames et les puceles,

Si ot chevaliers avoec eles

Assez qui armes ne portoient,

Qui prison ou croisié estoient,

Et cil les armes lor devisent

Des chevaliers que il plus prisent.

Antr'ax dïent: "Veez vos or

Celui a cele bande d'or

Par mi cel escu de bernic?

C'est Governauz de Roberdic.

Et veez vos celui aprés

Qui an son escu pres a pres

A mise une aigle et un dragon?

C'est li filz le roi d'Arragon

Qui venuz est an ceste terre

Por pris et por enor conquette.

Et veez vos celui dejoste

Qui si bien point et si bien joste

A cel escu vert d'une part,

S'a sor le vert point un liepart

Et d'azur est l'autre moitiez?

C'est Ignaures li covoitiez,

Li amoreus et li pleisanz.

Et cil qui porte les feisanz

An son escu poinz bec a bec?

C'est Coguillanz de Mautirec.

Et veez vos ces deus delez

A ces deus chevax pomelez

As escuz d'or as lyons bis?

Li uns a non Semiramis

Et li autres est ses conpainz,

S'ont d'un sanblant lor escuz tainz.

Et veez vos celui qui porte

An son escu pointe une porte,

Si sanble qu'il s'an isse uns cers?

Par foi, ce est li rois Yders.

Ensi devisent cil des loges:

"Cil escuz fu fez a Lymoges,

Si l'an aporta Piladés

Qui an estor vialt estre adés

Et molt le desirre et golose.

Cil autres fu fez a Tolose

Et li lorains et li peitrax,

Si l'en aporta Kex d'Estrax.

Cil vint de Lÿon sor le Rosne:

N'a nul si boen desoz le trosne,

Si fu por une grant desserte

Donez Taulas de la Deserte

Qui bel le porte et bien s'an cuevre.

Et cil autres si est de l'ueuvre

D'Engleterre et fu fez a Londres,

Ou vos veez ces deus arondres

Qui sanblent que voler s'an doivent,

Mes ne se muevent, ainz reçoivent

Mainz cos des aciers poitevins;

Sel porte Thoas li meschins."

Ensi devisent et deboissent

Les armes de ces qu'il conoissent;

Mes de celui mie n'i voient

Qu'an tel despit eü avoient,

Si cuident qu'il s'an soit anblez

Quant a l'estor n'est assanblez.

Quant la reïne point n'an voit,

Talanz li prist qu'ele i anvoit

Les rans cerchier tant qu'an le truisse.

Ne set cui envoier i puisse

Qui mialz le quiere de celi

Qui hier i ala de par li.

Tot maintenant a li l'apele,

Si li dit: "Alez, dameisele,

Monter sor vostre palefroi.

Au chevalier d'ier vos envoi,

Sel querez tant que vos l'aiez.

Por rien ne vos an delaiez,

Et tant si li redites or

Qu'au noauz le reface ancor.

Et quant vos l'en avroiz semons

S'antandez bien a son respons."

Cele de rien ne s'en retarde,

Qui bien s'estoit donee garde

Le soir quel part il torneroit,

Por ce que sanz dote savoit

Qu'ele i reseroit anvoiee.

Parmi les ranss' est avoiee

Tant qu'ele vit le chevalier,

Si li vet tantost conseillier

Que ancor au noauz le face,

S'avoir vialt l'amor et la grace

La reïne, qu'ele li mande.

Et cil: "Des qu'ele le comande,

Li respont, la soe merci!"

Tantost cele se departi;

Et lors comancent a hüier

Vaslet, sergent et escüier

Et dïent tuit: "Veez mervoilles

De celui as armes vermoilles;

Revenuz est, mes que quiert il?

Ja n'a el monde rien tant vil,

Si despite ne si faillie.

Si l'a malvestiez an baillie

Qu'il ne puet rien contre li faire."

Et la pucele s'an repaire,

S'est a la reïne venue,

Qui molt l'a corte et pres tenue

Tant que la responsse ot oïe,

Dom ele s'est molt esjoïe

Por ce c'or set ele sanz dote

Que ce est cil cui ele est tote

Et il toz suenz sanz nule faille.

A la pucele dit qu'ele aille

Molt tost arriere et si li die

Que ele li comande et prie

Que au mialz face qu'il porra.

Et cele dit qu'ele i ira

Tot maintenant sanz respit querre.

Des loges est venue a terre

La ou ses garçons l'atandoit,

Qui son palefroi li gardoit,

Et ele monte, si s'an va

Tant que le chevalier trova,

Si li ala maintenant dire:

"Or vos mande ma dame, sire,

Que tot "le mialz" que vos porroiz!"

Et il respont: "Or li diroiz

Qu'il n'est riens nule qui me griet

A feire des que il li siet,

Que quanque il plest m'atalante."

Lors ne fu mie cele lante

De son message reporter,

Que molt an cuide deporter

La reïne et esleescier.

Quanqu'ele se pot adrecier

S'est vers les loges adreciee,

Et la reïne s'est dreciee,

Se li est a l'ancontre alee;

Mes n'est mie jus avalee

Einz l'atant au chief del degré.

Et cele vient, qui molt a gré

Li sot son message conter;

Les degrez comance a monter,

Et quant ele est venue a li

Si li dist: "Dame, onques ne vi

Nul chevalier tant deboneire,

Qu'il vialt si otreemant feire

Trestot quanque vos li mandez

Que, se le voir m'an demandez,

Autel chiere tot par igal

Fet il del bien come del mal.

- Par foi, fet ele, bien puet estre."

Lors s'an retorne a la fenestre

Por les chevaliers esgarder.

Et Lanceloz sanz plus tarder

L'escu par les enarmes prant,

Que volentez l'art et esprant

De mostrer tote sa pröesce.

Le col de son destrier adresce

Et lesse corre antre deus rans.

Tuit seront esbahi par tans

Li deceü, li amusé,

Qui an lui gaber ont usé

Piece del jor et de la nuit;

Molt s'an sont grant piece deduit

Et deporté et solacié.

Par les enarmes anbracié

Tint son escu li filz le roi

D'Irlande, et point a grant desroi

De l'autre part ancontre lui;

Si s'antrefierent anbedui

Si que li filz le roi d'Irlande

De la joste plus ne demande,

Que sa lance fraint et estrosse;

Car ne feri mie sor mosse,

Mes sor ais molt dures et seches.

Lanceloz une de ses teches

Li a aprise a cele joste,

Que l'escu au braz li ajoste

Et le braz au costé li serre,

Sel porte del cheval a terre.

Et tantost chevalier descochent,

D'anbedeus parz poingnent et brochent,

Li un por celui desconbrer

Et li autre por l'enconbrer.

Li un lor seignor eidier cuident,

Et des plusors les seles vuident

An la meslee et an l'estor;

Mes onques an trestot le jor

Gauvains d'armes ne se mesla

Qui ert avoec les autres la;

Qu'a esgarder tant li pleisoit

Les pröesces que cil feisoit

As armes de sinople taintes

Qu'estre li sanbloient estaintes

Celes que li autre feisoient:

Envers les soes ne paroient.

Et li hyrauz se resbaudist

Tant qu'oiant toz cria et dist:

"Or est venuz qui l'aunera!

Hui mes verroiz que il fera,

Hui mes aparra sa pröesce."

Et lors li chevaliers s'adresce

Son cheval et fet une pointe

Ancontre un chevalier molt cointe,

Et fiert si qu'il le porte jus

Loing del cheval .c. piez ou plus.

Si bien a faire le comance

Et de l'espee et de la lance

Qu'il n'est riens qui armes ne port

Qu'a lui veoir ne se deport.

Nes maint de ces qui armes portent

S'i redelitent et deportent,

Que granz deporz est de veoir

Con fet trabuchier et cheoir

Chevax et chevaliers ansanble.

Gaires a chevalier n'asanble

Qu'an sele de cheval remaingne,

Et les chevax que il gaaigne

Done a toz ces qui les voloient.

Et cil qui gaber le soloient

Dïent: "Honi somes et mort.

Molt avomes eü grant tort

De lui despire et avillier;

Certes il valt bien un millier

De tex a en cest champ assez,

Que il a vaincuz et passez

Trestoz les chevaliers del monde,

Qu'il n'i a un qu'a lui s'aponde."

Et les dameiseles disoient,

Qui a mervoilles l'esgardoient,

Que cil les tolt a marïer;

Car tant ne s'osoient fïer

En lor biautez n'an lor richeces,

N'an lor pooirs, n'an lor hauteces,

Que por biauté ne por avoir

Deignast nule d'eles avoir

Cil chevalier, que trop est prouz.

Et neporquant si font tex vouz

Les plusors d'eles qu'eles dïent

Que s'an cestui ne se marïent

Ne seront ouan marïees,

N'a mari n'a seignor donees.

Et la reïne qui antant

Ce dom eles se vont vantant

A soi meïsme an rit et gabe;

Bien set que por tot l'or d'Arrabe,

Qui trestot devant li metroit,

La meillor d'eles ne prandroit,

La plus bele ne la plus gente,

Cil qui a totes atalante.

Et lor volentez est comune

Si qu'avoir le voldroit chascune;

Et l'une est de l'autre jalouse

Si con s'ele fust ja s'espouse,

Por ce que si adroit le voient,

Qu'eles ne pansent ne ne croient

Que nus d'armes, tant lor pleisoit,

Poïst ce feire qu'il feisoit.

Si bien le fist qu'au departir

D'andeus parz distrent sanz mantir

Que n'i avoit eü paroil

Cil qui porte l'escu vermoil.

Trestuit le distrent et voirs fu.

Mes au departir son escu

Leissa an la presse cheoir,

La ou greignor la pot veoir,

Et sa lance et sa coverture;

Puis si s'an va grant aleüre.

Si s'an ala si en anblee

Que nus de tote l'asanblee,

Qui la fust, garde ne s'an prist

Et cil a la voie se mist,

Si s'an ala molt tost et droit

Cele part don venuz estoit

Por aquiter son sairemant.

Au partir del tornoiemant

Le quierent et demandent tuit;

N'an truevent point, car il s'an fuit,

Qu'il n'a cure qu'an le conoisse.

Grant duel en ont et grant angoisse

Li chevalier, qui an feïssent

Grant joie se il le tenissent.

Et se aus chevaliers pesa

Quant il ensi lessiez les a,

Les dameiseles, quant le sorent,

Asez plus grant pesance en orent

Et dïent que par saint Johan

Ne se marïeront ouan:

Quant celui n'ont qu'eles voloient,

Toz les autres quites clamoient;

L'anhatine ensi departi

C'onques nule n'an prist mari.

Et Lanceloz pas ne sejorne,

Mes tost an sa prison retorne.

Et li seneschax vint ençois

De Lancelot deus jorz ou trois,

Si demanda ou il estoit.

Et la dame qui li avoit

Ses armes vermoilles bailliees,

Beles et bien apareillies,

Et son hernois et son cheval

Le voir an dist au seneschal,

Comant ele l'ot anvoié

La ou en avoit tornoié,

A l'ahatine de Noauz.

"Ne poïssiez faire noauz,

Dame, voir, fet li seneschaus;

Molt m'an vanra, ce cuit, granz maus,

Que mes sire Meleaganz

Me fera pis que li jaianz

Se j'avoie esté perilliez.

Morz an serai et essilliez

Maintenant que il le savra,

Que ja de moi pitié n'avra.

- Biax sire, or ne vos esmaiez,

Fet la dame, mie n'aiez

Tel peor, qu'il ne vos estuet;

Riens nule retenir nel puet,

Que il le me jura sor sainz

Qu'il vanroit ja ne porroit ainz."

Li seneschaus maintenant monte,

A son seignor vint, se li conte

Tote la chose et l'avanture;

Mes ice molt le raseüre

Que il li dit con faitemant

Sa fame an prist le sairemant

Qu'il revandroit an la prison.

"Il n'an fera ja mesprison,

Fet Meleaganz, bien le sai,

Et neporquant grant duel en ai

De ce que vostre fame a fait:

Je nel volsisse por nul plait

Qu'il eüst esté an l'estor.

Mes or vos metez au retor

Et gardez, quant il iert venuz,

Qu'il soit an tel prison tenuz

Qu'il n'isse de la prison fors

Ne n'ait nul pooir de son cors;

Et maintenant le me mandez.

- Fet iert si con vos comandez,"

Fet li seneschax, si s'an va;

Et Lancelot venu trova

Qui prison tenoit an sa cort.

Uns messages arriere cort,

Que li seneschax en anvoie

A Meleagant droite voie,

Si li a dit de Lancelot

Qu'il est venuz. Et quant il l'ot,

Si prist maçons et charpantiers

Qui a enviz ou volantiers

Firent ce qu'il lor comanda.

Les meillors del païs mande,

Si lor a dit qu'il li feïssent

Une tor et poinne i meïssent

An ce que ele fust tost feite.

Sor la mer fu la pierre treite,

Que pres de Gorre iqui de lez

An cort uns braz et granz et lez:

Enni le braz une isle avoit

Que Meliaganz bien savoit.

La comanda la pierre a traire

Et le merrien por la tor faire.

An moins de cinquante et .vii. jorz

Fu tote parfeite la torz,

Haute et espesse et bien fondee.

Quant ele fu a ce menee,

Lancelot amener i fist

Par nuit et an la tor le mist;

Puis comanda les huis murer

Et fist toz les maçons jurer

Que ja par aus de cele tor

Ne sera parole a nul jor.

Ensi volt qu'ele fust celee,

Ne n'i remest huis ne antree

Fors c'une petite fenestre.

Leanz covint Lancelot estre,

Si li donoit l'an a mangier,

Molt povrement et a dangier,

Par cele fenestre petite

A ore devisee et dite,

Si con l'ot dit et comandé

Li fel plains de deslëauté.

Or a tot fet quanque il vialt

Meleaganz; aprés s'aquialt

Droit a la cort le roi Artu.

Estes le vos ja la venu,

Et quant il vint devant le roi,

Molt plains d'orguel et de desroi

A comanciee sa reison:

"Rois, devant toi an ta meison

Ai une bataille arramie;

Mes de Lancelot n'i voi mie,

Qui l'a enprise ancontre moi.

Et neporquant, si con je doi,

Ma bataille, oiant toz; presant

Ces que ceanz voi an presant.

Et s'il est ceanz, avant veingne

Et soit tex que covant me teigne

An vostre cort d'ui en un an.

Ne sai s'onques le vos dist l'an

An quel meniere et an quel guise

Ceste bataille fu anprise;

Mes je voi chevaliers ceanz

Qui furent a noz covenanz,

Et bien dire le vos savroient,

Se voir reconuistre an voloient.

Mes se il le me vialt noier,

Ja n'i loierai soldoier,

Einz le mosterrai vers son cors."

La reïne, qui seoit lors

Delez le roi, a soi le tire

Et si li encomance a dire:

"Sire, savez vos qui est cist?

C'est Meliaganz qui me prist

El conduit Keu le seneschal:

Assez li fist et honte et mal."

Et li rois li a respondu:

"Dame, je l'ai bien antendu:

Je sai molt bien que ce est cil

Qui tenoit ma gent an essil."

La reïne plus n'an parole;

Li rois atorne sa parole

Vers Meleagant, si li dit:

"Amis, fet il, se Dex m'aït,

De Lancelot nos ne savons

Noveles, don grant duel avons.

- Sire rois, fet Meleaganz,

Lanceloz me dist que ceanz

Le troveroie je sanz faille;

Ne je ne doi ceste bataille

Semondre s'an vostre cort non;

Je vuel que trestuit cist baron

Qui ci sont m'an portent tesmoing

Que d'ui en un an l'en semoing

Par les covanz que nos feïsmes

La ou la bataille anpreïsmes."

A cest mot an estant se lieve

Messire Gauvains, cui molt grieve

De la parole que il ot,

Et dit: "Sire, de Lancelot

N'a point an tote ceste terre;

Mes nos l'anvoieromes querre,

Se Deu plest, sel trovera l'an

Ençois que veigne au chief de l'an,

S'il n'est morz ou anprisonez.

Et s'il ne vient, si me donez

La bataille, je la ferai:

Por Lancelot m'an armerai

Au jor, se il ne vient ençois.

- Haï! Por Deu, biax sire rois,

Fet Meliaganz, donez li:

Il la vialt et je vos an pri,

Qu'el monde chevalier ne sai

A cui si volentiers m'essai,

Fors que Lancelot seulemant.

Mais sachiez bien certainnemant,

S'a l'un d'aus deus ne me conbat,

Nul eschange ne nul rabat

Fors que l'un d'aus deus n'an prandroie."

Et li rois dit que il l'otroie

Se Lanceloz ne vient dedanz.

A tant s'an part Meleaganz

Et de la cort le roi s'an va;

Ne fina tant que il trova

Le roi Bademagu son pere.

Devant lui, por ce que il pere

Qu'il est preuz et de grant afeire,

Comança un sanblant a feire

Et une chiere merveilleuse.

Ce jor tenoit cort molt joieuse

Li rois a Bade sa cité.

Jorz fu de sa natevité,

Por ce la tint grant et pleniere;

Si ot gent de mainte meniere

Avoec lui venu plus qu'assez.

Toz fu li palés antassez

De chevaliers et de puceles;

Mes une en i ot avoec eles

Qui suer estoit Meleagant,

Don bien vos dirai ça avant

Mon pansser et m'antencion,

Mes n'an vuel feire mancion,

Car n'afiert pas a ma matire

Que ci androit an doie dire,

Ne je ne la vuel boceier

Ne corronpre ne forceier

Mes mener boen chemin et droit.

Et si vos dirai or androit,

Ou Meleaganz est venuz,

Qui, oiant toz gros et menuz,

Dist a son pere molt en haut:

"Pere, fet il, se Dex me saut,

Se vos plest, or me dites voir

Se cil ne doit grant joie avoir

Et se molt n'est de grant vertu

Qui a la cort le roi Artu

Par ses armes se fet doter."

Li peres, sanz plus escoter,

A sa demande li respont:

"Filz, fet il, tuit cil qui boen sont

Doivent enorer et servir

Celui qui ce puet desservir

Et maintenir sa compaignie."

Lors le blandist et si li prie

Et dit c'or ne soit mes teü

Por coi a ce amanteü,

Qu'il quiert, qu'il vialt et dom il vient.

"Sire, ne sai s'il vos sovient,

Ce dit ses filz Meleaganz,

Des esgarz et des covenanz

Qui dit furent et recordé

Quant par vos fumes acordé

Et moi et Lanceloz ansanble.

Bien vos an manbre, ce me sanble,

Que devant plusors nos dist l'an

Que nos fussiens au chief de l'an

An la cort Artu prest andui.

G'i alai quant aler i dui,

Apareilliez et aprestez

De ce por coi g'i ere alez;

Tot ce que je dui faire fis;

Lancelot demandai et quis,

Contre cui je devoie ovrer;

Mes nel pot veoit ne trover;

Foïz s'an est et destornez.

Or si m'an sui par tel tornez

Que Gauvains m'a sa foi plevie

Que se Lanceloz n'est an vie

Et se dedanz le terme mis

Ne vient, bien m'a dit et promis

Que je respiz pris n'an sera,

Mes il meïsmes la fera

Ancontre moi por Lancelot.

Artus n'a chevalier qu'an lot

Tant con cestui, c'est bien seü;

Mes ainz que florissent seü

Verrai ge, s'au ferir venons,

S'au fet s'acorde li renons,

Et mon vuel seroit or androit!

- Filz, fet li peres, or a droit

Te fez ici tenir por sot.

Or set tex qui devant nel sot

Par toi meïsmes ta folie;

Voirs est que boens cuers s'umilie,

Mes li fos et li descuidiez

N'iert ja de folie vuidiez.

Filz, por toi le di, que tes teches

Par sont si dures et si seches

Qu'il n'i a dolçor n'amitié;

Li tuens cuers est trop sanz pitié:

Trop es de la folie espris.

C'est ce por coi ge te mespris;

C'est ce qui molt t'abeissera.

Se tu es preuz, assez sera

Qui le bien an tesmoingnera

A l'ore qui besoingnera;

N'estuet pas prodome löer

Son cuer por son fet alöer;

Que li fez meïsmes se loe;

Neïs la monte d'une aloe

Ne t'aïde a monter an pris

Tes los, mes assez mains t'en pris.

Filz, je te chasti; mes cui chaut?

Quanqu'an dit'a fol petit vaut,

Que cil ne se fet fors debatre,

Qui de fol vialt folie abatre;

Et biens qu'an anseigne et descuevre

Ne valt rien s'an nel met a oevre,

Einz est lués alez et perduz."

Lors fu duremant esperduz

Meleaganz et forssené;

Onques home de mere né,

Ce vos puis je bien por voir dire,

Ne veïstes ausi plain d'ire

Com il estoit; et par corroz

Fu ilueques li festuz roz,

Car de rien nule ne blandist

Son pere, mes itant li dist:

"Est ce songes, ou vos resvez,

Qui dites que je sui desvez

Por ce se je vos cont mon estre?

Com a mon seignor cuidoie estre

A vos venuz, com a mon pere;

Mes ne sanble pas qu'il apere,

Car plus vilmant me leidoiez,

Ce m'est avis, que ne doiez;

Ne reison dire ne savez

Por coi ancomancié l'avez.

- Si faz assez. - Et vos de quoi?

- Que nule rien an toi ne voi

Fors seulemant forssan et rage.

Je conois molt bien ton corage

Qui ancor grant mal te fera.

Dahait et qui ja cuidera

Que Lanceloz, li bien apris,

Qui de toz fors de toi a pris,

S'an soit por ta crieme foïz;

Mes espoir qu'il est anfoïz

Ou an tel prison anserrez

Don li huis est si fort serrez

Qu'il n'an puet issir sanz congié.

Certes c'est la chose dont gié

Seroie duremant iriez

S'il estoit morz ou anpiriez.

Certes trop i avroit grant perte,

Se criature si aperte,

Si bele, si preuz, si serie

Estoit ja si par tans perie;

Mes c'est mançonge; se Deu plest."

A tant Bademaguz se test,

Mes quanqu'il ot dit et conté

Ot antendu et escouté

Une soe fille pucele;

Et sachiez bien que ce fu cele

C'orainz amantui an mon conte,

Qui n'est pas liee quant an conte

Tex noveles de Lancelot.

Bien aparçoit qu'an le celot,

Quant an n'an set ne vant ne voie.

"Ja Dex, fet ele, ne me voie,

Quant je ja mes reposerai

Jusque tant que je an savrai

Novele certainne et veraie."

Maintenant sanz nule delaie,

Sanz noise feire et sanz murmure,

S'an cort monter sor une mure

Molt bele et molt söef portant.

Mes de ma part vos di ge tant,

Qu'ele ne set onques quel part

Torner, quant de la cort se part;

N'ele nel set n'ele nel rueve,

Mes el premier chemin qu'el trueve

S'an antre et va grant aleüre,

Ne set ou, mes par avanture,

Sanz chevalier et sanz sergent.

Molt se haste, molt est an grant

D'aconsivre ce qu'ele chace.

Molt se porquiert, molt se porchace,

Mes ce n'iert ja mie si tost!

N'estuet pas qu'ele se repost

Ne demort an un leu granmant

S'ele vialt feire avenanmant

Ce qu'ele a anpanssé a faire:

C'est Lancelot de prison traire

S'el le trueve et feire le puisse.

Mes je cuit qu'ainçois qu'el le truisse

En avra maint païs cerchié,

Maint alé et maint reverchié,

Ainz que nule novele an oie.

Mes que valdroit se je contoie

Ne ses gistes ne ses jornees?

Mes tantes voies a tornees

Amont, aval, et sus et jus,

Que passez fu li mois ou plus

C'onques plus aprandre n'an pot

Ne moins qu'ele devant an sot,

Et c'est neanz tot an travers.

Un jor s'an aloit a travers

Un chanp, molt dolante et pansive,

Et vit bien loing lez une rive

Pres d'un braz de mer une tor,

Mes n'avoit d'une liue antor

Meison ne buiron ne repeire.

Meleaganz l'ot feire feire

Qui Lancelot mis i avoit,

Mes cele neant n'an savoit.

Et si tost com el l'ot veüe,

S'i a si mise sa veüe

Qu'aillors ne la torne ne met;

Et ses cuers tres bien li promet

Que c'est ce qu'ele a tant chacié:

Mes ore an est venue a chié,

Qu'a droite voie l'a menee

Fortune qui tant l'a penee.

La pucele la tor aproche

Et tant a alé qu'ele i toche.

Antor va, oroille et escote,

Et si met s'antencion tote

Savoir mon se ele i oïst

Chose dont ele s'esjoïst.

Aval esgarde et amont bee:

La tor voit fort et haute et lee;

Mervoille soi que ce puet estre

Qu'ele n'i voit huis ne fenestre,

Fors une petite et estroite.

An la tor, qui est haute et droite,

N'avoit eschiele ne degré.

Por ce croit que c'est fet de gré

Et que Lanceloz est dedanz;

Mes ainz qu'ele manjut des danz

Savra se ce est voirs ou non.

Lors le viaut apeler par non:

Apeler voloit Lancelot,

Mes ce la tarde que ele ot,

Andemantiers que se teisoit,

Une voiz qui un duel feisoit

An la tor merveilleus et fort,

Qui ne queroit el que la mort.

La mort covoite et trop se diaut,

Trop par a mal et morir viaut:

Sa vie et son cors despisoit

A la foiee, si disoit

Foiblement a voiz basse et roe:

"Haï! Fortune, con ta roe

M'est ore leidemant tornee!

Malemant la m'as bestornee,

Car g'iere el mont, or sui el val;

Or avoie bien, or ai mal;

Or me plores, or me rioies.

Las, cheitis, por coi t'i fioies

Quant ele si tost t'a lessié!

An po d'ore m'a abessié:

Voiremant "de si haut si bas"

Fortune, quant tu me gabas,

Molt feïs mal, mes toi que chaut?

A neant t'est comant qu'il aut.

Ha! sainte Croiz, Sainz Esperiz,

Con sui perduz, con sui periz!

Con sui del tot an tot alez!

Ha! Gauvain, vos qui tant valez,

Qui de bontez n'avez paroil,

Certes, duremant me mervoil

Por coi vos ne me secorez!

Certes, trop i par demorez,

Si ne feites pas corteisie;

Bien deüst avoir vostre aïe

Cil cui tant solïez amer!

Certes, deça ne dela mer,

Ce puis je bien dire sanz faille,

N'eüst destor ne repostaille

Ou je ne vos eüsse quis

A tot le moins .vii. anz ou dis,

Se je an prison vos seüsse,

Einz que trové ne vos eüsse.

Mes de coi me vois debatant?

Il ne vos an est mie a tant

Qu'antrer an vuilliez an la poinne.

Li vilains dit bien voir qu'a poinne

Puet an mes un ami trover;

De legier puet an esprover

Au besoing qui est boens amis.

Las! Plus a d'un an qu'an m'a mis

Ci an ceste tor an prison.

Certes, jel tieng a mesprison,

Gauvain, quant lessié m'i avez.

Mes espoir que vos nel savez,

Espoir que je vos blasme a tort.

Certes, voirs est, bien m'an recort,

Et grant oltrage et grant mal fis

Quant jel cuidai, car je sui fis

Que por quanque cuevrent les nues

Ne fust que n'i fussent venues

Vos genz et vos por moi fors traire

De cest mal et de cest contraire,

Se vos de voir le seüssiez;

Et faire le redeüssiez

Par amor et par conpaignie,

Qu'autremant nel redi je mie.

Mes c'est neanz, ce ne puet estre.

Ha! De Deu et de saint Cervestre

Soit maudiz, et Dex le destruie,

Cil qui a tel honte m'estuie!

C'est li pires qui soit an vie,

Meleaganz, qui par envie

M'a fet tot le pis que il pot."

A tant se coise, a tant se tot

Cil qui a dolor sa vie use.

Mes lors cele qui aval muse

Quanqu'il ot dit et entandu;

N'a plus longuemant atandu,

C'or set qu'ele est bien assenee,

Si l'apele come senee:

"Lancelot!", quanqu'el puet et plus,

"Amis, vos qui estes lessus,

Parlez a une vostre amie!"

Mes cil dedanz ne l'oï mie.

Et cele plus et plus s'esforce,

Tant que cil qui n'a point de force

L'antroï, si s'an merveilla

Que puet estre qui l'apela.

La voiz entant, apeler s'ot,

Mes qui l'apele il ne le sot:

Fantosme cuide que ce soit.

Tot entor soi garde et porvoit

Savoir se il verroit nelui;

Mes ne voit fors la tor et lui.

"Dex, fet il, qu'est ice que j'oi?

J'oi parler et neant ne voi!

Par foi, ce est plus que mervoille,

Si ne dor je pas, ençois voille.

Espoir, s'il m'avenist an songe,

Cuidasse que ce fust mançonge;

Mes je voil, et por ce me grieve."

Lors a quelque poinne se lieve

Et va vers le pertuis petit,

Foiblemant, petit et petit;

Et quant il i fu, si s'acoste

Sus et jus, de lonc et de coste.

Quant sa veüe a mise fors,

Si com il puet esgarde, lors

Vit celi qui huchié l'avoit;

Ne la conut quant il la voit,

Mes cele tantost conut lui,

Si li dit: "Lancelot, je sui

Por vos querre de loing venue,

Or est si la chose avenue,

Deu merci, c'or vos ai trové.

Je sui cele qui vos rové

Quant au Pont de l'Espee alastes

Un don, et vos le me donastes

Molt volantiers quant jel vos quis:

Ce fu del chevalier conquis

Le chief, que je vos fis tranchier,

Que je nes point n'avoie chier.

Por ce don et por ce servise

Me sui an ceste poinne mise:

Por ce vos metrai fors de ci.

- Pucele, la vostre merci,

Fet donques li anprisonez;

Bien me sera guerredonez

Li servises que je vos fis,

Se je fors de ceanz sui mis.

Se fors de ci me pöez mettre,

Por voir vos puis dire et prometre

Que je toz jorz mes serai vostres,

Si m'aïst sainz Pos li Apostres!

Et se je Deu voie an la face,

Ja mes n'iert jorz que je ne face,

Quanque vos pleira comander.

Ne me savroiz ja demander

Chose nule, por que je l'aie,

Que vos ne l'aiez sanz delaie.

- Amis, ja de ce ne dotez

Que bien n'an soiez fors botez.

Hui seroiz desclos et delivres:

Je nel leiroie por mil livres

Que fors n'an soiez ainz le jor.

Lors vos metrai a boen sejor,

A grant repos et a grant aise.

Ja n'avrai chose qui vos plaise,

Se vos la volez, ne l'aiez.

Ja de rien ne vos esmaiez:

Mes ençois me covient porquerre,

Ou que soit ci an ceste terre,

Aucun engin, se je le truis,

Don puissiez croistre cest pertuis

Tant que vos issir an puissiez.

- Et Dex doint que vos le truissiez!

Fet se cil qui bien s'i acorde;

Et j'ai ceanz a planté corde

Que li sergent bailliee m'ont

Por traire le mangier amont,

Pain d'orge dur et eve troble

Qui le cuer et le cors me troble."

Lors la fille Bademagu

Un pic fort, quarré, et agu,

Porquiert, et tantost si le baille

Celui qui tant an hurte et maille,

Et tant a feru et chevé,

Neporquant s'il li a grevé,

Qu'issuz s'an est legieremant.

Or est a grant alegemant,

Or a grant joie, ce sachiez,

Quant il est de prison sachiez,

Et quant il d'iluec se remue

Ou tel piece a esté an mue.

Or est au large et a l'essor:

Et sachiez bien que por tot l'or

Qui est espanduz par le mont,

Qui tot le meïst an un mont

Et tot li donast et solsist,

Arrieres estre ne volsist.

Ez vos desserré Lancelot,

Qui si ert vains qu'il chancelot

De vanité et de feblece.

Cele si söef que nel blece

Le met devant soi sor sa mure,

Puis si s'an vont grant aleüre.

Mes la pucele se desvoie

Tot de gré por ce qu'an nes voie;

Et chevalchent celeemant,

Car s'ele alast apertemant

Espoir assez tost lor neüst

Aucuns s'il les reconeüst;

Et ce ne volsist ele pas.

Por ce eschive les max pas

Et est venue a un repeire

Ou sovant sejorne et repeire,

Por ce que biax estoit et genz.

Et li repeires et les genz

Erent an son comant del tot,

Si estoit planteïs de tot

Li leus, et sains et molt privez.

La est Lanceloz arivez:

Et si tost com il fu venuz,

Quant il fu de sa robe nuz,

En une haute et bele couche

La pucele söef le couche,

Puis le baigne, puis le conroie

Si tres bien que je n'an porroie

La mitié deviser ne dire.

Söef le menoie et atire

Si com ele feïst son pere:

Tot le renovele et repere,

Tot le remue, tot le change.

Or n'est mie moins biax d'un ange,

Or est plus tornanz et plus vistes

Qu'onques rien aussi ne veïstes.

N'est mes roigneus n'esgeünez,

Mes forz et biax, si s'est levez.

Et la pucele quis li ot

Robe plus bele qu'ele pot,

Dom au lever le revesti;

Et cil lieemant la vesti

Plus legiers que oisiax qui vole.

La pucele beise et acole,

Puis le dist amiablemant:

"Amie, fet il, seulemant

A Deu et a vos rant merciz

De ce que sains sui et gariz.

Par vos sui de prison estors,

Por ce pöez mon cuer, mon cors,

Et mon servise et mon avoir,

Quant vos pleira, prandre et avoir.

Tant m'avez fet que vostres sui,

Mes grant piece a que je ne fui

A la cort Artu mon seignor,

Qui m'a portee grant enor;

Et g'i avroie assez a feire.

Or, douce amie deboneire,

Par Amors si vos prieroie

Congié d'aler, et g'i iroie,

S'il vos pleisoit, molt volantiers.

- Lancelot, biax dolz amis chiers,

Fet la pucele, jel vuel bien;

Que vostre enor et vostre bien

Vuel je par tot et ci et la."

Un merveilleus cheval qu'ele a,

Le meillor c'onques veïst nus,

Li done cele, et cil saut sus,

Qu'as estriés congié n'an rova.

N'an sot mot quant sus se trova.

Lors a Deu qui onques ne mant

S'antrecomandent boenemant.

Lanceloz s'est mis a la voie

Si liez que, se juré l'avoie,

Ne porroie por nule painne

Dire la joie qu'il demainne

De ce qu'ainsi est eschapez

De la ou il fu antrapez.

Mes or dit sovant et menu

Que mar l'a en prison tenu

Li traïtres, le forsligniez,

Qui est gabez et angigniez,

"Et maugré suen an sui je fors."

Donc jure le cuer et le cors

Celui qui tot le mont cria

Qu'avoir ne richesce nen a

Des Babiloine jusqu'a Gant,

Por qu'il leissast Meleagant

Eschaper, se il le tenoit

Et de lui au desu venoit;

Que trop li a fet leit et honte.

Mes li afeires a ce monte

Que par tans en iert a meïsmes;

Car cil Meleaganz meïsmes

Qu'il menace et tient ja si cort

Estoit ce jor venuz a cort

Sanz ce que nus ne le manda.

Quant il i fu, si demanda

Tant monseignor Gauvain qu'il l'ot

Puis li enquiert de Lancelot,

Li mauvés traïtres provez,

Se puis fu veüz ne trovez,

Ausi con s'il n'en seüst rien;

Nel feisoit il, nel sot pas bien,

Mes il le cuidoit bien savoir.

Et Gauvains li a dit por voir

Qu'il nel vit ne il ne vint puis.

"Des qu'ainsi est que je nel truis,

Fet Meleaganz, donc venez

Et mon covenant me tenez;

Car plus ne vos en atandrai."

Ce fet Gauvains: "Bien vos tandrai,

Se Deu plest, ou j'ai ma creance,

Jusqu'a po vostre convenance.

Bien me cuit a vos aquiter;

Mes se vient a plus poinz giter

Et g'en giet plus que ne façoiz,

Si m'aïst Dex et saint Foiz,

Quanqu'avra el geu tot an tasche

Prendrai, ja n'en avrai relasche."

Et lors Gauvains sanz plus atandre

Comande gitier et estandre

Iluec devant soi un tapi,

Ne se sont mucié ne tapi

A son comant li escüier,

Mes sanz grondre et sanz enüier

De ce qu'il rueve s'antremetent.

Le tapiz prenent, si le metent

Cele part ou il comanda;

Lors s'assiet cil qui le manda

Et dedesore armer se rueve

Aus vaslez que devant soi trueve,

Qui an cors desfublé estoient.

Trois en i ot, qui li estoient

Ne sai ou cosin ou neveu,

Por voir bien ansegnié et preu:

Cil l'armerent bel et si bien

Qu'il n'a el monde nule rien

Dont nus hom reprendre les puisse

Por nule rien que il i truisse

En chose qu'il en aient fait.

Quant l'ont armé, li uns d'ax vait

Amener un destrier d'Espaigne

Tel qui plus tost cort par chanpaigne,

Par bois, par tertres et par vax

Que ne fist li boens Bucifax.

El cheval tel con vos öez

Monta li chevaliers löez,

Gauvains, li plus bien anseigniez

Qui onques fust de main seigniez.

Et ja voloit son escu prandre,

Quant il vit devant lui descendre

Lancelot, don ne se gardoit.

A grant mervoille l'esgardoit

Por ce que si soudainnemant

Est venuz; et, se je n'an mant,

Mervoilles li sont avenues

Ausins granz con s'il fust des nues

Devant lui cheüz maintenant;

Mes nel va lors riens detenant

Ne besoinz qu'il poïst avoir,

Quant il voit que c'est il por voir,

Qu'a terre ne soit descenduz;

Lors li vet ses braz estanduz,

Si l'acole et salue et beise.

Or a grant joie, or est a eise,

Quant son conpaignon a trové.

Et je vos dirai voir prové,

Si ne m'an mescreez vos pas,

Que Gauvains tot eneslepas

Ne volsist pas qu'an l'esleüst

A roi por ce qu'il ne l'eüst.

Ja set li rois, ja sevent tuit

Que Lanceloz, cui qu'il enuit,

Qui tel piece a esté gaitiez,

Est venuz toz sains et haitiez;

S'an font gant joie tuit ansanble,

Et por lui festoier s'ansanble

La corz, qui lonc tans l'a bahé.

N'i a nul tant de grant ahé

Ou de petit, joie n'an face.

Joie depiece et si esface

La dolor qui ençois i ert;

Li diaus s'an fuit, si i apert

Joie, qui formant les revele.

Et la reïne n'i est ele

A cele joie qu'an demainne?

Oïl voir, tote premerainne.

Comant? Dex, ou fust ele donques?

Ele n'ot mes si grant joie onques

Com or a de sa revenue

Et ele a lui ne fust venue?

Si est voir, ele an est si pres

Qu'a po se tient, molt s'an va pres,

Que li cors le cuer ne sivoit.

Ou est donc li cuers? Il beisoit

Et conjoïssoit Lancelot.

Et li cors por coi celot?

N'estoit bien la joie anterine?

A y donc corroz ne haïne?

Nenil certes, ne tant ne quant,

Mes puet cel estre, li auquant,

Li rois, li autre qui la sont,

Qui lor ailz espanduz i ont,

Aparceüssent tost l'afeire

S'ainsi veant toz volsist feire

Tot si con li cuers le volsist.

Et se Reison ne li tolsist

Ce fol panser et cele rage

Si veïssent tot son corage;

Lors si fust trop granz la folie.

Por ce Reisons enferme et lie

Son fol cuer et son fol pansé,

Si l'a un petit racenssé

Et a mis la chose an respit

Jusque tant que voie et espit

Un boen leu et un plus privé

Ou il soient mialz arivé

Que il or ne sont a ceste ore

Li rois Lancelot molt enore

Et, quant assez l'ot conjoï,

Se li dist: "Amis, je n'oï

Certes de nul home noveles

Piece a qui si me fussent beles

Con de vos, mes molt m'esbaïs

An quel terre et an quel païs

Vos avez si grant piece esté.

Et tot iver et tot esté

Vos ai fet querre et sus et jus,

N'onques trover ne vos pot nus.

- Certes, fet Lanceloz, biax sire,

A briés paroles vos puis dire

Tot si com il m'est avenu.

Meleaganz si m'a tenu,

Li fel traïtres, an prison

Des cele ore que li prison

De sa terre furent delivre,

Si m'a fet a grant honte vivre

En une tor qui est sor mer.

La me fist mettre et anfermer,

La menasse ancor dure vie

Se ne fust une moie amie,

Une pucele cui ge fis

Un petit servise jadis.

Cele por assez petit don

M'a rendu large guerredon:

Grant enor m'a feite et gran bien.

Mes celui cui je n'aim de rien,

Qui cele honte et cest mesfet

M'a porchacié, porquis et fet,

Voldrai randre son paiemant

Or androit sanz delaiemant.

Il l'est venuz querre et il l'ait.

N'estuet pas que il se delait

Por l'atandre, car toz est prez

Li gaainz, la monte et li prez;

Mes ja Dex ne doint qu'il s'an lot."

Lors dit Gauvains a Lancelot:

"Amis, fet il, iceste paie

Se je vostre deteur la paie,

C'iert assez petite bontez.

Et ausi sui je ja montez

Et toz prez si con vos veez.

Biax dolz amis, ne me veez

Cest don, que je requier et vuel."

Cil dit qu'il se leiroit ainz l'uel,

Voire andeus, de la teste traire

Einz qu'a ce le poïst atraire.

Bien jure que ja n'avandra;

Il li doit et il li randra,

Car de sa main li afia.

Gauvains voit bien mestier n'i a

Riens nule que dire li sache;

Si desvest son hauberc et sache

De son dos, et toz se desarme.

Lancelot de ces armes s'arme

Tot sanz delai et sanz demore,

Car molt li delaie et demore

Qu'aquitez se soit et paiez.

N'avra mes bien s'iert apaiez

Meliaganz, qui se mervoille

Oltre reison de la mervoille

Qu'il a ses ialz esgarde et voit;

A bien petit qu'il ne desvoit

Et par po n'a le san changié.

"Certes, fet il, fos fui quant gié

N'alai, ençois que ça venisse,

Veoir s'ancore le tenisse

An ma prison et an ma tor

Celui qui or m'a fet un tor.

Ha! Dex, je por coi i alasse?

Comant, por quel reison cuidasse

Que il s'an poïst estre issuz?

N'est li murs assez fort tissuz

Et la torz assez forz et haute?

N'il n'i avoit pertuis ne faute,

Par ou il issir an peüst

S'aïde par defors n'eüst.

Espoir qu'il i fu ancusez.

Or soit que li murs soit usez

Et tot cheoiz et tot fonduz,

Ne fust il avoec confonduz

Et morz et desmanbrez et roz?

Oïl, si m'aïst Dex, trestoz!

S'il fust cheüz, morz fust sanz faille;

Mes je cuit qu'ainz que li murs faille,

Faudra la mers et l'eve tote

Si qu'il n'en i remandra gote,

Ne li monz ne durera plus

S'a force n'est abatuz jus.

Autremant va, n'est pas issi:

Aïde ot quant il en issi,

Ne s'an est autrement volez;

Bien sui par consant afolez.

Comant qu'il fust, il an est fors;

Mes se m'an gardasse bien lors,

Ja ne fust ne ja n'avenist,

Ne ja mes a cort ne venist.

Mes tart an sui au repantir:

Cil qui n'a talant de mantir,

Li vilains, dit bien chose estable,

Que trop a tart ferme an l'estable

Quant li chevax an est menez.

Bien sai c'or serai demenez

A grant honte et a grant laidure,

Se assez ne suefre et andure.

Quel sosfrir et quel andurer?

Mes tant con je porrai durer

Li donrai je assez antante,

Se Deu plest, a cui j'ai m'atante."

Ensi se va reconfortant

Ne ne demande mes fors tant

Qu'il an chanp soient mis ansanble.

Et c'iert par tans, si con moi sanble,

Car Lanceloz le va requerre

Qui molt tost le cuide conquerre.

Mes, ainz que li uns l'autre assaille,

Lor dit li rois que chascuns aille

Aval soz la tor an la lande;

N'a si bele jusqu'an Irlande.

Et il si font: la sont alé,

Molt furent tost jus avalé.

Li rois i va et tuit et totes

A granz tropiax et a granz rotes.

La s'an vont tuit, nus n'i remaint;

Et as fenestres revont maint,

La reïne, dames, puceles

Dom avoec li avoit de beles.

En la lande un sagremor ot

Si bel que plus estre ne pot:

Molt tenoit place, molt est lez,

S'est tot antor selonc orlez

De menue erbe fresche et bele,

Qui an toz tans estoit novele.

Soz le sagremor gent et bel,

Qui fu plantez del tans Abel,

Sort une clere fontenele

Qui de corre est assez isnele.

Li graviers est et biax et genz

Et clers con se ce fust argenz,

Et li tuiax, si con ge cuit,

De fin or esmeré et cuit;

Et cort parmi la lande aval,

Antre deus bois parmi un val.

Iluec plest le roi qu'il se siee,

Qu'il n'i voit rien qui li dessiee.

Les genz fet treire bien an sus;

Et Lanceloz molt tost cort sus

Meliagant de grant aïr,

Con celui cui molt puet haïr.

Mes avant, einz que il le fiere,

Li dist a haute voiz et fiere:

"Traiez vos la, je vos desfi!

Et sachiez bien trestot de fi

Que ne vos espargnerai point."

Lors broche son cheval et point

Et arriers un petit se trait

Tant de place con uns ars trait;

Puis lessent l'uns vers l'autre corre

Quanque cheval lor porent corre,

Si s'antrefierent maintenant

Es escuz qui bien sont tenant,

Qu'il les ont tröez et perciez,

Mes l'uns ne l'autres n'est bleciez

N'an char conseüz a cele ore.

Lors passent oltre sanz demore,

Puis se revont granz cos doner,

Quanque chevax puet randoner,

Et escuz qui boen sont et fort;

Et il resont de grant esfort,

Et chevalier preu et vassal,

Et fort et isnel li cheval.

Et a ce qu'il fierent granz cos

Sor les escuz qu'il ont as cos,

Les lances sont oltre passees

Qui fraites ne sont ne quassees,

Et sont a force parvenues

Desi qu'a lor charz totes nues.

Par grant vertu l'uns l'autre anpaint,

Qu'a terre se sont jus anpaint,

Ne peitrax ne cengle n'estriers

N'i pot eidier, que par derriers

Chascuns d'ax la sele ne vuide

Que de seignor fu tote vuide.

Estraier an sont li cheval

Qui s'an vont amont et aval;

Li uns regibe, l'autres mort,

Que l'uns volsist l'autre avoir mort.

Et li chevalier qui cheïrent

Plus tost qu'il porent sus saillirent

Et ont tost les espees traites.

Qui de letres erent portraites,

Les escuz devant lor vis metent

Et des ore mes s'antremetent

Comant se puissent domagier

As espees tranchanz d'acier.

Lanceloz nel redote mie,

Car il savoit plus d'escremie

La mitié que cil n'an savoit;

Car an s'anfance apris l'avoit.

Andui s'antrefierent granz cos

Sor les escuz qu'il ont as cos

Et sor les hiaumes d'or barrez,

Que fraiz les ont et anbarrez;

Mes Lanceloz le haste fort:

Si li done un grant cop et fort

Devant l'escu a descovert

El braz destre de fer covert,

Si li a colpé et tranchié.

Et quant cil se sant domagié

De sa destre qu'il a perdue

Dist que chier li sera vandue.

S'il an puet leu ne aise avoir,

Ne remanra por nul avoir;

Car tant a duel et ire et rage

Qu'a bien petit que il n'anrage,

Et molt po prise son afeire

S'un malvés geu ne li puet feire.

Vers lui cort, que prendre le cuide,

Mes Lanceloz bien se porcuide;

Car a s'espee qui bien taille

Li a fet tele osche an sa taille

Dom il ne respassera mais,

Einz iert passez avrix et mais;

Que le nasal li hurte as danz

Que trois l'en a brisiez dedanz.

Et Meliaganz a tele ire

Qu'il ne puet parler ne mot dire,

Ne merci demander ne daingne,

Car ses fos cuers li desansaingne,

Qui trop l'enprisone et anlace.

Lanceloz vient, si li deslace

Le hiaume et la teste li tranche.

Ja mes cist ne li fera ganche:

Morz et cheüz, fet est de lui.

Mes or vos di, n'i a celui

Qu'ilueques fust, qui ce veïst,

Cui nule pitiez an preïst.

Li rois et tuit cil qui i sont

Grant joie an demainnent et font.

Lancelot desarment adonques

Cil qui plus lié ne furent onques,

Si l'en ont mené a grant joie.

Seignor, se j'avant an disoie,

Ce seroit oltre la matire,

Por ce au definer m'atire:

Ci faut li romanz an travers.

Godefroiz de Leigni, li clers,

A parfinee LA CHARRETE;

Mes nus hom blasme ne l'an mete

Se sor Crestïen a ovré,

Car ç'a il fet par le boen gré

Crestïen, qui le comança:

Tant en a fet des lors an ça

Ou Lanceloz fu anmurez,

Tant con li contes est durez:

Tant en a fet, n'i vialt plus metre

Ne moins, por le conte malmetre.

Ci faut li ROMANS DE LANCELOT DE LA CHARRETE

 

français moderne

Du moment que ma dame de Champagne

Désire que j'entreprenne un récit en français,

Je l'entreprendrai très volontiers,

Comme quelqu'un qui lui appartient entièrement,

Prêt à lui obéir en toute chose,

Sans recourir à la moindre flatterie.

Mais tel ou tel pourrait à ma place

Avoir recours à la flatterie:

Il dirait - et j'en porterais témoignage -

Que c'est la dame qui surpasse

Toutes les autres en ce monde,

Tout comme sur les effluves du sol l'emporte la brise,

Qui souffle en mai ou en avril.

Certes, je ne suis pas homme

A vouloir flatter sa dame;

Dirai-je: "Telle une gemme

Dont la valeur surpasse perles et sardoines,

La Comtesse surpasse les reines"?

Bien sûr, je ne dirai rien de pareil,

Et pourtant c'est un fait que je ne saurais nier.

Je dirai cependant qu'est plus efficace

En mon entreprise son commandement

Que mon intelligence et la peine que je me donne.

Du CHEVALIER DE LA CHARRETTE

Chrétien commence son livre;

Matière et orientation lui sont fournies

Par la Comtesse, et lui se met

A l'oeuvre, en n'y apportant rien

Que son application et son effort intellectuel.

Et voici qu'il commence sa narration.

Un jour de fête de l'Ascension

Etait venu en provenance de Carlion

Le roi Artur afin de rassembler

Une cour plénière à Camaalot -

Une cour digne d'un jour de grande fête.

Après le repas le roi

Ne délaissa point ses compagnons.

La salle était remplie de barons,

Et la reine était aussi de l'assemblée,

Entourée, comme je crois,

De mainte et mainte belle et courtoise dame

Parlant fort bien le français.

Et Keu qui avait servi les gens à table

Mangeait avec les chambellans.

Là précisément où il était attablé

Parut un chevalier

Très soigné dans sa mise, qui venait à la cour

Armé de pied en cap.

Le chevalier ainsi équipé

S'en vint jusque devant le roi,

Assis au milieu de ses barons.

Sans le moindre salut il lui dit:

"Roi Artur, je retiens prisonniers,

De tes terres et de ta maisonnée

Chevaliers, dames et demoiselles.

Mais je ne t'apporte pas de leurs nouvelles

Dans l'intention de te les rendre.

Au contraire, je veux te dire et t'apprendre

Que tu n'as ni la force ni les moyens

Pour les ravoir.

Sache bien que tu mourras

Avant de pouvoir jamais leur apporter de l'aide."

Le roi répond que force lui est

De s'incliner s'il ne peut pas remédier à la situation,

Mais son chagrin lui pèse bien fort.

Alors le chevalier agit comme s'il voulait

S'en aller: il fait demi-tour;

En s'éloignant du roi,

Il gagne la porte de la salle,

Mais il ne descend point les marches;

Il s'arrête d'abord et, de là, il proclame:

"Roi, si à ta cour il se trouve un chevalier

A qui tu accordes la confiance nécessaire

Afin de lui assigner la mission

De conduire la reine, en me suivant, dans ce bois

Où je me dirige,

J'accepterai de l'y attendre.

Je te rendrai tous les prisonniers

Qui sont exilés dans mes terres

Si ce chevalier parvient à me vaincre

Et à ramener la reine ici."

Un grand nombre des gens du palais entendirent ces paroles,

Et la cour s'en trouva toute ébranlée.

Keu a eu vent de la nouvelle

Alors qu'il mangeait avec les serveurs;

Il cesse de manger et s'en vient tout droit

Au roi, et il commence à lui parler

En homme tout à fait indigné:

"Roi, je t'ai longuement servi

De bonne foi et avec loyauté;

A présent je prends congé de toi et m'en irai

De sorte que jamais plus je ne te servirai.

Je n'ai ni volonté ni désir

De te servir désormais."

Le roi s'afflige de ce qu'il entend,

Mais dès qu'il se trouve en mesure de répondre dignement,

Il lui demanda sans la moindre hésitation:

"Parlez-vous sérieusement ou plaisantez-vous?"

Et Keu d'enchaîner: "Beau sire roi,

La plaisanterie ne m'intéresse guère en ce moment;

J'ai bien la ferme intention de vous quitter.

Je ne cherche à recevoir de vous aucune récompense

Ni pour mes années de service, nulle indemnité;

Ma décision est sans appel:

Je pars sans plus tarder.

- Est-ce colère ou dépit, fait le roi.

Qui vous pousse à partir?

Sénéchal, c'est ici votre place,

Restez donc à la cour, et sachez bien

Qu'en ce monde, je n'ai rien

Qu'afin de vous garder ici,

Je ne vous donne aussitôt.

- Sire, fait Keu, c'est inutile;

Je n'accepterais point même de me voir offrir chaque jour

Le cadeau d'un setier rempli d'or fin:"

Plein de désespoir,

Le roi s'est approché de la reine.

"Dame, fait-il, vous ne savez pas

Ce que le sénéchal exige de moi?

Il réclame son congé, et il dit qu'il ne fera plus partie

De ma cour - j'ignore pourquoi:

Ce qu'il se refuse à faire pour moi,

Il s'empressera de le faire pour vous si vous l'en priez.

Allez à lui, ma dame chère!

Puisqu'il ne daigne rester pour moi,

Suppliez-le de rester pour vous:

Et, au besoin, jetez-vous à ses pieds,

Car je n'éprouverais plus aucune joie

S'il m'arrivait de perdre sa compagnie."

Sur ce, le roi envoie la reine

Auprès du sénéchal, et elle accepte de s'y rendre.

Elle le retrouva au milieu des autres,

Et lorsqu'elle parvient à le joindre,

Elle lui dit: "Un grand trouble

Me vient - n'en doutez point -

De ce que j'ai entendu dire de vous.

L'on m'a conté - c'est ce qui me désole -

Que vous voulez quitter le roi.

D'où vous vient cette intention; quel sentiment vous meut?

Je ne vois plus en vous l'homme sage

Et courtois que j'y voyais autrefois;

Je veux vous prier de rester:

Keu, restez ici, je vous en prie.

- Dame, fait-il, de grâce!

Je ne demeurerai point."

Et la reine continue de le supplier,

Ainsi que tous les chevaliers ensemble,

Et Keu lui dit qu'elle se fatigue inutilement

A vouloir faire l'impossible.

Et de toute sa hauteur de reine,

Elle se laisse choir à ses pieds.

Keu la prie de se relever,

Mais elle refuse de le faire:

Plus jamais elle ne se relèvera

A moins qu'il ne lui octroie ce qu'elle veut.

Alors Keu lui a promis

De rester, à la condition que le roi

Lui accorde par avance ce qu'il lui demandera,

Et qu'elle-même en fasse autant.

"Keu, fait-elle, n'importe quoi!

Moi et lui nous vous l'accorderons.

Venez donc, et nous lui dirons

Qu'ainsi vous acceptez de rester."

Keu accompagne la reine

Jusque devant le roi.

"Sire, j'ai obtenu que Keu demeure auprès de nous,

Fait la reine, en me donnant bien du mal.

Je le remets entre vos mains, en stipulant toutefois

Que vous ferez ce qu'il dira."

Le roi pousse un soupir d'aise,

Et dit qu'il obéira à son commandement,

Quelle que soit la nature de celui-ci.

"Sire, fait-il, apprenez donc.

Ce que je désire, et quel don

Vous m'avez promis.

Je me tiendrai pour l'homme le plus fortuné

Quand je le recevrai par votre grâce:

Sire, ma dame, la reine, ici présente,

Vous l'avez confiée à ma protection;

Nous irons à la rencontre

Du chevalier qui nous attend dans la forêt."

Ces mots désolent le roi, néanmoins il le revêt

De la mission, car jamais il ne manqua à sa parole,

Mais il le fit dans la tristesse et à contrecoeur,

Si bien qu'il y parut à sa mine.

Le deuil de la reine fut grand lui aussi,

Et la cour toute entière affirmait

Qu'orgueil, outrecuidance et déraison

Avaient inspiré la requête de Keu.

Le roi a pris la reine

Par la main, et lui a dit:

"Dame, fait-il, il faut absolument

Que vous partiez avec Keu."

Et ce dernier de dire: "Vite! confiez-la-moi,

Et n'ayez aucune crainte,

Car je la ramènerai en parfait état,

Toute saine et sauve."

Le roi la lui confie, et il l'emmène.

Derrière le couple, tous quittent le palais,

Chacun, sans exception, ressentant la plus vive inquiétude.

Et sachez que l'on arma le sénéchal

Et que son cheval

Fut amené au milieu de la cour;

Un palefroi se tenait à ses côtés -

Digne monture de reine!

La reine s'approche du palefroi

Qui n'était ni ombrageux ni tirant sur la bride.

Abattue, triste et en poussant bien des soupirs,

La reine monte en selle et dit

Tout bas afin que personne ne l'entendît:

"Ha! ha! si vous saviez ce qui se passe ici,

Je ne crois pas que vous me laisseriez,

Sans vous y opposer, emmener d'un seul pas!"

Elle crut avoir parlé tout doucement

Mais le conte Guinable l'entendit,

Qui se trouvait à ses côtés lorsqu'elle montait en selle.

A son départ, les plaintes

De ceux et de celles qui la voyaient partir furent

Comme si elle était morte et mise en bière.

Ils ne pensent pas qu'elle revienne parmi eux

Jamais, de toute sa vie.

Ce fut par son outrance habituelle que le sénéchal

L'emmène là où l'autre l'attend.

Mais nul ne s'en afflige au point

Qu'il accepte de suivre le couple;

Enfin, messire Gauvain dit

Au roi son oncle, en confidence:

"Sire, fait-il, ce que vous avez fait

Est bien puéril, et j'en demeure stupéfait;

Mais si vous admettiez le bien-fondé de mon conseil,

Pendant qu'ils sont encore tout près,

Vous et moi pourrions nous mettre à leur poursuite,

Avec ceux qui voudront bien nous accompagner.

Quant à moi, rien ne saurait me retenir

De me mettre en chemin dès maintenant.

Il ne serait point convenable

De refuser de courir après eux,

Au moins jusqu'à ce que nous sachions

Ce qu'il adviendra de la reine.

Et comment Keu se conduira.

- Allons-y, beau neveu, fait le roi,

Vous venez de parler en homme bien courtois.

Et puisque vous avez saisi l'initiative,

Commandez donc qu'on fasse sortir les chevaux,

Et qu'on leur mette freins et selles,

De sorte qu'il ne nous reste qu'à monter."

Les chevaux sont vite amenés,

Harnachés et sellés;

Le roi monte tout premier,

Alors monta messire Gauvain,

Ensuite tous les autres à qui mieux mieux;

Chacun voulut être de la partie,

Mais en y allant à sa guise:

Certains portaient leur armure,

Beaucoup d'autres n'en portaient point.

Messire Gauvain portait la sienne,

Et il fait par deux écuyers

Mener à sa droite deux destriers.

Et comme ils approchaient

De la forêt, ils en voient sortir

Le cheval de Keu, qu'ils reconnurent

Et dont ils virent que les rênes

Avaient été toutes deux rompues de la bride.

Le cheval venait tout seul;

L'étrivière tachée de sang,

Et de la selle l'arçon de derrière

Etait brisé et mis en pièces.

Nul spectateur n'échappe à la tristesse,

Et l'on échange des clins d'oeil, des coups de coude.

Bien loin, devant toute la compagnie,

Messire Gauvain chevauchait;

Il ne tarda guère à voir

Venir un Chevalier au pas

Sur un cheval souffrant et fatigué,

Pantelant et baigné de sueur.

Le Chevalier a salué

Messire Gauvain le premier,

Et ensuite messire Gauvain lui a rendu son salut.

Et le Chevalier s'arrêta -

Il reconnut messire Gauvain,

Et lui dit: "Sire, ne voyez-vous donc pas

Que mon cheval est tout trempé de sueur,

De sorte qu'il ne vaut plus rien?

Et je crois que ces deux destriers

Sont à vous; pourrais-je alors vous prier,

En promettant toutefois que je vous rendrais

Le service et une juste récompense,

De me prêter ou de m'offrir en cadeau

L'un d'eux, n'importe lequel?"

Et messire Gauvain lui répondit: "Choisissez donc

Celui des deux qui vous plaît le plus."

Mais celui dont le besoin est grand

Ne s'attarda pas afin d'en sélectionner le meilleur,

Ni le plus beau ni le plus grand;

Il préféra bondir sur celui

Qu'il trouva le plus près de lui,

Et l'a vite lancé en avant, à bride abattue;

Et l'autre, qu'il a laissé derrière lui, tombe raide mort,

Car il l'avait beaucoup fait souffrir ce jour-là,

Et se fatiguer et se surmener.

Sans jamais s'arrêter, le Chevalier

Eperonne sa monture à travers la forêt,

Et messire Gauvain, derrière lui,

Le suit, en lui donnant farouchement la chasse,

Jusqu'à ce qu'il eût descendu la pente d'une colline.

Lorsqu'il eut traversé beaucoup de terrain,

Il retrouva mort le destrier

Qu'il avait offert au Chevalier,

Et, autour, il vit le sol tout piétiné

Par des chevaux et couvert d'impressionnants débris

De boucliers et de lances;

En toute apparence, de féroces combats

Menés par de nombreux chevaliers s'y étaient déroulés;

Il était mécontent, et regretta

De ne pas y avoir participé lui-même.

Le lieu ne l'a guère longtemps retenu,

Il préfère pousser en avant, à vive allure.

Alors, par hasard, il revit

Le Chevalier, à pied, tout seul,

Tout vêtu de son armure, le heaume lacé,

L'écu pendu au col, l'épée ceinte,

Qui était arrivé devant une charrette...

(A l'époque, on utilisait les charrettes

Comme l'on use du pilori de nos jours,

Et dans chaque bonne ville

Où, à l'heure actuelle, l'on en trouve plus de trois mille,

Il n'y avait alors qu'une seule,

Et celle-ci était commune,

Comme le sont aujourd'hui les piloris,

Aux traîtres et aux assassins,

Aux vaincus des combats judiciaires

Et aux voleurs qui se sont emparés

Des biens d'autrui en volant furtivement

Ou par la force sur les grands chemins:

Tout repris de justice était mis

Dans la charrette

Et mené par toutes les rues;

Ainsi se trouvait-il désormais hors toute loi,

Et n'était plus écouté à la cour,

Ni honoré ni reçu avec dignité.

C'est parce qu'à cette époque-là on jugeait

De la sorte les charrettes, comme des choses cruelles,

Que l'on entendit dire alors pour la première fois:

"Quant charrette verras et rencontreras,

Fais sur toi le signe de la croix et souviens-toi

De Dieu, pour que malheur ne t'arrive point.")

Le Chevalier, à pied et sans lance,

S'avance vers la charrette

Et voit sur les limons un nain

Qui, en bon charretier, tenait

Dans sa main une longue baguette.

Et le Chevalier dit au nain:

"Nain, fait-il, pour Dieu, dis-moi tout de suite

Si tu as vu par ici

Passer ma dame la reine."

Le nain perfide et de vile extraction

Ne voulut point lui en donner des nouvelles,

Mais se contenta de dire: "Si tu veux monter

Sur la charrette que je conduis,

D'ici demain tu pourras savoir

Ce qu'est devenue la reine."

Sur ce, il a maintenu sa marche en avant

Sans attendre l'autre l'espace d'un instant.

Le temps seulement de deux pas

Le Chevalier hésite à y monter.

Quel malheur qu'il ait hésité; qu'il eût honte de monter,

Au lieu de sauter sans tarder dans la charrette!

Cela lui causera des souffrances bien pénibles!

Mais Raison, qui s'oppose à Amour,

Lui dit de bien se garder de monter;

Elle l'exhorte et lui enjoint

De ne rien faire ni entreprendre

Qui puisse lui attirer honte ou reproche.

Ce n'est point dans le coeur mais plutôt sur les lèvres

Que réside Raison en osant lui dire pareille chose;

Mais Amour est dans le coeur enclos

Lorsqu'il lui ordonne et semonce

De monter sans délai dans la charrette.

Amour le veut, et le Chevalier y bondit,

Car la honte le laisse indifférent

Puisqu'Amour le commande et veut.

Et messire Gauvain se met à la poursuite

De la charrette en galopant,

Et lorsqu'il y trouve assis

Le Chevalier, il s'en étonne beaucoup;

Alors il dit au nain: "Instruis-moi

Au sujet de la reine, si tu sais le faire."

Le nain dit: "Si tu te détestes autant

Que ce Chevalier assis ici,

Monte avec lui, si cela te convient,

Et je t'emmènerai avec lui."

Quand messire Gauvain l'eut entendu,

Il jugea qu'accepter la proposition serait insensé

Et il dit qu'il n'y monterait point,

Qu'échanger son cheval contre la charrette

Serait un échange par trop infâme.

"Mais où que tu veuilles aller

J'irai là où tu iras."

Si bien qu'ils se mettent tous les trois en route,

L'un d'eux à cheval, les deux autres sur la charrette,

Et ensemble ils gardèrent le même chemin.

A l'heure des vêpres, ils atteignirent un château,

Et sachez que ce château

Etait fort puissant et beau.

Ils entrent tous les trois par une porte.

La vue du Chevalier que le nain transporte

Dans la charrette frappe les habitants d'étonnement,

Mais ils ne cherchent nullement à se renseigner davantage;

Tous se mettent à le conspuer,

Grands et petits, vieillards et enfants,

Par les rues, en poussant des huées;

Le Chevalier entendit ainsi dire

A son sujet de viles injures et des paroles de mépris.

Tous demandent: "A quel martyre

Ce Chevalier sera-t-il condamné?

Sera-t-il écorché vif ou pendu,

Noyé ou brûlé vif sur un bûcher d'épines?

Dis-le-nous, nain, dis, toi qui le traînes ainsi,

De quel forfait fut-il trouvé coupable?

L'a-t-on jugé pour vol? Serait-ce un assassin

Ou est-il le vaincu d'un combat judiciaire?"

Et le nain garde un silence absolu,

En ne répondant ni une chose ni l'autre.

Il conduit le Chevalier là où il sera hébergé,

Et Gauvain suit de près le nain

Qui se dirige vers une tour, laquelle, de plain-pied

Avec la ville, se trouvait à la limite de celle-ci.

Au-delà il y avait des prés,

Tandis qu'en face la tour s'élevait

Sur la cime d'un rocher gris,

Haut et taillé à pic.

Derrière la charrette, toujours à cheval,

Gauvain pénètre dans la tour.

Dans la salle, ils ont rencontré, élégamment mise,

Une demoiselle

Dont la beauté n'avait pas de rivale au pays;

Et ils voient s'approcher deux pucelles

Avec elle, gentes et belles.

Dès qu'elles virent

Messire Gauvain, elles lui firent

Un accueil joyeux et le saluèrent;

Et elles voulurent s'informer du Chevalier:

"Nain, quel crime ce Chevalier a-t-il commis

Que tu conduis là comme s'il était impotent?"

Il ne veut leur offrir aucune explication,

Mais se contente de faire descendre le Chevalier

De la charrette, et puis s'en va;

On ne sut point où il alla.

Et messire Gauvain descend de son cheval;

Alors des valets se présentent

Afin d'ôter leur armure aux deux chevaliers

Deux manteaux fourrés de petit-gris, qu'ils revêtirent,

Furent apportés sur ordre de la demoiselle

Quant ce fut l'heure du souper,

Les mets furent joliment présentés.

La demoiselle prit place à côté

De messire Gauvain pendant le repas.

Pour rien au monde ils n'eussent voulu renoncer

A cette hospitalité pour en chercher une meilleure,

Car de grands honneurs,

Ainsi que compagnie bonne et belle, leur furent rendus

Au cours de toute la soirée par la demoiselle.

Quand enfin leur veille eut suffisamment duré,

On leur prépara deux lits

Hauts et longs, au milieu de la salle;

Un troisième se trouvait tout près

Plus beau que les autres, et plus riche,

Car, comme le déclare le conte,

Il possédait tout le charme

Que l'on pût imaginer dans un lit.

Quand l'heure du coucher arriva,

La demoiselle prit par la main

Les deux hôtes qu'elle avait accepté d'héberger;

Elle leur montre les deux beaux lits longs et larges

Et dit: "C'est pour votre confort et repos

Que sont dressés ces deux lits que voilà, là-bas,

Mais dans celui qui se trouve de ce côté-ci,

Seul se couche celui qui l'a mérité;

Il ne fut pas fait pour votre agrément."

Le Chevalier lui répond immédiatement -

Celui qui était arrivé sur la charrette -

Qu'il n'éprouvait que dédain et mépris

Pour l'interdiction prononcée par la demoiselle:

"Dites-moi, fait-il, pour quelle raison

Ce lit nous est-il défendu?"

Elle répondit sans avoir à réfléchir,

Car elle avait déjà réfléchi à sa réponse:

"Ce n'est point vous, fait-elle, qui êtes désigné pour poser

Des questions ou pour vous enquérir de ces choses!

Honni est le Chevalier sur toute la terre,

Dès qu'il a monté dans une charrette,

Et il n'est pas juste qu'il se mêle

De ce que vous venez de me réclamer,

Et, en particulier, qu'il revendique de coucher dans ce lit:

Il pourrait bien vite avoir à s'en repentir.

On ne l'a point fait orner

Aussi richement afin que vous y dormiez.

Votre témérité risque de vous coûter bien cher,

S'il vous arrivait seulement de nourrir pareille idée.

- Vous verrez cela, fait-il, en temps voulu.

- Je le verrai? - A coup sûr. - Qu'on me le fasse voir!

- Je ne sais pas qui aura à payer l'écot,

Fait le Chevalier, par mon chef!

Qu'on s'en fâche ou qu'on s'en attriste,

Je compte me coucher dans ce lit-là

Et y prendre à loisir mon repos."

Dès qu'il eut enlevé ses chausses,

Dans le lit qui fut plus long et plus élevé

Que les deux autres d'une demi-aune,

Il s'étend sous une couverture

De brocart jaune étoilé d'or.

De petit-gris tout pelé n'était point faite

Sa doublure; elle était faite de zibeline.

Elle eût été parfaitement digne d'un roi,

La couverture sous laquelle il se mit;

Le lit ne fut point fait de chaume,

Ni de paille ni de vieilles nattes.

A minuit, des lattes du toit,

Fondit, comme la foudre, une lance,

Le fer en avant, qui menaça de coudre

Les flancs du Chevalier

A travers la couverture et les draps blancs,

Au lit, là où il était couché.

A la lance un pennon était fixé;

Il était tout enveloppé de flammes.

Le feu prit à la couverture,

Et aux draps et à l'ensemble du lit.

Et le fer de la lance effleure

Le Chevalier au côté

Si bien qu'il lui a un peu éraflé

La peau, mais sans le blesser vraiment.

Et le Chevalier s'est dressé,

Eteint le feu, saisit la lance

Et la jette au milieu de la salle.

Cela ne le fit pas quitter son lit;

Au contraire, il se recoucha et dormit

Avec le même sang-froid exactement

Qu'il avait montré la première fois.

Le lendemain, au lever du jour,

La demoiselle de la tour

Avait fait préparer pour eux la célébration de la messe,

Et elle les envoya réveiller et appeler.

Lorsqu'on leur eut chanté la messe,

Aux fenêtres qui donnaient sur la prairie

S'en vint le Chevalier pensif -

Celui qui s'était assis sur la charrette -

Et il regardait l'étendue des prés.

A la fenêtre voisine

Etait venue la demoiselle,

Et là a pu avec elle s'entretenir

Messire Gauvain, dans un coin,

Pendant un certain temps, mais j'ignore de quoi;

Je ne sais pas ce dont ils parlèrent.

Mais ils y restèrent, penchés à la fenêtre,

Assez pour voir, à travers les prés, le long de la rivière,

Une civière que l'on emportait;

Un chevalier y gisait, et, à côté,

Il y eut des cris de deuil perçants et désespérés

Que poussaient trois demoiselles.

Derrière la civière ils voient venir

Une escorte à la tête de laquelle se tenait

Un chevalier de grande taille qui emmenait

A sa gauche une belle dame.

Le Chevalier à la fenêtre

Reconnut que c'était la reine;

Il ne cesse un instant de la suivre du regard,

Plongé dans la contemplation et dans le ravissement,

Aussi longtemps qu'il le put.

Et lorsqu'il ne put plus la voir,

Il voulut se laisser tomber

Et précipiter son corps dans l'abîme;

Déjà il était à mi-corps hors de la fenêtre

Quant messire Gauvain le vit;

Il le tire en arrière et il lui dit:

"De grâce, sire, calmez-vous! Pour l'amour de Dieu,

Que plus jamais il ne vous revienne à l'esprit

De commettre pareille folie!

C'est bien à tort que vous haïssez votre vie.

- Non, fait la demoiselle, c'est au contraire à bon droit;

La nouvelle ne se serait-elle donc pas répandue

Partout de son forfait malheureux?

Puisqu'il s'est mis dans une charrette,

Il doit forcément souhaiter de mourir;

Mort il vaudrait davantage que vivant:

Sa vie est vouée désormais à la honte,

Au mépris et au malheur."

Là-dessus les chevaliers demandèrent leurs armures,

Et ils s'en revêtirent.

Et alors fit un geste de courtoisie et de prouesse

La demoiselle, et de largesse,

Quand, au Chevalier qu'elle avait tant

Raillé et harcelé,

Elle offrit un cheval et une lance,

En témoignage de charité et de sympathie.

Les chevaliers ont pris congé

En hommes courtois et bien élevés

De la demoiselle, et l'ont

Saluée avant de s'engager

Dans la direction où ils virent passer le cortège;

Mais ils quittèrent le château de telle sorte

Que personne n'eut l'occasion de leur adresser la parole.

Bien vite ils s'en vont par là

Où ils avaient vu la reine.

Ils n'ont pas rejoint la petite troupe,

Car elle avançait à bride abattue

Des prés, ils entrent dans un plessis

Où ils trouvent un chemin empierré;

Ils ont tant erré par la forêt

Qu'il pouvait bien être la première heure du jour,

Et alors, à un carrefour, ils ont

Trouvé une demoiselle,

Et l'ont tous les deux saluée;

Et chacun la supplie et la prie

De leur dire, si elle le sait,

Où l'on a emmené la reine.

Elle répond en personne sensée,

Et dit: "Je saurais bien vous diriger - si toutefois

Vous vous engagez à me faire certaines promesses

Et à les tenir - vers le bon chemin et la bonne voie,

Et vous nommer sa destination

Et le chevalier qui l'emmène;

Mais un gros effort incomberait:

A celui qui voudrait entrer dans cette terre!

Avant d'y parvenir, il souffrirait de cruelles épreuves."

Et messire Gauvain lui dit:

"Demoiselle, avec l'aide de Dieu,

Je vous promets, sans réserve aucune,

De mettre à votre service,

Dès qu'il vous plaira, tout mon pouvoir,

Mais dites-moi la vérité sur ce dont il s'agit."

Et celui qui fut dans la charrette

Ne dit pas qu'il lui promet d'agir

Selon toutes ses capacités; il annonce plutôt,

Comme celui qu'anoblit Amour

Ou rend puissant et hardi en tout lieu,

Que sans réserve et sans crainte

Il promet de faire tout ce qu'elle pourra désirer,

Et qu'il s'abandonne tout entier à sa volonté.

"Je dirai donc ce que vous cherchez à savoir", fait-elle.

Ainsi la demoiselle leur conte-t-elle:

"Par ma foi, seigneurs, Méléagant,

Un chevalier bien fort et grand,

Fils du roi de Gorre, l'a prise,

Et il l'a conduite au royaume

D'où nul étranger ne revient jamais,

Car il est malgré lui contraint à rester dans ce pays,

Dans la servitude et dans l'exil."

Ils lui demandent alors:

"Demoiselle, où est cette terre?

Où pourrons-nous en chercher le chemin?"

Celle-ci répond: "Vous le saurez bientôt,

Mais, sachez-le, l'accès que vous y aurez

Est bien difficile et terrifiant,

Car l'on n'y entre pas aisément

Si l'on ne possède pas l'autorisation du roi.

Celui-ci a pour nom le roi Bademagu.

On peut y accéder toutefois

Par deux voies également périlleuses

Et par deux passages également terrifiants.

L'un a pour nom le Pont dans l'Eau,

Parce que ce pont est submergé,

De sorte qu'il y a autant d'eau entre le fond

Et lui qu'entre lui et la surface,

Ni moins par ici ni plus par là:

Il est exactement au milieu;

Et il ne mesure qu'un pied et demi

De large et autant en épaisseur.

Il fait bien, celui qui refuse de goûter à ce mets-là!

Et c'est bien lui le moins dangereux;

Mais entre ces deux-là il y a beaucoup,

D'aventures que je passe sous silence.

L'autre pont est bien pire

Et, de loin, le plus dangereux;

Car il ne fut jamais franchi par aucun homme -

Il est tranchant comme une épée;

Et pour cela tous

L'appellent le Pont de l'Epée:

Je vous ai conté la vérité

Autant qu'il est en mon pouvoir de vous la dire."

Et ils lui demandent encore:

"Demoiselle, daignez

Nous montrer ces deux chemins."

Et la demoiselle répond:

"Voici le chemin qui mène droit au Pont

Dans l'Eau, et voilà celui qui va

Droit au Pont de l'Epée."

Et alors le Chevalier a dit -

Celui qui avait joué les charretiers:

"Sire, je vous accorde sans ambages le choix;

Prenez un de ces deux chemins,

Et cédez-moi l'autre sans conditions;

Prenez celui que vous préférez.

- Par ma foi, fait messire Gauvain,

Bien dangereux et pénibles

Sont à égalité les deux passages;

Un choix correct et sage ne m'est pas possible,

J'ignore lequel il me profitera le plus de prendre;

Mais il n'est pas juste que je demeure indécis

Quand vous m'avez proposé de choisir:

Je me consacre au Pont dans l'Eau.

- Il est donc juste que j'aille du côté

Du Pont de l'Epée, sans discussion,

Fait l'autre, et j'y consens volontiers."

Alors les trois prennent congé les uns des autres.

Et ils se sont recommandés mutuellement

Et de très bon coeur à Dieu.

Lorsqu'elle les voit s'en aller,

La demoiselle leur dit: "Chacun de vous doit

M'octroyer une récompense selon mon goût,

Dès l'instant que je voudrai la prendre;

Attention! ne l'oubliez point!

- Non, douce amie, nous ne l'oublierons pas,"

Font-ils tous les deux.

Chacun s'en va sur le chemin de son choix;

Et celui de la charrette reste plongé dans ses pensées

Tout comme une personne privée de force et de défense

Contre Amour qui le maintient sous sa juridiction;

Sa méditation est d'une intensité telle

Qu'il perd le sens de lui-même;

Il ne sait pas s'il existe ou s'il n'existe pas,

Il ne se rappelle pas son nom,

Il ne sait pas s'il est armé ou non,

Il ne sait pas où il va, ni d'où il vient;

Il ne se souvient de rien,

Hormis d'une seule chose, et, à cause d'elle,

Il a mis les autres choses en oubli;

Il pense tant à cette seule chose

Qu'il n'entend, ne voit ni ne comprend rien.

Et son cheval l'emporte à vive allure,

En n'empruntant jamais de mauvais chemin,

Mais toujours le meilleur et le plus direct;

Il s'empresse si habilement que par aventure,

Il l'a conduit dans une lande.

Dans cette lande, il y avait un gué

Sur l'autre rive duquel se trouvait, tout armé,

Un chevalier qui en assurait la garde;

Et celui-ci avait avec lui une demoiselle

Venue sur un palefroi.

Déjà l'heure de none avait sonné,

Pourtant, sans bouger et sans se lasser,

Le Chevalier reste enfermé dans sa méditation.

Le cheval voit la belle eau claire

Du gué - il avait très soif;

Il court à l'eau dès qu'il la voit.

Et celui qui fut sur l'autre bord

S'écrie: "Chevalier, je garde

Le gué, et je vous en défends la traversée."

Ce dernier ne l'entend ni ne l'écoute,

Car son penser ne le lui permet pas;

Toutefois, avec ardeur,

Le cheval s'élança à toute vitesse vers l'eau.

L'autre lui crie de se détourner.

Du gué, que ce sera prudent de sa part,

Car par là on ne trouve point de passage.

Et il jure sur le coeur qui bat dans sa poitrine

Qu'il le transpercera de sa lance s'il y met le pied.

Mais le Chevalier ne l'écoute point,

Et, pour la troisième fois, l'autre lui crie:

"Chevalier, n'entrez point dans le gué

Contre mon interdiction et contre ma volonté,

Car par mon chef je vous transpercerai de ma lance

Aussitôt que je vous verrai entrer dans le gué..."

Il pense toujours si fort qu'il ne l'entend pas,

Et soudain, le cheval

Saute dans l'eau, abandonnant le champ,

Et, en s'y adonnant à coeur joie, il commence à boire.

Et l'autre lui dit qu'il aura à le regretter:

Désormais aucun bouclier ne le protégera,

Ni le haubert qu'il a sur lui.

Alors il met son cheval au galop

Et, le poussant au galop le plus fort,

Il frappe au point de l'abattre,

Etendu à plat au milieu du gué,

Celui à qui il l'avait défendu,

Si bien que, d'un seul mouvement, s'envolèrent

Sa lance et le bouclier qu'il avait au cou.

Quand ce dernier se sent tout trempé, il sursaute;

Tout effaré, il se remet debout,

Exactement comme quelqu'un qui se réveille,

Et il entend, voit et, étonné, se demande

Qui pourrait bien être celui qui l'a frappé.

C'est alors qu'il a vu le chevalier;

Et il lui cria: "Vassal, pourquoi

M'avez-vous frappé, dites-le-moi,

Alors que je ne vous savais pas devant moi,

Et que je ne vous avais fait rien de mal?

- Par ma foi, si, fait l'autre, vous l'aviez bien fait;

Ne m'aviez-vous donc pas pris pour quelqu'un de méprisable

Lorsque je vous interdis la traversée du gué

A trois reprises, et vous l'annonçai

A grands cris, au plus fort que je pus?

Vous m'avez entendu vous défier

Au moins, fait-il, deux fois ou trois,

Et pourtant vous y êtes entré contre mon gré;

Je vous dis bien que je vous frapperais

Aussitôt que je vous verrais dans l'eau."

Le Chevalier répond alors:

"Maudit soit celui qui jamais vous entendit

Ou qui vous vit jamais, et que je le sois moi-même!

Il se peut bien que vous m'ayez interdit le gué,

Mais j'étais plongé dans mes pensées;

Vous sauriez bien à quel point vous fîtes mal

Si seulement par le frein, d'une main,

Je pouvais vous tenir."

Et l'autre répond: "Que se passerait-il donc?

Tu pourras me tenir tout de suite

Par le frein si tu oses m'y prendre.

Je n'accorde pas la valeur d'une bonne poignée de cendre

A ta menace ou à ton orgueil."

Et il répond: "Je ne cherche pas mieux:

Quoi qu'il en advienne,

Je voudrais déjà te tenir là où j'ai dit."

Le chevalier s'avance alors

Jusqu'au milieu du gué, et l'autre le saisit

Par la rêne de la main gauche,

Et de la main droite par la cuisse;

Il le tient, le tire et le serre

Tellement fort que l'autre se plaint

Qu'il lui semble effectivement

Qu'on lui arrache du corps la cuisse;

Et il le supplie de le laisser,

En disant: "Chevalier, s'il te plaît

Que nous nous combattions d'égal à égal,

Prends ton bouclier et ton cheval

Et ta lance, et joute avec moi."

L'autre répond: "Je ne le ferai point; par ma foi,

Car je pense que tu t'enfuiras

Aussitôt que je t'aurai relâché."

Quand il l'entendit, il en éprouva une grande honte,

Et il lui dit de nouveau: "Chevalier, monte

Sur ton cheval sans inquiétude,

Et je te garantis fidèlement

Que je ne me sauverai ni ne m'enfuirai.

Tu m'as dit une chose honteuse, cela me contrarie."

Et celui-là lui répond une fois de plus:

"Donne-moi d'abord l'assurance de ta bonne foi:

Je veux que tu me jures

Que tu ne t'enfuiras ni ne te sauveras,

Et que tu ne me toucheras pas

Ni que tu ne t'approcheras de moi

Avant de me voir à cheval;

J'aurai à ton égard fait preuve de grande bonté,

Vu que je te tiens en mon pouvoir, si je te relâche."

L'autre le lui jura, car il ne peut plus rien faire d'autre;

Et lorsqu'il reçut la garantie nécessaire,

Il prend son bouclier et sa lance

Qui flottaient au milieu du gué

En aval, au fil de l'eau,

Et se trouvaient déjà bien loin;

Puis il revient chercher son cheval.

Quant il l'eut pris et fut remonté en selle,

Il saisit le bouclier par les sangles

Et fixe la lance sur la matelassure de l'arçon,

Puis tous deux galopent l'un vers l'autre

Au plus fort qu'ils peuvent faire courir leurs chevaux.

Et celui qui dut défendre le gué

Attaque le premier son adversaire

Et le frappe si fort

Que sa lance d'un coup se met en pièces.

Et l'autre l'assène avec une telle violence qu'il l'envoie

Etendu au fond du gué

Si bien que l'eau se referme sur lui.

Ensuite il recule et descend de cheval,

Car il se jugeait fort capable

De confronter et de chasser devant lui cent hommes de cette espèce.

Du fourreau il tire son épée d'acier,

Et l'autre, en bondissant sur ses pieds, tire la sienne

Qui resplendissait, qui était bonne;

Et ils en viennent au corps à corps;

Les écus qui reluisent d'or,

Ils les tendent devant eux, et ils s'en couvrent;

Ils font si bien travailler leurs épées

Que celles-ci ne s'arrêtent ni ne reposent jamais;

Ils osent se donner des coups terribles,

Au point même que la bataille, en durant aussi longtemps,

Fait naître un sentiment de honte très grande dans le coeur

Du Chevalier de la Charrette,

Et il dit qu'il risque de rembourser bien mal

La dette contractée lorsqu'il s'est engagé sur ce chemin,

Vu qu'il a mis si longtemps

Pour venir à bout d'un seul chevalier.

S'il eût trouvé encore hier, en quelque vallon,

Une centaine d'hommes pareils, il ne croit ni ne pense

Qu'ils eussent pu se défendre contre lui,

Et il se sent bien triste et irrité

En voyant sa valeur tellement diminuée

Qu'il perd ses coups et gaspille sa journée.

Alors, il fonce sur l'autre et le presse

Si fort que celui-ci lui abandonne la partie et s'enfuit;

Le gué - chose qui le contrarie beaucoup -

Et le passage, il les lui octroie.

Et ce dernier le pourchasse sans relâche

Jusqu'à ce qu'il tombe sur ses mains;

Alors, celui de la charrette le rattrape

Et jure par toutes les choses visibles

Qu'il avait très mal agi en le faisant tomber dans le gué,

Et en coupant court de la sorte à sa méditation.

La demoiselle qu'avec lui

Le chevalier avait amenée

Entend et écoute ces menaces;

Elle a très peur, et elle le supplie,

Par égard pour elle, de le libérer, de ne pas le tuer;

Et il dit que sans faute il le tuera,

Que, pour elle, il ne lui est pas possible d'avoir pitié

De quelqu'un qui lui a fait subir un affront aussi honteux.

Il avance donc jusqu'à lui, l'épée toute prête;

Et, épouvanté, l'autre dit:

"Pour Dieu et pour moi, accordez-lui

La grâce qu'elle implore et que je vous demande moi aussi."

Et il répond: "Que Dieu en soit témoin,

Jamais nul ne se comporta à mon égard si méchamment

Que, s'il invoquait Dieu en me demandant grâce,

Pour Dieu, et comme il est juste,

Je refusasse de la lui accorder une seule et unique fois.

J'aurais donc pitié aussi de toi,

Car je ne dois pas te la dénier,

Puisque tu me l'as demandée;

Mais c'est à la condition que tu t'engages,

Là où je voudrai, à te constituer

Prisonnier, quand je t'en donnerai l'ordre."

L'autre donna sa parole, son chagrin reste bien fort.

De nouveau la demoiselle

Dit: "Chevalier noble et généreux,

Puisqu'il t'a demandé grâce

Et tu la lui as octroyée,

Si tu dois jamais libérer un prisonnier,

Libère ce prisonnier-ci;

Laisse-le-moi franc de toute servitude de prison,

Et je te promets, en temps opportun,

Une récompense toute faite pour te plaire

Que je t'offrirai, dans la mesure de mes moyens."

Alors il la reconnut

Par les paroles qu'elle avait dites;

Et il lui remet, libéré, le prisonnier,

Et elle en éprouve honte et détresse,

Car elle pensa qu'il l'avait reconnue -

Chose qu'elle ne souhaitait point.

Et il les quitte sur-le-champ,

Et tous deux, ils le recommandent

A Dieu en lui demandant congé.

Il le leur donne, puis il s'en va

Jusqu'à l'heure des vêpres quand il rencontra

Une demoiselle qui venait vers lui,

Très belle et très charmante,

Fort élégante et bien mise.

La demoiselle le salue

Comme une personne bien rangée et bien élevée,

Et il répond: "Que Dieu vous donne,

Demoiselle, santé et bonheur!"

Puis elle lui dit: "Sire, ma demeure,

Près d'ici, est prête pour vous recevoir,

Si vous voulez bien en profiter;

Mais vous vous y hébergerez à condition

Seulement que vous vous couchiez avec moi;

Je vous l'offre et présente sous cette réserve."

Nombreux sont ceux qui, pour ce cadeau-là,

Lui eussent rendu cinq cents mercis,

Mais lui s'en affligea,

Et a vite fait de lui répondre:

"Demoiselle, de votre hospitalité

Je vous remercie, car elle m'est précieuse,

Mais, s'il vous plaisait, quant au coucher,

Je m'en passerais fort bien.

- Dans ce cas, je ne ferai rien pour vous,

Fait la demoiselle, par mes yeux."

Et lui, voyant qu'il ne saurait obtenir mieux,

Lui octroie tout ce qu'elle veut;

De cet octroi il a le coeur désolé,

Mais alors qu'à présent cela le blesse seulement,

Au moment du coucher il éprouvera une accablante détresse;

Tourment et peine attendront

La demoiselle qui l'emmène:

Peut-être l'aime-t-elle tant

Qu'elle ne voudra point lui rendre sa liberté.

Comme il lui avait accordé

Son plaisir et sa volonté,

Elle le conduit dans une enceinte fortifiée

Dont la beauté n'avait de rivale d'ici en Thessalie,

Car elle était complètement entourée

De murs élevés et d'eau bien profonde;

A l'intérieur, il n'y avait aucun homme

Hormis celui qu'elle y conduisait.

Elle y avait fait faire pour loger

Bon nombre de belles chambres

Et une vaste et riche salle.

En chevauchant le long d'une rivière,

Ils parviennent à cette demeure,

Et afin de leur livrer passage, on avait

Abaissé un pont-levis:

Ayant franchi le pont, ils sont entrés à l'intérieur.

Ils ont bien trouvé la salle ouverte,

Avec sa toiture couverte de tuiles:

Par la porte qu'ils ont trouvée ouverte

Ils y pénètrent, et voient

Une table couverte d'une nappe longue et large;

Et l'on y avait apporté

Les mets, et disposé les chandelles

Toutes allumées dans leurs chandeliers,

Et des hanaps en argent doré,

Et deux pots, l'un rempli de vin de mûre

Et l'autre d'un vin blanc bien généreux.

Tout près de la table, au bout d'un banc,

Ils trouvèrent deux bassins tout pleins

D'eau chaude pour se laver les mains;

Et de l'autre côté ils ont trouvé

Une serviette belle et blanche,

De tissu de qualité, pour s'essuyer les mains.

Là ils n'aperçurent

Ni valet, ni serveur, ni écuyer.

Le Chevalier ôte son écu

De son cou et le pend

A un croc; il prend sa lance

Et la place en haut d'un porte-lance.

Il saute vite de son cheval

Et la demoiselle du sien.

Le Chevalier fut fort content

Qu'elle ne voulût pas attendre

Qu'il l'aidât à descendre.

Sitôt descendue,

Sans attendre ni demeurer,

Elle court à une chambre;

Elle apporte un manteau court d'écarlate

Afin d'en vêtir le Chevalier.

La salle n'était point obscure,

Pourtant déjà les étoiles luisaient,

Mais il y avait là, allumées,

Tant de grosses chandelles torses

Que la clarté était grande.

Quand elle eut attaché à son cou

Le manteau, elle lui dit: "Ami,

Voici l'eau et la serviette:

Personne ne vous l'offre et présente,

Car ici vous ne voyez que moi.

Lavez vos mains et asseyez-vous

Dès qu'il vous plaira:

Comme vous pouvez le voir,

L'heure du repas est venue."

Le Chevalier lave ses mains et va s'asseoir

Fort volontiers,

Et la demoiselle s'assied près de lui.

Ils mangent et boivent tous deux,

Tant que leur repas fut terminé.

Quant ils se furent levés de table,

La demoiselle dit au Chevalier:

"Messire, allez là-dehors passer le temps,

Mais que cela ne vous ennuie,

Car vous n'avez qu'à attendre

Le moment que vous penserez

Que je pourrai être couchée.

Que rien donc ne vous déplaise d'ici là,

Car le moment voulu vous me rejoindrez

Afin de tenir votre promesse."

Et celui-ci lui répond: "Je la tiendrai,

Et retournerai

Lorsque je croirai le moment venu."

Il sort alors et reste dehors

Longtemps dans la cour,

Tant qu'il se sent obligé de rentrer;

Soucieux de tenir sa promesse

Il retourne dans la salle,

Mais celle qui se dit son amie

Ne s'y trouve point.

Quand il ne la voit pas,

Il dit: "Où qu'elle soit,

Je vais la chercher et la retrouver."

Sans tarder davantage, le Chevalier,

Lié par sa promesse, cherche la demoiselle.

Il pénètre dans une chambre d'où il entend

Une jeune femme qui poussait des cris déchirants,

Et c'était celle même

Avec qui il avait promis de coucher.

Voyant ouverte la porte

D'une chambre voisine, il s'en approche

Et aperçoit dans l'autre pièce

La demoiselle. Un chevalier l'avait renversée

En travers d'un lit,

La robe retroussée très haut.

Croyant fermement

Que son hôte viendrait à son secours,

Elle criait bien fort: "Aide-moi, aide-moi,

Chevalier, toi qui es mon invité!

Si tu ne me débarrasses de cet individu,

Je ne trouverai personne pour le faire;

Si tu ne me secours au plus tôt,

Il va me violer devant tes yeux.

Tu dois te coucher avec moi,

Selon ta promesse;

Va-t-il donc faire sa volonté

De moi, en ta présence?

Noble Chevalier, agis donc,

Secours-moi à l'instant!"

Lui, il voit que le truand

Maintenait la demoiselle

Retroussée jusqu'au nombril.

Il est indigné d'être témoin

De ce contact de chair contre chair,

Mais il n'en éprouve nulle jalousie

Ni l'émotion d'un mari trompé.

Mais deux chevaliers armés

Gardaient la porte,

L'épée à la main.

Derrière eux se dressaient quatre sergents,

Dont chacun tenait une hache

Capable de trancher en deux

Une vache à travers l'échine

Aussi aisément que la racine

D'un genévrier ou d'un genêt.

Le Chevalier s'arrête devant la porte

Et se dit: "Dieu! que pourrai-je faire?

Je suis parti à la recherche de la reine Guenièvre,

Une affaire d'une extrême importance.

Ce n'est pas le moment d'avoir peur,

Quand pour elle j'ai entrepris une telle quête.

Si Lâcheté me prête son coeur

Et si je me laisse dominer par elle,

Je n'atteindrai jamais mon but.

Je suis honni si je m'arrête;

Mais quand je parle de ne pas avancer,

Je suis plein de mépris pour moi-même.

Une grande tristesse m'envahit,

Et j'éprouve honte et souffrance,

Au point que je voudrais mourir

Quand je me suis tant attardé.

Que Dieu jamais ne me pardonne,

Si l'orgueil me fait parler

Quand je dis préférer périr

Honorablement à vivre honteusement.

Si j'avais la voie libre,

Et si ces six adversaires me permettaient

De passer sans résistance,

Où serait mon mérite?

Dans ce cas, l'homme le plus lâche du monde

Entrerait par la porte, j'en suis certain;

Et j'entends cette malheureuse

Qui réclame sans arrêt mon aide

Et me rappelle ma promesse

Et me fait honte par ses reproches."

Il s'approche alors de la porte,

Avance à l'intérieur sa tête,

Et levant les yeux vers le plafond,

Il aperçoit deux épées qui descendent sur lui.

Il retire vivement sa tête,

Et les deux chevaliers ne purent retenir leurs coups.

Ils ont abattu les épées

Si violemment contre le sol

Qu'elles éclatèrent en morceaux.

Quand le Chevalier voit qu'elles sont brisées,

Il attache moins d'importance aux haches,

Qui lui semblent bien moins redoutables.

Il se lance parmi les sergents,

En en frappant l'un du coude et un autre de même.

Les deux plus proches de lui,

Il les heurte des coudes et des bras,

Si bien qu'il les projette contre terre;

Le troisième ne l'atteint pas,

Mais le quatrième

Lui tranche son manteau,

Déchire sa chemise et sa chair,

Le blesse à l'épaule,

Assez pour que le sang coule.

Mais il ne ralentit pas ses efforts,

Et ne se plaint pas de sa blessure.

Au contraire, il allonge le pas

Et attrape par les tempes

Celui qui malmenait son hôtesse.

Il entend s'acquitter de sa promesse

Avant de s'en aller.

Qu'il le veuille ou non, il redresse l'agresseur;

Et le sergent qui avait manqué son coup

Revient à la charge au plus tôt

Et lève sa hache de nouveau:

Il pense lui fendre la tête

De son arme jusqu'aux dents.

Celui qui bien savait se défendre

Se sert du chevalier agresseur comme d'un bouclier,

Et le sergent le frappe de sa hache

Là où l'épaule rejoint le cou,

Les séparant l'un de l'autre,

Et le Chevalier lui arrache

La hache des mains,

Mais relâche le blessé,

Car il lui fallait se défendre

Contre les deux chevaliers de la porte

Et trois porteurs de hache:

Tous les cinq l'attaquent férocement.

Lui saute d'un bond

Entre le lit et la paroi

Et s'écrie: "Allez-y, attaquez-moi!

Vous seriez trente et plus,

Dès que je suis ainsi protégé,

Vous aurez de quoi combattre,

Ne croyez pas me lasser."

Et la demoiselle, qui le regarde faire,

Annonce: "Par mes yeux! ne craignez plus rien,

En ma compagnie."

Sur-le-champ elle renvoie

Chevaliers et sergents.

Eux s'en vont de là

Sans s'arrêter et sans dire mot.

Et la demoiselle reprend:

"Messire, vous m'avez bien défendue

Contre les gens de ma maison.

Venez-vous-en maintenant, je vous emmène."

Ils s'en vont dans la salle, se tenant par la main.

Mais cela ne plaisait guère au Chevalier,

Qui se serait fort bien passé d'elle.

Un lit était dressé dans la salle,

Dont les draps étaient bien propres,

Blancs, amples et doux au toucher.

Le matelas n'était ni bourré de paille hachée,

Ni d'un contact rugueux.

Comme couverture on avait étendu sur la couche

Deux étoffes de soie à ramages.

La demoiselle se couche,

Mais sans retirer sa chemise.

Le Chevalier comme au ralenti

Se déchausse et met ses jambes à nu.

Il transpire abondamment.

Cependant, la parole donnée

L'emporte sur son anxiété.

Est-ce donc force majeure? Tout comme.

Il se trouve forcé

De se mettre au lit avec la demoiselle.

Parole donnée l'y pousse et convie.

Il se couche lentement,

Mais il ne retire pas sa chemise,

Pas plus qu'elle n'avait fait.

Il prend bien soin de ne pas la toucher,

Mais il s'écarte d'elle et, couché sur le dos,

Il garde le silence à l'instar

D'un frère convers à qui la parole est défendue,

Lorsqu'il est allongé sur son grabat;

Il ne tourne pas davantage ses regards

Vers elle ou ailleurs.

Il se trouve incapable de lui faire bon visage.

Pourquoi donc? Parce que son coeur s'y refuse,

Bien qu'elle fût belle et charmante.

Ce qui enchante tout un chacun,

Il ne le désire aucunement.

Le Chevalier n'a qu'un coeur,

Et même celui-là ne lui appartient plus,

Mais il l'a confié à autrui,

De sorte qu'il n'en dispose plus.

Amour, qui gouverne tous les coeurs,

Immobilise le sien en un seul lieu.

Tous les coeurs? Non, seulement ceux qu'Amour estime.

Et celui que cette déesse daigne régenter

S'en doit estimer davantage.

Amour prisait le coeur du Chevalier

Au-dessus de tous les autres.

Et lui donnait une telle fermeté de propos

Que je me refuse à le blâmer.

S'il évite de faire ce qu'elle lui défend

Et se dirige dans la direction qu'elle désire.

La demoiselle voit bien et comprend

Que le Chevalier hait sa compagnie

Et s'en passerait volontiers,

Et qu'il ne va rien lui demander,

Puisqu'il ne cherche pas à mettre la main sur elle.

Elle lui dit alors: "Messire,

Ne vous fâchez pas si je vous quitte.

J'irai me coucher dans ma chambre,

Ce qui vous mettra à l'aise.

Je ne crois pas que ma compagnie

Et ma conversation vous plaisent.

Ne m'accusez pas d'impolitesse

Si je vous parle franchement.

Reposez-vous bien le reste de cette nuit,

car vous m'avez si bien tenu parole

Que je ne puis rien

Vous réclamer de plus

Que Dieu vous ait en sa garde!

Je vous quitte." Alors elle se lève;

Le Chevalier ne ressent aucune tristesse,

Mais la laisse partir très volontiers,

Comme quelqu'un qui est entièrement attaché

A une autre qu'elle. La demoiselle s'en aperçoit bien

Et le constate;

Elle pénètre dans sa chambre

Et se couche toute nue,

Tout en se disant:

"Depuis le moment où j'ai eu affaire

A des chevaliers, je n'en connus aucun à part celui-ci

Qui fût digne de mon estime, à part celui-ci,

Et valût le tiers d'un denier angevin.

En effet, je crois deviner

Qu'il se propose un but plus difficile

Et plus périlleux

Qu'aucun autre chevalier n'ait osé envisager,

Et Dieu permette qu'il en vienne à bout!"

Alors elle ferma les yeux et dormit

Jusqu'au lever du jour.

Dès l'aurore

La demoiselle s'éveille et se lève.

Le Chevalier, lui aussi, ouvre les yeux,

S'occupe de sa toilette

Et s'arme sans attendre l'aide d'un écuyer.

Son hôtesse le rejoint

Et voit qu'il est déjà équipé.

"Je vous souhaite le bonjour,"

Fait-elle, quand elle l'aborde.

"Demoiselle, je vous le souhaite également,"

Répond le Chevalier de son côté.

Il déclare qu'il est bien temps

Que l'on sorte son cheval de l'écurie.

La demoiselle le lui fait amener

Et dit: "Messire, je m'en irais

Avec vous un bon bout de chemin,

Si vous osiez m'emmener

Et m'escorter

Selon les us et coutumes

Qui furent établis bien avant nous

Au royaume de Logres."

(Les coutumes et franchises

Portaient en ce temps-là

Qu'une demoiselle ou une jeune fille,

Trouvée sans compagnon par un chevalier,

Devait être respectée par lui,

S'il tenait à conserver sa réputation;

Autrement, il eût mieux fait de se trancher la gorge,

Car s'il lui faisait violence,

Pour toujours il était banni de tout cour.

Mais si la demoiselle était accompagnée, un chevalier

Autre que son compagnon, si l'envie l'en prenait,

Pouvait la lui disputer:

Si à main armée il l'avait conquise,

Il pouvait en faire sa volonté

Sans encourir blâme ni déshonneur.)

Voilà pourquoi la demoiselle dit

Que, si le Chevalier osait et voulait

L'escorter, selon cette coutume,

De sorte que nul ne pût lui nuire,

Elle s'en irait avec lui.

Il répondit: "Nul ne vous fera

De mal, je vous assure,

Avant de me malmener, moi.

- Alors, fait-elle, je pars avec vous."

Elle fait seller son palefroi:

On obéit sans délai à son ordre;

Le palefroi fut sorti pour elle,

On sortit également le cheval du Chevalier.

Sans l'aide d'un écuyer, ils montent tous deux

Et s'en vont à vive allure.

Elle s'adresse à lui, mais il n'a cure

De tout ce qu'elle veut lui dire.

Il ne l'écoute pas:

Penser lui plaît, parler l'ennuie.

Amour bien souvent lui rouvre

La plaie que cette déesse lui a infligée.

Il n'applique aucun emplâtre sur sa blessure

Dans le but de la guérir,

Car le Chevalier ne désire ni ne veut

Recourir à remède ni à médecin,

A moins que sa plaie n'empire;

Mais il y a une dame qu'il consulterait volontiers.

Les deux voyageurs chevauchèrent

Sans dévier de leur route,

Et arrivèrent enfin non loin d'une fontaine.

La fontaine jaillissait au milieu d'un pré,

Un bloc de pierre se trouvait tout près.

Sur celui-ci je ne sais qui

Avait oublié

Un peigne en ivoire doré.

Depuis le temps d'Ysoré,

Nul, sage ni fou, n'en vit de si beau.

Celle qui s'était peignée avec

Avait laissé aux dents du peigne

Bien une demi-poignée de ses cheveux.

Quand la demoiselle aperçoit

La fontaine et voit le bloc de pierre,

Elle ne tient pas à ce que Chevalier les voie,

Et prend un autre chemin.

Celui qui se délecte et repaît

De pensers qui lui plaisent

Ne remarque pas immédiatement

Que la demoiselle le fait sortir de sa route;

Mais dès qu'il s'en aperçoit,

Il craint d'être victime de quelque ruse de sa part,

Car il croit qu'elle s'écarte

Et sort du bon chemin

Pour éviter quelque péril.

"Holà! demoiselle, fait-il,

Vous vous trompez de chemin, venez par ici!

Je ne pense pas qu'on prenne la bonne direction

En s'écartant de ce chemin-ci.

- Messire, nous avancerons mieux par là,

Fait la demoiselle, j'en suis sûre."

Et lui répond: "Je ne suis pas sûr

De ce que vous pouvez penser, demoiselle,

Mais vous voyez bien

Que nous sommes sur le bon chemin, le chemin battu.

Du moment que je m'y suis engagé,

Je ne vais pas prendre une autre direction.

S'il vous plaît, venez par ici,

Car je ne changerai pas de route."

Alors ils continuent leur chemin

Jusqu'au bloc de pierre, et ils voient le peigne.

"Certes, autant qu'il m'en souvienne,

Fait le Chevalier, jamais je ne vis

De peigne aussi beau que celui que je vois ici.

- Donnez-le-moi, dit-elle.

- Volontiers, demoiselle," dit-il

Et alors il se penche et le ramasse.

Lorsqu'il l'eut en main; très longuement

Il le regarde et contemple les cheveux,

Et elle commence à sourire.

Quand il la voit sourire, il lui demande

De lui dire pourquoi elle a souri.

La demoiselle répond: "N'insistez pas,

Je n'ai pas l'intention pour l'instant de vous le dire.

- Pourquoi pas? fait-il - Je n'y tiens pas."

Et quand le Chevalier l'entend, il la conjure

En homme certain

Qu'un ami doit répondre aux questions d'une amie,

Et une amie à celles d'un ami.

"S'il existe quelqu'un que vous aimez de tout coeur,

Demoiselle, au nom de cette personne,

Je vous requiers, conjure et prie

De ne plus garder le silence.

- Certes, votre requête est des plus pressantes,

Fait-elle, je me résous donc à vous répondre.

Je ne vous mentirai en rien.

Ce peigne, si jamais je fus bien renseignée,

Appartint à la reine, ça j'en suis sûre.

Croyez-moi quand je vous assure

Que les cheveux que vous voyez

Si beaux, si blonds, si étincelants,

Qui restent accrochés aux dents du peigne,

Viennent de la chevelure de la reine:

Ils ne poussèrent dans nul autre pré."

Et le Chevalier dit: "Certes,

Il y a bien des reines et bien des rois;

Mais de quelle reine voulez-vous parler?"

Et la demoiselle lui dit: "Messire,

Il s'agit de la femme du roi Artur."

Quand son interlocuteur l'entendit,

Il fut pris de faiblesse

Et dut s'appuyer

Sur l'arçon de sa selle.

Et lorsque la demoiselle le vit,

Elle fut remplie d'étonnement,

Et pensa qu'il allait tomber de cheval.

Si elle eut peur, ne l'en blâmez pas,

Car elle crut qu'il perdait connaissance.

Et quand tout est dit,

Il s'en fallait de bien peu qu'il ne s'évanouît,

Car il ressentait au coeur une douleur

Si grande que parole et couleur

Lui furent dérobées pendant un bon moment.

La demoiselle saute à bas de sa monture

Et court tant qu'elle peut

Pour lui porter secours,

Car elle ne tenait pour rien au monde

A le voir tomber à terre.

Quand le Chevalier la vit venir, il eut honte

Et lui dit: "Pour quelle raison

Venez-vous près de moi?"

Ne croyez pas que la demoiselle

Lui avoue la vraie raison:

Il en aurait rougi de honte

Et aurait été blessé au vif,

Si elle lui avait dit la vérité;

Elle s'est donc bien gardée de la révéler,

Et répondit avec beaucoup de tact:

"Messire, je suis venue chercher le peigne,

Pour cela je suis descendue à terre;

Je suis si désireuse de l'avoir en main,

Que je n'ai pu attendre davantage."

Le Chevalier, qui veut bien qu'elle ait le peigne,

Le lui donne, mais pas avant d'en avoir retiré les cheveux

Si doucement qu'il n'en rompt aucun.

Jamais yeux ne verront

Honorer un objet

Comme il se met à révérer les cheveux;

Bien cent mille fois il les applique

Contre ses yeux, contre sa bouche,

Contre son front et son visage:

Leur contact le plonge dans l'extase.

Les cheveux de la reine sont pour lui bonheur et richesse:

Sur sa poitrine, près du coeur, il les place

Entre chemise et chair.

Il ne les aurait pas échangés contre un chariot

Chargé d'émeraudes et d'escarboucles.

Il ne pense pas que les ulcères

Ou tout autre mal puissent désormais l'atteindre;

Il dédaigne maintenant le diamargareton,

La pleüriche, la thériaque

Et les prières à saint Martin et saint Jacques,

Car en ces cheveux il a tant confiance

Qu'il n'a besoin d'autre aide.

Mais au juste, quel est l'attrait des cheveux?

On me tiendra pour un menteur ou pour un fou

Si je dis la vérité:

Quand la foire du Lendit bat son plein

Et qu'il y a le plus de marchandises,

Le Chevalier refuserait le tout,

C'est certain, en échange

De la découverte des cheveux.

Et si vous voulez que je vous explique pourquoi,

De l'or cent mille fois raffiné

Et puis autant de fois refondu

Paraîtrait aussi peu brillant que la nuit

Par rapport au plus beau jour

Que nous ayons eu de tout cet été

A qui verrait un tel or

Et voudrait le comparer aux cheveux de la reine.

Mais à quoi bon m'attarder davantage là-dessus?

La demoiselle remonte prestement en selle

Avec le peigne qu'elle emporte,

Et le Chevalier se réjouit

Des cheveux pressés contre sa poitrine.

Après la plaine ils arrivent à une forêt

Où ils suivent une allée

Qui devient de plus en plus étroite,

Au point qu'ils doivent chevaucher l'un après l'autre,

Car il était impossible d'y mener

Deux chevaux de front.

La demoiselle s'en va tout droit

Devant son invité de la veille.

Là où l'allée s'était le plus rétrécie

Ils voient venir un chevalier.

La demoiselle aussitôt,

De si loin qu'elle le vit,

L'a reconnu et dit à son compagnon:

"Sire Chevalier, voyez-vous,

Celui qui vient vers nous

Tout armé et prêt à combattre?

Il pense m'emmener d'ici sur l'heure.

Sans résistance de votre part.

Je suis certaine que telle est son idée.

Il est amoureux de moi en fou qu'il est:

Lui-même, ou par ses messagers,

Depuis très longtemps me prie de l'aimer,

Mais je ne lui accorderai pas mon amour,

Car pour rien au monde je ne pourrais l'aimer.

Que Dieu me soit en aide, je préfère me tuer

Plutôt que de répondre à son amour.

Je sais qu'il ressent en ce moment

Une joie qui le comble d'aise,

Comme si déjà il m'avait en sa possession.

Mais je vais voir ce que vous allez faire;

Maintenant vous allez me montrer si vous êtes brave,

Maintenant je verrai clairement

Si vous saurez me protéger,

Si vous êtes digne d'être mon gardien.

Dans l'affirmative, je dirai sans avoir à mentir.

Que vous êtes un preux, un chevalier de grande valeur."

Et lui répond: "Allez, allez donc!"

Ces mots ont le même sens pour lui

Que s'il avait dit: "Peu m'importe,

Vous avez tort de vous inquiéter

Et de dire ce que vous venez de débiter."

Pendant qu'ils discouraient,

Le chevalier qui venait seul vers eux

S'approchait rapidement.

S'il se hâtait

C'est qu'il croyait

Avoir une excellente raison de se presser,

Car il se tient pour fortuné

Quand il voit l'être qu'il aime le plus.

Dès qu'il s'est suffisamment approché,

Il la salue de tout coeur

Et dit: "Celle que je désire le plus,

Dont j'ai le moins de plaisir et le plus de souffrance,

Soit la bienvenue, d'où qu'elle vienne!"

Ce serait manquer aux bienséances

Si la demoiselle se montrait si avare de mots

Qu'elle ne rendît son salut au soupirant,

Au moins du bout des lèvres.

Lui est ravi

De ce salut de la demoiselle

Qui n'a pas sali sa bouche

Et qui ne lui a rien coûté.

Et le soupirant, s'il avait fini à l'instant

De triompher de ses adversaires dans un tournoi,

N'aurait pas eu autant d'estime pour lui-même;

Il ne penserait pas avoir conquis

Autant d'honneur ou de considération.

Sa confiance en lui-même s'étant encore accrue,

Il empoigne le frein du palefroi

Et dit: "Je vais vous emmener avec moi.

Ha! j'ai bien mené ma barque,

Puisque me voilà arrivé à bon port.

Maintenant me voilà débarrassé de ma guigne.

De péril en mer je suis parvenu au rivage,

De grande souffrance à joie,

De maladie à pleine santé.

Maintenant j'ai tout ce que je désire,

Quand je vous retrouve en une situation telle

Que je puis vous emmener avec moi

Sans encourir de honte."

La demoiselle répondit: "Vous parlez en pure perte,

Car je suis escortée par le Chevalier que voilà.

- Certes, c'est piètre escorte,

Puisque je vous emmène avec moi.

Je pense que votre Chevalier

Aurait plus tôt fait de manger un muid de sel

Que de vous défendre contre moi;

Je suis sûr qu'il n'y a pas de chevalier

Qui puisse vous défendre contre moi.

Et quand je vous retrouve si à-propos,

Je vous emmènerai à sa barbe,

Qu'il lui en cuise ou non,

Et même s'il vous défend de son mieux."

Le Chevalier reste calme

En dépit de ce qu'il s'entend dire,

Et sans sarcasmes et sans rodomontade,

Il prend le parti de la demoiselle.

"Messire, dit-il, pas si vite!

Ne proférez pas de vaines paroles;

Mais montrez plus de mesure en ce que vous dites.

Vos droits seront respectés

A condition que vous en ayez.

C'est sous ma protection, j'entends que vous le sachiez,

Que la demoiselle est venue en ces lieux.

Laissez-la tranquille, vous l'avez trop retenue.

Pour l'instant elle n'a rien à craindre de vous."

Et l'autre proclame qu'il se laisserait brûler à petit feu

Plutôt que de ne pas emmener la jeune femme.

Le Chevalier dit alors: "J'aurais bien tort

De vous permettre de l'emmener.

Je suis prêt à vous combattre, sachez-le,

Mais si nous voulons vraiment

Combattre l'un contre l'autre, nous ne pourrions

Le faire dans cet étroit chemin.

Mais poussons jusqu'à quelque route,

Quelque pré ou quelque lande."

Le soupirant répond qu'il ne demande pas mieux,

Disant: "Certes, je suis d'accord:

Vous n'avez pas tort,

Car ce chemin est trop étroit;

Mon cheval est si mal à l'aise

Que je crains qu'il ne se brise la cuisse

Quand je tâcherai de lui faire faire demi-tour."

Il y parvient à grand-peine

Et sans blesser son cheval,

Ni lui infliger de mal.

"Certes, dit-il, je regrette vivement.

Que nous ne nous soyons rencontrés

En un lieu plus dégagé et devant des spectateurs;

J'aurais aimé que l'on eût vu

Lequel de nous deux aurait frappé les plus beaux coups.

Venez donc, allons chercher un tel lieu:

Nous trouverons près d'ici un terrain

Etendu, libre d'obstacles."

Ils s'en vont jusqu'à une prairie.

En celle-ci se trouvaient des jeunes filles,

Des chevaliers et des demoiselles

Qui jouaient à plusieurs jeux,

Car le lieu était beau et y conviait.

Les uns jouaient à des jeux sérieux,

Au trictrac, aux échecs,

Aux dés, au double-six,

Egalement à la mine.

A de tels jeux le plus grand nombre jouaient;

Les autres s'amusaient

Comme font les très jeunes

A danser des rondes,

A chanter, à sauter,

A gambader et à lutter.

Un chevalier d'un certain âge

Se trouvait de l'autre côté du pré,

Assis sur un cheval d'Espagne jaune-brun

Dont le harnais et la selle étaient dorés;

Lui était grisonnant.

Il avait une main au côté

Pour se donner une apparence désinvolte;

A cause du beau temps il était en chemise.

Il regardait les joueurs et les danseurs,

Un manteau court sur les épaules,

D'étoffe fine ornée d'authentique petit-gris.

Pas loin de lui, le long d'un sentier,

Plus de vingt hommes armés

Se tenaient sur leurs chevaux irlandais

Aussitôt que parurent les trois survenants,

Joueurs et danseurs cessèrent jeux et ébats,

Criant à haute voix à travers la prairie:

"Regardez, regardez le Chevalier

Qui fut voituré en charrette!

Que nul d'entre nous ne songe

A jouer tant qu'il sera présent.

Maudit soit qui cherche à jouer,

Et maudit qui s'avisera

De jouer tant qu'il sera ici."

Cependant voilà que vint se camper

Devant le vieux chevalier son fils -

Celui qui aimait la demoiselle

Et qui déjà l'appelait sienne.

"Messire, dit-il, je suis rempli de joie,

Et qui veut savoir pourquoi, qu'il m'écoute:

Dieu vient de m'accorder la personne

Que j'ai toujours désirée le plus;

S'il m'avait donné une couronne de roi,

Il ne m'aurait pas tant donné,

Ni ne lui aurais-je su si bon gré,

Et je n'aurais pas tant gagné,

Comme je le fais avec le gain que voilà.

- Je ne sais si ce gain t'appartient vraiment,"

Répond le chevalier à son fils.

Immédiatement celui-ci s'exclame:

"Vous ne le savez? Ne le voyez-vous pas,

Messire? Je vous jure qu'il n'en faut douter,

Quand vous voyez bien qu'elle est en mon pouvoir;

Dans la forêt d'où je viens

Je l'ai rencontrée qui cheminait.

Je crois que Dieu me l'a amenée,

Et je m'en suis emparé comme d'une chose mienne.

- Je ne suis pas sûr qu'y consente,

Celui que je vois s'avancer derrière toi;

Il pourrait bien te la disputer, je crois."

Tandis qu'ils échangeaient ces paroles,

Les rondes avaient cessé;

A cause du Chevalier que les jeunes gens virent,

Ils ne voulurent plus jouer ni s'amuser,

Tant il leur déplaisait.

Mais, sans perdre de temps, le Chevalier

Qui suivait de près la jeune femme,

Eleva la voix et dit: "Laissez la demoiselle aller,

Chevalier, car vous n'avez aucun droit sur elle!

Si vous osez toucher à elle,

Sur l'heure je la défendrai contre vous."

Alors le vieux chevalier dit à son fils:

"J'en étais bien sûr,

Beau fils, ne la retiens pas davantage,

Laisse aller la demoiselle."

Cette parole fut loin de plaire au jeune homme;

Il jure qu'il ne rendrait pas la demoiselle,

Disant: "Que jamais Dieu ne m'accorde

De faveur, si je la lui rends!

Je la tiens et continuerai à la tenir

Comme une vassale qui m'est inféodée.

La bretelle et les brides de mon écu

Auront été rompues

Et j'aurai perdu toute confiance

En ma force et mes armes,

Mon épée et ma lance

Avant de lui abandonner mon amie."

Et le père répondit: "Je ne te permettrai pas

De combattre malgré tout ce que tu pourras dire.

Tu te fies trop en ta prouesse;

Fais plutôt ce que je te recommande."

Le fils en proie à son orgueil réplique: "Comment!

Suis-je donc un enfant à qui on peut faire peur?

J'ai le droit de soutenir

Que par tout ce monde qu'entoure la mer

Il n'y a chevalier parmi tous ceux qui existent

Si preux que je lui abandonne mon amie,

Ni tel que je ne le rendisse

Rapidement recréant."

Le père dit: "D'accord, beau fils,

Du moins tu en es convaincu,

Tellement tu te fies en ta vaillance;

Je n'accepterai aucunement

Que tu entreprennes un combat avec ce Chevalier."

Le jeune homme répond: "Que je sois honni

Si je vous écoute.

Le diable emporte celui qui suivra vos conseils

Et qui se rendra coupable de lâcheté.

Moi, j'entends combattre avec la dernière énergie.

Il est bien vrai qu'on fait mal ses affaires

En famille: mieux vaut marchander ailleurs;

Aucun doute, vous voulez me duper.

Je sais bien qu'avec des inconnus

Je réussirais bien mieux.

Quelqu'un qui ne me connaîtrait pas

Ne s'opposerait pas à ma décision,

Et vous, vous la combattez et vous vous y opposez.

Je suis d'autant plus désireux d'agir

Que vous m'avez critiqué;

Car, comme vous le savez, celui qui reprend

Homme ou femme

Ne fait qu'attiser et enflammer son vouloir.

Mais si je renonce le moins du monde à ce que je médite,

Que Dieu ne m'accorde jamais de bonheur

Je vais me battre malgré vous

- Par saint Pierre l'apôtre,

Fait le père, je vois bien maintenant

Que mes prières resteront sans résultat.

C'est en vain que je te fais la leçon;

Mais j'aurais tôt fait de te créer

Une situation telle que malgré toi

Tu seras obligé de m'obéir,

Car tu vas te trouver sous ma coupe."

Il appelle à lui maintenant

Les chevaliers postés près du sentier

Et leur commande d'empoigner

Ce fils qu'il sermonne en vain.

"Je le ferai ligoter, leur dit-il,

Plutôt que de lui permettre de combattre.

Vous êtes tous, tant que vous êtes, mes hommes

Et me devez fidélité:

Au nom de tout ce que vous me devez,

Je vous prie et commande tout à la fois.

Il agit follement, à mon avis.

Son grand orgueil en est cause,

Quand il refuse de m'obéir."

Ils répondent qu'ils s'empareront de lui,

Et qu'après ça ils l'empêcheront

De donner suite à sa décision

De combattre. Il lui faudra,

Qu'il le veuille ou non, abandonner la demoiselle.

Tous à la fois s'emparent de lui,

En le prenant par les bras et la nuque.

"Te voilà obligé de reconnaître ta folie,

Fait le père, tu es en mesure de comprendre les choses:

Maintenant tu n'as ni la force ni le pouvoir

De combattre ou de jouter,

Quel que soit ton déplaisir,

Que ça t'ennuie ou te fasse souffrir.

Accorde-moi ce qui me plaît et m'arrange,

Tu agiras alors en homme sage.

Et sais-tu ce que je propose de faire?

Pour amoindrir ta déconvenue,

Nous suivrons tous deux, si tu veux bien,

Le Chevalier aujourd'hui et demain,

Par bois et à travers champs,

Chacun sur son cheval qui court l'amble.

Nous le trouverons peut-être

De tel comportement et de telle sorte

Que je te permettrai de te mesurer avec lui

Et de combattre tant que tu voudras."

Alors le jeune homme a dit oui,

Bien à contre-coeur, puisqu'il y est forcé;

En personne qui ne peut faire mieux,

Il promet d'être patient,

Mais c'est à condition qu'ils suivent le Chevalier.

Quand ils voient le tour que prennent les choses,

Les spectateurs épars dans le pré.

Se disent tous: "Vous avez vu?

Celui qui fut dans la charrette

Jouit d'une telle considération

Qu'il emmène avec lui l'amie du fils

De notre seigneur, et celui-ci ne s'y oppose pas.

Reconnaissons

Qu'il doit percevoir dans ce Chevalier un mérite

Suffisant pour lui permettre d'emmener la demoiselle.

Que soit maudit cent fois qui pour lui désormais

S'abstiendra de jouer!

Retournons donc nous amuser." Alors ils recommencent

Leurs jeux, leurs rondes et leurs danses.

Sans perdre de temps le Chevalier s'en va,

Et s'éloigne de la prairie des joueurs;

La demoiselle ne reste pas en arrière,

Mais accompagne le Chevalier.

Tous deux se hâtent;

Père et fils les suivent de loin

A travers un pré récemment fauché;

Ils chevauchent jusqu'à la neuvième heure

Et découvrent en un très beau site

Un monastère et, à côté du choeur,

Un cimetière entouré d'un mur.

Le Chevalier ne se comporte pas en rustre ni en sot,

Mais, ayant mis pied à terre,

Il entra dans le moutier pour prier Dieu.

La demoiselle tint son cheval par la bride

En attendant son retour.

Quand il eut achevé sa prière

Et comme il revenait en arrière,

Il vit un moine fort vieux

Qui venait à sa rencontre.

Arrivé près de lui, il le prie

Très poliment de lui dire

Ce qui se trouvait derrière le mur.

Et le moine lui répond

Que c'était un cimetière. Le Chevalier lui dit:

"Menez-y moi, et que Dieu vous protège!

- Volontiers, messire." Et il l'y conduit.

Le Chevalier après le moine

Pénètre dans le cimetière. Il y voit les plus beaux tombeaux

Qu'on pourrait trouver d'ici jusqu'au pays de Dombes,

Et de là jusqu'à Pampelune.

Sur chacun était gravé un nom

Servant à désigner

Celui qui un jour y serait couché.

Et le Chevalier se mit à lire en silence

Les épitaphes une à une.

Il déchiffra: "Ici reposera Gauvain,

Ici Louis, ici Yvain."

Plus loin il a lu les noms

De bien d'autres chevaliers émérites,

Les meilleurs et les plus connus,

De cette terre et d'ailleurs.

Parmi ces tombes-là il en trouve une

En marbre, qui semble récente,

Surpassant toutes les autres en richesse et en beauté.

Le Chevalier demande au moine:

"Les tombes qui sont ici

A quoi servent-elles?" Et celui-ci répond:

"Vous avez vu les inscriptions;

Si vous les avez déchiffrées,

Vous comprenez leur sens

Et la destination des tombeaux.

- Et celui-là, plus somptueux que les autres,

A quoi sert-il?" L'ermite répond:

"Je vais vous le dire.

C'est un monument qui surpasse

Tous ceux qu'on a construits;

De si somptueux et de si bien élaboré

Personne n'en a jamais vu, ni moi, ni un autre.

Il est beau au dehors, et au dedans encore plus;

Mais n'allez pas vous imaginer

Que vous pourrez en voir l'intérieur,

Ce serait perdre votre temps.

Il faudrait bien sept hommes

Grands et forts

Pour ouvrir ce tombeau,

Pour en soulever la dalle.

Sachez, c'est chose certaine,

Qu'on aurait besoin pour y parvenir de sept hommes

Plus forts que vous et moi ne sommes.

Son inscription porte:

"Celui qui soulèvera

Tout seul la lame

Délivrera ceux et celles

Qui sont prisonniers en la terre

Dont nul ne sort, serf ni gentilhomme,

A moins d'y être né;

Jusqu'à maintenant aucun prisonnier n'est retourné chez lui.

Les gens d'ailleurs se trouvent en prison,

Mais ceux du pays vont et viennent,

Entrent et sortent comme ils veulent."

Immédiatement le Chevalier

Empoigne la dalle tombale et la soulève

Sans le moindre effort,

Plus aisément que dix hommes ne l'auraient fait,

En faisant appel à toute leur force.

Le moine fut stupéfait;

Pour un peu il serait tombé à la renverse

A la vue de ce prodige,

Car il ne s'attendait pas

A en voir de semblable au cours de sa vie.

"Messire, dit-il, j'ai grande envie

De connaître votre nom.

Pourriez-vous me le dire? - Non,

Fit le Chevalier, absolument pas.

- Certes, dit le moine, je le regrette fort.

Mais si vous me l'appreniez,

Ce serait agir courtoisement,

Et vous pourriez en être récompensé.

Qui êtes-vous et de quel pays?

- Je suis chevalier, comme vous pouvez le voir,

Et je suis né au royaume de Logres.

Que cela vous suffise.

Et vous, s'il vous plaît, dites-moi de nouveau

Qui reposera dans ce tombeau?

- Messire, ce sera celui qui libérera

Tous ceux qui sont pris comme dans un piège

Au royaume dont nul n'échappe."

Et quand le moine a fini de parler,

Le Chevalier le recommande

A Dieu et à tous ses saints.

Alors, au plus vite qu'il put,

Il revint à la demoiselle,

Accompagné hors de l'église

Par le moine aux cheveux blancs.

Les voyageurs parviennent à la route.

Tandis que la demoiselle remonte en selle,

Le moine lui raconte

Ce que le Chevalier avait accompli au cimetière.

Il lui demanda de lui dire son nom

Si elle le savait,

Avec une telle insistance qu'elle lui avoua

Ne pas le connaître, mais être quand même

En mesure de lui assurer

Qu'il n'a pas son égal comme chevalier

En toute l'étendue où soufflent les quatre vents.

Puis la demoiselle se sépare du moine

Et se presse de rejoindre le Chevalier.

Maintenant les deux qui les suivent de loin

Arrivent et trouvent

Le moine seul devant son église.

Le vieux chevalier sans armure

Lui dit: "Messire, avez-vous aperçu

Un Chevalier escortant

Une demoiselle? Dites-le-nous.

- Je n'éprouve aucune difficulté, répond le moine,

A vous conter ce qu'il en est.

A l'instant ils viennent de s'en aller.

Le Chevalier fut ici

Et a accompli un exploit merveilleux

En soulevant tout seul la dalle

Recouvrant la grande tombe en marbre,

Sans le moindre effort.

Il projette de délivrer la reine,

Et il parviendra sans doute à la délivrer,

Elle et les autres captifs.

Vous êtes au courant,

Vous qui avez souvent lu

L'inscription sur la dalle.

Certes, jamais ne naquit,

Ni ne s'assit en selle

Homme qui valût ce Chevalier."

Le vieux chevalier dit alors à son fils:

"Fils, que t'en semble? L'auteur d'une telle action,

N'est-il pas un homme d'une force exceptionnelle?

Maintenant tu sais bien qui a eu tort;

Tu sais bien si ce fut toi ou moi.

Je ne voudrais pas pour la ville d'Amiens

Que tu te fusses battu contre lui.

Tu as néanmoins beaucoup résisté

Avant que l'on n'ait pu t'en détourner.

A présent nous pouvons rentrer,

Car nous ferions une grande bêtise

Si nous persistions à les suivre plus avant."

Et l'autre répond: "Je le veux bien:

Les prendre en filature ne nous vaudrait rien.

Puisque vous le voulez, faisons demi-tour!"

En acceptant de retourner, il a fait acte de grande sagesse.

Et sur ces entrefaites, la demoiselle

Accompagne, à ses côtés, tout près, le Chevalier,

Car elle veut s'entendre avec lui.

Et elle veut, de lui, apprendre son nom;

Elle insiste pour qu'il le lui dise -

Elle le supplie plus d'une fois -

Jusqu'à ce que, par lassitude, il lui dise:

"Ne vous ai-je pas dit que je suis

Du royaume du roi Artur?

Par la foi que je dois à Dieu et à Sa toute-puissance,

Vous ne saurez rien de mon nom!"

Alors elle lui demande de lui accorder

Son congé, et elle retournera sur ses pas;

Et il le lui accorde bien volontiers.

La demoiselle s'en va aussitôt,

Et lui, jusqu'à très tard,

A chevauché sans compagnie.

Après vêpres, à l'heure de complies,

Pendant qu'il gardait son chemin,

Il vit un chevalier qui revenait

Du bois où il avait chassé.

Il venait, le heaume lacé,

Et la venaison,

Que Dieu lui avait donnée, était chargée

Sur un grand cheval de chasse couleur gris fer.

Bien rapidement le vavasseur

Arrive au-devant du Chevalier,

Et il le prie d'accepter son offre de l'héberger:

"Sire, fait-il, il sera bientôt nuit;

Il est temps à présent de chercher un gîte,

Et vous devrez, raisonnablement, le faire;

Et j'ai une maison à moi,

Ici près, où je vous amènerai tout de suite.

Jamais nul ne vous reçut mieux que moi je ne le ferai

Avec ce que j'ai de meilleur à ma disposition,

Et si vous acceptez, j'en serai très heureux.

- Et moi aussi, je serai très heureux," fait l'autre.

Il envoie son fils en avant,

Le vavasseur, aussitôt,

Afin de rendre l'hôtel accueillant

Et pour hâter les préparatifs du repas.

Et sans s'attarder, le valet

Accomplit son ordre,

Avec bonne volonté et allègrement,

Et il s'en va à vive allure.

Et ceux qui n'ont guère envie de se presser

Ont continué leur chemin

Jusqu'à ce qu'ils soient arrivés au logis.

Le vavasseur avait pour femme

Une dame bien polie,

Et cinq fils qui lui étaient très chers -

Trois valets et deux chevaliers -

Et deux filles gracieuses et belles,

Non mariées encore.

Ils n'étaient pas nés dans ce pays,

Mais ils y étaient enfermés

Et maintenus en état de captivité

Depuis très longtemps, ils étaient

Nés dans le royaume de Logres.

Le vavasseur a amené

Le Chevalier chez lui, dans la cour,

Et la dame accourt à leur rencontre,

Et ses fils et ses filles se précipitent également;

Tous s'offrent à le servir,

Et ils le saluent et l'aident à descendre.

De leur maître font peu de cas

Les soeurs ou les cinq frères,

Car ils savaient bien que leur père

Voulait qu'ils fissent ainsi.

Ils lui font tous les honneurs et un accueil chaleureux;

Et quand ils l'eurent désarmé,

Une des filles de son hôte,

Le revêt de son manteau

Qu'elle lui met au col après l'avoir ôté du sien.

S'il fut bien servi pendant le souper,

De cela je ne veux point parler à présent;

Après que le repas eut touché à sa fin,

Aucune résistance ne fut opposée

A ce qu'on parlât de nombreux sujets.

En premier lieu, le vavasseur

Commença à s'enquérir de son invité afin de savoir

Qui il était, et de quelle terre,

Mais il ne lui demanda pas son nom.

Et celui-ci répond sans se faire attendre:

"Je suis du royaume de Logres,

Jusqu'à présent je n'ai jamais été dans ce pays."

Et quand le vavasseur l'entend,

Il s'émeut et s'inquiète,

Ainsi que sa femme et tous ses enfants -

Pas un seul qui ne ressente une vive douleur:

Ils se mettent alors à lui dire:

"Que votre malheur est grand, beau doux sire,

Et combien votre sort est peu enviable!

Vous serez donc tout à fait comme nous

Réduit au servage et à l'exil.

- Et d'où êtes-vous donc?, fait-il.

- Sire, nous sommes de votre terre.

Dans ce pays, il y a maint prud'homme

De votre terre en esclavage.

Maudite soit pareille coutume

Et maudits soient ceux qui la maintiennent!

Car nul étranger ne vient ici

Sans se voir contraint de rester

Retenu dans cette terre;

Quiconque le désire peut entrer ici,

Mais il faut qu'il y reste.

Il en va désormais de même pour vous:

Vous ne sortirez plus d'ici, je pense.

- Si, je le ferai, fait-il, s'il est en mon pouvoir."

Alors le vavasseur lui dit:

"Comment? Vous croyez-vous vraiment capable de partir?

- Oui, s'il plaît à Dieu;

Je ferai tout mon possible pour réussir.

- Alors les autres partiraient sans crainte

Tous, indemnes et libres,

Car dès qu'un seul, de plein droit,

Sortira de cette prison,

Tous les autres, sans faute,

Pourront en sortir sans qu'on tente de les en empêcher."

Alors le vavasseur se rappelle

Qu'on lui avait dit et conté

Qu'un chevalier de grande valeur

Pénétrait à toute force dans le pays

A cause de la reine que tenait

Captive Méléagant, le fils du roi;

Et il dit: "Très certainement, je pense et je crois

Que c'est bien lui; je lui dirai donc."

Il lui dit alors: "Ne me cachez jamais rien,

Sire, de la tâche que vous vous êtes fixée,

Et, en échange, je vous conseillerai

Le mieux que je le pourrai.

Moi-même j'aurai avantage

A ce que vous puissiez la mener à bien.

Révélez-m'en la vérité

Pour votre bien et pour le mien.

Dans ce pays, je le crois bien,

Vous êtes venu à cause de la reine,

Au milieu de ce peuple de mécréants

Qui sont pires que les Sarrasins."

Et le Chevalier lui répond:

"Je ne suis venu ici pour rien d'autre au monde.

Je ne sais point où l'on tient enfermée ma dame,

Mais j'entends la délivrer,

Et j'ai grand besoin de conseils.

Conseillez-moi, si vous en êtes capable."

Et l'autre dit: "Sire, vous avez emprunté

Un chemin des plus ardus.

La voie où vous vous êtes engagé vous mène

Tout droit au Pont de l'Epée.

Il vous serait utile de prendre les conseils au sérieux:

Si vous vouliez m'en croire, vous iriez

Au Pont de l'Epée

Par une voie plus sûre,

Et je vous y ferai guider."

Et celui qui désire le chemin le plus court

Lui demande: "Cette route est-elle

Aussi droite que celle-ci?

- Non, fait-il, elle est au contraire

Plus longue, mais elle est plus sûre."

Et l'autre dit: "Je me moque de cela;

Mais renseignez-moi sur celle-ci,

Car je suis tout prêt à la suivre.

- Sire, vraiment vous n'y gagnerez pas:

Si vous allez par là,

Demain vous arriverez à un passage

Où bientôt vous pourrez subir un dommage

Et qui a pour nom le Passage des Pierres.

Voulez-vous donc que je vous dise

Combien ce passage est mauvais?

Ne peut y passer qu'un seul cheval;

Côte à côte ne le franchiraient pas

Deux hommes, et la traversée est fort

Bien gardée et bien défendue.

L'accès ne vous en sera point accordé

Dès que vous y arriverez;

Vous y recevrez maint coup d'épée et de lance

Et vous en donnerez aussi beaucoup

Avant de pouvoir passer de l'autre côté."

Et quand il lui eut tout raconté,

Un chevalier s'avance

- C'était un des fils du vavasseur -

Et dit: "Sire, avec ce seigneur

Je m'en irai, si cela ne vous déplaît pas."

Ensuite, un des valets se lève,

Et dit: "J'irai moi aussi."

Et le père donne très volontiers

Son accord à tous les deux.

Ainsi le Chevalier ne s'en ira-t-il

Point seul, et il les en remercie,

Car il apprécie beaucoup leur compagnie.

Les paroles touchent alors à leur fin,

Ils emmènent le Chevalier se coucher;

Il dormit, car il avait envie de le faire.

Aussitôt qu'il put voir le jour,

Il se lève d'un bond, et ceux-mêmes le voient

Qui devaient aller avec lui;

A leur tour ils se sont levés.

Les chevaliers ont revêtu leur armure

Et, ayant pris congé, ils s'en vont;

Et le valet s'est mis à leur tête,

Et ensemble ils suivent si bien leur chemin

Qu'ils arrivent au Passage des Pierres

Tout droit, à l'heure de prime.

Il y avait au milieu une bretèche

Où en tout temps se tenait un homme.

Avant qu'ils ne puissent s'approcher de près,

Celui qui fut sur la bretèche

Les voit et crie très fort:

"C'est un ennemi qui vient! C'est un ennemi qui vient!"

Voici alors qu'apparaît, monté à cheval,

Un chevalier sur la bretèche,

Vêtu d'une armure toute neuve,

Et de chaque côté, des sergents

Qui portaient des haches affilées.

Et lorsqu'il arrive au passage,

Celui qui le garde lui reproche

Très injurieusement la charrette,

Et dit: "Vassal, c'est un acte bien hardi

Que tu as commis, et tu agis en parfait simple d'esprit

En entrant de la sorte dans ce pays.

L'homme n'a point à se présenter ici

Qui a fait l'expérience de la charrette -

Que Dieu ne t'accorde jamais d'en profiter!"

L'un fonce sur l'autre avec tout l'élan

Dont leurs chevaux furent capables;

Et celui qui doit garder le passage

Brise hardiment sa lance

Et en laisse tomber les tronçons;

Et l'autre lui assène un coup à la gorge

Juste au-dessus de la panne

De l'écu, si bien qu'il le renverse

Et l'abat, les pieds en l'air, sur les pierres;

Armés de leurs haches, les sergents se lancent

Dans la mêlée, mais c'est exprès qu'ils le manquent,

Car ils n'ont aucun désir de lui faire du mal,

Ni à lui ni à son cheval.

Et le Chevalier s'aperçoit bien

Qu'ils ne veulent lui nuire en rien

Et n'ont aucun désir de lui faire du mal.

Aussi ne songe-t-il pas à tirer son épée,

Choisissant plutôt de traverser sans discussion le passage

Avec, derrière lui, ses compagnons.

Et l'un d'eux dit à l'autre

Qu'il n'avait jamais vu pareil chevalier,

Que nul autre n'était comparable à lui.

"N'a-t-il donc pas fait preuve d'une merveilleuse prouesse

En réussissant à forcer ce passage?

- Beau frère, pour l'amour de Dieu, rassemble toutes tes forces,

Dit le chevalier à son frère cadet,

Et va rejoindre notre père;

Raconte-lui cette aventure."

Mais le valet proclame et jure

Qu'il n'ira point dire quoi que ce soit,

Qu'il ne quittera jamais

Ce Chevalier avant d'être adoubé

Et fait chevalier par lui;

Que l'autre s'en aille porter la nouvelle

S'il y tient à ce point.

Ensemble ils reprennent tous les trois leur chemin

Jusqu'après l'heure de none;

Vers cette heure-là ils ont trouvé un homme

Qui leur demande qui ils sont,

Et ils lui répondent: "Nous sommes chevaliers,

Et nous allons là où nos affaires l'exigent."

Et l'homme dit au Chevalier:

"Sire, je voudrais vous héberger dès maintenant,

Vous et vos compagnons."

Il dit cela à celui qui lui paraît

Le seigneur et maître des deux autres,

Et ce dernier lui répond: "Il ne saurait être question

Pour moi de chercher à m'héberger à cette heure-ci,

Car lâche est celui qui s'attarde en sa route

Ou qui ne cherche qu'à prendre ses aises

Après s'être engagé dans une grande entreprise.

Et celle dont je me suis chargé est d'une envergure telle

Qu'il s'écoulera un bon moment avant que je ne prenne de repos."

Mais l'homme revient à la charge:

"Ma demeure n'est point tout près d'ici;

En fait, elle se trouve à une distance considérable.

Vous pouvez vous y diriger, avec la certitude

De ne pas avoir à accepter d'hospitalité avant l'heure normale.

Il sera tard quand vous y arriverez.

- Dans ce cas, répond-il, j'y vais volontiers."

Alors l'homme se place à leur tête

Afin de leur montrer le chemin,

Et les autres le suivent sur la grand-route.

Lorsqu'ils eurent fait un bon bout de chemin,

Ils ont aperçu un écuyer

Qui venait précipitamment à leur rencontre,

Au grand galop, monté sur un roussin

Bien nourri et rond comme une pomme.

Et l'écuyer dit à l'homme:

"Sire, sire, dépêchez-vous,

Car ceux de Logres ont pris les armes

Afin d'attaquer les habitants de cette terre;

Ils viennent de déclencher la guerre,

La révolte et la mêlée;

Et ils disent que dans ce pays,

Un Chevalier s'est introduit -

Un Chevalier qui a combattu en maints lieux -

A qui nul ne saurait interdire

De passer là où il voudrait aller,

N'en déplaise à qui s'y oppose.

En ce pays, tous disent

Qu'il les délivrera tous,

Et qu'il aura raison des nôtres.

Dépêchez-vous donc, je vous le conseille!"

L'homme prend alors le galop,

Et les autres se réjouissent,

Car, eux aussi, ils l'avaient entendu;

Ils voudront aider leurs amis.

Et le jeune fils du vavasseur dit:

"Sire, écoutez ce que dit ce sergent;

Allons-y, et aidons les nôtres

Qui se battent contre ces gens là-bas!"

Et l'homme les quitte sur-le-champ

Sans les attendre, mais en se dirigeant

A toute allure vers une forteresse

Qui s'élevait sur un tertre.

Il arrive rapidement devant l'entrée,

Et les autres le suivent en éperonnant leur monture.

L'enceinte de la place était fortifiée

D'un haut mur et d'un fossé.

Aussitôt qu'ils y eurent pénétré,

L'on fit tomber

Juste derrière leur dos une porte

Pour les empêcher de faire demi-tour.

Et ils se disent: "Allons toujours, allons en avant!

Ce n'est pas ici que nous nous arrêterons."

A la suite de l'homme, ils poussent de l'avant

Et parviennent rapidement à l'issue.

On ne leur en interdit point l'approche;

Mais dès que l'homme l'eut franchie,

On fit tomber derrière lui

Une porte coulissante.

Et les autres s'attristaient

De se voir ainsi bloqués à l'intérieur,

Car ils pensent être les victimes d'un enchantement;

Mais celui de qui je dois surtout vous parler

Portait à son doigt un anneau.

Dont la pierre possédait une vertu telle

Qu'aucun enchantement ne pouvait tenir

Devant elle après qu'il l'avait regardée.

Il met l'anneau devant ses yeux,

Regarde la pierre et dit:

"Dame, dame, que Dieu me vienne en aide,

J'aurais à présent grand besoin de vous,

Si vous pouviez m'aider."

La "dame" en question était une fée

Qui lui avait donné l'anneau

Et qui l'avait élevé pendant son enfance;

Il avait en elle une pleine confiance

Qu'elle viendrait lui porter secours et aide

Où qu'il pût se trouver.

Mais il voit bien par son appel

Et par la pierre de l'anneau

Qu'aucun enchantement n'est en train de se produire,

Et il se rend à l'évidence:

Ils sont bel et bien emprisonnés.

Alors ils viennent jusqu'à une poterne

Etroite et basse, à l'huis fermé d'une barre.

D'un seul mouvement tous tirent leurs épées,

Et chacun frappe si durement

Qu'ils finissent par rompre la barre.

Une fois qu'ils purent sortir de la tour

Ils voient que la mêlée avait commencé,

Impressionnante et féroce, en bas dans les prés,

Et qu'il y avait bien mille chevaliers

De part et d'autre, sans compter

Une piétaille nombreuse.

Lorsqu'ils furent descendus jusqu'aux prés,

Ce fut en homme raisonnable et expérimenté

Que parla le fils du vavasseur:

"Sire, avant de pousser jusque là-bas,

Il serait sage de notre part, je pense, de désigner

L'un d'entre nous pour aller s'informer

De quel côté se tiennent nos amis.

Je ne sais d'où ils viennent,

Mais j'irai voir, si vous le voulez.

- Je veux bien, dit le chef, allez-y vite

Et revenez au plus tôt!"

Il y va vite et en revient vite,

Et il dit: "Cela tombe très bien pour nous,

Car j'ai bien pu confirmer

Que les nôtres sont de ce côté-ci."

Et le Chevalier se lança tout droit

Sans tarder vers la mêlée;

Il rencontre s'avançant sur lui un chevalier,

Et il engage la joute, en lui assénant dans l'oeil

Un coup tellement fort qu'il l'abat mort par terre.

Et le valet descend de son cheval;

Il prend le destrier du chevalier vaincu

Et l'armure qu'il portait,

Et il s'en revêt avec une adresse parfaite.

Après s'être armé, sans plus tarder,

Il remonte en selle, en saisissant le bouclier et la lance

Dont la hampe était grosse et raide et bien peinte;

Il ceignit à son côté l'épée

Au tranchant clair et luisant.

Il se jeta dans le combat

Sur les pas de son frère et de son seigneur.

Celui-ci s'est bien tenu

Dans la mêlée

Où il rompt et fend et brise

Ecus et heaumes et hauberts.

Ni bois ni fer ne peut protéger

Ceux qu'il frappe; tous finissent en fort mauvais état

Ou volent morts aux pieds de leurs chevaux.

A lui seul, il réussissait

A les abattre,

Et ceux qui l'accompagnaient,

Eux aussi, faisaient valoir leur prouesse.

Mais les gens de Logres s'étonnent de tout cela,

Car ils ne le connaissent pas; ils cherchent

A se renseigner à son sujet auprès du fils du vavasseur.

Ils posent tant de questions

Qu'on finit par leur répondre: "Seigneurs, c'est lui

Qui nous libérera tous de l'exil

Et de la grande infortune

Où nous avons longtemps vécu;

Nous devrions donc l'honorer grandement

Puisque, afin de nous délivrer,

Il a traversé - et traversera encore -

Tant de lieux bien périlleux;

Beaucoup lui reste à faire, il a déjà fait beaucoup."

Nul parmi ces gens-là n'échappe à la joie générale

En entendant cette bonne nouvelle:

Tous s'adonnent sans réserve à la joie.

Lorsque la nouvelle s'est propagée

De sorte qu'elle fut racontée à tout le monde,

Tous l'entendirent et tous en prirent connaissance.

De la joie qu'ils en eurent

Leur force leur croît, et ils y puisent le courage

Qu'il leur faut pour tuer bon nombre de leurs adversaires,

Et s'ils les malmènent tant,

C'est, me semble-t-il, grâce à l'exemple

D'un seul Chevalier plutôt qu'à celui

De ce que font tous les autres ensemble.

Et s'il ne faisait pas déjà presque nuit,

L'ennemi déguerpirait en déroute;

Mais à cause de l'obscurité de la nuit,

Les deux camps durent cesser le combat.

Au moment du départ, tous les captifs,

Exactement comme si chacun avait une requête urgente à faire,

Se pressèrent autour du Chevalier;

Ils saisirent de partout la bride de son cheval

Et ils se mettent à lui dire:

"Soyez le bienvenu, beau sire!"

Et chacun dit: "Sire, par ma foi,

C'est chez moi que vous vous hébergerez.

Sire, au nom de Dieu,

N'acceptez pas de vous héberger ailleurs que chez moi."

Tous répètent ce que disent certains,

Car chacun veut l'héberger,

Les jeunes comme les vieux,

Et tous insistent: "Vous serez mieux

Dans mon hôtel que chez autrui."

Chacun parle pour soi;

Et l'un l'arrache à l'autre

Parce que chacun veut l'avoir à lui seul,

Au point même d'en venir presque aux mains.

Il leur dit que leurs disputes

Sont parfaitement vaines et folles.

"Laissez donc, fait-il, ces querelles-là,

Ni vous ni moi n'en avons besoin maintenant.

Nous chercher noise ne sert qu'à empirer les choses,

Nous devrions plutôt nous aider mutuellement.

Il est inutile de discuter aussi âprement

Pour savoir qui m'hébergera;

Votre première pensée devrait plutôt être

De m'héberger en un lieu tel

Que tous vous puissiez en profiter,

Que je n'abandonne point mon droit chemin."

Pourtant chacun d'eux répète:

"C'est dans mon hôtel! - Mais non, c'est chez moi!

- Vous ne dites toujours pas des choses sensées,

Fait le Chevalier; à mon avis,

Le plus sage parmi vous agit encore en fou

Quand je vous entends vous chamailler sur de pareilles vétilles.

Vous devriez m'aider à avancer,

Mais vous voulez me faire subir des détours.

Si vous m'aviez tous, en bon ordre,

L'un après l'autre fait tout ce que je voulais,

Et accordé tout l'honneur et le service

Qu'il est possible de rendre à un homme,

Par tous les saints qu'on prie à Rome,

Je ne saurais à nul parmi vous meilleur gré de votre acte,

Dont j'aurais pu bénéficier,

Que des bonnes intentions qu'il recèle.

Que Dieu me donne joie et santé,

Vos bonnes intentions me redonnent bonheur et courage

Tout comme si chacun d'entre vous m'avait déjà accordé

Un très grand honneur et la preuve de sa bienveillance;

Que l'on célèbre votre bonne pensée autant que votre beau geste!"

Ainsi les subjugue-t-il tous et parvient-il à les apaiser.

Ils l'emmènent sur son chemin vers le lieu d'hébergement

Chez un chevalier fort aisé,

Et tous font de leur mieux pour le servir.

Tous lui accordent des marques de leur estime et, en le servant,

Ils lui firent maint témoignage de leur joie

Pendant toute la soirée, jusqu'à l'heure du coucher,

Car tous le portaient dans leur coeur.

Le lendemain, à l'heure du départ,

Chacun voulut l'accompagner,

Chacun lui fait l'offre de sa personne;

Mais cela ne lui plaît point, il n'éprouve aucune envie

Que d'autres aillent avec lui,

A la seule exception des deux

Qu'il avait jusque là amenés avec lui:

Il se fit accompagner de ces derniers, et de personne d'autre.

Ce jour-là, depuis la matinée ils ont

Chevauché jusqu'à l'heure des vêpres

Sans trouver d'aventure.

En chevauchant au plus vite,

Ils ne sortirent que fort tard d'une forêt;

Ayant franchi la lisière, ils virent une maison

Qui appartenait à un chevalier, et sa femme,

Qui semblait être une dame fort aimable,

Assise devant la porte.

Aussitôt qu'elle put les distinguer,

Elle se leva pour les accueillir;

Le visage riant et joyeux,

Elle les salue et dit: "Soyez les bienvenus!

Je veux vous offrir l'hospitalité;

Vous voilà logés, descendez donc de cheval!

- Dame, puisque vous l'ordonnez,

En vous remerciant, nous descendrons;

Nous accepterons votre hospitalité cette nuit."

Ils descendent de cheval et, à leur descente,

La dame fait emmener leurs chevaux,

Car elle avait une très belle maisnie.

Elle appelle ses fils et ses filles,

Et ils se présentèrent tout de suite:

Des jeunes gens courtois et avenants,

Et des chevaliers et de belles jeunes filles.

Elle ordonne aux uns d'ôter les selles

Des chevaux et de bien étriller ceux-ci.

Aucun n'ose la contredire,

Ils firent de bon gré ce qu'on leur demanda.

Elle fait désarmer les chevaliers;

Ses filles se précipitent pour le faire;

Dès qu'ils sont désarmés, elles leur offrent

A chacun un manteau court qu'ils doivent revêtir.

Et puis, directement, elles les amènent

A la maison (qui avait belle allure).

Mais le seigneur ne s'y trouvait pas;

Il était dans la forêt et, avec lui,

Il avait deux de ses fils;

Mais il ne tarda point à venir, et les gens de sa maison,

Dont les manières ne laissaient rien à désirer,

Franchirent vite le seuil de la porte afin d'aller à sa rencontre.

La venaison qu'il apporte;

Ses enfants se dépêchent de la décharger et délier,

Et ils se mettent à lui raconter et à lui dire:

"Sire, sire, vous ne le savez pas,

Mais vous avez pour hôtes trois chevaliers.

- Dieu en soit loué!", fait-il.

Le chevalier et ses deux fils

Expriment la grande joie que leurs procurent leur hôtes.

Et la maisonnée ne se contente pas de rester sans rien faire;

Jusqu'au plus petit tous étaient disposés

A faire ce qui s'imposait:

Les uns courent hâter les préparatifs du repas,

Les autres s'occupent des chandelles,

Ils les allument et les enflamment;

Ils prennent des serviettes et des bassins

Ainsi que de l'eau afin qu'on puisse se laver les mains:

Ils n'en sont point avares!

On se lave les mains et on va s'asseoir;

Rien dans cette maison

N'était lourd à supporter ni pénible.

Pendant qu'ils mangeaient le premier mets, il se produisit

Une surprise: l'arrivée dans la cour d'un chevalier

Plus orgueilleux qu'un taureau -

Animal connu pour son grand orgueil.

Il se présenta armé de pied en cap,

Assis sur son destrier.

Il appuyait une jambe sur l'étrier

Et il avait mis l'autre jambe

(Afin de paraître élégant et pour se donner un maintien)

Sur le col du destrier à la belle crinière.

C'est bien ainsi qu'il se présenta.

Mais personne ne fit le moindre cas de lui

Avant qu'il ne vînt devant la table et ne dît aux gens:

"Lequel de vous est-ce - je veux le savoir -

Qui étale tant de folie et d'orgueil

Et manque tant de bon sens

En venant en ce pays et en rêvant

De passer au Pont de l'Epée?

En vain il s'est donné cette peine,

En vain il a perdu ses pas."

Et celui qui, visé par ces sarcasmes, n'en perdit

Pour autant son calme, lui répond dignement:

"Je suis celui qui veut passer le Pont.

- Toi? toi? Comment osas-tu le penser?

Tu aurais mieux fait de réfléchir,

Avant d'entreprendre de faire pareille chose,

Aux conséquences et aux résultats

Qu'elle risquerait d'entraîner pour toi,

Et tu aurais dû te souvenir

De la charrette où tu montas un jour.

Je ne sais pas vraiment si tu as honte

D'y avoir été promené,

Mais, c'est chose certaine, aucun homme vraiment sensé

N'aurait entrepris de réaliser un exploit aussi grand

Si l'on avait eu à lui reprocher un acte à ce point blâmable."

Celui qui entendit dire ces choses

Ne daigne y répondre par un seul mot;

Mais le seigneur de la maison

Et tous les autres avaient bien raison

De s'étonner au plus haut degré.

"Ah! Dieu, quelle grande mésaventure!

Se dit chacun à soi-même,

Que l'heure où l'on pensa à une charrette

Et à la faire soit maudite,

Car c'est une vile et méprisable chose.

Ah! Dieu, de quoi fut-il donc accusé?

Et pourquoi fut-il mené sur une charrette?

Pour quel péché? Pour quel crime?

Cela lui sera à tout jamais reproché.

Si seulement il était libre de cet opprobre,

Aussi loin que s'étend la surface du monde

On ne trouverait un seul chevalier,

Pour preux qu'il fût,

Dont la valeur ressemblât à la sienne,

Et quiconque rassemblerait tous les chevaliers ensemble

N'en verrait aucun qui fût aussi beau ni aussi noble que lui,

Pourvu qu'on dise la vérité."

D'un avis commun tous répètent la même chose.

Et l'autre, fort orgueilleusement,

Recommença à parler,

Et il dit: "Chevalier, écoute-moi bien,

Toi qui te diriges vers le Pont de l'Epée:

Si tu le veux, tu passeras l'eau

Très facilement et sans difficulté.

Je te ferai traverser l'eau rapidement

Dans une barque.

Mais si j'ai envie d'exiger de toi un péage,

Quand je te tiendrai de l'autre bord,

Je te prendrai la tête, si je le veux,

Ou si je ne te la prends pas, tu resteras quand même à ma merci."

Et lui répond qu'il ne cherche

Nullement son propre malheur:

Sa tête ne sera jamais l'enjeu d'une aventure

Aussi risquée, même si un malheur devait se produire.

Et l'autre lui réplique à son tour:

"Puisque tu refuses ce que je te propose,

Il faudra, afin que soit déterminé qui, de toi ou de moi, aura

La honte et le deuil de ta décision, que tu viennes dehors

Pour te mesurer contre moi dans un combat singulier."

Et lui, entrant dans son jeu, dit:

"Si je pouvais refuser ce défi,

Je m'en passerais bien volontiers;

Mais en vérité je préférerais me battre

Plutôt que me voir obligé peut-être à faire pire encore."

Avant de se lever

De la table où il se trouvait assis,

Il dit aux valets qui le servaient

De seller au plus vite son cheval,

Et d'aller chercher ses armes

Afin de les lui porter.

Ils s'exécutent avec tant de zèle qu'ils en perdent le souffle

A la tâche; les uns s'efforcent de lui mettre son armure,

Les autres amènent son cheval;

Et sachez-le bien: il ne paraissait vraiment pas,

Lorsqu'on le voyait avancer au pas,

Armé de toutes ses armes

Et tenant par les sangles le bouclier,

Une fois monté sur son destrier,

Que l'on aurait tort

De le compter parmi les beaux et parmi les bons.

On voyait, au contraire, qu'ils étaient bien à lui,

Le cheval, tant il lui convenait,

Et le bouclier qu'il tenait

Bien serré contre son bras par les sangles;

Et il avait le heaume lacé et

Si parfaitement rajusté à sa tête

Qu'il ne vous viendrait jamais à l'esprit de songer

Qu'il aurait pu être emprunté à autrui;

Vous diriez plutôt, tant il vous aurait plu,

Qu'il semblait y avoir poussé tout naturellement;

Je vous prie de bien vouloir croire ce que j'affirme là.

A l'extérieur, dans une lande,

Se trouve celui qui demande la joute:

C'est là que le combat aura lieu.

Dès que les deux adversaires se voient l'un et l'autre,

Ils foncent l'un sur l'autre à bride abattue,

Si bien que leur rencontre est rapide et rude,

Et ils échangent de tels coups de lance

Que celles-ci ploient en arceau

Et, toutes deux, elles volent en éclats;

Avec leurs épées, ils abîment boucliers,

Heaumes et hauberts;

Ils tranchent dans les bois, ils brisent les fers,

Et par des brèches ainsi ouvertes ils s'infligent des blessures;

Les coups qu'ils échangent dans leur colère

Semblent être les paiements rendus selon les termes d'un contrat;

Mais très souvent leurs épées

Atteignent en se glissant la croupe des chevaux:

Elles s'abreuvent à volonté de sang

En frappant ces derniers jusque dans leurs flancs,

Au point que les deux bêtes, abattues, en tombent mortes.

Après leur chute à terre,

C'est à pied qu'ils se ruent l'un contre l'autre;

Et ils se haïraient à mort

Qu'en vérité les coups d'épée qu'ils se donnent

Ne seraient pas plus cruels.

Ils se frappent avec plus de vivacité que celle

Dont fait preuve le frénétique qui jette ses deniers

En ne cessant jamais de jouer,

Dans l'espoir vain de doubler sa mise aussi souvent qu'il perd;

Mais leur jeu à eux était bien différent,

Puisqu'ils n'avaient pas le luxe de perdre un seul coup;

Il n'y avait que des coups qui portaient et une lutte

Très farouche - dangereuse et bien cruelle.

Ceux de la maison était tous sortis:

Seigneur, dame, filles et fils,

De sorte que personne ne resta, ni celle-ci ni celui-là,

Qu'il appartînt ou pas à la maisnie,

Ils s'étaient au contraire tous rangés

Afin de regarder le combat

Au milieu de cette vaste lande.

Le Chevalier de la Charrette

S'accuse de lâcheté et de couardise

Quand il voit que son hôte le regarde;

Et il se rend bien compte que les autres,

Tous ensemble, ne le quittent pas des yeux.

De colère son corps tout entier se met à trembler,

Car il aurait dû, pense-t-il,

Depuis longtemps déjà avoir vaincu

Celui qui se bat contre lui.

Alors il se met à frapper l'adversaire de telle sorte

Que ses coups d'épée pleuvent autour de sa tête,

Et il fond sur lui comme une tempête

En le serrant de si près et en lui disputant si âprement le champ

Qu'il lui enlève du terrain;

Il le contraint à céder tant de terrain et il le malmène tellement

Qu'il est sur le point de perdre son souffle,

Et il ne lui reste plus guère de force pour se défendre.

C'est alors que le Chevalier se rappelle

Que l'autre avait agi fort vilainement

En lui reprochant la charrette.

Il le contourne et le harcèle de telle sorte

Qu'il ne lui laisse intacts

Ni lacets ni sangles autour du col de son haubert;

Et il lui fait voler de la tête

Son heaume et fait tomber par terre sa ventaille.

Il le fait tellement souffrir et le torture tant

Qu'il ne lui reste qu'à demander merci,

Tout comme l'alouette qui ne peut pas

Résister aux assauts de l'émerillon,

Ni trouver nulle part un refuge sûr,

Parce que celui-ci ne cesse de la doubler et de la dominer;

Aussi, tout couvert de honte,

Va-t-il supplier et implorer

Merci, car il ne saurait trouver mieux à faire.

Lorsque l'autre entend qu'il implore

Sa grâce, il cesse de l'atteindre et de le frapper,

Et il dit: "Veux-tu que je t'épargne?

- Vous avez parlé en homme fort sage,

Fait-il, un fou ne s'exprimerait pas autrement;

Jamais je ne voulus rien autant

Qu'obtenir ma grâce en ce moment."

Et il dit: "Il te faudra

Monter sur une charrette.

Il ne te serait d'aucun secours du tout

De me raconter quoi que ce soit,

Si tu refusais de monter sur la charrette,

Parce que ta bouche fit preuve de grande folie

En me reprochant insolemment d'y être monté."

Et le chevalier lui répond:

"Qu'à Dieu ne plaise que j'y monte!

- Non?, fait l'autre, alors tu vas mourir ici même.

- Sire, vous pourriez bien me tuer,

Mais, pour Dieu, je vous supplie et vous demande

Grâce, à condition que je n'aie point

A monter sur la charrette.

J'accepte d'avance toute sentence,

Hormis celle-là, pour dure et pénible qu'elle soit.

J'aimerais mieux mourir cent fois

Plutôt que subir pareil malheur.

Il n'y a rien d'autre que vous puissiez exiger de moi

Qui soit d'une nature telle que je refuserais de le faire

Si je pouvais ainsi obtenir votre pardon et votre grâce."

Pendant qu'il implore sa merci,

Voilà qu'en plein milieu de la lande

Une demoiselle arrive à l'amble

Montée sur une mule fauve,

Toute ébouriffée, ses vêtements et ses cheveux en désordre;

Et elle tenait un fouet à la main

Dont elle cinglait sans pitié sa mule,

Si bien qu'en vérité nul cheval

En galopant n'irait aussi vite

Que cette mule-là qui courait à l'amble.

Au Chevalier de la Charrette

La demoiselle dit: "Que Dieu donne,

Chevalier, à ton coeur parfaite joie

Et jouissance de la chose qui fait tes plus grandes délices!"

Celui qui l'avait écoutée avec plaisir

Lui répond: "Que Dieu vous bénisse,

Demoiselle, et vous donne joie et santé!"

Alors celle-là lui dit ce qu'elle a sur le coeur:

"Chevalier, fait-elle, je suis venue

De loin et par besoin jusqu'ici

Auprès de toi, pour demander un don

En échange duquel le prix et la récompense que j'offrirai

Seront aussi grands qu'il m'est possible de faire;

Et tu auras un jour besoin

De mon secours, je pense."

Et il lui répond: "Dites-moi

Ce que vous voulez, et si je peux vous l'accorder,

Vous l'aurez sans délai,

Pourvu que ce ne soit rien de trop pénible."

Et elle dit: "Il s'agit de la tête

De ce chevalier que tu as vaincu;

A dire vrai, tu ne trouvas jamais

Un être aussi traître et déloyal que lui.

Tu ne commettras aucun péché ni ne feras de mal

En m'accordant ce don, tu feras au contraire un acte de charité,

Car c'est l'individu le plus déloyal

Qui fût jamais ou qu'on puisse un jour rencontrer."

Et lorsque le vaincu

Entendit qu'elle veut que l'autre le tue,

Il lui dit: "Ne la croyez pas,

Car elle me déteste; mais je vous en prie,

Ayez pitié de moi,

Au nom de ce Dieu qui est Fils et Père

Et qui fit Sa mère de celle

Qui était Sa fille et Sa servante!

- Ah! Chevalier, fait la demoiselle,

Ne crois pas ce traître.

Que Dieu t'accorde joie et honneur

Tant que tu pourrais le désirer,

Et qu'Il t'octroie de réussir entièrement

La mission que tu t'es choisie!"

Alors le Chevalier, pris par des doutes,

Demeure là, immobilisé, en train de réfléchir:

Va-t-il enfin faire cadeau de la tête

A celle qui le somme de la couper,

Ou va-t-il faire preuve de charité envers l'autre

De sorte qu'il prendra pitié de lui?

Il veut faire à l'un et à l'autre

Ce qu'ils lui demandent:

Largesse et Pitié le commandent

De les traiter bien tous les deux,

Et lui-même était généreux et compatissant.

Mais si la demoiselle emportait la tête,

C'est Pitié qui serait vaincue et détruite;

Et si elle ne l'emporte point,

Ce sera la défaite de Largesse.

Voilà la prison, la détresse

Où Pitié et Largesse l'ont enfermé,

Angoissé et tourmenté.

La demoiselle veut qu'il lui donne

La tête qu'elle lui réclame;

En revanche l'autre en appelle pour qu'il lui fasse grâce,

A son sens de la pitié et à la noblesse de son coeur.

Et puisqu'il lui avait bel et bien requis

Merci, pourquoi ne l'aurait-il donc pas?

Certes, il ne lui arriva jamais

Qu'à aucun adversaire, pour ennemi qu'il fût,

Une fois vaincu par lui

Et lui criant merci,

Il ne lui était jamais encore arrivé

De lui refuser sa grâce une première fois,

Mais pas plus qu'une seule fois.

Ainsi ne la refusera-t-il pas

A cet homme-ci qui ne cesse de l'implorer et de le prier,

Puisque telle est sa coutume.

Et celle qui veut la tête,

L'aura-t-elle? Oui, s'il peut la lui donner.

"Chevalier, fait-il, il te faut

Derechef combattre contre moi,

Et je t'accorderai la grâce exceptionnelle,

Si tu acceptes de défendre ta tête,

De te laisser reprendre

Une deuxième fois ton heaume, et t'armer

Tout à loisir la tête et le corps

Le mieux que tu pourras.

Mais sache-le bien: tu mourras

Si à nouveau je te vaincs."

Et l'autre répond: "Je ne cherche pas mieux,

Ni ne te demande d'autre grâce.

- Et je t'accorde aussi ceci comme avantage considérable,

Fait-il, à savoir qu'en me combattant

Contre toi, je ne bougerai point

De l'endroit où je suis à présent."

L'autre se prépare et, tous deux, ils s'affrontent

Dans le combat comme des furieux;

Mais la nouvelle victoire

Du Chevalier fut plus rapide et facile

Que celle qu'il avait remportée auparavant.

Et à l'instant la demoiselle

Crie: "Ne l'épargne pas,

Chevalier, quoi qu'il te dise,

Car il ne t'aurait certainement pas épargné

S'il avait eu l'occasion de te vaincre.

Sache-le bien: si tu acceptes de le croire,

Il te trompera une fois de plus.

Tranche la tête à l'homme le plus déloyal

De l'empire et du royaume,

Noble Chevalier, et donne-la-moi.

Tu feras bien de me la donner,

D'autant plus que je saurai bien te récompenser,

Je crois, un jour de l'avoir fait;

S'il le peut, il te trompera

De nouveau avec ses discours."

Celui qui voit que sa mort s'approche

Lui crie merci haut et fort;

Mais ses cris ne valent rien,

Ni nul mot qu'il sache lui dire;

L'autre le tire vers lui par le heaume

Et lui en coupe tous les lacets:

Sa ventaille et sa coiffe argentée,

Il les lui fait sauter de sa tête.

De plus en plus désespéré, il l'implore:

"Grâce, pour l'amour de Dieu! Grâce, brave chevalier!

Celui-ci répond: "Par le salut de mon âme,

Jamais plus je n'aurai pitié de toi,

Puisqu'une fois déjà je t'ai accordé un répit.

- Ah! fait-il, vous feriez un péché

Si vous ajoutiez foi à ce que dit mon ennemie

Et me faisiez mourir de cette manière-là."

Et celle qui désire sa mort

L'exhorte de son côté

Qu'il fasse vite pour lui trancher la tête

Et qu'il cesse de croire ce qu'il lui dit.

Il frappe, et la tête s'envole

Au milieu de la lande et le corps s'effondre;

Tout cela plaît fort à la demoiselle.

Le Chevalier ramasse la tête

Par les cheveux et la tend

A celle qui ne cache pas sa grande joie

Et qui dit: "Que ton coeur connaisse la joie

De posséder la chose qu'il voudrait le plus,

Tout comme, à présent, le mien par rapport

A la chose que je voulais le plus.

Je ne souffrais de rien

Sauf du fait qu'il vivait toujours si longtemps.

Une récompense de ma part t'attend,

Et elle te sera donnée en un temps très opportun pour toi.

Tu profiteras grandement de ce service

Que tu m'as rendu, je m'en porte garante.

Je m'en irai maintenant, et je te recommande

A Dieu: qu'Il te protège de tout péril."

La demoiselle le quitte alors,

Et ils se sont recommandés l'un et l'autre à Dieu.

Mais tous ceux qui, au milieu de la lande,

Ont vu le combat,

Sentent monter en eux une très grande joie;

Ils se dépêchent de désarmer

Le Chevalier le plus joyeusement du monde

Et ils lui font tous les honneurs dont ils sont capables.

Ils se relavent les mains,

Car ils voulaient se remettre à table;

A présent ils sont bien plus gais que de coutume,

Et ils mangent avec une grande allégresse.

Lorsqu'ils eurent fini de manger avec toute la lenteur requise,

Le vavasseur dit à son hôte

Qui était assis à ses côtés:

"Sire, voilà longtemps que nous vînmes

Ici du royaume de Logres.

Nous en sommes natifs, et nous voudrions

Qu'honneur vous fût rendu et que grand profit

Et joie fussent votre partage en ce pays, et voulons

Que nous-mêmes puissions en tirer avantage avec vous,

Et maint autre trouverait profit

Si honneur et succès vous accompagnaient

Au cours de votre entreprise."

Et l'autre de répondre: "Je le savais déjà."

Quand le vavasseur eut cessé

De parler et que sa voix se fut tue,

Alors l'un de ses fils se mit

A lui dire: "Sire,

Nous devrions mettre à votre service tous nos moyens,

Et donner au lieu de promettre seulement;

Si vous aviez besoin de prendre ce que nous vous offrons,

Nous ne devrions plus attendre

Que vous nous en fassiez la demande formelle.

Sire, ne vous inquiétez pas

De la mort de votre cheval,

Car ici il ne manque pas de chevaux bien forts;

Je désire tant que vous fassiez vôtre ce qui est à nous:

Vous en prendrez le meilleur de chez nous

A la place du vôtre, car vous en avez vraiment besoin."

Et il répond: "Bien volontiers."

Alors on fait préparer les lits,

Et ils se couchent. Dès qu'il fait jour,

Au petit matin, ils se lèvent et préparent leur départ.

Les voilà prêts à partir, ils se retournent.

Au moment de partir, il ne commet nulle infraction à l'étiquette:

Il prend solennellement congé de la dame

Et du seigneur, ainsi que de tous les autres.

Mais je vais vous raconter une chose

Parce que je ne néglige aucun détail;

C'est que le Chevalier ne voulut pas

Monter sur le cheval qu'on lui avait prêté

Devant la porte;

Il y fit monter - je tiens à vous le conter -

Un des deux chevaliers

Qui étaient venus avec lui.

Et il monte sur le cheval de celui-là,

Car cela lui plaisait et c'était là ce qu'il voulait.

Lorsque chacun eut pris place sur son cheval,

Ils se mirent en route tous les trois

Avec l'autorisation et la permission

De leur hôte, qui les avait servis

Et honorés autant qu'il le pouvait.

Ils suivent le droit chemin

Jusqu'au déclin du jour

Et ils arrivent devant le Pont de l'Epée

Après l'heure de none, vers la vêprée.

Aux abords du redoutable pont,

Ils sont descendus de cheval,

Et contemplent l'eau traîtresse,

Noire, bruyante, rapide et impétueuse,

D'apparence si laide et si sinistre

Qu'on aurait dit la rivière du diable,

Et si périlleuse et si profonde

Que toute créature en ce monde.

Si elle y était tombée,

Aurait été perdue comme dans l'océan.

Et le pont jeté à travers le torrent

Etait différent de tous les autres;

Jamais il n'y en a eu de tel

Et jamais, si vous me le demandez,

Il n'y aura pont avec un tablier si effrayant:

Fait d'une épée fourbie et blanche,

Le pont surplombait l'eau glaciale;

La lame était bien trempée et solide

Et avait deux lances de long.

A chacune des deux extrémités

Elle était attachée à un billot de bois.

Ne craignez pas que le Chevalier tombe à l'eau

Parce que l'épée va ployer et se rompre,

Car elle était si bien forgée

Qu'elle pouvait porter un lourd fardeau.

Mais ce qui achève de consterner

Les deux compagnons du Chevalier,

C'est qu'ils croyaient voir

Deux lions ou bien deux léopards

Enchaînés à un bloc de pierre

De l'autre côté du pont.

L'eau torrentueuse, l'épée servant de pont,

Les deux lions les effrayent tellement

Qu'ils tremblent tous deux de peur

Et disent: "Messire, écoutez

Nos conseils au sujet de ce que vous voyez,

Car vous en avez bien besoin:

Ce pont est mal construit et ajusté

Et fort mal charpenté.

Si vous ne vous repentez pas à temps,

C'est trop tard que vous allez vous repentir.

Il convient de faire certaines choses

En prévoyant les conséquences.

Même si vous parveniez à gagner l'autre côté -

Ce qui paraît aussi impossible

Que de maîtriser les vents

Et leur défendre de souffler,

Que d'empêcher les oiseaux de chanter

Au point qu'ils y renoncent,

Que de rentrer dans le ventre maternel

Pour renaître plus tard,

Ou bien vider la mer de son eau,

Autant d'impossibilités -

Pensez-vous, imaginez-vous

Que ces deux lions sauvages,

Enchaînés de l'autre côté

Ne vous déchireront pas à belles dents,

Ne suceront pas votre sang, ne dévoreront pas

Votre chair et ne rongeront pas vos os?

Rien que de les regarder

Fait appel à toute notre hardiesse.

Si vous ne songez pas à votre sécurité,

Ils vous tueront, n'en doutez pas;

Ils auront tôt fait de vous rompre et arracher

Les membres du corps,

Car ils ne vont pas vous faire grâce.

C'est à vous d'avoir pitié de vous-même,

Restez donc avec nous!

Vous seriez coupable envers vous-même

De vous exposer volontairement

A une mort certaine."

Et le Chevalier de leur répondre en souriant:

"Seigneurs, je vous remercie

D'être si préoccupés à mon sujet,

Votre amitié et votre loyauté vous inspirent.

Je sais bien que d'aucune façon

Vous ne désirez que malheur m'arrive;

Mais j'ai telle foi et telle croyance

En Dieu qu'Il me protégera n'importe où.

Je ne crains ni ce pont ni ce torrent

Davantage que la terre ferme des deux rives;

Je vais donc risquer l'aventure

Et m'engager sur le pont.

Je préfère la mort à battre en retraite."

Ses deux compagnons ne savent plus que dire,

Mais ils soupirent et versent des larmes

Abondantes, l'un et l'autre.

Lui s'apprête à traverser

Le gouffre au mieux qu'il sait.

Il agit alors de manière bien étrange,

Car il désarme ses mains et ses pieds.

Il ne parviendra pas en face

En très bon état!

Il est arrivé à se maintenir,

Les mains et les pieds nus,

Sur l'épée plus affilée qu'une faux.

Il n'avait laissé sur ses pieds

Ni souliers, ni chausses, ni avant-pied;

Il ne s'effrayait pas trop

De se blesser aux mains et aux pieds;

Il eût préféré se mutiler

Que tomber du pont et être immergé

Dans une eau dont il ne serait jamais sorti.

A grande douleur,

Et à grande détresse, comme prévu il avance;

Il se blesse aux mains, aux genoux et aux pieds,

Mais Amour qui le conduit et mène

Calme ses souffrances -

D'ailleurs souffrir lui est doux.

Rampant sur ses mains, pieds et genoux,

Il parvient à joindre l'autre côté.

Mais il se souvient

Des deux lions qu'il croyait

Avoir vus quand il se trouvait en face.

Il regarde de nouveau

Et n'aperçoit pas même un lézard,

Nulle créature capable de lui faire du mal.

Plaçant sa main devant son visage,

Il scrute son anneau et se rend compte,

Quand il ne voit aucun des deux lions

Qu'il pensait avoir aperçus,

Qu'il avait été victime d'un enchantement,

Car devant lui ne se trouvait rien de vivant.

Ses deux compagnons sur l'autre rive

Naturellement se réjouissent

De le voir de l'autre côté,

Mais ils ne savent pas combien il s'est blessé.

Le Chevalier pense avoir beaucoup gagné

Quand ses blessures ne sont pas plus graves.

Il étanche le sang qui coule de ses plaies

A l'aide de sa chemise.

Devant lui il voit s'élever une tour

Si formidable que de ses yeux

Il n'en avait jamais vu de pareille:

Elle n'aurait pu être plus imposante.

Appuyé à une fenêtre

Se tenait le roi Bademagu,

Un monarque épris

D'honneur et de vertu;

Surtout il entendait agir

Loyalement en toute circonstance.

Et son fils, qui s'efforçait partout et toujours

De se conduire à l'opposé de son père,

(Car d'être déloyal lui plaisait,

Et jamais il ne se lassait

De commettre vilenie,

Trahison ou félonie)

S'était accoudé près de lui.

Père et fils avaient vu au-dessous d'eux

Le Chevalier cheminer le long du pont

A grand-peine et à grande douleur.

De déplaisir et de colère

Méléagant est devenu tout pâle.

Il est certain maintenant

Qu'on va lui disputer la reine,

Mais il était si vaillant chevalier qu'il ne craignait

Nul homme, fût-il fort et hardi à l'excès.

Personne ne l'aurait surpassé en chevalerie,

S'il n'avait été si déloyal et si félon;

Mais il avait un coeur de pierre,

Vide de douceur et de pitié.

Ce qui plaît au roi et le rend heureux

Exaspère son fils.

Le roi sait fort bien

Que celui qui a passé le pont

Est supérieur à tous les autres,

Et que nul n'aurait osé le traverser

Si en lui dormait et reposait

Lâcheté, celle qui déshonore les siens

Plus que Prouesse n'honore les vaillants.

Prouesse a donc moins de pouvoir

Que Lâcheté et Paresse,

Tant il est vrai

Qu'il est plus aisé de faire le mal que le bien.

De Lâcheté et de Prouesse je vous parlerais

Bien plus, si je ne craignais de m'attarder;

Mais j'ai autre chose à considérer,

Car je veux retourner à mon récit.

Vous allez entendre

Comment le roi sermonne son fils:

"Fils, fait-il, c'est par hasard

Que nous sommes venus, toi et moi,

Nous accouder à cette fenêtre.

Nous en avons été si bien récompensés

Que nous avons assisté pleinement

Au plus grand exploit

Qui fût jamais accompli même en pensée.

Or dis-moi si tu n'admires pas

L'auteur d'un tel exploit?

Fais ta paix avec lui

Et rends-lui la reine!

Tu ne gagneras rien à te battre contre lui,

Tu pourrais même y perdre grandement.

Fais-toi donc tenir pour un homme sensé

Et courtois. Envoie-lui

La reine avant qu'il ne te voie.

Honore-le de telle façon en ta terre

Que ce qu'il est venu quérir

Tu lui donnes avant qu'il ne le demande.

Tu sais bien

Qu'il est en quête de la reine Guenièvre.

Ne te fais pas tenir pour sot,

Fou, ou arrogant.

Du moment qu'il se trouve seul en ta terre,

Tu dois lui tenir compagnie.

Un prud'homme doit se montrer accueillant

Envers tout autre prud'homme, l'honorer,

Le traiter courtoisement, et non lui battre froid.

Celui qui honore les autres s'honore lui-même:

Sache que l'honneur rejaillira sur toi,

Si tu rends service et honneur

A celui qui est sans conteste

Le meilleur chevalier du monde."

Méléagant répond: "Que Dieu me confonde

S'il n'en existe pas d'aussi bon ou de meilleur!"

Son père eut tort de l'oublier,

Car il ne se juge pas inférieur au Chevalier.

Il enchaîne: "Pieds joints et mains jointes,

Peut-être voulez-vous que je devienne

Son vassal et tienne ma terre de lui?

Que Dieu me soit en aide, je préférerais devenir

Son homme que de lui rendre

La reine! Que Dieu me garde

De la lui rendre à si peu de frais!

Certes, je n'entends pas la rendre,

Mais la disputer et la défendre

Contre tous ceux assez fous

Pour oser venir la quérir."

Alors le roi revient à son idée:

"Fils, tu te conduirais en homme courtois

Si tu renonçais à cette folie.

Je te conseille et te prie de te calmer.

Tu sais bien que ce Chevalier

Se couvrira de gloire s'il conquiert la reine

En luttant contre toi.

Il préfère l'obtenir

Comme prix d'un combat plutôt qu'en cadeau,

Car ce serait pour lui un titre de gloire.

Il me paraît certain qu'il n'est pas parti en quête

Pour la recevoir paisiblement,

Il entend l'obtenir à la suite d'un combat.

Tu serais bien inspiré

Si tu le privais d'un tel combat;

Je souffre de te voir si déraisonnable,

Mais si tu rejettes mes conseils,

J'aurai moins de regrets s'il t'arrive malheur;

Et il pourra bientôt t'en cuire,

Car le Chevalier n'a personne

A redouter à part toi.

Je lui accorde trève et sauvegarde,

Au nom de tous mes vassaux et au mien.

Jamais je n'ai commis de déloyauté,

De trahison ni de félonie,

Et je ne commencerai pas à en commettre

Ni pour toi ni pour tout autre.

C'est sans ambiguïté aucune

Que je vais promettre à ce Chevalier

Qu'il n'aura besoin de rien,

Armes ou cheval, qu'il ne le reçoive,

Du moment qu'il a eu la hardiesse

De venir jusqu'ici.

Il sera protégé

Et sa vie assurée contre tous,

Sauf contre toi.

Apprends - je le veux -

Que s'il peut se défendre contre toi

Il n'aura personne d'autre à craindre.

- J'ai tout loisir de vous écouter,

Fait Méléagant, et de me taire,

Et vous direz ce qu'il vous plaira.

Mais peu me chaut tout ce que vous dites;

Je ne suis pas si ermite,

Si plein de compassion et de charité,

Que je sois prêt à trouver honorable

De lui céder la femme que j'aime le plus au monde.

Et son affaire est loin d'être conclue

Si tôt et si aisément.

Les choses prendront un cours

Tout opposé à celui que vous envisagez tous deux.

Même si vous l'aidez contre moi,

Ce n'est pas une raison pour nous fâcher, vous et moi.

Qu'il ait paix et trève de vous et tous vos hommes,

Importe bien peu.

Cela ne m'intimide pas du tout.

Au contraire cela me plaît beaucoup, et Dieu en soit loué,

Qu'il n'ait que moi à craindre.

Ne faites donc rien pour moi

Qui puisse vous faire accuser

De déloyauté ou de trahison.

Soyez bon tant que vous voudrez

Et permettez-moi par contre d'être méchant.

- Comment? Tu ne vas pas changer d'avis?

- Non, répond Méléagant. - Je ne t'en dirai pas davantage.

Fais de ton mieux, car je te laisse

Pour aller parler au Chevalier.

J'entends lui offrir aide

Et conseil en tout ce qui le concerne,

Comme étant entièrement à sa disposition."

Le roi descendit de la tour

Et fait amener son cheval,

C'était un grand destrier;

Il monte par l'étrier,

Menant avec lui trois chevaliers

Et deux sergents

En tout et pour tout.

Ils n'arrêtèrent pas leur descente

Avant d'être arrivés près du pont.

Le Chevalier continuait à étancher

Ses plaies et à en ôter le sang.

Le roi pense l'avoir longtemps pour hôte,

Avant que ses blessures ne soient guéries,

Mais autant compter assécher

L'eau de la mer.

Le roi met rapidement pied à terre

Et celui qui était grièvement blessé

S'est immédiatement redressé à son approche,

Non qu'il le reconnaisse,

Et sans révéler la souffrance

Qu'il ressentait aux pieds et aux mains,

Se comportant comme s'il était indemne.

Le roi voit qu'il fait de son mieux

Et s'empresse de le saluer.

"Messire, lui dit-il, je m'étonne grandement

Qu'en mon pays

Vous ayez pu pousser jusqu'ici.

Mais soyez le bienvenu,

Car jamais plus personne n'osera pareille entreprise,

Et jamais il n'arriva ni arrivera

Que quelqu'un soit assez hardi

Pour vouloir s'exposer à un tel péril.

Sachez que je vous estime d'autant plus

Que vous avez accompli

Ce que personne n'oserait faire, même en pensée.

Vous me trouverez bien disposé

Envers vous, loyal et courtois.

Je suis roi de ce pays,

Et vous offre sans restriction

Mes conseils et mon aide.

Je crois bien deviner

Que l'objet de votre quête

C'est la reine.

- Sire, fait le Chevalier, vous devinez juste.

Aucune autre raison ne m'amène ici.

- Ami, vous auriez bien du mal

Avant de l'obtenir, réplique le roi.

Vous êtes grièvement blessé:

Je vois vos plaies et le sang qui coule.

Ne comptez pas sur la bienveillance

De celui qui a conduit la reine ici,

Ni qu'il vous la rende sans combat.

Vous avez besoin de repos

Et de soins pour vos blessures

Pour en amener la guérison.

De l'onguent aux trois Maries

Vous donnerai-je, ou d'un remède encore meilleur

Si on peut en trouver, car je désire vivement

Votre confort et votre guérison.

La reine a si bonne prison

Que personne ne touche à elle,

Pas même mon fils qui l'amena ici;

Il s'en irrite fort.

Jamais homme ne fut aussi déraisonnable

Ni aussi enragé que lui.

Mais moi, je suis bien disposé envers vous,

Et vous donnerai, que Dieu me soit en aide,

Bien volontiers ce qu'il vous faut.

Mon fils n'aura de si bonnes armes

Que je ne vous en donne d'aussi bonnes,

Ce qui n'aura guère l'heur de lui plaire.

Vous aurez le destrier qui vous conviendra.

Je vous prends sous ma protection

Envers et contre tous, s'en indigne qui voudra.

Vous n'aurez à craindre personne,

Sauf seulement celui

Qui amena la reine ici.

Personne n'a jamais menacé

Un autre homme comme je l'ai menacé, lui.

Pour un peu je l'aurais chassé

De mon royaume, tellement j'étais en colère

Parce qu'il ne veut pas vous rendre la reine.

Et pourtant c'est mon fils; mais soyez sans crainte,

S'il ne vous vainc en combat,

Il ne pourra pas, du moment que je m'y oppose,

Vous faire tort même d'une maille.

- Je vous remercie, sire, répond le Chevalier,

Mais je gaspille et perds mon temps,

Que je ne tiens nullement à perdre et à gaspiller.

Je ne me plains de rien

Et je n'ai pas de blessure qui me gêne.

Conduisez-moi donc à votre fils,

Car avec les seules armes que je porte

Je suis prêt dès maintenant

A donner et à recevoir des coups.

- Mon ami, vous feriez mieux d'attendre

Quinze jours ou trois semaines,

Jusqu'à ce que vos plaies soient cicatrisées;

Un repos de quinze jours au moins

Vous serait très profitable.

Pour rien au monde je ne permettrais

Ni n'accepterais

Qu'armé et équipé comme vous êtes

Vous combattiez en ma présence."

Et le Chevalier répond: "Si seulement vous le vouliez,

Il ne serait pas question d'autres armes,

Car volontiers avec celles que je porte

Je combattrais, sans réclamer

Qu'il y eût le moindre

Répit ou délai.

Mais pour vous plaire

J'attendrai jusqu'à demain.

Au delà de ce terme, inutile d'en parler,

Car je n'attendrai pas davantage."

Le roi lui promet

Que tout se passera selon sa volonté.

Il le fait alors mener à sa demeure

Et il commande à tous ceux qui l'accompagnent

D'être à ses ordres.

Les gens de Bademagu obéissent.

Et le roi, qui rêvait d'arriver à un accord

Si c'était possible,

Revint trouver son fils;

Il lui parle en homme qui voudrait

La paix et une bonne entente.

"Beau fils, dit-il, entends-toi

Avec ce Chevalier et renonce à le combattre!

Il n'est pas venu chez nous pour s'amuser,

Pour tirer de l'arc ou se livrer à la chasse,

Mais bel et bien en quête de prouesse

Et pour accroître sa renommée.

Pourtant il aurait grand besoin de repos,

Comme je l'ai constaté de mes yeux.

S'il m'avait écouté,

Ni ce mois-ci, ni le prochain,

Il n'aurait envie de combattre,

Mais il en a déjà le désir.

Si tu lui rends la reine,

Crois-tu te déshonorer?

Tu n'as pas à le craindre

Car personne ne t'en blâmerait.

Mais c'est un péché que de retenir

Une chose où l'on n'a aucun droit.

Il se serait volontiers battu

Aujourd'hui même,

Pourtant ses mains et ses pieds sont en triste état,

Tout blessés et entaillés qu'ils sont.

- Vous vous préoccupez de sottises,

Dit Méléagant à son père,

Et par la foi que je dois à saint Pierre

Je ne compte pas vous écouter en cette affaire.

Certes, je mériterais d'être écartelé

Entre quatre chevaux si je vous écoutais.

S'il cherche à être honoré, moi je le cherche aussi,

S'il cherche à être prisé, c'est aussi mon cas;

S'il désire à toute force se battre,

Je le désire cent fois plus.

- Je vois bien que tu es décidé à agir follement,

Fait le roi, et à en subir les conséquences.

Demain tu te mesureras avec le Chevalier,

Puisque tu le veux.

- Que jamais plus grand malheur ne m'arrive,

Répond Méléagant, que celui-ci!

J'aimerais mieux que le combat eût lieu

Aujourd'hui même que demain.

Voyez comme je me porte

Plus mal que d'habitude.

Mes yeux me brûlent

Et je me sens tout fiévreux.

Jamais jusqu'à ce que je combatte

Je n'aurai de joie ni ne me sentirai bien,

Ni rien ne me plaira."

Le roi a compris qu'en l'occasion

Conseil et prière ne servent à rien.

Bien à contrecoeur il quitte son fils.

Alors il prend un destrier beau et fort,

Qu'il envoie ainsi que de belles armes

A celui qui est digne de tels dons.

Là se trouvait un chirurgien,

Un fort bon chrétien,

Au monde il n'y avait pas plus loyal que lui.

Il savait mieux guérir les plaies

Que tous les médecins de Montpellier.

Cette nuit-là il soigna le Chevalier

Au mieux qu'il put,

Car le roi le lui avait commandé.

Déjà la nouvelle du combat imminent

S'était répandue parmi les chevaliers,

Les demoiselles, les dames et les barons

De tout le pays environnant.

Ils vinrent en une grande étape

De toute la contrée à la ronde,

Les étrangers comme les gens du pays.

Ils chevauchèrent bon train

Toute la nuit jusqu'au soleil levant.

A l'aube les uns et les autres

Se pressèrent en telle foule devant le château

Qu'on n'y aurait pu remuer le pied.

Le roi se lève le lendemain matin,

Préoccupé par l'idée du combat qui se prépare.

Une fois de plus il vient trouver son fils,

Qui déjà avait le heaume en tête,

Un heaume fait à Poitiers.

Mais tout délai s'avéra impossible,

De même qu'un accord entre les deux adversaires.

Le roi eut beau prier son fils,

Celui-ci ne voulut rien entendre.

Devant la tour, sur la place,

Où s'est assemblée la foule,

Le combat aura lieu:

Ainsi le veut et l'ordonne le roi.

Le Chevalier étranger est mandé bientôt

Par Bademagu, et on le lui amène

En la place qui était pleine

De gens du royaume de Logres.

Tout comme pour entendre les orgues

On va à l'église lors d'une fête annuelle,

Que ce soit la Pentecôte ou bien Noël,

Suivant ainsi la coutume,

De même en grand nombre

Ils s'étaient tous rassemblés sur la place.

Trois jours de suite avaient jeûné

Et étaient allées nu-pieds et portant la haire

Les jeunes filles

Nées au royaume d'Artur,

Afin que Dieu donnât force et vigueur,

Contre son adversaire,

Au Chevalier qui devait combattre

Pour délivrer les captifs.

De même les gens de Gorre

De leur côté priaient

Que Dieu donne la victoire

A leur seigneur.

De bon matin, avant que ne sonne la première heure,

On avait conduit sur la place

Les deux adversaires tout armés

Sur deux chevaux caparaçonnés de fer.

Méléagant avait belle prestance,

Physiquement,

Et son haubert à menues mailles,

Son heaume et l'écu,

Pendu à son cou,

Lui allaient à merveille.

Mais tous pensaient que son adversaire vaincrait,

Même ceux qui souhaitaient la défaite du Chevalier.

Tous disent que Méléagant

A peu de chances de gagner contre lui.

Maintenant que les voilà sur la place

Le roi survient,

Qui tant qu'il peut les retient

Et s'efforce de les réconcilier,

Mais son fils reste intraitable.

Alors Bademagu dit: "Tenez vos chevaux

En bride tout au moins

Jusqu'à ce que je sois monté en ma tour.

La faveur ne sera pas grande

Si à ma demande vous différez un instant le combat."

Alors il les quitte, très anxieux,

Et se rend là où il pensait

Retrouver la reine, qui l'avait prié

La veille de la placer

En un lieu d'où elle verrait

Sans difficulté le combat,

Et il lui avait accordé sa requête.

Il alla donc la chercher et l'escorter,

Car il tenait beaucoup

A l'honorer et à lui rendre service.

Il l'a installée près d'une fenêtre,

Et s'est placé à sa droite,

Accoudé à une autre fenêtre.

Avec eux deux il y avait groupé

Bon nombre de gens divers,

Chevaliers et dames courtoises

Et demoiselles nées au pays de Gorre;

S'y trouvaient également beaucoup de captives,

Très occupées

Par leurs oraisons et prières.

Les prisonniers et les prisonnières

Priaient tous et toutes pour leur champion,

Espérant que Dieu par son entremise

Allait les secourir et délivrer.

Les deux adversaires sans plus long délai

Font reculer les spectateurs qui les entourent;

Ils heurtent du coude leur écu

En le saisissant par les courroies,

Puis piquent des deux. De la longueur de deux bras

Ils transpercent les écus

De leurs lances, de sorte qu'elles éclatent

Et se brisent comme des baguettes.

Les deux destriers se rencontrent

Avec une telle force front à front

Et poitrail contre poitrail,

Tandis que s'entrechoquent les écus

Et les heaumes, qu'il semble,

En entendant le bruit de tout cela,

Que ce soit le tonnerre.

Guides, sangles, rênes, étriers

Et autres pièces du harnais

Sont rompus, et les arçons des selles,

Quoique très solides, se brisent.

Les deux cavaliers n'ont pas à rougir

D'avoir été projetés à terre,

Dès que tout cet équipement leur a fait défaut.

Très vite ils se sont relevés

Et s'abordent l'un l'autre sans vaines paroles

Plus sauvagement que deux sangliers,

Et passant outre aux menaces

Ils échangent de grands coups avec leurs épées d'acier

En hommes qui se détestent.

Ils tranchent souvent si férocement

Dans leurs heaumes et hauberts argentés

Que la lame en fait gicler le sang.

Ils bataillent de leur mieux,

Se frappant l'un l'autre

Vigoureusement et sans pitié.

Maints coups violents durs et appuyés

Ils se donnent l'un à l'autre, et si également

Qu'on ne saurait dire

Qui aurait l'avantage.

Mais il était inévitable

Que celui qui avait traversé le pont

Fût très affaibli

Par ses mains couvertes de blessures.

Les spectateurs sont consternés,

Du moins ceux de Logres,

Car ils voient faiblir ses coups

Et craignent qu'il n'ait le dessous.

Déjà il leur semblait

Qu'il était perdant

Et Méléagant gagnant,

Ils en grommelaient alentour.

Mais aux fenêtres de la tour

Il y avait une demoiselle très avisée,

Qui, ayant bien réfléchi, se dit

Que le Chevalier n'avait pas

Entrepris de combattre pour elle

Ni pour les autres gens de peu

Assemblés sur la place,

Et qu'il ne l'aurait pas fait

S'il ne s'était pas agi de la reine.

La demoiselle pense que si le Chevalier

Savait la reine présente à la fenêtre

En train de le contempler,

Il en reprendrait force et courage,

Et, si elle-même savait son nom,

Elle lui crierait volontiers

Qu'il regardât en haut.

Elle s'approcha alors de la reine et lui dit:

"Ma dame, de par Dieu et pour votre

Bien et pour le nôtre, je vous requiers

Que le nom de ce Chevalier

Me disiez, si vous le savez,

Pour lui venir en aide.

- Vous m'avez requis telle chose,

Demoiselle, dit la reine,

Où je ne discerne aucun mal

Ni rien de blâmable, juste le contraire.

Lancelot du Lac s'appelle

Le Chevalier, autant que je sache.

- Mon Dieu, comme j'ai le coeur léger

Et plein de joie!", fait la demoiselle.

Alors elle s'avance vivement et l'appelle

A pleins poumons,

Si haut que tout le monde l'entend:

"Lancelot! retourne-toi et regarde

Qui a les yeux fixés sur toi!"

Quand Lancelot entend son nom,

Il ne tarde guère à se retourner

Et voit au-dessus de lui

La personne du monde

Qu'il désirait voir le plus,

Assise aux loges de la tour.

Dès le moment qu'il l'aperçut

Il ne se tourna ni ne se mut,

Ni ne détourna d'elle ses yeux et son visage,

Combattant le dos tourné à Méléagant.

Celui-ci le poussait devant lui

Chaque fois qu'il le pouvait,

Ravi parce qu'il pense

Que Lancelot ne peut plus se défendre

Les gens de Gorre sont fort heureux,

Tandis que ceux de Logres sont si consternés

Qu'ils ne peuvent plus se soutenir -

Nombreux sont ceux

Qui s'affaissent dans leur désarroi,

Tombant à genoux ou prostrés sur le sol:

Ainsi les uns se réjouissent, les autres se désolent.

La demoiselle alors crie

De nouveau hors de la fenêtre:

"Ah! Lancelot, pourquoi

Te conduis-tu en dépit du bon sens?

Avant ce jour courage

Et vaillance habitaient en toi,

Je ne pense ni ne crois

Que Dieu fît jamais chevalier

Qui puisse se comparer

A toi en valeur et en prix.

Et maintenant nous te voyons si empêtré

Que tu lances tes coups par derrière

Et tu te bats le dos tourné.

Place-toi donc en face de ton adversaire

Tout en continuant à voir la tour,

Car il fait bon la regarder."

Lancelot ressent une telle honte

Qu'il se méprise lui-même,

Car il sait bien que depuis un bon moment

Il a eu le dessous

Et que tout le monde s'en rend compte.

Alors il recule rapidement

Et ayant contourné Méléagant, il le contraint

A se placer entre lui et la tour.

Méléagant s'efforce

De reprendre sa place d'avant,

Mais Lancelot court sur lui

Et le heurte si violemment

De tout son corps et de son écu,

Quand il veut se tourner ailleurs,

Qu'il le fait pivoter sur place

Deux fois ou trois, malgré lui.

Force et hardiesse croissent chez Lancelot,

Car Amour lui apporte une aide énorme

Et parce que jamais il n'avait haï

Quelqu'un autant que celui

Qui combat contre lui.

Amour et une haine mortelle,

Si grande qu'il n'en fut jamais de telle,

Le rendent si hardi et si vaillant

Que Méléagant n'a pas l'impression de jouer

Mais redoute fort son adversaire,

Car jamais il n'aborda ni ne connut

Chevalier si enragé,

Et jamais chevalier

Ne lui fit mal ni ne lui nuisit comme celui-là.

Sans se faire prier il recule devant lui,

Il cherche à s'effacer

Et à éviter des coups qui lui déplaisent fort,

Et Lancelot ne perd pas de temps à l'injurier,

Mais le chasse à coups redoublés vers la tour,

Où la reine était appuyée à la fenêtre.

Souvent il l'a servie

En venant si près de la tour

Qu'il lui fallait s'arrêter:

Il aurait cessé de la voir

S'il avait avancé d'un seul pas.

Ainsi Lancelot à maintes reprises

Menait Méléagant arrière et avant,

Partout où bon lui semblait.

Toutefois il s'arrêtait

En vue de sa dame, la reine,

Celle qui lui a mis au corps la flamme

Qu'il attise en la regardant,

Et cette flamme le rendait

Si agressif envers Méléagant

Que partout où il voulait

Il pouvait le mener et le chasser devant lui.

Comme il le ferait d'un aveugle ou d'un éclopé,

Il le promène contre son gré.

Bademagu voit son fils si désemparé

Qu'il semble sans force et ne se défend plus;

L'inquiétude le saisit et il a pitié de Méléagant,

Et si possible il trouverait un arrangement,

Mais il lui faudra prier

La reine s'il veut réussir.

Il s'adressa donc à elle:

"Madame, je vous ai témoigné toute mon amitié,

Je vous ai servie et honorée

Depuis que je vous ai en mon pouvoir.

A aucun moment je ne sus chose

Que je ne fisse volontiers pour vous

A condition qu'elle vous honorât.

Récompensez-moi maintenant:

Je veux vous demander une faveur

Que vous ne devriez m'accorder

Si vous ne le faisiez pas par amitié pour moi.

Je vois bien que mon fils

A de toute évidence le dessous dans ce combat.

Je ne dis pas cela parce que je le regrette,

Mais pour que Lancelot;

Qui en a le pouvoir, ne le tue pas.

Il ne faut pas que vous vouliez sa mort;

Ce n'est pas qu'il n'ait pas mal agi

Envers vous et envers son adversaire,

Mais dites-lui, je vous en prie,

Et grâces vous en soient rendues,

Qu'il s'abstienne de frapper mon fils;

Ainsi vous pourrez reconnaître

Ce que j'ai fait pour vous, si vous êtes d'accord.

- Sire, parce que vous m'en priez,

Je le veux bien, dit la reine;

Même si j'avais une haine mortelle

Envers votre fils, que je n'aime point,

Vous avez eu tant d'égards pour moi

Que pour vous faire plaisir

Je veux bien qu'il retienne ses coups."

Ces mots ne furent pas prononcés

A voix basse, mais entendus

De Lancelot et de Méléagant.

Celui qui aime sait si bien obéir

Qu'il fait tôt et volontiers,

En parfait amoureux,

Ce qui plaira à celle qu'il aime:

Lancelot ne peut donc qu'obéir,

Lui qui fut plus amoureux que Pyrame,

S'il était possible d'être plus amoureux.

Il entendit les paroles de la reine,

Et dès que la dernière

Lui fut sortie de la bouche,

Dès qu'elle eut dit: "Pour vous faire plaisir

Je veux bien qu'il retienne ses coups",

Lancelot pour rien au monde

N'eût touché à Méléagant ni bougé;

Même au risque d'être tué

Il cesse de frapper et de se mouvoir.

Et son adversaire le martèle de coups,

Transporté de colère et de honte,

Quand il se trouve réduit

A avoir besoin qu'on intercède pour lui.

Bademagu, pour réprimander son fils,

Descend au plus vite de la tour;

Il intervient dans la mêlée

Et dit à Méléagant:

"Comment! Est-ce convenable

Que tu le frappes quand il ne te touche pas?

Tu es vraiment par trop belliqueux,

Par trop combatif quand il n'en est plus temps!

Nous savons pertinemment

Qu'il a pris le dessus sur toi."

Alors Méléagant, dont la honte obscurcit la raison,

Répondit au roi:

"Peut-être que vous devenez aveugle,

Je pense que vous n'y voyez goutte!

Car c'est être aveugle que de croire.

Que je n'ai pas pris le dessus sur lui.

- Cherche donc, fait le roi, qui te croie!

Tous ceux qui sont ici savent très bien

Si tu dis vrai ou si tu mens.

La vérité nous est connue."

Sur ce, Bademagu dit à ses vassaux

De forcer son fils à reculer.

Ceux-ci sans perdre de temps

Exécutent son ordre.

Ils ont vite fait de mener arrière Méléagant.

Mais pour faire reculer Lancelot

L'effort fut minime;

Méléagant aurait pu lui faire grand mal.

Sans riposte de sa part.

Le roi dit alors à son fils:

"Dieu aidant, il faut maintenant

Consentir à la paix et rendre la reine.

Toute cette dispute,

Il faut l'abandonner, en proclamer la fin.

- Vous venez de prononcer une grande sottise!

Vous parlez en dépit du bon sens!

Allez-vous-en! Laissez-nous combattre,

Et ne vous mêlez plus de cette affaire!"

Le roi déclare qu'il continuera à s'en mêler,

"Car je sais bien que Lancelot te tuerait

Si l'on vous permettait de poursuivre le combat.

- Il me tuerait? C'est moi plutôt

Qui aurais tôt fait de le vaincre et mettre à mort,

Si vous cessiez d'intervenir

Et nous laissiez combattre."

Alors le roi dit: "Que Dieu me soit en aide,

Tout ce que tu peux dire ne te servira de rien.

- Pourquoi pas? - Parce que je ne veux pas.

Je n'accepterai pas que ta folie et ton orgueil

Causent ta mort.

Il est fou à lier celui qui désire sa propre mort

Comme tu le fais sans t'en rendre compte.

Je sais bien que tu me hais

Parce que j'entends te protéger contre toi-même.

Mais être témoin de ta mort,

J'espère que Dieu ne le permettra pas,

Car j'en aurais trop de peine."

Il lui en dit tant et tant le sermonne

Qu'un pacte est conclu,

Selon lequel Méléagant libère

La reine, à condition

Que Lancelot sans le moindre délai,

Dès qu'il l'aura sommé de comparaître,

Un an après la dite convocation,

Se battra derechef

Avec Méléagant.

Lancelot ne souleva pas d'objection.

Tout le monde s'empressa d'accepter l'accord,

Et on stipule que le combat

Aura lieu à la cour d'Artur,

Le seigneur de Bretagne et de Cornouaille:

C'est là qu'on stipule que le combat sera livré,

Mais il faut que la reine y consente,

Et que Lancelot promette

Que si Méléagant triomphe de lui,

Elle reviendra à Gorre avec Méléagant

Sans que personne ne cherche à la retenir.

La reine accepte cette clause de l'accord

Et Lancelot ne s'y oppose pas.

On les a donc pacifiés,

Séparés et désarmés.

La coutume de Gorre portait

Que si l'un des emprisonnés parvenait à sortir du pays

Tous les autres pouvaient le quitter.

Tous bénissaient Lancelot:

Vous pouvez bien deviner

Qu'alors la joie fut grande,

Et en effet elle l'était.

Les gens de Logres s'assemblent tous

Et font fête à Lancelot,

Disant tous pour qu'il l'entende:

"Certes, messire, nous avons été très heureux

De vous entendre appeler par votre nom,

Car nous avons été alors convaincus

Que nous allions être délivrés."

Toute cette joie fut accompagnée de bousculade,

Car chacun s'efforce et tente

D'arriver jusqu'à Lancelot pour le toucher.

Celui qui peut se rapprocher le plus de lui

Fut plus heureux qu'il n'aurait su dire.

On trouvait là joie et tristesse,

Car ceux qui sont de nouveau libres

S'abandonnent à la joie,

Tandis que Méléagant et les siens

N'ont rien qui leur plaise,

Ils se montrent pensifs, mornes et déprimés.

Le roi quitte la place

Sans y laisser Lancelot

Car il l'emmène avec lui;

Celui-ci le prie de le conduire auprès de la reine.

"Je n'y vois pas d'inconvénient, fait le roi,

Car votre requête me paraît légitime.

Et je vous ferai voir Keu le sénéchal

Egalement, si bon vous semble."

Pour un peu Lancelot se serait jeté à ses pieds,

Tellement il était heureux.

Bademagu le mène maintenant

A la salle, où était venue

La reine qui l'attendait.

Quand elle voit le roi,

Qui tenait Lancelot par le doigt,

Elle se lève par politesse envers Bademagu,

Mais son visage exprime la contrariété,

Elle baisse la tête et ne dit mot.

"Madame, voici Lancelot

Fait le roi, qui vient vous faire visite,

Ce qui doit vous réjouir et vous plaire.

- Me plaire à moi, sire? Mais pas du tout;

Je n'ai que faire de sa visite.

- Vous me surprenez extrêmement, Madame, dit le roi,

Qui était fort courtois et de sentiments généreux.

Où avez-vous pris une telle humeur?

Certes, vous récompensez bien mal

Un homme qui vous a tant servie

Et qui au cours de sa quête a souvent

Risqué sa vie en de mortels périls.

Contre Méléagant mon fils

Il vous a secourue et défendue,

Lui qui vous a rendue transportée de colère.

- Vraiment, sire, il a bien mal employé son temps:

Je n'éprouve aucune peine à avouer

Que je ne lui sais nul gré de ce qu'il a fait."

Voici Lancelot stupéfait;

Pourtant il répond sur un ton très humble,

A la façon d'un amoureux parfait:

"Madame, certes, je suis au désespoir,

Mais je n'ose vous demander le pourquoi de votre accueil."

Lancelot aurait proféré mainte plainte

Si la reine avait bien voulu l'écouter,

Mais pour le chagriner encore plus,

Elle ne daigna lui répondre un seul mot

Et se dirigea vers une pièce attenante.

Lancelot jusqu'au seuil

La suivit du regard et de son coeur.

Aux yeux le trajet fut fort court,

Car la pièce était trop voisine;

Ils y fussent entrés volontiers

Après elle, si cela avait été possible.

Le coeur, en seigneur et en maître,

Et dont les pouvoirs sont bien plus grands,

Est passé derrière elle à travers la porte,

Alors que les yeux sont restés en deçà,

Remplis de larmes, avec le corps.

L'ayant pris à part,

Le roi lui dit: "Lancelot, je m'étonne

De ce qui se passe, et je me demande

Pourquoi la reine ne supporte pas

De vous voir ni ne veut converser avec vous.

Si jamais elle consentait à vous parler

Ce n'est pas maintenant qu'elle devrait s'y refuser

Et éviter de vous écouter,

Car pour elle, vous avez fait beaucoup.

Dites-moi donc si vous savez

Pour quelle raison, pour quel méfait

Elle vous a reçu avec tant de froideur.

- Sire, jusqu'en ce moment même je ne me doutais de rien,

Mais en effet il ne lui plaît guère de me voir

Ni d'écouter ce que j'ai à dire;

Cela me fait souffrir et me tourmente beaucoup.

- Il est certain, fait le roi, qu'elle a tort,

Car vous vous êtes mis en péril de mort

En courant pour elle de si grands risques.

Mais venez donc, beau doux ami,

Et vous irez parler avec le sénéchal.

- Très volontiers, fait-il, je veux bien y aller."

Tous deux s'en vont auprès du sénéchal.

Lorsque Lancelot arriva devant lui,

Ce fut le sénéchal qui adressa

Le premier mot à Lancelot:

"Comme tu m'as couvert de honte! - Et comment ai-je pu le faire?

Fait Lancelot, dites-le-moi;

Quelle honte vous ai-je donc faite?

- Une honte bien grande; tu as su mener à bien

Une prouesse que je ne parvins point à accomplir,

Et tu as fait ce que je n'ai pas pu faire."

Alors le roi les laisse en tête-à-tête,

Il quitte tout seul la chambre;

Et Lancelot demande

Au sénéchal s'il a beaucoup souffert.

"Oui, beaucoup, fait-il, et je souffre encore:

Jamais je n'eus plus mal que je n'ai à présent;

Il y a bien longtemps déjà que je serais mort

Sans le roi qui vient de s'en aller d'ici,

Lequel a témoigné à mon égard d'une pitié

Pleine de douceur et d'amitié,

De sorte que, pourvu qu'il fût au courant,

Jamais rien de ce dont j'avais besoin

Ne me manqua une seule fois -

Rien qui ne me fût préparé immédiatement

Dès qu'il savait ma nécessité.

Par contre, pour chaque bienfait que lui me faisait,

Son fils Méléagant,

Passé maître en l'art de mal faire,

Faisait venir traîtreusement auprès de lui

Les médecins et leur commandait ensuite

De mettre sur mes plaies

Des onguents propres à me faire mourir.

J'avais ainsi un père et un parâtre,

Car lorsque le roi faisait mettre

Un bon emplâtre sur mes plaies,

Voulant faire tout son possible

Pour hâter ma guérison,

Son fils, dans sa traîtrise,

Cherchait en revanche à me tuer,

Et ordonnait qu'on l'enlevât

Pour mettre un mauvais onguent à sa place.

Mais j'ai la certitude

Que le roi ne savait rien de tout cela:

Pareil meurtre ou acte de félonie

Sont des choses que d'aucune manière il n'eût tolérées.

Mais vous ne savez rien de la générosité

Dont il a fait preuve à l'égard de ma dame la reine:

Jamais par nul guetteur

Tour dans une marche ne fut gardée plus attentivement

Depuis le temps que Noé construisit l'arche,

Tant il a pris soin d'elle;

Il ne permet même pas

Que son fils la voie, ce qui l'enrage,

A moins que ce ne soit en présence d'une foule de gens

Ou qu'il ne soit là, lui aussi, présent.

Il manifeste envers elle un respect si grand -

Et depuis longtemps il la traite ainsi -

Ce noble roi, auquel grâces soient rendues,

Selon les règles qu'elle-même a formulées.

Jamais il n'eut d'autre arbitre

Qu'elle pour déterminer sa propre conduite;

Et le roi ne l'en estima que davantage,

A cause de la loyauté dont elle fit preuve.

Mais est-ce vrai ce qu'on m'a dit,

Qu'elle éprouve pour vous une si grande ire

Qu'au vu et au su de tout le monde elle a refusé

De vous adresser la parole?

- On vous a bien dit la vérité,

Fait Lancelot, sans hésiter une seconde.

Mais, pour Dieu, sauriez-vous me dire

Enfin pour quelle raison elle me hait?"

L'autre répond qu'il n'en sait rien,

Mais que cela lui paraît bizarre et étrange.

"Que tout soit selon sa volonté,"

Fait Lancelot, qui ne peut que se résigner,

Et il dit: "Il me faudra prendre congé de vous,

Car je pars à la recherche de Gauvain,

Qui est arrivé en ce pays;

Il s'est engagé devant moi de venir

Tout droit au Pont Sous l'Eau:"

Alors il a quitté la chambre

Pour se présenter auprès du roi

Afin d'obtenir la permission de partir dans cette direction.

Le roi la lui accorde volontiers;

Mais ceux qu'il avait délivrés

Et libérés de la prison

Lui demandent ce qu'ils vont faire.

Et il dit: "Avec moi viendront

Tous ceux qui voudront m'accompagner;

Et ceux qui désirent rester

Auprès de la reine, qu'ils y restent:

Il n'y a pas de raison qu'ils viennent avec moi."

Tous ceux qui le veulent s'en vont avec lui,

Plus heureux et joyeux que de coutume.

Avec la reine demeurent

Des demoiselles qui étalent leur joie,

Et mainte dame et maint chevalier;

Mais il n'y a parmi eux un seul

Qui n'eût préféré rentrer

Dans son propre pays plutôt que rester là.

Mais la reine les retient tous

A cause de messire Gauvain qui est sur le point d'arriver,

Et dit qu'elle ne bougera point

Avant d'avoir de ses nouvelles.

Partout la nouvelle s'est répandue

Que la reine est entièrement libre

Et que tous les prisonniers sont délivrés;

Ils pourront donc sans faute s'en aller

Dès qu'il leur plaira et quand bon leur semblera.

Tous cherchent à établir si c'est vrai,

Personne ne parla de rien d'autre

Lorsque les gens se rassemblèrent tous ensemble.

Ils se fâchent beaucoup

Que les mauvais passages aient été détruits

Si bien que l'on va et vient comme on veut:

Ce n'est pas ainsi que doivent être les choses!

Quand les gens du pays

Qui n'avaient pas été à la bataille

Apprirent comment Lancelot s'était conduit,

Ils se sont tous dirigés à l'endroit

Où ils surent qu'il allait,

Car ils pensent que cela plairait au roi

S'ils prenaient et lui livraient

Lancelot. Ses gens à lui

Se trouvaient tous dépourvus de leurs armes

Et pour cette raison on les maltraita,

Car ceux du pays vinrent armés.

Il n'est pas étonnant qu'ils réussirent à prendre

Lancelot, qui était désarmé.

Ils le ramènent tout captif en arrière,

Les pieds attachés sous le ventre de son cheval.

Et les autres disent: "Vous agissez mal,

Seigneurs, car le roi garantit notre sûreté.

Nous sommes tous sous sa protection."

Et eux répondent: "Nous n'en savons rien,

Mais c'est ainsi en tant que nos prisonniers

Qu'il vous faudra venir à la cour."

Le bruit vole et court rapidement

Jusqu'au roi que ses gens ont pris

Lancelot et l'ont mis à mort.

Quand le roi l'entendit, il en éprouve un grand deuil,

Et jure par sa tête - et par bien plus encore -

Que ceux qui l'on tué en mourront à leur tour;

Ils ne sauront jamais se justifier,

Et, s'il peut les tenir entre ses mains ou les prendre,

Il ne restera d'autre remède que la pendaison

Ou le bûcher ou la noyade.

Et s'ils veulent nier leur crime,

Jamais à aucun prix il ne les en croira,

Car ils lui ont trop rempli le coeur

De tristesse, et lui ont fait une honte si grande

Qu'il mériterait le mépris de tous

S'il ne s'en vengeait pas;

Mais il se vengera, que personne n'en doute!

La rumeur continue de circuler

Jusqu'à parvenir là où se trouve la reine,

Assise à table, en train de manger.

Elle a failli se donner la mort

Aussitôt que sur Lancelot

Elle apprit la nouvelle mensongère;

Mais elle la croit vraie

Et s'en effraie si cruellement

Qu'elle en perd presque l'usage de la parole;

Mais pour les gens qui étaient là, elle dit à voix haute:

"Je suis vraiment navrée qu'il soit mort,

Et je n'ai pas tort d'avoir du chagrin,

Puisqu'il vint dans ce pays à cause de moi:

Il est donc juste que je ressente ce chagrin."

Puis elle se dit à elle-même tout bas,

Pour que personne ne puisse l'entendre,

Qu'à boire et à manger

Jamais plus il ne conviendra de l'inviter

S'il est bien vrai qu'est mort celui

Pour la vie de qui elle-même vivait.

Alors, accablée de tristesse, elle se lève

De table, et elle s'abandonne à sa douleur,

Sans que personne ne puisse l'entendre ni l'écouter.

A plusieurs reprises, la fureur de mettre fin à ses jours

La pousse à se prendre à la gorge;

Mais elle se retient le temps de se confesser toute seule,

Et se repent et bat sa coulpe,

En s'accusant sévèrement et en plaidant coupable

Du péché qu'elle avait commis

Envers celui dont elle savait bien

Qu'il avait toujours été entièrement à elle

Et qu'il le serait encore s'il était en vie.

Elle souffre tant de sa propre cruauté

Qu'elle finit par perdre une partie de sa beauté.

Sa cruauté et sa félonie

L'ont rendue pâle outre mesure,

Ainsi que ses nuits de veille et son refus de manger;

Elle additionne la somme de ses méfaits,

Et ceux-ci repassent chacun devant elle;

Elle les enregistre tous et ne cesse de dire:

"Malheureuse! A quoi ai-je pu penser,

Lorsque mon ami vint devant moi,

Pour que je ne daignasse pas le recevoir avec joie

Ni ne voulusse jamais l'écouter?

Quand envers lui je manquai d'égards

Et refusai de lui parler, n'était-ce pas là folie de ma part?

Folie seulement? Que Dieu me vienne en aide!

Je commis plutôt des actes de traîtrise et de cruauté;

Alors que je ne croyais faire tout cela que par simple jeu,

Il ne le comprit pas de cette façon-là.

Et il ne m'a point pardonné.

Moi seule lui ai administré

Ce coup mortel, je pense.

Quand il se présenta devant moi tout souriant

Et crut que je lui exprimerais

Ma grande joie à le recevoir,

Et je ne voulus jamais le voir,

Cela ne fut-il pas un coup mortel pour lui?

Quand je refusai de lui parler,

En un bref instant, je le privai

Et de son coeur et de sa vie.

Ces deux coups-là l'ont tué, j'en suis sûre;

Ce ne sont pas de vagues Brabançons qui l'ont assassiné.

Mon Dieu! Pourrai-je racheter

Ce meurtre et ce péché?

Non, c'est impossible. Avant que cela ne se fasse,

Tous les fleuves seront desséchés et la mer se tarira.

Hélas! Comme je me sentirais comblée

Et quel grand réconfort pour moi

Si une seule fois, avant sa mort,

J'eusse pu le tenir dans mes bras!

De quelle manière? Oui: nos deux corps nus, l'un contre l'autre,

Pour que j'eusse reçu de lui le plus possible de joie.

Maintenant qu'il est mort, je suis bien lâche

De ne pas tout faire pour mourir, moi aussi.

Pour quelle raison? Cela nuit-il à mon ami

Si je continue de vivre après sa mort,

Alors que je n'ai plus rien qui m'occupe

Sauf les malheurs que j'éprouve pour lui?

Tandis que c'est après sa mort que je m'y complais,

Assurément, pendant sa vie, la souffrance que je désire tant

A présent lui eût été bien douce.

Bien lâche est celle qui préfère mourir

Plutôt que de souffrir pour son bien-aimé.

Il me plaît certainement beaucoup

De mener le deuil encore pendant longtemps.

J'aime mieux vivre et subir les mauvais coups

Que mourir et trouver le repos."

Le deuil de la reine fut tel

Que pendant deux jours elle ne mangea ni ne but rien,

Et l'on pensa qu'elle était morte.

Nombreux sont ceux qui portent des nouvelles,

Et les mauvaises nouvelles se répandent davantage que les bonnes.

A Lancelot parvient la nouvelle

Que sa dame, sa bien-aimée est morte.

Son deuil fut grand, n'en doutez pas;

Tous se rendent bien compte

Du degré de sa douleur et de sa peine.

Sa douleur fut bien authentique,

Si vous tenez à l'entendre dire et à le savoir,

Car elle le poussa à se dégoûter de la vie:

Il se mit à vouloir sans tarder sa propre mort,

Mais auparavant il composa une complainte.

D'une ceinture qu'il portait

Il fait un noeud coulant à l'un des bouts,

Et, en versant des larmes, il se dit à lui-même:

"Ah! Mort! Comme tu m'as traqué,

De bien portant tu m'as transformé en grand malade!

Je suis à bout de mes forces, mais ne sens aucun mal

A part la douleur qui pèse sur mon coeur.

Cette douleur est bien grave, voire mortelle.

Je veux bien qu'il en soit ainsi

Et, s'il plaît à Dieu, j'en mourrai.

Comment? Ne pourrai-je pas mourir autrement

S'il ne plaît pas à Dieu de me laisser mourir?

Si, bien sûr, mais qu'Il me permette

De serrer cette ceinture autour de mon cou,

Je pense bien pouvoir ainsi contraindre la Mort

A me tuer en dépit d'elle.

La Mort qui jamais ne désira

Que ceux qui ne veulent pas d'elle

Ne veut pas se présenter, mais ma ceinture

L'amènera tout de suite en mon pouvoir.

Et aussitôt qu'elle se trouvera sous mon autorité,

Elle fera ce que je demanderai d'elle.

Mais non, elle viendra trop lentement,

Tant je suis désireux de l'avoir auprès de moi."

Alors il ne se permet plus aucun retard, aucun délai;

Il passe dans le noeud sa tête

Et le fixe autour de son cou,

Et pour que le coup ne manque de porter,

Il lie le bout de la ceinture

Etroitement à l'arçon de sa selle,

Sans que personne ne s'en aperçoive;

Puis il se laisse glisser vers le sol,

Car il voulut se faire traîner

Par son cheval jusqu'à son dernier souffle:

Il ne consent pas à prolonger sa vie une heure de plus.

En le voyant tombé à terre,

Ceux qui chevauchaient avec lui

Croient qu'il s'est évanoui,

Car nul d'entre eux ne s'aperçoit du noeud

Qu'il avait fixé autour de son cou.

Ils ont vite fait de le saisir,

Et le relèvent dans leurs bras,

Et c'est alors qu'ils ont trouvé le lacet

Au moyen duquel il était devenu son propre ennemi

En le mettant autour de son cou;

Ils se pressent pour le couper:

Mais le lacet lui avait si durement

Eprouvé la gorge

Que pendant un certain temps il ne put parler;

C'est tout juste si les veines de son cou

Et de sa gorge ne s'étaient pas toutes rompues;

Désormais, qu'il le voulût ou non,

Il ne fut plus en mesure de se faire du mal.

Cela le contrariait beaucoup d'être gardé à vue,

Sa douleur faillit exploser,

Parce qu'il se serait volontiers tué,

Si personne n'avait veillé sur lui.

Puisqu'il ne pouvait plus se faire de mal;

Il dit: "Ah! Mort vilaine et basse,

Mort, pour Dieu, n'avais-tu donc pas

Assez de pouvoir et de force

Pour me tuer, moi, au lieu d'emporter ma dame!

Redoutais-tu de faire un acte de charité

En voulant ou en daignant le faire tout simplement?

Tu m'épargnas par lâcheté,

Aucune autre explication ne te sera jamais imputée.

Ah! quel beau service et quelle bonté de ta part!

Comme tu as bien su désigner l'objet de ta faveur!

Malheur à celui qui, de ce grand service,

Songe à te remercier ou à t'en savoir gré!

Je ne sais dire laquelle des deux me hait le plus,

La vie qui veut me garder auprès d'elle

Ou la Mort qui refuse de me tuer.

Ainsi chacune me tue à sa façon;

Mais il est juste - que Dieu me pardonne! -

Que je demeure en vie malgré moi;

J'aurais dû mettre fin à mes jours

Aussitôt que ma dame la reine.

M'eut fait savoir à quel point elle me détestait.

Elle n'agit pas de la sorte sans raison,

Le mobile de son geste fut, au contraire, des plus solides,

Mais j'ignore en fait ce qui l'a provoquée.

Mais si seulement je l'avais su,

Avant que son âme n'allât devant Dieu,

J'aurais certainement réparé ma faute à son égard

Aussi totalement et richement qu'elle l'aurait désiré,

Pourvu qu'elle m'accordât sa miséricorde.

Dieu! ce forfait, qu'a-t-il bien pu être?

Je pense que peut-être elle a dû apprendre

Que j'ai monté sur la charrette.

Je ne sache pas d'autre acte dont elle pourrait

M'accuser. C'est bien celui-là qui m'a trahi.

Si pour cet acte-là elle m'a détesté,

Dieu! pourquoi cette faute me causa-t-elle du tort?

Jamais Amour ne fut connu(e)

De l'homme qui me reprocherait un acte semblable;

Il serait faux d'affirmer

Qu'un comportement qui vient de la part d'Amour

Peut mériter un reproche;

Au contraire, amour et courtoisie

C'est tout ce qu'on peut faire au service de celle qu'on aime.

Je ne fis rien, moi, pour mon amie.

Je ne sais comment le dire, hélas!

Je ne sais pas si je peux dire "amie" ou non,

Je n'ose pas lui donner ce surnom.

Mais je crois connaître suffisamment bien l'amour

Pour savoir qu'elle n'aurait pas dû

Me mépriser davantage pour cela, si elle m'eût aimé,

Qu'au contraire, elle aurait dû m'appeler son ami sincère et vrai,

Puisque, à cause d'elle, c'était pour moi un honneur

De faire tout ce que demande Amour,

Même, monter sur une charrette.

Elle aurait dû interpréter cela comme un geste d'amour,

Comme une preuve vraie et authentique:

Ainsi Amour éprouve-t-elle les siens,

Ainsi les siens les reconnaît-elle.

Mais à ma dame ce genre de service

Ne convint point; je m'en rendis bien compte

En voyant l'attitude qu'elle adopta à mon égard.

Néanmoins ce que fit son ami

Pour elle a suscité envers lui chez bien des gens

Des accusations de honte, des reproches et des blâmes;

En effet j'ai bien joué le jeu pour lequel on me condamne,

Et ce qui avait été la douceur de ma vie en est devenue l'amertume,

Ma foi, car tels sont les usages

De ceux qui ne savent rien de l'amour

Et qui baignent l'honneur dans l'eau sale de la honte:

Mais celui qui mouille l'honneur de honte

Ne le lave pas, il le souille.

Ce sont bien ceux à présent qui ne savent rien d'Amour

Qui affichent sans cesse leur mépris à son égard,

Et s'éloignent beaucoup d'Amour

Ceux-là mêmes qui ne craignent pas son commandement.

Il est indiscutable que se perfectionne

Celui qui fait ce qu'Amour lui commande,

Et tout lui sera pardonné;

Mais celui qui n'ose pas le faire est un pur lâche."

C'est ainsi que Lancelot se lamente

Et que s'attristent, à ses côtés, ses gens

Qui le gardent et qui le tiennent.

Sur ces entrefaites, la nouvelle arrive

Que la reine n'est pas morte.

Aussitôt Lancelot se réconforte,

Et si, auparavant, devant l'idée de sa mort,

Il avait éprouvé un deuil immense et lancinant,

Sa joie, à la nouvelle qu'elle vivait, devint cent mille fois

Plus grande que son ancien désespoir.

Et lorsqu'ils revinrent du refuge,

A une distance de six ou sept lieues,

A l'endroit où se trouvait le roi Bademagu,

A celui-ci fut contée la nouvelle qu'il reçut avec joie

Au sujet de Lancelot -

Nouvelle qu'il a écoutée bien volontiers -

Que Lancelot est bien vivant, tout à fait sain et sauf.

Il se conduisit avec une politesse exquise

En allant dire la bonne nouvelle à la reine.

Et elle lui répond: "Beau sire,

Puisque c'est vous qui le dites, je veux bien le croire;

Mais si ç'avait été qu'il fût mort, je vous avoue

Que jamais plus je n'aurais connu le bonheur.

Ma joie se serait trop éloignée de moi

Si, par dévouement pour moi, un chevalier

Avait accepté de recevoir et de subir la mort."

Alors le roi se sépare d'elle;

Il tarde beaucoup à la reine

Que sa joie et son ami reviennent auprès d'elle.

Elle n'a plus envie du tout

De lui tenir rigueur de quoi que ce soit.

Au contraire, la nouvelle qui sans cesse

Court jour après jour en se répandant partout

Arriva derechef à la reine elle-même

Pour lui apprendre que Lancelot se serait donné la mort

Pour elle si seulement il avait pu le faire.

Cette nouvelle fait sa joie, elle y croit entièrement,

Mais pour rien au monde elle ne voulut

Qu'un trop grand malheur lui fût survenu.

Voilà enfin Lancelot qui arrive

En se hâtant le plus rapidement possible.

Dès que le roi l'aperçoit,

Il court l'embrasser et lui donner l'accolade.

Il a l'impression de voler dans les airs

Tant sa joie le rend léger.

Mais il abrège ses manifestations de joie

A cause de ceux qui avaient pris et lié Lancelot:

Le roi leur dit qu'ils ne vinrent là que pour chercher leur malheur,

Car tous sont comme s'ils étaient déjà morts et défaits.

Et ils lui ont répondu

Qu'ils ne croyaient agir que selon sa volonté à lui.

"C'est moi l'offensé, alors que votre conduite vous parut juste,

Fait le roi, mais lui n'est pas mis en cause.

Ce n'est point lui que vous avez couvert de honte,

Mais moi-même plutôt, qui l'avais sous ma protection;

Quoi qu'on fasse, la honte retombe sur moi.

Mais vous ne vous en vanterez pas,

Quand vous sortirez de chez moi!"

Lorsque Lancelot l'entendit prononcer ces mots de colère,

Il s'efforce de faire la paix et de redresser la situation

En faisant appel à tout le talent dont il se sent capable,

Et il finit par y arriver; puis le roi

L'emmène voir la reine.

Cette fois-ci, la reine ne baissa point

Les yeux; au contraire,

Elle alla joyeusement à sa rencontre,

Lui rendit tous les honneurs en son pouvoir

Et le fit asseoir à côté d'elle.

Alors ils se parlèrent en toute liberté

De tout, selon leur bon plaisir;

Il ne leur manquait point de choses à se dire,

Car Amour leur fournissait bien des sujets d'entretien.

Et quand Lancelot voit le plaisir

Qu'éprouve la reine à tout ce qu'il dit,

Et que rien ne lui déplaît, alors, tout bas,

Il lui a dit: "Dame, devant le si mauvais visage

Que vous me fîtes l'autre jour en me voyant

Mon ébahissement reste total,

Car vous ne m'avez pas soufflé mot de vos raisons:

Vous avez failli me donner la mort.

Je n'eus point alors assez d'audace,

Comme c'est le cas à présent,

Pour oser vous demander de m'éclairer là-dessus.

Dame, maintenant je suis prêt à réparer le forfait -

A condition toutefois que vous me disiez en quoi il consiste -

Qui m'a tant bouleversé."

Et la reine lui répond:

"Comment? N'eûtes-vous pas honte

De la charrette? Ne vous fit-elle pas peur?

Vous y montâtes à grand regret seulement,

Puisque vous avez attendu le temps de faire deux pas.

Voilà pourquoi en fait je ne voulus

Ni vous adresser la parole ni vous accorder un regard.

- Que Dieu me garde une autre fois,

Fait Lancelot, d'un tel méfait,

Et que Dieu n'ait jamais pitié de moi,

Si vous ne fûtes pas tout à fait dans votre droit!

Dame, pour Dieu, acceptez sur-le-champ

Que je vous fasse amende honorable du tort commis,

Et si un jour vous devez me pardonner,

Pour Dieu, dites-le-moi donc!

- Ami, considérez-vous comme quitte envers moi,

Fait la reine, et entièrement absous:

Je vous pardonne sans réserve.

- Dame, fait-il, je vous en rends grâce;

Mais ici je ne peux guère vous dire

Tout ce que je voudrais;

J'aimerais vous parler

Plus à loisir, s'il se pouvait."

Et la reine, d'un petit mouvement de l'oeil, et non du doigt,

Lui indique une fenêtre,

Et elle lui dit: "Venez me parler

Ce soir à cette fenêtre,

Lorsque ceux d'ici seront tous endormis,

Et vous viendrez par ce verger.

Entrer ici ou chercher un gîte

Pour la nuit vous sera défendu;

Moi, je serai dedans, vous serez dehors,

Puisque vous ne pourrez pas vous introduire ici.

Quant à moi, il ne me sera possible

De me joindre à vous que par la parole ou par la main seulement;

Mais si cela peut vous faire plaisir, je serai

Là, pour l'amour de vous, jusqu'à ce qu'il fasse jour.

Nous ne pourrions pas être vraiment ensemble,

Puisque, dans ma chambre, en face de moi est couché

Keu, le sénéchal, qui languit

A cause des blessures dont il est criblé.

Et l'huis ne s'ouvre jamais,

Il est au contraire solidement fermé et bien gardé.

Quand vous viendrez, faites bien attention

Que nul espion ne vous découvre.

- Dame, fait-il, là où ma compétence s'exercera

Jamais aucun espion ne me verra

Ni ne pourra se former de mauvaises pensées ni trouver à redire."

Ainsi ont-ils organisé leur tête-à-tête,

Et ils se séparent bien joyeusement.

Lancelot sort de la chambre,

Et son bonheur est tel qu'il ne lui souvient plus

D'aucun des nombreux ennuis dont il avait souffert.

Mais la nuit se fait trop attendre,

Et le jour lui a paru durer plus longtemps,

En fonction de ce qu'il lui fait subir,

Que cent jours normaux, et même plus longtemps qu'une année entière.

Voilà bien longtemps et de plein gré qu'il se serait présenté

Au rendez-vous si seulement la nuit était tombée!

Celle-ci a tellement lutté pour en venir à bout du jour

Que, noire et ténébreuse, elle réussit

A l'envelopper de son manteau

Et à l'affubler de sa chape.

Quand il vit que le jour avait perdu sa clarté,

Il se donne un air d'homme las et fatigué,

Et il dit qu'il avait beaucoup veillé,

Qu'il avait besoin de se reposer.

Vous pouvez facilement comprendre et expliquer -

Ceux d'entre vous à qui il est arrivé d'en faire autant -

Pourquoi, devant les gens de son hôtel,

Il joue celui qui a sommeil et qui veut se coucher;

Mais ce n'est point sont lit qu'il tient à coeur,

Car pour rien au monde il ne s'y reposerait.

Il ne l'aurait pas pu, il ne l'aurait pas osé,

Il n'aurait pas voulu avoir non plus

L'audace ou la force de le faire.

Aussi vite que possible et sans faire de bruit il se leva du lit,

Sans regretter un instant

L'absence de la lune et des étoiles,

Et, dans la maison, de toute lumière de chandelle

Ou de lampe ou de lanterne allumée.

Il s'emploie au contraire à s'assurer

Que personne ne s'aperçoive de ses mouvements,

Et que l'on croie qu'il dormait tranquillement

Dans son lit pendant toute la nuit.

Sans compagnon pour le guider

Il se dirige sans tarder vers le verger,

Et à aucun moment il ne rencontra âme qui vive;

La chance continua de le favoriser,

Car un pan du mur du verger

S'était tout récemment écroulé.

Par cette brèche il s'introduit

Rapidement et il parvient jusqu'à

La fenêtre où il se maintient

Silencieux et immobile, s'empêchant de tousser ou d'éternuer,

Jusqu'à ce que la reine arrive,

Vêtue d'une chemise très blanche;

Elle n'avait pas mis de cotte ou de bliaut,

Mais elle portait un manteau court

D'écarlate et de cisemus.

Quand Lancelot voit la reine

Qui se penche contre cette fenêtre

Grillée de solides barreaux de fer,

Il commence l'entretien par un doux salut qu'il lui a adressé.

Elle le lui rend aussitôt,

Car leur désir partagé était bien fort -

De lui pour elle, d'elle pour lui.

Rien de bas ni d'ennuyeux n'entre

Dans les propos qu'ils tiennent.

Ils font tout pour s'approcher l'un de l'autre,

Et ils se tiennent par la main.

Le fait qu'il ne leur soit pas possible de se rejoindre mieux

Les contrarie énormément,

Et ils maudissent les barreaux de fer.

Cependant Lancelot se targue

- Si toutefois la reine en convient -

De pouvoir entrer là où elle se trouve:

Il ne restera pas dehors simplement à cause des barreaux.

Et la reine lui répond:

"Ne voyez-vous donc pas à quel point ces fers

Sont raides à forcer et solides à briser?

Vous n'arriverez jamais à les serrer avec assez de vigueur,

Ou à les tirer vers vous, ou à les secouer

Afin de pouvoir les arracher pour de bon.

- Dame, fait-il, ne vous inquiétez pas!

Je ne pense pas que le fer vaille grand-chose;

A part vous-même rien n'est capable de m'empêcher

D'aller tout droit auprès de vous.

Si votre accord me l'octroie,

Le chemin m'est tout ouvert;

Mais si, au contraire, il ne vous plaisait pas de me le donner,

Il me demeurerait si parfaitement bloqué

Que pour rien au monde je ne saurais y passer.

- Oui, certes, fait-elle, je le veux bien,

Ce n'est point mon vouloir qui vous immobilise;

Mais vous devez attendre

Que je sois recouchée dans mon lit,

Afin qu'il ne vous arrive malheur à cause de quelque bruit;

Il n'y aurait ni ébats ni plaisir

Si le sénéchal, qui dort ici,

Etait réveillé par un bruit que nous aurions fait.

Aussi est-il bien juste que je m'en aille,

Car il n'y verrait rien de bon

S'il remarquait ma présence ici.

- Dame, fait-il, dépêchez-vous donc de partir,

Mais ne craignez d'aucune manière

Que je fasse le moindre bruit.

Je compte enlever si doucement ces barreaux

Que je n'aurai aucun mal à le faire,

Et je ne réveillerai personne en le faisant."

Alors la reine le quitte,

Et lui se prépare et s'apprête

A vaincre la fenêtre.

Il s'attaque aux barreaux, les tire et les secoue

Si bien qu'il finit par les ployer tous

Et parvient à les arracher.

Mais leur fer était si coupant

Qu'au petit doigt jusqu'aux muscles

Il ouvrit la première phalange,

Et qu'il trancha au doigt voisin

La première jointure entièrement;

Mais du sang qui, goutte à goutte, en tombe,

Ni des plaies il ne sent rien du tout,

Sa pensée étant fixée sur autre chose.

La fenêtre n'est pas bien basse,

Néanmoins Lancelot la franchit

Très rapidement et en toute liberté.

Il trouve Keu dormant dans son lit,

Et ensuite il s'en vint au lit de la reine

Devant lequel il s'incline en adorateur,

Car il ne croit en nulle sainte relique autant qu'il croit en elle.

Et la reine lui tend

Ses bras à sa rencontre, et puis l'enlace

Et l'étreint sur son coeur,

Tout en l'attirant près d'elle dans son lit

Où elle lui fait l'accueil le plus beau

Qu'il lui soit possible de faire,

Car elle y est invitée et par Amour et par son coeur.

Amour la pousse à le recevoir ainsi.

Mais si elle éprouva pour lui un grand amour,

Lui en ressentait pour elle cent mille fois plus,

Car Amour priva tous les autres coeurs

Lorsqu'elle prodigua ses biens au sien;

C'est dans son coeur à lui qu'Amour reprit

Toutes ses forces et déploya toute sa vigueur,

Au point de s'appauvrir dans le coeur des autres.

Maintenant Lancelot possède tout ce qu'il désire,

Puisque la reine accepte avec joie

Sa douce compagnie,

Puisqu'il la tient entre ses bras

Et elle le tient, lui, entre les siens.

Le plaisir qu'il éprouve est à tel point doux et bon

- Plaisir des baisers, des sens -

Qu'il leur advint sans mensonge

Une joie et une merveille

Telles que jamais encore leurs pareilles

Ne furent racontées ni connues;

Mais je maintiendrai toujours le silence le plus parfait

Sur ce qu'on ne doit pas dire dans un conte.

De toutes les joies ce fut la plus exquise

Et la plus délectable

Que l'histoire passe sous silence et garde secrète.

Lancelot fut comblé de joie et de plaisir

Pendant toute cette nuit.

Mais le jour finit par arriver, ce qui l'ennuie fort,

Puisqu'il doit se lever d'auprès de son amie.

Au lever il vécut le supplice du martyre parfait,

Car partir lui parut douloureux à ce point-là,

Et il en subit un martyre bien grand.

Son coeur ne cesse de l'entraîner là

Où la reine est restée.

Ramener son coeur demeure hors de son pouvoir,

Parce que la reine lui plaît tellement

Qu'il n'a aucun désir de la quitter:

Le corps s'éloigne, le coeur demeure.

Il retourne directement à la fenêtre;

Mais de son corps il en reste assez,

Vu que les draps sont tachés et teints

Du sang qui tomba de ses doigts.

C'est dans une profonde détresse que Lancelot part,

Débordant de soupirs et de larmes.

Il n'a pas été question de fixer un nouveau rendez-vous,

Ce qui l'afflige, mais pareille chose ne peut pas être.

C'est à grand regret qu'il repasse la fenêtre

Par où il entra de si bon coeur;

Il n'avait plus les doigts bien solides,

Car il y avait été grièvement blessé;

Pourtant, il a redressé les barreaux de fer

Et les a remis en place,

Si bien que ni par devant ni par derrière,

Ni par les deux côtés,

Il n'apparaît que l'on eût enlevé

Un seul des fers, ni qu'on l'eût tiré ou ployé.

Au moment de partir, il s'est incliné

Vers la chambre, se comportant

Tout comme s'il se trouvait en présence d'un autel.

Puis il s'en va la mort dans l'âme;

Il ne rencontre personne qui le reconnaisse

Pendant qu'il rentre à son hôtel.

Il se couche tout nu dans son lit

Sans jamais réveiller qui que ce soit.

Alors, il a la surprise de découvrir

Que ses doigts sont blessés;

Mais en rien il ne s'en émeut,

Parce qu'il sait qu'à coup sûr

Ce fut pendant qu'il arrachait les barreaux du mur

De la fenêtre qu'il se blessa;

Pour cela il ne s'en troubla pas,

Car il eût mieux voulu que de son corps

Les deux bras entiers fussent arrachés

Qu'il n'eût réussi à passer par la fenêtre;

Mais s'il avait subi ailleurs une blessure semblable

Et se fût maltraité aussi grièvement,

Son chagrin et sa colère auraient été bien grands.

Sur le matin la reine,

Renfermée dans sa chambre bien garnie de tentures,

Tout doucement s'était endormie;

Elle ne se rendait pas compte que ses draps

Etaient tachés de sang,

Mais, au contraire, elle pensait qu'ils étaient bien blancs

Et tout beaux et parfaitement convenables.

Et Méléagant, dès

Qu'il fut habillé et prêt,

S'est dirigé vers la chambre

Où la reine était couchée.

Il la trouve réveillée et il voit les draps

Tachés et comme mouchetés de gouttes de sang frais;

En poussant du coude ses compagnons

Et comme quelqu'un qui cherche à y découvrir le mal,

Il tourne son regard vers le lit de Keu le sénéchal

Où il voit, là aussi, les draps tachés

De sang, car, pendant la nuit - notez-le bien -

Les blessures de Keu s'étaient rouvertes.

Et il dit: "Madame, j'ai enfin trouvé

Les preuves que je cherchais depuis longtemps!

Il est bien vrai que l'on commet une folie des plus grandes

Lorsqu'on se dépense afin de préserver l'honneur d'une femme,

Car on y perd son effort et sa peine;

Celui qui fait le plus pour la surveiller

Perd plus vite sa peine que celui qui ne s'en formalise pas.

Mon père a exercé une bien belle vigilance

En cherchant à vous surveiller à cause de moi!

Il vous a bien gardée contre moi;

Mais cette nuit c'est Keu le sénéchal

Qui vous a regardée, malgré ses précautions,

Et de vous ce dernier a obtenu tout ce qu'il voulait,

Et la chose sera prouvée sans le moindre doute possible.

- Comment? fait-elle. - J'ai trouvé

Du sang sur vos draps, témoignage irréfutable,

Puisqu'il faut que je le dise.

C'est ainsi que je le sais, ainsi que je le prouve,

Car je trouve sur vos draps et sur les siens

Le sang qui tomba de ses blessures:

Voilà des indices bien authentiques."

Alors la reine remarqua pour la première fois

Dans l'un et l'autre des deux lits

Les draps ensanglantés, et elle s'en étonne beaucoup;

Elle en éprouva de la honte, elle en rougit,

Et elle dit: "Que Dieu me protège,

Ce sang que je regarde dans mes draps

Jamais Keu ne l'apporta ici,

Le nez m'a saigné cette nuit, sans plus;

Ce fut mon nez, j'en suis sûre."

Et elle pense dire la vérité.

"Par mon chef, fait Méléagant,

Vous ne racontez là que des balivernes.

Tout ce que vous pourrez raconter ne servira à rien,

Car vous êtes coupable sans conteste possible,

Et lumière se fera sur vos agissements."

Alors il dit: "Seigneurs, ne bougez pas d'ici!"

Aux gardes qui se trouvaient là,

"Et veillez à ce que ne soient pas ôtés

Les draps de ce lit avant que je ne revienne.

Je veux que le roi reconnaisse mon bon droit

Quand il aura vu cette chose de ses propres yeux."

Alors il chercha ce dernier et finit par le trouver,

Et il se jette à ses pieds,

Disant: "Sire, venez voir

Ce dont vous ne soupçonnez pas l'existence.

Venez voir la reine,

Et vous verrez des choses surprenantes mais authentiques

Que j'ai vues et découvertes;

Mais avant de vous y rendre,

Je vous prie de ne pas me faillir,

Ni en justice ni par rapport aux convenances:

Vous savez bien les périls

Que j'ai endurés afin d'obtenir la reine -

Ce qui m'a valu d'avoir en vous un ennemi,

Parce que c'est à cause de moi que vous la faites garder.

Ce matin j'allai la voir alors qu'elle était

Encore au lit, et j'ai fait attention

Suffisamment pour pouvoir constater

Que chaque nuit Keu couche avec elle.

Sire, pour Dieu, que cela ne vous contrarie pas

Si cette conduite me chagrine et si je me lamente,

Car elle me fait ressentir un grand dépit,

Vu que la reine me hait et me méprise,

Et que Keu couche chaque nuit avec elle.

- Tais-toi!, fait le roi, je n'en crois rien du tout.

- Sire, venez donc voir les draps,

Et comment Keu les a traités.

Puisque ma parole ne vous inspire pas confiance,

Et qu'au contraire vous pensez que je suis en train de vous mentir,

Les draps et la couverture ensanglantée

Des blessures de Keu, je vous les montrerai.

- Allons-y donc, et je verrai tout cela,

Fait le roi, car je veux le voir:

Mes propres yeux m'apprendront la vérité dans cette affaire."

Le roi se dépêche pour gagner

La chambre où il trouva

La reine qui était en train de se lever.

Il voit les draps ensanglantés sur son lit,

Ainsi que sur le lit de Keu,

Et il dit: "Dame, voilà qui va fort mal

Si ce que m'a dit mon fils est vrai."

Elle répond: "Que Dieu me protège,

Jamais, même en racontant un cauchemar,

On n'a inventé un mensonge aussi néfaste.

Je pense que Keu le sénéchal

Est bien trop courtois et fidèle

Pour jamais mériter qu'on juge sa bonne foi insuffisante;

Et, pour ma part, je ne vends point

Mon corps ni ne le livre à qui le veut.

Il est indéniable que Keu n'est nullement de ceux

Qui pourraient réclamer de moi pareil outrage,

Et, quant à moi, je n'eus jamais aucun désir

De commettre une telle folie et jamais je ne l'aurai.

- Sire, je vous serais bien reconnaissant,

Dit Méléagant à son père,

Si Keu expie son crime

En sorte que la honte atteigne la reine aussi.

De vous dépend et relève la justice,

Et je vous prie et demande de la rendre maintenant.

Keu a bien trahi le roi Artur,

Son seigneur, qui croyait en lui à tel point

Qu'il lui avait confié

L'être qu'il aime le plus au monde.

- Sire, souffrez que je réponde,

Fait Keu, et je me disculperai.

Que Dieu, quand je quitterai ce monde d'ici-bas,

N'accorde pas de pardon à mon âme

Si jamais je couchai avec ma dame.

Evidemment, j'aimerais mieux être mort

Que pareille horreur ou un crime semblable

Fût commis par moi envers mon seigneur;

Et que jamais Dieu ne me donne

Une santé meilleure que celle que j'ai à present,

Qu'au contraire il me prive de vie tout de suite,

Si jamais l'idée m'en est même venue à l'esprit.

Mais je suis suffisamment expert en matière de mes blessures

Pour savoir que cette nuit elles ont abondamment saigné

Et que mes draps en ont été maculés.

Voilà pourquoi votre fils m'accuse,

Mais en vérité il n'en a nullement le droit."

Et Méléangant lui répond:

"Que Dieu me vienne en aide, vous avez été suborné

Par les diables et les démons malins;

Vous avez été cette nuit trop ardent,

Et ce fut sans aucun doute en vous surmenant de la sorte

Que vous avez fait crever vos plaies.

Il ne vous sert à rien de raconter des histoires:

La présence du sang dans les deux lits en constitue la preuve;

Nous la voyons clairement, elle saute aux yeux.

Il est juste que l'on paie son crime

Quand sa culpabilité est établie.

Jamais un chevalier de votre renommée

Ne commit un outrage aussi insolent,

Ainsi votre crime vous a-t-il couvert de honte.

- Sire, sire, dit Keu au roi,

Je serai prêt à défendre ma dame et moi-même

Contre ce dont votre fils m'accuse;

Il me met au supplice et à la torture,

Mais c'est vraiment à tort qu'il me tourmente.

- Vous n'aurez pas à vous battre,

Fait le roi, car vous souffrez trop.

- Sire, si vous voulez bien le permettre,

Tout malade que je suis,

Je me battrai contre lui

Et je montrerai que je suis innocent

De cet acte repréhensible dont il m'inculpe."

La reine de son côté avait envoyé chercher

En secret Lancelot,

Et elle dit au roi qu'elle aura à sa disposition

Un chevalier pour défendre

Le sénéchal en cette affaire

Contre Méléagant, si celui-ci ose accepter le combat.

Et Méléagant ne tarda point à déclarer:

"De tous les chevaliers il n'est pas un seul

Contre qui je n'accepte de combattre,

Jusqu'à ce que l'un de nous deux soit mis hors de combat,

Même s'il s'agissait d'un géant."

Alors Lancelot entra dans la salle;

Il y eut un tel attroupement de chevaliers

Que la salle s'en trouva toute remplie.

Dès son arrivée,

Devant tout le monde - jeunes et vieux -

La reine raconte ce qui vient de se produire,

Et elle dit: "Lancelot, cette honte,

C'est Méléagant, ici présent, qui me l'a imputée;

Ainsi m'a-t-il rendue suspecte

Aux yeux de tous ceux qui l'entendent parler,

A moins que vous ne l'obligiez à se rétracter.

Cette nuit, dit-il, Keu a couché

Avec moi, puisqu'il a vu

Mes draps et les siens maculés de sang,

Et il dit que son crime sera sévèrement puni

S'il ne parvient pas à se défendre contre lui,

Ou s'il ne trouve pas un autre qui accepte

Le combat afin de l'aider.

- Il ne vous sera jamais nécessaire de plaider votre cause,

Fait Lancelot, là où je me trouve.

Qu'à Dieu ne plaise que l'on vous soupçonne,

Ni vous ni lui, de pareil outrage;

Je suis prêt à entreprendre le combat afin de prouver

Qu'à aucun moment il ne songea à faire une chose semblable.

Si en moi il existe le minimum de force,

Je le défendrai de mon mieux;

Pour lui j'entreprendrai la bataille."

Et Méléagant fait un bond en avant

Et il dit: "Que le Seigneur me préserve,

J'accepte volontiers, et cela me va très bien:

Que nul ne croie que cela me gêne d'aucune manière."

Et Lancelot dit: "Sire roi,

Je sais quelque-chose des causes et des lois,

Et des procès et des jugements:

La procédure exige que l'on prête serment

Quand il s'agit d'accusations aussi graves."

Et Méléagant, sans méfiance,

Lui répond sur-le-champ:

"Que les serments se fassent donc,

Et que viennent tout de suite les reliques de saints,

Car je sais bien que j'ai le droit de mon côté!"

Et Lancelot affirme tout haut:

"Que le Seigneur me vienne en aide,

Jamais ne connut Keu le sénéchal

Celui qui put le soupçonner de pareille chose."

Ils réclament alors leurs chevaux

Et ils se font apporter leurs armes;

On les leur apporte immédiatement,

Et les valets les en revêtent: les voilà armés;

Les reliques sont déjà exposées à leur place.

Méléagant avance de quelques pas

Et Lancelot, à son côté, fait de même,

Et tous deux se mettent à genoux;

Et Méléagant tend la main

Vers les saintes reliques et jure d'une voix forte:

"Que Dieu et ses saints me viennent en aide,

Keu le sénéchal partagea

Cette nuit le lit de la reine

Et d'elle il eut tout son plaisir.

- Et moi, fait Lancelot, je t'accuse de parjure

Et je jure solennellement

Qu'il n'y coucha pas et qu'il ne la toucha point.

Et que celui de nous deux qui aurait menti,

Qu'il plaise à Dieu de le punir

Et de prouver ainsi de quel côté la vérité se trouve.

Mais je ferai encore un serment

Et je jurerai en plus -

Qui que cela ennuie ou offense -

Que s'il m'accorde aujourd'hui

De prendre le dessus sur Méléagant,

Avec son aide et celle de ces reliques

Que voici, et en vertu d'aucun autre pouvoir,

Je serai sans pitié pour lui!"

Bademagu n'éprouva aucun plaisir

A entendre ce serment.

Quand les serments eurent été prononcés,

Les destriers furent amenés des écuries,

Deux beaux et excellents destriers.

Chacun des deux adversaires monte sur le sien,

Et ils chevauchent l'un contre l'autre

Aussi vite que leurs montures peuvent les porter;

Et au moment où elles atteignent leur plus grande vitesse

Les deux chevaliers s'entrechoquent

Avec une telle furie qu'il ne leur reste rien

De leurs lances qu'un tronçon dans la main.

Ils s'envoient l'un l'autre rouler à terre,

Mais sans pour autant manifester des signes d'épuisement,

Car ils ont tôt fait de se relever.

Ils se font autant de mal que possible

Avec les lames tranchantes de leurs épées.

Les étincelles jaillies des heaumes

Brillent et montent vers le ciel.

Ils s'attaquent l'un l'autre avec une telle colère,

Leurs épées nues à la main,

Que, comme elles vont et viennent,

Ils frappent l'un l'autre,

Sans chercher à se reposer

Pour reprendre haleine.

Le roi qui trouve très pénible ce qu'il voit

Interpelle la reine,

Qui était allée s'accouder

En haut aux loges de la tour.

Il lui demande au nom de Dieu le Créateur

Qu'elle leur permette de se séparer.

La reine répond en toute sincérité:

"Tout ce qui vous sied et plaît

Me trouvera prête à l'accepter."

Lancelot a bien entendu

Ce qu'a répondu la reine

A la requête de Bademagu;

Il ne voulut plus combattre,

Dès ce moment il abandonna la lutte.

Mais Méléagant, qui ne songe pas à se reposer,

Frappe sur Lancelot à coups redoublés.

Le roi se jette entre les deux adversaires

Et retient le bras de son fils, qui dit et jure

Qu'un accord est le moindre de ses soucis:

"Je veux me battre, je me refuse à la paix."

Le roi déclare: "Tais-toi

Et crois-m'en. Tu seras sage de m'obéir.

Certes, tu n'encourras honte ni dommage

Si tu m'écoutes.

Tu feras donc ce qu'il t'appartient de faire!

Ne te souviens-tu pas

Qu'à la cour du roi Artur

Tu vas le combattre comme convenu?

Et ne crois-tu pas

Que ce serait pour toi un plus grand honneur

De triompher là qu'ailleurs?"

Ainsi parle le roi pour voir

S'il ne pourrait pas l'émouvoir.

Il parvient à l'apaiser, et il sépare les deux combattants.

Lancelot, à qui il tarde

De retrouver messire Gauvain,

Vient demander la permission de partir

A Bademagu et à la reine.

Avec leur assentiment il s'achemine

Vers le Pont-sous-l'Eau.

Il était accompagné

De nombreux chevaliers.

Mais il y en avait assez

Dont il aurait souhaité l'absence.

Ils chevauchent à longueur de journée,

Tant qu'ils s'approchent du Pont-sous-l'Eau,

Mais ils en sont encore éloignés d'une lieue.

Avant de venir assez près

Pour pouvoir l'apercevoir,

Ils rencontrèrent un nain

Juché sur un grand cheval de chasse

Et tenant à la main un fouet

Pour frapper et hâter sa monture.

Et le voilà qui demande,

Comme il en a reçu l'ordre:

"Lequel d'entre vous est Lancelot?

Ne me le cachez pas, je suis des vôtres;

Mais dites-le sans crainte,

Car je vous le demande pour vous être utile."

Lancelot en personne lui répond,

Disant: "Je suis

Celui que tu réclames.

- Ah!, fait le nain, noble Chevalier,

Laisse-là ces gens et crois-m'en:

Viens tout seul avec moi,

Car je veux te mener en un lieu excellent.

Que nul ne te suive, je te le requiers,

Mais qu'ils nous attendent ici même,

Car nous reviendrons sous peu."

Celui qui ne soupçonnait aucune embûche

A fait rester là son escorte

Et suit le nain en train de le trahir.

Ses gens qui demeurent à l'attendre

Pourront l'attendre longtemps,

Car ceux qui se sont emparés de lui

N'ont nul désir de le rendre.

Et ses gens se lamentent si fort,

Quand il ne revient pas,

Qu'ils ne savent que faire.

Ils disent tous que le nain

Les a trahis, et leur chagrin est grand;

Il serait oiseux d'en douter.

Dolents, ils commencent à le chercher,

Mais ils ne savent où le trouver

Ni où partir à sa recherche;

Ils se concertent entre eux.

Les plus sensés et les plus sages

Décident, autant que je le sache,

Qu'ils pousseront

Jusqu'au Pont-sous-l'Eau, tout proche,

Puis ils iront chercher Lancelot

Après avoir pris conseil de messire Gauvain,

S'ils découvrent ce dernier dans les parages.

Cette décision satisfait tout le monde,

Personne ne s'y oppose.

Ils se dirigent vers le Pont-sous-l'Eau;

Dès qu'ils y parviennent,

Ils ont aperçu messire Gauvain,

Qui était tombé du pont

Dans l'eau très profonde à cet endroit.

Tantôt il remonte à la surface et tantôt il disparaît,

Maintenant on le voit et puis on le perd de vue.

Ils font tant et si bien qu'ils l'agrippent

A l'aide de branches, de perches et de crocs.

Il ne lui restait que le haubert sur le dos

Et sur la tête son heaume,

Un heaume qui en valait dix autres.

Il portait encore ses chausses de fer,

Toutes rouillées de sa sueur,

Car il avait enduré mainte épreuve,

Il avait fait face à maint péril

Et triomphé dans maint combat.

Lance, écu, cheval

Sont restés sur l'autre rive.

Mais ceux qui l'ont repêché

Ne croient pas qu'il soit vivant,

Car Gauvain avait avalé beaucoup d'eau.

Avant qu'il ne l'eût régurgitée,

Il ne fut pas en mesure de se faire entendre.

Mais quand voix et parole furent revenues

Et qu'il eut dégagé son arrière-gorge,

De sorte qu'on put l'entendre,

Le plus tôt qu'il put parler,

Il le fit;

Sur-le-champ il s'enquit de la reine Guenièvre

Auprès de ceux qui se tenaient devant lui,

En savaient-ils des nouvelles?

Ceux-ci lui ont répondu

Qu'elle ne quitte pas le roi Bademagu,

Qui pourvoit à ses besoins

Et l'honore grandement.

"Est-ce que personne n'est venu la quérir

En cette terre?, demande messire Gauvain.

- Si, répondent-ils.

- Qui ça? - Lancelot du Lac, font-ils,

Qui traversa le Pont de l'Epée.

Il l'a secourue et délivrée,

Et nous tous avec elle.

Mais un nain nous a trahis,

Un avorton bossu et grimaçant:

Il nous a vilainement trompés

Celui qui nous a dérobé Lancelot.

Nous ne savons pas ce qu'il en a fait.

- Et quand cela?, fait messire Gauvain.

- Aujourd'hui même, messire,

Tout près d'ici, alors que Lancelot et nous,

Nous venions vous retrouver.

- Comment donc s'est-il comporté

Depuis son arrivée en ce pays?"

Alors ils commencent

A lui raconter de bout en bout

Sans en oublier un seul détail les exploits de Lancelot.

Quant à la reine, ils lui disent

Qu'elle l'attend et déclare

Que rien ne la fera partir

De Gorre avant qu'elle ne le voie,

Quoi qu'elle entende dire à son sujet.

Messire Gauvain leur demande:

"Lorsque nous partirons de ce pont,

Irons-nous à la recherche de Lancelot?"

Pas un seul qui n'opine

Qu'il vaut mieux aller retrouver la reine,

Que Bademagu se chargera de faire chercher Lancelot.

Ils pensent que son fils traîtreusement

L'a fait emprisonner,

Ce Méléagant qui le déteste.

Où que Lancelot se trouve, si le roi le sait,

Il forcera son fils à le libérer,

On peut compter là-dessus.

Tous se rallient à cet avis

Et ils se mettent en route.

Ils chevauchent jusqu'à la résidence

Où se trouvent Bademagu et la reine,

Egalement Keu le sénéchal,

Et ce scélérat

Plein de traîtrise,

Qui a tant inquiété

Au sujet de Lancelot ceux qui arrivent.

Ils se jugent mortellement trahis,

Et se lamentent, car leur anxiété est grande.

Ce n'est pas une nouvelle agréable

Que l'on porte à la reine;

Néanmoins, elle se comporte

Aussi plaisamment qu'elle peut.

A cause de messire Gauvain il faut

Qu'elle cache sa peine, et elle y parvient.

Cependant elle ne savait comment tout à fait

L'empêcher de paraître.

Tout à la fois elle se réjouit et s'attriste:

Pour Lancelot elle souffre en son coeur,

Mais en présence de messire Gauvain

Elle manifeste une joie extrême.

Il n'y a personne qui, ayant entendu la nouvelle

De la disparition de Lancelot,

Ne soit plongé dans la tristesse.

Le roi aurait été ravi

De l'arrivée de messire Gauvain

Et de faire sa connaissance,

Si ce n'est sa douleur que Lancelot

Soit tombé dans un traquenard:

Elle est si grande qu'elle l'accable.

Et la reine le prie instamment

Que par monts et par vaux

Il fasse rechercher Lancelot,

Sans perdre de temps, à travers son royaume.

Messire Gauvain et Keu le sénéchal

Se joignent à elle, et tous les autres:

Il n'y a personne qui n'implore le roi.

"Laissez-moi donc le soin de cette affaire,

Fait Bademagu, et cessez de me presser,

Car voilà longtemps que je suis prêt.

Cette recherche sera menée à bien

Sans qu'il soit besoin de vos requêtes ni de vos prières."

Chacun s'incline devant lui,

Et le roi envoie ses messagers,

Par tout son royaume -

Des serviteurs bien connus et fort capables -

Qui à travers toute la contrée

Demandent des nouvelles de Lancelot.

Partout ils se sont enquis de lui,

Mais de Lancelot nulle nouvelle ne leur parvient.

Ils s'en retournent bredouilles

Là où séjournent les chevaliers,

Gauvain, Keu et tous les autres,

Qui déclarent que tout armés,

La lance en arrêt, ils se mettront en campagne,

Qu'ils n'enverront aucun autre à leur place.

Un jour après manger ils se trouvaient

Dans la grand-salle, où ils s'armaient -

Le moment était venu

De leur départ imminent -

Quand un jeune homme y entra

Et s'avança parmi eux

Pour arriver devant la reine.

Elle était bien pâle,

Car n'ayant point de nouvelles de Lancelot,

Sa souffrance était si vive

Qu'elle en avait perdu toute couleur.

Et le valet l'a saluée,

Et Bademagu qui se tenait près d'elle,

Et puis après cela tous les autres,

Y compris Keu et messire Gauvain.

Il tenait une lettre à la main

Qu'il tend au roi, qui s'en empare.

A un clerc qui sait bien remplir pareille fonction

Il l'a fait lire à haute voix.

Ce dernier sut fort bien déchiffrer

Ce qu'il vit écrit sur le parchemin.

La lettre portait que Lancelot salue

Le roi, son bon seigneur,

Le remerciant du si courtois traitement

Et des bienfaits qu'il a reçus de lui,

Et se déclarant entièrement

Soumis à ses ordres;

Que Bademagu sache sans le moindre doute

Qu'il se trouve auprès du roi Artur,

En parfaite santé et plein de vigueur.

Et ajoute qu'il mande à la reine

Qu'elle retourne, si elle veut bien,

Avec Keu et messire Gauvain.

La lettre avait tout ce qu'il fallait

Pour qu'on crût à son authenticité.

Ils furent tous ravis de ce qu'ils ont appris

Et la cour retentit d'une joie bruyante.

Le lendemain matin

On décida de se mettre en route:

Quand il fut jour,

Ils s'apprêtent tous, s'équipent,

Montent en selle et partent.

Le roi les accompagne et les conduit

Triomphalement

Une bonne partie du chemin.

Il les conduit hors de son domaine

Et quand il l'a fait,

Il prend congé de la reine

Et de tous les autres.

La reine fort courtoisement,

En se séparant de lui, le remercie

De l'avoir si bien traitée.

Elle entoure son cou de ses deux bras

Et lui offre et lui promet

Ses bons services et ceux de son époux:

Elle ne pouvait lui faire plus grande promesse.

Messire Gauvain et Keu, tous

Comme à leur seigneur et ami,

Font également au roi des promesses de service.

Sans s'arrêter davantage, ils reprennent leur route,

Tandis que Bademagu leur dit adieu

Et salue tous les autres en plus de ces trois;

Alors il retourne dans son royaume.

La reine ne fit longue halte

Nul jour de toute la semaine,

Ni le cortège qu'elle ramène.

La nouvelle parvient à la cour.

Nouvelle qui plut grandement au roi Artur,

Que la reine approche.

Le roi se réjouit

D'autant plus qu'il croyait

Que c'était grâce aux prouesses de son neveu

Que la reine est de retour,

Elle et Keu, et les gens de moindre importance,

Mais la vérité est tout autre.

La ville se vide à leur approche,

Tout le monde se porte à leur rencontre

Et chacun s'exclame,

Qu'il soit chevalier ou vilain:

"Que messire Gauvain soit le bienvenu,

Lui qui a ramené la reine,

Et nous a rendu mainte autre captive

Et maint prisonnier!"

Gauvain leur répond:

"Seigneur, vous avez tort de me louer,

Cessez maintenant de parler de la sorte,

Car je n'y suis pour rien.

L'honneur que vous me rendez me fait honte,

Car je ne suis pas arrivé à temps;

Je me suis trop attardé en route.

Mais c'est Lancelot qui est arrivé à temps,

Lui à qui un si grand honneur est échu

Qu'avant lui nul chevalier n'en connut de tel.

- Où donc est-il, beau sire,

Quand nous ne le voyons pas à vos côtés?

- Comment où ça?, fait messire Gauvain,

Mais à la cour de mon seigneur le roi.

Il n'y est donc pas? - Certes non,

Ni en toute cette contrée.

Depuis que ma dame la reine fut emmenée

Nous n'avons eu aucune nouvelle de lui."

Alors pour la première fois Gauvain

Se rendit compte que la lettre de Lancelot

Etait une fabrication

Qui les avait induits en erreur.

Les voilà tous plongés dans la tristesse:

Ils arrivent à la cour en se lamentant,

Et le roi demande tout de suite

Des nouvelles de ce qui s'est passé.

Nombreux furent ceux prêts à lui conter

Les exploits de Lancelot,

Comment il a libéré

La reine et tous les autres prisonniers,

Comment et par quelle trahison

Le nain le leur a enlevé et soustrait.

Cela déplaît fort au roi,

Il en est tout triste,

Mais d'un autre côté son coeur bondit de joie

A revoir la reine,

Devant un tel bonheur tout chagrin s'efface.

Quand il a en sa possession la personne qu'il désire le plus

Il se soucie bien peu de tout le reste.

Pendant que la reine était absente,

Je crois que les dames du pays

Et les demoiselles d'âge à se marier

S'assemblèrent

Et que les demoiselles

Déclarèrent qu'il était bien temps

De leur trouver un mari.

Lors de la réunion on décida

D'organiser un tournoi.

La dame de Noauz se chargerait d'un des deux camps,

La dame de Pomelegoi, de l'autre.

Ceux qui auront le dessous

Ne pourront prétendre à rien,

Mais ceux qui auront le dessus

Les demoiselles en voudront pour époux.

On fit crier et proclamer le tournoi

Dans toutes les contrées voisines

Et même dans les pays lointains.

La proclamation fut faite

Bien avant la date fixée

Afin d'attirer le plus possible de gens.

La reine fut de retour

Avant la date choisie.

Dès que les dames surent

Que la reine était revenue,

Un grand nombre d'entre elles

Se rendirent à la cour

Et, une fois devant le roi, elles le prièrent

De leur accorder un don,

De consentir à leur demande.

Il leur promit,

Avant même de savoir ce qu'elles voulaient,

Qu'il leur accorderait leur requête.

Alors elles lui dirent qu'elles désiraient

Qu'il permît à la reine

De venir voir leur tournoi.

Et le roi, qui avait coutume de ne rien refuser,

Répondit qu'il veut bien si elle y tient.

Les dames, fort aises de la réponse du roi,

S'en vont trouver la reine

Et tout de go lui disent:

"Madame, ne reprenez pas

Ce que le roi nous accorde."

Et elle leur demande:

"De quoi s'agit-il? Dites-le-moi!"

Alors elles lui disent: "Si vous voulez

Venir à notre tournoi,

Le roi ne cherchera pas à vous retenir

Et ne vous empêchera pas d'y aller."

La reine dit qu'elle se rendra au tournoi

Du moment que le roi le lui permet.

Sans perdre de temps, à travers tout le royaume,

Les demoiselles envoient dire

Et mandent qu'elles comptaient

Amener la reine à assister

Au tournoi le jour fixé.

La nouvelle se propagea

Et loin et près et ça et là;

Elle a tant voyagé

Qu'elle a pénétré

Dans le royaume dont nul ne pouvait retourner -

Mais pour lors tout un chacun

Pouvait y entrer et en sortir

Sans rencontrer de difficulté.

La nouvelle s'est diffusée

Par tout le royaume de Gorre,

Jusqu'à atteindre la demeure

D'un sénéchal de Méléagant,

Ce scélérat bien digne des feux de l'enfer!

Ledit sénéchal tenait Lancelot sous sa garde:

Méléagant l'avait emprisonné chez lui,

En tant qu'un ennemi mortel

Qu'il haïssait à l'extrême.

Lancelot eut vent du tournoi

Et en apprit la date.

Dès ce moment ses yeux furent mouillés de larmes

Et son coeur vide de joie.

La femme du sénéchal,

Voyant Lancelot triste et pensif,

L'interrogea en secret:

"Messire, je vous conjure, pour Dieu

Et sur votre âme, de m'avouer

Pourquoi vous êtes tellement changé.

Vous ne buvez plus, vous ne mangez plus,

Et jamais je ne vous vois plaisanter ni rire.

Vous pouvez me dire en toute sûreté

Ce que vous pensez et ce qui vous afflige.

- Ah! madame, ne vous étonnez pas

Si je suis triste.

Car je me trouve tout désemparé

Quand je ne pourrai être là

Où se trouveront tous ceux qui comptent:

C'est-à-dire au tournoi qui va réunir

Tout le monde, me semble-t-il.

Et pourtant s'il vous plaisait

Et que Dieu vous rendît généreuse

Au point de m'y laisser aller,

Vous pourriez être sûre

Que je me comporterais de telle sorte

Que je reviendrais me constituer votre prisonnier.

- Certes, fait-elle, je le ferais

Très volontiers si je n'y voyais

Ma ruine et ma mort.

Mais je crains tellement mon seigneur,

Méléagant le félon,

Que je n'oserais le faire,

Car il se vengerait cruellement sur mon mari.

Ce n'est pas étonnant si je le redoute,

Vous savez comme il est fermé à toute pitié.

- Madame, si vous avez peur

Que je ne retourne en votre prison

Sitôt le tournoi terminé,

Je vous ferai un serment

Que je ne saurai violer:

Que rien ne m'empêchera

De revenir me constituer votre prisonnier

Aussitôt après le tournoi.

- Ma foi, dit-elle, je vais vous laisser partir,

Mais à une condition. - Laquelle, madame?

- Messire, il faut me jurer

Non seulement de retourner ici

Mais également m'assurer

Que vous m'accorderez votre amour.

- Madame, tout l'amour dont je dispose

Je vous le donne, et je vous jure de revenir.

- Je n'aurai donc rien du tout à présent,

Fait la dame en riant,

Je devine que vous avez accordé

A une autre

L'amour que je vous réclame.

Néanmoins sans le moindre dédain

J'en prends ce que je puis,

Et je m'en contenterai.

Mais j'entends recevoir votre promesse

Solennelle que vous ferez de la sorte

Que vous reviendrez en ma prison."

Lancelot, sans chercher d'échappatoire,

Lui jure sur sa foi de chrétien

Qu'il reviendra sans faute.

La femme du sénéchal lui remet alors

L'armure couleur vermeille de son mari

Et le destrier qui était merveilleusement

Beau et fort et fougueux.

Lancelot monte en selle et s'en va,

Vêtu d'une armure

Rutilante et toute neuve;

Il chevauche tant et si bien qu'il parvint à Noauz.

Il choisit de se mettre du côté de ces gens,

Mais se logea hors de la ville.

Jamais ce preux n'eut pareil logis,

Car il était petit et bas;

Mais il ne voulut pas descendre

Dans un lieu où il risquait d'être reconnu.

Il y avait beaucoup de nobles chevaliers

Installés au château,

Mais ceux hors des murs étaient encore plus nombreux.

Pour la reine il en vint tant

Qu'un sur cinq ne put trouver

A se loger sous un toit;

Et sur huit chevaliers il y en avait bien sept

Dont pas un seul ne serait venu là

Sans la présence de la reine.

Sur plus de cinq lieues à la ronde

Les seigneurs s'étaient abrités

Sous des pavillons, des galeries et des tentes.

Et de dames et de gentes demoiselles

Il y en eut tant que c'était merveille.

Lancelot avait placé son écu dehors

A l'entrée de son logis.

Pour se détendre

Il avait enlevé son armure et s'était allongé

Sur un lit qu'il trouvait peu à son goût,

Car il était étroit avec un matelas peu épais,

Et couvert d'un gros drap de chanvre.

Lancelot, tout désarmé,

Gisait sur son côté.

Tandis qu'il reposait sur son grabat,

Voici un vaurien, un héraut d'armes

Vêtu en tout et pour tout d'une chemise -

Il avait laissé en gage à la taverne

Sa cote et ses chausses -

Qui venait nu-pieds à toute allure,

Sans protection contre le vent.

Il remarque l'écu devant la porte,

L'inspecte, sans pouvoir identifier

Le blason ni son possesseur;

Il ne savait qui avait le droit de le porter.

Voyant que la porte était entrebaîllée,

Il pénètre dans le logis et voit Lancelot

Allongé sur son lit. L'ayant reconnu,

Il se signa de surprise.

Lancelot, l'ayant toisé,

Lui défendit de parler de lui

N'importe où:

S'il osait dire son nom et que Lancelot le sût,

Mieux vaudrait pour lui qu'il se fût

Arraché les yeux ou brisé le col.

"Messire, je vous révère depuis toujours,

Fait le héraut, et vais continuer à le faire.

Tant que je vivrai,

Ni pour or ni pour argent je ne ferai rien

Qui vous déplaise."

Il bondit hors de la maison

Et s'en va criant à tue-tête:

"Voici venu celui qui aunera!

Voici venir celui qui aunera!"

Son annonce, le garnement la crie un peu partout,

Et les gens sortent de tous côtés,

Lui demandant d'expliquer ce qu'il hurle.

Le héraut n'ose en donner l'explication,

Mais va répétant la même annonce.

Sachez que c'est la première fois qu'on entendit:

"Voici venu celui qui prendra la mesure des autres!"

Le héraut fut celui qui nous enseigna

A crier de la sorte,

Il fut le premier à prononcer ces mots.

Les groupes sont déjà assemblés,

La reine et toutes les dames,

Les chevaliers et bien d'autres,

Dont une multitude de sergents

A droite, à gauche et partout.

Là où le tournoi devait avoir lieu,

Une grande estrade de bois se dressait,

Pour recevoir la reine,

Les dames et les demoiselles:

On n'avait jamais vu si belle estrade,

Si longue et si bien construite.

C'est là que le lendemain

Se sont rendues la reine et toutes les dames,

Elles entendent être spectatrices des joutes,

Savoir qui vaincra et qui sera vaincu.

Les chevaliers arrivent dix par dix,

Vingt par vingt, trente par trente,

Ici quatre-vingts, là quatre-vingt-dix,

Ici cent, là plus, et par là deux fois autant.

La presse est si grande

Devant l'estrade et tout alentour

Que le combat s'engage.

Les chevaliers armés ou désarmés s'assemblent,

Leurs lances ressemblent à une forêt,

Car tant en ont fait apporter

Ceux qui veulent en jouer,

Qu'on ne voyait que lances,

Bannières et gonfanons.

Les jouteurs se préparent à jouter,

Car ils trouvent assez de chevaliers comme eux,

Egalement venus là pour jouter,

Et les autres se disposaient de leur côté

A des actions pareillement chevaleresques.

Les prés sont remplis,

De même les labours et les champs en friche,

De chevaliers si nombreux qu'on ne saurait les compter,

Tant il y en avait.

Mais Lancelot fut absent

De cette première mêlée;

Mais quand il parut sur le champ du combat

Et le héraut le vit venir,

Ce dernier ne put s'empêcher de crier:

"Voyez celui qui aunera!

Voyez celui qui aunera!"

Et on lui demande: "Qui est-ce donc?"

Mais le héraut ne voulut point leur répondre.

Quand Lancelot fut entré dans la mêlée,

A lui seul il valut vingt des autres meilleurs chevaliers.

Il se met à jouter si bien

Que nul des spectateurs

Ne peut écarter ses yeux de lui où qu'il se trouve.

Du côté de ceux de Pomelesglai combattait

Un chevalier preux et vaillant,

Assis sur un cheval plus rapide

Qu'un cerf traversant une lande.

C'était le fils du roi d'Irlande,

Qui se faisait remarquer par ses coups.

Mais c'est quatre fois plus qu'on admirait

Le Chevalier inconnu.

Tous demandent instamment:

"Qui donc est ce combattant qui surpasse tous les autres?"

Et la reine tire à part

Une demoiselle très avisée

Et lui dit: "Demoiselle,

Vous aliez me porter au plus vite

Un message des plus courts.

Descendez rapidement de cette estrade,

Vous irez à ce Chevalier là-bas

Qui porte un écu vermeil,

Dites-lui à voix basse

Que je lui demande de faire au plus mal."

La demoiselle s'empresse

De s'acquitter du message de la reine.

Elle s'approche de Lancelot

Tant qu'elle peut

Et lui dit tout bas,

Pour ne pas être entendue des personnes voisines:

"Messire, ma dame la reine,

Vous mande par moi et je vous le dis:

"Au plus mal"." Quand il entendit le message,

Il répondit: "Bien volontiers!"

En homme entièrement aux ordres de la reine.

Alors il se lance contre un chevalier

De toute la vitesse de son cheval,

Et manque son coup.

Ensuite jusqu'au soir

Il fit au pis qu'il put,

Parce que c'est cela que voulait la reine.

Et son adversaire

N'a pas failli, lui, mais le frappa

Fortement de toute la pesée de sa lance.

Alors Lancelot s'enfuit,

Et pendant toute cette journée il ne tourna

Le col de son destrier vers nul autre combattant.

Même pour éviter la mort il n'aurait rien fait

Qui n'eût contribué à sa honte,

Son indignité et son déshonneur.

Il fait semblant d'avoir peur

De tous ceux qui vont et viennent.

Les chevaliers qui auparavant

Chantaient ses louanges

Rient aux éclats et se moquent de lui.

Et le héraut qui allait répétant:

"Voici celui qui les vaincra tous l'un après l'autre!"

Est morne et tout déconfit,

Car il entend les railleries et les sarcasmes

De ceux qui crient: "Maintenant, l'ami,

Il faut te taire. Ton chevalier a fini d'auner,

Il a tant auné qu'il a brisé

Cette aune dont tu faisais un tel éloge."

Nombreux sont ceux qui disent: "Que signifie tout cela?

Il était si vaillant tout à l'heure;

Et le voilà devenu si couard

Qu'il n'ose faire face à nul adversaire.

Peut-être qu'il se montra si valeureux

Parce qu'il n'avait combattu auparavant;

En entrant dans la lice il fit preuve d'une telle fougue

Que nul chevalier, si expérimenté fût-il,

Ne savait lui tenir tête,

Car il frappait comme un dément.

Et maintenant qu'il a appris le métier des armes,

Jamais plus de son vivant

Il ne voudra en porter.

Le coeur lui manque pour cette tâche,

Au monde il n'y a personne de si couard."

La reine, qui ne le quitte pas des yeux,

Est ravie de ce qu'elle voit,

Car elle sait bien, sans le dire à quiconque,

Qu'elle a affaire à Lancelot.

Ainsi jusqu'au soir

Il se fit tenir pour un lâche.

Au moment où l'on se dispersa,

On discuta beaucoup pour établir

Quels étaient ceux qui s'étaient le mieux comportés.

Le fils du roi d'Irlande pense

Que sans conteste possible

La gloire et le prix du tournoi lui appartiennent,

Mais il se trompe lourdement:

Bien d'autres chevaliers l'avaient égalé.

Même le Chevalier Rouge

Plut aux dames et aux demoiselles,

Aux plus élégantes, aux plus belles,

Au point qu'elles n'avaient mangé des yeux

Aucun autre chevalier comme lui;

Car elles avaient vu

Comme il s'était d'abord conduit,

Comme il avait été preux et hardi;

Puis il était devenu si couard

Qu'il n'osait attendre nul adversaire,

Le pire des chevaliers aurait pu l'abattre

Et faire prisonnier, s'il avait voulu.

Mais tous tombèrent d'accord

Que le lendemain ils retourneraient sans faute

Au tournoi, et les demoiselles

Choisiraient pour maris

Ceux qui remporteraient le prix de la journée;

Elles en conviennent et c'est là leur plan.

L'on se dirigea lors vers les logis

Et quand ce fut fait,

En divers lieux

On entendit des chevaliers dire:

"Où se trouve le pire des chevaliers,

Celui qui s'est couvert de honte?

Où est-il allé? Où s'est-il tapi?

Où le chercher? Où pourrons-nous le trouver?

Peut-être ne le reverrons-nous jamais.

Car Lâcheté est à ses trousses,

Dont il a reçu un tel fardeau

Qu'au monde il n'y a personne de si poltron.

Et il n'a pas tort, car c'est plus confortable,

Bien cent mille fois, d'être un lâche

Que d'être hardi et batailleur.

Lâcheté aime ses aises,

Il l'a donc embrassée avec confiance

Et lui a emprunté tout ce qu'il a.

Jamais Prouesse ne s'est abaissée

Au point de reposer en lui

Ni de s'installer à ses côtés.

Mais Lâcheté s'est logée en lui

Et l'a trouvé si accueillant,

Si prêt à la servir et à lui faire honneur

Qu'il en perd son propre honneur."

Ainsi jusque tard dans la nuit clabaudent

Ceux qui s'enrouent à force de médire.

Mais tel bien souvent médit d'autrui

Qui est bien pire que celui

Qu'il critique et méprise.

Chacun dit donc ce qui lui plaît.

Quand le jour reparut,

Tout le monde fut prêt

Et tous revinrent au tournoi.

De nouveau l'estrade reçut la reine,

Les dames et les demoiselles;

Avec elles se trouvaient de nombreux chevaliers

Qui n'étaient pas armés; c'était

Des prisonniers sur parole ou des croisés.

Les chevaliers leur expliquent les blasons

De ceux qu'ils estiment le plus.

Ils leur disent: "Voyez-vous

Ce chevalier à la bande couleur d'or

Sur son écu rouge?

C'est Governaut de Roberdic.

Et puis voyez-vous cet autre

Qui sur son écu a fait peindre,

L'un à côté de l'autre, une aigle et un dragon?

C'est le fils du roi d'Aragon,

Qui est venu en ce pays

Pour conquérir honneur et renommée.

Et voyez-vous ce chevalier tout près de lui

Qui si bien attaque et joute,

Et qui porte un écu mi-parti vert,

Avec un léopard peint sur le vert,

L'autre moitié azur?

C'est Ignaure le Désiré,

Qui sait aimer et se faire aimer.

Et celui qui fait figurer sur son écu

Deux faisans peints bec à bec,

C'est Coguillant de Mautirec.

Et voyez-vous ces deux chevaliers non loin de là

Sur ces deux chevaux pommelés,

Dont les écus dorés sont ornés d'un lion noir?

L'un s'appelle Sémiramis

L'autre c'est son compagnon,

Leurs deux écus ont la même couleur.

Et voyez-vous celui qui sur son écu

A fait représenter une porte

Dont semble sortir un cerf?

Aucun doute, c'est là le roi Yder."

Ainsi parlaient ceux qui se trouvent sur l'estrade.

"Cet écu fut fait à Limoges,

Piladés l'en apporta,

Lui qui veut sans cesse batailler

Et désire ardemment les combats.

Cet autre écu provient de Toulouse,

Avec tout le harnais,

C'est Keu d'Estraus qui les apporta.

Et cet écu-là provient de Lyon sur le Rhône:

Il n'y en a pas de meilleur sous le ciel.

Pour un grand service rendu par lui

Il fut donné à Taulas du Désert,

Qui le porte à merveille et bien se protège avec.

Et cet autre écu est de fabrication anglaise,

Fait à Londres,

Sur lequel vous voyez ces deux hirondelles

Qui paraissent prêtes à prendre leur vol,

Mais sans bouger elles reçoivent

Maints coups des épées en acier poitevin;

C'est Thoas le Jeune qui le porte."

Ainsi décrivent-ils

Les blasons de ceux qu'ils connaissent;

Mais nulle part ils n'aperçoivent

Le Chevalier tant méprisé par eux,

Aussi croient-ils qu'il s'est dérobé,

Puisqu'il n'a pas rejoint la cohue.

Quand la reine ne le voit pas,

L'envie lui prend d'envoyer quelqu'un

Chercher à travers les rangs pour le trouver.

Elle ne sait qui mieux y expédier

Que celle qui y fut

La veille sur son ordre.

Sur-le-champ elle la fait venir près d'elle

Et lui dit: "Partez, demoiselle!

Montez sur votre palefroi.

Je vous envoie auprès du Chevalier d'hier,

Cherchez-le et trouvez-le!

Ne vous attardez pas en route,

Et de nouveau dites-lui

Qu'il se conduise "au plus mal"

Quand vous aurez transmis cette injonction,

Ecoutez bien sa réponse."

La demoiselle ne s'attarde point,

Elle avait noté la veille

De quel côté le Chevalier partirait;

Sans doute savait-elle

Qu'on l'enverrait de nouveau à lui.

A travers les rangs elle s'est avancée,

Tant qu'elle l'aperçut.

Elle s'empresse de lui dire à voix basse

Que de nouveau il se conduise au plus mal,

S'il tient à conserver l'amour et les bonnes grâces

De la reine, de qui vient le message.

Et lui répond: "Du moment qu'elle le commande,

Je vais lui obéir."

Rapidement la demoiselle s'en va,

Tandis que valets, sergents et écuyers

Se mettent tous à huer

Et à crier: "C'est à ne pas y croire,

L'homme aux armes écarlates

Est de retour, mais que peut-il bien chercher?

Il n'y a pas d'être plus vil que lui,

De si méprisable et de si poltron.

Lâcheté s'est emparée de lui

Au point qu'il ne sait lui résister."

La demoiselle retourne à l'estrade

Et s'est approchée de la reine,

Qui l'a pressée de questions

Avant d'entendre la réponse

Qui lui a causé une grande joie,

Parce qu'elle est sûre maintenant

Que le Chevalier est celui à qui elle appartient toute

Et qui est entièrement sien.

La reine commande à la demoiselle

D'aller au plus tôt le retrouver et lui dire

Qu'elle lui mande et le prie

De combattre le mieux qu'il pourra.

Et la demoiselle répond qu'elle s'en ira

Immédiatement, sans chercher un délai.

Elle descend de la tribune jusqu'en bas,

Où son valet l'attendait

Avec son palefroi.

Elle se met en selle et s'en va

Trouver le Chevalier

A qui elle dit:

"Messire, ma dame vous mande maintenant

De combattre le mieux que vous pourrez!"

Lui répond: "Vous lui direz

Que rien ne me rebute

Du moment que cela lui plaît,

Et que tout ce qui lui plaît me fait plaisir."

La demoiselle ne fut pas lente

A reporter le message,

Certaine que la reine

En serait ravie.

Aussi vite que possible

Elle se dirige vers l'estrade.

La reine se lève

Et va à sa rencontre,

Mais sans descendre les marches

Elle l'attend au haut de l'escalier.

La demoiselle s'approche,

Porteuse d'un message bien agréable;

Elle monte les marches

Et, venue devant la reine,

Elle lui dit: "Ma dame, jamais je ne vis

Chevalier si accommodant:

Il tient à vous obéir

En toutes choses.

A vous dire vrai,

Il réagit de même façon quoi qu'on lui demande,

Que cela lui plaise ou non.

- Ma foi, fait la reine, cela se peut."

Elle retourne alors à la baie

Pour regarder les jouteurs.

Et Lancelot sans plus tarder

Saisit son écu par les courroies.

Désirant ardemment

Faire voir à tous ses qualités guerrières,

Il tourne la tête de son cheval

Et le laisse courir entre deux rangs de combattants.

Bientôt il va étonner

Ceux qu'il a trompés par sa feinte couardise,

Et qui ont passé une grande partie de la veille

A se moquer de lui;

Ils avaient longtemps ri

Et plaisanté à son sujet.

Tenant son écu par les courroies,

Le fils du roi d'Irlande

Pique des deux et se précipite

A sa rencontre.

Ils s'entrechoquent

Si violemment que le fils du roi d'Irlande

Perd tout intérêt pour la joute,

Car sa lance est brisée;

Il n'a pas frappé sur de la mousse,

Mais sur du bois dur et bien sec.

Lancelot lui a appris un de ces tours

Au cours de la joute:

Il lui applique l'écu contre le bras

Et lui serre le bras contre le côté,

Et voilà qu'il le fait rouler à terre.

Aussitôt les chevaliers des deux camps

Arrivent en trombe,

Les uns pour libérer le fils du roi d'Irlande,

Les autres pour l'encombrer.

Les premiers veulent aider leur seigneur,

Mais vident leurs arçons pour la plupart

Au cours de la mêlée.

De toute cette journée

Gauvain ne se mêla de combattre,

Bien qu'il fût là avec les autres.

Il prenait un tel plaisir à regarder

Les prouesses du Chevalier

Aux armes vermeilles,

Que celles des autres combattants

Lui paraissaient manquer d'éclat,

Comparées aux siennes.

Et le héraut, qui se réjouit fort,

S'écrie bien haut pour que tous puissent l'entendre:

"Il est venu celui qui aunera!

Aujourd'hui, vous verrez ce qu'il va faire,

C'est aujourd'hui qu'il va se couvrir de gloire."

Alors Lancelot dirige

Et éperonne son cheval

A la rencontre d'un chevalier élégamment armé,

Et le frappe si fort qu'il l'envoie rouler

Loin de son cheval, à plus de cent pas.

Il se met à combattre si bien

De son épée et de sa lance

Qu'il n'y en a aucun parmi ceux qui ne portent pas d'armes

Qui n'éprouve du plaisir rien qu'à le regarder.

Même ceux qui portent des armes

Y trouvent de quoi se réjouir et y prennent plaisir,

Car c'est une joie que de voir

Comment il fait renverser et tomber à terre

A la fois chevaux et chevaliers.

Il n'y a guère de chevalier qui, assailli par lui,

Demeure en selle,

Et les chevaux qu'il gagne,

Il en fait cadeau à qui les voulaient.

Et ceux qui aimaient se moquer de lui

Disent: "Nous voilà honnis et perdus.

Nous avons eu grand tort

De le dénigrer et de le mépriser.

En vérité, à lui seul il vaut bien un millier

De ses nombreux rivaux dans ce champ,

Car il les a tous vaincus et surpassés -

Tous les chevaliers du monde;

Il n'y en a aucun qui puisse l'égaler."

Et les demoiselles disaient,

En le regardant avec émerveillement,

Qu'il leur ôte toute possibilité de l'épouser,

Car elles n'osaient point se fier

A leur beauté, à leurs richesses,

Ni à leur pouvoir ni à leur rang dans le monde,

Car ni pour sa beauté ni pour sa fortune

Il ne daignerait en prendre aucune pour femme:

Ce Chevalier était trop parfaitement preux.

Et pourtant de tels voeux sont faits

Par un assez grand nombre d'entre elles qui disent

Que si elles ne peuvent pas l'avoir pour époux,

Elles ne seront désormais plus à marier dans l'année,

Ni à être données en mariage à qui que ce soit.

Et la reine, qui entend

Ce qu'elles vont proclamant ainsi,

En son for intérieur rit et se moque d'elles;

Elle sait bien que pour tout l'or de l'Arabie

Que l'on étalerait devant lui,

La meilleure de parmi elles -

La plus belle ou la plus noble - ne serait pas choisie

Par celui qui provoque leur désir.

Et leur volonté est commune à toutes:

Chacune voudrait l'avoir pour elle;

Et elles sont toutes jalouses les unes des autres,

Tout comme si chacune était déjà son épouse,

Parce qu'elles le voient si adroit

Qu'elles pensent et qu'elles croient

Que nul autre chevalier - il leur plaisait à ce point-là -

Ne saurait faire ce que lui faisait.

Il fit tout si bien qu'au moment où cela se terminait,

Des deux camps on dit sans risque de mentir

Qu'il n'y avait pas eu un autre pour rivaliser

Avec celui qui porte l'écu vermeil.

Tous l'affirmèrent, et ce fut vrai.

Mais au moment de partir, il laissa

Tomber son écu au milieu de la foule -

Là même où il put voir qu'elle était la plus dense -

Et sa lance et la housse de son cheval;

Puis il s'en alla à toute allure.

Et il s'en alla si discrètement

Que personne de toute l'assemblée

Qui s'y trouvait réunie, ne s'en aperçut.

Et il se mit en route,

En se dirigeant d'un pas rapide et direct

Vers l'endroit d'où il était venu,

Afin de s'acquitter de son serment.

Au moment de quitter le tournoi,

Tous le cherchent et le réclament;

Ils ne le trouvent point, car il s'est enfui,

Parce qu'il ne tient pas à ce qu'on le connaisse.

Les chevaliers en éprouvent une grande tristesse et bien du chagrin,

Car ils l'auraient beaucoup fêté

S'ils l'avaient avec eux.

Et si les chevaliers se désolèrent

Du fait qu'il les a ainsi abandonnés.

Les demoiselles, lorsqu'elles l'apprirent,

En ressentirent une douleur encore plus amère,

Et disent que par saint Jean.

Elles ne se marieront pas cette année.

Puisqu'elles n'ont pas celui qu'elles voulaient,

Elles en tenaient tous les autres quittes;

Ainsi le tournoi prit-il fin

Sans qu'une seule eût pris de mari.

Et Lancelot ne s'attarde pas,

Mais retourne vite à sa prison.

Et le sénéchal y arriva deux ou trois jours

Avant Lancelot,

Et il demanda où celui-ci se trouvait.

Et la dame qui lui avait

Offert ses armes vermeilles,

Belles et bien entretenues,

Et son harnois et son cheval,

Dit toute la vérité au sénéchal,

Comment elle l'avait envoyé

Là où l'on tournoyait,

Au tournoi de Noauz.

"Vous n'auriez pas pu faire pire chose,

Madame en vérité fait le sénéchal;

Il m'en arrivera, je pense, un malheur bien grand,

Car Méléagant, mon seigneur,

Agira à mon égard plus mal que ne me traiterait le géant

Si j'étais tombé, naufragé, sous son emprise.

Je serai mort et ruiné

Dès qu'il saura ce qui s'est passé,

Car il n'aura point pitié de moi.

- Beau sire, n'ayez aucune crainte,

Fait la dame, une telle peur,

Vous n'avez nullement besoin de la ressentir;

Rien au monde n'est capable de l'empêcher de revenir,

Car il m'a juré sur les reliques des saints

Qu'il reviendrait au plus tôt qu'il pourrait."

Le sénéchal monte aussitôt à cheval,

Il se présenta devant son seigneur et lui raconte

Toute cette affaire chanceuse;

Mais il le rassure fort,

Car il lui dit comment

Sa femme obtint de Lancelot

Qu'il retournerait dans sa prison.

"Il ne fera point faux bond,

Fait Méléagant, je le sais bien,

Et néanmoins je regrette beaucoup

Ce que votre femme a fait:

Pour rien au monde je n'aurais voulu

Qu'il fît partie du tournoi.

Mais rentrez maintenant vite chez vous,

Et veillez, lorsqu'il sera de retour,

Qu'il soit si bien gardé en prison

Qu'il n'en sorte plus,

Et qu'il ne puisse aucunement disposer de lui-même;

Et donnez-m'en aussitôt des nouvelles.

- Il en sera fait comme vous l'ordonnez,"

Fait le sénéchal, et il s'en va.

Et il trouva Lancelot de retour,

Prisonnier dans sa cour.

Un messager repart à toute vitesse,

Envoyé par le sénéchal

Par le chemin le plus direct à Méléagant,

Et il lui dit que Lancelot

Est revenu. Et dès qu'il l'eut entendu,

Il convoqua maçons et charpentiers

Qui, soit à contre-coeur soit de bon gré,

Ne manquèrent pas de faire ce qu'il leur ordonna.

Il envoie chercher les meilleurs du pays,

Et il leur a dit de lui construire

Une tour et de faire tout leur possible

Afin qu'elle fût faite rapidement.

La pierre fut extraite au bord de la mer,

Car près de Gorre, de ce côté-ci,

On trouve un bras de mer grand et large:

Au milieu de ce bras de mer se situait une île -

Méléagant le savait bien.

C'est là que Méléagant ordonna d'apporter la pierre

Et le bois de construction pour bâtir la tour.

En moins de cinquante-sept jours

La tour fut achevée,

Haute, aux solides fondations, les murs épais.

Quand elle fut terminée,

Il y fit amener Lancelot

De nuit et il l'enferma dans la tour;

Puis il ordonna de murer les portes,

Et fit jurer à tous les maçons

Que par eux jamais de cette tour

Il ne serait question.

Ainsi voulut-il qu'elle fût secrète

Et qu'il n'y eût ni porte ni entrée

Sauf une petite fenêtre.

Voilà l'endroit où Lancelot fut obligé de demeurer,

Et on lui donnait à manger,

Mais chichement et péniblement,

Par cette petite fenêtre

Dont il vient d'être question,

Tout comme l'avait dit et ordonné

Le félon débordant de traîtrise.

Méléagant a donc tout fait selon sa volonté;

Il se rend alors

Tout droit à la cour du roi Artur.

Le voilà déjà arrivé là-bas,

Et quand il vint devant le roi,

Tout plein d'orgueil et de véhémence,

Il a commencé sa harangue:

"Roi, devant toi et dans ta cour

Je me suis engagé à livrer bataille;

Mais de Lancelot je ne vois même pas l'ombre ici;

Alors qu'il a accepté de s'opposer à moi.

Et cependant, ainsi qu'il se doit,

J'offre ma bataille, au vu et au su de tous,

A ceux que je vois ici à présent.

Et s'il se trouve ici, qu'il vienne donc

Et soit en mesure de me tenir parole

En votre cour au bout d'un an à partir d'aujourd'hui.

Je ne sais si l'on vous a jamais dit

De quelle manière et de quelle façon

Cette bataille fut organisée;

Mais ici même je vois des chevaliers

Qui assistèrent à nos accords

Et qui sauraient vous le dire

S'ils voulaient reconnaître la vérité.

Mais s'il veut me contester cette chose,

Je n'aurai point recours à un mercenaire;

Je la prouverai sur son propre corps."

La reine, assise

Aux côtés du roi, attire celui-ci vers elle

Et se met à lui dire:

"Sire, savez-vous qui est cet homme?

C'est Méléagant, qui s'empara de moi

Alors que m'escortait Keu le sénéchal:

Il lui causa beaucoup de honte et de peine."

Et le roi lui a répondu:

"Madame, je l'ai compris parfaitement:

Je sais fort bien que c'est l'homme

Qui gardait mon peuple dans l'exil."

La reine n'en dit plus un mot;

Le roi adresse sa parole

A Méléagant, et il lui dit:

"Ami, fait-il, que Dieu me vienne en aide,

De Lancelot nous restons

Sans nouvelle, ce qui nous cause un grand chagrin.

- Sire roi, fait Méléagant,

Lancelot me dit qu'ici

Sans faute je le trouverais;

Je ne dois aucunement lui réclamer

Cette bataille ailleurs qu'en votre cour.

Je désire que tous ces barons

Qui sont ici présents me soient témoins

Que je le somme de comparaître dans un an,

Selon les accords solennels que nous fîmes,

Là où nous prîmes l'engagement de nous battre."

Emu par ce discours, Gauvain se met

Debout, car il est navré

Par les paroles qu'il a entendus,

Et il dit: "Sire, de Lancelot

Il n'existe pas de trace en toute cette terre;

Mais nous le ferons rechercher,

Et, s'il plaît à Dieu, nous le retrouverons

Avant que l'année ne s'achève,

S'il n'est pas mort ou emprisonné.

Et s'il ne se présente pas, accordez-moi alors

La bataille, et je la ferai à sa place:

Au nom de Lancelot je revêtirai les armes

Au jour convenu, s'il ne revient pas à temps.

- Oh! pour l'amour de Dieu, beau sire roi,

Fait Méléagant, accordez-lui sa demande:

Lui veut la bataille et, moi aussi, je vous en prie,

Car je ne connais pas au monde un chevalier

Avec lequel j'aimerais autant me mesurer,

A la seule exception de Lancelot.

Mais sachez bien

Que si l'un des deux ne combat contre moi,

Nul échange ni nul remplaçant

Ne fera mon affaire - je n'accepterai qu'un de ces deux-là.

Et le roi dit qu'il accorde tout,

Si Lancelot ne revient pas dans l'année.

Alors, Méléagant quitte les lieux

Et le roi s'en va de la cour;

Il ne s'arrêta que lorsqu'il eut trouvé

Le roi Bademagu, son père.

Devant celui-ci, afin de se donner des airs

De preux et d'homme important;

Il commença à composer son personnage

Et à faire le glorieux.

Ce jour-là, le roi Bademagu tenait

Une cour fort joyeuse à Bade, sa cité.

Ce fut le jour anniversaire de sa naissance,

Pour cette raison il la tint grande et plénière;

Y assistèrent des gens de diverses sortes,

Venus auprès de lui en très grand nombre.

Le palais fut plein à craquer

De chevaliers et de demoiselles;

Mais parmi celles-ci il y en eut une

Qui était la soeur de Méléagant -

Je vous dirai d'ici peu

Ce que je pense et entend faire d'elle,

Mais à présent je ne veux pas en dire davantage,

Car cela m'éloignerait de ma matière

Si j'en parlais en ce moment-ci;

Je ne veux point l'estropier

Ni la corrompre ou la forcer;

Je préfère lui faire suivre un bon et droit chemin.

Je vous dirai donc maintenant

Ce qui est advenu de Méléagant,

Lequel, publiquement et devant tout le monde,

Dit à haute voix à son père:

"Père, fait-il, que Dieu m'absolve,

S'il vous plaît, dites-moi la vérité,

Ne doit-on pas se sentir comblé de joie

Et n'est-on pas d'un très grand mérite

Lorsqu'à la cour d'Artur

On se fait craindre par la force de ses armes?"

Le père, sans en écouter davantage,

Répond à sa question:

"Fils, fait-il, tous ceux qui sont bons

Doivent honorer et servir

Celui qui peut mériter cette estime-là,

Et ils devraient rechercher sa compagnie."

Alors le roi le cajole et le prie,

Et lui dit de ne plus garder le silence

Sur la raison de ce rappel, de dire

Ce qu'il cherche, ce qu'il veut et d'où il vient.

"Sire, je ne sais pas si vous vous souvenez -

C'est son fils Méléagant qui parle -

Des termes et du pacte

Qui furent formulés et enregistrés

Lorsque, grâce à vous, nous nous mîmes d'accord,

Moi-même et Lancelot, tous deux ensemble.

Il vous en souvient fort bien, me semble-t-il:

On nous dit devant un certain nombre de personnes

De nous retrouver au bout d'un an

A la cour d'Artur, prêts au combat.

Je m'y présentai au jour convenu,

Tout préparé et disposé à faire

Ce pour quoi j'y étais allé;

Je fis tout ce que j'étais censé faire;

Je recherchai et réclamai Lancelot

Contre qui je devais me battre;

Mais je ne pus ni le voir ni le trouver;

Il s'en est enfui ou il s'est dérobé.

Eh bien, je n'en suis point revenu les mains vides,

Car Gauvain a engagé son serment

Que si Lancelot n'est plus en vie

Ou s'il ne se présente pas dans les délais prévus,

Il m'a bien dit et promis

Que cette fois-ci aucun sursis ne serait permis,

Mais que lui-même ferait la bataille

Contre moi, à la place de Lancelot.

Artur n'a pas de chevalier qu'on estime

Autant que celui-là, c'est bien connu;

Mais avant que ne refleurissent les sureaux,

Je verrai, moi, pourvu qu'on en arrive à échanger des coups,

Si sa renommée correspond à ses capacités réelles -

Et j'aimerais bien que cela se fît tout de suite!

- Fils, fait le père, c'est donc à juste titre

Qu'ici l'on te considère comme un fou.

Que celui qui ne le savait pas encore

Sache par ta propre bouche l'étendue de ta folie;

Il est indéniable que ceux qui ont bon coeur pratiquent l'humilité,

Mais le fou et l'orgueilleux outrecuidant

Ne seront jamais libérés de leur folie.

Fils - je le dis pour ton propre bien - ton caractère

Est tellement dur et sec

Qu'il ne renferme aucune douceur ni amitié;

Ton coeur est dépourvu de pitié:

Tu es entièrement pris par la folie.

Voilà pourquoi je te trouve indigne;

Voilà ce qui finira par t'abattre.

Si tu es vraiment preux, ils seront suffisamment nombreux

Ceux qui sauront en témoigner

Au moment qu'il faudra;

L'homme de valeur n'a point besoin de vanter

Son courage afin de rendre plus d'éclat à ses exploits;

C'est de l'acte lui-même qu'il convient de faire l'éloge;

Même pas la valeur d'une alouette:

Voilà ce que tu gagnes en estime par l'éloge

Que tu fais de toi-même; au contraire, je t'en estime bien moins.

Fils, je te corrige; mais à quoi bon?

Tout ce qu'on peut dire à un fou ne vaut guère,

Car on finit toujours par se faire débouter.

Quand on cherche à guérir le fou de sa folie;

Et le bien que l'on enseigne et révèle

Ne sert à rien s'il n'est pas mis en application -

Il est tout de suite parti et perdu."

Alors Méléagant fut frappé de désespoir

Et hors de lui;

Jamais homme né de femme -

Je peux bien vous l'affirmer -

N'a été vu aussi rempli de colère

Que lui; et à cause de ce courroux

La paille fut alors rompue,

Car il ne ménagea en rien

Son père, en lui disant plutôt:

"Est-ce un songe ou délirez-vous seulement

Lorsque vous prétendez que je suis atteint de démence

Seulement parce que je vous raconte ma manière d'être?

C'est comme à mon seigneur que je croyais

Venir à vous, comme à mon père;

Mais les apparences semblent être tout autres,

Car vous m'insultez plus grossièrement,

D'après moi, que vous ne devriez;

Vous êtes incapable de dire la raison

Pour laquelle vous avez entrepris cette harangue.

- Non, au contraire! - Alors, expliquez-vous!

- C'est qu'en toi je ne vois rien

Excepté folie et rage.

Je connais fort bien les opérations de ton coeur;

Il te réserve de nouveaux malheurs.

Maudit soit celui qui pensera jamais

Que Lancelot, le courtois parfait,

Qui de tous, sauf de toi, est très apprécié,

Ait pris la fuite par peur de toi;

A mon sens, il n'est plus de ce monde

Ou il est enfermé en une prison

Dont la porte est si solidement fermée

Qu'il ne peut pas en sortir sans autorisation d'autrui.

Sûrement, ce qui me ferait

Le plus durement souffrir serait

Qu'il fût mort ou exposé à de graves périls.

Ce serait à coup sûr une trop grande perte

Si un être aussi exceptionnel,

Aussi beau, preux et serein

Devait disparaître avant son temps;

Mais plaise à Dieu qu'il n'en soit pas question!"

Alors Bademagu se tait,

Mais tout ce qu'il avait dit et raconté,

Une de ses filles

L'avait écouté et entendu;

Apprenez qu'il s'agit bien de la demoiselle

Que je mentionnai plus haut dans mon histoire

Et qui n'est pas contente lorsqu'on raconte

Pareilles choses au sujet de Lancelot.

Elle se rend bien compte qu'on l'enferma dans un cachot,

Puisque personne ne sait où il peut bien demeurer.

"Que Dieu cesse de m'aimer, fait-elle,

Si jamais je prends du repos

Avant d'avoir de lui

Des nouvelles précises et exactes."

Alors sans tarder un instant de plus,

Sans faire de bruit et sans la moindre parole,

Elle court monter sur une mule

Fort belle et à l'allure douce.

Mais, pour ma part, je vous dirai

Qu'elle ne sait point quelle direction

Prendre lorsqu'elle quitte la cour.

Elle n'en sait rien, elle ne cherche point à se renseigner,

Mais elle entre dans le premier chemin

Qu'elle trouve, et elle s'en va bon train

Sans savoir où, à l'aventure,

Sans chevalier et sans serviteur.

Elle se dépêche beaucoup, pressée

D'atteindre ce qu'elle désire.

Elle s'agite et elle se démène,

Mais l'affaire ne sera point terminée de sitôt!

Il ne faut pas qu'elle se repose

Ni qu'elle prolonge son séjour là où elle s'arrête

Si elle compte mener à bien

Ce qu'elle a entrepris de faire:

Arracher Lancelot de sa prison,

Si elle le retrouve et si elle peut le faire.

Pourtant je pense qu'avant de le trouver,

Elle aura exploré bien des pays

Et fait maints voyages dans tous les sens

Avant d'entendre nulle nouvelle de lui.

Mais à quoi bon vous raconter

Ses gîtes nocturnes et ses journées?

Elle a parcouru tant de chemins,

En amont et en aval, ici et là-bas,

Qu'un mois, ou plus, s'écoula

Sans qu'elle ait pu en savoir ni plus

Ni moins qu'elle savait auparavant,

C'est-à-dire rien du tout.

Un jour, en traversant

Un champ, bien triste et pensive,

Elle aperçut dans le lointain, sur un rivage,

Au bord d'un bras de mer, une tour,

Mais il n'y avait aux alentours, à une lieue de distance,

Aucune maison, hutte ou demeure.

C'est Méléagant qui l'avait fait bâtir

Et qui y avait fait mettre Lancelot,

Mais la demoiselle ignorait tout cela.

Et dès qu'elle l'eut vue,

Elle la regarda fixement

Sans en détourner les yeux;

Son coeur lui fait la promesse ferme

Que c'est bien là que se trouve ce qu'elle a tant cherché.

Elle est enfin arrivée au terme de ses efforts,

Car droit à son but l'a menée

Fortune après l'avoir tellement mise à l'épreuve.

La pucelle se dirige vers la tour

Qu'elle finit par atteindre.

Elle la contourne, tendant l'oreille et aux écoutes,

En concentrant toute son attention

Afin de savoir de façon certaine si elle ne pourrait entendre

Quelque chose qui ferait sa joie.

Elle regarde en bas, elle observe en haut;

Elle constate que la tour est solide, haute et massive;

Elle s'étonne de n'y voir

Ni porte ni fenêtre,

A part une petite ouverture étroite.

Imposante par sa hauteur et bien droite,

La tour n'avait ni échelle ni escalier.

Pour cette raison, elle croit que c'est fait exprès ainsi,

Et que Lancelot s'y trouve enfermé;

Avant de manger quoi que ce soit,

Elle saura si c'est vrai ou non.

Alors elle veut l'appeler par son nom:

Elle voulait appeler Lancelot,

Mais quand elle est juste sur le point de le faire, elle entendit -

Pendant qu'elle gardait encore le silence -

Une voix qui se lamentait

Dans la tour et qui disait sa peine extraordinaire et cruelle,

En ne réclamant autre chose que la mort.

On réclame la mort et on déplore son sort,

Sa souffrance est insupportable, on veut mourir:

Celui qui parlait déclarait son mépris et de sa vie

Et de son corps, et disait

Faiblement, d'une voix basse et rauque:

"Aïe! Fortune, comme ta roue

A laidement tourné pour moi!

Tu me l'as fait tourner pour mon plus grand mal,

Car j'étais au sommet, je suis maintenant tombé au plus bas;

Avant j'étais bien, maintenant je vais mal;

Maintenant tu me verses des larmes, avant tu me souriais.

Las, misérable, pourquoi te fiais-tu à elle,

Vu qu'elle t'a si vite abandonné!

En si peu de temps tu as provoqué ma chute:

L'expression "de si haut si bas" s'applique à mon cas.

Fortune, quand tu me jouas ce tour vilain;

Tu fis une bien mauvaise chose, mais que t'importe à toi?

Le sort des gens ne t'intéresse nullement.

Ah! Sainte Croix, Saint-Esprit,

Comme je suis perdu, comme je suis réduit à néant!

Je ne suis plus rien du tout!

Ah! Gauvain, vous dont la vaillance n'a pas d'égale,

Vous qui surpassez en bonté tous les autres,

Vraiment je m'étonne et n'arrive pas à comprendre

Pourquoi vous ne m'apportez aucun secours!

Vraiment, vous tardez beaucoup trop,

Votre conduite n'est guère courtoise;

Il mérite bien d'avoir votre aide,

Celui pour qui jadis vous éprouviez tant d'affection!

Vraiment, de ce côté de la mer ou au-delà

- Je peux l'affirmer sans hésitation -

Il n'existe aucun lieu écarté, aucune cachette

Où je ne serais allé pour vous chercher.

Pendant sept ans ou dix,

Si je savais que vous étiez en prison,

Jusqu'au moment de vous retrouver.

Mais à quoi sert ce débat que je mène?

Mes difficultés ne comptent pas suffisamment pour vous

Pour que vous acceptiez de faire un effort.

Le proverbe du vilain affirme avec raison

Que ce n'est qu'à grand-peine qu'on trouve jamais un ami;

On peut facilement éprouver

Qui est le vrai ami quand le malheur frappe.

Las! Cela fait plus d'un an qu'on m'a mis

Ici dans cette tour qui est ma prison.

Vraiment, c'est une chose indigne de vous,

Gauvain, que de m'y avoir laissé languir.

J'ai bien l'espoir que vous n'en savez rien,

J'espère que je vous blâme à tort.

Vraiment, c'est bien le cas, j'en conviens,

Et je vous fis une grande injure et un grand mal

En pensant ainsi, car je suis certain

Que rien dans ce monde sublunaire

N'aurait pu empêcher que fussent venus ici

Vos gens et vous-même pour me libérer

De cette peine et de cette adversité où je suis

Si vous l'aviez su pour de vrai;

Et vous auriez accepté de le faire comme un devoir,

Pour des raisons d'amour et d'amitié -

Je ne dirai plus le contraire.

Mais tout est fini, cela ne se fera pas.

Ah! Que de Dieu et de saint Sylvestre

Soit maudit - et que Dieu le détruise -

Celui qui me voue à pareille honte!

Nul autre n'est pire que lui,

Méléagant, qui par envie

M'a fait tout le mal qu'il put."

Alors il cesse de parler, alors se tait

Celui qui se lamente sur son sort.

Mais alors celle qui en bas attend patiemment

Avait entendu tout ce qu'il avait dit;

Elle n'a plus perdu de temps à attendre,

Car maintenant elle se sait bien arrivée à destination,

Et, sûre de son fait, elle l'appelle:

"Lancelot!", lui crie-t-elle de toutes ses forces,

"Ami, vous qui êtes là-haut,

Parlez donc à celle qui est une amie!"

Mais celui qui se trouvait à l'intérieur ne l'entendit point.

Et la demoiselle redouble son effort

Jusqu'à ce que celui qui manque entièrement de force

Parvienne à grand-peine à l'entendre, et il se demanda

Avec étonnement qui peut bien être la personne qui l'interpella.

Il entend la voix, il s'entend appeler,

Mais il ignore qui l'appelle:

Il pense que ce doit être un fantôme.

Il regarde tout autour de lui,

Pour voir s'il verrait quelqu'un;

Mais il ne voit que la tour et lui-même.

"Dieu, fait-il, qu'est-ce que j'entends?

J'entends parler et ne vois personne!

Certes, c'est plus que merveilleux,

Je ne dors pas, mais suis complètement éveillé.

Peut-être, si cela m'arrivait en dormant,

Je saurais qu'il s'agit d'une illusion.

Mais je suis éveillé et ce mystère me bouleverse."

Il se lève alors nos sans peine

Et se dirige vers la lucarne

En traînant la jambe.

Arrivé près d'elle, il s'y appuie

Et s'arrange à grande peine pour y engager la tête.

Après avoir promené ses yeux au-dehors

Le mieux qu'il put,

Il aperçut celle qui l'avait appelé,

Sans arriver à la reconnaître;

Mais elle a vite fait de le reconnaître, lui.

"Lancelot, lui dit-elle,

Je suis venue de bien loin vous retrouver.

Maintenant c'est chose faite,

Dieu merci, je vous ai découvert.

Je suis celle qui a requis de vous,

Quand vous vous en alliez vers le Pont de l'Epée,

Un don, que vous m'avez accordé

Très volontiers, à ma demande:

Ce fut la tête du chevalier vaincu par vous

Et que je détestais;

Je vous la fis trancher.

En reconnaissance de ce don

Je me suis mise en route:

Je vais vous sortir de prison.

- Demoiselle, je vous remercie,

Dit l'emprisonné;

Je serai bien récompensé

Du service que je vous ai rendu,

Si je sors d'ici.

Si vous arrivez à me libérer,

Je puis vous assurer et promettre

Que je serai désormais votre vassal,

Et je vous le jure par saint Paul l'apôtre!

Et aussi vrai que je souhaite un jour voir Dieu de mes yeux,

Il ne se passera pas de jour que je ne fasse

Tout ce qu'il vous plaira de me commander.

Vous ne saurez demander

Quoi que ce soit, si j'en ai le pouvoir,

Que vous ne l'obteniez sans délai.

- Ami, soyez sans crainte,

On vous sortira d'ici.

Aujourd'hui même vous serez libéré:

On aurait beau me donner mille livres,

Rien n'empêchera votre sortie de la tour avant demain.

Puis je vous trouverai un bon asile,

Où vous connaîtrez repos et confort.

Tout ce qui m'appartient

Est à votre disposition.

Ne craignez rien;

Mais d'abord il va falloir chercher,

Où que ce soit dans ces parages,

Quelque outil dont vous puissiez,

A condition que je le trouve, élargir cette lucarne

Suffisamment pour pouvoir sortir par elle.

- Dieu permette que vous le trouviez!,"

Fait Lancelot, qui est tout à fait de cet avis;

"Et j'ai ici de la corde en quantité

Que mes geôliers m'ont laissée

Pour hisser mon manger,

Un dur pain d'orge et de l'eau croupie

Qui me soulève le coeur et me rend malade."

Alors la fille de Bademagu

Se met en quête et trouve un pic solide,

Aussi massif qu'aigu qu'elle fait parvenir en haut;

Lancelot en heurte et frappe la pierre,

Et tant la martèle et creuse,

Malgré sa fatigue,

Que le voilà sorti.

Maintenant l'allégresse s'empare de lui,

Sachez que sa joie est grande,

Quand enfin il s'est échappé de prison

Et qu'il se trouve hors de la tour

Où il a été si longtemps enfermé.

Elargi de sa geôle, il respire au grand air;

Je peux vous dire que pour tout l'or

Répandu à travers le monde,

Si on l'avait rassemblé en une pile

Et qu'on le lui eût donné en paiement,

Il ne serait pas retourné en prison.

Voici Lancelot en liberté,

Mais si faible qu'il chancelait

D'épuisement et de faiblesse.

La demoiselle le hisse devant elle

Sur sa mule avec douceur, sans lui faire de mal,

Puis ils s'éloignent rapidement.

Elle prend exprès des chemins détournés

Pour qu'on ne les voie pas.

Ils chevauchent secrètement,

Car s'ils l'avaient fait ouvertement,

Quelqu'un aurait bien pu

Les reconnaître et les mettre en péril,

Ce qu'elle n'aurait voulu à aucun prix:

Elle évite donc les endroits dangereux

Et arrive à une demeure:

Où elle séjourne souvent

A cause de son installation somptueuse.

Logis et serviteurs

Lui appartiennent entièrement.

Le lieu était salubre et secret

Et il y avait là de tout en abondance.

Lancelot est arrivé là avec elle:

Dès sa venue au manoir,

Après l'avoir débarrassé de sa robe,

La demoiselle l'étend

Sur une belle et haute couche,

Ensuite elle le lave et le soigne

Si bien que je ne saurais raconter

Même la moitié de ce qu'elle fit.

Doucement elle le manie et le masse

Comme s'il se fût agi de son propre père:

Elle le restaure et le remet en état,

C'est entièrement qu'elle le transforme et le change.

Maintenant il est devenu beau comme un ange,

Plus souple et plus agile

Que personne que vous ayez jamais vu.

Il n'a plus l'air famélique ou galeux,

Il est redevenu beau et fort. Le voilà levé.

La demoiselle lui a trouvé

La plus belle robe qu'elle put,

Dont elle l'a revêtu à son lever,

Et lui l'a endossée avec plaisir,

Plus léger qu'un oiseau qui s'envole.

Il embrasse la demoiselle

Et lui dit amicalement:

"Amie, c'est à vous seule

Et à Dieu que je rends grâces

D'avoir retrouvé ma santé.

Je vous dois d'être sorti de prison.

En retour, mon coeur, mon corps,

Mes biens et mon service vous appartiennent.

Vous pouvez en disposer à votre gré.

Vous avez tant fait pour moi que je suis tout vôtre,

Mais il y a longtemps que je ne suis allé

A la cour d'Artur, mon seigneur,

Lui qui m'a toujours grandement honoré,

Et où j'ai pas mal de choses à faire.

Or donc très douce amie,

Je vais vous prier de bien vouloir

Me permettre d'y aller. C'est bien volontiers

Que j'irais, si cela vous plaisait.

- Lancelot, très cher ami,

Fait la demoiselle, je le veux bien,

Car je désire, où que ce soit,

Votre honneur et votre bien."

Elle lui fait cadeau d'un destrier superbe,

Le meilleur qu'on vit jamais;

Lui saute en selle

Sans demander d'aide aux étriers:

En un clin d'oeil il fut à cheval.

Alors ils prennent congé l'un de l'autre

Et se recommandent mutuellement à Dieu.

Lancelot s'est mis en route,

Si transporté de joie que, même si j'essayais,

Je ne saurais dire

Son bonheur

De s'être échappé du lieu

Où il était pris comme dans une trappe,

Mais il s'en va répétant

Qu'il se vengera du traître indigne de sa race,

Qui a été bien mal avisé de le tenir en prison

Et dont il vient de déjouer l'astuce.

"Bien malgré lui je m'en suis tiré!"

Là-dessus il jure par le coeur et le corps

De Celui qui créa le monde

Qu'il n'y a ni avoir ni richesse

De Babylone jusqu'à Gand

Qui permettrait à Méléagant

D'échapper à la mort, s'il le tenait

Et remportait sur lui la victoire,

Car celui-ci lui a joué trop de tours méchants.

Mais les choses se présentent de telle façon

Qu'il sera bientôt à même de se venger;

En effet ce même Méléagant

Qu'il menace et croit déjà tenir

Etait ce jour-là venu à la cour d'Artur,

Sans d'ailleurs y avoir été convoqué.

Dès qu'il y fut il demanda Gauvain

Et obtint de le voir.

Alors le traître, le félon

S'enquit auprès de lui de Lancelot,

Si on l'avait vu ou retrouvé,

Comme s'il n'en savait rien.

Mais justement il n'était pas au courant,

Bien qu'il crût être bien informé.

Et Gauvain lui affirma qu'il ne l'avait vu

Et qu'il n'était pas revenu.

"Du moment que je ne le trouve pas,

Fait Méléagant, venez donc

Me tenir la promesse que vous m'avez faite,

Car je ne vous attendrai pas davantage.

- Je vous tiendrai, répond Gauvain,

Ce dont nous sommes convenus;

S'il plaît à Dieu en qui je crois,

Je compte bien m'acquitter envers vous.

Mais si comme aux dés

Je jette plus de points que vous,

Par Dieu et sainte Foi,

Je saisirai l'enjeu tout entier,

Sans rien en abandonner."

Alors Gauvain sur-le-champ

Fait étendre à terre

Un tapis devant lui.

A son commandement ses écuyers

Ne se sont pas esquivés,

Mais sans maugréer ni protester

Ils exécutent son ordre.

Ils apportent le tapis et l'étendent

Là où Gauvain le désire.

Alors celui-ci s'assied dessus

Et se fait armer

Par les valets qu'il trouve devant lui,

Et qui ont enlevé leurs manteaux.

Il y en avait trois, je ne sais

S'ils étaient ses cousins ou ses neveux,

En tout cas ils connaissaient bien leur métier.

Ceux-ci l'arment avec une telle précision

Qu'il n'y a rien en ce monde

Qu'on aurait pu leur reprocher,

En alléguant quelque faute

Commise par eux.

Après avoir armé Gauvain

L'un d'eux lui amène un destrier d'Espagne

Capable de courir plus vite à travers

Campagne, bois, monts et vaux

Que le célèbre Bucéphale.

Sur le cheval dont je vous parle

Grimpe ce chevalier d'élite.

Gauvain, le plus expert

De tous les chevaliers chrétiens.

Déjà il allait saisir son écu,

Quand il vit descendre en face de lui

Lancelot qu'il ne s'attendait guère à voir.

Qu'il lui soit apparu si soudain

Lui semblait miraculeux,

Et je ne crois pas mentir

En disant qu'un miracle s'est produit

Aussi grand que si Lancelot était tombé du ciel.

Devant lui en ce moment.

Mais maintenant rien n'arrête Gauvain,

Nulle tâche d'aucune sorte,

Dès qu'il voit que c'est vraiment Lancelot

Il descend au plus vite de son cheval,

Va vers lui les bras ouverts,

Le salue et l'embrasse.

Il se réjouit fort

D'avoir retrouvé son compagnon.

Je ne mentirai pas,

Vous pouvez m'en croire,

En vous disant que sur-le-champ Gauvain

Aurait refusé une couronne

Plutôt que de ne pas revoir Lancelot.

Déjà Artur sait, déjà tous savent

Que Lancelot, si longtemps attendu,

Est revenu sain et sauf,

S'en fâche qui voudra.

Tous se réjouissent

Et pour le fêter la cour s'assemble:

Pendant si longtemps on a souhaité son retour!

Il n'y a personne, jeune ou vieux,

Qui ne se livre à la joie.

La joie efface et anéantit

La tristesse qui régnait auparavant à la cour:

Le chagrin s'enfuit, et paraît

La joie qui si fort les anime.

"Et la reine, est-ce qu'elle ne participe pas

A toutes ces réjouissances?

- Bien sûr qu'elle y participe, et toute la première.

- Comment ça? - Mais où voulez-vous qu'elle soit?

Elle ne connut jamais joie si grande

Comme elle en a du retour de Lancelot,

Comment pourrait-elle l'accueillir autrement?

Elle se tient si près de lui

Que peu s'en faut

Que son corps ne suive son coeur.

- Où se trouve donc le coeur?

- Il couvre Lancelot de baisers.

- Et le corps pourquoi marque-t-il de la réserve?

Pourquoi sa joie n'est-elle pas entière?

Est-ce par colère ou haine?

- Certes non, pas du tout,

Mais peut-être que nombre de gens,

Le roi, les autres qui l'entourent.

Qui n'ont pas les yeux fermés,

Auraient tôt fait de découvrir l'affaire,

Si à la vue de tous la reine avait voulu faire

Tout ce que lui dictait son coeur;

Et si sa raison ne lui avait retiré

Cette folle pensée et ce désir insensé,

Tous auraient pu voir ses sentiments profonds

Et mesurer l'étendue de sa folie.

C'est pourquoi sa raison maîtrise

Son coeur brûlant et sa pensée ardente,

Et les a quelque peu calmés.

La reine a remis les choses à plus tard,

Jusqu'à ce qu'elle voie et trouve

Un lieu plus favorable et moins public,

Où elle et Lancelot seront plus à l'aise

Qu'ils ne sont à l'heure présente."

Artur est plein de prévenances pour Lancelot

Et, après lui avoir témoigné toute son estime,

Il lui dit: "Ami, depuis longtemps.

Je ne me suis à ce point réjoui

D'apprendre des nouvelles de quelqu'un

Mais je me demande en vain

En quelle terre, en quel pays

Vous êtes resté si longtemps.

Tout un hiver et tout un été

Je vous ai fait chercher un peu partout,

Sans que personne ait pu vous trouver.

- Certes, sire, fait Lancelot,

En peu de mots je puis vous dire.

Tout ce qui m'est advenu.

Méléagant, ce traître félon,

M'a tenu en prison

Dès le moment que les emprisonnés

En sa terre ont été libérés.

Il m'a fait vivre de façon abjecte

Dans une tour près de la mer.

C'est là qu'il m'a fait enfermer.

Et là j'en serais encore à vivre dans la détresse

Si ce n'était pour une amie à moi,

Une demoiselle à qui je rendis.

Jadis un service minime.

En échange d'un bien petit don

Elle m'a fait un magnifique cadeau.

Elle m'a grandement honoré et récompensé.

Quant à celui pour qui je ne ressens nulle amitié

Et qui m'a procuré

Honte et malheur,

J'entends sans le moindre délai

Lui rendre la monnaie de sa pièce.

Il est venu se faire payer et il le sera.

Il ne faut pas qu'il se morfonde

A attendre le paiement, car tout est prêt -

La somme prêtée, principal et intérêt;

Mais à Dieu ne plaise qu'il ait à s'en louer."

Alors Gauvain dit à Lancelot:

"Ami, ce paiement,

Si je le rembourse à votre créancier,

Ce sera un bien petit service que je vous rendrai,

Et puis je suis déjà à cheval

Et fin prêt, comme vous le voyez.

Très cher ami, ne me refusez pas

Ce don que je requiers."

Lancelot déclare qu'il se laisserait

Arracher un oeil, ou même les deux yeux,

Plutôt que d'accéder à la requête de Gauvain.

Il jure que cela n'arrivera jamais.

En tant que débiteur, il faut qu'il repaie Méléagant,

Il en a prêté serment.

Gauvain voit bien que tout

Ce qu'il saura dire est complètement inutile.

Il enlève son haubert

Et se désarme entièrement:

Lancelot revêt l'armure de Gauvain

Sans tarder davantage,

Car le temps lui semble long

En attendant de repayer sa dette.

Il ne sera pas content avant d'avoir remboursé

Méléagant, qui s'étonne

Outre mesure du prodige

Qu'il voit et contemple de ses yeux;

Pour un peu il sortirait de ses gonds

Et en perdrait la raison.

"Certes, se dit-il, j'eus bien tort,

Avant de venir ici,

De ne pas aller voir si je tenais toujours

Prisonnier en ma tour

Celui qui vient de me jouer un tel tour.

Mais, mon Dieu, pourquoi serais-je allé vérifier?

Comment, pour quelle raison aurais-je cru

Qu'il puisse échapper de là?

Est-ce que les murs ne sont pas puissamment bâtis,

Et la tout suffisamment solide et haute?

Il n'y avait ouverture ni faille

Par où l'on pût s'évader,

A moins d'une aide venue de l'extérieur.

Peut-être le secret ne fut-il pas gardé.

Admettons que la tour n'ait pas tenu ensemble

Et se soit écroulée,

Lancelot n'aurait-il pas été écrasé,

Mutilé et mort en même temps?

Bien sûr, que Dieu me soit en aide,

Si le mur s'était écroulé, il n'aurait pu échapper à la mort.

Mais je crois qu'avant que le mur ne s'écroule,

Toute l'eau de la mer disparaîtra

Sans laisser de trace,

Et le monde cessera d'exister,

Ou bien le mur sera détruit de force.

Mais la situation est tout autre:

On a aidé Lancelot à s'échapper,

Il ne s'est pas envolé autrement.

On s'est mis d'accord pour me trahir.

Qu'importe le moyen employé, il s'est bel et bien évadé;

Mais si j'avais mieux pris mes précautions,

Tout cela ne serait pas arrivé!

Et il ne serait jamais revenu à cette cour.

Mais il est trop tard pour des regrets:

Comme le disent si bien les paysans,

Parlant proverbialement,

A quoi bon fermer la porte de l'écurie

Quand votre cheval a été emmené?

Je sais trop bien que je serai

Honni et vilipendé

Si je ne souffre et endure mon sort.

Mais pourquoi parler de souffrir et d'endurer?

Tant que je pourrai durer,

Je lui donnerai de quoi l'occuper,

Si cela plaît à Dieu, en qui repose ma confiance."

Méléagant, qui cherche ainsi à se rassurer,

Réclame qu'on les mène,

Lui et Lancelot, au lieu du combat.

Et cela se fera sous peu, me semble-t-il,

Car Lancelot a hâte de l'attaquer

Et se dispose à triompher rapidement de lui.

Mais avant qu'ils ne foncent l'un sur l'autre

Le roi Artur leur dit de se rendre

En bas sur le pré au pied de la tour. -

De là jusqu'en Irlande il n'y en a pas de plus beau.

Tous deux s'y rendent,

Vite ils ont dévalé la pente.

Le roi y va et toute sa cour,

En groupes nombreux on s'attroupe,

Personne ne demeure en arrière.

Aux fenêtres parmi les spectateurs s'installent

La reine et mainte dame et demoiselle;

Dont il y avait de fort belles.

Dans le pré s'élevait un sycomore,

Un arbre de toute beauté,

Au feuillage spacieux.

Il était entouré

D'herbe fine et drue

Qui en tout temps était fraîche.

Sous ce superbe sycomore,

Qui datait du temps d'Abel,

Jaillissait une claire fontaine

Qui s'écoule rapidement.

Le gravier étincelle

Comme si c'était de l'argent,

Et le conduit, à ce que je crois,

Etait fait de l'or le plus pur.

L'eau coule en bas dans le pré

Entre deux plantations d'arbres au milieu d'un vallon.

C'est là qu'il plaît au roi de s'asseoir,

Car il n'y voit rien qui lui paraisse laid.

Il fait reculer les spectateurs,

Et Lancelot fonce

Impétueusement sur Méléagant,

Comme sur quelqu'un qu'il hait de toute sa haine.

Mais avant de le frapper,

Il lui dit à voix très haute et menaçante

"Venez par là, je vous défie!

Et sachez bien, je vous le promets,

Que je ne vous épargnerai point."

Alors il éperonne son destrier,

Mais d'abord il s'éloigne

La distance d'une portée d'arc.

Puis tous deux laissent courir leurs chevaux

De toute leur force.

Ils se frappent maintenant l'un l'autre

Sur leurs écus aux ais solidement assemblés

Et réussissent à les transpercer,

Mais pour l'instant ni l'un ni l'autre

N'est blessé en sa chair.

Sans s'arrêter ils continuent leur chevauchée,

Puis reviennent s'asséner de grands coups,

Emportés qu'ils sont par leurs montures,

Contre leurs solides écus.

Leur ardeur redouble,

Les deux combattants sont preux et vaillants,

Leurs destriers vigoureux et rapides,

Et comme ils ont frappé très fort

Sur les écus attachés à leur cou,

Leurs lances les ont transpercés

Sans se briser en tronçons,

Et sont parvenues de force

Jusqu'à la chair nue.

Ils s'entrechoquent si vigoureusement

Qu'ils se retrouvent tous deux à terre.

Ni poitrail, ni sangles, ni étriers

Ne peuvent empêcher qu'en arrière

Chacun d'eux ne bascule hors de sa selle,

Qui ainsi reste vide de cavalier.

Les deux destriers qui ne sont plus montés

Courent à droite et à gauche,

L'un rue, l'autre mord,

Prêts tous deux à s'entretuer.

Les deux chevaliers une fois à terre

Se relèvent au plus vite,

Ils ont vite fait de tirer l'épée

A la lame gravée.

Ils placent l'écu devant leur visage

Et vont s'efforcer de trouver

Comment se faire du mal

Avec leurs bonnes épées tranchantes d'acier.

Lancelot ne redoute pas Méléagant.

Car il savait deux fois plus d'escrime

Que son adversaire,

L'ayant apprise dès son plus jeune âge.

Ils échangent donc de si rudes coups

Sur les écus attachés à leurs cous

Et sur les heaumes lamés d'or,

Qu'ils les ont bosselés et fendus.

Maintenant Lancelot serre Méléagant de près,

Il lui administre un coup si violent

Sur le bras droit bardé de fer,

Mais non protégé par l'écu,

Qu'il l'a coupé et tranché.

Et quand Méléagant se sent

Amputé de la main qu'il a perdue

Il dit que Lancelot payera cher ce coup.

S'il peut en trouver le moyen,

Rien ne le retiendra,

Car il est si furieux et hors de lui

Que pour bien peu il en perdrait la raison,

Et il s'estimerait mal loti

S'il ne pouvait jouer un mauvais tour à son adversaire.

Il fonce sur lui, croyant le prendre au dépourvu,

Mais Lancelot sut se protéger;

Avec son épée tranchante.

Il l'a si bien entaillé

Que Méléagant aura grand-peine à s'en remettre,

Même passé avril ou mai,

Car il lui rembarre le nasal dans les dents,

Lui en brisant trois.

Méléagant ressent une telle colère

Qu'il m'arrive pas à prononcer un seul mot,

Et il ne daigne pas implorer merci,

Car son orgueil s'y oppose,

Un orgueil qui le maîtrise et domine.

Lancelot vient à lui, délace son heaume

Et lui tranche la tête.

Jamais plus il ne lui jouera de mauvais tour;

Méléagant est tombé mort, c'en est fait de lui.

Mais je peux vous dire, aucun spectateur

Témoin de sa mort

N'éprouva la moindre pitié pour lui.

Le roi Artur et tous ceux qui l'entourent

Se livrent à la joie.

On désarme Lancelot,

Au milieu de la liesse générale,

Et on l'emmène de là.

Seigneurs, si j'en disais davantage,

Je dépasserais l'étendue de mon sujet,

C'est pourquoi je vais mettre un terme à mon travail;

Ici même s'arrête le récit.

Godefroi de Leigni, le clerc,

A terminé LA CHARRETTE;

Que nul ne songe à le blâmer

S'il a continué Chrétien,

Car il l'a fait avec l'approbation

De Chrétien, qui commença l'oeuvre:

Lui est responsable de tout ce qui suit

Le moment où Lancelot fut emmuré,

C'est-à-dire jusqu'à la fin du conte.

Voilà son oeuvre à lui; il ne veut rien y ajouter,

Ni retrancher, par crainte d'endommager le conte.

Ici se termine le ROMAN DE LANCELOT DE LA CHARRETTE